J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 1 – Chapitre 6

***

Chapitre 6 : La libération et l’ivrogne !

Je n’étais plus un cœur de donjon sans nom ! Hourra !

Malheureusement, c’était un nom de fille, et mon âme était celle d’un homme... *Soupir*...

Après que Nanya soit partie et m’ait fait promettre de ne plus prononcer les mots de ce sort maudit, j’étais resté seul dans ma pièce et j’avais commencé à m’interroger sur beaucoup de choses concernant ma nature. Tout d’abord, j’avais réalisé que j’étais probablement un cœur de donjon unique, mais le menu de statut disait Seigneur du Donjon. J’avais oublié de demander à Nanya s’il y avait une différence entre les deux. Mais encore une fois, je n’aurais jamais imaginé que ma race Divine s’était éteinte depuis des milliers d’années. Comme je l’avais vu là apparaître quand on m’avait demandé de le choisir, j’avais pensé que c’était une chose standard, et que tout le monde sauterait dedans quand le choix s’offrait à eux. Je pensais que le monde était rempli de ces donjons, et non l’inverse.

Dans le silence de cette pièce dévastée, j’avais tranquillement absorbé les livres qui se trouvaient à proximité. Après les avoir copiés avec ma magie, je les avais ramenées d’où je les avais pris. De cette façon, j’avais gagné beaucoup de sorts, mais malheureusement, aucun d’entre eux n’était un sort de « bon sens ». Dans tous les cas, j’avais appris à lire et à écrire. C’était une compétence qui m’avait paru très utile puisque je devais être une Académie de Magie. Comment avais-je accompli un tel exploit ? Eh bien, il y avait quelques livres avec du matériel d’apprentissage destiné aux enfants. J’avais étudié ceux-là dans mon esprit intérieur. Ne me jugez pas pour le nom ! J’étais en conflit à propos de la consommation : Le palais intérieur, le grand au-delà, les ténèbres, la terre des rêves ou l’esprit intérieur. J’avais choisi ce dernier parce que je l’avais trouvé le plus logique parmi eux.

Parmi tous ces livres, il y en avait quelques-uns sur les leçons d’histoire. C’est ainsi que j’avais appris que le monde dans lequel je vivais avait trois continents explorés et beaucoup plus d’inexplorés. Personne n’avait réussi à faire le tour du monde. Étonnamment, ils étaient tous des continents insulaires de la taille de l’Australie. Ainsi, d’après ce que j’avais compris, cette planète était plus grande que la Terre. Cependant, la force de la pesanteur semblait être à peu près la même. J’avais essayé ça en laissant tomber des objets au hasard sur le sol. Si la gravité était plus forte ici, j’aurais dû remarquer une vitesse de chute plus rapide. Quant à l’endroit où j’étais en ce moment, j’étais sur le deuxième continent, Allasn. Elle était gouvernée par trois royaumes puissants : Le Royaume de Feyan au nord, le Royaume de Shoraya au sud-est, et le reste appartenaient au Grand Empire du Paramanium, qui s’était également étendu sur le premier continent. Mon emplacement exact était quelque part dans le sud-est, dans le royaume de Shoraya. Pour autant que je sache, la langue était le shorayan. Étonnamment, je n’avais pas trouvé de livre sur la création du monde ou sur les religions de ce lieu, mais cela ne me dérangeait pas énormément, j’étais juste curieux à ce sujet.

Il y avait beaucoup de livres sur les pièges et l’architecture. J’ose dire qu’il y en avait plus que les livres de magie. Les sorts que j’avais appris n’avaient pas inspiré le besoin de gaspiller mes points de compétence avec eux, alors pour le moment, ils avaient décoré ma fenêtre de compétence en me suppliant d’être utilisé. C’était le genre de maléfices que l’on trouvait souvent dans les jeux. Tu as des statistiques aux maximums, donc il te reste des points supplémentaires. En conséquence, tu les as utilisés dans des compétences dont tu es sûr à 100 % que tu n’utiliserais pas dans une vraie bataille, mais qui avaient l’air amusants ou cool.

Après que j’eus fini avec les livres, je m’étais ennuyé alors j’avais commencé à tester mes compétences. J’avais aussi commencé par nettoyer la chambre. J’avais tout simplement tout absorbé et en utilisant les compétences en construction, j’avais reconstruit la fenêtre, les murs, la porte et les meubles cassés. Ensuite, j’avais rassemblé tous les débris et les avais placés dans un coin libre. Pour l’instant, je ne savais pas quoi en faire ou si elle pouvait être réutilisée dans quelque chose.

Est-ce que ce monde connaît vraiment le concept du recyclage ? m’étais-je demandé en regardant la pile.

Peu de temps après que j’eus fini de nettoyer, quelqu’un était entré dans ma salle, c’était le barbu d’avant. Il avait cligné des yeux quand il avait vu tout l’endroit restauré comme il était avant, ou du moins, il n’y avait plus de bureau carbonisé derrière moi.

« Oh, mon Dieu ! » Tuberculus avait été surpris.

« J’ai... Euh... nettoyer l’endroit, » avais-je dit.

« Je peux le voir. Merci ! » il se frottait sa barbe et il regardait tout autour de lui avec curiosité.

Je l’avais regardé pendant qu’il réfléchissait devant moi et j’avais regardé les meubles restaurés et les livres que j’avais déjà lus. Il avait pris le livre de télékinésie et avait cligné des yeux emplis de surprise.

« Que fait ce livre ici ? » demanda-t-il.

« C’était sur le sol... Ne faisait-il pas partie de votre collection ? » avais-je répondu en posant une question. J’avais regardé les autres livres dans la pièce.

Je n’avais pas trouvé ça bizarre compte tenu des autres sorts qui y étaient stockés.

« Non, ça ne l’est pas. C’est un livre inutile avec un sort que personne ne peut utiliser. Un tel gaspillage de mana et pour quel usage ? Pour soulever une coupe ? » déclara-t-il en haussant les épaules et en poussant un soupir de déception.

« Pourquoi est-ce un gaspillage de magie ? » avais-je demandé en étant curieux.

Il ne semblait pas inutile... et le coût était plutôt bas ? Où n’ont-ils que 100 points de mana ou une quantité très proche de ça ? avais-je réfléchi en regardant le livre dans ses mains.

C’était le tout premier sort que j’avais appris dans ce nouveau monde, mais il ne semblait pas inutile. En fait, je l’avais trouvé très utile, et il y avait d’innombrables utilisations.

« Parce qu’il coûte cher à utiliser, qu’il est difficile à contrôler, qu’il a de faibles capacités défensives et d’attaque, et que personne ne s’est jamais donné la peine de le maîtriser, » avait-il expliqué en s’approchant du bureau et en le plaçant sur le dessus.

« Oh ? Vraiment ? » avais-je répondu.

Je peux facilement l’utiliser. Il y a des tonnes d’applications pour une capacité de télékinésie. Je suis d’accord sur la partie contrôle, mais j’ai peut-être reçu de l’aide à cause de mon espèce. Cependant, je ne considère pas cela comme une compétence inutile, m’étais-je dit, mais j’avais décidé de garder mon opinion pour moi.

« Quoi qu’il en soit, je suis passé ici pour t’informer qu’à partir de demain, l’Académie de Magie de Fellyore commencera ses premiers cours ! Aujourd’hui, nous avons eu la cérémonie inaugurale et, malgré quelques désagréments mineurs, nous nous en sommes sortis. Par conséquent, je te libère de l’enfermement de cette pièce, » avait-il déclaré, et après cela, il avait frappé le sol à deux reprises avec son bâton, et j’avais entendu quelque chose se briser autour de moi.

[La barrière de confinement a été enlevée]

[Le Territoire du Donjon a augmenté] <pour ajouter plus de territoire, vous pouvez dépenser plus de points de mana.>

[Un nouveau bâtiment a été ajouté au donjon actuel : Dortoir]

[Nouvelles formes de vie détectées : 435 étudiants]

[De nouvelles formes de vie détectées : 12 enseignants]

J’avais cligné des yeux quand j’avais vu les nouveaux messages.

« Merci ? » avais-je dit un peu incertain quant à la façon d’agir.

« Je vous en prie ! » Il m’avait averti avec un regard sévère.

Dans le silence de mon esprit intérieur, j’avais senti un frisson couler le long de ma colonne vertébrale. Tuberculus était sérieux. Il allait mettre fin à mon existence si je faisais quelque chose de mal ou si je n’accomplissais pas mon devoir, bien que je n’avais toujours aucune idée de ce que cela devait être.

« Très bien alors, je te suggère de commencer à réparer le bâtiment principal de l’école et le dortoir, en particulier la salle de bain des filles se trouvant au premier étage. Un voyou a décidé de lancer un sort de [Boule de feu] dans l’un des bains. C’était un vrai désastre, mais heureusement, madame Nanya était là pour s’en occuper avant que ça ne devienne dangereux, » m’avait-il déclaré, mais j’avais l’étrange sentiment qu’il n’y avait pas de farceur dans la salle de bain des filles, à moins qu’il ne s’agisse d’un gros cristal vert qui avait accidentellement lâché un tel sort au mauvais endroit. Bien que je n’étais pas sûr de la façon dont cela s’était produit, étant donné toute la restriction imposée par la barrière présente tout à l’heure.

En parlant de ça..., pensais-je.

« Monsieur Tuberculus, quelle est la différence entre une compétence et un sort ? » demandai-je.

« Oh ? C’est une question plutôt étrange, » répondit-il. « Eh bien, techniquement parlant, chaque capacité que l’on a est fondamentalement appelée une compétence, et c’était comme ça pendant des milliers d’années, mais récemment, le terme de sort a été adopté pour toute capacité qui nécessite du mana, mais ne nécessite pas d’arme. Par exemple, la [Boule de feu]. C’est une compétence, mais quand on parle avec quelqu’un, il vaut mieux dire le sort de [Boule de feu] pour le différencier de la compétence [Boule de feu] qui est appliquée sur un bâton. Dans la catégorie Compétences, tu as aussi les Talents en épée. C’est quelque chose que nous avons emprunté au Troisième Continent. Ils différencient les sorts des compétences par l’utilisation du terme talent, » expliqua le vieil homme, et étonnamment, j’avais compris.

Je suppose que mes capacités sont toutes des Compétences parce que c’est le nom de base pour TOUTES ces capacités. Par conséquent, je dois utiliser Sort lorsque je parle d’une capacité qui n’utilise pas d’arme. Hm, je me demande si les Buffs sont les mêmes, avais-je réfléchi en regardant par la fenêtre.

Il commençait à faire nuit dehors.

« Je vais maintenant partir. Je vais passer demain matin pour t’apprendre quoi faire pendant les cours, mais l’idée de base serait de réparer tout ce que les enfants détruisent, » déclara Tuberculus en me regardant.

« Oui, monsieur, » avais-je répondu comme un soldat devant son sergent.

« Je ne suis pas un monsieur, mais tu peux m’appeler principal Tuberculus à partir de demain. Hm, ça sonne bien, n’est-ce pas ? » avait-il dit en riant.

Après avoir ramassé le livre de Sort de Télékinésie, il était sorti de la pièce et m’avait laissé seul avec mes pensées.

10 minutes plus tard.

Je suppose que je devrais commencer à arranger les choses. J’ai une quantité incroyable de mana et..., pendant que je pensais à cela, la porte de ma pièce s’était ouverte une fois de plus et une fille à moitié nue et ivre était rentrée là.

C’était Nanya.

« Hic ! Espèce de traître !, » avait-elle crié en m’accusant sans ménagement.

« Pardon ? » avais-je demandé en étant confus.

« Toi... toi... toi... Hic ! Tu as laissé ce vieux snapch prendre mes livres, » déclara-t-elle avec un autre hic, puis elle s’était approchée de moi en titubant.

Vieux snapch ? Non, peut-être vieux snock ? avais-je réfléchi.

Elle s’était assise sur le sol à quelques pas de moi. En la regardant, en commençant par le cou, j’avais pu voir une épaule nue, son joli cou, une partie de sa poitrine, et les formes joyeuses qui révélaient sans vergogne le fait que ses montagnes sacrées n’étaient pas protégées par un soutien-gorge. La chemise de nuit blanche d’une seule pièce qu’elle portait avait essayé du mieux qu’il pouvait cacher le haut de son corps, mais ses cuisses s’étaient révélées justes assez pour qu’un homme puisse les fixer intensément et laisser son imagination prendre le dessus. Je savais qu’elle était une femme de 543 ans dans un corps jeune, mais quand même... c’était un magnifique corps.

Est-ce que j’ai gagné un fétichisme pour les adolescentes ? m’étais-je demandé.

J’avais un peu peur si c’était vrai. Dans le pire des cas, j’allais finir comme amoureux des lolis ou dans une prison pour cœur de donjon. Y avait-il quelque chose comme ça ?

« Hé ? Pourquoi es-tu silencieux ? » me demanda-t-elle en me montrant du doigt l’image miroir à côté de moi.

« Tu es ivre. » J’avais plissé les yeux vers elle.

« Je ne le suis pas ! Je suis juste un tout petit peu étourdie... alors arrête de bouger comme ça ! » se plaignit-elle en montrant le vrai moi cette fois, mais le petit doigt n’était pas sûr de savoir lequel était le vrai moi.

« Vraiment maintenant ? Qu’est-ce que fait 2 plus 2 ? » avais-je demandé.

« Je ne suis pas ivre ! C’est... euh... 2 498 398 398,234 * 9 ! Haahaa ! J’ai raison ! » répondit-elle avec un sourire victorieux tout en gonflant sa poitrine, laissant transparaître ces points guillerets à travers le tissu.

« Comment cela peut-il être possible ? C’est 4 ! » avais-je rétorqué.

« Bah ! Non ! Je suis Justche ! » répondit-elle.

« Tu es quoi ? » demandai-je.

« Eh... tu parles trop... euh, je vais maintenant dormir... Je..., » avant qu’elle n’ait fini ses paroles, elle s’était couchée devant moi et elle s’était mise en boule afin de former une petite masse. Elle s’était endormie.

« Toi, petite..., » murmurai-je.

Tout en poussant un long soupir, j’avais décidé d’abandonner. Cette femme n’était pas celle à qui on pouvait parler quand elle était ivre, d’ailleurs, elle était déjà endormie. Au lieu de la réveiller, j’avais décidé d’invoquer un petit lit et, à l’aide de mon sort de télékinésie, je l’avais placée délicatement dessus.

Pendant que je la soulevais dans les airs, j’avais vu quelque chose d’inattendu. Une longue queue noire avec un ruban rouge noué sur le bout de la queue faisait des ondulations dans l’air. J’avais cligné des yeux emplis de surprise et changeant mon point de vue, j’avais remarqué la queue sortant du dos de Nanya, ou pour être plus exact, c’était la continuation de sa colonne vertébrale, le coccyx de l’humain, pile au niveau de ses fesses.

Elle a une queue ? Eh bien... elle est assez vieille, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit... une non-humaine, pensais-je en le regardant, mais je n’étais ni effrayé ni dégoûté. Au contraire, il y avait eu une pensée bizarre qui m’était venue à l’esprit, est-ce que je trouverai des filles-chats et des elfes ici ?

Je commençais à m’exciter à cette idée.

Après avoir mis Nanya au lit, j’avais invoqué une couverture et je l’avais soigneusement bordée. La femme s’était blottie à ce moment-là avec un sourire satisfait sur les lèvres. Elle était plutôt mignonne comme ça. Si j’avais eu des lèvres, je l’aurais à coup sûr embrassée.

Oh, non ! Mauvais cerveau ! Ce n’est pas une bonne idée ! Je m’étais moi-même méprisé en raison de cette pensée.

Quand une femme était forte et pouvait même avoir une ceinture de karaté, n’essayez pas de lui sauter dessus pendant qu’elle dort, vous pourriez vous retrouver avec un coup de poing au visage. Ces mots avaient été prononcés à partir d’une véritable expérience.

Maintenant que je regarde autour de moi. D’où vient cette lumière ? m’étais-je demandé.

La pièce était éclairée, mais il n’y avait pas de bougie ou de lampe en vue.

Qu’est-ce qui se passe ? Est-ce que c’est moi ? m’étais-je demandé et j’avais regardé en bas.

Ouais ! C’était moi ! Mon corps brillait d’une lumière blanche et pâle. Ce n’était pas vert, ce qui m’avait encore plus surpris.

Afin de cacher la lumière, comme je n’avais aucune idée de son fonctionnement réel ou de l’endroit où se trouvait le bouton d’arrêt, j’avais décidé d’invoquer une couverture assez grande pour me couvrir. Je pouvais laisser ma vue hors de mon corps, donc il n’y avait pas vraiment besoin de cette lumière.

[Attention ! 25 Assassins sont entrés dans le territoire du Donjon !]

Ça n’a pas l’air très bon..., avais-je pensé qu’en regardant son message.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : Il a vraiment pas la vie facile le pauvre.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre!
    Ps: Vivement le prologue du tome de 2 de Kimi to Boku ^^

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire