Infinite Stratos – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Les signes que la présidente du Conseil des étudiants est un Felis

Partie 3

Argh. Ce n’était pas juste de faire équipe comme ça. Elles pourraient me faire tomber en un clin d’œil.

« Quoi qu’il en soit ! Le thé est prêt ! »

« Hahaha. Il s’agite maintenant. »

« En effet, nous nous sommes bien amusées. Cela suffit pour l’instant. »

« Je suppose que oui. Tu es trop gentille avec lui, Houki. »

Les filles en riaient. Pendant ce temps, j’étais sur un lit d’aiguilles.

« Quoi qu’il en soit, pour répondre à ta question. Je ne suis allée nulle part. Une de mes connaissances au laboratoire m’a dit que les manjus à la feuille d’érable étaient un excellent souvenir, alors j’en ai fait des provisions. »

« Le laboratoire ? »

« L’équipe de développement de mon IS. »

« As-tu ton propre IS ? »

« Bien sûr. Je suis après tout la plus forte de l’Académie IS. »

Houki et moi nous étions un peu tendus. Tatenashi était l’élève la plus forte ici, même sans utiliser d’IS, donc sa tactique avec l’un d’eux devait être encore plus sauvage.

« Hmm. Il faudra que je vous montre un jour. Je suis en fait un bon professeur. »

« Vraiment ? »

Houki était enthousiaste à l’idée de cette perspective. Quant à moi… J’avais déjà accepté son coaching.

« Bien sûr. Il est de mon devoir de prendre soin de mes adorables petits élèves. »

« Je vois. Merci ! »

« Juste, un à la fois, d’accord ? Pas les deux à la fois. C’est trop difficile de se concentrer. »

« D’accord… » Houki était évidemment déçue, mais elle acquiesça. Leur petit affrontement plus tôt avait fait apparaître très clairement l’écart de leurs capacités. Mais apparemment, elle considérait toujours que c’était plus utile que de s’entraîner seule.

« Bref, il y a quelque chose que je me demande depuis un petit moment. » Houki prit une gorgée de thé pour calmer ses nerfs, puis fit un geste dans la pièce. « Ne serait-ce pas tes affaires ? »

« Oui. Je vais rester ici pendant un certain temps. »

« Quoi ? »

Houki s’était mise debout. Je n’avais rien pu dire pour améliorer la situation, alors j’étais resté silencieux, même si je regrettais mon propre manque de courage. Argh…

« Pourquoi ? »

« Eh bien. Puisque je vais entraîner Ichika, nous devons être sur la même longueur d’onde. Manger les mêmes repas. Dormir de la même façon. Et je dois être capable de le surveiller constamment. »

« Me surveiller… » Que suis-je, Tatenashi ? Ton animal de compagnie ?

« Alors, je vais aussi rester ici ! » Je m’attendais à ce que Houki dise cela.

« Hmm. Non, je ne peux pas. »

« Pourquoi pas ? »

« C’est une chambre pour deux personnes. »

« Argh… » Elle ne pouvait pas discuter de ça.

« Ne t’inquiète pas. Je ne le toucherai pas. »

« Si… Si tu le dis… »

« Mais je ne peux pas garantir qu’il ne me touchera pas ~. »

« Quoi ? Ichika, tu — . »

« Attends ! Attends ! Je n’ai rien dit ! Allez, Tatenashi ! Arrête de la provoquer ! Quand elle se met en colère, elle devient violente ! »

« Oh, tu l’as remarqué ? Je suis désolée, Houki. C’était un peu méchant de ma part. Tee-hee. »

« Je… D’accord… »

En voyant ce sourire innocent, Houki s’était détendue et s’était assise. Le coin de la bouche de Tatenashi s’était recroquevillé pendant qu’elle regardait. C’est vraiment une arnaqueuse… Et c’est ainsi qu’avait commencé notre vie tumultueuse ensemble.

 

Premier exemple.

« Heyyyy, Ichika ! »

« Wha — wôw ! »

Tatenashi m’avait rappelé dans la chambre alors que je me brossais les dents avant de me coucher. Quand j’étais revenu par la porte, elle était couchée sur son lit, les pieds en l’air. Ce n’est pas comme s’il y avait eu quelque chose de mal à cela. Le problème, c’est qu’elle ne portait rien d’autre qu’une chemise blanche et des sous-vêtements.

Attends, je la vois… Les courbes des hanches de Tatenashi avaient été accentuées par sa taille fine. Elles étaient couvertes — à peine — par une culotte violet clair, et quand j’avais réalisé à quel point je pouvais voir, je m’étais retiré dans la salle de bain.

« Hein ? Qu’est-ce qui ne va pas, Ichika ? »

« Tu sais quoi ? Mets des vêtements ! »

« Mais j’ai des vêtements. »

« Un pantalon aussi ! »

« Hein… »

Je pouvais entendre ses pas de l’autre côté de la porte. Oh non ! Elle se rapproche !

« C’est drôle, la porte ne s’ouvre pas. »

« Bien sûr que non. Je la tiens fermée. »

« Si tu n’ouvres pas, les charnières vont se fissurer. »

« Hein ? » Avec le son éclatant du claquement du métal, la porte s’était effondrée sur moi. Oomph !

« Pousse ! » La porte s’inclinait en diagonale vers l’intérieur, avec tout le poids de Tatenashi sur elle. Argh. « Tu vois ? Je ne suis pas si lourde. J’ai une bonne silhouette, et je m’entraîne tous les jours. »

« Écoute, si tu veux te vanter, au moins, sois prête — . »

« Coup de poing ! »

La base de sa paume avait frappé fermement contre le côté opposé de la porte qui était pressé contre mon visage. Le choc m’avait fait tomber par terre, et elle avait saisi l’occasion pour entrer dans la salle de bain. De bas en haut, c’était le sol, puis moi, puis la porte, puis elle. Ça craint.

 

 

« Pourquoi ne pas arrêter de discuter avec moi et me laisser essayer un de ces massages dont j’ai tant entendu parler ? »

« Eh !? »

« Je parie que tu veux savoir comment je le sais, n’est-ce pas ? Fufu. J’ai toujours l’oreille au sol. En plus, Cécilia ne voulait apparemment pas se taire à ce sujet. »

Bon sang, Cécilia ! Regarde dans quoi tu m’as mis ! Quoi qu’il en soit, j’étais là. Honnêtement, Tatenashi avait une bonne silhouette. Pas seulement une bonne. Une silhouette incroyable. On pouvait voir qu’elle était bien construite, même avec son uniforme. Pourtant, sa taille était bien serrée et svelte. Et ses fesses étaient parfaites. Argh, non ! Je ne peux pas la masser ! C’était moi le problème. Mon cerveau était tout retourné. Ce n’était pas bon. Ça ne pouvait pas être bon.

« Tu ne veux toujours pas, hein ? Très bien, que dis-tu de ça ? »

Tatenashi m’avait arraché la porte et s’était immédiatement jetée sur moi.

« Que fais-tu ? »

« Mwahahaha. Coochie-coochie-coo ! »

« Quoi — Non, attends, arrête ! Ahhh ! »

« As-tu déjà changé d’avis à propos de ce massage ? »

« Non ! Je te l’ai dit ! Je ne peux pas — . »

« Si tu peux encore te concentrer pour argumenter, peut-être que je devrais le faire plus intensément. »

« Ahhhhh ! Ahahahahah ! St-Sto — hahahahahahah ! »

« Alors, que dirais-tu de ce massage ? »

« O-Okay ! Je vais le faire ! Je vais le faire, ahahahahahaha ! Arrête… »

Satisfaite de cette réponse, Tatenashi avait finalement cessé de me chatouiller.

« Tu es un dur à cuire, n’est-ce pas ? »

« Qu’est-ce que cela veut dire ? »

« Quoi qu’il en soit, dépêche-toi avec le massage. Je suis tellement épuisée par le conseil des étudiants. »

« Mais !

« Oui, cela aussi. »

« … Étais-tu obligée de faire ça ? »

« Mm-hmm. J’ai juste pensé que ce serait amusant. De toute façon… »

« Mets quelque chose là-dessous, ou je ne le fais pas. »

« Là-bas ? Mais je porte déjà une culotte. »

« la culotte ne compte pas. »

« Ce n’est pas drôle. »

« Très bien, je ne le fais pas. »

« Bon, si tu le dis. Très bien, je vais aller mettre un pantalon. »

« Je t’en prie, fais-le. »

J’avais regardé Tatenashi quand elle avait quitté la pièce, et elle s’était arrêtée une seconde pour protester. « Ce n’est pas une culotte, donc ce n’est pas gênant — . »

« Oui, c’en est une. »

Je me fichais du nom que tu lui donnes. C’était évidemment une culotte. Et s’il te plaît, arrête de me faire la regarder. Ça me prenait tout ce que j’avais juste pour regarder ailleurs.

« Et celui-là ? »

Elle avait remonté l’ourlet de sa chemise pour révéler une paire de shorts de vélo moulants. Je pouvais voir les coutures de sa culotte à travers eux.

« … »

« Je te vois baver. »

« Je ne le fais pas ! »

Je ne pouvais pas m’en occuper à ce moment-là. Honnêtement. C’était tout ce que c’était.

« Maintenant, en tout cas. C’est l’heure de mon massage. »

« Oui, madame… » Tatenashi était étendue sur le lit, et je n’avais plus de volonté pour me disputer avec elle. « Bon, je vais commencer. »

« Hm. Merci. Rends-moi encore plus belle que je ne le suis déjà. »

Je ne pensais pas qu’un simple massage pouvait accomplir cela. Je veux dire, c’était une barre assez haute. Hmm. Ça sent bon ici. La pièce était remplie d’un parfum doux, mais frais, différent de celui du Houki ou du Charl. Quand mon cœur avait commencé à battre plus vite, j’avais senti ma main s’enrouler autour de quelque chose de doux. Smoosh.

C’est doux. C’est tellement doux, et je ne suis encore que sur ses jambes. Mais ce n’était pas seulement la douceur de la graisse. Il y avait du muscle bien tonique en dessous. Comment dois-je le décrire ? Je me sentais bien, c’est tout. Juste le toucher me faisait du bien.

« Dépêche-toi de me faire les fesses. J’ai été assise toute la journée. »

« OK… »

Il n’y avait qu’une seule issue. J’avais besoin de me vider l’esprit ! Accepter l’état de néant ! Je m’étais endurci et j’avais mis ma main sur sa jambe. Smoosh.

« ... »

C’était vraiment doux. Une belle taille, aussi.

« Ichika. »

« Oui ? »

« Tu saignes du nez. »

« Désolé… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire