Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Après le retour au pays 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Après le retour au pays : Arc – 2 : Le séjour de Kuu dans le Royaume

☆☆☆

Après le retour au pays : Arc – 2 : Le séjour de Kuu dans le Royaume

Partie 1

— Au milieu du 7e mois, 1547e année du Calendrier Continental —

Les toits des maisons du quartier résidentiel de Parnam étaient uniformément orange.

Si vous regardiez vers le bas depuis le château de Parnam pour voir le centre de la ville, les murs du château qui entouraient la ville, et la petite montagne près de la ville, cela ressemblerait à une vaste mer d’orange.

Il y avait une silhouette sombre qui rebondissait sur ces toits orange.

La silhouette courait d’un toit à l’autre, mais elle s’était arrêtée sur un toit pour essuyer la sueur. C’était à peu près à la période de la journée où le soleil était haut dans le ciel.

L’été avait commencé pour de bon à ce moment-là, et le royaume voyait maintenant des jours chauds s’enchaîner.

« Franchement, il fait chaud ! » grogna la silhouette. « Il ne ferait jamais aussi chaud en République. »

C’était l’invité de la république, Kuu Taisei.

Cela faisait déjà deux mois que le roi Souma de Friedonia avait formé une alliance médicale avec le chef de l’État Turgien Gouran et l’impératrice Maria de Gran Chaos.

Afin de voir comment Souma régnait et d’apprendre de lui, Kuu était venu résider dans le Royaume de Friedonia avec son accompagnatrice Leporina et son amie d’enfance Taru.

Il séjournait gratuitement chez Souma, mais comme il n’était qu’un vassal formel, il n’avait pas de travail particulier à faire, et il passait la plupart de son temps à voyager dans le royaume pour apprendre.

Kuu soumettait une demande de visite et d’information sur un lieu, et si Souma donnait sa permission, il avait relativement carte blanche pour regarder ce qui se trouvait dans le Royaume. Il s’était rendu dans de nombreux endroits de cette façon, et s’était inscrit comme aventurier avec Leporina, mettant de côté une petite somme d’argent en prenant des quêtes.

Kuu s’était accroupi sur le bord du toit, donnant sur la ville de Parnam.

Encore une fois... Je sais que j’en ai entendu parler par frangin, mais ce pays est encore plus incroyable que je ne le pensais, pensa-t-il.

Il y avait des choses qu’il avait apprises en venant dans ce pays et en y vivant.

Les choses voyantes avaient attiré son attention en premier. Au départ, il s’agissait des émissions diffusées par le Joyau de Diffusion de la Voix. L’idée d’utiliser le Joyau de Diffusion de la Voix, qui n’avait été utilisé que pour des proclamations officielles auparavant, pour divertir les citoyens était incroyable.

L’émission de chants où de nombreuses Loreleis diverses et variées apparaissait pour chanter, l’émission d’informations où Chris Tachyon rapportait les événements et les incidents qui s’étaient produits dans le pays, les prévisions météorologiques de l’une des fiancées de Souma, et plus... Tout cela était tous nouveau pour Kuu, et cela avait attiré son intérêt.

Parmi eux, le programme de tokusatsu appelé Overman Silvan était son préféré.

C’était de la bonne matière. Voir un héros se battre pour le bien et punir le mal l’avait excité.

Kuu aimait tellement Silvan qu’en les regardant tourner l’émission dans le château, il avait même obtenu l’autographe d’Ivan Juniro, l’acteur qui jouait le personnage principal. C’était incroyable qu’à une époque comme celle-ci, le fils d’un chef d’État d’une nation supplie un acteur d’un autre pays de lui donner un autographe.

Quant à la prochaine chose voyante qui avait attiré son attention, il s’agissait des événements religieux.

En général, les nations qui mettaient beaucoup de ferveur dans leurs événements religieux avaient tendance à être monothéistes, mais les événements religieux dans cet État multiracial et pluri-religieux étaient étonnamment populaires.

Il semblait que depuis que Souma avait publié une proclamation disant que « toute religion qui s’enregistre auprès du gouvernement sera reconnue comme religion d’État », ce pays avait acquis une variété de religions d’État, et ils en étaient venus à tenir de grands événements religieux pour attirer les croyants.

En outre, en transformant ces événements religieux en événements nationaux, il avait même été possible pour les membres d’autres religions et sectes d’y participer.

Il en est résulté qu’à l’exception des croyants les plus fervents, il y avait eu une augmentation du nombre de citoyens s’engageant dans des religions multiples, et une relation de coopération où différentes religions se prêtaient mutuellement de l’espace pour des événements avait été construite.

C’était parce que, s’il était possible d’avoir plusieurs religions, il n’était pas nécessaire de se battre pour voler les croyants les uns aux autres.

Cette sorte d’approche de la religion de type buffet semblait être quelque chose que le culte relativement tolérant de la Mère Dragon pouvait permettre, mais l’Orthodoxie Lunaire, avec son accent sur l’unité par la croyance en un dieu unique, détesterait.

Cependant, le chef de l’Orthodoxie Lunaire au sein du royaume, l’évêque Souji Lester, avait dit : « Plusieurs religions ? Bien sûr, pourquoi pas ? »

Et avec cette seule parole, ils avaient été graduellement entraînés dans le buffet des religions.

Souji était plus impie que jamais. Mais sa gestion lâche avait le soutien des adhérents de l’Orthodoxie Lunaire dans le royaume. Pour les adhérents qui avaient vécu longtemps dans le royaume, même si c’était le centre de leur religion, ils n’avaient pas été heureux de recevoir des ordres directement de l’État papal orthodoxe sur toutes sortes de choses.

Sur ce point, Souji avait dit : « Si tu fais les choses avec modération, tu peux faire ce que tu veux. » Et laissait tout cela à eux-mêmes, donc c’était plus facile pour les croyants.

Dans le royaume, il y avait maintenant un dialogue religieux ouvert entre toutes les religions, et elles étaient dans un état d’harmonie impeccable.

Si vous alliez en ville, un week-end, il y aurait un festival de l’Orthodoxe Lunaire, et le week-end suivant, il y aurait une journée de célébration pour les adorateurs de Mère Dragon, et le week-end suivant, les adorateurs du dieu de la mer auraient une cérémonie inaugurale liée aux océans... Il y avait toujours une excuse pour qu’un événement ait lieu.

Ainsi, les gens se réunissaient là où il y avait des événements, et les choses et l’argent se réunissaient là où il y avait des individus. La tenue d’événements religieux était directement liée à l’augmentation de l’activité économique.

Et bien, c’est facile de regarder les choses tape-à-l’œil, mais ce qui est vraiment incroyable, c’est ce qu’on ne voit pas, pensa Kuu.

Kuu se leva et recommença à rebondir sur les toits.

Au-dessous, il pouvait voir les citoyens de ce pays vivre leur vie. Il avait traversé une rue commerciale où les femmes faisaient leurs courses, puis une rue d’artisans où le bruit des marteaux ne cessait de résonner.

Pendant qu’il courait, Kuu avait eu une idée.

Ce qui est vraiment incroyable dans ce pays, c’est à quel point il est facile d’y vivre, pensa-t-il.

Le royaume tel qu’il était aujourd’hui avait encore ces toits orange, ce qui lui donnait une apparence rétro, mais en dessous, c’était devenu incroyablement agrémenté à y vivre.

Les grandes villes disposaient de réseaux d’eau courante et d’égouts, et la collecte des ordures avait été nationalisée, ce qui avait permis d’améliorer l’assainissement. Malgré le fait qu’il s’agissait d’une grande ville, l’air n’était pas si mauvais et l’eau utilisée pour la consommation quotidienne n’était pas contaminée.

Il y avait un réseau de transport, et beaucoup de personnes allaient et venaient. Il en était résulté un réseau de distribution des produits, une stabilisation des prix et un bon ordre public, car l’armée pouvait être rapidement envoyée n’importe où.

Si une personne vivait ici, ne serait-ce que quelques jours, elle se sentirait mal à l’aise de vivre dans un autre pays.

Le seul pays qui pouvait rivaliser avec celui-ci pour la qualité de vie devait être la grande puissance de l’Occident, l’Empire du Gran Chaos. La République de Turgis n’était pas du tout compétitive.

Papa, on ne peut pas rester où on est.

Ils avaient formé une alliance médicale égale entre les trois pays, mais à ce rythme, un écart incroyable se formerait un jour entre eux. Afin d’éviter cela, Kuu apprendrait comment Souma régnait ici, et trouverait une voie de développement pour la république.

« Pour cela... J’ai besoin de jeter un bon coup d’œil au pays de Frangin ! »

En exprimant sa détermination, Kuu avait laissé échapper un rire.

Puis une sorte de voix faible vint de derrière lui. « J-Jeune maître. Attends-moi, je t’en prie. »

Quand Kuu s’arrêta et regarda en arrière, une fille aux oreilles de lapin s’approcha de lui, respirant durement alors qu’elle arrivait. C’était l’assistante de Kuu, Leporina.

« Bon sang, tu es lente, Leporina. Qu’est-il arrivé à tes jambes saines habituelles ? » demanda Kuu.

« Hahh... Hahh... C’est parce que tu cours sur ces toits, jeune maîtreeee. Contrairement à ta race de singe des neiges, les lapins blancs ne sont pas habitués à courir en hauteur. En plus, il y a de bonnes routes, alors marchons dessus, » déclara Leporina.

« C’est plus rapide de couper à travers les toits que de perdre mon temps à traîner les pieds par terre, n’est-ce pas ? J’invite Taru à déjeuner. Si je ne me dépêche pas, le déjeuner sera fini, » déclara Kuu.

Kuu était pressé parce qu’il rencontrait Taru.

Contrairement à Kuu, qui était un pique-assiette séjournant au château de Parnam, Taru louait une maison près de la rue des artisans avec un atelier attenant. Il lui aurait été facile de vivre dans le château, mais elle avait pensé que ce serait un tracas de faire la navette entre le château et la ville tous les jours. Kuu passait souvent chez Taru.

Kuu était sur le point de repartir en courant... puis s’était arrêté et avait demandé à Leporina, « Alors, où se trouvait déjà Taru ? »

« Tu courais sans le savoir !? » Leporina regarda Kuu avec incrédulité.

« Non, je sais où est sa maison. Mais elle est partie former les forgerons aujourd’hui, non ? Je ne sais pas où se trouve cette place d’entraînement... Comment ça s’appelait déjà ? » demanda Kuu.

« C’est l’école professionnelle de Ginger, » répondit Leporina.

L’école professionnelle de Ginger était dirigée par Ginger Camus, l’ancien marchand d’esclaves. D’une part, il enseignait aux enfants à lire, à écrire et à faire du calcul, tout en étant une institution universitaire où l’on faisait des recherches dans de nombreux domaines d’études et technologies qui étaient à l’aube de leur épanouissement.

De tous les domaines d’études et technologies étudiés ici, ceux qui étaient jugés prometteurs pour l’avenir étaient reconnus, et si un certain nombre de chercheurs sur un sujet pouvaient être retenus, une nouvelle école spécialisée indépendante serait créée. C’est pourquoi l’école professionnelle de Ginger avait été appelée « école pour écoles ».

Le domaine de la médecine venait tout juste de devenir indépendant, et l’ancienne capitale du Duché de Carmin, Randel, abritait désormais une école de médecins et d’infirmières, la Faculté de Médecine de Randel.

Maintenant que suffisamment de personnel s’était développé au point de pouvoir enseigner les connaissances médicales de base, Brad et Hilde avaient été libérés de leurs fonctions d’enseignement. Ils avaient ouvert un cabinet médical dans la nouvelle ville de Venetinova, et il n’y avait donc plus de raison de les enchaîner vers la capitale.

La raison pour laquelle l’école avait ouvert ses portes à Randel était qu’il y avait un terrain d’entraînement pour la Force de défense nationale terrestre à proximité, ce qui signifiait une réserve infinie de soldats avec des blessures fraîches qui feraient de bons cobayes... sujets d’essai.

Soit dit en passant, bien que Brad et Hilde avaient fait leur retour sur le terrain, comme ils l’avaient voulu, ils étaient encore appelés à l’occasion à la Faculté de Médecine de Randel pour donner des conférences. Bien qu’ils aient quitté leurs fonctions d’enseignants, ils étaient maintenant des légendes vivantes dans le monde de la médecine à l’intérieur du royaume.

Il semblait que Hilde continuait à refuser parce qu’elle était actuellement enceinte, mais une fois qu’elle aurait accouché et qu’elle se serait habituée à élever son enfant, elle était sûre de recevoir de multiples demandes de conférences.

Revenons à notre sujet.

L’école professionnelle de Ginger était le lieu où Taru enseignait les techniques de forge.

Leporina soupira et courut devant lui. « Je suppose qu’il n’y a rien à faire. Suis-moi, jeune maître. »

Boing ! Boing ! Leporina avait sauté sur les toits orange. On aurait dit qu’à la fin, ils passeraient après tout par les toits.

« Très bien ! Désolé pour le dérangement ! » Kuu l’avait suivie en riant.

☆☆☆

Partie 2

Alors que Leporina était en tête, Kuu arriva à un endroit avec un large terrain entouré d’un mur de briques avec un certain nombre de bâtiments à l’intérieur. Il s’agissait apparemment de l’école professionnelle de Ginger.

Quand ils étaient arrivés tous les deux à la porte, ils avaient vu une domestique seule à l’intérieur de la porte balayer le sol avec un balai en bambou. Cette femme de chambre était une belle fille dont les oreilles triangulaires et la queue duveteuse étaient typiques des races des hommes-bêtes.

« Oh ! J’en ai trouvé une mignonne ! » s’exclama Kuu.

« Oh... Pas encore ça..., » les épaules de Leporina s’étaient affaissées.

Kuu aimait les femmes qui avaient des parties de bête duveteuse. Si elles avaient des seins, c’était encore mieux.

C’est pourquoi il avait demandé à Tomoe : « Veux-tu être ma fiancée ? » lors de leur première rencontre, et il s’était mis à essayer de la courtiser. Mais il faudrait qu’il garde espoir pour l’avenir au niveau des seins.

Sur ce point, la femme de ménage devant Kuu cochait toutes ses cases.

« Oookyakya ! Je me demande quel genre d’homme-bête elle est. Je vais peut-être aller la courtiser tout de suite, » déclara Kuu.

« ... Il dit ça, bien qu’il n’ait d’yeux que pour Taru, » déclara Leporina en un murmure.

« Hein ? As-tu dit quelque chose ? » demanda Kuu.

« Non, rien... Ou plutôt, j’en parlerai à Taru plus tard, tu sais ? » déclara Leporina.

« Argh... C’est bien de regarder, n’est-ce pas ? » demanda Kuu.

Kuu avait fait la moue. Il était si facile à comprendre.

Pendant que le duo maître et serviteur se disputaient, la domestique homme-bête qui faisait le ménage remarqua que Kuu et Leporina étaient là. La bonne avait rétréci les yeux comme si elle se méfiait. Puis, plaçant son balai devant sa poitrine, elle s’approcha d’eux avec détermination.

« Qu’est-ce que vous faites dans notre école ? » demanda-t-elle.

« « Hein ? » » Kuu et Leporina, qui s’étaient disputés, l’avaient regardée avec des visages abasourdis quand elle les avait soudain interrompus.

La femme de chambre les salua légèrement, ne les quittant jamais des yeux. « Je suis Sandria, une servante au service du Seigneur Ginger, le directeur de l’école professionnelle de Ginger. Excusez-moi, mais... puis-je vous demander, quelles affaires avez-vous à faire dans cette école ? »

Il y avait un ton menaçant dans sa voix. Comme si elle se méfiait d’eux, ou qu’elle était en colère. Kuu ne se souciait pas de l’atmosphère qui se dégageait de Sandria, et il donna son nom avec désinvolture.

« Hm ? Je suis Kuu. Voici ma servante Leporina, » déclara Kuu.

« C-C’est un plaisir de vous rencontrer, » déclara Leporina.

Contrairement à Kuu, Leporina avait senti l’atmosphère inquiétante et avait salué avec plus d’hésitation.

Sandria avait tenu son balai en bambou et en avait pointé l’extrémité sur le front de Kuu. « Pourquoi êtes-vous venu ici... ? C’est ce que je vous demande. »

Le front de Sandria était plissé. Cette position hostile avait aussi mis Kuu en colère.

« C’est quoi ça, sorti de nulle part ? C’est comme ça que votre école accueille les invités ? » demanda Kuu.

« Je ne pense pas que nous appelions ceux qui tentent d’entrer dans notre école alors qu’ils sont des invités armés, » déclara Sandria.

« Armé ? ... Oh, je suppose que oui. » C’était là que Kuu avait finalement compris.

Kuu avait une massue sur le dos, et son accompagnatrice et garde du corps Leporina portait un arc et des flèches sur le sien. Sandria devait se méfier du fait qu’ils étaient des brigands, venus ici pour attaquer l’école.

Les instituts d’éducation étaient le lieu où la sagesse d’un pays était recueillie, et il était tout à fait imaginable qu’ils soient la cible de brigands, ou d’agents d’autres pays qui en avait après leurs chercheurs et leurs résultats. Tous les deux avaient été négligents.

Quand Kuu s’en était rendu compte, il avait offert le gourdin qu’il portait à la femme de chambre. « Désolé d’arriver si soudainement et de vous surprendre comme ça. On est juste là pour voir quelqu’un. »

« Mais ce n’est pas ce que vous croyez ? » déclara Sandria et indiqua derrière Kuu de ses yeux.

Quand Kuu se retourna, Leporina avait pointé une flèche sur Sandria.

« Attends, Leporina !? Pourquoi fais-tu quelque chose d’aussi menaçant ? » demanda Kuu.

« J-Je pensait que mon jeune maître était en danger, alors..., » déclara Leporina.

Oui, elle était immédiatement passée en mode crise en pensant que son maître était en danger. C’était l’agissement même de ce qu’un serviteur devrait faire, mais... dans ce cas-ci, cela ne faisait que rendre cette conversation plus difficile.

« Calme-toi ! Calme-toi ! C’est juste un balai ! » déclara Kuu.

« Rassurez-vous. Ce balai en bambou a quelque chose à l’intérieur, » déclara Sandria.

Avec un éclair, une lame de la taille d’un couteau avait surgi du balai en bambou du côté qu’elle tenait. Sandria pressa le bord tranchant à la gorge de Kuu.

« Est-ce une canne-épée !? Pourquoi une bonne transporte-t-elle quelque chose de si dangereux ? » demanda Kuu.

« Il y a beaucoup d’individus qui font des recherches inhabituelles dans cette école, voyez-vous, » déclara Sandria.

« S’il vous plaît, ne bougez pas ! » Voyant l’épée dans la canne, Leporina repoussa encore plus loin sa corde d’arc. « Si vous bougez un muscle... Je vais tirer. »

 

 

« ... Très bien, » déclara la servante. « Je tuerai au moins votre maître avant cela. »

Il y avait deux belles femmes de chaque côté de Kuu qui se regardaient l’une et l’autre. Sans les armes, ce serait une situation dont n’importe quel homme serait jaloux, mais même Kuu ne pourrait pas en profiter.

« Vous allez vous calmer toutes les deux ! Que quelqu’un fasse quelque chose ! » cria Kuu.

Peut-être que le cri de Kuu avait atteint quelqu’un, parce qu’un jeune homme était venu. « Euh... San ? De quel genre de situation s’agit-il ? »

Il y avait un jeune homme maigre, et à l’allure frêle, debout derrière Sandria, et ses joues frémissaient lorsqu’il regardait cette scène avec étonnement.

« Tu ne dois pas, maître ! » cria Sandria, l’air paniqué pour la première fois.

Il s’appelait Ginger Camus. Malgré sa jeunesse, il était le directeur de l’école professionnelle de Ginger.

Ginger venait pour inviter Sandria à déjeuner avec lui, mais il avait paniqué en voyant la situation près du portail.

Sandria avait un balai avec un couteau au bout pointé vers un jeune garçon qui ressemblait à un singe, et une fille qui ressemblait à un lapin avait un arc bandé qui visait Sandria. Ginger avait été surpris par la scène dangereuse, mais...

« A-Arrêtez-vous, s’il vous plaît ! » hurla-t-il.

L’instant d’après, son corps bougeait. Ginger s’interposa entre Sandria et l’archer pour bloquer la ligne de tir, et même dans sa terreur, il avait réussi à tendre les bras et à crier à Kuu et Leporina : « C’est une école cautionnée par Sa Majesté le roi Souma ! S’il vous plaît, arrêtez avec cet outrage violent ! »

« Comme... je... n’... arrête... pas... de... le... dire. C’est un malentendu..., » déclara Kuu.

« Maître !? »

Relâchant Kuu, Sandria avait jeté son épée-balai sur le côté, avait pris dans ses bras Ginger, et l’avait fait tourner autour d’elle pour changer leur position. Elle avait fini par exposer son dos à Leporina qui continuait à viser avec son arc.

« Attends, San !? C’est dangereux ! » cria Ginger.

« Je te protégerai, même si cela me coûte la vie, maître, » déclara Sandria.

Il y avait Ginger qui s’inquiétait pour Sandria, et Sandria qui risquait sa vie pour le protéger. C’était une scène qui montrait d’un seul coup d’œil quels étaient les sentiments de l’un pour l’autre.

Après avoir vu cette scène, Kuu se gratta maladroitement la joue en leur disant, « Uhhhh... Désolé de vous arrêter quand vous êtes tout excité, mais nous ne sommes pas là pour attaquer l’endroit. Hé, Leporina. Je suis maintenant libre, alors combien de temps vas-tu continuer à tenir cet arc ? »

« Euh... ? Ah ! Oui, Sire ! » s’écria Leporina.

Leporina s’était tellement concentrée sur sa tâche qu’elle avait seulement réalisée maintenant que Kuu avait été libéré. Elle abaissa rapidement son arc et remit la flèche dans son carquois.

En riant, Kuu se tourna vers Ginger et Sandria et dit : « Désolé de faire une scène. Je suis Kuu Taisei. Je viens de la République de Turgis, mais je suis en train de faire du parasitisme chez frangin Souma. Il pense à moi comme à son petit frère. Les oreilles de lapin, c’est ma servante, Leporina. »

« C-C’est un plaisir de vous rencontrer. Oh, et désolée pour le dérangement. » Leporina inclina la tête.

Ginger avait réussi à arracher Sandria de lui d’une manière ou d’une autre, et s’était tenue devant Kuu. « Vous êtes une connaissance de Sa Majesté, alors. Je suis Ginger Camus, celui chargé de gérer cette école. Voici ma secrétaire, Sandria. »

« Je suis Sandria. » Sandria souleva un peu l’ourlet de sa jupe et fit une révérence.

Son malaise de tout à l’heure semblait être un mensonge, et elle présentait un regard comme si rien ne s’était passé. Cependant, elle avait dû se sentir gênée à l’intérieur, car ses joues étaient un peu rouges.

Pourtant, la seule personne ici qui s’en apercevrait était Ginger, qui était avec elle depuis longtemps.

Kuu avait souri et serra la main de Ginger. « Enchanté, Ginger. Vous avez une bonne subordonnée qui s’occupe bien de son maître. »

« Oui. C’est une partenaire fiable, » déclara Ginger.

« Je suppose que je ne peux pas la prendre pour moi, hein. Cependant, son physique est mon genre, » déclara Kuu.

« Euh !? » s’écria Ginger.

Ce soudain discours sur le fait de l’emmener et sur le fait qu’elle était le genre de Kuu avait semé la panique chez Ginger.

Face à ça, Sandria ne semblait pas du tout bouleversée. « J’ai le regret de vous informer que j’ai déjà consacré mon corps, mon cœur et jusqu’à la dernière goutte de mon sang à mon maître. »

« Whoa, San, qu’est-ce que tu dis !? » s’écria Ginger.

« Il va sans dire que si mon maître m’ordonne de passer la nuit avec lui, je suis prête à refouler mes larmes et à le faire, » déclara Sandria.

« Ne dis pas des choses qui me font mal paraître ! Je n’aurais jamais ordonné une telle chose ! » déclara Ginger.

Ginger paniquait. Cela semblait satisfaire Sandria d’une façon ou d’une autre.

En regardant Ginger se faire manipuler par sa servante, Kuu s’était retrouvé à sympathiser malgré lui. « Je ne sais pas comment dire ça, mais... tu as aussi la vie dure, hein ? »

Maintenant que Kuu y pensait, il avait l’impression que son frangin, Souma, qui était aussi le roi de ce pays, avait aussi des moments où il ne pouvait pas tenir tête à ses fiancées. Est-ce que les femmes étaient plus fortes que les hommes et faisaient partie du caractère national de ce pays ?

Elle est trop sadique, alors je ne peux pas me résoudre à demander si elle veut être ma fiancée, comme je l’ai fait avec la petite Tomoe... Attends, hein ? C’est peut-être ce qu’elle vise ?

Avait-elle essayé d’empêcher Kuu de s’intéresser à elle en étant délibérément sadique envers Ginger ? Pour que Kuu n’essaie pas de l’éloigner de lui ? Vu la loyauté dont elle avait fait preuve en se servant d’elle-même comme bouclier pour protéger Ginger, ce n’était pas hors de question.

Kuu y réfléchissait en les regardant tous les deux, mais...

« Maître... me garderas-tu à tes côtés pour la vie ? » demanda Sandria.

« Bien sûr que oui. Tu es une partenaire importante pour moi. Après tout, je ne peux pas diriger cette école tout seul. Alors... s’il te plaît, ne me quitte pas, » déclara Ginger.

« Ce ne sont pas tout à fait les mots que je voulais entendre, mais... bien sûr, je resterai à tes côtés, à te servir toujours. Maître, » déclara Sandria.

Une correction, pensa Kuu. Il semble qu’une bonne moitié était bien la personnalité de Sandria.

Ginger avait l’air un peu tête en l’air, alors il avait pu se dérober sans reconnaître ses intentions, mais si la servante avait déclaré cela à Kuu, il l’aurait remarqué, et elle l’aurait eu ainsi.

« C’est une femme de chambre effrayante, » déclara Kuu à Leporina d’une voix calme.

Leporina ricana en réponse. « Ça montre à quel point Ginger est important pour elle. Tu as vu cette démonstration de dévotion, jeune maître ? Si c’est pour l’homme qu’elle aime, une femme peut devenir aussi calculatrice qu’elle doit l’être. »

« Est-ce comme ça que ça marche ? ... J’ai maintenant un peu peur des filles. » Kuu soupira. « Dieu merci, ma servante est si simple. »

« Oh, je n’en serais pas si sûre, » déclara Leporina avec un sourire espiègle. « Penses-tu qu’une fille simplette serait autorisée à te servir de garde du corps ? Tu ne le penses peut-être pas quand tu me regardes, mais Maître Gouran m’apprécie beaucoup, tu sais ? »

Leporina avait gonflé sa poitrine avec fierté. Bien que sa poitrine soit retenue par le plastron qu’elle portait, quand elle avait pris cette pose, il était clair qu’elle en avait plus que Taru.

Pendant un instant, Kuu avait failli la fixer, mais l’histoire de sa taille de poitrine l’avait frotté dans le mauvais sens du poil, et il s’était forcé à regarder ailleurs.

« Hmph... Eh bien, je reconnaîtrai au moins ta compétence avec un arc, » déclara Kuu.

« Ce n’est pas seulement avec Maître Gouran, tu sais ? Je suis aussi une amie d’enfance de Taru, et on s’entend très bien. Quand viendra l’heure, je suis sûre qu’on pourra s’entendre toutes les deux. »

« ... Quand viendra quelle heure ? » demanda Kuu.

« Quand cela sera l’heure, c’est tout, » Leporina avait esquivé la question avec son sourire léger habituel.

Ce sourire avait fait frissonner Kuu dans son dos.

En effet, alors qu’il avait toujours eu l’impression qu’il dirigeait Leporina, elle était devenue une personne importante pour lui à un moment donné. Si Leporina en avait assez de lui, cela nuirait à sa relation avec Taru, dont elle était aussi proche. Et à ce moment-là, elle était devenue une présence si fiable pour lui qu’il n’aurait jamais songé à la remplacer par une autre servante.

Alors que Kuu était encore confus, Leporina se mit à ricaner. « Heehee, je plaisante. Tu me fais toujours courir comme une folle, alors j’ai voulu te taquiner un peu. Désolée. »

« M-Me taquiner ? » demanda Kuu.

« Oui. Tu n’as pas à t’inquiéter de ce que j’ai dit maintenant, » déclara Leporina.

O-Oh, donc c’est comme ça... Mais est-ce le cas ?

Kuu était presque satisfait, mais il y avait une petite partie de lui qui ne pouvait l’accepter.

Leporina avait dit qu’elle le taquinait, mais la position de Leporina n’avait pas changé. Kuu ne connaissait rien des histoires de la Terre, mais c’est ce que Sun Wukong avait dû ressentir dans la paume de la main du Bouddha.

Et, en fait, Kuu ne savait pas du tout ce que Leporina pensait vraiment.

Hm... le jeune maître semble mal comprendre ce que j’entendais par « quand viendra l’heure ». Tandis que Kuu, confus, lui jetait un regard furtif, Leporina avait souri d’un air ironique. Je ne ferais jamais rien que tu n’aimes pas, Maître Kuu. Je sais très bien ce que Taru et toi ressentez. C’est pourquoi, le moment venu, je suis sûre de pouvoir m’entendre avec Taru. Je ne vous gênerai pas tous les deux, alors ne me traitez pas non plus mal. D’accord, Maître Kuu ?

Leporina avait fait un sourire troublant à Kuu.

Remarquant ce sourire, Kuu pensa, Eek... Frangin, après tout, je ne comprends pas les filles...

Il avait l’impression de pouvoir comprendre un peu les sentiments de Souma.

☆☆☆

Partie 3

« Qu’est-ce qui ne va pas, idiot de maître ? » Taru avait demandé ça à Kuu, qui avait un regard un peu bizarre sur son visage pendant qu’ils mangeaient.

Quand Kuu avait expliqué à Ginger et Sandria qu’il était venu inviter Taru à déjeuner, ils leur avaient suggéré d’y aller tous ensemble, et les cinq personnes étaient allées à la cafétéria de l’école professionnelle de Ginger.

Kuu avait ri maladroitement et avait dit à Taru : « Eh bien, tu sais... Il s’est passé beaucoup de choses, » et j’avais jeté un coup d’œil à Leporina qui se tenait à côté de lui.

Kuu, Taru et Ginger étaient assis à la table, tandis que Leporina et Sandria servaient de servantes. Ils s’étaient retrouvés dans des positions comme s’il s’agissait d’une réunion, mais Kuu et Ginger avaient pu avoir une conversation passionnante au sujet de leur situation respective.

« Je vois, » déclara Ginger. « Vous êtes le fils du chef de la République de Turgis. Même si elle n’en savait rien, San... notre Sandria... a été terriblement impolie avec vous. »

Quand Ginger inclina la tête, Kuu rit.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. C’est en partie ma faute d’être venu sans rendez-vous, » déclara Kuu.

« L’imbécile de maître était juste stupide. Il n’est pas nécessaire que vous incliniez la tête devant lui, Sire Ginger, » déclara Taru avec un air cool sur son visage.

Taru était plus impitoyable que jamais avec Kuu, mais son comportement avait fait écarquiller les yeux de Ginger.

« Vous êtes un artisan, n’est-ce pas, Taru ? N’êtes-vous pas un peu trop désinvolte envers le fils de votre chef d’État ? »

« Hm ? L’idiot de maître est juste l’idiot de maître. C’est tout, » déclara Taru.

« C’est une amie d’enfance, voyez-vous, » déclara Kuu. « Nous ne faisons pas de manière entre nous. Je veux dire, elle m’aime assez, car elle m’a suivi dans ce pays... Gwah ! »

Kuu essaya de mettre son bras sur les épaules de Taru, mais Taru lui donna un coup de coude.

Elle détourna le regard et, d’un ton vif, elle dit : « L’idiot de maître n’a rien à voir avec cela. Je suis venue ici à la demande du roi Souma. »

« Aïe... Franchement, ne peux-tu pas être honnête avec toi-même ? » demanda Kuu.

« Tu es trop honnête avec tes désirs, » répliqua Taru.

En voyant l’échange animé entre Kuu et Taru, Ginger avait plus ou moins compris leur relation et avait souri avec ironie. « Hahaha... Je crois que j’ai compris. »

Kuu mangea du pain en demandant à Ginger : « Alors, Taru se porte-t-elle bien ici ? »

« Oui. Les personnes de notre département des techniques de forge sont heureuses d’avoir un artisan talentueux ici, » déclara Ginger.

« Les personnes ici sont passionnées par leurs études. Ils ont encore un long chemin à parcourir, mais je pense qu’ils finiront par le maîtriser, » déclara Taru avec un regard sérieux sur son visage alors qu’elle buvait son thé.

C’était émouvant pour Kuu de voir ce visage, alors qu’il voyait rarement Taru louer quelqu’un.

« Vous avez même un département des techniques de forge... ? » dit-il avec stupéfaction. « Quelles autres recherches faites-vous ici ? »

« Franchement, toutes sortes de choses, » répondit Ginger. « De la science aux technologies de toutes sortes. Nous étudions un large éventail de sujets, allant de choses comme l’agriculture que nous savons importantes, à des choses qui, à première vue, ne sont pas importantes du tout. Par exemple, nous avons même un nouveau département de donjonologie. »

« La donjonologie ? » demanda Kuu.

« Tout à fait. L’étude des donjons, qui existent partout sur ce continent, et qui sont un endroit où les monstres existent en dehors du Domaine du Seigneur Démon. Nous enregistrons et catégorisons la disposition des donjons et des monstres qui y résident. Il a été créé avec le parrainage de Sa Majesté, qui voulait en savoir plus sur les monstres, » déclara Ginger.

« Frangin Souma ? » demanda Kuu.

Si Souma était impliqué, il devait y avoir une intention significative derrière tout ça. Des monstres, hein..., Kuu avait fait voir un regard songeur, mais Ginger avait continué sans s’en rendre compte.

« Nous coopérons avec la Guilde des Aventuriers et demandons aux aventuriers actifs de nous faire part de leurs expériences pour nos études. De temps en temps, nous avons des aventuriers novices qui utilisent le gymnase ici, et des aventuriers chevronnés qui viennent les entraîner... Bien que, pour une raison ou une autre, San se joint à eux à l’entraînement, » déclara Ginger.

« En tant que personne qui te sert, Seigneur Ginger, je veux avoir au moins une connaissance minimale de l’autodéfense, » déclara Sandria sans honte, faisant sourire Ginger avec ironie.

« Voilà pourquoi..., » Kuu avait l’impression que cela avait enfin un sens. Ses mouvements au moment où elle lui avait mis cette épée-balai à la gorge étaient quelque chose qu’un aventurier lui avait appris.

Kuu croisa les bras et se pencha en arrière sur sa chaise. C’est de la donjonologie, hein ? C’est même un sujet d’étude universitaire dans ce pays...

Un réservoir d’études. Pour Souma, dont la politique avait particulièrement mis l’accent sur l’importance de la recherche fondamentale, l’école professionnelle de Ginger en était une illustration claire. Ils accumulaient un tas de recherches simples et peut-être inutiles. Cependant, même si cette recherche était considérée comme inutile, elle n’était pas dénuée de sens. Cet amas de recherches finira par devenir une force motrice pour le développement de notre pays.

Dans ses interactions avec Souma, Kuu en était arrivé au point où il pouvait penser ainsi. C’est un pays encore plus incroyable qu’il n’y paraît. On ne peut pas les laisser nous surpasser.

Puis quelque chose était venu à l’esprit de Kuu. « Hé, Ginger. Cette école, Leporina et moi, pourrait-on aussi y aller ? »

« Idiot de maître ? » demanda Taru.

« Jeune maître ? Qu’est-ce que tu dis tout d’un coup ? » demanda Leporina.

Taru et Leporina penchèrent la tête sur le côté, mais Kuu les ignora et fit sa demande à Ginger.

« S’il vous plaît. Je veux aussi apprendre toutes sortes de choses dans ce pays. »

Ayant reçu une demande aussi sérieuse, Ginger se gratta la joue.

« Euh... Nous ne refusons personne qui veut apprendre, mais vous venez d’un autre pays, n’est-ce pas ? Je suis désolé, mais je pense que vous aurez besoin de la permission de Sa Majesté, » déclara Ginger.

Kuu se leva avec un regard de joie sur son visage. « D’accord ! Je vais tout de suite aller chercher la permission de frangin ! »

« Hein !? Tout de suite !? » demanda Ginger.

« Il faut frapper le fer quand il est encore chaud, disent-ils ! Allez, Leporina, on y va ! » déclara Kuu.

« Attends, jeune maître ! » cria Leporina.

Kuu s’était levé en trombe, et Leporina s’était précipitée après lui. Les deux individus étaient partis comme une tempête, et Ginger était stupéfait.

« Qu’est-ce que je peux dire ? C’est un individu très déterminé, n’est-ce pas ? » déclara enfin Ginger.

« C’est toujours comme ça, » déclara Taru en buvant tranquillement le thé que Sandria avait versé pour elle. « Oh, Maître Kuu... Tu es vraiment stupide. »

Cependant, lorsqu’elle avait murmuré ces mots, elle souriait un petit peu.

☆☆☆

Quelques jours plus tard...

« Très bien, Leporina, allons étudier au département de donjonologie aujourd’hui. J’ai entendu dire que nous pouvons voir une relique de donjon fournie par la Maison Maxwell, » déclara Kuu.

« J-J’ai compris, alors s’il te plaît arrête de tirer. Bon sang, » cria Leporina.

À l’école professionnelle de Ginger, il y avait Kuu, qui fréquentait l’école avec enthousiasme depuis qu’il avait reçu l’autorisation de Souma, et Leporina, qu’il traînait avec lui, mais qui ne semblait pas s’en soucier, et...

« Oh, idiot de maître, tu es si stupide. »

Il y avait Taru, les regardant de loin, avec les coins de sa bouche tournés légèrement vers le haut.

Qu’étudieraient-ils dans ce pays, et qu’est-ce que cela apporterait dans la République de Turgis ?

Cela, nous ne l’apprendrons pas avant un certain temps encore.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire