Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 5 – Partie 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5: Même si cet amour était pré-arrangé

Partie 3

« Comment est-ce ? As-tu des démangeaisons quelque part ? » demanda Liscia.

« Je vais bien…, » répondis-je.

Je suis Naden et je suis actuellement dans un bain, en train de me faire laver par Lady Liscia.

Que quelqu’un vienne et m’explique cette situation !

Pour me calmer, j’avais revu un peu la situation jusqu’à présent.

Afin de créer un contrat de Chevalier-Dragon (ou, dans mon cas, serait-ce un Chevalier-Ryuu ?) avec Kazuma, j’étais venue au Royaume de Friedonia où il vivait, mais j’avais été frappée par la révélation choquante que le vrai nom de Kazuma était Souma Kazuya, et qu’il était le roi (mais il n’était pas encore sacré, donc seulement provisoirement).

Au moment où j’avais atterri dans la cour du château de Parnam, qui n’était évidemment pas aussi impressionnant que le Château de Cristal de Lady Tiamat, mais qui était quand même respectable, j’avais été conduite dans le château par des gardes nous saluant, et là, j’avais rencontré Lady Liscia, la première femme de Kazuma... non, fiancée de Souma, qui était donc la future reine de ce pays. J’avais l’impression de ne plus savoir qui j’étais.

Souma avait dit qu’il voulait me prendre comme l’une de ses reines.

« J’ai hâte de collaborer avec vous, » j’avais réussi à faire sortir une telle réponse et à m’incliner, mais l’intérieur de ma tête était dans un chaos total.

Hein ? Était-ce vraiment bien pour moi d’épouser Souma comme ça ? J’avais rêvé d’épouser un chevalier, mais Souma était un roi, non ?

Bien sûr, il y avait des dragons qui avaient épousé des membres de la royauté de Nothung. Mais nous parlions de Friedonia, un pays qui s’était tenu aux côtés de l’Empire jusqu’à présent. Était-ce vraiment bien pour moi de devenir reine là-bas ?

Alors que mon esprit tourbillonnait encore...

« Je sais ce que Souma ressent maintenant. Alors... Naden, c’est votre tour. »

L’une de ses fiancées, Lady Liscia, dont on disait qu’elle allait être la première reine primaire, m’avait parlé.

C’était une princesse aux jolis cheveux blond-platine, portant un uniforme militaire rouge brillant. Elle avait l’air d’avoir environ dix-huit ans, et elle avait un air digne.

Je m’étais levée et j’avais répondu : « D’accord ! »

Lady Liscia m’avait regardée droit dans les yeux, puis avait hoché la tête pour une raison inconnue et avait dit : « Souma, peux-tu nous laisser seules, Naden et moi ? »

Hein ? Du temps seul ? La candidate pour devenir la première reine primaire et moi ? Qu’est-ce que j’allais faire ?

Est-ce comme la briseuse de ménage dans ce roman d’amour « Espèce de Pie Voleuse » que j’avais lue auparavant ? Non, puisque je suis une ryuu, peut-être que ce serait : « Espèce de Ryuu Voleuse ! » Mais le ryuu avait plus une image de protecteur, alors... Attendez, ça n’avait pas d’importance maintenant !

« Maintenant, Naden, c’est un peu gênant de faire ça ici, alors retournons dans ma chambre. Mais avant ça... Que diriez-vous d’abord d’un bain ? » Lady Liscia m’avait dit, si bien qu’avant que je m’en rende compte, on m’emmenait au bain.

C’était ainsi que j’en étais arrivée là.

J’étais toute nue, avec une Lady Liscia tout aussi nue qui me lavait les cheveux. La peau claire et blanche de Lady Liscia avait ainsi fait que moi, membre du même sexe, avais vu mon cœur battre la chamade. J’étais assise avec mes jambes en position W, tandis que Lady Liscia se tenait à genoux derrière moi, frottant mes longs cheveux noirs. Même si sa poitrine n’était peut-être pas aussi grande que celle de la dame aux cheveux bleus, je pouvais sentir ses très jolis gonflements se presser par moment contre l’arrière de ma tête.

... Ouais, j’avais besoin de le dire dans ma tête une fois de plus...

 

 

Que quelqu’un m’explique cette situation !?

Qu’est-ce qui se passait ici ? J’avais la candidate pour devenir la première reine primaire de Friedonia qui me lavait les cheveux pour une raison inconnue.

Je m’étais tournée vers Lady Liscia et j’avais hésité à demander, « Euh, Lady Liscia ? Si je peux me permettre, pourquoi vous me lavez... ? »

« Parce que vos cheveux étaient en désordre, voilà pourquoi. Vous avez une bonne base qui peut être améliorée, donc vous devriez faire plus attention à votre apparence... Jusqu’à récemment, je n’étais pas du genre à voir cela ainsi…, » répondit-elle.

« J-Je vois…, » répondis-je.

Pai avait déjà dit quelque chose de semblable, n’est-ce pas ?

Puis Liscia sourit. « Vous pouvez aussi m’appeler Liscia. »

« Je ne pourrais pas. Ne serez-vous pas la reine de ce pays dans un proche avenir ? » protestai-je.

« Vous êtes venue ici pour en devenir une aussi, n’est-ce pas ? Souma semble être charmé par votre normalité, alors je serais heureuse si vous me traitez comme une amie. Bon, fermez maintenant les yeux, » répondit Liscia.

« Ah... ! »

J’avais fermé les yeux quand elle avait dit cela, puis elle m’avait versé un seau d’eau chaude sur la tête. Les mousses de savon qui étaient collées à ma tête avaient été enlevées et mes cheveux s’étaient accrochés à ma peau. J’avais secoué la tête vigoureusement.

Quand elle m’avait vue faire ça, Lady Liscia... Liscia m’avait fait un sourire merveilleux.

« Vous êtes comme Tomoe quand vous faites ça, » déclara Liscia.

« Tomoe ? » demandai-je.

« Ma petite sœur adoptive. C’est une louve mystique de onze ans, et c’est la plus mignonne, » répondit Liscia.

« Vraiment ? Je voudrais bien la rencontrer…, » commençai-je.

« Si vous épousez Souma, elle sera comme votre petite sœur. Soyez gentille avec elle, » déclara Liscia.

En parlant de ce genre de choses, nous étions entrés dans la baignoire. C’était une grande baignoire ronde et trois personnes auraient pu y entrer facilement. Alors que je me sentais encore tendue, je m’étais enfoncée dans l’eau.

« Pour votre information, ce bain est réservé exclusivement aux membres de la famille du roi, » expliqua Liscia, qui était plongée dans l’eau en face de moi. « Je me baigne souvent ici avec Aisha, Juna, Roroa et Tomoe. »

« Famille... Est-ce que Souma vient aussi parfois ici avec vous ? » Mon cœur s’était emballé à cette pensée.

Liscia secoua la tête d’un rire ironique. « Souma dit : “Nous avons la chance d’avoir une belle grande baignoire dans le château, alors je préfère utiliser celle-là”, alors il va toujours dans la zone de baignade utilisée par les gardes du château. Il y planifie ses déplacements quand il n’y a pas beaucoup de monde. »

« Je vois..., » dis-je.

« Vouliez-vous aller dans cette baignoire avec Souma, Naden ? » Liscia s’était un peu moquée de moi en disant ça.

« Non ! Je pense que je serais encore un peu... embarrassée... » *Blop*, *Blop*.

Attends ! Qu’est-ce que je voulais dire avec ce « encore » !? Tiens bon ! Je sais que c’est moi qui l’ai dit, mais c’était beaucoup trop embarrassant !

J’avais plongé mon visage à mi-chemin dans l’eau. Liscia m’avait regardée avec le sourire.

« Naden..., vous voulez former un contrat de chevalier dragon avec Souma, n’est-ce pas ? Ça veut dire que vous souhaitez être sa femme…, » demanda Liscia.

« ... Oui, » répondis-je.

« Qu’est-ce qui vous a fait décider que vous vouliez épouser Souma ? » demanda-t-elle.

Liscia me regardait droit dans les yeux. Son regard était doux, mais elle ne voulait pas détourner le regard, et essayait d’évaluer en profondeur le genre de personne je suis. Même si je lui donnais une bonne réponse pour entrer dans ses bonnes grâces, elle verrait à travers moi en un rien de temps.

C’est pourquoi j’avais redressé mon dos et répondu avec mes honnêtes sentiments.

« Parce que... Souma m’a montré le coté de moi que je n’avais jamais connu ! » J’avais décidé de lui faire face dans cette baignoire. Je m’étais levée et j’allais lui dire exactement ce que je ressentais. « Il m’a appris que j’étais un dragon appelé ryuu. Il m’a appris à voler. Il m’a appris ce que j’ai toujours voulu savoir, sur le genre d’être que je suis. C’est pourquoi je veux être avec Souma, celui qui me comprend ! Je veux être la monture-dragon de Souma ! »

« J’ai entendu tout cela dans l’explication de Souma, » déclara tranquillement Liscia. « Mais pouvez-vous dire avec certitude que ces sentiments sont les vôtres ? N’est-ce pas Lady Tiamat qui a envoyé Souma à vos côtés ? »

Elle avait touché un point sensible. Mais... si je reculais maintenant, quel genre de femme serais-je ?

J’avais déplacé ma main sur ma poitrine, puis je l’avais regardée droit dans les yeux. « Vous avez raison, Lady Tiamat a peut-être arrangé une rencontre entre Souma et moi. Mais, je peux dire sans aucun doute que mon désir d’être avec Souma est entièrement le mien. »

Les yeux de Liscia s’étaient ouverts quand elle avait entendu ma confession « d’une vie ».

J’avais répliqué en posant une question à Liscia. « Ou alors quoi... ? Allez-vous me dire qu’un amour qui commence par quelqu’un d’autre n’est pas un véritable amour ? »

Je m’étais sentie un peu triste en le disant.

Liscia s’était alors penchée vers l’avant d’un coup, plongeant la moitié supérieure de son corps dans l’eau en provoquant une vague. Elle était restée ainsi un moment, avec rien de plus que des bulles qui remontaient à la surface. N’était-elle pas restée déjà dix secondes sous l’eau ? Comme je commençais à m’inquiéter, je l’avais appelée.

« E-Euh... Liscia ? »

« Bwah ! »

Avec un fort jaillissement, Liscia était revenue à la surface. Qu’est-ce que c’était que ça !? Je m’étais assise de nouveau dans la baignoire, et Liscia avait secoué l’eau de ses cheveux, se grattant maladroitement la joue.

« Désolée. Votre confession m’a un peu embarrassée, » déclara Liscia.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce que vous dites, Liscia ? » demandai-je.

« Comme je l’ai dit, désolé. Mais vous avez eu la réaction parfaite. Est-ce qu’un amour qui commence par quelqu’un d’autre n’est pas un véritable amour ? Si vous le dites ainsi, le mien était également ainsi, et je ne pense pas que les autres femmes pourraient répliquer à ce que vous dites. Ce que je veux dire par là, c’est que toutes nos réunions ont été organisées d’une façon ou d’une autre par autre chose ou quelqu’un, » déclara Liscia.

Liscia avait souri comme si elle se remémorait de bons souvenirs en me disant ça.

Liscia avait continué. « Les fiançailles avec Souma étaient quelque chose que mes parents ont décidé de faire sans même me consulter. Quand mon père, l’ancien roi, a abdiqué en faveur de Souma, il a annoncé nos fiançailles comme un moyen de cimenter la légitimité de Souma. C’était si soudain qu’à l’époque, je me suis énervée et j’ai pris d’assaut la chambre de mon père. »

« V-Vraiment ? » demandai-je.

J’avais été surprise d’apprendre que la relation entre Souma et Liscia avait commencé de cette façon, surtout après avoir vu à quel point ils se faisaient confiance.

« Il n’y a pas que moi, » continua Liscia. « Elle n’est pas ici en ce moment, mais la candidate pour devenir la deuxième reine primaire, Aisha, est venue faire un appel direct à Souma pour qu’il fasse quelque chose pour sa patrie. Juna, celle aux cheveux bleus, était une espionne envoyée par l’actuel commandant en chef de la Force de Défense Nationale, Excel, pour juger si Souma était apte à être roi. Roroa, celle qui parle dans un argot marchand, était autrefois la princesse d’un pays hostile, le saviez-vous ? Elle a décidé d’épouser Souma pour l’obliger à s’occuper de son peuple, appauvri et souffrant de pénurie alimentaire. »

J’étais sans voix. Si tout ce qu’elle venait de dire était vrai, aucune des fiancées de Souma ne l’avait rencontré et n’était tombée amoureuse de lui dans des circonstances ordinaires. Non, j’avais lu des romans d’amour, alors je savais que les restrictions imposées aux personnes par leur famille pouvaient s’impliquer dans leur vie amoureuse. Et les perspectives des dragons, avec leur mariage avec un chevalier pratiquement déjà décidé, avaient pris le dessus sur l’amour et ce n’était pas beaucoup mieux... mais quand même !

« Et... aucune d’entre vous n’est insatisfaite ? » avais-je demandé avec hésitation.

Liscia avait souri. « Naden, c’est vous qui avez dit qu’un amour arrangé au préalable par quelqu’un d’autre peut encore être du véritable amour. Je pense que peu importe ce qui nous a réunis, ce qui est vraiment important, c’est le temps que vous passez ensemble après ça. »

Liscia s’était déplacée pour se mettre à côté de moi. En ce moment, Liscia et moi étions assises si près que nos épaules se touchaient presque.

Avec un regard joyeux dans les yeux, Liscia avait dit : « À vrai dire, j’étais un peu inquiète. »

« Inquiète ? » demandai-je.

« Nous avons toutes surmonté beaucoup de choses aux côtés de Souma. Comme la remise sur pied de ce pays, la guerre avec l’Amidonia et les négociations qui ont suivi. C’est l’ensemble de tout cela qui a forgé le lien étroit qui nous unit. Nous sommes une famille, » déclara Liscia.

Famille...

Liscia avait continué à parler. « C’est pourquoi je me posais la question... si vous vous joigniez à nous, est-ce que vous pourriez vous habituer à cette atmosphère familiale ? Souma accorde une grande importance au fait que nous soyons une famille. C’est parce que nous sommes sa famille que Souma a finalement trouvé quelque chose à quoi il tient après le décès de ses seuls parents restants dans son monde d’origine, sa grand-mère et son grand-père. »

Je n’avais pas pu dire un mot. J’avais d’abord pensé à mes propres sentiments, mais Liscia avait pensé à Souma et à sa famille. Je comprenais pourquoi Souma lui faisait confiance.

C’est... le genre de résolution qu’il faut pour être la première reine primaire, avais-je réalisé.

Dans un signe de préoccupation pour moi, qui avait perdu la capacité de parler, Liscia avait poursuivi sur un ton paisible : « Si vous n’étiez pas capable de vous intégrer dans cette atmosphère, j’avais l’intention de m’opposer à votre contrat. Si vous ne pouviez pas devenir membre de la famille, je ne pense pas que Souma, ou moi, ou même vous-même, Naden, en serions heureux. Je voulais voir par moi-même si vous pouviez ou non le faire, et c’est pourquoi j’ai fait en sorte que nous soyons seules ensemble. »

Liscia s’était retournée et elle m’avait regardée droit dans les yeux.

« Alors, Naden, croyez-vous que vous pourrez vous intégrer ? Avez-vous l’impression que vous pourrez penser non seulement à Souma, mais aussi au reste d’entre nous en tant que famille ? Si vous le pouvez... nous vous accueillerons. »

J’avais regardé mes propres sentiments. Je n’avais pas encore la détermination de Liscia. Mais... c’était seulement vrai maintenant.

« Je ne comprends pas vraiment ce truc de “famille”, » avais-je admis. « Nous, les dragons, nous protégerons les parents sanguins de nos partenaires jusqu’à la mort, mais nous ne sommes pas vraiment une race avec un concept fort de famille. »

« Je vois..., » répondit Liscia.

« C’est d’autant plus vrai que je connais la solitude liée à l’isolement. Je suis une ryuu, et j’ai été isolée même comparé aux autres dragons, donc je comprends combien il est gratifiant d’avoir des amis, la joie de trouver quelqu’un qui vous comprend, et le désir de Souma d’avoir quelqu’un à ses côtés. Alors..., » je m’étais levée, je m’étais tournée vers Liscia et j’avais incliné la tête devant elle. « S’il vous plaît, faites de moi un membre de votre famille. »

Pendant que mes yeux étaient fermés et que j’attendais la réponse de Liscia, quelque chose avait touché mes mains, qui reposaient sur mes genoux. J’avais ouvert les yeux pour découvrir que Liscia avait pris ma main. Puis, main dans la main avec moi, Liscia s’était aussi levée, se tournant vers moi en souriant.

« Naden Delal, en tant que candidate pour être la première reine primaire de Souma, je te souhaite la bienvenue. Merci d’être venue dans ce pays, et d’être avec Souma, » déclara Liscia sur un ton moins formel, même si les mots ne l’étaient pas.

« Liscia..., » murmurai-je.

« Hehe ! Vu notre situation, on pourrait penser que c’est nous deux qui allons nous marier, » répliqua Liscia.

« Hahahaha, tu as peut-être raison, » répondis-je de la même manière.

On se tenait les mains, alors que nous étions nues l’une en face de l’autre. Qu’est-ce que c’était que cette situation ?

« Oh ! Mais tu dois obtenir la permission d’Aisha, qui n’est pas là maintenant, d’accord ? » avait ajouté Liscia.

« Hmm... Je ferai de mon mieux, » avais-je dit.

« Si Souma lui demande, je suis sûre qu’Aisha sera d’accord, » déclara Liscia. « Mmmm ! » Liscia avait étendu ses deux bras sur toute la largeur. « Maintenant, je me sens un peu étourdie, il est peut-être temps de sortir. »

« Bien sûr, » dis-je.

« Ah oui, Naden. Si tu viens dans ma chambre, je voudrais que tu m’aides pour quelque chose, » déclara Liscia.

« Tu veux que je t’aide avec quelque chose ? » demandai-je.

Qu’est-ce que cela pourrait signifier ?

Liscia avait un sourire malicieux qui s’était affiché sur son visage.

 

◇ ◇ ◇

« Pff... »

Nous nous trouvions le lendemain. J’étais dans le bureau des affaires gouvernementales, à regarder la pile de documents que Hakuya m’avait remis, en disant : « Puisque vous êtes ici de toute façon, je vous prie de regarder ces documents importants », mais... J’étais super fatigué.

Roroa et Juna m’avaient mis dans l’embarras hier soir, me posant toutes sortes de questions sur ce qui s’était passé avec Naden, alors j’avais été quelque peu privé de sommeil. Mais c’était peut-être mieux de faire ce que je pouvais maintenant.

Il avait été décidé que Naden et moi retournerions à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon dans la journée.

J’avais déjà fait un rapport à Liscia et aux autres au sujet de Naden, et ce que Lady Tiamat avait dit au sujet de la tempête me dérangeait aussi. Le plan était d’aller chercher Aisha et compagnie sur le chemin.

Pendant que je travaillais, on avait frappé à la porte et Liscia et Naden étaient entrées.

En voyant à quoi ressemblait Naden quand elle était entrée dans la pièce, j’avais laissé échapper un « Wôw... » en raison de ma surprise.

Quand elle m’avait remarqué alors que je la regardais, Naden m’avait regardé en rougissant et m’avait demandé : « Qu’est-ce que... ? »

« Non, je pensais juste que vous êtes maintenant vraiment mignonne ainsi, » avais-je avoué.

« M-Mignonne !? »

Je pensais que Naden avait beaucoup de bons points qu’elle pourrait améliorer, mais elle n’était pas préoccupée par son apparence, et ses cheveux étaient pleins de nœuds, donc il était difficile d’être sûre de son plein potentiel. Mais maintenant que Naden portait ses cheveux droits, longs, lisses et noirs, elle avait une beauté propre et soignée, comme une yamato nadeshiko, l’hypothétique femme japonaise idéale. Il semblait qu’elle était allée prendre un bain avec Liscia après ce qui s’était passé, alors Liscia avait dû s’occuper un moment d’elle.

« Tout à fait, je pense que vous êtes vraiment mignonnes, » déclarai-je.

« Aww... Hmm... Merci. » Naden avait réussi à faire sortir tout cela comme une réponse. La façon dont elle se comportait était aussi si innocente et mignonne.

... Tout à fait, Naden avait l’air vraiment parfaite ainsi. Comme attendu de Naden.

En appuyant mes doigts contre mes tempes, j’avais regardé l’autre personne, qui était le vrai problème.

« Liscia... Qu’est-ce que tu fais habillée comme ça ? » demandai-je.

« Ça ne me va pas bien sur moi ? » Liscia se retourna lentement, me donnant un bon aperçu de sa tenue.

« Si tu demandes de quoi ça a l’air sur toi, bien sûr que tu es superbe dedans ! Mais ce que je demande, c’est pourquoi tu portes ce genre de tenue, » demandai-je.

En ce moment, Liscia portait un plastron en plate, entre autres choses, par-dessus une chemise et un pantalon. C’était ce qu’on pourrait appeler l’apparence de l’aventurier. Dans cet accoutrement, elle n’aurait pas eu l’air mal à sa place dans le groupe de Juno et Dece. Derrière elle, je pouvais voir ce qui ressemblait à des bagages.

Peu importe comment je la regardais, elle était prête à voyager. Elle avait l’intention flagrante de venir avec moi.

« ... Liscia, je t’ai demandé de rester dans le château, n’est-ce pas ? » demandai-je,

« On ne peut pas laisser le numéro un et son numéro deux aussi longtemps loin d’ici. C’était ton raisonnement, n’est-ce pas ? Naden m’a dit que vous avez tous les deux réussi à voyager de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon jusqu’ici en deux heures environ, n’est-ce pas ? Si nous pouvons revenir tout de suite en cas d’urgence, il n’y a aucune raison pour que je garde le fort, n’est-ce pas ? » demanda Liscia.

« C’est peut-être vrai, mais…, » commençai-je.

« Ahhhhhhhh ! » Roroa était entrée dans la pièce et avait crié à plein poumon quand elle avait vu comment Liscia était habillée. « Grande Soeur Cia, ce n’est pas juste ! Tu as clairement l’intention d’y aller avec lui ! »

« Je ne peux pas tolérer que vous essayiez de nous voler notre tour, Lady Liscia. » Juna avait été la prochaine à porter plainte.

Liscia avait mis ses mains ensemble, comme si elle implorait le pardon. « Quelqu’un doit persuader Aisha, alors laissez-moi y aller. Naden dit qu’elle fera des allers-retours entre notre destination et ici, pour que vous puissiez venir plus tard, d’accord ? »

« Hrmph... Eh bien, si c’est comme ça que tu le dis, » déclara Roroa à contrecœur.

« Nous devrons tout simplement l’accepter..., » compléta Juna dans un murmure.

Elles l’avaient accepté toutes les deux !? Hein ? Venait-elle vraiment avec moi ?

« D’accord, Souma. Allons à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon et faisons valoir nos revendications vis-à-vis de Naden !! » déclara Liscia avec force.

« ... »

Ayant obtenu la permission des deux autres fiancées, Liscia me l’avait bien entendu dit avec un large sourire.

Est-ce vraiment bien ? Alors que je tenais encore ma tête dans mes mains, Naden m’avait tapoté l’épaule afin de me réconforter.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire