Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Chapitre 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 1 : Depuis la Nouvelle Ville, Venetinova

☆☆☆

Chapitre 1 : Depuis la Nouvelle Ville, Venetinova

Partie 1

Il s’agit d’une histoire qui date de la période où Souma était parti pour la république.

La scène se déroule à Venetinova, une ville côtière à l’est du Royaume de Friedonia.

La côte du Royaume était courbée dans une forme de < . Afin d’encourager une distribution plus active des marchandises dans tout le pays, le roi Souma avait parrainé la construction de Venetinova à l’angle de cette forme.

S’il y avait une chose qui était unique dans cette ville, c’était sa disposition à deux niveaux. Au niveau inférieur, face à la mer, il y avait un port de pêche, une place, des parcs et plus encore, tandis que le quartier résidentiel, le palais du gouverneur et d’autres bâtiments similaires étaient concentrés au niveau supérieur.

Presque toutes les zones commerciales se trouvaient le long de la route sur la colline entre ces deux niveaux. Ce tracé de la ville servait à préparer le grand tremblement de terre qu’on disait frapper une fois tous les cent ans.

Dans l’une des cliniques situées le long de la route de Venetinova, il y avait actuellement un petit garçon de huit mois qui balançait ses jambes alors qu’il était tenu par sa mère.

« Gasou Gasou ! » le bébé roucoula.

Ce bébé en bonne santé s’appelait Fuku. Lors de la visite de Souma au camp de réfugiés, Hilde Norg, une femme médecin appartenant à la race des trois yeux, et Brad Joker, un chirurgien, l’avaient accouché par césarienne. D’ailleurs, Souma lui-même avait donné son nom au garçon.

Aujourd’hui, le petit Fuku était venu avec sa mère pour un contrôle régulier.

Hilde était la médecin qui l’examinait. « Hm... Je ne vois rien qui sorte de l’ordinaire. Il est plein d’énergie. »

Jusqu’à tout récemment, elle était à l’école professionnelle de Ginger dans la capitale, Parnam, afin de former des médecins. Une fois sur la bonne voie, Hilde, qui avait toujours été plus à l’aise pour traiter les gens du peuple que pour se cacher dans un laboratoire, avait cédé ses fonctions à ses élèves en fin d’études à l’école. Afin de suivre les anciens réfugiés, elle avait déménagé dans cette nouvelle ville et avait ouvert une clinique, après s’être inquiétée pour eux.

Cela dit, Hilde était considérée comme l’un des deux plus grands esprits du monde médical, et l’autre était le chirurgien, Joker. Ainsi, ils étaient tous les deux fréquemment appelés à l’école de médecine de Parnam, mais récemment, pour une certaine raison, elle avait séjourné à Venetinova.

En entendant Hilde dire que son enfant allait bien, la mère de Fuku inclina la tête. « Merci infiniment. C’est grâce à vous et au Dr Joker que Fuku et moi sommes toujours là. »

« Ce n’est pas nécessaire de me remercier, » déclara Hilde. « Vous savez que c’est mon boulot. Et surtout, comme le roi vous l’a dit, vous devriez vraiment remercier votre enfant, d’être né quand nous étions tous les deux là. »

Peut-être pour cacher sa timidité, Hilde se retourna et détourna le regard alors qu’elle caressait les cheveux de Fuku, qui avaient finalement commencé à pousser de façon uniforme.

Fuku avait applaudi avec joie.

La mère de Fuku la regarda avec un léger sourire. « Je suppose que vous avez raison. Maintenant, nous pouvons attendre ensemble le retour de mon mari. »

« Oh, c’est vrai, ils ont trouvé votre mari, n’est-ce pas ? » demanda Hilde.

« Tout à fait, » déclara une autre femme, s’avançant. « J’ai eu des nouvelles de mon frère aîné. »

La personne qui avait répondu à cette question était une jeune fille de dix-huit ans qui portait une tenue semblable à celle d’un Amérindien stéréotypé, et qui peignait ses joues avec une peinture qui semblait magique.

Elle s’appelait Komain. À l’origine, son frère Jirukoma l’avait laissée responsable de l’accueil des réfugiés et elle était aujourd’hui l’une des responsables communautaires des anciens réfugiés qui s’étaient installés à Venetinova.

Komain était venue ici aujourd’hui pour soutenir Fuku et sa mère pendant leur examen de routine. « D’après le messager kui que mon frère a envoyé, il devrait maintenant être en route. »

Jirukoma était retourné vers le nord, à la tête de tous ceux qui refusaient de devenir membres de ce pays et qui insistaient pour tenter de reconquérir leur patrie. Il séjournait maintenant dans le Royaume de Lastania, l’un des plus petits pays de l’Union des nations de l’Est, en tant que soldat volontaire, après avoir répondu à leur appel aux troupes.

Dans ce pays, il recueillait également des informations sur ceux qui avaient été dispersés alors qu’ils étaient chassés du nord. Le père de Fuku n’était que l’un de ceux qu’il avait trouvés comme ça.

« Il a dit que votre mari vous cherchait dans l’un des pays voisins de Lastania, » déclara Komain. « Quand mon frère lui a dit que vous étiez en sécurité et que votre enfant était né, il a tout lâché pour se précipiter ici et être à vos côtés. »

« Franchement... Cet homme a toujours été si pressé, » déclara la mère de Fuku, mais elle avait l’air très heureuse.

Hilde haussa les épaules, exaspérée. « Eh bien, c’est bon d’avoir sa famille réunie. Laissez-moi juste vous mettre en garde sur une chose. »

« Hein ? Euh, bien sûr, » répondit la mère.

« Votre ventre a déjà été ouvert une fois pour l’accouchement. L’intervention s’est parfaitement déroulée, et vous pouvez probablement en avoir une seconde, mais... une fois que le ventre a été coupé, il est plus faible et une naissance naturelle devient plus difficile. Donc, la prochaine fois que vous accoucherez, il sera plus sûr pour vous et le bébé, de vous ouvrir et de le sortir médicalement, » déclara Hilde.

La mère de Fuku et Komain avaient toutes les deux dégluti.

Hilde leur avait souri à toutes les deux. « Quand votre mari reviendra, vous passerez un moment romantique ensemble, non ? Si ça vous fait décider que vous en voulez vraiment un second, vous ferez mieux de consulter un médecin approuvé par moi ou par le pays. »

« C’est d’accord ! » La mère de Fuku hocha la tête avec enthousiasme.

Entendant cela, Fuku poussa aussi un cri de confiance, qui fit que les trois autres se regardèrent et sourirent.

« L’examen est-il fini ? » Brad avait sorti sa tête du plus profond de la clinique. C’était un homme dont l’expression était généralement plus discrète, mais il jetait maintenant un regard inquiet sur Hilde. « Euh... est-ce bon ? »

« Ils vont bien, » déclara Hilde. « La mère et l’enfant sont en bonne santé. »

« Non... Ce n’est pas ce que je voulais dire..., » déclara Joker.

« Franchement... Tu es plus nerveux que je ne le pensais. » Hilde s’était levée et avait poussé Brad à l’arrière de la clinique. « Pour commencer, aucun homme n’est autorisé ici tant que je vois une patiente ! »

« Non, tu vois le bébé... J’ai juste..., » commença Joker.

« Assez. Va là-bas et prépare-toi pour demain ! Tu devras aller à la capitale et examiner la princesse. Ils disent qu’elle est tombée malade, » déclara Hilde.

Après avoir forcé Brad à partir, Hilde était retournée à sa place. « Bon sang, » murmura-t-elle.

Après avoir vu cette interaction entre les deux médecins, Komain avait incliné la tête sur le côté de manière interrogative. « Le Dr Brad est aussi là, hein ? J’avais entendu dire qu’il avait eu une soif de voyage et qu’il voyait des patients dans tout le pays. »

Brad était, en effet, enclin à l’envie d’errer. Il était du genre à dire au roi Souma en face : « Je veux guérir les pauvres, pas les riches. » En termes plus flatteurs, il était du genre solitaire ; en termes moins flatteurs, il souffrait encore d’un léger syndrome du collège.

Bien qu’il ait reçu une demande de Souma pour donner des cours, il voyageait encore à travers le pays pour voir et traiter des patients. Techniquement, il avait pris des apprentis avec lui et les avait formés sur le terrain.

C’est pourquoi Komain avait été surprise de voir Brad ici.

Cependant, Hilde avait reniflé. « Qu’y a-t-il de surprenant ? Les hommes sont si simples, » dit-elle en se frottant l’abdomen.

Ce geste avait indiqué à Komain tout ce qu’elle avait besoin de savoir. « Vous aussi, docteur ! »

« Wôw, félicitations ! » s’écria la mère de Fuku.

« Hmph..., » Hilde se retourna pour détourner le regard en raison de son embarras. Mais, quand même, d’une voix toute petite, elle répondit : « Oui, oui... Merci. »

La façon dont elle l’avait dit avait fait éclater de rire Komain et la mère de Fuku malgré elles.

 

☆☆☆

 

« Komain, merci d’être venue avec moi aujourd’hui, » déclara la mère de Fuku, inclinant la tête.

« Dooo, » son petit fils avait aussi confirmé.

Il était un peu plus de trois heures de l’après-midi. Sur la route de la colline à l’extérieur de la clinique d’Hilde, Komain retroussa ses manches et déclara : « Oh, ce n’est pas grave. Mon frère m’a demandé de m’occuper de tout le monde. Si je peux faire quoi que ce soit, s’il vous plaît, allez-y, dites-le-moi. »

« Je vous remercie. Rentrez-vous chez vous maintenant ? » demanda-t-elle.

« Non, j’ai des documents à remettre au gouverneur, alors j’ai l’intention d’y aller après ça, » déclara Komain.

« Oh, vraiment ? Eh bien, continuez votre excellent travail, » déclara la mère.

« Bien sûr que oui ! À plus tard, Fuku, » déclara Komain.

Prenant la main de Fuku et la serrant, Komain leur fit ses adieux à tous les deux puis elle courut vers le sommet de la colline. Le manoir du gouverneur était au point culminant de la ville. Pendant que Komain courait dans la rue commerçante, la femme qui tenait l’un des magasins de fruits l’avait appelée.

« Komain, vous avez toujours l’air si occupée. Mangez-vous bien ? » demanda-t-elle.

« Maintenant que vous en parlez, j’ai peut-être sauté le déjeuner aujourd’hui, » répondit Komain.

« Ce n’est pas bon. Même si vous êtes occupée, vous devez manger ! » La dame avait lancé l’une des pommes qu’elle vendait à Komain.

« Wôw... Merci, madame ! » Komain attrapa la pomme, puis elle fit un signe de la main à la dame, avant de continuer son chemin.

Les gens faisaient souvent signe à Komain quand elle courait dans les rues.

Elle faisait beaucoup de travail dernièrement, du nettoyage, de la lessive, du gardiennage, des livraisons et de l’enlèvement des nids d’abeilles. Bien qu’elle fût une jeune fille, elle avait fermement assumé son rôle d’organisatrice communautaire pour les réfugiés, et parce qu’elle avait eu le courage de donner aux hommes de la région une tranquillité d’esprit, même s’ils étaient des travailleurs acharnés et pouvaient être un peu durs, il n’était pas étonnant qu’elle soit devenue si populaire. Elle ne le savait pas, mais on l’avait déjà surnommée la fille de Venetinova.

Mais... je ne peux pas continuer à faire ça éternellement, pensa Komain en courant dans les rues de Venetinova. Les réfugiés commencent à s’enraciner dans cette nouvelle ville. Si nous voulons nous assimiler dans ce pays, il vaut mieux qu’il n’y ait pas de « mur » entre ceux qui étaient auparavant réfugiés et ceux qui ne l’étaient pas. Mon rôle d’organisateur pour la communauté est emblématique de ce mur, alors ils n’auront plus besoin de moi. C’est en soi une bonne chose, mais...

Komain avait mordu dans la pomme qu’on lui avait donnée et avait poussé un petit soupir.

Il est peut-être temps que je commence à chercher une façon de vivre pour moi-même, comme le faisait mon frère quand il est parti dans le Nord.

Komain y avait pensé quand elle avait couru dans les rues. Alors qu’elle réfléchissait encore, elle arriva à destination.

Le manoir du gouverneur ; c’était l’endroit où vivait le gouverneur qui dirigeait la ville.

Ce n’était pas le manoir du seigneur parce que Venetinova faisait partie du domaine royal, et donc le seigneur de cette ville était le roi Souma. Cependant, le roi Souma était basé dans la capitale, alors il avait donc dû envoyer quelqu’un pour gérer cette ville.

Il y avait eu des moments où l’administration des grandes villes était laissée aux nobles et aux chevaliers travaillant dans le bureau du gouvernement, mais vu l’importance de cette ville, un simple magistrat n’aurait pas été suffisant.

Le titre créé pour le poste de dirigeant de cette ville était « gouverneur ». Il s’agissait d’un nouveau poste, créé pour la personne qui dirigerait cette ville importante au nom de Souma, et l’endroit où ce gouverneur vivait et travaillait s’appelait le palais du gouverneur.

Quant à savoir qui était l’actuel gouverneur de la ville...

« Excusez-moi. Le gouverneur Poncho est-il là ? » demanda Komain.

En effet, c’était l’ancien ministre de la Crise alimentaire et actuel ministre de l’Agriculture et des Forêts, Poncho Ishizuka Panacotta.

Parce que cette ville importante ne pouvait pas être laissée entre les mains de quelqu’un qui n’était pas compétent, le proche collaborateur du roi, Poncho, avait été mis à contribution, bien que temporairement, pour faire le travail. À cause de cela, les jours de Poncho passaient à une vitesse fulgurante, il allait travailler dans le château tous les matins et retournait à Venetinova tous les après-midi.

Techniquement, son remplaçant avait déjà été choisi — c’était le Seigneur d’Altomura, Weist Garreau, qui s’était distingué dans la guerre — mais jusqu’à ce qu’il soit prêt à prendre la relève, les journées chargées de Poncho allaient continuer.

De plus, Poncho avait eu un autre lot d’ennuis qui l’attendaient.

☆☆☆

Partie 2

« Le gouverneur est présent, mais l’attente risque d’être longue si vous voulez une audience avec lui, » déclara le garde avec un sourire forcé et d’une manière qui semble impliquer quelque chose.

« Je comprends, » déclara Komain. « J’ai des documents à soumettre, puis-je attendre ? »

« Je comprends. Allez-y, madame Komain. Vous pouvez rester dans la salle d’attente, » déclara le garde.

En partie grâce à son visage familier, le garde avait facilement laissé entrer Komain.

La bonne qui se tenait à l’entrée principale de la bâtisse et qui était chargée de guider les invités l’avait conduite dans la salle d’attente où se trouvaient déjà quatre femmes.

Les femmes semblaient réunies dans un coin de la pièce et parlaient de quelque chose. Elles portaient toutes des tenues voyantes, et Komain pouvait en déduire qu’elles étaient de jeunes femmes de bonne filiation. Les femmes l’avaient regardée lorsqu’elle était entrée dans la pièce, puis s’étaient blotties l’une contre l’autre et avaient commencé à se murmurer à l’oreille.

Komain, se sentant mal à l’aise, s’était assise à une certaine distance de ces femmes. Quand elle l’avait fait...

« C’est quoi cette tenue ? Cette fille veut-elle devenir l’épouse de Sire Poncho ? »

« Quelle fille ordinaire ! Pense-t-elle que, si c’est Sire Poncho, même une fille comme elle pourrait le séduire ? »

Komain entendait parfaitement leurs chuchotements. Elle appartenait à une tribu de chasseurs qui avaient vécu dans le Nord, et ils étaient sensibles à la présence de leurs proies et autres bruits. Elle pouvait entendre des voix basses comme les leurs, qu’elle le veuille ou non.

Komain soupira. Je le savais... Ce sont bien des femmes qui sont venues discuter d’un mariage potentiel avec Sire Poncho.

Il avait déjà été annoncé publiquement que le roi Souma organiserait une cérémonie pour célébrer son mariage avec la princesse Liscia et ses autres reines en attente. En réponse à cela, il y avait maintenant une ruée d’offres de mariage de la part de celles qui voulaient aussi s’assurer une position de reine pour elles-mêmes. Non seulement cela, mais ces offres de mariage arrivaient aussi en masse à tous les hommes célibataires parmi les vassaux de Souma qui semblaient avoir un avenir prometteur.

Le Premier ministre intelligent et séduisant, Hakuya, et le beau capitaine de la Garde royale, Ludwin, étaient tous deux populaires, mais la personne sur laquelle ces offres étaient le plus concentrées était Poncho.

Étant un noble récent, Poncho était issu d’une famille de statut inférieur, ce qui constituait une barrière d’entrée peu élevée pour de telles propositions. En plus de cela, il y avait son corps rondouillard ; celles qui avaient confiance en leur apparence pensaient qu’il serait facile à séduire. En outre, beaucoup l’aimaient sincèrement comme l’une des personnes qui avaient aidé à mettre fin à la crise alimentaire.

Bref, Poncho avait reçu la visite de personnes de tout statut, de personnes intéressées par l’ambition et de personnes pures... Il s’agissait d’un groupe très diversifié de femmes qui lui faisaient leur demande en mariage. Le groupe actuel était sans doute plein de femmes venant de maisons ambitieuses.

« Observez attentivement, » déclara l’une d’elles. « Je vais faire mien cet homme tout rond avec ce beau visage. »

« Il a l’air timide, alors si je pousse assez fort, il devrait facilement se soumettre. »

« En raison de son apparence, cela montre clairement qu’il n’est pas habitué aux belles femmes. »

Les femmes avaient continué à parler à voix basse.

C’est un peu désagréable, pensa Komain. Je me fiche de ce qu’on dit de moi, mais Sire Poncho a travaillé avec Sa Majesté pour fournir de l’aide alimentaire aux réfugiés lorsque les choses étaient difficiles pour nous. Je veux qu’il soit heureux, et je préfère ne voir personne de trop bizarre qui deviendrait sa femme.

Cependant, comme ces femmes le disaient, Poncho avait un côté peu fiable en lui. Si les femmes poussaient assez fort, étant donné sa personnalité, il pourrait ne pas être en mesure de refuser. Komain s’inquiétait pour Poncho, mais une question lui était venue à l’esprit.

Hein ? Alors pourquoi ne s’est-il pas encore marié ?

C’était vrai que Poncho était facile à bousculer. Cependant, malgré cela, elle n’avait pas entendu parler de ses fiançailles, et ce, en dépit de tant d’offres qui affluaient.

Refuse-t-il toutes ces offres de femmes comme celles-ci ? Le Sire Poncho que je connais ?

Tandis que Komain s’interrogeait encore à ce sujet, la bonne était venue les chercher, et toutes les femmes présentes pour discuter de mariages potentiels avaient été emmenées l’une après l’autre.

Et avant qu’elle ne le sache, Komain s’était retrouvée seule.

Puis la femme de chambre vint la chercher, informant Komain que son tour était venu.

« Je suis désolée pour l’attente. Madame Komain, par ici, s’il vous plaît, » déclara la femme de chambre.

Alors qu’elle suivait la bonne dans le couloir, Komain avait vu l’une des femmes qui s’étaient trouvées dans la salle d’attente avant de se diriger rapidement vers elle depuis la direction opposée. Son visage était tendu, et elle passa près de Komain sans sembler la voir.

Qu-Qu’est-ce que c’était ? Elle avait l’air sur les nerfs. Sa réunion ne s’est-elle pas si bien passée ?

Pendant qu’elle s’interrogeait à ce sujet, elles étaient arrivées en face de la salle de réception. La bonne frappa légèrement à la porte, puis attendit une réponse de l’intérieur avant de l’ouvrir et d’annoncer l’arrivée de Komain.

« Entrez, s’il vous plaît, allez-y, » déclara Poncho.

En entendant la voix de Poncho, Komain répondit : « Excusez-moi, » et elle entra dans la pièce.

À l’intérieur de la salle de réception, un Poncho un peu fatigué était assis sur un canapé avec une servante derrière lui.

Les yeux de Komain s’étaient ouverts en grand malgré elle dès qu’elle avait vu cette femme de chambre. Pendant un moment, elle fut bouleversée par cette femme qui semblait avoir un peu plus de vingt ans, avec un beau visage et un équilibre qui indiquait sa grande intelligence.

Pas étonnant que cette femme ait l’air si pressée..., pensa-t-elle.

Avec une telle beauté derrière Poncho, cela détruirait sans aucun doute la confiance que les femmes en visite avaient dans leur propre apparence. Est-ce uniquement grâce à elle qu’aucune femme, malgré toutes les offres, n’a pu faire passer la sienne ? Dans ce cas...

Euh !? Est-ce qu’elle me regarde fixement !? Komain avait l’impression que la bonne qui se tenait derrière Poncho avait son regard fixé sur elle.

Quand une belle personne faisait ce regard fixe, son impact en serait multiplié. Komain sentait un frisson dans sa colonne vertébrale, mais c’était la même Komain qui passait ses journées à parler ouvertement de ses pensées aux hommes forts.

Elle répondit en regardant elle aussi fixement la femme, comme pour dire, je ne perdrai pas.

Et face à la réaction de Komain, la femme de chambre avait augmenté d’intensité.

Leurs regards s’étaient heurtés. C’était comme si une image d’un loup et d’un faucon pouvait être vue derrière elles.

 

 

« Vous deux, il y a un problème ? » demanda Poncho avec hésitation, sentant l’atmosphère anormale tendue qui les divisait.

C’était à elle qu’il s’adressa, et Komain fut la première à revenir à la raison. « Oh, c’est vrai. Sire Poncho, j’ai apporté la liste des réfugiés nouvellement arrivés. »

« Bien, bien. Merci pour votre dur labeur, » déclara Poncho.

Au moment où Komain avait remis les papiers à Poncho, l’atmosphère oppressante qu’elle avait reçue de la domestique avait disparu. En fait, la bonne s’inclina devant elle et lui déclara : « Je vais maintenant préparer le thé, » puis elle quitta la pièce.

Alors qu’un point d’interrogation flottait encore au-dessus de la tête de Komain lors de son brusque changement d’attitude, Poncho avait parlé.

« Je suis désolé d’avoir dû vous faire attendre, » s’excusa-t-il en parcourant les documents.

« Oh, non. Euh... Est-ce que beaucoup de femmes souhaitent vous épouser ? » demanda Komain.

« O-Oui. Voyons voir. D’après ce que j’ai entendu dire, beaucoup d’hommes non mariés parmi les vassaux de Sa Majesté ont reçu de telles offres. Même moi, j’en ai reçu un bon nombre. Si Madame Serina, qui est la servante en chef du château, ne s’en était pas occupée pour moi, je suis sûr que les choses auraient empiré encore plus, » déclara Poncho.

Serina... C’est l’incroyable belle femme de ménage d’avant ? Si c’est la femme de ménage en chef du château, elle doit être très compétente.

Poncho avait fait un sourire troublé. « Bien sûr, c’est peut-être à cause de mon apparence. J’ai reçu beaucoup d’offres pour discuter de cette perspective, mais aucune d’elles n’a fonctionné. On me dit souvent : “En fait, annulons tout”, dès qu’elles voient mon visage à l’entretien. »

Hein ? Est-ce que cela signifie… ?

Komain se souvient du moment où elle était entrée pour la première fois dans la pièce. Elle avait vu le gentil Poncho et la super belle servante Serina derrière lui.

Oui... C’était le premier obstacle. Pour celles qui avaient un peu confiance en leur apparence et pensaient pouvoir facilement séduire Poncho, quand elles avaient vu le beau visage de Serina, elles étaient susceptibles de battre en retraite précipitée. Même si elles tenaient bon, la prochaine chose qui les frapperait serait cette vague d’intimidation de la part de Serina. La femme moyenne n’avait probablement pas pu résister à cette pression.

Même Komain avait ressenti quelque chose qui ressemblait au genre de frisson qu’elle ressentirait si elle rencontrait un grand loup.

« Serina a été assez gentille pour gérer les choses, alors je me sens mal pour elle, » déclara Poncho en s’excusant.

Non, n’est-ce pas la faute de Serina si aucune de ces offres n’a abouti !?

Komain avait failli le dire à haute voix, mais la servante l’avait interrompue.

« Pardonnez-moi. J’ai apporté le thé, » Serina avait apporté le thé avec ce qui semblait être un moment choisi soigneusement planifié, de sorte que les mots n’avaient jamais quitté la bouche de Komain.

Pendant qu’elle buvait le délicieux thé, l’esprit de Komain s’était mis à tourner en rond. Madame Serina s’oppose-t-elle aux offres de mariage de Sire Poncho ? Mais pourquoi ? Comme elle a été envoyée par le château, est-ce sous les ordres de Sa Majesté ? Non, ce n’est pas possible. Je ne vois pas le roi faire quelque chose d’aussi méchant. Alors est-ce sa propre volonté ? Elle a peut-être quelque chose contre Sire Poncho ?

Tandis que Komain pensait cela, Poncho avait commencé d’une voix douce à lui parler. « Comment vont les anciens réfugiés de nos jours ? Y a-t-il quelque chose qui leur pose problème ? »

« Oh, c’est vrai, » dit Komain. « Tout le monde s’habitue à la vie ici. C’est un processus graduel, mais j’ai moins de demandes de médiation qu’avant. »

« C’est bien. La paix est la chose la plus importante, » déclara Poncho.

« Ça l’est. En tant qu’organisatrice communautaire, j’estime que c’est un poids en moins pour moi et je suis soulagée. En même temps, j’ai de moins en moins de choses à faire, alors j’ai pensé à démarrer quelque chose de nouveau. Sire Poncho... êtes-vous plus occupé que jamais ? » demanda Komain.

« Oui, en plus de mon travail de gouverneur, je dois aussi rencontrer toutes les personnes qui font des propositions, et Sa Majesté m’a aussi demandé d’étudier quelque chose de nouveau. Donc je suis occupé, » déclara Poncho.

Poncho regarda la montagne de livres à côté de son bureau et soupira.

« Étudier... ? Quoi exactement ? » demanda Komain.

« Le transport des provisions. Selon Sa Majesté, le fait que mon nom figure ou non sur la liste des personnes qui gèrent la nourriture de nos soldats fera une grande différence dans le moral de l’ensemble des militaires. C’est pourquoi, même si ce n’est que pour me mettre en valeur, il veut apparemment me placer dans un poste important, alors je suis en plein milieu de l’acquisition d’un minimum de connaissances de base, » déclara Poncho.

Poncho était tellement considéré comme un spécialiste de la nourriture que les gens l’appelaient « Ishizuka, le Dieu de la nourriture ». Le simple fait que son nom figure sur la liste des gestionnaires des provisions militaires suffirait à convaincre les troupes qu’elles pouvaient manger quelque chose de bon, ce qui leur remonterait le moral.

Je pense que c’est un problème qu’on rencontre quand on est célèbre, pensait Komain.

Serina se pencha pour murmurer quelque chose à l’oreille de Poncho. « Madame Komain est votre dernière visite pour la journée. Merci pour votre dur labeur. »

« Oh, elle l’est ? Merci aussi, Madame Serina, » déclara Poncho.

« Non, après tout, Sa Majesté m’a ordonné de vous soutenir, » répondit Serina.

« Pourtant, je vous suis quand même reconnaissant, » répondit Poncho.

Les oreilles trop sensibles de Komain avaient capté leur conversation chuchotée.

En entendant leurs voix, Komain avait rapidement mis fin à sa théorie antérieure. Il n’y avait aucune trace d’hostilité dans la voix de Serina. Plus que cela, il y avait une « douceur » exaltée en elle. C’était incroyable que Poncho puisse garder la tête froide pendant qu’elle lui murmurait à l’oreille comme ça.

« Si vous êtes si reconnaissant, refaites-le ce soir, » murmura Serina.

« Vous aimez vraiment ça, hein, Madame Serina ? » Poncho chuchota en réponse.

Komain avait failli cracher son thé.

Ce soir !? Elle aime ça !? Euh, quoi !? De quoi parlent-ils tous les deux !? Se demanda-t-elle.

Tout en faisant semblant de boire, Komain jeta un coup d’œil sur eux deux par-dessus le bord de sa tasse à thé.

Est-ce qu’ils ont tous les deux ce genre de relation, peut-être !? Oh ! Ça explique pourquoi Madame Serina était si intimidante ! Pour empêcher quiconque de lui enlever Sire Poncho... Hein ? Mais c’est une surprise. Je me demande pourquoi une beauté comme elle est si éprise de Sire Poncho..., se demanda Komain.

La tête de Komain était remplie d’une confusion différente de celle d’avant, et cela l’inquiétait.

« Oh, c’est vrai, » déclara Poncho. « Madame Komain. »

« Hmm !? Euh, oui... !? » Komain avait involontairement laissé sa voix s’élever un peu.

« Avez-vous du travail après ça, Madame Komain ? » demanda Poncho.

« Non, c’était la dernière chose pour aujourd’hui... Pourquoi cette question ? » demanda Komain,

Poncho avait souri avec joie et avait dit : « Oh, ce n’est pas grand-chose. Je pensais vous inviter à dîner. »

 

☆☆☆

 

C-Comment ça s’est terminé comme ça... ? se demanda-t-elle.

Komain ne comprenait pas la situation dans laquelle elle se trouvait.

Elle était dans la salle à manger privée du gouverneur se trouvant dans le manoir du gouverneur. Là, Serina et Komain étaient assises en face l’une de l’autre. Poncho était en train de cuisiner, alors Komain se sentait assurément mal à l’aise.

Serina inclina soudain la tête. « Madame Komain, je dois m’excuser pour tout à l’heure. »

« Hein ? Pourquoi ça ? » demanda Komain.

« Pour vous avoir regardé avec des yeux d’évaluation. Je pensais que vous étiez une autre de ces femmes qui pensent qu’elles peuvent facilement séduire Sire Poncho, » déclara Serina.

Ce regard n’avait pas l’air d’un regard noir, mais d’un regard d’évaluation. Komain était soulagée de réaliser que Serina avait protégé Poncho des crocs venimeux des femmes ambitieuses.

« Je me demandais si beaucoup de gens qui cherchent à rencontrer Poncho et à parler de mariage sont comme ça. » Komain s’était aventurée à demander ça.

« Oui. Comme vous l’avez vue, c’est un homme avec beaucoup de faiblesses. Sa Majesté m’a demandé de m’assurer que Sire Poncho ne soit pas piégé par des femmes étranges, mais beaucoup d’entre elles s’enfuient dès la première fois où elles nous voient. J’aimerais qu’elles nous respectent au moins un peu. »

Eh bien, oui, bien sûr qu’elles auraient peur, avait presque dit Komain, mais elle avait réussi à avaler les mots juste avant qu’ils ne quittent sa bouche.

Serina n’avait peut-être que l’intention de la sonder, mais même celles qui n’avaient pas de mauvaises intentions pouvaient avoir peur et s’enfuir à la vue de ce regard.

« Mais vous ne vous êtes pas enfuie, n’est-ce pas, Madame Komain ? » demanda Serina.

« Je viens d’une tribu de chasseurs. J’avais l’impression d’être dévisagé par un grand loup, mais vous ne pouvez pas être un chasseur si vous laissez la peur vous envahir, » répondit Komain.

Les mots de Komain semblent avoir laissé Serina un peu choquée. « Mon regard était-il au niveau d’un grand loup ? »

À ce moment-là, Poncho était revenu avec une grande marmite. « Désolé de vous avoir fait attendre. C’est notre plat expérimental du jour. »

Poncho avait ensuite servi des portions du pot dans chacune de leurs assiettes. Quand elle avait vu ce qu’on lui servait, Komain avait grimacé un moment. Toute son assiette était recouverte de marron. Qui plus est, ça n’avait pas l’air très attrayant.

Est-ce... le riz que les loups mystiques cultivaient ? Mais je vois des morceaux qui ressemblent à des pâtes finement coupées ici et là. En plus de ça, tout est également marron...

« Ohhhh, c’est merveilleux, Sire Poncho. » Contrairement à Komain, Serina était enchantée par la vue de ce plat. « C’est comme la sauce yakisoba que vous avez servie avant, mais vous avez mélangé du riz cette fois-ci. Les nouilles sont minces, ce qui les rend faciles à manger avec le riz. Cette vue pécheresse d’un aliment de base cuit avec un autre aliment de base, combiné avec l’odeur de la sauce, est tout simplement la meilleure des choses possibles. »

Serina avait fait l’éloge du plat comme si elle était une jeune fille amoureuse. L’écart entre cela et la beauté intellectuelle qu’elle avait l’air d’avoir tout à l’heure était si grand que Komain l’avait trouvé un peu déconcertant. Cependant, Poncho semblait raisonnablement habitué à cette réaction, et continua à expliquer le plat sans difficulté.

« Dans le monde de Sa Majesté, on l’appelle apparemment “soba meshi”. D’abord, vous préparez la sauce yakisoba, puis vous ajoutez le riz. À partir de là, vous ajoutez des choses comme le tendon et vous mélangez le tout. Je pense bientôt le servir dans mon restaurant expérimental au château, » déclara Poncho.

« Je vais commencer à en manger, » déclara Serina.

Serina récupéra du soba meshi avec une cuillère et le porta à sa bouche. Dès qu’elle l’avait mis dans sa bouche, elle avait fait apparaître un sourire d’extase, comme si elle venait de recevoir une révélation d’en haut.

Poncho la regarda avec un sourire sur son visage. « Je peux dire... que vous aimez vraiment ça, Madame Serina. »

En entendant ces mots, Komain se souvint de leurs chuchotements antérieurs. Il semblerait que c’était la chose qu’elle « aimait » qu’ils allaient faire « ce soir ».

Un peu gênée par ce qu’elle avait imaginé, Komain prit une bouchée du soba meshi dans son assiette sans hésiter, et...

Ohhhh ! Komain avait l’impression qu’elle venait d’avoir elle aussi une révélation du ciel. Qu’est-ce que c’est que ça !? Ça a l’air affreux, mais c’est si délicieux !

La sauce sucrée et épicée avait stimulé son appétit, et sa cuillère était retournée chercher une autre après l’autre de soba meshi. Quelle saveur séduisante ! Elle pouvait voir pourquoi le visage de Serina avait fondu comme ça. Tout en étant satisfaite de son explication, elle se souvint de ce que Serina avait dit.

« Si vous êtes si reconnaissant, refaites-le “encore” ce soir... »

Refaites-le « encore » ce soir... Serina avait dit « encore ». En d’autres termes, cela ne voulait-il pas dire que Serina mangeait de délicieux repas comme celui-ci avec Poncho presque tous les soirs ?

Dès qu’elle eut cette idée en tête, Komain ne put se retenir. Elle avait donné un coup de pied vers l’arrière afin de pousser sa chaise et s’était levée, puis s’était agenouillée sur le sol devant Poncho.

« Sire Poncho ! » s’exclama Komain.

« O-Oui ! Euh, Madame Komain ? Qu’est-ce que vous faites, à genoux comme ça ? » demanda Poncho.

« Madame Komain ? » demanda Serina, effrayée.

En voyant les regards emplis de doutes sur leurs visages, Komain exprima les sentiments qu’elle ne pouvait plus garder à l’intérieur. « Si je peux manger comme ça, je veux vous servir, Sire Poncho ! S’il vous plaît, gardez-moi à vos côtés ! »

Komain proposait soudain de servir sous ses ordres.

Alors que Poncho était encore à court de mots face à la tournure soudaine des événements, Serina s’était levée de son siège pour se tenir devant une Komain agenouillée. Ses yeux avaient la même intensité qui avait chassé les femmes qui cherchaient à discuter de mariage avec Sire Poncho.

Alors qu’elle posait sur Komain un regard destiné à faire replier ceux sur lesquels elle tombait, elle avait dit : « Est-ce vraiment quelque chose que vous ressentez ? »

« Oui ! Je le jure sur l’honneur de mon peuple, » répondit Komain.

Komain la regarda droit dans les yeux, les yeux inébranlables.

Serina et Komain ignoraient l’homme qui, normalement, aurait dû être le centre de cette conversation, afin de se regarder.

Poncho, comme d’habitude, était tout simplement agité.

Peu de temps après ça, Serina avait affaissé ses épaules avec résignation.

« Il semble que vous êtes sérieuse... Très bien. » Après avoir dit ça, Serina avait tendu la main à Komain. « Je vous accepte. Bienvenue à la table de la famille Ishizuka. »

« Madame Serina ! » s’exclama Komain.

Les deux femmes avaient échangé une poignée de main ferme. Leurs cœurs avaient tous les deux étés volé par la même chose.

Ce jour-là, les deux femmes qui étaient enchantées par les plats gastronomiques de qualité B étaient liées par une attache plus forte que n’importe quelle assiette.

D’ailleurs, Poncho, qui n’avait pas été mêlé à cela, continuait à manger tranquillement du soba meshi tout seul.

De plus, bien qu’il ne s’agisse que d’une note d’aparté, à partir du lendemain, il y avait deux femmes debout derrière Poncho quand les femmes venaient lui parler de mariage.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire