Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Prologue – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Prologue : Le faucon et le loup des plaines du Nord

Partie 2

« Jirukoma, » déclara Julius. « Que pensez-vous des récentes attaques de monstres ? »

Sur le chemin du retour vers le château avec les soldats, Jirukoma marchait à côté de Julius à cheval. Jirukoma savait aussi monter à cheval, mais il préférait marcher parce que son style était plus adapté au combat à pied et que cela servait d’entraînement.

Entendant la question, Jirukoma pencha la tête sur le côté.

« Y a-t-il quelque chose en eux qui a attiré votre attention ? » demanda Jirukoma.

« Il y a eu une augmentation du nombre de monstres et de la fréquence des attaques ces derniers temps. Si le nombre augmente encore, les soldats ne seront pas en mesure de s’en occuper seuls, » déclara Julius.

« Si vous avez raison... » Lauren avait dit sur un ton sérieux. « Le peuple devra prendre les armes. »

Bien qu’on l’appelait royaume, Lastania n’était pas plus grand qu’un domaine de noble de rang moyen en Elfrieden ou Amidonia. La population était d’environ 20 000 habitants, et cela comprenait naturellement des non-combattants comme les femmes, les enfants et les personnes âgées. Même s’ils imposaient la conscription, seuls 5 000 individus pourraient se battre, au mieux.

Julius tenait son menton avec un regard pensif sur son visage.

« Même si nous pouvions obtenir les chiffres, une force assemblée au hasard ne serait pas très utile au combat. Même avec les soldats volontaires ajoutés à leur nombre, ce pays compte moins de 600 soldats. Si les monstres viennent en plus grand nombre que cela, il est inévitable que nous devrons nous battre. Si leur nombre dépasse le millier... ce sera la fin de ce pays, » déclara Julius.

Julius avait un regard sérieux présent clairement sur son visage. Il n’avait probablement pas exagéré.

Pour faire disparaître l’atmosphère oppressante et sérieuse, Jirukoma avait délibérément choisi d’être optimiste.

« L’Union des nations de l’Est a été créée pour empêcher cela, n’est-ce pas ? » demanda Jirukoma. « Pour qu’ils puissent coordonner leur réponse lorsqu’une situation à laquelle un petit ou moyen pays ne peut faire face seul se présente. D’ailleurs, s’il le faut, les Forces Unies ne viendront-elles pas nous aider ? »

Les Forces unies dont parlait Jirukoma étaient des abréviations pour les Forces Unies des Nations de l’Est, un bataillon créé avec des troupes prélevées sur chacun des membres de l’Union des nations de l’Est. (Dans le cas des petits pays, il s’agissait de dix pour cent de leur armée, et dans le cas des pays de taille moyenne, de trente pour cent.)

Si un membre de la fédération était menacé par le Domaine du Seigneur Démon ou un autre pays, les Forces Unies seraient envoyées.

Cependant, Julius secoua la tête.

« C’est vrai, si ce pays était le seul à être envahi, nous pourrions compter sur les Forces Unies pour nous venir en aide. Cependant, d’après les informations que j’ai recueillies auprès des marchands ambulants, ce pays n’est pas le seul à connaître une augmentation des attaques de monstres, » déclara Julius.

« Vous êtes un général en visite, n’est-ce pas ? » demanda Jirukoma. « Est-ce qu’ils vous ont même demandé de vous occuper de recueillir des informations ? »

« Il n’y a personne d’autre pour le faire, alors quel choix ai-je ? J’ai vécu de première main la terreur de ce qui peut arriver quand on est négligent dans la collecte de renseignements, » déclara Julius, fronçant les sourcils.

Sa connaissance de l’importance de la collecte de renseignements venait de son expérience de la mauvaise interprétation de la situation politique à l’intérieur du royaume d’Elfrieden, de l’envoi de troupes trop facilement, puis d’une défaite majeure.

Julius secoua la tête et essaya de passer à autre chose. « D’après ce que les marchands m’ont dit, les attaques de monstres se sont multipliées dans tous les pays limitrophes du Domaine du Seigneur Démon. S’il y a une offensive de monstre de grande envergure de part et d’autre de la frontière, même les Forces Unies ne seront pas en mesure de la gérer. En outre, je suis sûr que les Forces Unies iront d’abord aider les pays qui fournissent le plus grand nombre de soldats. »

Comme il s’agissait d’une force composée de troupes fournies par chaque pays, il était, d’une certaine manière, inévitable que la plupart de ces troupes appartenant à des pays donnent une priorité plus élevée à leur pays. Si les pays ayant le plus grand nombre de soldats étaient en difficulté, les Forces Unies pourraient s’effondrer complètement, et aider d’autres pays ne rehausserait pas le moral.

C’est pourquoi un petit pays comme le Royaume de Lastania se trouve peut-être en bas de la liste.

« Argh..., » gémit Jirukoma. « Alors, pourquoi ne pas demander au Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung de fournir des renforts ? Lastania a une alliance avec eux, non ? »

Le Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung, qui comptait à son service de nombreux chevaliers dragons puissants, était théoriquement capable de combattre l’Empire du Gran Chaos sur un pied d’égalité dans une guerre défensive. Le royaume était allié au royaume de Lastania depuis longtemps, bien avant la fondation de l’Union des nations de l’Est.

L’alliance était restée en place même après l’adhésion du royaume de Lastania à l’Union des nations de l’Est, et maintenant leur royaume servait de point de contact du royaume des chevaliers dragons de Nothung avec l’union.

Il n’était pas exagéré de dire que ce pays, qui semblait si petit et si insignifiant qu’il pourrait s’envoler dans le vent, existait toujours grâce à cette alliance.

Mais Julius secoua la tête.

« Je vous ai dit que l’augmentation des attaques de monstres a affecté tous les pays qui bordent le domaine du Seigneur Démon, n’est-ce pas ? Le Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung est aussi un pays limitrophe. Ils doivent eux-mêmes faire face à une augmentation des attaques, » déclara Julius.

« Vous voulez dire qu’ils sont peut-être trop occupés à s’occuper d’eux-mêmes pour pouvoir s’affecter la moindre chose pour nous ? » demanda Jirukoma, consterné.

Si le pire devait arriver, ils n’auraient à se battre qu’avec les forces de ce pays. Cette réalité avait mis Jirukoma dans une humeur sombre.

Julius soupira légèrement. « Dans des moments comme celui-ci, je ne peux m’empêcher de souhaiter avoir les 10 000 hommes que j’ai commandés. »

Entre la mort de son père, Gaius VIII, et sa sœur, Roroa, qui l’avait chassé du pays, Jules avait été le prince souverain d’Amidonia. Il n’avait servi comme prince que peu de temps, mais pendant ce temps, Julius avait tenu 10 000 soldats sous son commandement.

« Si j’avais encore ces troupes, je n’aurais pas à m’inquiéter comme ça..., » murmura-t-il.

« Mais à l’époque où vous dirigiez ces troupes, vous n’auriez pas pensé à un petit pays comme celui-ci, n’est-ce pas ? » demanda Jirukoma.

« Vous avez peut-être raison, » Julius avait fait un moment un visage triste, puis il ria amèrement. « Honnêtement... Il y a tant de choses dont on ne comprend la valeur qu’une fois qu’on les a perdues. »

« Mais il y a aussi beaucoup de fois où vous pensez avoir perdu quelque chose, alors que vous ne l’avez pas perdu, » déclara Jirukoma, alors Julius se moquait de lui-même. « Nous avons été chassés de nos pays d’origine en tant que réfugiés, mais ils ne sont pas perdus pour nous. Bien qu’ils fassent maintenant partie du Domaine du Seigneur Démon, les montagnes et les rivières qui nous ont élevés sont toujours sur ces terres. Il en va de même pour nos familles. Bien que je me sois séparé d’elle, ma sœur Komain est toujours en vie et en bonne santé dans le royaume. »

Certes, la dernière lettre de Komain avait dit. « J’ai trouvé celui que je suis censée servir ! » Jirukoma était donc plus qu’un peu inquiet pour elle.

« Ma patrie et ma famille... hein, » murmura Julius.

Pour Julius, la Principauté d’Amidonia était sa patrie, et sa seule famille était sa jeune sœur Roroa. Ses derniers souvenirs de chacun d’eux étaient amers, mais ils ne s’étaient pas effacés et n’avaient pas complètement disparu.

Il avait entendu dire que la Principauté d’Amidonia était maintenant incorporée dans le royaume des Elfrieden et que Roroa était la fiancée du roi d’Elfrieden Souma, mais... ils existaient certainement encore.

« Vous avez raison... S’il le faut, j’inclinerai la tête devant ma sœur, » déclara-t-il. « Ce sera humiliant, mais si ça nous donne des renforts, mon amour-propre est un petit prix à payer. »

Pour encourager Julius, qui souriait faiblement, Jirukoma lui avait giflé dans le bas du dos.

« Oh ! C’était pour quoi faire ? » s’écria Julius.

« Je ne vous connais que comme vous avez été dans ce pays. Mais peu importe le type de personne que vous avez pu être dans le passé, » déclara Jirukoma.

Julius était resté silencieux.

« Mais dans votre état actuel, vous n’êtes pas si désagréable, » poursuit Jirukoma. « Quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, vous aviez les yeux d’un homme perdu, cherchant des réponses, mais maintenant vous me semblez plein de vie. »

Entendant Jirukoma l’évaluer de cette façon, Julius avait sorti un « Hmph », et il avait détourné son regard de l’homme. « La Maison d’Amidonia est une maison de guerriers. J’ai dû retrouver ma vraie nature en combattant ces monstres. »

« Hmm... Est-ce vraiment tout ce que c’est ? » demanda Jirukoma.

« Qu’est-ce que vous essayez de dire ? » demanda Julius.

« Ça n’aurait pas pu être l’influence de quelqu’un d’autre ? On dirait que quelqu’un attend votre retour, » déclara Jirukoma.

Jirukoma dirigea l’attention de Julius vers la porte du château.

Devant eux se trouvait une charmante jeune fille portant une robe de couleur claire qui ressemblait à un dirndl tyrolien allant jusqu’au genou, et elle faisait signe à Julius. Sa tenue vestimentaire était courante, mais à y regarder de plus près, une jolie tiare était placée sur sa tête.

La charmante fille avait les cheveux courts et dégagés et un visage qui conservait des traces de jeunesse.

« Seigneur Julius ! J’attendais que vous reveniez sain et sauf ! » La jeune fille agita les mains comme si elle exprimait sa joie de tout son corps lorsqu’elle l’appelait.

À ce moment-là, les soldats souriaient, et leurs regards jaloux se concentraient tous sur Julius. Cette fille était la princesse de Lastania, Tia Lastania.

Quand elle l’avait appelé devant tous les soldats, Julius avait tenu sa tête dans ses mains.

« Princesse Tia... Pourquoi est-elle à la porte du château ? C’est dangereux, » déclara Julius.

« Ça doit simplement être dû au fait que vous lui avez beaucoup manqué. Partez maintenant, vite, » déclara Jirukoma.

 

 

Jirukoma avait donné au cheval que Julius faisant une claque ferme à l’arrière. La façon dont le cheval avait soudainement commencé à courir avait failli faire tomber Julius, et il avait fait sur Jirukoma un regard vengeur pendant un moment, mais il avait rapidement continué son gallot jusqu’à la princesse Tia.

« Ces deux-là forment un joli couple, n’est-ce pas ? »

Quand Jirukoma se retourna vers la voix derrière lui, le capitaine Lauren se tenait là avec un sourire.

« Sire Julius est aussi un membre de la royauté, on ne peut donc pas se plaindre de sa lignée, » poursuit-elle. « Plus que cela, la princesse Tia l’aime beaucoup, le roi a donc bien l’intention de l’accueillir comme son époux. »

« Julius dit qu’il n’est pas encore prêt pour une famille, » déclara Jirukoma.

« Oh, alors la princesse n’a aucune chance ? » demanda Lauren.

« Non, je pense que c’est une question de détermination. Julius semble avoir été sauvé par les encouragements de la princesse, donc s’il trouve la résolution de vivre ici jusqu’à la fin de ses jours, le reste pourrait disparaître rapidement, » répondit Jirukoma.

Les deux individus regardèrent Julius atteindre la princesse Tia et il commença immédiatement à la gronder à propos de quelque chose. La princesse Tia se couvrit les oreilles comme pour dire : « Je n’écoute pas », et elle détourna son regard. Ils étaient comme une paire de frères et sœurs proches.

Frustré, Julius prit la princesse Tia par les bras et la plaça devant lui. Après ça, ils étaient entrés ensemble dans le château.

La princesse Tia était bien au chaud devant Julius et s’appuya contre lui avec un sourire doux.

Jirukoma et Lauren les regardaient tous les deux en souriant.

« Ils s’entendent bien, n’est-ce pas ? » demanda Lauren.

« Haha ! Vous avez peut-être raison, » déclara Jirukoma.

« ... Sire Jirukoma, » s’aventura Lauren. « Nous sommes célibataires tous les deux, vous voulez vous joindre à moi ce soir pour célébrer notre victoire ? »

« Je ne pouvais pas demander mieux. Buvons ensemble, » déclara Jirukoma.

« D’accord ! » déclara Lauren.

Tout en disant ça, ils avaient tous les deux franchi la porte. Et, ayant une Lauren aimée de tous pour lui-même pour la nuit, Jirukoma avait été soumis aux regards jaloux de tous les soldats célibataires.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre.

    A ce train là tous les personnages vont finir en couple marié et être haï par tous les soldats du continent ! ^^

Laisser un commentaire