Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Histoire courte en prime 8

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime : L’ancien roi et l’ancienne reine profitent pleinement de la vie paisible

Le Royaume de Friedonia possédait un domaine dans les montagnes qui était sous le contrôle direct de la famille royale.

C’était l’ancien domaine du roi précédent, Albert, depuis l’époque où il était un noble, et maintenant c’était le lieu de retraite de l’ancien couple royal.

C’était pastoral, et les personnes y travaillaient dans les champs et les étables laitières le jour, puis, même s’ils n’avaient que du son, ils appréciaient la musique du Joyau de Diffusion de la Voix et d’autres programmes en buvant le soir. C’était un style de vie décontracté. C’était la cambrousse, mais les gens étaient paisibles et c’était un endroit étonnamment facile à vivre.

« La, la, la, » Albert chantait.

Dans ce lieu paisible, au manoir d’Albert, l’ancien roi était en train de tailler les arbres de son jardin en chantant pour lui-même. Bien que le peuple se souvienne d’Albert comme d’un homme bon et d’un roi médiocre, il y avait en fait un talent dans lequel il excellait : l’horticulture.

Albert était particulièrement doué pour faire fleurir de belles fleurs et tailler soigneusement les branches des arbres. C’est parce qu’à l’époque où il était un noble appauvri, il avait lui-même fait le jardinage pour le manoir. Parce que c’était en partie un hobby pour lui, ses compétences dans ce domaine s’étaient rapidement améliorées. En vérité, même après avoir épousé Elisha et rejoint la famille royale, il avait encore occasionnellement contribué à l’entretien des jardins intérieurs du château.

En particulier, Albert savait tailler les arbres pour que leurs branches prennent la forme d’animaux. Les feuilles et les branches qu’il était en train de tailler allaient ressembler à un cygne en train de nettoyer ses ailes. Il lui restait encore quelques détails minutieux à travailler, mais c’était déjà un travail d’assez grande qualité pour qu’il ait l’impression d’y avoir un sens du mouvement. Alors...

« Al, veux-tu bien faire une pause et te joindre à moi pour le thé ? » avait appelé sa femme.

L’ancienne reine, Elisha, était sur la terrasse attenante aux jardins, avec une servante debout à ses côtés avec du thé déjà préparé.

Albert essuya la sueur de son front et lui sourit. « Ohh, Elisha. J’arrive tout de suite. »

C’est ainsi que les deux personnes avaient pris tranquillement le thé de l’après-midi sur la terrasse. L’après-midi s’écoula lentement autour d’eux. Elisha aimait regarder les jardins en sirotant son thé.

« Le nombre de fleurs et d’animaux a certainement augmenté. C’est comme si on vivait dans un livre d’histoires, » déclara Elisha.

« A-Ahahahahaha... Je me suis peut-être laissé emporter et j’en ai fait trop après que notre gendre m’ait loué quant à eux », avait dit Albert en riant de honte.

Les talents horticoles d’Albert étaient merveilleux, et le roi provisoire actuel, Souma, les considérait avec déférence. En raison de ça, Souma avait payé de sa poche les frais de jardinage d’Albert. Il avait construit une serre dans le jardin, et chaque fois qu’il rencontrait des fleurs inhabituelles, il les envoyait à Albert pour voir si elles pouvaient être cultivées dans ce pays. Pour cette raison, le jardin actuel était rempli de fleurs et d’arbres en forme d’animaux de toutes les couleurs.

Quand elle vit à quel point Albert était timide, Elisha gloussa. « Oh, où est le mal ? Ce jardin est très populaire, après tout. »

Il y avait eu des bruits de pas soudains. On aurait dit que les enfants du village voisin étaient venus jouer.

« Roiiiii ! Reinnnnneee ! Hello. »

« « « Hello! » » »

Les enfants les avaient accueillis avec un sourire bienveillant.

« Hey, hey, hey, reine, » déclara l’un des enfants. « Pouvons-nous explorer à nouveau le jardin ? »

« Heehee ! Vous pouvez. »

Après avoir obtenu son approbation, les enfants s’étaient écriés : « Super ! » levant les mains en l’air et se mettant à courir vers le jardin.

Ce jardin, débordant de fleurs multicolores et d’arbres en forme d’animaux, était un endroit attrayant à explorer pour les enfants, qui venaient souvent y jouer. Albert et Elisha ne s’en souciaient pas vraiment, mais les parents des enfants, qui connaissaient leur statut, étaient très humbles à ce sujet, et ils envoyaient toujours des légumes frais en guise d’appréciation pour laisser leurs enfants y jouer.

« Cela me fait du bien de les voir si énergiques, mais nous ne sommes plus roi et reine, ni rien d’autre d’ailleurs, » déclara Albert, troublé en touchant sa moustache.

« Oh, où est le mal ? » avait dit Elisha. « Qu’ils nous appellent comme ils veulent. »

« Je comprends, mais j’ai l’impression de rendre un mauvais service à notre gendre et à Liscia, qui travaillent si dur dans le château. »

« Heehee ! Ça ne les dérangerait pas du tout. » Cela dit, Elisha regardait les enfants s’amuser dans le jardin. « Dire qu’on peut passer nos journées en paix comme ça... Je ne l’avais jamais imaginé. »

« En effet. La première moitié de notre vie a été particulièrement difficile, après tout, » déclara Albert.

Tous deux s’étaient soutenus l’un et l’autre pour traverser la guerre de succession qui avait suivi la mort du roi d’avant Albert. À l’époque, tous les deux n’auraient probablement jamais pu imaginer qu’une vie paisible comme celle-là allait arriver.

Souriante, Elisha posa sa main sur celle d’Albert. « Mais c’est pour ça que je suis contente de t’avoir choisi. Parce que le moi de ce monde t’a choisi, on peut vivre nos jours en paix comme ça. »

« Elisha... C’est ton pouvoir qui m’a permis de confier le trône à notre gendre. Grâce à cela, je peux me détendre et me promener dans le jardin, et passer du temps avec les gens que j’aime, » déclara Albert.

« Je t’aime, Al, » déclara Elisha.

« Je t’aime aussi, Elisha, » déclara Albert.

La bonne ne pouvait que sourire avec ironie en regardant ce couple d’âge mûr qui dégageait une douce aura de tourtereaux.

Puis une autre servante s’approcha d’eux et elle avait remis une lettre à Albert. « Maître Albert, une lettre de Liscia adressée à vous deux. »

« Hmm. De Liscia ? Est-ce qu’elle va bien ? » demanda Albert.

En acceptant la lettre, ils l’avaient feuilletée tous les deux. Et puis...

« Oh, bonté divine, » déclara Albert.

« Oh, mon Dieu, » déclara Elisha.

Son contenu avait fait sourire les deux personnes avec satisfaction.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Paisible en effet ^^

  2. Le couple royal retraité va pouvoir jouer les papys gâteaux avec les petits-enfants en approche 🙂

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire