J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 1 – Chapitre 8

***

Chapitre 8 : Ma pauvre El’Doraw…

Un déluge d’eau était tombé sur le feu de forêt créé par ma [Boule de feu] géante. Tuberculus, ainsi que plusieurs étudiants et quelques enseignants avaient travaillé côte à côte alors qu’ils vidaient leurs réserves de mana pour tenter de sauver ce qui restait de la forêt.

Pendant ce temps, j’avais ramassé les restes des assassins et je les avais déposés dans un trou que j’avais créé en utilisant la compétence [Création d’une pièce avec <4> murs]. Cela faisait environ 4 par 4 par 10, ce qui signifie que j’avais dû utiliser 1600 points de mana pour 160 m3. Une fois que tous les corps étaient là, j’avais envoyé dedans une [Boule de feu] avec cent points de mana et j’avais détruit les murs environnants, provoquant un effondrement et les enterrant ainsi par la même occasion.

Après cela, j’avais aidé à éteindre l’incendie en contrôlant la quantité d’oxygène dans la zone. Sans combustible à brûler, l’incendie s’était rapidement éteint. Les mages envoyaient encore leur magie de l’eau sur la zone qui brûlait auparavant, juste pour s’assurer qu’aucune braise résultante n’essayerait d’allumer un autre feu.

Nous avions terminé en moins d’une heure, et la zone avait été désignée comme étant trop dangereuse pour que les étudiants réguliers s’y aventurent. Les enseignants leur avaient interdit d’intervenir sans superviseur. Pendant ce temps, j’avais vérifié autour du dortoir et de l’école pour voir si cela n’avait pas été endommagé. D’après ce que j’avais vu, il n’y avait même pas une égratignure.

J’étais donc retourné dans la pièce où résidait mon corps de cristal. Là, j’avais trouvé une situation troublante et mignonne. Même s’il faisait plutôt sombre, je pouvais encore voir dans la pièce. Là, à la base de mon cristal, une certaine enseignante adolescente était pelotonnée en boule avec sa chemise tirée sur ses hanches, juste assez pour cacher ses seins, mais révélant complètement la peau blanche qui se trouvait plus bas. De son dos, la longue queue noire avec un ruban attaché à celle-ci était tenue par ses deux mains et elle tétait sur le bout comme le pouce d’un bébé.

« Unya ~ Maître ~ pas là... ça chatouille ! Voyons ! » déclara-t-elle dans son sommeil.

J’avais failli saigner du nez à cause de son attaque trop mignonne.

De quoi rêve cette fille ? Mais attend une seconde, malgré le vacarme dehors, elle ne s’est pas réveillée ? m’étais-je demandé pendant que je la regardais agir.

« Nanya ~, » je l’avais appelée à l’aide d’un murmure.

« Nanya-chan ~ », j’avais encore une fois appelé.

« Si tu ne te réveilles pas, je vais caresser tes seins, » lui murmurai-je à l’oreille.

« Ouiii~, s’il te plaît, fais-le, mais soit gentil ~, » m’avait-elle répondu dans son sommeil.

« Franchement ? Alors cela ne te dérangerait pas si je le faisais !? » Avais-je dit tout en étant ravi. Mais après être revenu à la réalité, je n’étais pas un pervers qui attaquerait une fille innocente pendant qu’elle dormait profondément et rêvait probablement de son amoureux.

J’avais poussé un profond soupir et j’avais lancé Télékinésie pour la remettre doucement sur le lit et j’avais également tiré la couverture sur elle. Elle s’était pelotée comme un chaton et n’avait pas dit un mot de plus.

Nanya, sois contente que je ne sois pas Pervert-kun ! m’étais-je dit.

En fait, je l’étais... mais oublions ce titre, surtout comment j’avais réussi à l’acquérir.

Je devrais aller vérifier l’assassin que j’ai attrapé, avais-je pensé, mais avant d’entrer dans mon esprit intérieur, je m’étais assuré de vérifier mon territoire et de voir s’il y avait d’autres assassins. Parmi les enseignants, j’avais vu Tuberculus se diriger en étant furieux vers ma chambre, sans doute pour me demander pourquoi la moitié du campus de l’école s’était enflammée pendant que tout le monde dormait.

« Bonjour, Tuberculus ! Il fait beau, hein ? » avais-je dit en m’approchant de lui.

Il s’arrêta immédiatement et regarda autour de lui avec suspicion.

« Seigneur du Donjon ? » demanda-t-il.

« Oui, mais franchement, quelle est la différence entre un cœur de donjon et un Seigneur du Donjon ? » lui avais-je demandé.

« Le Seigneur du Donjon est plus puissant, il peut utiliser des sorts, et il peut prendre forme humain une fois qu’il a atteint certaines conditions. Le cœur de donjon ne se transformera jamais en humain, mais il a la chance, une fois tous les 100 ans, de se transformer en un Seigneur du Donjon ou en une race supérieure. Non, attends ! Pourquoi te dis-je ça ? Seigneur du Donjon, que s’est-il passé ? » demanda-t-il avec fureur après avoir expliqué calmement, comme un professeur estimé, la différence entre les deux.

« Merci pour l’info, eh oui... à ce sujet, » avais-je répondu avec insouciance, en essayant d’éviter de donner trop de détails sur la façon dont j’avais failli anéantir le campus.

« J’écoute, » déclara-t-il.

Merde... Qu’est-ce que je fais maintenant ? m’étais-je demandé.

Au moins, il ne me regardait pas dans les yeux et ne pouvait pas dire si je mentais ou non. En fait, il regardait vers l’arbre à ma gauche.

« J’ai senti des assassins entrer sur mon territoire, et avec l’aide de Nanya, nous avons réussi à les vaincre. L’un d’eux a brûlé la forêt. C’est leur faute ! Ce n’est pas du tout la mienne ! » avais-je menti.

« Assassins, hein ? » il avait répondu, mais au lieu de douter de moi, il avait fait une tête sérieuse et avait regardé vers le sol.

Au ralenti, il avait commencé à peigner sa barbe blanche avec sa main droite.

« Vous savez, vous ne m’avez pas vu, mais j’ai aidé contre le feu..., » ce n’était pas un mensonge.

« Est-ce pour ça qu’il s'est éteint si vite ? » avait-il demandé.

« Je suppose que oui ? » avais-je répondu. « Mais Nanya a aussi aidé ! Je pense qu’elle se repose maintenant... quelque chose à propos d’une sieste de chat. » Je lui avais raconté ça ainsi, en mentant à nouveau, mais cela s’était ajouté à l’histoire.

Les événements s’étaient donc déroulés selon les lignes suivantes : Nanya dormait. J’avais senti les intrus. J’avais alerté Nanya. Elle s’était précipitée pour les tuer. J’avais un peu aidé. Nous avions aidé à éteindre l’incendie. Elle s’était sentie fatiguée et s’était rendormie. Fin de l’histoire.

« Elle est très forte. Si elle le souhaitait, elle aurait pu brûler toute la forêt en une seule fois. D’accord, je vais retourner au dortoir pour en parler aux autres professeurs. Si tu sens d’autres intrus, fais-le-moi savoir immédiatement et ne les engage pas de ta propre initiative... En fait, tu ne peux pas faire grand-chose, tu es un faible Seigneur du Donjon. Tu as probablement utilisé une [Boule de feu] ou une [Lance de glace] pour essayer de les frapper de loin, mais tu les as seulement distraits assez longtemps pour permettre à Nanya de les finir, n’est-ce pas ? Hm ! Mais, est-ce que ton noyau possède en vue de cette zone ? Comme c’est étrange... Quoi qu’il en soit, je vais maintenant rentrer. Tant qu’il n’y a plus de dangers et que Nanya s’en est occupée, tout va bien, » déclara-t-il en se grattant l’arrière de la tête et en se retournant.

« Bonne nuit, Principal ! » Je lui avais fait signe de la main invisible.

« Bonne nuit, Seigneur du Donjon, » répondit-il.

Donc, les Seigneurs du Donjon ordinaires ne peuvent pas voler comme moi et lancer des sorts magiques à gauche et à droite ? Il n’avait pas l’air de s’inquiéter du fait que je pouvais parler avec lui malgré le fait qu’il n’était pas si près de mon corps de cristal. Alors, oups ? avais-je pensé. Puis j’étais retourné dans ma chambre.

Avec tous sous contrôle, j’avais glissé dans mon esprit intérieur pour vérifier mon petit bonus, la petite esclave !

En y réfléchissant, je n’avais aucune idée à quoi elle ressemblait. Tout ce que je pouvais voir, c’était une grande femme avec probablement un bonnet C couvert de la tête aux pieds en noir et maniant des poignards d’apparence dangereuse. Maintenant, j’avais eu la chance de bien la regarder et... Hmm... d’analyser son corps sous toutes les coutures.

Dans mon esprit intérieur, l’obscurité était absolue comme toujours, mais juste là, les objets absorbés flottaient. Parmi eux, il y avait une lumière particulièrement forte. Je l’avais approchée. C’était le corps de la femme que j’avais réduite en esclavage ce jour-là. Avec ses yeux fermés comme si elle dormait profondément, elle flottait, me laissant jeter autant de regards que je le désirais sur son beau corps. Elle était grande, probablement 1,80 mètre, avec avec de longs cheveux blancs luxuriants et un beau visage. Les courbes étaient à mourir avec entre autres des seins guillerets, des fesses rondes, une taille fine, une peau pâle sans même une marque d’imperfection. Hmm, non pas trop. En vérité, il y avait un bon nombre de petites cicatrices et égratignures, quelques marques de beauté, une brûlure sur le côté, et une très vilaine cicatrice sur son cou comme si une bête en avait arraché un bon morceau. Elle avait aussi une vilaine brûlure sur le dos, mais ses cheveux étaient plus longs et couvraient la plus grande partie. Peut-être qu’elle les avait attachés en un paquet sous ce masque ? Quoi qu’il en soit, elle avait le potentiel d’être une déesse de la beauté, mais les marques sur son corps suggèrent le contraire.

Qui ferait une chose aussi cruelle au corps d’une femme ? m’étais-je demandé, mais il était tout à fait évident qui avait fait la vilaine marque de brûlure sur son dos.

Il y avait une caractéristique qui m’avait surpris, ses longues oreilles pointues. C’était un elfe, une vraie elfe.

Je me demande si je peux la réveiller ? m’étais-je demandé et comme si l’obscurité répondait à ma question, elle avait ouvert les yeux.

Avec une expression vide, elle m’avait regardé pendant un long moment, puis s’était rendu compte qu’elle était complètement nue. Une rougeur s’était faite visible sur ses joues, et j’avais été giflé si fort que j’avais volé quelques mètres en arrière. Qu’est-ce que c’était que ce truc sur le fait que l’esclave ne peut pas nuire au lanceur de sorts ? Quel mensonge ! Je voulais crier, mais j’avais repris le mode de vol normal et je m’étais approché d’elle.

« Hé ! Ça fait mal ! » lui avais-je dit.

Elle avait souri en réponse à mes paroles.

« Arg... Pourquoi m’as-tu giflé de toute façon ? Je suis aussi nu, mais ce n’est pas comme si j’allais t’attaquer ! » m’étais-je plaint auprès d’elle.

Elle avait regardé ma moitié inférieure et s’était détournée avec dédain. Est-ce qu’elle vient de me lancer un rire à ma façon ?

*Soupir*... J’avais décidé de ne pas me fâcher parce qu’elle se moquait de moi. En plaçant mes mains derrière ma tête, j’avais pris une posture détendue et j’avais flotté autour d’elle. Ce n'est pas comme si j’allais me plaindre. Contrairement à toi, je n’ai pas de corps. Cette forme est la meilleure que j’ai au niveau d’apparence humanoïde...

Elle m’avait regardé fixement.

« Je suis en quelque sorte le roi de cet endroit. Comprends-tu ? Mais si tu es gentille, je te rendrai ta culotte et peut-être aussi ton soutien-gorge. Qu’en dis-tu ? » Je lui avais demandé poliment, en lui montrant un sourire agréable.

En ouvrant la bouche, elle bougeait les lèvres comme si elle voulait dire quelque chose. Je ne pouvais pas dire quoi, mais j’avais le sentiment que ce n’était pas une bonne chose.

« Alors c’est non ! Au moins, j’ai quelque chose de décent à regarder ! Haha ! Hahahaha ! » j’avais ri et j’avais flotté autour d’elle un peu plus vite.

Elle s’était mise en colère et avait essayé de me frapper, mais je ne voulais pas qu’elle me touche, alors l’obscurité m’avait toujours déplacé au dernier moment. Voyant qu’elle ne pouvait rien faire, elle s’était recroquevillée et avait couvert ses fesses de ses mains tout en appuyant sa poitrine sur ses cuisses. C’était une tentative futile. Si je volais sous elle, je pourrais avoir une vue complète des jardins du Nirvana !

« Mais c’est gênant que je n’entende pas ta voix... Je vais voir si je peux arranger ça. Bon, statut, » avais-je dit tout en m’étant arrêté devant elle.

[Nom] : Shanteya Dowesyl <Nom d’esclave non sélectionné> esclave de [Illsyore].

[Espèce] : El’Doraw

[Race] : Albinos <Rare>

[Niveau] : 34

[Force] : 47

[Agilité] : 65

[Intelligence] : 84

[Mana] : 230

[Régénération de Mana] : 0,3 point par seconde.

[Points disponibles] : 0

[Compétences] > Énumérer toutes les compétences ? O/N.

[Points de compétence disponibles] : 0

[Allégeance] : Brasil, Dieu des ombres

[Conjoints] : Aucun

[Esclaves] : Aucun

[Animaux] : Aucun

[Minions] : Aucun

[Caractéristiques uniques] > Afficher la liste ? O/N.

Oui

[Caractéristiques uniques]

[Malédiction d’obéissance] <les membres de la Guilde d’Assassin La Rage du Fantôme sont maudits pour s’assurer de leur obéissance complète envers leur maître et leur chef de guilde actuel. Si l’on refuse de suivre un ordre d’assassinat donné par leur maître, la malédiction s’activera et drainera lentement la vie et l’énergie de l’Assassin jusqu’à leur mort. Une fois activé, seul le chef de guilde peut le désactiver. Situation actuelle : Activé. 2 jours 23 heures et 46 minutes restantes > Souhaitez-vous l’enlever ? O/N.

[Serment de mort] <fait au temple de Brésil, Dieu des Ombres. Shanteya Dowesyl a été forcée de jurer qu’elle tuerait un jour ses propres parents si elle retournait un jour dans la capitale des El’Doraws (la capitale officielle déclarée au moment de son retour) > Souhaitez-vous l’enlever ? O/N.

J’avais regardé ces deux caractéristiques. Elles étaient complètement inutiles pour moi, oui, absolument inutiles ! C’était une évidence ! J’enlèverais ces caractéristiques inutiles !

Oui ! Oui !

J’avais vérifié deux fois pour être sûr, et un dernier avertissement m’était parvenu :

[Enlever ces deux caractéristiques vous coûtera 3400 points de mana.]

Bon sang ! C’est beaucoup !

L’El’Doraw m’avait regardé avec une expression interrogative sur son visage. Je n’avais aucune idée si elle pouvait voir l’écran d’état qui apparaissait devant moi, mais si elle ne le faisait pas, j’avais probablement l’air d’un fou, non pas que de toute façon je m’en souciais.

Après avoir confirmé une dernière fois, j’avais senti le mana se vider de ma réserve, et les deux caractéristiques bizarres avaient disparu de la liste.

La dernière chose que je voulais voir, c’était son état de santé actuel. En y réfléchissant, une autre fenêtre bizarre était apparue devant moi.

[État de santé de Shanteya Dowesyl]

[Maladies : 4] Guérir ? O/N.

[Maladie incurable : Drain de mana] Guérir ? O/N.

[Fractures : 3] Guérir ? O/N.

[Organes perforés : 2] Guérir ? O/N.

[Blessures ouvertes : 12] Guérir ? O/N.

[Cicatrices : 34] Guérir ? O/N.

[Brûlures : 2] Guérir ? O/N.

[Organes manquants : 3] Guérir ? O/N.

J’avais été tout simplement choqué par ce que j’avais vu. Le nombre de blessures, de cicatrices, de maladies et le reste étaient pires que je ne le pensais. À première vue, je ne pouvais voir que quelques cicatrices et la brûlure que j’avais faites, mais en pensant que je lui avais fait si mal, cela m’avait effrayé. Ensuite, il y avait des statistiques à côté des [Maladies] et des [Maladies incurables], mais je ne comprenais pas. Il en allait de même pour les [Organes manquants]. Quand je pense que quelque chose d’aussi brutal lui était arrivé, je ne pouvais même pas imaginer le genre de vie qu’elle avait vécue jusque là.

« Je vais maintenant te guérir, » lui avais-je dit et elle avait cligné des yeux en me regardant.

J’avais choisi la première action, et 400 points de mana avaient été soustraits de ma réserve, la deuxième action avait enlevé 1000 points, la troisième...

Il s’était passé quelque chose d’étrange. J’avais la tête lourde et ma vision était devenue floue. Cela m’avait effrayé, alors j’avais rapidement ouvert mon propre écran de statistiques.

[Mana] : 340

Tout le reste était normal.

« Désolé... J’en ai trop utilisé... Je vais... maintenant dormir..., » avais-je dit. Puis j’avais flotté jusqu’à arriver d’elle.

Je crois que je l’avais enlacée dans mon sommeil parce que je ne me souviens pas de ce qui s’était passé après.

Était-ce à cause de la quantité de mana que j’avais consommée ou était-ce que j’avais besoin de dormir comme n’importe qui d’autre ? Je n’avais aucune idée, mais quand même, c’était une bonne chose que cela se soit passé, je n’aurais pas été capable de guérir les autres statistiques avec cette petite quantité de mana restante. Après tout, je suppose que certaines choses exigeaient beaucoup... Était-ce que j’étais devenu trop arrogant parce que j’étais de la race Divine ?

Quoi qu’il en soit... dormir maintenant... avec cet oreiller vraiment confortable...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : Elle est beaucoup trop affaiblie !!

  2. Merci pour le chapitre!
    Rip la mana xD

  3. Merci pour le chapitre

  4. Et bien, la vie de Dowesyl à du être un calvaire (tiens, il n'y a pas son âge sur sa fiche ?)

    • Non, mais on apprendra bien plus tard l'age (environ) qu'elle possède quand elle rencontrera un membre de sa famille. Le chapitre 9.5 est un spécial sur elle, le point de vue de ce qui s'est passé avec notre Seigneur de Donjon et sera dispo dimanche, donc aujourd'hui.

Laisser un commentaire