Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 2 : L’époque commence à se mettre en mouvement

☆☆☆

Chapitre 2 : L’époque commence à se mettre en mouvement

Partie 1

« Ah... Le paysage est magnifique, oui, tout simplement magnifique. » Je n’avais pas pu m’empêcher de pousser un soupir d’admiration.

Nous nous trouvions dans le nord-ouest du Royaume de Friedonia, dans un petit village à la frontière avec l’État Orthodoxe de Lunaria.

En regardant plus à l’ouest depuis le centre du village, les sommets bleu vert de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon se tenaient là avec un incroyable sentiment de présence. Même s’ils étaient encore loin, ils avaient l’air si gros. Il s’agissait d’une série de montagnes de la taille du mont Fuji, ce qui m’avait permis de comprendre pourquoi la vue était si impressionnante.

Dracul, où vivaient les dragons, était-il au milieu de ces montagnes majestueuses ? Quel genre d’endroit était-ce ? Je ne pouvais même pas l’imaginer.

« Qu’est-ce qu’il y a, Grand Frère ? » Tomoe m’avait appelé pendant que je fixais les montagnes.

« Hmm ? Je pensais que “ces montagnes sont vraiment grandes”, » répondis-je.

« Ouais. Elles sont vraiment grosses, » répondit Tomoe.

En voyant Tomoe et moi contempler les montagnes, Hal s’était objecté : « Oh, franchement ! Vous pouvez déjà voir la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon depuis le château. »

« Hal, tu ne comprends pas, » dit Kaede en souriant avec un sourire ironique. « De loin et de près, tu sais, c’est un spectacle émouvant, mais de différentes façons. »

Aisha et Carla étaient revenues après avoir laissé les chevaux du chariot dans l’écurie de l’auberge.

« Alors, Sire Kazuma, » déclara Aisha, « Devons-nous attendre dans ce village jusqu’à ce qu’ils viennent nous chercher ? »

« ... Euh, ouais, » avais-je dit. « C’est comme ça que c’est censé fonctionner. »

Oups. Parce qu’Aisha s’était adressée à moi en tant que Kazuma, comme dans l’histoire que j’avais préparée pour elle, il m’avait fallu un moment pour répondre.

En outre, dans cette histoire, j’étais le jeune héritier du Cerf d’Argent, et je voyageais dans de nombreux pays pour trouver des produits commerciaux potentiels. Tomoe était ma petite sœur, et je lui avais fait cacher ses oreilles et sa queue de louve sous cette robe à capuchon.

Les quatre autres, Aisha, Halbert, Kaede et Carla, jouaient le rôle d’aventuriers que nous avions engagés pour nous protéger lors de nos voyages. Pour ce voyage, j’avais discuté avec la Guilde des Aventuriers et je les avais inscrits comme aventuriers.

Dans un autre plan, j’aurais aussi été un aventurier, mais il s’était avéré que mon niveau de compétence était inférieur à celui des quatre autres individus et donc, j’avais dû renoncer à celui-là. C’était vrai que j’étais faible, mais les quatre autres étaient aussi trop forts. Nous avions après tout les meilleurs combattants du royaume avec nous.

Revenons à l’histoire.

L’arrangement était que nous attendions ici jusqu’à ce que notre escorte de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon arrive. Cependant, il n’y avait pas d’heure fixe pour cela. Il était possible que nous soyons retardés lors de notre voyage ici, de sorte que nous ne pouvions décider qu’un rendez-vous qu’après notre arrivée.

J’avais dit : « Eh bien, si on attend... »

Après quelques secondes...

« Ils prendront contact avec... Euh... Attendez, quoi ? »

J’avais répondu à Aisha, mais soudain, elle était partie d’à côté de moi. En vérité, Tomoe, Hal, Kaede et Carla étaient également partis. En plus, tout, y compris le village et ses bâtiments, avait disparu en un instant.

L’instant d’après, j’étais seul au milieu d’un espace dégagé.

Quoi !? Pourquoi suis-je dans un espace dégagé !? Où sont-ils tous allés !?

Il s’agissait d’un champ désolé sans aucun signe de personnes ou de bâtiments.

Laissez-moi vous dire ce qui s’était passé ! J’étais dans le village, mais j’avais fini dans un espace dégagé. Vous... pensez-vous que je ne sais pas de quoi je parle... !?

Attendez, ce n’était pas le moment de plaisanter.

Incapable de croire la situation dans laquelle je me trouvais, je regardais autour de moi sans cesse, essayant de trouver quelqu’un d’autre, quand toute la zone s’était soudainement assombrie. Était-ce qu’il y avait des nuages... ? Non, ce n’était pas ça ! Il y avait quelque chose d’énorme dans le ciel, et cela masquait le soleil. Quand j’avais levé les yeux pour voir ce que c’était, il y avait un dragon massif d’une vingtaine de mètres de long.

« Awhuhuhwhuh !? » avais-je bredouillé de façon incohérente à cette vision incroyable.

☆☆☆

Bzzt.

Hein ? Tout à l’heure, pendant un moment, j’ai senti quelque chose sur ma joue... Je pensais.

Au même moment, dans sa grotte sur le plateau de Dracul, Naden avait incliné sa tête sur le côté d’une manière interrogative.

Une fois de plus, Naden s’était enfermée à nouveau aujourd’hui, pour regarder des émissions de l’Empire Gran Chaos, mais elle avait à ce moment-là ressenti quelque chose de bizarre sur ses joues. C’était petit, comme si un petit insecte s’y était posé. Cependant, lorsqu’elle avait frotté ses joues molles, il n’y avait rien.

« ... Bon, peu importe. » Naden était retournée à la contemplation de son émission.

Soudain, Pai s’était précipitée vers elle sous forme humaine. « C’est énorme, Naden ! »

L’instant d’après, *bang*, la jambe de Pai était rentrée en collision avec la table. Pendant que Pai s’accroupissait et saisissait sa jambe en raison de la douleur, le thé encore chaud qui était posé sur la table éclaboussait toute la queue de Naden.

« Hiyahhhhhhhh ! » Il était si chaud que Naden avait poussé un cri qui aurait pu venir d’une star de kung-fu.

En se débattant en raison de la surprise et de la douleur, elle avait presque renversé le simple récepteur, mais elle avait bougé au bord du désespoir pour empêcher qu’il se casse. Pendant ce temps, Pai, qui s’était déjà remise de sa douleur à la jambe, regardait Naden avec exaspération.

Gémissante, Pai avait déclaré : « Qu’est-ce que tu fais, Naden ? »

« Qu’est-ce que je fais !? C’est de ta faute ! C’était chaud, d’accord ? » répliqua Naden.

« Attends, pour l’instant, ça n’a pas d’importance, » déclara Pai. « Ce n’est pas le plus important. »

« C’était important pour moi ! Si je casse ce récepteur, je n’en trouverai peut-être pas un autre…, » répondit Naden.

« Ce que je veux voulait dire, c’est qu’il se passe quelque chose de plus important ! » répliqua Pai.

« Tu peux parler autant que tu le veux. Je vais aller dormir, » répondit Naden.

Naden était allée s’allonger dans le lit qu’elle avait acquis du monde extérieur, mais Pai, qui avait un regard boudeur avait mis un terme à tout cela.

« Pas de dodo ! Écoute-moi bien ! Lady Tiamat t’a convoquée ! » annonça Pai.

« ... Hein !? » Naden s’était figée alors qu’elle était sur le point d’entrer dans son lit.

Tiamat, qui était aussi connue sous le nom de Mère-Dragon, la chef de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, était sacrée et toute puissante, et son existence était absolue. Même les dragons ne pouvaient pas poser les yeux sur son visage vénéré sans raison valable. Ce n’était que lorsqu’ils avaient été invités par elle à remplir une fonction ou à s’occuper d’autres affaires qu’ils étaient autorisés à se tenir debout en sa présence.

De plus, la seule fois où elle les avait convoqués, c’était lorsqu’elle voulait leur rendre honneur ou les punir sévèrement.

Pai regarda Naden avec pitié. « Naden, qu’est-ce que tu as fait cette fois-ci ? »

« Pourrais-tu ne pas immédiatement supposer que je suis punie ? » Naden s’était fâchée.

« Alors, as-tu fait quelque chose pour laquelle tu mériterais d’être honoré ? » demanda Pai.

« ... Non, » répondit Naden.

Pendant que Naden se creusait la cervelle en pensant, qu’est-ce que j’aurais pu faire... ? L’idole dansante et chantante sur son simple récepteur avait attiré son attention. Il y avait des dragons avec des valeurs plus traditionnelles qui s’opposaient à l’introduction de choses du monde humain comme celle-ci.

« Penses-tu que c’est ça ? » demanda Naden en fixant son simple receveur.

Pai soupira. « On dit que Tiamat peut tout voir dans le monde entier. Elle est donc au courant. »

« Si c’était un problème, elle me l’aurait dit plus tôt ! » Naden avait protesté. « Ça n’est jamais arrivé avant aujourd’hui, d’accord ? »

« N’était-elle pas tout simplement tolérante jusqu’à maintenant ? Ou bien, peux-tu penser à une autre raison ? » demanda Pai.

« Une raison... C’est peut-être lié au fait que j’ai traversé la frontière plus de trente fois maintenant ? » demanda Naden.

« Sors-tu autant que ça !? Attends, j’ai une autre idée. Naden, n’as-tu pas refusé de participer à l’entraînement pour la Cérémonie du Contrat ? » demanda Pai.

« Mais... Je veux dire... » Le visage de Naden était devenu sombre.

La Cérémonie du Contrat, lorsque les jeunes chevaliers du Royaume des Chevaliers Dragons Nothung venaient former des contrats de mariage avec les dragons, avait été une grande occasion pour les dragons qui n’arrivait qu’une fois dans une vie. Cependant, pour Naden, en tant que dragon étrange et sans ailes, ce n’était qu’un endroit où elle serait la risée de tous.

Pai savait ce qu’en pensait Naden, mais elle savait aussi que le fait de ne pas aller à un tel moment ne ferait que l’isoler davantage, de sorte qu’elle était sévère. « As-tu sauté l’entraînement de danse pour la Cérémonie du Contrat ? »

Pendant la cérémonie, le chevalier et le dragon dansaient ensemble comme preuve de leur contrat nouvellement formé. Puis, lorsque le dragon avait fini de danser sous forme humaine, elle prenait la forme d’un dragon, et leur contrat était formellement établi lorsqu’ils quittaient ensemble la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Les leçons de danse devaient la préparer pour ça.

Naden avait gonflé ses joues et avait fait la moue, tournant la tête sur le côté et refusant d’établir un contact visuel. « Cela ne sert à rien de s’entraîner pour un événement auquel je n’ai pas l’intention d’assister. »

Pai avait gémi. « Ne t’es-tu pas aussi disputée avec Ruby et les autres il y a peu de temps ? »

« Ils se moquaient de moi parce que je ne pouvais pas voler ! » répliqua Naden.

« Ne penses-tu pas que la combinaison de tout cela est ce qui fait qu’on te convoque maintenant ? À mon avis, c’est impressionnant qu’elle t’ait laissé faire avec tout ça pendant si longtemps, » déclara Pai.

« Arg…, » Naden n’avait pas eu de réponse à cela.

Pai avait dit après avoir soupiré. « Mais si elle ne t’a jamais rien dit avant, je ne pense pas que tu vas soudainement être punie pour ça, tu sais ? Si tu fais quelque chose de mal, tu devrais d’abord être avertie avant ça. »

« C-C’est vrai ! » déclara Naden avec soulagement.

« Mais même s’il ne s’agit que d’un avertissement cette fois, est-ce que cela changera ton comportement ? » Pai avait posé sa main sur le simple récepteur pendant qu’elle parlait. « Si elle te demande de te débarrasser de toutes ces choses que tu as ramassées dans le monde inférieur... »

« C’est comme me dire de mourir ! » s’écria Naden.

« Serait-ce si mauvais que ça ? » demanda Pai.

Naden avait retiré la main de Pai du récepteur d’une manière exaspérée et l’avait cachée derrière son dos. « Je ne peux pas jeter ça. Le récepteur simple est mon désir ardent pour voir le monde extérieur. »

« Et les romans d’amour ? » demanda Pai.

« Mon désir ardent d’avoir quelqu’un qui me choisisse, » répondit Naden.

« T’es quoi, une jeune fille avec la tête pleine de rêves ? » demanda Pai.

« Je suis une jeune fille... même si je suis comme ça, » répondit Naden.

Pai haussa les épaules avec consternation. « Peu importe. Sois juste prête pour ça. Même si elle est en colère contre toi, il vaut mieux en finir rapidement. »

Alors que Pai la réprimandait, Naden avait éteint le récepteur à contrecœur.

☆☆☆

Chapitre 2 : L’époque commence à se mettre en mouvement

Partie 2

Le grand dragon descendant du ciel avait commencé à briller lorsqu’il avait touché le sol. Les contours de son corps s’étaient altérés dans cette lumière, rétrécissant à la taille humaine.

Quand la lumière s’était totalement éteinte, devant moi se tenait une femme portant une robe toute blanche, avec un capuchon sur tête et un mince voile sur son visage. Il était difficile d’être sûr avec son visage en grande partie couvert, mais elle était peut-être dans la quarantaine. Eh bien, dans un monde avec des races à longue durée de vie, il était fondamentalement impossible de se fier à l’âge de quelqu’un.

La femme en blanc s’était approchée de moi. « Je présume que vous êtes le roi Souma Kazuya du Royaume-Uni d’Elfrieden et d’Amidonia ? »

« Je le suis… Et êtes-vous de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon ? » demandai-je.

La femme avait posé une main sur sa poitrine et s’était inclinée devant moi. « Je suis venue au nom de Lady Tiamat, la mère des dragons. Je vais vous emmener sur le plateau de Dracul, dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. »

« La mère des dragons »... Oh, ce serait la Mère-Dragon, je suppose. Et elle s’appelle Tiamat... ? Attendez, hein ? Tiamat... N’était-ce pas le nom du plus vieux dragon à apparaître dans les légendes de la Terre ? Je m’en souvenais vaguement parce que le nom était apparu dans toutes sortes de choses.

Eh bien, il avait été dit que la Mère-Dragon avait été présente bien avant que les habitants de ce continent aient formé des pays, donc elle s’était montrée à la hauteur de son nom.

J’avais demandé à la dame en blanc : « Puis-je savoir à qui j’ai le plaisir de parler ? »

« Il n’y a pas besoin d’être aussi poli avec moi. Je suis l’une des prêtresses au service de Lady Tiamat, » répondit-elle.

« Une prêtresse ? » demandai-je.

« Oui. Les dragons sont une race qui vit mille ans. Cependant, si le partenaire d’un dragon quitte ce monde avant d’avoir eu des enfants, ce dragon vit longtemps dans la solitude. Ces dragons retournent donc dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, devenant des prêtresses au service de Lady Tiamat. Elles s’occupent de Lady Tiamat, entretiennent le Château de Cristal et s’occupent des jeunes dragons. »

En d’autres termes, les dragons qui avaient perdu leur famille retournaient dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon pour devenir prêtresses.

« Ne peuvent-ils pas se remarier avec un autre chevalier ? » avais-je demandé.

« Il y en a qui le peuvent, » avait répondu la femme. « Cependant, c’est une question de destin. C’est déterminé par le destin de chacun, et il s’agit de la bénédiction de Lady Tiamat qui lie les destins des hommes et des dragons. »

Déterminé par le destin, hein. Alors, la Mère-Dragon était-elle un dieu du jumelage, ou une chose dans le genre ?

Cela mis à part, j’avais décidé de poser la question qui me tracassait depuis un certain temps déjà.

« Au fait, où est-ce que nous nous trouvons ? Je suis presque sûr que j’étais avec mes compagnons dans le village où nous avions convenu de nous rencontrer il y a un instant…, » demandai-je.

« Cette zone se trouve à cinq kilomètres au nord-est de ce village, » déclara la femme. « Lady Tiamat a utilisé son pouvoir pour vous faire venir ici. »

Qui aurait pu s’attendre à de la téléportation ? Apparaître dans les rêves, transporter instantanément des personnes... Les pouvoirs de la Mère-Dragon étaient vraiment hors-norme. Je pouvais voir pourquoi les personnes la vénéraient.

« Est-ce que tous les dragons peuvent faire des choses comme ça !? » m’étais-je exclamé.

« Non, » répondit la prêtresse. « Ceci n’est possible que pour Lady Tiamat, qui a vécu une éternité, et qui est adorée comme un dieu. Il s’agit de son intervention divine, pourrait-on dire. Elle n’utilisera jamais ce pouvoir pour ses propres désirs égoïstes. »

« ... J’espère que je peux le croire, » répondis-je.

Après tout, utilisé correctement, c’était un pouvoir au potentiel destructeur illimité. C’était quelqu’un dont je ne voulais pas et que je ne pouvais pas me permettre d’en faire un ennemi. Je voulais vraiment qu’elle soit un dieu qui veille sur le monde, mais qui n’interviendrait pas ainsi.

Je m’étais alors gratté la tête. « Bref, vous disiez que vous m’emmèneriez à Dracul, mais qu’en est-il des compagnons que j’ai laissés dans ce village ? Je n’ai peut-être pas encore été couronné, mais je suis un roi, vous savez ? Ma soudaine disparition n’a-t-elle pas causé une panique totale ? »

La prêtresse-dragonne m’avait regardé en s’excusant, et avait baissé la tête profondément. « Je dois m’excuser. En raison de l’urgence de notre situation, bien que je réalise que c’est impoli, je vous demande de venir à Dracul seul. L’une de mes collègues-prêtresses se dirige actuellement vers vos compagnons pour leur expliquer la situation. Nous inviterons vos compagnons à venir un autre jour, à un moment donné avant le jour de la cérémonie. »

« Aurai-je une explication de ces circonstances ? » avais-je demandé.

« S’il vous plaît, demandez les détails à Lady Tiamat. Je dirai simplement... que Lady Tiamat souhaite que vous participiez à la Cérémonie du Contrat de cette année, » répondit-elle.

La Cérémonie du Contrat... C’était là que les chevaliers et les dragons formaient des contrats de mariage, n’est-ce pas ? Est-ce que cela signifiait que, comme Hakuya l’avait espéré, je participerais en tant que partenaire ?

« Je suis le roi de Friedonia, vous savez ? » avais-je dit. « Je ne suis pas du Royaume des Chevaliers Dragons Nothung, et je n’ai absolument aucune intention de devenir un Chevalier Dragon. »

« Ce n’est pas un problème, » déclara la prêtresse avec confiance. « Si Lady Tiamat dit que vous êtes digne d’y participer, c’est tout ce qu’il y a à faire. D’ailleurs, j’ai entendu dire que le premier roi d’Elfrieden était un héros qui a formé un contrat avec un dragon. »

La prêtresse parlait avec certitude, comme si la parole de la Mère-Dragon était absolue. Même si c’était... Je ne savais pas quoi dire sur le fait qu’on m’avait soudainement dit d’épouser un dragon que je n’avais jamais rencontré auparavant. Eh bien, mes fiançailles avec Liscia et Roroa avaient été selon le même principe, mais ce n’était pas exactement une chose à laquelle on pourrait s’habituer.

« Mais le contrat n’est-il pas un vœu entre mari et femme ? » avais-je demandé. « Vous savez, je ne suis pas encore marié, mais j’ai déjà quatre fiancées. Est-ce que cela ne pose pas de problème ? »

« Ce n’est pas un problème, » répondit la prêtresse. « Ce contrat n’est en aucun cas quelque chose qui a déjà été décidé. Si vous ne voulez pas conclure un contrat avec quelqu’un, humain ou dragon, vous pouvez prendre cette décision. »

Oh, je vois, pensais-je. La Cérémonie du Contrat n’est pas quelque chose dans laquelle je serai forcé d’accepter donc. Alors, c’est plus comme une séance de jumelage dont il est difficile de se sortir parce que je ne peux pas me permettre d’offenser mes parents ou l’autre partie. Si c’est simplement ça... Je commençais à me sentir mieux dans cette situation.

« Cependant, Lady Tiamat est celle qui lie les destins des humains et des dragons, » déclara la femme. « Lady Tiamat s’est donné la peine de vous appeler ici, donc je soupçonne qu’il y a quelqu’un que vous devez rencontrer. »

J’étais sans voix.

La prêtresse l’avait dit avec la même confiance qu’auparavant.

Est-ce que cela signifiait qu’il y avait un dragon dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon qui était destiné à être avec moi ? Et si j’y allais, est-ce que j’allais être coincé quant au fait de devoir la prendre pour épouse ?

Quand j’avais pensé à la réaction de Liscia et des autres, ma tête avait commencé à me faire mal.

Puis la prêtresse-dragonne avait commencé à briller une fois de plus et s’était transformée en dragon. « Maintenant, je vous emmène immédiatement à Dracul. »

« Qu’est-ce que c’est ? Tout de suite !? » demandai-je.

« Oui. Lady Tiamat a dit que c’était vraiment très urgent, » répondit-elle.

Urgent ? Les circonstances étaient-elles si pressantes ?

La prêtresse-dragonne m’avait serré avec force avec sa grande patte avant. Oh, elle était recouverte d’une fine couche de fourrure, et c’était plutôt chaud... Attendez, ce n’était pas le moment de penser à ça !

« Attendez ! Je ne suis pas émotionnellement préparé pour — attendez, ah ! » criai-je.

« Maintenant, allons-y, » déclara-t-elle.

« Tenez-moi bien ! Ahhhhhhhhhhhhh ! » avais-je crié.

J’avais été instantanément emporté dans le ciel.

 

☆☆☆

 

« Oh... » Pendant un instant, Naden avait senti à nouveau le bourdonnement sur ses joues.

C’était légèrement engourdissant, comme s’il y avait une secousse d’électricité qui les traversait. C’était plus fort que la dernière fois.

Naden s’était demandée ce que cela pouvait être, mais... elle avait de plus grandes préoccupations. Après tout, elle avait été convoquée par la Mère-Dragon en ce moment même.

Au centre du plateau de Dracul, il y avait un lac, le Lac Drag, qui était assez grand pour que les vagues se forment à sa surface. Dans ce lac se trouvait le Château de Cristal, où résidait la Mère-Dragon.

Ce palais était fait d’un matériau inconnu qui était translucide comme du cristal, et il était plus massif que n’importe quel château dans le monde à l’extérieur de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Le maître de ce château, la Mère-Dragon, avait la taille d’une colline, il était donc naturel que sa résidence soit si grande.

Naden était dans la salle d’attente du Château de Cristal. Tous ceux qui avaient été appelés par la Mère-Dragon attendaient dans cette pièce, puis étaient magiquement appelés à apparaître devant elle quand elle avait le temps de les voir.

D’ailleurs, bien qu’il n’y ait pas de règles strictes à ce sujet, il était d’usage de prendre la forme d’un dragon, et non la forme humaine, lors d’une rencontre avec la Mère-Dragon. C’était parce que leur forme humaine était temporaire, prise pour être avec un chevalier, et qu’il était considéré comme inapproprié d’apparaître devant un dieu comme la Mère-Dragon sous cette forme. Cependant, Naden était encore sous sa forme humaine.

Elle ne l’avait pas fait parce qu’elle comparaîtrait devant la Mère-Dragon. Naden était habituellement sous forme humaine. Elle détestait sa forme de dragon, qui lui avait valu d’être ridiculisée en tant que « lézard sans ailes » et « ver ». Pour dire les choses simplement, elle avait développé un complexe à ce sujet.

Est-ce que le fait d’avoir des ailes... et de pouvoir voler vous rend tous si géniaux... ? Naden marmonnait ça dans sa tête.

La zone autour d’elle avait soudainement commencé à briller. Puis, l’instant d’après, un dragon massif en argent de la taille d’une colline était apparu.

Ses yeux brillaient comme des saphirs. Ses cornes semblaient incroyablement puissantes. Ses ailes étaient grandes et puissantes, avec des plumes comme celles d’un oiseau. Chacun d’entre eux était aussi gros qu’un sabre.

De plus, tout son corps était couvert de poils lisses, et dans la lumière qui brillait du plafond ouvert, elle scintillait d’une couleur qui allait et venait entre l’argent et l’arc-en-ciel. C’était un être si absolu que même Naden, qui l’avait vue à maintes reprises, était paralysée par ce spectacle et regardait avec admiration chaque fois qu’elle la rencontrait.

Elle était la reine des dragons, la sainte Mère-Dragon, Tiamat.

Quand Naden était finalement revenue à la raison, elle s’était agenouillée, mettant la main sur sa poitrine et inclinant la tête. « ... Naden Delal. Je suis ici, à votre demande. »

Naden avait feint le calme, mais son cœur battait la chamade. Elle ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter des raisons pour lesquelles la Mère-Dragon pourrait être en colère contre elle.

Est-ce que c’est en raison du fait que je ne suis pas allée à mes entraînements pour la Cérémonie du Contrat ? Est-ce mon combat avec les autres dragons ? Ou bien... est-ce que c’est, car j’ai ramené ici un simple récepteur fabriqué dans l’Empire du Grand Chaos ? Qu’est-ce que je vais faire si elle me dit de m’en débarrasser ?

 

 

« Lève la tête, Naden. »

Naden entendit que la voix paisible venait d’en haut de sa tête. La voix ressemblait à trois personnes parlant en même temps, comme s’il y avait un écho dans le cœur de l’auditeur.

Quand elle avait levé la tête comme la voix lui avait dit de le faire, ces yeux saphir étaient fixés sur le visage de Naden. Dans cette atmosphère tendue, Naden pensait qu’elle pouvait sentir la sueur couler dans son dos.

« Hmm... Euh... »

Naden avait essayé de dire quelque chose, mais sa langue ne bougeait pas correctement.

Tiamat n’avait pas l’air en colère contre elle. Si elle devait décrire ce qu’elle voyait alors, c’était un regard doux qui était présent sur son visage.

Ne va-t-elle pas se fâcher contre moi ? Alors pourquoi ai-je été appelée ici ? Pourquoi Lady Tiamat me regarde-t-elle avec des yeux si doux ?

Ces questions s’étaient posées l’une après l’autre, jetant le cœur de Naden dans le désarroi. « Hmm... Lady Tiamat... ? »

Quand elle avait réussi à faire sortir ces mots, Tiamat avait commencé à parler avec douceur. « L’engrenage qui bouge furieusement s’approche de l’engrenage qui s’est arrêté. »

« ... Hein ? » Naden n’avait aucune idée de ce qu’on venait de lui dire. Engrenage ? De quoi parlait-elle ?

Sans se soucier de la confusion de Naden, Tiamat avait continué. « Éventuellement, les deux vitesses s’engrèneront. L’engrenage arrêté sera forcé de commencer à se déplacer, et l’engrenage qui tourne furieusement comme s’il était entraîné par quelque chose ralentira son rythme. Cependant, il n’y a pas de quoi être triste. Cela signifie simplement qu’ils tourneront au même rythme. »

« E-Euh. Je n’ai aucune idée de ce dont vous parlez... ? » demanda Naden.

C’était trop abstrait pour que Naden comprenne. Avait-elle été appelée ici pour entendre ça ? L’engrenage qui tourne furieusement... L’engrenage arrêté... Le maillage des deux... ?

« Naden. »

« Oui ! »

Les yeux de Tiamat étaient fixés sur elle, alors que Naden s’était levée.

« Sois prête. Cela va bientôt commencer à bouger. »

Préparé ? Commencer à bouger ? Qu’est-ce que... ?

« Euh... Lady Tiamat... qu’est-ce qui va commencer à bouger ? » Naden avait demandé ça.

Tiamat avait pris le visage d’un ange livrant une révélation, ou d’une mère veillant sur son enfant, et lui avait dit. « Ton heure. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire