Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 3: Le cours nuptial des fiancées

Partie 3

Enfin, mon tour était venu.

« Et enfin, la princesse Liscia... Pour celle-ci, je suppose que je devrais commencer par sa réponse à ma question : “N’avez-vous rien en tête quand il s’agit de la princesse Liscia ?” »

« Hein... ? » m’exclamai-je.

Pourquoi commençons-nous par le « Avez-vous quelque chose en tête ? » quand il est question de moi ? Comme tout le monde, je voulais savoir ce que Souma pensait de moi. Pendant que je pensais ça, Excel secoua silencieusement la tête avec un sourire.

Excel continua. « Il n’y a pas besoin de ça. Je pense que son évaluation de vous est résumée très succinctement dans sa réponse à cette question. C’est ce que Sa Majesté a dit : “Rien”. »

Rien ? Il n’avait rien dans son esprit quand il pensait à moi ? Pas juste... Et encore... quand ça m’est venu, c’était « Rien » pourquoi... ?

« Princesse ! » Excel aboyait.

Je m’étais presque perdue dans mes pensées, mais la voix d’Excel m’avait ramenée à la réalité

« Oh ! Désolée, » dis-je.

« Écoutez jusqu’à ce que j’ai terminé, s’il vous plaît, » déclara Excel. « Sa Majesté a continué à dire ceci : “Je lui ai dit la chose la plus importante lors de ce jour neigeux. Je n’ai plus rien à dire après ça.” Maintenant, quant à ce qu’il a dit ce jour-là enneigé... Je me suis abstenue de lui demander en détail, mais je pense que vous devez avoir une idée de ce qu’il voulait dire, n’est-ce pas ? »

Cela m’était immédiatement revenu. De tous les jours que j’avais passés avec Souma, il y avait un jour où je me souvenais vivement qu’il neigeait. C’était le 31e jour, le 12e mois et de la 1546e année du Calendrier Continental. Le Nouvel An de l’année dernière.

« La vérité est que c’est quelque chose... J’aurais dû te le dire avant Aisha, avant Juna et avant Roroa... »

Cette nuit-là, sur la terrasse du bureau des affaires gouvernementales, Souma l’avait dit.

« Liscia... Je t’aime. Épouse-moi, s’il te plaît. »

Souma me l’avait proposé alors que la neige venait de commencer à tomber. Il m’avait déjà dit la chose la plus importante, et il n’y avait plus rien à penser. C’était ce que Souma avait dit.

Je vois... Je les avais déjà reçus, n’est-ce pas ? Je parle des sentiments que Souma avait tenus comme étant les plus chers. Au moment où je pensais ça, il y avait une chaleur qui était apparue dans ma poitrine. Et alors...

Gifler, gifler, gifler, gifler... Roroa, Aisha et Juna avaient commencé à me gifler dans le dos.

« Ow...! Hé, arrêtez ça ! Cela fait mal ! » criai-je.

« « « ... » » »

« Je ne sais pas, » déclara Roroa. « Nous nous sentons dans une grande injustice que seule Grande Sœur Cia l’obtienne. »

« Ohh... Quelque chose de spécial juste pour vous deux, je suis tellement jalouuuuuuuse, » gémi Aisha.

« Oh ma chère ! Quelle honte de ma part.., » déclara Juna.

Quand j’avais regardé une Roroa jalouse et une Aisha jalouse, ainsi qu’une Juna qui rougissait d’embarras à propos de ce qu’elle venait de faire, j’avais eu un sourire.

Eh oui... c’est vrai. Tout le monde pouvait se sentir jaloux, ou bien que les choses n’étaient pas justes. Le fait que j’étais candidate à être la première reine primaire n’avait rien à voir avec ça. C’était un sentiment que j’avais juste à cause du fait que je me souciais énormément d’une personne. Dans ce cas...

« ... Hey, Roroa, je suis jalouse de toi aussi, le savais-tu ? » dis-je.

« Hm ? L’es-tu ? » demanda-t-elle.

« Oui. Je voudrais aussi qu’on me dise “j’aime ça chez elle” ou “je ne veux pas laisser quelqu’un d’autre l’avoir” ou “je veux la protéger”, » dis-je.

« Hmm. Eh bien, peut-être que c’est comme ça que ça se passe, » répondit-elle.

Voilà pourquoi je devais l’accepter, et ne pas le nier. Parce que j’avais réalisé que ce sentiment était important.

Avec toutes nos évaluations finies, Excel avait frappé ses mains ensemble.

« Maintenant, vous comprenez toutes ce que Souma pense de vous. De là, je pense que nous allons approfondir nos connaissances pratiques sur la façon d’améliorer vos relations conjugales, » déclara Excel.

« “Connaissances pratiques” ? » J’avais fait écho sans même réfléchir, à la raison pour laquelle Excel m’avait fait un sourire incroyablement gentil.

« Ne vous ai-je pas dit au tout début ? » demanda-t-elle. « Dans ce cours, je vais vous apprendre comment vous devez agir en tant qu’épouse, comment pensent les gentilshommes, et tout ce qu’il faut pour vous aider avec votre mari à accomplir vos devoirs nocturnes dans la chambre d’une manière qui rend vos relations conjugales plus harmonieuses. Je serai toujours très très attentive à vous enseigner à ce sujet... »

« « « « ... » » » » Nous étions toutes tombées dans un silence de mort.

C’est vrai. Maintenant qu’elle l’avait mentionné, elle avait dit que c’était ça.

« Euh, grand-mère ? En mettant les autres parties de côté, eh bien... E-Est-ce que nous devons absolument suivre vos cours sur les, hum, “d-devoirs” nocturnes ? » demanda Juna.

« C-Comme le dit Juna, » ajouta Aisha. « C’est trop gênant... »

« Je suis un peu intéressée, vous savez ? » Roroa avait donné son point de vue.

« R-Roroa ! » criai-je.

« Euh ? N’es-tu pas aussi intéressée, Grande Sœur Cia ? » demanda Roroa.

« C’est... oui, un petit peu, mais..., » commençai-je.

Alors que nous étions réticentes, Excel nous avait fait un regard qui semblait dire : « J’ai déjà planifié en tenant compte de vos sentiments, » et elle avait tapoté avec confiance le paquet noir restant.

« Oh mon Dieu ? Êtes-vous sûre que vous voulez laisser passer cette opportunité ? Si vous suivez mes conférences jusqu’à la fin, vous en recevrez un en commémoration, » déclara Excel.

Après l’avoir dit, Excel avait déballé le paquet noir, et à l’intérieur il y avait des cahiers comme avant. Cependant, ces livres étaient minces, et leurs couvertures étaient noires. Leurs couvertures portaient une inscription encore plus dangereuse, « Les documents contiennent des informations classifiées top secrètes » et « Destruction par incinération après lecture requise ».

Ils étaient traités comme des livres interdits, mais Excel en avait ouvert un et avait commencé à le feuilleter comme si elle voulait nous le montrer.

« Ce cahier noir contient les [censuré] que Sa Majesté Souma veut que vous fassiez avec lui, ou qu’il veut faire avec vous, et les situations impliquées, » annonça Excel.

« « « « Hein... ? Quoiiiiiiii ?! » » » »

Le regard dans les yeux de toutes les femmes dans la pièce avait changé.

[censuré] ? Attendez, sérieusement ? pensai-je.

« J’ai entendu tout cela après lui avoir fait boire encore plus de tequeurs, alors je suis certaine de ses informations, » déclara Excel. « En bref, ces cahiers contiennent la vérité mise à nues sur ses désirs vis-à-vis de vous quatre que Sa Majesté Souma garde normalement sous clef et cachés dans les profondeurs de ses pensées. »

Donc c’était ça !

Juna et moi, nous nous regardions encore une fois. Pas étonnant qu’il ait bloqué sa mémoire. S’il s’était souvenu de toutes ces choses embarrassantes, j’étais sûre qu’il ne pourrait plus jamais nous regarder dans les yeux.

Tout le monde regardait attentivement les carnets noirs. Excel avait fait un spectacle en feuilletant l’un d’eux afin que seule elle puisse le voir.

Elle avait déclaré comme pour elle-même. « Mon Dieu ! Comme c’est intéressant ça. Il semble qu’il veut faire des choses différentes avec chacune de vous. Avec Roroa... Hoho. Avec Aisha... Je vois, alors c’est comme ça qu’il aime, Hmm... Avec Juna... Oh, mon Dieu, c’est bien d’être encore jeune. Et avec la princesse... Hehe Hoho. »

Hehe Hoho, quoi !? Qu’est-ce qui a été écrit là-dedans ?

Bien qu’Excel soit belle alors qu’elle nous jetait un coup d’œil oblique avec un sourire séduisant, elle ressemblait aussi à un Seigneur-Démon. Je ne sais pas... Je devais être désolée envers Souma après tout ça.

« Euh... Duchesse Walter ? Je pense que ces cahiers vont un peu loin..., » dis-je avec hésitation.

« Oh, alors, vous ne voulez pas le savoir ? Dans ce cas, ils devront être brûlés comme indiqué sur la couverture, » répondit Excel.

« « « « Nous les voulons ! » » » » nous avions toutes les quatre déclaré ça à l’unisson.

Excel hocha la tête avec satisfaction.

... Désolée, Souma. Mais je suis sûre que c’est pour le bien du royaume. Tout en faisant des excuses à mon mari absent, j’avais cédé.

« Maintenant, commençons la lecture, » déclara Excel avec satisfaction.

C’est ainsi que commença la première conférence pour le cours de formation nuptial d’Excel.

Le contenu du cours, naturellement, nous avait parfois gênées, mais les fiancées de Souma avaient suivi les cours au sérieux. Et cela m’avait aussi incluse.

Eh bien, bien sûr, je voulais ce cahier noir... J’avais senti que c’était nécessaire pour construire un ménage stable et un pays stable.

Pour que nous puissions tous vivre heureux pour toujours.

***

Maintenant, à propos de ces carnets noirs : on dit que, dans les derniers jours, les candidates pour devenir des reines demanderaient à Excel de les produire régulièrement. Au début, elles les incinèrent quand elles les avaient lus, mais elles avaient fini par les stocker dans un endroit secret, pensant qu’ils pourraient à nouveau être utiles à l’avenir.

Plus tard, un historien qui découvrit une boîte contenant plusieurs de ces livrets tenta d’annoncer leur contenu lors d’une conférence historique, mais il s’arrêta juste avant l’annonce affirmant que les documents découverts étaient des « faux ». Il y avait eu des rumeurs sur un groupe d’hommes suspects qui avait pris contact avec lui quelques jours avant, mais la véracité de ces rumeurs n’est pas certaine et ce secret est resté à jamais caché dans l’ombre.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  3. Un certain roi déterminé à effacer ses traces XD

Laisser un commentaire