J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 1 – Chapitre 7

***

Chapitre 7 : Le massacre de minuit

Pour la première fois depuis que j’avais été réincarné, j’avais quitté la petite pièce qui était devenue ma demeure, ou plutôt la dernière pièce de boss du donjon. En regardant le ciel, je pouvais voir deux lunes brillantes qui faisaient des signes de la main à ce monde. L’une était jaune et remplit de cratères, tandis que l’autre était plus petite et ressemblait à un rubis non taillé : Lunaris et Lunoria, les deux sœurs du Dieu Soleil.

C’est comme ça que je les appelais. Je n’avais pas encore trouvé de livre dans la bibliothèque de ce vieil homme pour me parler de la création du monde actuel, quel qu’en soit le point de vue. Même ainsi, admirer les étoiles n’était pas la raison pour laquelle j’étais sorti de cette pièce. Quelque part sur mon territoire, il y avait 25 assassins prêts à attaquer une certaine cible. Qui était exactement cette personne, je n’en avais aucune idée, mais si c’était un étudiant, et qu’il avait été blessé parce que je n’avais pas agi, le vieil homme était sûr de me tuer.

*Soupir* « ... et moi qui croyais que c’était facile, » murmurai-je.

En regardant autour de moi, je me demandais où exactement ils se cachaient. Les contrôles des compétences spécifiques d’un donjon étaient plutôt difficiles à saisir pour moi. J’étais né comme un humain normal et en bonne santé, pas comme un cœur de donjon.

« Où sont-ils ? » murmurai-je pour moi-même.

Soudain, j’avais vu deux ombres sauter à travers les arbres.

L’avantage d’être un cœur de donjon avec un grand Territoire de Donjon était que je pouvais facilement détecter les intrus et connaître instinctivement leur emplacement exact, mais jusqu’à ce que je vois ces ombres, je n’étais pas au courant de cette capacité.

Je volais au-dessus d’eux, me cachant à travers les branches des arbres. Je les regardais courir à travers la forêt. À en juger par la taille de leur poitrine et de leur cul, j’en avais déduit que j’étais face à 14 hommes et 11 femmes, dont l’une était soit une planche à pain, soit un piège. Ils étaient tous habillés des mêmes vêtements noirs comme des ninjas d’un anime.

Les 25 points rouges s’étaient déplacés assez rapidement vers le dortoir. Ils étaient tous agiles, voyant que la petite forêt entre eux et leur cible était traversée sans accroc. Mais ce n’était pas le moment de les admirer. Une fois arrivés au dortoir, les élèves et les enseignants à l’intérieur seraient en danger.

C’est un peu étrange... Normalement, vous enverriez un ou deux assassins pour tuer furtivement une cible, pas 25. Qui attaquent-ils en si grand nombre ? me demandais-je en avançant devant eux.

Après avoir choisi un point d’intersection avec eux, j’avais commencé à formuler un plan tout en examinant mes compétences. Je n’avais eu que quelques instants avant l’arrivée des ennemis. Pour l’instant, j’avais décidé de ne pas invoquer un monstre parce qu’il y avait une chance que je n’étais pas capable de les contrôler. J’aurais dû pratiquer beaucoup plus avant d’essayer cela et même ainsi, si j’avais engendré un slime ou gobelin de niveau 1, alors les attaquants s’en occuperaient facilement. L’autre option était d’utiliser des attaques à grande échelle, mais la seule capable de cela était [Boule de feu]. Je n’avais aucune idée à quel point la technique était forte, mais à en juger par ce que le directeur m’avait dit plus tôt, elle était assez faible.

Pourquoi n’ai-je pas acquis des compétences magiques utiles ? m’étais-je demandé avec un soupir.

Mes compétences d’attaque magique actuelles étaient :

[Boule de feu] <permet de créer une balle faite entièrement de mana et alimentée par le feu. Plus on met de mana dans ce sort, plus il devient puissant. Commande vocale : Ashur Nav Es>

[Lance de glace] <permet de créer une lance perforante faite de glace enchantée et de transpercer l’ennemi visé. Plus on met de mana dans ce sort, plus il devient puissant. Coût du mana : 25 points de mana. Doubler le mana créera une deuxième lance. Commande vocale : Eret Elf Es>

Et c’était ça...

Techniquement parlant, j’avais assez de mana, donc si je l’envoyais à la chaîne assez vite, je pourrais probablement les annihiler avec une [Lance de glace]. Le problème était la [Boule de feu]. Contrairement à l’autre compétence, celle-ci ne parlait pas de ciblage de l’ennemi. Si je devais deviner la méthode, je pensais que je devrais concentrer ma magie sur le point de chute et ensuite viser la cible. Si j’avais bien deviné, c’était le type que je pouvais utiliser avec une arme.

Je viens de le remarquer... mais dans la description, il le mentionne comme un sort, Hm... Je suppose que je ne peux pas l’utiliser avec une arme ? m’étais-je dit après avoir jeté un autre coup d’œil rapide.

Malheureusement, nous n’avions pas eu le temps de le tester sur le terrain. J’avais chargé du mana dans une [Boule de feu], 20 points étaient ce que je pensais qui serait suffisant, vu qu’il n’en parlait pas, puis je l’avais dirigé vers la direction générale des ennemis. Je n’avais pas l’intention de les frapper, mais de les disperser et de les arrêter sur leurs avancées. Une fois que j’aurais fait cela, j’allais utiliser des [Lances de glace] pour les cueillir un par un.

« Ashur Nav Es ! » Avais-je incanté, puis j’avais relâché le sort.

Devant moi, une boule de feu de dix centimètres de diamètre s’était formée puis avait été libérée dans la direction générale vers laquelle je l’avais dirigée. Comme un feu d’artifice, elle avait volé dans les airs et avait paresseusement frappé le premier arbre. Cela avait fait pouf et avait assombri un peu l’écorce.

« C’était... pathétique, » j’avais murmuré ça après avoir regardé le premier coup raté.

Au moins, cela avait fait le travail, et les 25 assassins s’étaient arrêtés sur leurs lancées. Quatre d’entre eux s’étaient dirigés vers la gauche, cinq vers la droite et les autres étaient restés immobiles. Je suppose qu’ils essayaient de me détecter et de me tuer avant que j’aie eu l’occasion de frapper à nouveau. Malheureusement pour eux, je n’étais qu’une humble chose flottante.

Deuxième round, avais-je réfléchi et je m’étais concentré sur les assassins à ma gauche.

Cette fois, j’avais décidé d’utiliser mon sort de [Lance de glace]. En les ciblant tous, j’avais concentré environ 500 points dans le sort et je l’avais ensuite relâché avec un chant.

« Eret Elf Es ! »

Vingt lances à glace s’étaient formées autour de moi et avaient volé dans les airs à une vitesse vertigineuse. Ils n’étaient pas plus rapides que le son, mais impossibles à esquiver pour un humain normal. Je ne pouvais pas contrôler leur direction, alors j’espérais au moins les érafler.

« AARGH ! » les cris des hommes avaient résonné dans la forêt avec le bruit des branches et de la glace.

Les quatre signes de vie avaient disparu de ma perception. Ils avaient été défaits.

[Vous avez gagné un niveau]

Le son mental et le petit message pop-up m’avaient annoncé la bonne nouvelle. J’en étais heureux, mais j’avais dû l’ignorer pour l’instant. Règle de base dans n’importe quel jeu vidéo : ne jamais attribuer de points d’aptitudes, ou des points d’aucune sorte pendant une bataille. De plus, ne vérifiez jamais votre inventaire ou ne changez pas d’équipement pendant le combat. Faites cela après la bataille, et vous aurez moins de chances de souffrir d’une mort pathétique.

Les autres assassins avaient probablement été surpris parce qu’ils s’étaient arrêtés dans leurs déplacements et avaient essayé de se cacher derrière les arbres, mais je savais déjà où chacun d’entre eux se trouvait. Ainsi, sans perdre d’initiative, j’avais ciblé tous les assassins à ma droite et j’avais concentré mon mana dans le sort de [Lance de glace].

« Eret Elf Es ! » j’avais à nouveau crié, et 500 points étaient disparu de ma réserve.

Vingt lances faites de glace enchantée s’étaient formées autour de moi et avaient ensuite volé dans les airs au niveau des cibles désignées. Comme auparavant, elles avaient brisé les branches de bois avec lesquelles elles étaient entrées en contact, avaient détruit l’écorce des arbres et avaient empalé impitoyablement les assassins.

Leur nombre avait été réduit de cinq autres individus après cette attaque. Il ne restait que les 16 devant moi.

C’est plutôt facile... Dois-je essayer maintenant la [Boule de feu] ? En regardant vers l’avenir, j’avais réfléchi.

Jusqu’à présent, ils n’avaient pas encore fait de gros mouvement, pensant probablement que je n’étais pas au courant de leur emplacement actuel, ou ils attendaient que je fasse un mouvement et que je m’approche d’eux.

« Ashur Nav Es ! » Avais-je crié.

Cette fois, j’avais concentré 1000 points de mana dans le sort. À en juger par mon expérience jusqu’à présent, j’avais deviné que mon attaque de [Boule de feu] serait quelque peu destructrice, mais pas du tout puissante pour tuer même la moitié d’entre eux. Cela allait probablement s’arrêter au premier arbre et en détruire deux ou trois autres, peut-être même allumer un petit feu, mais ce qui s’était réellement passé était au-delà de mes prédictions.

Dès que je l’avais lancée, j’avais été laissé sans voix en raison de l’ampleur du sort. Cela mesurait trois mètres de diamètre et volait à une telle vitesse que j’avais cru que cela allait franchir le mur du son. Il s’était écrasé sur les trois premiers arbres, puis il avait explosé.

BOOM !

Le son était assourdissant, la chaleur dégagée avait transformé tous les arbres environnants en charbon de bois. Cela ne serait pas un mensonge de dire que toute cette scène ressemblait à une image tout droit sortie de l’enfer. Les cris des assassins qui avaient été brûlés avaient fait frissonner ma colonne vertébrale, mais j’étais au moins heureux de ne pas sentir l’odeur de la chair brûlée.

Qu’est-ce que j’ai fait ? Était tout ce que je pouvais penser à ce moment-là alors que les signes de vie disparaissaient les uns après les autres.

Ainsi, les assassins avaient été tués.

Un sort avec 20 points de mana était ce que vous appelleriez un pétard assez puissant, toujours dangereux, mais sans danger de mort. Cependant, un sort à 1000 points avait laissé derrière lui une zone sinistrée, un sol retourné, des arbres brûlés, des murs de feu, et les os réduits en cendre de toutes les créatures qu'il avait touchées. Si j’avais su, je n’aurais pas osé lancer une telle chose. Mais personne ne m’avait mis en garde contre cette attaque.

J’avais dû me demander si cet enfer est le résultat de ma race Divine.

En regardant les flammes brûlantes, j’avais réalisé qu’il y avait encore un signe de vie, un survivant.

Est-ce que ça peut vraiment l’être ? m’étais-je demandé, surpris, néanmoins, un frisson de peur m’avait traversé.

S’il y avait quelque chose de capable à survivre à cette chose, alors il y avait une chance que je ne puisse pas la vaincre.

Avec une bouffée, j’avais volé au-dessus du sol brûlé et je m’étais approché du survivant. Juste là, derrière un énorme rocher à moitié fondu, j’avais trouvé un assassin inconscient. C’était une femme. D’après ce que je voyais, elle s’était cachée derrière le rocher au tout dernier moment. C’était le seul dans la région, mais cela avait fini par lui sauver la vie, mais les flammes qui brûlaient rapidement dans la région l’avaient rapidement privée de son oxygène.

Que dois-je faire ? Que puis-je faire ? m’étais-je demandé. J’avais regardé autour de moi, impuissant.

Il n’y avait personne autour de moi à qui je pouvais demander de l’aide. J’étais seul et même si j’avais essayé de rentrer et d’attraper Nanya par la queue, l’endroit était assez dangereux, même pour elle. Il n’y avait que moi, mais en y pensant, elle était une ennemie, n’est-ce pas ?

C’est une ennemie... Je dois la tuer, mais..., avais-je pensé. Puis je m’étais préparé à lancer un sort de [Lance de glace].

À ce moment-là, j’avais réalisé quelque chose d’horrible. C’était tout à fait quelque chose de terrible que j’allais faire.

Depuis quand suis-je comme ça ? Depuis quand puis-je tuer... si facilement ? m’étais-je demandé. Ainsi, je m’étais ainsi empêché de tuer la femme inconsciente.

Dans ma vie antérieure, il y avait la police. Je pouvais toujours lâcher le méchant à leur porte et laisser la loi s’occuper du reste, mais ici, j’étais la loi. Tuer un ou deux individus n’était rien, et j’avais même pu augmenter mon niveau. Mais même ainsi, ce n’était pas un jeu dans lequel je pourrais joyeusement écraser ceux que je voulais, c’était la vraie vie. Tuer quelqu’un avait donc des conséquences.

Non, ce n’est pas bon... Tuer n’est pas bon ! Ce sera un dernier recours, mais quand même... puis-je ? Non ! Je ne dois pas... mais tous ces gens. Arg ! J’ai l’impression que je vais vomir, mais il n’y a pas moyen de faire ça sans estomac... Arg, avais-je gémi et réfléchi à tout ça, regardant à gauche et à droite, essayant de trouver une certaine tranquillité d’esprit, mais j’étais entouré par les cadavres et les os de ce qui était autrefois 24 êtres vivants et sensibles. Le seul survivant était une femme inconsciente se trouvant devant moi.

Que dois-je faire ? m’étais-je demandé à mesure que je me rapprochais d’elle.

« Absorption, » avais-je dit en pensant à la stocker à l’intérieur de mon corps comme je l’avais fait avec les livres à l’académie.

[Impossible d’absorber. L’identité de la cible doit être soit une épouse, un esclave, un animal de compagnie ou un sbire.]

Mince... Avais-je pensé, mais je m’étais souvenu que je pouvais utiliser le sort de [Soumission d’Esclave].

Excité au sujet de la possibilité, j’avais vérifié le menu de compétence pour plus d’informations à ce sujet.

[Soumission d’Esclave] <en jetant ce sort sur un individu DISPOSÉ À LE FAIRE, on peut changer leur statut d’esclave. L’esclave recevra la « Protection » du maître. L’esclave ne peut pas nuire au lanceur de sorts. L’esclave ne doit pas nuire à la personne définie comme comme MAÎTRE. L’esclave doit obéir aux ordres du MAÎTRE. Le non-respect de cette règle peut entraîner la PUNITION ou le DÉCÈS de l’esclave. Si vous lancez à nouveau ce sort sur l’esclave, ce statut sera supprimé. Commande vocale : Thon Or Non>

DISPOSÉ À LE FAIRE... ces mots m’avaient frappé durement.

La femme était inconsciente et probablement aussi blessée.

Que puis-je faire ? Merde ! avais-je juré. An regardant mes compétences, mes yeux étaient tombés sur les compétences élémentaires de la section magie.

Deux sorts avaient attiré mon attention :

[Contrôle de la température] <en utilisant de manière constante des points de mana, on peut augmenter ou baisser la température dans une certaine zone. Commande vocale : Erst Nan Ork>

[Contrôle des flux de gaz] <en utilisant de manière constante des points de mana, on peut librement contrôler la direction et la vitesse de n’importe quel gaz spécifié. Commande vocale : Ayu Nan Ork>

En utilisant la température, je peux réduire la chaleur autour d’elle, puis je peux utiliser le contrôle du flux du gaz et verser de l’oxygène tout en retirant le dioxyde de carbone et le monoxyde de carbone de là ! De l’air respirable ! Parfait ! Alors je vais juste crier et espérer qu’elle se réveillera... sinon, plus ou moins, je suis foutu, non, plutôt elle, j’avais pensé qu’en élaborant un plan comme ça, je ne pouvais qu’être décrire que comme un génie.

« Erst Nan Ork ! Ayu Nan Ork ! » avais-je crié. Puis j’avais injecté mes points de mana à l’intérieur des deux sorts tout en pensant aux effets désirés.

Comme je l’imaginais, la température était descendue à vingt degrés et l’air était redevenu respirable. La zone où j’avais concentré mes sorts était un cercle de dix mètres de diamètre autour d’elle. Ainsi, pour l’instant, elle était en sécurité, mais je ne pouvais pas baisser la garde. Le mana n’arrêtait pas de se déverser dans ces deux sorts, mais seul le contrôle du flux de gaz nécessitait un peu plus. C’était délicat, car je n’avais pas simplement déplacé un gros volume, mais seulement quelques composants particuliers.

« Oh ! Tu m’entends !? Réveils-toi ! » lui avais-je crié dessus.

Pas de réponse, mais je n’avais pas abandonné et j’avais continué à crier plus près de son oreille. « OOOI ! ALLO ! Lève-toi ! »

Elle avait tressailli et s’était déplacée un peu sur le sol. Il semblait que la température était juste ce qu’il fallait pour qu’elle fasse une sieste confortable.

Est-ce que c’est le cas ? avais-je pensé. Puis j’avais abaissé la température à dix degrés Celsius.

Elle avait commencé à se tourner et à trembler un peu, mais finalement, elle avait ouvert les yeux.

Ce qu’elle avait vu, c’était probablement l’enfer de flammes présentes autour de nous. Ce qu’elle pouvait sentir, c’était l’odeur de chair brûlante, d’os et de bois tout autour d’elle. Ce qu’elle pouvait entendre, c’était un concert de flammes.

« M’entends-tu ? » avais-je redemandé.

Ma voix l’avait fait trembler et avait sauté en arrière d’un mètre, touchant ainsi avec sa main le rocher qu’elle avait utilisé comme protection. Malheureusement, il était très chaud. Elle avait ouvert la bouche en raison de la douleur, mais n’avait pas crié.

Bizarre..., m’étais-je dit quand j’avais vu sa réaction.

Au moins, elle avait compris qu’elle n’était pas seule. Attrapant le poignard sur sa ceinture, elle l’avait dégainé et avait essayé de déterminer ma position exacte. Pendant un moment, j’avais eu peur qu’elle saute pour m’attaquer, mais j’avais remarqué que ses yeux me cherchaient à gauche et à droite, même si je me tenais juste devant elle.

Suis-je invisible ? m’étais-je demandé.

En pensant logiquement, mon corps de cristal était avec Nanya dans ma pièce. Elle n’avait aucun moyen de me voir. En fait, je n’avais aucune idée de ce à quoi je ressemblais quand ma vision était concentrée hors de mon corps.

« Écoute-moi bien. Si j’annule mes sorts autour de toi, les flammes vont te dévorer. Cela te brûlera vive. Tu ne veux pas ça, n’est-ce pas ? » l’avais-je prévenue.

Elle avait tremblé quand elle m’avait entendu. Et avec un lent hochement de tête, elle avait confirmé qu’elle voulait toujours vivre.

« Ne peux-tu pas parler ? » lui avais-je demandé juste pour être sûr.

Alors qu’elle regardait le sol brûlé devant elle et qu’elle serrait sa main autour de la poignée de son poignard, elle semblait troublée de savoir si elle me répondrait ou non. Un assassin muet ne m’était nullement utile en vie, alors si j’y pensais de cette façon, et si elle le confirmait, je n’avais aucune raison de la garder en vie.

Heureusement pour elle, je n’étais pas comme ça. Si elle pouvait parler ou non, je m’en fichais.

« Je vais prendre ton silence pour un non, » avais-je déclaré.

Quand elle m’avait entendu déclarer ça, elle m’avait regardé avec un regard empli d’inquiétude. Grâce à son masque, je ne pouvais voir que ses yeux. Alors qu’elle devait penser que je l’abandonnerais maintenant, elle avait abaissé son poignard et s’était résignée à son sort.

« Écoute. Je peux te sortir de là, mais à une seule condition. Je vais te jeter un sort pour faire de toi mon esclave. Si tu l’acceptes, je te sauverai, sinon, j’annulerai mes sorts et laisserai les flammes te consumer, » lui avais-je dit.

Mes paroles lui avaient donné un peu d’espoir, mais sa situation et la condition était terrible. Devenir l’esclave de quelqu’un d’inconnu était horrible, mais elle n’y avait pas d’autre choix. C’était ça ou être brûlé vif. D’une certaine façon, j’avais l’impression de jouer le méchant, mais encore une fois, elle était un assassin qui avait envahi mon territoire. Mon travail consistait à protéger l’académie, les élèves et les enseignants. C’était une ennemie, donc je n’avais aucune pitié.

Voyons... ne m’oblige pas à te tuer..., avais-je dit dans mon esprit, privilégiant l’option esclave plutôt que pour l’autre.

J’avais peut-être impitoyablement massacré tous les autres, mais à l’heure actuelle, si j’avais la chance de sauver une seule vie, je voulais le faire. Tuer était mauvais, quel que soit le monde. Si vous aviez le pouvoir de le faire, vous aviez aussi le pouvoir de défendre. De plus, l’arrière-goût d’avoir pris la vie de quelqu’un était amer et désagréable. J’étais peut-être bizarre, mais je n’aimais pas les meurtres insensés.

Dans ma vie antérieure, je m’en fichais quand cela arrivait aux autres, mais maintenant, après avoir pris la vie de quelqu’un et menacé d’en prendre une autre, c’était peut-être une façon égoïste de penser, ou celle d’un individu impuissant. Si dans une situation, j’avais le pouvoir de choisir, alors je ne m’en serais certainement pas soucié, mais maintenant, pour une raison inconnue, c’était différent. Peut-être que la réincarnation avait changé quelque chose dans mon âme ?

L’assassin y avait réfléchi pendant presque une minute, mais ensuite, avec un regard déterminé dans ses yeux, elle avait serré son poignard et avait hoché la tête. Elle avait accepté de devenir esclave plutôt que de subir une mort futile comme tous ses autres collègues.

« Merci..., » avais-je dit en poussant un soupir de soulagement.

Cela l’avait troublée, mais je n’avais pas laissé ce fait me déranger.

« Thon Or Non ! » avais-je crié. Puis, j’avais placé tout le mana nécessaire dans mon sort.

Elle avait été enveloppée d’une lumière blanche, et un étrange tatouage en forme de collier avait commencé à se former autour de son cou. Il était fait d’étranges runes noires gravées sur sa peau, qui brillaient en jaune à travers le tissu qu’elle portait. À en juger par ses yeux et ses poings serrés, on aurait dit que ça faisait mal. J’espérais que ce n’était pas trop violent. Quand cela avait été fini, la lumière avait disparu.

[Lancement du sort avec succès]

[Acquisition d’un nouvel esclave]

[De nouvelles compétences uniques débloquées]

[Avertissement : état de l’esclave critique] <Maladies détectées> <Blessures graves détectées> < Malédictions mortelles détectées>

Bah ! Plus tard ! m’étais-je dit alors que je fermais les fenêtres sans m’en soucier et je jetai rapidement Absorption sur elle.

Son corps avait été couvert d’une lumière vive comme tout le reste lorsque cela avait été absorbé avec succès, puis elle avait disparu, et bien... ses vêtements étaient restés.

Je ne m’attendais pas à ça ! m’étais-je dit. Puis j’avais rapidement absorbé toutes ses affaires.

Après avoir fait cela, tout ce que j’avais à faire était d’éteindre le feu et de vérifier les dommages s’il y en avait eu. Je n’avais aucune idée s’il y avait un sort que je pouvais utiliser pour replanter la forêt, mais en y réfléchissant, j’en étais venu à réaliser quelque chose.

J’ai le sort de Télékinésie. Si j’avais utilisé cela, j’aurais pu la sortir du feu en toute sécurité, puis j’aurais demandé à Tuberculus de l’attacher et c’était fini... Pourquoi n’y ai-je pas pensé et ai-je pris la peine de faire d’elle mon esclave ? m’étais-je demandé.

Même les noyaux de donjon Divin avaient occasionnellement un déficit intellectuel.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : Son "déficit intellectuel" va lui être d'un grand profit sur ce coup là à mon avis !

  2. Merci pour le chapitre!
    Je suis du même avis que Kuro.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire