Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention (LN) – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 8

Bannière de Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention (LN) ***

Chapitre 2 : La Caverne de Glace et le Secret de la Bête

Partie 8

7 — Les fruits de chez les renards

Le Sagittaire d’Azur avait soutenu la vente de l’homme bête de la société Galumdoor.

Mizuha, une vraie victime, avait témoigné, et j’avais décidé de la croire. Je n’avais toujours rien qui puisse prouver le lien entre les deux, tout ce que j’avais, c’était des preuves circonstancielles. Même si je dénonçais Galumdoor, je ne pourrais pas mener une enquête plus détaillée contre le Sagittaire d’Azur.

Il me fallait donc des preuves. Alors que je ruminais, Sakuya-san était entrée dans le bar par la porte de derrière. Il semblait qu’elle surveillait nos échanges.

« Maître, il y a des preuves que Galumdoor a transporté les hommes bêtes capturé depuis leur grenier, et j’ai localisé la destination de leur transport, » déclara Sakuya-san.

« Bon travail, comme d’habitude, Sakuya-san. Alors, où est-il ? » demandai-je.

« Veuillez examiner cette carte. C’est dans cette auberge, sur la onzième rue. Il semble que ce soit une auberge bon marché ordinaire, mais il y a eu un témoignage d’un membre de Galumdoor qui y a apporté de gros bagages. Je crains qu’ils aient une cave ou une sorte de pièce cachée, » déclara-t-elle.

Ayant entendu parler de la possibilité de confinement des hommes bêtes, les expressions de Zect et de Mizuha s’étaient troublées. Il fallait s’y attendre, mais même Mizuha était clairement en colère.

Cette fille n’avait pas du tout peur, elle avait prévu de se battre. Elle avait donné à Aileen un combat décent, ce qui signifie qu’une force considérable se trouvait dans sa petite carrure.

« S’il vous plaît, laissez-moi faire quelque chose. Je n’ai pas seulement l’intention de me venger. Je veux aussi sauver les personnes capturées. »

« … Mettez-moi aussi au travail. Je ne les tuerai pas tant que nous serons dans la capitale. Je promets de ne rien faire qui puisse nuire à la réputation de cette guilde. »

Mizuha et Zect. La jeune fille qui était un bon adversaire pour Aileen, et un aventurier de Rang SS. Ces deux-là auraient probablement suffi à la mission, mais j’aimerais qu’une personne de plus les accompagne.

« Je vais les guider… Est-ce bon ? » demanda Sakuya-san.

« Oui, s’il te plaît. Désolé de te donner encore plus de travail, » déclarai-je.

« Pas de problème. C’est ce que je souhaite faire moi-même, après tout. »

Le désir de Sakuya-san de sauver les êtres hommes bêtes avait été correctement transmis. Après tout, elle avait continué son enquête jusqu’à ce qu’elle trouve l’emplacement de leur transport, elle aurait même pu penser à les sauver toute seule.

« Raia, McKinley, Rigel. Votre travail est fait, bon travail. Allez vous reposer, » déclarai-je.

« J’ai compris ! Nous aimerions tous vous accompagner, mais trop de personnes qui iraient là-bas se distingueront probablement. »

« N’oubliez pas de nous dire si vous avez besoin de plus de mains. »

Rigel et McKinley avaient répondu, et étaient retournés aux dortoirs de la guilde.

« … Maître de guilde, si possible, laissez-moi assister Sakuya-san… J’aimerais sauver les prisonniers en tant que compagnon homme-bête, » déclara Raia.

« Es-tu sûre ? Tu reviens de la mission, alors n’es-tu pas fatiguée ? Cependant, ce problème peut être résolu en utilisant la magie de guérison, » déclarai-je.

« Ah… M-Merci beaucoup. Cependant, il n’est pas nécessaire de vous inquiéter. J’ai confiance en mon endurance, » déclara Raia.

Bien qu’elle ait dit tout cela, j’avais jeté la Lumière de guérison pour restaurer l’endurance de Raia. J’avais profité de l’occasion pour le faire sur tout le monde — quatre personnes n’étaient pas un trop grand fardeau pour mon pouvoir magique.

« Je ne pensais même pas que vous me guéririez… Votre aimable considération m’honore. »

« Même les vrais prêtres hésitent à utiliser la magie de guérison en raison de son coût élevé… Votre cœur empli de compassion m’émeut chaque jour, Maître de Guilde, » déclara Raia.

« … Maître de Guilde, quelle est votre classe ? » demanda Zect.

« Non non, Frère, bien sûr le classe de Maître de Guilde est d’être Maître de Guilde. N’est-ce pas ? » déclara Mizuha.

« Malheureusement, je n’ai pas mon badge de guilde sous la main. Je pense que cela devrait être écrit là, » répondis-je.

J’avais essayé de faire dévier la conversation. En me souvenant de ce qui était écrit sur mon badge de guilde, je ne pouvais absolument pas le leur montrer.

C’était la classe de celui qui avait été admis comme aventurier de Rang SSS et qui avait vaincu le Seigneur-Démon.

S’ils le découvraient, cela annulerait tous mes efforts pour ne pas me distinguer pendant tout ce temps.

— Mais ce que j’avais remarqué récemment, c’est que je me mettais trop en avant, même si mon plan était depuis l’ombre d’être vu comme inférieur face à la scène principale.

Je vais devoir retourner à mes racines — comme je le pensais, Aileen avait regardé Mizuha et semblait avoir trouvé quelque chose.

« Oh, c’est vrai. Mizuha-chan, si tu sors avec juste ça, cela va probablement être froid. Veux-tu te changer avant de sortir ? Ma maison est tout près, alors je peux t’apporter des vêtements, » déclara Mizuha.

« Il y a des uniformes d’employés de petite taille, comme mes vêtements de bonne au deuxième étage aussi… lequel préféreriez-vous ? » demanda Verlaine.

« Je peux ? Alors… umm, je me demande…, » répondit Mizuha.

Les vêtements d’Aileen, qui était une robe d’une seule pièce avec une longue fente, ou les vêtements de bonne. Les deux semblaient être un bon choix aux yeux de Mizuha.

« Si je vais travailler ici, je porterai ces vêtements de bonne tout le temps. Alors Aileen-san, puis-je vous emprunter les vôtres ? » demanda Mizuha.

« Hm, j’ai compris. Alors, donne-m’en un peu de temps, d’accord ? Je les amènerai en un clin d’œil… Oh, j’ai oublié quelque chose. Queue, peux-tu venir une seconde ? » demanda Aileen.

Alors qu’Aileen était sur le point de sortir par la porte de derrière pour aller chez elle, elle m’avait appelé. Il semblerait qu’elle veut parler de quelque chose en privé.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Uhh… à propos de Mizuha-chan, tu vois. Ça vient de moi, donc tu ne me croiras pas si je ne suis pas sérieuse, donc…, » commença Aileen.

« … On dirait que c’est quelque chose que même toi, tu ne peux pas dire à la légère. Ne t’inquiète pas et dis-le, » déclarai-je.

Bien que j’aie dit cela, Aileen avait été en conflit pendant un certain temps — était-ce vraiment quelque chose d’aussi sérieux ?

« Tu vois… Je l’ai remarqué quand je me suis battue contre Mizuha-chan. J’aurais probablement été dans une situation vraiment problématique si je n’avais pas eu ta magie d’amélioration, Queue. L’ennemi utilisait également la magie d’amélioration, » déclara Aileen.

« La magie d’amélioration… Qu’est-ce que cela a fait ? » demandai-je.

« J’ai eu l’impression que quelqu’un d’autre me regardait. Je ressens la même chose que lorsque tu me lances la magie d’amélioration… C’était probablement juste mon imagination, non ? » répondit Aileen.

L’ennemi avait utilisé la magie d’amélioration, tout comme moi.

Je n’étais pas le seul au monde à me spécialiser dans l’amélioration. Mais quand même, Aileen avait dit qu’elle était dans le pétrin, ce qui signifiait que l’ennemi était aussi bon que moi à la magie d’amélioration, ou proche de ce niveau.

« Oh… Désolée, de dire des choses inquiétantes comme ça. C’est bon, j’ai gagné grâce à toi, Queue. J’ai prouvé que L’Oublié est l’utilisateur de magie d’amélioration le plus fort du royaume ! »

« C’est surtout grâce à ton propre pouvoir, Aileen. Quand même, merci, » répondis-je.

« Eh… ? N-Non, il n’y a aucune raison de me remercier. Cependant, je veux que tu fasses quelque chose pour moi comme récompense pour ce travail… Maintenant, je vais prendre les vêtements ! » déclara Aileen, et elle courut vers sa maison. Elle reviendrait très vite à ce rythme.

J’étais retourné dans le bar, et j’avais rencontré une Verlaine qui attendait, avec une expression compliquée.

« Cela aurait été une source de joie pour Mizuha-san d’être prête à porter des vêtements de bonne 24 heures sur 24, car elle va travailler ici… C’est un peu frustrant, j’ai l’impression d’avoir perdu contre Aileen-sama, » déclara Verlaine.

« Je n’ai toujours pas décidé si elle va travailler dans le bar ou pas. Je vais devoir décider de ça bientôt, cependant. Veux-tu être avec Zect-san, Mizuha ? » demandai-je.

« Maître de Guilde, vous n’avez pas besoin d’utiliser des honorifiques pour moi. Je suis votre subordonné, donc il n’y a pas besoin de tout ça. Bien que je ne sois pas celui qui devrait dire ça puisque vous êtes mon employeur, » déclara Zect.

« J’ai compris. Zect, alors, » répondis-je.

« Désolée, comme vous pouvez le voir, mon frère est un peu raide, » déclara Mizuha.

« … Je suppose que c’est ma faute, » dit Zect, mécontent, bien qu’il n’ait pas semblé être en colère. Mizuha avait dit cela parce qu’elle savait que son frère ne s’en offusquait pas.

« Alors, veux-tu prendre un bain avant de te changer ? Ou bien veux-tu te baigner après avoir terminé l’affaire en cours ? » demandai-je.

« Oh… Désolée. Je ne me suis pas lavé depuis un moment, donc je vous dérange probablement… avec mon odeur ou quelque chose comme ça…, » déclara Mizuha.

« Ce n’est pas du tout ça. Mon manteau ne sent pas du tout mauvais, après tout, » déclara Zect.

« Ce n’est pas parce que mon frère est mon parent de sang… Je me suis forcée à porter ce manteau puant. Combien de jours n’as-tu pas lavé tes vêtements ? » s’écria Mizuha.

Les aventuriers avaient tendance à camper beaucoup, de sorte qu’ils s’habituaient tôt ou tard à leur propre odeur, mais c’est dans des moments comme celui-ci que l’on se rappelait l’importance d’une bonne habitude de bain.

Il fut un temps où je me précipitais à travers les montagnes et ne me baignais pas pendant qui sait combien de jours. La plupart du temps, mes sœurs m’avaient attrapé et m’avaient fait prendre un bain, mais maintenant je comprends ce qu’elles avaient dû ressentir. Le bain est une bonne chose, tout le monde devrait toujours en prendre un tous les jours, mais se baigner dans l’eau chaude était un luxe.

« Alors Verlaine, peux-tu lui donner un bain rapide ? Un bain pourrait être une bonne idée vu qu’elle utilisera les vêtements d’Aileen, » déclarai-je.

« Puis-je ? Je peux enfin prendre un bain, après si longtemps… Cette guilde est vraiment sympa. Tu ne crois pas, mon frère ? » déclara Mizuha.

« C’est bien que tu sois tout arrogante, mais ne sois pas trop bruyante. Même moi, je me sens gêné, » déclara Zect.

« Comme c’est une sœur si adorable, alors, laissez-la être un peu garçon manqué. Voulez-vous bien le faire ? » demanda Verlaine.

« Verlaine-san est si gentille… Je vous aime, Onee-san. Puis-je être la seule à pouvoir vivre ici ? Mon frère peut aller vivre dehors. Je viendrai jouer avec toi dehors de temps en temps pour que tu ailles bien, » déclara Mizuha.

« Pourquoi diable voudrais-je... Peu importe. Fais ce que tu veux…, » déclara Zect.

Zect était déconcerté quand sa sœur le taquinait. Le regarder ainsi me fit oublier qu’il était en fait un aventurier de Rang SS, mais ses réalisations dans le Sagittaire d’Azur que j’avais entendues par le biais de mon réseau d’information disaient des merveilles de sa véritable compétence.

Avec sa capacité, faire sortir des bêtes de leur confinement ne serait pas un problème du tout. Et comme Sakuya-san l’accompagnerait également, j’avais juste besoin de m’asseoir et de boire au bar comme d’habitude.

« … Maître, as-tu l’intention d’engager Mizuha-san comme mascotte pour le bar ? Je crois cependant qu’elle a un certain potentiel pour devenir membre du département d’information, » déclara Sakuya-san.

« Ooh, même toi tu as les yeux sur elle, Sakuya-san. On dirait que Mizuha est une excellente fille, » déclarai-je.

« Oui, elle l’est. Pour commencer, devrions-nous prendre sa mesure de sa Force d’Aventurier ? » demanda Sakuya-san.

La puissance de Mizuha pourrait égaler, voire dépasser celle de Sakuya-san. Comme elle était plus forte dans sa forme bestialisée, sa force actuelle dans sa forme d’homme bête correspondrait probablement à un rang A ou S.

Comme j’ai cassé le seul appareil de mesure que nous avions, nous aurions dû en acheter un nouveau pour le savoir. Je pourrais peut-être même les amener chez un spécialiste des mesures et y mesurer sa force.

Comme Sakuya-san l’avait prévu, sous l’auberge qui retenait les hommes bêtes captives se trouvait une prison souterraine cachée. Il y avait deux gardes du Sagittaire d’Azur stationnés là, mais ils étaient tous les deux de Rang B et C, alors Zect et les autres membres de son groupte les avaient assommés avant même qu’ils ne remarquent ce qui se passait et les avaient retenus.

Les prisonniers étaient une fille-louve et un homme raton laveur. Ils possédaient tous deux la capacité de se bestialiser, et étaient équipés d’un collier pour les faire rester dans leur forme de bête, car ils étaient confinés dans des cellules séparées.

Le fait d’être équipé du collier provoquerait un retour instinctif à sa nature sauvage. Une fois que cela s’est produit, l’animal muni d’un collier s’attaquerait probablement à des animaux de différentes espèces, ce qui l’amènerait à être abandonné sans être correctement élevé.

Zect et son groupe avaient entendu cela et s’étaient mis en colère, mais ils n’avaient puni ni le propriétaire de l’auberge ni les gardes du Sagittaire d’Azur.

Ils avaient les deux preuves nécessaires pour exposer les méfaits de leur groupe de soutien. Ainsi, Zect et Mizuha n’avaient pas besoin de se salir les mains directement.

Zect était revenu avec les deux hommes bêtes capturés sur ses épaules, et j’avais fait dormir les deux hommes bêtes pour la nuit après avoir demandé à un médecin non agréé de les soigner. Sakuya-san avait déjà rencontré le père de la fille-louve, elle avait donc dit au médecin de rendre la fille à l’homme.

— Après, mon échoppe était devenue animée comme d’habitude.

Mylarka et Yuma m’avaient rendu visite, et aujourd’hui je buvais avec Aileen dans une salle privée. Le groupe de Rigel discutait avec Raia, qui était revenue de la mission, de leurs aventures d’aujourd’hui. Raia n’avait jamais été du genre bavard, alors elle répondait par des interjections pour leur montrer qu’elle écoutait, et leur donnait parfois des paroles tranchantes comme pour les avertir.

D’un côté des sièges au comptoir, il y avait Mizuha qui portait des vêtements semblables à ceux d’Aileen et cachait ses oreilles de renard avec un chapeau, Zect, et enfin, Sakuya-san. Sakuya-san était rarement venue boire ici, mais aujourd’hui, elle semblait être d’humeur, car elle avait parlé avec Verlaine en buvant de la liqueur de carotte mélangée à du jus d’agrumes.

« Merci pour votre excellent travail comme d’habitude, Sakuya-sama. Il semble que vous soyez de bonne humeur aujourd’hui, » déclara Verlaine.

« Oui. Le travail que j’ai fait m’a toujours semblé gratifiant, mais celui d’aujourd’hui l’était particulièrement…, » déclara Sakuya.

J’étais intéressé par la conversation entre deux femmes adultes, mais je n’avais pas écouté trop longtemps, car j’avais besoin de diriger mon attention vers Mizuha, qui était assise à côté de moi, et Zect, qui était sur le siège à côté du sien.

« Je ne sais pas si ça vous convient à tous les deux, mais j’ai préparé ces boissons pour vous deux. Buvez-les si vous voulez, » déclarai-je.

Devant moi, il y avait la boisson alcoolisée que j’avais fait faire à Verlaine selon mes ordres et une boisson non alcoolisée.

« Hm… Cette odeur est…, » déclara Mizuha.

J’avais mis les deux verres sur le dessous de verre, et je l’avais fait glisser devant eux sur le comptoir.

« … Des fruits de Coconobi mélangés à du lait de chèvre… Pourquoi serait-ce ici… ? » demanda Mizuha.

Les chèvres étaient le bétail dominant dans les districts du nord. De plus, j’avais découvert que beaucoup d’hommes bêtes élevaient des chèvres. À partir de là, j’avais supposé qu’une boisson au lait de chèvre aurait un sentiment de familiarité pour Zect et Mizuha.

Peler la peau du fruit du Coconobi, retirer la viande blanche du fruit à l’intérieur, la filtrer, et utiliser des épices et du miel pour ajouter du goût, puis la mélanger avec du lait de chèvre froid à l’aide d’un shaker. Cela produirait le Coconobi Shake présenté à Mizuha.

Quant à Zect, c’est de l’essence de Coconobi qui avait été mélangée au rhum pour lui donner du goût. Je ne savais pas quelle quantité de jus je pouvais extraire du fruit en une journée, mais j’en avais eu pas mal à la fin.

Les Coconobi étaient des fruits à la peau bleue, ce qui n’était pas une couleur appétissante, mais l’intérieur de sa peau était un fruit blanc. En les mélangeant, j’avais découvert que le fait de le mélanger avec du rhum lui ferait changer lentement de couleur pour devenir jaune.

« Allez-y, buvez. Je pense que le goût vous conviendra, étant un Foxries et tout, » déclarai-je.

« Quand les avez-vous faites ? Les avez-vous préparés pour nous… ? » demanda Mizuha.

Je n’avais pas répondu. Ce n’est pas comme si je m’attendais à ce que tout se passe comme prévu, car je ne savais pas si le goût leur conviendrait ou non.

« … Merci pour le verre. Hm… dégluti… dégluti…, » répondit Mizuha.

Mizuha avait tenu le verre dans ses deux mains, et l’avait bu lentement au début. Puis elle avait commencé à le boire avec tant de vigueur que ça m’avait secoué.

« … C’est comme maman. Comme celui qui… Maman en faisait au village… et ce n’est pas tout… pour que les Coconobis deviennent quelque chose de si délicieux…, » déclara Mizuha.

Mizuha avait recommencé à boire. Il est possible qu’elle n’ait jamais eu un repas décent dans la caverne de glace.

Zect avait aussi porté à sa bouche le rhum contenu dans le verre. Ses yeux s’écarquillent, puis il jeta un regard de côté à sa sœur avant de boire une seconde fois dans le verre.

« … Une fois, j’ai bu de l’alcool quand la neige tombait pour me réchauffer le corps. Mais l’alcool mélangé avec ce Coconobi est… Où avez-vous trouvé comment faire cela… ? » demanda Zect.

« C’est un bar. Je ne ménage pas mes efforts pour que d’autres personnes profitent de mes boissons. Si vous aimez ça, alors c’est super, » déclarai-je.

Tant que je pouvais m’assurer d’un bon approvisionnement en ingrédients, ces deux boissons recevraient certainement des éloges favorables. D’autre part, Coconobi avait eu l’effet secondaire de restaurer le pouvoir magique.

« … Un maître de guilde est un travail vraiment respectable, n’est-ce pas ? Puisque vous rendez si heureux des gens que vous avez à peine rencontrés tout comme nous…, » déclara Mizuha.

Des larmes avaient coulé sur le visage souriant de Mizuha quand elle avait dit cela. Peut-être qu’elle se souvenait de son village natal.

Verlaine lui avait donné un mouchoir. Puis Zect avait apporté son verre en quittant son siège et s’était approché de moi, tout en regardant sa sœur en pleurs.

« … Ce goût me ramène en arrière. Maître de Guilde, c’est peut-être un peu tard, mais puis-je vous demander de m’honorer avec ça ? » demanda Zect.

J’avais compris ce qu’il voulait dire. Mizuha avait aussi apporté son verre et l’avait tendu vers moi.

Après avoir cogné ma chope en bois avec le verre de Zect puis de Mizuha, je les avais rappelés au cas où.

« Traitez-moi comme un simple ivrogne quand je bois dans le bar. Il est interdit de m’appeler “Maître de Guilde” ici, » déclarai-je.

Les deux s’étaient regardés. Verlaine regardait par ici en affichant un sourire — bien qu’elle semblait étonnée, comme si je disais quelque chose de peu important, mais ma règle de fer ne devait pas fléchir.

Puis, après avoir entendu mes paroles, les frères et sœurs Foxries s’étaient mis à rire. 

C’était la première fois que je découvrais que quelqu’un comme Zect pouvait rire. Je pense que c’était probablement son vrai visage, un visage qu’il ne montrait normalement qu’à sa petite sœur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire