Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Combattre ensemble

Partie 1

Il restait encore quelques jours avant ma rencontre avec le chef de l’État de Turgis, alors Kuu nous avait fait visiter les villes voisines.

Le fait d’aller dans des endroits inconnus, de voir comment vivaient les habitants du pays et identifier les similitudes et les différences entre eux et les nôtres était amusant. Chaque fois que nous avions trouvé quelque chose de nouveau, nous avions accueilli ces découvertes avec enthousiasme.

« Oh, qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé. « Je n’ai jamais vu ce genre de fruit avant. »

« Grand Frère, ils vendent des animaux bizarres par ici ! » Tomoe m’avait appelé. « Ils sont petits et mignons. »

« Voyons voir... Attends, Tomoe, ça ne dit pas qu’ils sont là pour être mangé ? » demandai-je.

« Les gens les mangent !? » s’écria Tomoe.

Tomoe et moi avions regardé autour de nous avec beaucoup d’enthousiasme, tandis que Juna et Roroa souriaient.

Ces jours de détente s’étaient poursuivis, mais aujourd’hui c’était différent.

Aujourd’hui, il restait deux jours avant la rencontre avec le chef de la république.

Il était encore tôt le matin, mais Kuu s’était précipité dans la chambre où nous étions. Il était essoufflé et avait l’air pressé. Derrière lui se trouvait Leporina, tout aussi essoufflée.

« Haaa... Haaaa... Ka-Kazuma…, » il haletait.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » lui avais-je demandé. « Vous êtes à bout de souffle. »

Quand je les avais invités à rentrer dans la pièce et que j’avais demandé à Aisha d’aller chercher de l’eau, Kuu avait levé la main pour m’arrêter et avait essayé de maîtriser sa respiration en disant : « C’est bon... Je n’ai pas besoin d’eau. Avant ça, j’ai une faveur à te demander. »

« Une faveur ? » demandai-je.

« Pour l’instant, peux-tu réunir tous tes hommes dans cette pièce ? » demanda Kuu.

En voyant une expression sérieuse sur Kuu comme je ne l’en avais jamais vu faire auparavant, j’avais rassemblé mes compagnons de voyage, malgré quelques réticences.

Nous étions neufs dans la chambre de quatre personnes : moi, Aisha, Juna, Roroa, Tomoe, Hal et Kaede, ainsi que Kuu et Leporina. Le fait d’avoir neuf personnes l’avait rendue terriblement à l’étroit, mais il avait dit « tout le monde », donc on n’avait pas pu faire autrement.

« Alors, Kuuie. Qu’est-ce que tu as en tête en nous rassemblant tous ici ? » demanda Roroa avec méfiance.

Il s’agissait du fils de leur chef d’État, alors j’avais pensé que c’était un peu exagéré de l’appeler Kuuie, mais... vu la situation tendue, j’avais décidé de faire comme si je ne l’avais pas entendu.

Kuu s’était levé et avait baissé la tête devant nous tous. Alors que nous étions encore tous surpris par la soudaineté de la situation, Kuu avait dit d’une manière emplie de désespoir. « Je vais être bref ! S’il te plaît ! Prête-moi tes gardes du corps ! »

« S’il vous plaît, faites-le. » Leporina se leva précipitamment et inclina la tête comme Kuu.

« Je suis désolé de mêler des étrangers à tout ça ! Mais quand même ! » cria-t-il.

« Calme-toi, Kuu, » déclarai-je. « Que s’est-il passé ? »

« Ah... ! C-C’est vrai, » déclara Kuu.

Kuu s’était finalement calmé. Avec une grande et profonde respiration, il s’était giflé les joues, peut-être pour se remonter le moral.

« Le fait est qu’un donjon jusque-là inconnu a été retrouvé près d’un village de montagne qui se trouve à environ deux heures de route au nord d’ici. Il semble que c’était une montagne, et quand il y a eu un glissement de terrain, l’entrée du donjon est apparue. »

Un donjon.

J’avais l’habitude qu’ils soient une chose dans les JDR, mais dans ce monde, un donjon était compris comme un lieu labyrinthique avec sa propre écologie. C’était aussi le seul endroit en dehors du Domaine du Seigneur Démon où l’on pouvait trouver des monstres. Mais les monstres trouvés dans de tels endroits avaient tous une intelligence au niveau des bêtes sauvages, et ils n’avaient rien à voir avec les démons sensibles trouvés dans le Domaine du Seigneur Démon. Il y avait un bon nombre de ces donjons sur ce continent.

C’est ce que je savais des donjons jusqu’à présent :

 

Ils existaient avec une grande variété de types et étaient habités par des monstres à faible intelligence.

La zone la plus profonde contenait ce qu’on appelait un noyau de donjon.

Tant que le noyau existerait, les monstres continueraient à apparaître, quel que soit le nombre de monstres vaincus.

Si le noyau était détruit, les monstres allaient cesser d’apparaître... et ainsi de suite.

 

Le lien entre les monstres et les noyaux de donjons était encore inconnu.

Cependant, les noyaux de donjon détruits pourraient être utilisés comme joyaux pour un Joyau de Diffusion de la Voix.

En plus des noyaux, il y a aussi eu des cas où d’autres artefacts et d’autres objets hors d’usage avaient pu être découverts.

Il y avait même des groupes qui avaient fait de l’étude des artefacts l’œuvre de leur vie. La maison Maxwell, à laquelle appartenait Genia la « Surscientifique », était l’une d’elles.

L’existence de tels artefacts avait causé une quantité folle de progrès dans la technologie de ce monde.

En outre, il y avait des aventuriers comme Dece et Juno qui gagnaient leur vie en explorant les donjons, et les villes voisines qui profitaient du rassemblement de ces aventuriers. Les différentes demandes se chevauchant, les donjons étaient considérés comme dangereux, mais aussi potentiellement rentables.

Kuu nous avait dit, alors que son visage indiquait comme s’il avait mordu dans quelque chose de désagréable, que l’un de ces donjons avait été découvert à deux jours d’ici en voiture depuis la capitale.

« Eh bien, je suis sûr qu’il y a des choses à gagner d’un donjon, » déclara-t-il. « Cependant, c’est quelque chose dont nous ne pourrons discuter qu’une fois que la sécurité des personnes dans les villages près de l’entrée est assurée. Après tout, on ne sait jamais ce qu’il y a dans un donjon nouvellement découvert. »

« Alors, quelque chose est sorti ? » lui avais-je demandé.

« Ouais. J’ai entendu dire que dix ogres, ou une autre créature du genre sont sortis de là, » déclara Kuu.

Des ogres ou une créature du genre, hein...

Les ogres étaient des Onis. Dans la mythologie japonaise, les Onis étaient une représentation symbolique de ceux qui ne se conformaient pas au système, et étaient dépeints comme puissants et terrifiants, mais d’une certaine manière tragiques. Cependant, dans la mythologie occidentale, il s’agissait de monstres humanoïdes mangeurs d’hommes, souvent des barbares ou des demi-hommes. D’après ce que j’entendais, ces ogres ressemblaient à ces derniers.

« À peu près au même moment où les habitants du village qui l’ont trouvé se sont précipités vers la capitale pour rendre compte de leur découverte, un peu plus de dix créatures semblables à des ogres sont sorties de là et ont attaqué le village, » déclara Kuu. « D’après ce que les gars qui se sont enfuis ont dit... ils les ont vus manger des personnes sans discernement. »

« Manger des personnes..., » avais-je murmuré.

Si les ogres attaquaient les gens sans discernement et les mangeaient, ce n’était pas différent d’une attaque par des bêtes dangereuses. Contrairement à une guerre menée dans un but précis, il n’y avait pas de place pour la négociation, et nous ne pouvions que les exterminer comme nous le ferions pour les animaux.

« Naturellement, nous mettons en place une force pour les abattre nous-mêmes, et nous avons demandé à la guilde de demander aux aventuriers de tuer les monstres qui sont sortis du donjon, mais... le temps est compté, » déclara Kuu. « Une fois qu’une bête a goûté à de la chair humaine, elle est sûre d’attaquer à nouveau les personnes. Ces choses vont être dans le même cas. On ne sait pas quand ils attaqueront un autre village. Je ne sais pas si ce sont des ogres, ou ce qu’ils sont, mais je ne les laisserais plus faire ce qu’ils veulent. »

Kuu avait l’air plus sérieux et héroïque que je ne l’avais jamais vu auparavant. Il était complètement différent du Kuu qui était toujours distant et qui riait. C’était sa colère en raison de l’attaque contre les habitants de son pays. Kuu avait agi comme si le fait d’être le fils de leur chef d’État ne signifiait rien pour lui, mais dans cette colère, j’avais l’impression de voir la fierté de celui qui se tient au-dessus des autres.

« Je vois, » déclarai-je, hochant la tête. « Vous devez éviter d’autres pertes. »

« Ouais. C’est ça, Kazuma. Je veux que tu m’aides ! » Kuu dit et inclina la tête une fois de plus. « Nous pouvons nous rendre rapidement au village d’ici. Je sais aussi que tu as des gardes du corps compétents sous la main. Surtout la jeune elfe sombre, et le type roux. S’ils étaient avec moi, ce serait rassurant. Penses-tu que tu pourrais leur demander de le faire ? »

Émotionnellement, je voulais l’aider, mais... Je risquerais la sécurité de ma famille, donc je ne pourrais pas dire oui si facilement. Je voulais un peu plus d’informations.

« Aisha ? » lui avais-je demandé. « Quelle est la force des ogres ? »

« Eh bien, ils ont la force d’écraser des rochers à mains nues, mais même des soldats ordinaires pourraient en vaincre un s’ils l’entouraient de dix hommes. Je pouvais le faire seule, » ajouta Aisha avec un rire confiant.

« On dirait qu’il y en a plus de dix, » déclarai-je. « Pouvons-nous combattre cela avec la force que nous avons sous la main ? »

« S’ils sont environ une dizaine, je ne nous vois pas échouer. Madame Juna, Sire Halbert et Madame Kaede sont tous de superbes combattants, et Sire Kuu est lui-même très habile, » déclara Aisha.

« Je vois..., » dis-je.

Dans ce cas, si nous pouvions confirmer la situation sur le terrain, nous pourrions aider.

« Compris, » avais-je dit. « Laissez-nous vous aider. »

« Le penses-tu vraiment !? » s’écria Kuu.

« C’est un problème qui peut survenir dans n’importe quel pays. Il s’agit pratiquement d’une catastrophe naturelle. Ce n’est pas le moment de s’inquiéter de savoir si c’est Friedonia ou Turgis, » déclarai-je.

« Merci ! Je t’en dois une ! » Kuu semblait soulagé d’avoir notre aide.

J’avais ajouté. « Cependant, je veux que tu m’amènes aussi. »

« Chéri !? » s’écria Juna.

« Mon chéri !? » s’écria Roroa.

Avant qu’elles ne puissent en dire plus, j’avais levé la main pour les arrêter. « Je ne peux pas me battre, mais ma magie est adaptée pour jouer le rôle d’éclaireur. Alors, laissez-moi vous aider. »

« Si c’est ce que tu veux... D’accord, » déclara Kuu. « Je compte sur vous tous. »

« Ouais. Nous allons nous préparer à partir immédiatement, alors attendez-nous dehors, » déclarai-je.

Kuu déclara. « Faites vite » et il quitta la pièce avec Leporina derrière lui. Une fois que nous avions entendu le bruit de leurs pas au loin, Roroa m’avait fait face.

« Attends, chéri ! As-tu perdu la tête en voulant aller dans un endroit dangereux comme ça !? » s’écria Roroa.

« Je m’y oppose également, » Juna s’était également opposée à ma décision. « S’il t’arrivait quelque chose, Sire, je... »

Le fait qu’elle me qualifiait de « Sire » et non de « chéri », je pouvais voir qu’elle était très inquiète.

Roroa continua. « Tu n’es pas aussi fort que la Grande Sœur Ai, n’est-ce pas ? Pourquoi ne peux-tu pas attendre ici ? »

« Je sais bien que je ne suis pas fort, mais je veux que vous me laissiez y aller, » j’avais posé ma main sur la tête de Roroa. « Je ne pense pas que Kuu mentait, mais pour me préparer à l’éventualité d’un piège ou de tout autre événement imprévu, il serait pratique pour moi d’être à côté de notre plus grand atout au combat. Si je dois prêter ma famille et mes vassaux, je dois m’assurer qu’ils me soient rendus. »

« Eh bien, peut-être, mais..., » commença Roroa.

« En plus... Je pense que c’est une bonne occasion pour moi d’apprendre un peu plus sur ce que sont les monstres, » déclarai-je.

« En savoir plus sur les monstres ? » demanda Roroa.

« Tout à fait. Depuis que je suis venu au monde, j’ai vu des créatures vicieuses à travers les yeux d’un Petit Musashibo que je faisais travailler en tant qu’aventurier, mais quand il s’agit de monstres, je n’ai que des connaissances de seconde main. En pensant à l’avenir, j’aimerais vraiment les voir et mesurer la menace qu’ils représentent par moi-même, » déclarai-je.

Il se pouvait qu’un jour ou l’autre, je doive affronter des démons du Domaine du Seigneur Démon. Si cela arrivait, je risquais de trébucher si je m’approchais d’eux avec la naïveté de penser que tout irait bien parce qu’ils étaient intelligents. Après tout, en plus des démons, il y avait apparemment des tas de monstres dans le Domaine du Seigneur Démon. C’est pour ça que je voulais saisir cette chance d’en apprendre plus sur les monstres.

« Bien sûr, je vais assurer ma propre sécurité autant que possible... Inugami, » déclarai-je.

« Je suis ici. » Inugami était soudainement apparu de l’ombre de la porte que Kuu et Leporina avaient laissée passer.

Il y avait toujours plus de dix membres des Chats Noirs postés à proximité, veillant sur nous en restant inaperçus. Il en était ainsi depuis notre départ pour la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

Je lui avais remis quelque chose et je lui avais donné un ordre. « Vous nous écoutiez, n’est-ce pas ? Je veux que vous envoyiez des Chats Noirs pour explorer le site dès maintenant, et confirmer que la situation et le nombre de monstres correspondent à ce que Kuu nous a dit. Je vous laisse le choix des membres. S’il y en a plus qu’il n’en faut avec notre nombre, faites-moi un rapport avec cette souris en bois. Si c’est le cas, je me sentirai mal pour Kuu, mais nous devrons reculer. »

« Il en sera fait selon votre volonté, » déclara Inugami.

Inugami avait pris la souris en bois possédée par mes Poltergeists Vivants, puis il avait disparu aussi soudainement qu’il était apparu. Il devenait de plus en plus comme un ninja, n’est-ce pas ?

« Hrm... Si tu restes en sécurité, je suppose que c’est bon... » murmura Roroa.

« Nous devrons l’accepter, » Juna était aussi d’accord.

J’avais souri. Mes mesures de sécurité avaient fait que Roroa et Juna acceptaient à contrecœur que j’y aille.

« Ne vous inquiétez pas ! » déclara Aisha. « Nous allons rapidement anéantir ces monstres. Nous ne les laisserons pas lever le petit doigt sur Sa Majesté. N’est-ce pas, Sire Halbert, Madame Kaede ? »

« Bien sûr que oui ! » Hal était d’accord. « Je pensais justement que je voulais moi aussi tester ma nouvelle arme ! »

« Bon sang, Hal... » murmura Kaede. « Mais si c’est un ordre royal, nous le suivrons, tu sais. »

Aisha se frappa fièrement la poitrine et Hal et Kaede hochèrent la tête. Quelle fiancée fiable et quels camarades j’avais !

Maintenant que notre cap avait été décidé, j’avais donné à chacun d’eux leurs ordres individuels. « Roroa et Tomoe resteront dans cette ville. Nous laisserons des membres des Chats Noirs pour les protéger. »

« Et bien, même si nous y allions, nous ne serions qu’un obstacle, » déclara Roroa.

« Sois prudent, Grand Frère, » ajouta Tomoe.

« Bien sûr. Je ne ferai rien de dangereux, alors faites-moi confiance et attendez ici, » j’avais posé une main sur chacune de leurs têtes emplies d’inquiétudes, et je les avais caressés avec douceur. « Le reste du groupe ira avec Kuu pour abattre les monstres. Je resterai en contact avec les Chats Noirs, et j’irai en éclaireur depuis l’arrière. Je vais demander à Juna d’être ma garde du corps. »

« Laisse-moi me charger de ça, » déclara Juna.

« Aisha, Hal et Kaede, vous abattrez les monstres avec Kuu. Mais ne vous poussez pas trop. Si vous pensez que c’est dangereux, reculez immédiatement. C’est valable si je détecte plus d’ennemis que prévu pendant mon observation et aussi si je donne l’ordre de battre en retraite. Je ne tolérerai pas qu’on perde une seule personne ici, dans un autre pays ! »

« Oui, Sire ! » s’exclama Aisha.

« Compris ! » déclara Hal.

« Vous pouvez nous les laisser, vous savez, » Kaede l’avait confirmé.

En entendant les réponses de tout le monde, j’avais donné l’ordre.

« Maintenant, tout le monde... Allons-y ! » déclarai-je.

« « « « Oui, Sire ! » » » »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation !

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire