J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Chapitre 10

***

Chapitre 10 : Le Rapport d’Illsyore

Le soleil se couchait et les cours étaient terminés. En regardant par la fenêtre, j’avais poussé un long soupir.

« Quelque chose ne va pas, maître ? » demanda ma belle esclave el’doraw, Shanteya.

Elle se tenait à l’entrée de la salle de bain des filles au premier étage. Avec un balai dans ses mains et la robe de femme de chambre que Nanya lui avait donnée, elle ressemblait vraiment à la belle elfe à poitrine que je voyais souvent dans les animes et les mangas. Rien que de penser que je pouvais lui ordonner de faire tout ce que je voulais m’avait fait atteindre un tout autre niveau à mon esprit pervers.

Vilain cerveau ! Pas bien ! Je dois me concentrer maintenant et non pas fantasmer, d’ailleurs... si j’ose lui ordonner quelque chose comme ça, je suis sûr que Nanya et Tuberculus briseront mon regrettable cristal de cœur de donjon ! avais-je encore poussé un soupir et en regardant Shanteya, j’avais répondu : « Je pensais juste à la rapidité et à la tranquillité de ces deux dernières semaines... »

« Bien sûr, maître ! Après tout, ce jour-là, c’est moi qui ai dûment informé tous les enseignants de ce qu’il fallait surveiller. Tant que les assassins ne voient aucune ouverture, ils n’oseront pas attaquer. D’ailleurs, le Maître a triplé son Territoire de Donjon ! Même s’ils attaquaient, tu les sentirais bien avant qu’ils n’atteignent ce bâtiment, ce qui nous laisse tout le temps d’organiser une contre-attaque, » déclara Shanteya avec un regard de fierté.

« C’est vrai... Je peux sentir le monstre qui essaie parfois de se faufiler, mais Nanya ou un autre professeur s’en charge habituellement. Mais quand même..., » avais-je poussé un autre long soupir.

« Qu’est-ce qu’il y a, Maître ? » demanda-t-elle d’une voix inquiète.

« Je ne suis pas fâché pour ça, mais... tu sais... pourquoi le travail le plus important que j’ai eu, jusqu’à présent, c’était de réparer les murs cassés, et maintenant ça, » avais-je demandé en soulevant une ventouse et une brosse métallique avec un très long manche.

« Parce que les merions ont bouché les toilettes et que tu as détruit les égouts ? » répondit-elle un peu confuse.

« C’était un accident ! » avais-je rétorqué en élevant un peu la voix.

« Je m’excuse, Maître, » déclara rapidement Shanteya en baissant les oreilles et en inclinant la tête, croyant qu’elle avait dit quelque chose de mal.

« Non, désolé... Arg ! Tu n’as pas besoin de t’excuser, tu as raison, c’était de ma faute... Mais, tu sais... ces petites bestioles noires en fourrure m’ont fait peur quand elles sont sorties comme ça des égouts ! Je pensais que nous étions attaqués ! » m’étais-je expliqué, mais malheureusement, je n’avais pas pu me cogner la tête contre le mur en faisant ça.

Les merions étaient de petits monstres noirs, à fourrure, ronds, hyperactifs. Certains mondes avaient des slimes ou des gobelins, celui-ci avait des merions. Le monstre le plus facile à tuer, le plus facile à capturer, le plus facile à apprivoiser, et surtout le plus dégoûtant de tout le royaume Shoraya. C’étaient des petites créatures dégoûtantes qui vivaient dans les égouts des villes et consommaient toutes sortes de déchets. D’une certaine manière, elles avaient été d’une grande aide, mais quand elles étaient dans leur saison d’accouplement, elles s’étaient multipliées d’une manière bien pire que les lapins. Au départ, nous n’en avions que quatre, mais malheureusement, Tuberculus avait acheté trois femelles et un mâle au lieu de toutes les femelles ou tous les mâles. Maintenant, nous en avions plus d’une centaine. Les tuyaux étaient bouchés avec leur fourrure et les attraper n’était pas une tâche facile. Les petites bestioles étaient rapides et avaient sauté partout.

Qui croirait qu’un Seigneur des Donjons Divin comme moi a eu peur de ces petites choses pathétiques ? Soupir... puis encore une fois, j’étais dans l’erreur pour avoir lancé une Boule de Feu remplie de 500 pts de mana là-dedans. Note à soi-même : le méthane plus le feu n’est pas une bonne combinaison ! avais-je pensé en continuant à frotter et à déboucher les restes des monstres se trouvant dans les tuyaux.

Quatre heures plus tard, nous avions enfin fini, avec au moins deux salles de bains. Le lendemain, c’était le deuxième tour du service d’épuration. C’était samedi, alors je devais terminer les réparations et le nettoyage avant le retour des étudiants le lundi. Trouver la salle de bain couverte de poils et de restes de Merion n’était pas agréable, d’autant plus que certaines d’entre elles étaient considérées comme des dames délicates.

« Disons que c’est la nuit..., » avais-je dit avec un bâillement alors que je laissais tomber la brosse et le piston.

« Comme tu veux, Maître, » avait dit la jolie servante el’doraw.

Comme un gentleman poli, je l’avais accompagnée jusqu’à sa chambre. Bien que j’étais contre, Tuberculus avait décidé que Shanteya devait dormir dans la même chambre que son autre maître : Nanya. De cette façon, aucun des autres enseignants n’avait de plaintes possibles, et les élèves nobles pouvaient se sentir en sécurité.

« Bonne nuit, Shanteya, » avais-je dit.

« Bonne nuit, Maître, » avait répondu Shanteya, qui s’inclina poliment et ferma la pièce.

Si j’étais calme, je pourrais entrer dans la pièce et la regarder se déshabiller. Voir une belle elfe se déshabiller lentement sous vos yeux était le rêve de tout homme, n’est-ce pas ? Malheureusement, je devrais être l’idiot avec des principes, alors je m’étais envolé et j’avais laissé mon imagination me taquiner avec ce que j’aurais pu manquer.

Après une autre vérification du périmètre, j’étais retourné à mon corps de cristal et j’avais poussé un profond soupir.

« Est-ce ainsi que sera ma vie à partir de maintenant ? » avais-je murmuré en regardant le sol.

Il s’était avéré que même si mon corps était constitué d’un cristal flottant, j’avais quand même besoin d’un sommeil réparateur. Alors, quand tout le monde était allé se coucher, je m’étais aussi replié à l’intérieur de mon esprit intérieur. Si quelque chose de dangereux entrait dans mon territoire, ma capacité me le ferait immédiatement savoir. D’ailleurs, il avait maintenant un rayon de 3 km à une centaine de mètres près.

En y repensant, je m’ennuie vraiment de ne pas pouvoir jouer sur mon PC, de naviguer sur le net, de regarder les dernières séries télévisées, de lire des romans sur le web ou des mangas. Je ne pouvais pas dire que j’étais mécontent de ma vie passée... Soupir, et j’avais aussi presque terminé ce jeu... et qu’en est-il de mes progrès ? Mes niveaux ? Mes jeux finis à 100 % ! avais-je pensé alors que la dépression s’infiltrait lentement dans mon cœur.

Pour éviter la tentation et la dépression, j’avais secoué la tête et repensé à ce qui s’était passé au cours des deux dernières semaines. Il y avait encore beaucoup de choses que je voulais essayer dans ce monde, mais le manque de niveaux et de moyens par lesquels je pouvais améliorer mon niveau avait limité mes choix. Pour monter en niveau, j’aurais dû tuer des intrus sur mon Territoire de Donjon, qu’il s’agisse de monstres ou non. Plus ils étaient forts, mieux c’était, mais je pouvais aussi passer par le processus plus lent et plus pacifique de construire des choses et de consommer les résidus de mana sur mon territoire. Fondamentalement, plus les élèves et les professeurs jetaient de sorts, mieux c’était pour moi. L’inconvénient était la facture de réparation...

Pendant la première semaine, j’avais déversé du mana dans mon Territoire de Donjon chaque fois que je n’avais rien à faire. Il avait atteint sa taille actuelle en seulement trois jours. Je m’y étais arrêté parce que je craignais de ne pas pouvoir le contrôler aussi bien. Après ça, je m’étais entraîné à faire des salles sous terre. Je n’avais jamais parlé du fait que je construisais un donjon souterrain. Bien sûr, le mien n’avait que quelques pièces de quelques mètres de long et dix mètres sous terre. Il n’y avait pas non plus de pièges ou de cercles de convocation. Fondamentalement, il s’agissait d’une zone fermée où seules les taupes pouvaient y pénétrer.

Sur une autre note, au cours de ces deux dernières semaines, j’avais aussi appris quelque chose de nouveau, en plus du fait que Nanya préférait les culottes blanches. Hmm ! Tout d’abord, sur mon espèce : j’étais un Seigneur du Donjon Divin, et non pas un Cœur de Donjon. Deuxièmement, toutes les étudiantes de l’académie étaient des femmes voluptueuses âgées de plus de 18 ans et de moins de 24 ans. Seuls les elfes, les draconiennes et les démones étaient un peu plus âgées. Quant aux mâles, ils étaient du même âge. L’académie de magie était une zone réservée aux adultes, ce qui signifie en bref... que je pouvais jeter un coup d’œil à leurs belles montagnes et collines autant que je le désirais ! Elles n’étaient pas mineures ! Il n’y avait aucune restriction ! C’était parfait ! Malheureusement, j’étais aussi en partie gentleman... En tant qu’ancien citoyen roumain, ma moralité et mon éthique ne me permettaient pas de me baisser au point de les regarder se changer ou se baigner. Si elles étaient dans une sorte de relation avec moi, j’étais sûr d’être « Prêt à le faire », mais je n’avais pas une telle relation. Comme c’est malheureux de ma part... J’étais invisible. Personne ne pouvait me détecter. Un paradis de montagnes et de vallées n’était qu’à un mur, et là, je pleurais à cause des principes d’un autre monde.

Tuberculus, d’autre part, n’avait pas cette retenue...

Au cours de la deuxième semaine après l’échec de la tentative d’assassinat, je l’avais trouvé en train de se faufiler derrière le dortoir après la tombée de la nuit. Sans dire un mot, je l’avais suivi. Le vieil homme avait trouvé un endroit très décent pour jeter un coup d’œil à la salle de bain des filles. La vue était magnifique ! Toutes ces vallées en haut et en bas, la peau lisse et somptueuse lavée doucement par des mains de jeunes filles pures. C’était le paradis ! Malheureusement, j’avais dû jouer mon rôle de gentleman. Après avoir bien regardé, j’avais repéré Shanteya et Nanya. Toutes les deux étaient si belles et éblouissantes ensemble, mais penser que le vieux pervers pouvait regarder la même vue que moi m’irritait pour une raison inconnue.

Comme un mauvais acteur, je l’avais appelé comme si je n’avais aucune idée de ce qui se passait « Oh ? Principal Tuberculus ! Qu’est-ce que tu fais ici ? Quelque chose s’est cassé dans la salle de bain des filles ? »

« Euh ? Seigneur du Donjon ? » demanda-t-il, surpris.

« Chacun d’entre vous... Allez mourir ! » cria Nanya en lançant une Boule de Feu sur le vieux schnock.

Je souriais assez content de moi quand j’avais vu le vieil homme voler dans les airs à quelques mètres de la fenêtre. Malheureusement, il avait survécu. Le lendemain, je devais découvrir que c’était un récidiviste.

« Illsy ? Es-tu là ? » grogna Nanya en regardant par la fenêtre, la poitrine nue aussi.

« Nanya ! Le Dieu Saint des Grands Seins approuve ! » avais-je dit avec un sourire sur mon visage invisible et deux pouces en l’air.

Ils n’étaient pas aussi grands que ceux de Shanteya, mais soyons réalistes, une belle femme est belle, quelle que soit sa taille de bonnet.

Plus tard dans la journée, j’avais reçu une fissure sur mon corps de cristal à la suite du coup de poing de Nanya... Ça fait mal.

Aller de l’avant...

Dans l’Académie de magie, les cours commençaient généralement vers 10 heures du matin et se poursuivaient jusqu’à 16 heures. À 22 h, tout le monde était dans le dortoir, à l’exception des patrouilles désignées. Il n’y avait pas de déjeuner, seulement le petit-déjeuner et le dîner, mais ils mangeaient beaucoup. Il y avait un jardin derrière le bâtiment principal de l’école, où la plupart des élèves passaient leur temps à bavarder ou à lire. Le vendredi, le samedi et le dimanche étaient considérés comme des jours libres où les élèves pouvaient sortir de la cour de l’école et se rendre dans les villes avoisinantes. L’Académie elle-même était très éloignée, à près de deux heures de calèche de l’établissement humain le plus proche : la Cité de Therion. En parlant de cela, je pouvais entendre les jours de la semaine comme je l’avais fait sur Terre, mais leurs noms étaient en fait différents : Parus, Neyon, Elu, Shian, Ey, Eya, Eyabi.

Quand j’avais découvert ce petit fait, j’avais fait un peu de recherche. Apparemment, grâce à mon processus de réincarnation, mes trois langues primaires avaient été en quelque sorte fusionnées. J’allais surtout penser en anglais parce que je m’étais toujours livré au jeu, au cinéma et aux émissions de télévision dans cette langue. Le roumain avait été laissé pour les explications compliquées, comme la création de l’Univers du point de vue philosophique d’un canard sur le dessus d’un tonneau. Quant au japonais, alors que je ne lisais rien en Kanji, Hiragana ou Katakana, j’entendais de temps en temps les distinctions honorifiques. La langue Shoraya avait aussi des distinctions honorifiques similaires, mais moins nombreuses. Ainsi, j’avais -san, -sama, -sama, -chan, et -kun, cependant, je ne pouvais les entendre que si je le voulais. Dans tous les autres cas, soit je ne les avais pas du tout entendus, soit je les avais entendus avec leur signification réelle. Lorsqu’il s’agissait du mot « maître », cela ne s’était jamais tourné vers « goshujin-sama ». Les honoraires réels dans la langue Shoraya étaient Les pour -kun/-chan, Tera pour -san (ou lorsqu’il s’adresse à un ancien), Leir pour -sama (ou chaque fois qu’il s’adresse à quelqu’un de nobles lignées), Kenyar pour Monsieur (l’autre traduction était chevalier), Zerun pour Maître.

Quand j’avais essayé de forcer mon cerveau d’une seule cellule à utiliser les honorifiques Shoraya, j’avais fini par avoir un terrible mal de tête et j’avais accidentellement invoqué la culotte de Nanya. Elle était au milieu d’un cours, alors le courant d’air soudain l’avait rendue pétrifiée et agitée. Le fait qu’elle portait une robe au genou n’était pas non plus en sa faveur. Néanmoins, elle m’avait correctement récompensé ce jour-là avec deux coups sur mon corps de cristal. Les fissures font mal comme un [bip] [bip] de [bip] [bip] ! Heureusement, j’avais assez de mana pour me guérir, mais aucun sort n’était nécessaire, je n’avais qu’à me concentrer sur les fissures, et c’était tout. Mais je n’avais pas riposté, je l’avais en quelque sorte mérité.

Je suppose que c’était comme ça que j’avais passé la plupart de mes journées à l’Académie de Magie. Chaque fois qu’un élève détruisait quelque chose grâce à sa pratique de la magie, je finissais par le réparer. Chaque fois que j’avais accidentellement détruit quelque chose, j’avais fini par être grondé par Tuberculus ou Nanya. Chaque fois que je n’avais rien à faire, je travaillais sur mon projet secret de donjon. Quant à Shanteya, elle restait autour de mon corps de cristal la plupart du temps, même quand je n’étais pas là et que je m’éloignais. Elle s’était comportée comme une véritable femme de ménage, tout en portant le costume. Apparemment, c’était son nouveau travail officiel : femme de chambre au service d’Illsyore, le Seigneur du Donjon de l’Académie de Magie de Fellyore. Elle n’était pas une esclave, elle était une servante, donc les ordres obscènes étaient strictement interdits. De plus, de temps en temps, j’écoutais certains cours et j’essayais d’apprendre de nouveaux sorts, c’est ainsi que j’avais appris [Brise], un sort simple avec lequel je pouvais créer une petite brise. Ajoutez 1000 points de mana et pop va l’ouragan ! Shanteya m’avait empêché de l’essayer...

La partie intéressante de tous ces sorts, c’était que je n’avais jamais eu besoin d’utiliser les chants compliqués, juste la commande vocale listée dans mon écran de capacité. Après cela, je l’avais juste infusé avec la quantité exacte de points de mana que je souhaitais. Ces deux choses n’étaient pas uniques pour moi. Apparemment, Nanya pouvait aussi lancer la plupart de ses sorts sans utiliser de longs chants compliqués et même leur insuffler du mana. Elle n’avait pas utilisé de points, juste le sentiment de la quantité. C’était comme essayer de remplir un verre d’eau les yeux bandés. Après quelques essais, on pouvait dire par le poids et le son qu’il s’était rempli. Shanteya était également capable d’utiliser des chants intermédiaires, ce qui signifie qu’elle pouvait raccourcir le chant d’un sort. Techniquement parlant, n’importe qui pourrait se retrouver au niveau de Nanya s’ils pratiquaient assez longtemps et apprenaient à bien sentir leurs sorts. Les humains étaient généralement morts de vieillesse avant de l’avoir appris, à moins qu’ils ne soient des prodiges. Quant à moi, j’avais été l’idiot chanceux qui avait choisi la race Divine...

Et avec cela, celui-ci, le Seigneur du Donjon Illsyore, qui n’est d’ailleurs pas une fille termine formellement ce rapport concernant ses premières semaines en tant qu’Académie de Magie..., avais-je pensé en me remémorant les derniers jours.

« Illsy ? As-tu vu Tuberculus ? Je veux lui rappeler ce qui arrive aux vieux os quand on les plie dans le mauvais sens », avait dit l’enseignante qui avait l’air d’une adolescente alors qu’elle entrait dans ma pièce.

« Euh... Pot de fleurs à gauche, au bout du couloir, » avais-je répondu après avoir fait une recherche rapide sur mon Territoire de Donjon.

« Merci, » déclara-t-elle en souriant. « Oh ! Et demain soir, on va faire une fête pour boire, juste nous, les professeurs. Shanteya me rejoindra, et j’aimerais que tu nous construises quelque chose de beau, en plein air, avec une bonne vue sur le ciel. Peux-tu faire ça ? » me demanda-t-elle.

« Bien sûr ! À quelle occasion ? » avais-je demandé en étant surpris.

« Tuberculus est enceinte de mon bébé. Je te parlerai plus tard, j’ai un vieux schnock à éliminer pour avoir encore une fois essayé de jeter un coup d’œil sur les vestiaires des filles », avait dit Nanya juste avant son départ.

« Je vois, c’est une belle chose... Hm, donc Tuberculus est... attends ? Tuberculus ? Qu’est-ce que..., » mon cerveau n’avait pas réussi à traiter l’information.

Je sais que c’est un monde imaginaire, mais... Nah ! Nanya se moque de moi ! N’est-ce pas ? N’est-ce pas ? m’étais-je demandé en regardant la porte ouverte. Quelque part dans le bâtiment, une violente explosion avait été entendue, suivie par les cris de douleur et les pleurs d’un vieux pervers.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre!
    Le «Vilain cerveau» m'a plié de rire parce que c'est totalement un truc que je peux dire

  2. Merci pour le chapitre
    Tuberculus est enceinte ??

  3. Merci pour le chapitre.
    Ps : Oookayyy, je suis sûr que y'a pas que moi que la dernière partie à laissé perdu en plein milieu d'un no man's land mental !

    • La réponse quand à la couleur des yeux du bébé dans le prochain épisode !! Et la grande question, est-ce que cela sera une fille ou un garçon, et quelle sera son nom ?

      Vous le découvrirez dans le prochain épisode de l'adolescente qui était un homme et de la plus moche sorcière du monde....

      • Bha, vu ce qu'on à vu que la magie pouvait faire ça ne m'étonnerai pas que la magie de "changement de sexe" existe. Sans parler du fait que des deux parent y'en a au moins un pas du tout humain. Rien d'impossible donc. Surtout qu'en on sait que depuis 2015 la science permet aux hommes de porter un enfants...

Laisser un commentaire