Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 5 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5: Même si cet amour était pré-arrangé

Partie 2

Quand j’avais regardé derrière moi, Naden était paralysée et raide, me fixant d’un regard vide, la mâchoire grande ouverte. C’était comme un ordinateur qui s'était figé parce qu’il avait trop d’informations à traiter. Il y avait probablement toutes sortes de choses qui se passaient dans sa tête, et son expression n’avait pas changé depuis un moment, probablement parce que ses émotions n’arrivaient pas à suivre.

J’avais retiré Roroa de moi et j’avais agité une main devant le visage de Naden. « H-Hé, Naden ? »

« Kazuma est Souma, et Souma est Votrmajesté, donc il est... Votrmajesté Kazuma ? » Naden s’était effondrée sur le sol alors qu’elle murmura ça.

« Tiens, maintenant, j’ai aussi un autre alias bizarre !? Naden, reprenez-vous ! » dis-je.

« Euh !? »

Quand j’avais saisi Naden par les épaules et que je l’avais secouée en l’appelant, elle était finalement revenue à la raison. Puis, avec un regard de colère clairement discernable sur son visage, Naden m’avait soudainement attrapé par le cou.

« Attendez, Kazuma ! Ils vous appellent Souma, et Votre Majesté. Alors que diable se passe-t-il ici !? » s’écria Naden.

« Souma... ne me dit pas que tu ne lui as rien dit », me déclara Liscia, clairement exaspérée.

« Étant donné ma position, je ne savais pas si je pouvais lui donner mon nom ou non. Mais... tu as raison. Il était temps que je le fasse. Euh... Naden ? » dis-je.

« O-Oui ? » répondit Naden.

« Mon vrai nom est Souma Kazuya. Je suis le roi de ce royaume, le Royaume de Friedonia, » annonçai-je.

« ... »

Les yeux de Naden s’étaient écarquillés et elle s’était figée. J’avais entendu dire que lorsque les individus étaient vraiment choqués, ils perdaient la capacité de parler, et il semblait que c’était aussi vrai pour un ryuu.

Si nous avions continué à parler dans la cour pendant la nuit, nous aurions probablement tous contracté un rhume, alors nous avions décidé de nous déplacer dans une salle de conférence se situant dans le château. Nous nous étions assis autour d’une table ronde, et j’avais donné une explication approximative de la façon dont les choses s’étaient déroulées.

Cela incluait le fait que Lady Tiamat avait choisi de me faire venir à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon avant les autres.

J’avais aussi parlé de la « tempête » qui s’approchait de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

J’avais également parlé du fait qu’elle nous avait réunis, Naden et moi, comme moyen d’y faire face.

J’avais parlé du fait que Naden était la seule ryuu dans un groupe de dragons de style occidental.

J’avais également parlé du fait que Naden voulait conclure un contrat de monture avec moi... Fondamentalement, tout.

Liscia et les autres n’avaient pas su ce qui s’était passé après mon passage à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, alors que Naden n’avait pas su comment j’y étais arrivé. Ainsi, j’avais fini par devoir tout expliquer.

Roroa avait été la première à ouvrir la bouche après avoir entendu tout ce que j’avais à dire. « On dirait que la Mère-Dragon t’a fait danser dans la paume de sa main pendant tout ce temps. J’ai l’impression que ta rencontre avec Nadie a été arrangée par elle. »

« N-Nadie ? » Les yeux de Naden s’étaient largement ouverts face à ce surnom soudain.

Elles s’étaient rencontrées il y a moins d’une heure, mais elle était déjà traitée comme une amie. J’avais comme toujours été étonné, par la capacité à socialiser de Roroa. Après tout, elle se rapprochait de l’autre personne, et elle ne les laissait pas se sentir isolé vis-à-vis d’elle.

« Eh bien, la Mère-Dragon de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon est connue comme un dieu des rencontres. Ne le saviez-vous pas ? » avait ajouté Liscia.

Roroa haussa les épaules. « Même si c’est le cas, n’est-ce pas un peu trop direct ? Pour la plupart des gens sur ce continent, si vous dites le mot “dragon”, ils imaginent un grand lézard avec des ailes. Je dirais que mon Chéri est à peu près la seule personne qui aurait pu réaliser que Nadie était un dragon spécial et différent, un ryuu. Et puisqu’elle l’a déposé là où était Nadie, je dois dire que c’est un peu artificiel. »

« Je crois que Lady Roroa a raison, » déclara Hakuya pour soutenir l’opinion de Roroa. « Si je peux ajouter quelque chose, c’est peut-être que la Mère-Dragon... Lady Tiamat... est familière avec votre monde jusqu’à un certain point. Si Lady Tiamat était certaine que vous connaissiez les ryuus, cela signifie qu’elle devait savoir que le monde d’où vous venez avait une idée de ce qu’est un ryuu ».

« Lady Tiamat... connaît le monde d’où je viens ? » avais-je demandé lentement.

Elle savait que j’étais un humain qui venait de la Terre ou du Japon. J’en étais sûr. Cela étant dit, elle aurait pu aussi supposer que je connaissais le ryuu et les légendes sur les chutes d’eau. Est-ce pour ça qu’elle nous avait réunis Naden et moi ?

« Hrm... Cela ne m’est pas venu à l’esprit, » avais-je avoué. « J’aurais dû poser des questions plus précises. »

« Je pense que cela aurait été difficile, » répondit Hakuya. « D’après ce que vous nous avez dit, Sire, si Lady Tiamat prétendait ne pas avoir l’autorité de vous dire quelque chose, alors vous n’auriez pas pu le lui demander en obtenant une réponse appropriée. »

J’avais réalisé qu’il avait probablement raison. Après tout, on aurait dit qu’elle en faisait le moins possible pour influencer l’humanité. Donc tout cela était tout à fait possible.

J’avais remarqué que Juna fixait le visage de Naden.

Naden se pencha un peu en arrière. « Quoi ? Y a-t-il quelque chose sur mon visage ? »

« Non, je pensais juste que vos bois ressemblaient à ceux que grand-mère a..., » déclara Juna.

« Vraiment ? » demanda Naden.

« Oui, » dit Juna. « Elle est membre de ce qu’on appelle la race des serpents de mer, mais elle a des bois plus petits que les vôtres. »

Excel, hein ? Si je me souviens bien, la race des serpents de mer avait des queues et de petits bois, et son apparence ressemblait à celle de Naden dans sa forme humaine. Cependant, j’avais une théorie à ce sujet.

« Excel et les autres membres de la race des serpents de mer sont dits descendants d’un type de serpent de mer qu’on appelle aussi kouryuu ou jiaolong, n’est-ce pas ? » avais-je demandé. « Je pense que ces serpents de mer auraient pu être des ryuus comme Naden. »

Par exemple, avec la famille de Juna, les Domas, on disait que leurs ancêtres étaient des Loreleis. Parce que Lorelei avait une forme humaine, cela ne semblait pas déplacé pour eux d’avoir été descendus du ryuu.

Quand il s’agissait de serpents de mer, ils étaient tellement plus grands et de forme si différente, alors j’avais été quelque peu empli de doutes dès le début quant à savoir si leur accouplement avec les humains était même possible, et encore moins si un tel accouplement pouvait produire quelque chose comme la race des serpents de mer sous une forme humanoïde. Mais si ces « serpents de mer » avaient été ryuus comme Naden, tous ces doutes disparaîtraient.

« Les gens de ce monde ne connaissaient pas le ryuu, » dis-je. « De plus, Naden était si habile à nager qu’elle pouvait remonter la Grande Cascade. S’ils voyaient un ryuu qui était si habile à nager, il ne serait pas étrange pour une personne dans ce monde de penser qu’il était un serpent de mer. Pendant ce temps, comme Naden, ces ryuus auraient pu prendre une forme humaine, et ainsi ils auraient pu laisser des descendants connus maintenant sous le nom de serpents de mer. »

Juna avait applaudi comme si elle avait tout compris. « Je vois ! La race des serpents de mer n’est pas un demi-dragon comme les dragonewts, mais à la place, un demi-ryuu. »

« Ce n’est qu’une théorie, » dis-je.

« C’était tout à fait logique pour moi. Eh bien, ça fait de Naden l’une de mes parentes éloignées, » déclara Juna.

« Hein ? Vraiment ? » demanda Naden.

Quand Juna avait souri en réponse, les joues de Naden avaient commencé à se relâcher un moment, mais son regard était tombé sur la poitrine voluptueuse de Juna, et son sourire était devenu forcé. Elle baissa les yeux vers sa modeste poitrine, et ses épaules s’affaissèrent si fort que l’on ne pouvait s’empêcher d’imaginer un effet sonore exagéré.

« Il n’y a aucune chance que nous soyons parentes..., » avait marmonné Naden d’un air découragé.

« Je ne sais pas ce que c’est, mais je sens que je peux m’entendre avec cette fille, » Roroa hocha la tête avec sympathie.

J’avais une idée de la raison, mais je n’allais pas mettre mon pied là-dedans, alors je ne m’étais pas mêlé de ça.

« Quoi qu’il en soit, ce qui m’inquiète maintenant, c’est cette “tempête” contre laquelle Lady Tiamat était sur ses gardes, » avais-je dit. « Il semble que cela n’affecte pas seulement la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, mais aussi ce pays. »

J’avais remis la conversation sur une note plus sérieuse, de sorte que le sentiment de tension était revenu chez toutes les personnes présentes.

« Elle a dit que tu étais la “clé” pour faire face à cette tempête, n’est-ce pas ? » demanda Liscia, et je hochai la tête en signe d’affirmation.

« Si je tiens compte de la façon dont elle connaît la Terre, j’imagine que cela pourrait avoir quelque chose à voir avec la façon dont j’ai été convoqué d’un autre monde. Et aussi, il semblerait qu’elle ait choisi Naden pour me porter, » déclarai-je.

Lady Tiamat avait mentionné qu’elle avait besoin de moi, de la clé pour y faire face, et d’une fille qui me porterait. Il était plus ou moins certain que la fille dont elle parlait était Naden. Si j’avais des questions à ce sujet, ce serait la raison pour laquelle cette fille devait être Naden en particulier.

Liscia avait la tête baissée sur le côté. « C’est plutôt vague. Cette “tempête” ne semble pas être un phénomène naturel, n’est-ce pas ? »

« Ce n’est pas possible, » avait déclaré Naden avec fermeté. Elle semblait terriblement sûre d’elle. « Quand je suis sous forme de ryuu, mes moustaches sont si sensibles que je peux vous dire quel temps il fera dans une région pour la semaine prochaine. Si un orage arrivait bientôt, il n’y a aucune chance que je ne le sente pas. »

« Sérieusement !? » m’étais-je exclamé. « C’est super pratique ! »

Si nous avions Naden, nous pourrions commencer des prévisions météo ! Nous pourrions commencer une rubrique météo dans l’émission d’information de Chris Tachyon et la diffuser dans tout le pays. Dans sa forme de ryuu, Naden pourrait probablement faire le tour du pays en une journée, donc si nous pouvions utiliser cela pour produire un bulletin météorologique, ce serait une grande aide pour les habitants.

Il fallait que Naden vienne au royaume maintenant !

« Souma... C’est trop facile de dire ce que tu penses », m’avait dit Liscia alors que je commençais à m’exciter. Apparemment, c’était écrit sur mon visage.

Je me sentais mal à l’aise à ce sujet, alors je m’étais raclé la gorge, puis j’étais revenu à la question principale. « Quoi qu’il en soit, pour faire face à cette “tempête”, je suis sûr qu’il faudra que je retourne à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. »

« Je ne veux pas que tu mettes ton cou dans quelque chose de dangereux, » Liscia m’avait dit ça avec un air inquiet, mais je ne pouvais pas lui en vouloir.

« Si je ne m’en mêle pas maintenant, ce sera tout aussi grave si la même calamité nous arrive plus tard. En plus, je ne sais pas si c’est un problème qu’on peut remettre à plus tard. Si je dois le regretter plus tard, en me disant : “Pourquoi n’ai-je pas fait quelque chose à l’époque ?” c’est mieux de résoudre le problème maintenant, alors que j’ai la garantie de Lady Tiamat que je peux le faire, » déclarai-je.

« Eh bien, oui... c’est peut-être vrai, mais..., » répondit Liscia.

J’avais posé une main sur l’épaule de Liscia, toujours insatisfaite. « Normalement, je laisse ce que je ne peux pas faire à ceux qui le peuvent. Mais s’il y a quelque chose que je suis le seul à pouvoir faire, je dois être proactif. Je dois donner l’exemple au peuple. »

« ... Oh, bien, j’ai compris. » Liscia l’avait accepté à contrecœur.

Je m’étais levé et j’avais marché pour me placer derrière le siège de Naden. Puis, plaçant mes mains sur ses épaules, j’avais dit : « Pour faire face à cette situation, je veux former un contrat de chevalier dragon avec Naden. En gros, ça veut dire que je prendrais Naden comme cinquième fiancée. Naden n’est pas du genre à être reine primaire, donc elle deviendra probablement une reine secondaire, ce qui lui donnera plus de liberté ». J’avais regardé les visages de Liscia, Juna et Roroa pendant que je parlais. « Mais je n’ai pas l’intention d’ignorer vos sentiments. Si vous avez des objections, il est temps de les soulever. »

« J’ai hâte de collaborer avec vous, » Naden s’était levée et avait incliné la tête.

Liscia et les deux autres fiancées se regardèrent l’une et l’autre, mais Roroa avait souri d’un sourire ironique avant de lever les deux mains en l’air.

« Je m’abstiens. Je laisse ça à Grande Soeur Cia en tant que première reine primaire, » déclara Roroa.

« C’est logique », avait ajouté Juna. « Je suis une reine secondaire, donc je respecterai aussi la décision de Lady Liscia. »

La première reine primaire était dans la position d’avoir à diriger les autres reines primaires et secondaires, donc, d’une certaine façon, c’était un résultat naturel. Liscia, à qui l’on avait confié la tâche de décider pour les deux, avait aussi dû comprendre cela, parce qu’elle avait poussé un profond soupir.

« ... Souma, laisse-moi te demander ça. Cette fille... veux-tu la prendre pour reine ? » demanda Liscia en me regardant dans les yeux.

« Oui, » avais-je répondu.

« Est-ce que c’est ta décision en tant que dirigeant ? Ou bien est-ce basé sur tes sentiments personnels ? » demanda Liscia.

« Pour l’instant, je pense ainsi plus en tant que dirigeant, » je ne voulais pas le dire devant Naden, mais même si j’essayais de le cacher, Liscia verrait à travers moi. J’avais donc décidé de leur dire honnêtement ce que je ressens en ce moment. « En tant que dirigeant, je ne veux pas laisser partir une personne aussi compétente. Elle me donnera un lien avec la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, et en formant un contrat avec elle, je peux faire appel à l’autorité du Premier Roi-Héros. En plus, les capacités de Naden sont aussi très attrayantes. Sa capacité de connaître le temps qu’il fera et sa capacité de manipuler l’électricité... les deux permettront à notre pays de faire de grands progrès. Je ne veux pas donner quelqu’un d’aussi capable à un autre pays. Je la veux pour notre pays. »

J’avais jeté un coup d’œil sur Naden, qui affichait sur son visage un regard peiné. Je parlais d’elle comme d’une sorte d’outil pratique, alors je ne pouvais pas lui en vouloir pour ça. Je savais que c’était bizarre pour moi d’être celui qui le disait, mais c’était dégoûtant ce que je venais de dire. Pourtant... dans ma position de roi, j’avais dû tenir compte de ce genre de choses dans mon processus de prise de décision.

Liscia l’avait compris, alors elle avait hoché la tête. « Alors qu’est-ce que tu ressens pour elle sur le plan personnel ? »

« J’ai une bonne impression d’elle... mais je ne sais pas encore, » avais-je admis. « Après tout, nous venons tout juste de nous rencontrer. »

Naden avait penché sa tête.

Non, je n’essayais pas de mettre ce genre de regard sur son visage. Je voulais m’assurer qu’elle écouterait ce que j’avais à dire jusqu’à la fin, alors j’avais posé une main sur l’épaule de Naden.

« Mais je pense que je peux en venir à l’aimer, » déclarai-je.

Le visage de Naden s’était levé et elle m’avait regardé. Je lui avais souri.

« Contrairement à toutes les autres femmes de ce monde, Naden n’est pas liée par des choses comme les préoccupations de sa maison ou le besoin de produire un héritier. Même dans des moments comme celui-ci, elle a le pouvoir de vivre toute seule si elle le désire. Son esprit libre me rappelle les femmes de mon pays natal. Quand j’étais avec Naden, à me détendre dans sa grotte, à lire des livres ou à regarder des émissions sur son récepteur simple, cela me rappelait la vie dans mon ancien monde. Si j’ai Naden avec moi, j’ai l’impression que cela m’empêchera de perdre de vue qui j’étais avant d’être ici. »

J’avais regardé Liscia droit dans les yeux pendant que je parlais.

« De plus, bien que la naissance et les capacités de Naden soient spéciales, il s’agit en vérité d’une fille incroyablement ordinaire, » déclarai-je.

« Quoiii, Souma ! » Naden s’y était opposée.

Mais je ne voulais pas dire ça dans le mauvais sens. Sa façon de rire, de pleurer, de gérer ses complexes, de bouder, de tomber amoureuse... Il ne pouvait pas y avoir beaucoup de filles aussi féminines à cette époque.

« Je trouve cette banalité charmante, » avais-je dit. « Alors... je suis sûr que je peux l’aimer. »

« Je vois..., » Liscia avait déplacé ses yeux vers le bas, regardant comme si elle envisageait quelque chose. Puis, quand elle avait levé les yeux, elle s’était tournée vers Naden. « Je sais maintenant ce que Souma ressent. Alors... Naden, c’est votre tour. »

« D’accord ! » avait déclaré Naden.

Liscia avait hoché la tête, puis s’était tournée vers moi. « Souma, peux-tu nous laisser seules, Naden et moi ? »

Seul... Hein ? Elle voulait questionner Naden en privé !?

« C’est..., » commençai-je.

« Roroa, Juna, occupez-vous de Souma, » déclara Liscia.

Roroa et Juna m’avaient pris fermement par les bras. J’avais essayé de me débarrasser d’elles, mais elles ne me lâchaient pas.

« Eh bien, c’est après tout un ordre de la future première reine primaire, donc il n’y a pas grand-chose d’autre que nous puissions faire, » avait dit Roroa.

« Heehee, » déclara Juna en riant. « Je suppose que non. Nous n’avons pas d’autre choix. »

Elles avaient dit qu’elles n’avaient pas le choix, mais n’ont-elles pas l’air de s’amuser ?

Quand j’avais demandé de l’aide à Hakuya...

« Il semble qu’il s’agit d’une discussion familiale, alors je vais prendre congé, » avait-il annoncé avant de quitter rapidement la salle.

Il s’est enfui !?

Liscia avait pris la main de Naden et avait commencé à s’éloigner de nous. « Maintenant, Naden, c’est un peu gênant de faire ça ici, alors retournons dans ma chambre. Mais avant ça... Que diriez-vous d’abord d’un bain ? » ajouta Liscia, passant ses doigts dans les longs cheveux noirs de Naden.

« Hein ? Un bain ? » demanda Naden.

« Vos cheveux sont tout enchevêtrés. En tant que fille, vous devez mieux vous en occuper. Venez, je vais les laver pour vous, » déclara Liscia.

« Hein ? On y va ensemble ? Hein ? » s’écria Naden.

Traînant Naden, qui était complètement perdue à cause de ce qui se passait, Liscia et elle avaient quitté la pièce. J’avais essayé de l’arrêter, mais Juna et Roroa m’en avaient empêché.

« Non, Sire, vous ne pouvez pas faire ça. C’est mieux de laisser les filles se débrouiller seules, » déclara Juna.

« Mon Chéri, laisse ça à la Grande Sœur Cia. Reste ici pour le bien de Nadie, » déclara Roroa.

« Juna, Roroa…, » avais-je lentement dit.

Il semblait que tout le monde avait les meilleurs intérêts de Naden à l’esprit. J’étais heureux de les voir faire de leur mieux pour l’accepter, même si cela aurait pu les laisser avec des sentiments compliqués. Cependant, les sourires de Roroa et de Juna avaient un côté intimidant qui ne laissait aucune place à la dispute.

« Avant cela, nous allons te faire raconter ce qui s’est passé entre toi et Nadie dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, et je veux vraiment savoir pourquoi elle t’aime tant ! » cria Roroa.

« Vous ne dormirez pas ce soir avant de tout nous dire, alors préparez-vous, » avait ajouté Juna.

« ... Allez-y doucement avec moi, s’il vous plaît, » avais-je soupiré.

Désolé, Naden. S’il vous plaît, faites de votre mieux de votre côté.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Liscia reprend la main on dirait. ^^

    Merci pour ce chapitre

  2. Et une cinquième alliance à commandé. La bijouterie va devoir faire un prix de gros 🙂

Laisser un commentaire