Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Épilogue 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Épilogue 2 : Encore vers un autre pays

Après avoir formé nos contrats avec Naden et Ruby dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, nous étions retournés au royaume.

Comme je l’avais dit à Tomoe, le château était encore inondé de demandes en mariage, alors j’avais prévu de continuer mon voyage à l’étranger, mais nous avions des objets comme le Petit Susumu Mark V et le Petit Musashibo qui étaient encombrants et mal adaptés à notre voyage, alors nous étions revenus au château afin de les déposer.

Quand Naden la ryuu noire et Ruby le dragon rouge avaient atterri au château de Parnam, les gardes du château avaient commencé à paniquer. Même s’ils connaissaient déjà Naden, ils n’auraient pas pu prévoir que Ruby se joindrait à nous...

Maintenant que j’y pense, j’avais complètement oublié de le signaler.

Quoi qu’il en soit, j’étais descendu de Naden et je me dirigeais vers la gondole que Ruby avait transportée. Naden avait transporté la gondole sur le chemin, mais Naden allait être ma reine. Si elle l’avait portée et que la femme de Hal était arrivée les mains vides, cela se serait mal reflété sur Ruby, alors nous avions décidé que Ruby la porterait.

« Ruby, » déclara Naden. « J’espère que tu l’as portée sans trembler ? »

« Lâche-moi, Naden. Je l’ai très bien portée, » répliqua Ruby.

Naden et Ruby avaient commencé à se chamailler dès qu’elles étaient redevenues humaines.

Il était censé y avoir une relation hiérarchique entre elles maintenant, comme les femmes d’un roi et de l’un de ses vassaux, mais il semblait que ni l’une ni l’autre ne s’en souciait, et qu’elles s’amusaient à se lâcher des vannes. Ce genre de relation devrait sûrement être plus facile pour elles.

Puis la porte de la gondole s’était ouverte et Liscia était sortie. « Berk... ! »

« Liscia !? » Je m’étais exclamé.

Dès qu’elle avait touché terre, Liscia avait trébuché, alors je m’étais précipité pour la rattraper. Tout en ayant Liscia dans mes bras, je l’avais regardée et j’avais vu qu’elle avait l’air pâle et qu’elle se couvrait la bouche.

« Est-ce que ça va !? Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

« Désolée... Je suis un peu instable sur mes pieds... Est-ce le mal des transports ? » demanda-t-elle.

Le mal des transports dans la gondole... Était-ce ça ? En voyant Liscia comme ça, Naden avait blâmé Ruby.

« N’as-tu pas dit que tu l’avais transportée d’une manière douce ? » avait dit Naden.

« Je ne pensais pas qu’elle ait tant bougé, d’accord ? » déclara Ruby.

« Calmez-vous, s’il vous plaît, » déclara Aisha, en débarquant. « Je ne pense pas qu’elle ait été si secouée. »

Liscia avait faiblement ri, avant d’ajouter. « Je ne pense pas que ce soit la faute de Ruby », afin de la couvrir. « Je pense que la fatigue du long voyage m’a finalement atteint. J’ai dû échouer quand à la gestion de ma santé. »

« Vas-tu vraiment bien ? » avais-je demandé.

« Oui... Mais je vais me reposer dans ma chambre. Carla, veux-tu bien venir avec moi ? » demanda Liscia.

« D’accord. Tu peux compter sur moi, » déclara Carla.

« Veux-tu que je vienne avec toi ? » avais-je demandé.

« Souma, ne dois-tu pas faire un rapport à Hakuya sur ce qui s’est passé ? Tu dois aussi prendre des dispositions pour Naden et Ruby. Je vais bien ! Alors, va faire ton boulot, » répondit Liscia.

Argh... Quand elle l’avait dit comme ça, je n’avais rien pu lui répondre.

Finalement, tout ce que j’avais pu faire, c’était regarder Liscia partir pour sa chambre alors qu’elle s’appuyait sur l’épaule de Carla afin de se soutenir. Si j’agissais d’une manière indiquant que j’étais trop inquiet, elle se fâcherait probablement, alors j’avais décidé de me concentrer sur ce qu’il fallait faire pour l’instant.

« Maintenant que tout le monde est rassemblé..., » commençai-je.

Lorsque j’étais retourné au bureau des affaires gouvernementales, j’avais discuté des événements qui s’étaient produits avec Hakuya. Je m’étais aussi chargé des diverses procédures qui devaient être faites pour Naden et Ruby, et j’avais envoyé un ordre à l’institut de recherche concernant une enquête sur les reliques de la surscience. À la fin de tout ça, la date avait changé. Maintenant que le travail avait été fait, j’avais convoqué une fois de plus les membres de mon entourage ainsi que ceux qui avaient été avec moi pendant le voyage.

Dans la pièce se trouvaient les six personnes qui étaient revenues avec nous, Aisha, Naden, Carla, Halbert, Kaede et Ruby, en plus de trois autres, Hakuya, Juna et Roroa, qui étaient ceux qui avaient assuré la continuité. Liscia ne se sentait toujours pas bien, alors elle se reposait dans sa chambre.

« Est-ce toujours une bonne idée d’être loin du château ? » demandais-je en jetant un coup d’œil à Hakuya.

Il avait hoché la tête pour confirmer. « Oui... Le nombre de demandes en mariage qui arrivent au château n’a pas encore diminué. »

Je m’en doutais. Après tout, la situation à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon s’était déroulée si vite qu’il m’avait fallu moins de jours que ce à quoi je m’attendais. Non, avec tout ce qui s’était passé, je devrais être heureux qu’il se soit résolu si rapidement.

« ... Eh bien ! Comme c’est le cas, je pense que je vais aller en mission diplomatique dans un autre pays. La santé de Liscia m’inquiète, mais elle m’a demandé d’y aller, » dis-je.

J’avais en fait pensé à rester dans le château jusqu’à ce que Liscia se rétablisse complètement, mais elle avait dit : « Je ne veux pas que ma mauvaise santé t’empêche de profiter de cette importante occasion de visiter d’autres pays ». Elle avait fortement insisté sur le fait que « le contact avec d’autres cultures t’aidera à acquérir des connaissances. Alors je veux que tu ailles voir le monde. »

Si elle allait le dire comme ça, je n’avais pas d’autre choix que d’y aller.

« Tomoe attend dans ce village, alors je veux partir demain », avais-je dit. « Maintenant, en ce qui concerne notre prochaine destination... Je pense que j’aimerais aller en République de Turgis. »

La République de Turgis était une terre de froid glacial dans les régions les plus méridionales du continent. C’était un pays inaccessible, recouvert de neige et de glace pendant l’hiver, et le ciel y était perturbé par les courants d’air, ce qui empêchait les wyvernes d’y voler. Ils avaient une politique nationale d’expansionnisme vers le nord, et ils avaient récemment montré des signes d’un mouvement vers le nord pendant la guerre avec la Principauté d’Amidonia, n’est-ce pas ?

J’avais regardé chacun de mes compagnons, puis j’avais dit : « Je ne comprends pas vraiment les actions de ce pays. C’est un pays que je ne comprends pas très bien, alors j’aimerais voir comment les choses se passent pour moi. Que nous ayons à l’avenir des relations hostiles ou cordiales avec eux, je pense qu’en savoir plus sur ce pays me permettra de prendre des décisions plus appropriées ».

La bataille avec la Principauté d’Amidonia avait eu lieu parce qu’ils avaient déjà confirmé leur volonté de s’opposer à nous, de sorte que je n’avais pas eu la possibilité d’enquêter sur leur situation intérieure. On peut aussi dire que c’est pour cela que Roroa avait fini par me tomber dessus. Afin d’éviter que cela ne se produise la prochaine fois, je voulais faire une enquête approfondie à l’avance.

« La République de Turgis ? » demanda Naden.

« ... Ce n’est pas vraiment un endroit où je tiens à aller, » avait ajouté Ruby.

Elles avaient toutes les deux des regards négatifs.

Je savais que les wyvernes détestaient les endroits froids, mais il semblait que cela était aussi le cas pour les ryuus et les dragons.

C’était la mi-mai, et le Royaume s’était déjà réchauffé, mais apparemment, dans la République, la température n’avait augmenté que d’environ dix degrés Celsius. Ce climat serait rude pour Naden et Ruby.

« Après tout, c’est une terre froide. Je ne pense pas non plus que je serai d’une grande utilité en tant que garde du corps, » déclara Carla, qui, en tant que dragonewt, qui avait également eu du mal à faire face au froid.

Si elle portait des vêtements épais, elle pouvait venir, mais elle voulait apparemment dire que si cela la ralentissait, cela la rendait inutile, comme garde du corps.

Ne pas être en mesure de faire venir ces trois-là serait une énorme réduction de notre puissance de frappe globale, mais on ne pourrait pas éviter ça si leurs races les rendaient inadaptés à la tâche à accomplir. Si elles se forçaient à faire des choses auxquelles on ne peut raisonnablement s’attendre, et qu’elles ruinaient ainsi leur santé, cela me dérangerait. Je devrais les oublier pour cette fois.

« Naden, Ruby, Carla, s’il vous plaît, restez dans le royaume », avais-je dit. « Je vais demander à Liscia de se reposer et de récupérer cette fois aussi. Aisha, Hal et Kaede, j’aimerais que vous trois continuiez à être mes gardes du corps. Nous amènerons aussi Tomoe et Inugami. »

« Laisse-moi faire. » Aisha avait frappé son poing contre sa poitrine.

« Oui, monsieur. » Hal et Kaede avaient salué.

« Et toi aussi... Roroa, » déclarai-je.

« Hm ? Moi ? » Roroa avait un regard sans émotion.

« J’aimerais que tu viennes aussi. Je veux que tu examines les marchandises que nous pourrions échanger avec la république. Tu es propriétaire d’une entreprise, donc je suis sûr que tu es familier avec le commerce de marchandises. »

Le visage de Roroa s’était transformé en un sourire rayonnant. « Oh ! Ça ne te dérange pas que je vienne avec toi ? Yippee ! Mweheheheheh, laisse-moi m’en occuper, mon chéri. Je te trouverai de belles marchandises. » Elle s’était enroulée autour de mon bras.

En lui caressant le sommet de sa tête, je m’étais tourné vers Juna. « Si j’amène Roroa, je n’ai pas confiance dans la puissance de feu que nous avons sous la main. Alors, Juna... »

« Oui ? » demanda Juna.

« Juna, j’aimerais que tu viennes aussi. Peux-tu l’intégrer à ton emploi du temps ? » demandai-je.

En tant que Prima Lorelei, Juna était le visage du Joyau de Diffusion de la Voix. Elle était l’hôte du programme éducatif, et elle avait aussi besoin d’apparaître sur le programme de chant. C’est pour cette raison qu’il n’y avait pas de possibilités dans son emploi du temps, et la question était vraiment : « Est-il possible pour toi d’ajuster ton emploi du temps ? »

Juna m’avait fait un large sourire. « Hehe. C’est très bien. Ou plutôt, je vais faire en sorte que tout aille bien », déclara-t-elle finalement, en levant la main sur sa poitrine et en s’inclinant. « Si j’ai Komari et Siena dans le programme éducatif, cela ne devrait pas poser de problème. Les Loreleis plus jeunes grandissent, et je pense qu’elles devraient s’en sortir sans moi pendant un petit moment. »

« Le feront-elles bien ? Cela pose-t-il problème ? » demandai-je.

« Non, tout comme Roroa, je veux voyager avec vous, Sire. » Juna m’avait fait un clin d’œil taquin. Oui, elle était très charmante.

Pour l’instant, les membres du groupe avaient été choisis.

« Hakuya, pourrais-je vous demander d’essayer de faire une demande de pourparlers avec la République de Turgis ? » avais-je demandé. « J’ai l’intention d’aller incognito, mais il se peut que je doive demander une rencontre sur place. M’arrangeriez-vous les choses, d’accord ? »

« Compris. » Hakuya s’était incliné et avait accepté la tâche.

OK, tout était plus ou moins prêt.

« Alors, tout le monde », avais-je dit. « Devrions-nous partir dès maintenant ? »

Nous étions donc partis pour le pays gelé du sud, la République de Turgis.

 

 

 

Fin du tome 6.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

12 commentaires

  1. je pose une pièce sur le fait que Liscia soit enceinte !

  2. Merci beaucoup !!
    je parie aussi quelle est enceinte !!

  3. Merci pour ce chapitre. Vu les symptômes, c'est sûr que Liscia est enceinte ! ^^ Le grand choc pour Souma !!!

    Par contre pour le pays a visité, je m'attendais à ce qu'il fasse l'archipel des neufs dragons comme y'avait des problèmes maritime et que ça pourrait très bien être le Japon. Il y avait l'alliance des royaumes de l'est aussi avec sa future aide militaire, c'est toujours intéressant de connaître ses futurs alliées.
    Après la république de Turgis peut être un bon choix, ça permettra de protéger le dos du pays, il va peut être inviter la population dans son royaume ou bien trouver de nouvelles ressources comme du pétrole en Alaska.

    • Il ne faut pas oublier que la terre du sud ne sera plus dispo si il y va pas tout de suite. Là, l'hiver vient de finir. Donc là, ce n'est que le premier des voyages, tandis que l'alliance des pays est dispo tout le temps et idem pour l'archipel. Si il y va trop tard, il risque de devoir le faire après le couronnement, et là, cela sera bien plus dur.

      • C'est vrai que le climat est un facteur important et comme tu le dis il y va incognito et non pas en tant que roi de friedonia, terre d'envie de la république.

        Par contre le terme de république m'intrigue énormément, on aurait penser à des clans comme les inuits mais république, ça annonce au moins un président peut être une démocratie, du coup une capitale forcément avec beaucoup de gens et il faut les réchauffer. Donc une technologie plus évolué avec du pétrole ou du charbon. Ça serait intéressant de voir cette culture qui casse les préjugés qu'on a deçu. Vivement la suite !

  4. Merci pour le chapitre.

  5. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire