Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 3: Le cours nuptial des fiancées

Partie 2

Il y a quelques semaines, Souma avait choisit de prendre Juna avec lui et avait quitté la capitale royale pour sa mission chez Excel. C’était quand Excel avait drogué Juna, et quand elle était seule avec Souma, elle avait... eh bien... elle lui avait donné quelques leçons sur ce que les hommes et les femmes devaient faire la nuit. J’étais la seule à qui Juna avait dit à propos de ça. J’avais gardé le secret envers Aisha et Roroa. C’était parce que si elles le découvraient, elles allaient provoquer une scène.

Juna m’avait demandé, en tant que celle qui avait été le plus longtemps avec Souma, de lui demander subtilement ce qui s’était passé pendant qu’ils étaient ensemble.

« Hmm, princesse..., » Juna se pencha et murmura à mon oreille pour qu’Aisha et Roroa ne puissent entendre. « Alors... qu’a dit Sa Majesté à propos de cette époque ? »

« La chose est, Souma dit qu’il ne s’en souvient pas, » murmurai-je.

« Il ne s’en souvient pas ? » demanda Juna.

« Tout à fait, » répondis-je. « Il se souvient d’avoir subi des conférences sur, hm... c-comment les bébés sont faits, mais tout ce qui suit est un flou... »

Quand je lui avais demandé ce jour-là, Souma avait penché la tête sur le côté et dit : « Je me souviens de tout de la conférence super embarrassante qu’elle m’a donnée, mais... Je ne me souviens plus d’une chose après ça... Non, ce n’est pas tellement que je ne me souviens pas, mais que mon esprit refuse de me le rappeler, peut-être ? ... Honnêtement, qu’est-ce qui s’est alors passé ? Je sais que j’étais gêné par les leçons, et j’avais vraiment très soif... Excel m’a donné un verre et... Ce n’est pas bon, je ne me souviens de rien après ça... Non, je pense que c’est mieux que je ne m’en souvienne pas. »

Souma avait essayé de faire ressortir ce qu’il pouvait en retenir, mais à la fin, il avait semblé arriver sur du vide. Il ne m’avait pas donné l’impression de me cacher quelque chose ou d’essayer d’esquiver le problème. Il semblait avoir vraiment perdu la mémoire, ou l’avait scellé.

Qu’est-ce qui est arrivé à Souma après sa leçon en classe ? Je me demandais vraiment à ce sujet...

« Maintenant, dans le mariage, comme dans la guerre, l’information est la clé, » expliqua Excel. « Une fois que vous savez ce que votre partenaire pense de vous, comment il vous regarde, vous pouvez commencer à avoir une idée sur la manière dont vous devriez agir. Si vous pouvez le prendre au dépourvu, et lui montrer un écart entre son impression de vous et comment vous agissez d’une manière qui ne lui déplaît pas, cela peut aider à empêcher les choses de devenir ennuyeuses. Connaissez votre partenaire, sachez ce qu’il regarde et votre mariage ne sera jamais en danger. »

Aisha leva la main. « Vous avez raison, je me demande ce que Sa Majesté pense de moi. Mais Sa Majesté n’est pas là. Si nous l’appelions, pensez-vous qu’il serait prêt à venir ? »

Excel lui avait affiché un méchant sourire. J’avais... eu un mauvais pressentiment à ce sujet.

« Ne vous inquiétez pas. J’ai ceci ici, » répondit Excel.

Après avoir dit ça, Excel avait déballé le paquet blanc. À l’intérieur, il y avait un certain nombre de cahiers blancs. Excel avait donné un cahier blanc à chacune d’entre nous.

La couverture sur la mienne disait « Top Secret » et « Ne pas sortir à l’extérieur ». C’était plus que suspect...

« Hmm, Duchesse Walter, qu’est-ce que c’est que ces cahiers... ? » demandai-je avec hésitation.

Excel feuilleta son propre cahier tout en disant. « Hehe, hehe. Vous voyez, à propos des carnets blancs que je viens de vous donner... dans ces carnets se trouve tout ce que Sa Majesté Souma pense à propos de chacune de vous. Tout est écrit dedans ! »

« « « « Quoi !? » » » » Tout le monde regarda leurs cahiers à l’unisson.

Dans ce cahier !? Non, mais... comment ?

Excel l’avait expliqué avec un sourire étrangement brillant et étincelant. « Ces cahiers contiennent les choses que j’ai entendues de Sa Majesté pendant sa “leçon privée”. Quand nous avons fini avec la conférence en classe, Sa Majesté a dit qu’il avait soif, alors je lui ai donné du jus mélangé avec une bonne dose de tequeur. Quand je lui ai posé toutes sortes de questions après cela, il était très éloquent. »

C’est donc ça ! Malgré nous, Juna et moi nous nous regardions.

Le tequeur était un alcool très fort. Il avait une saveur légère, et passait complètement inaperçu mélangé avec un verre de jus. Souma devait en avoir beaucoup bu sans s’en rendre compte, puis il avait été interrogé par Excel sur ses sentiments sur chacune de nous. L’embarras de tout cela devait lui avoir fait supprimer les souvenirs de cette nuit-là.

Pendant que j’y pensais, j’avais regardé le cahier se trouvant devant moi. Si Excel disait la vérité, cela signifiait que ce cahier contenait les sentiments secrets que Souma tenait normalement cachés au fond de son cœur.

Oh... Quand j’y pense, mon cœur se met soudainement à battre avec force...

Je voulais savoir, mais peut-être aussi ne pas le savoir... mais après tout, je voulais le savoir. Je veux dire par là que je me souciais assez de Souma que je voudrais savoir ce qu’il pensait de nous.

Pendant que j’y pensais, Excel, indifférente à nos hésitations, ouvrit son livre et continua. « Maintenant, comme je l’ai dit plus tôt, le secret d’une relation conjugale harmonieuse est de connaître votre partenaire et de savoir comment il vous voit. Regardons comment Sa Majesté Souma regarde chacune de vous. Pour commencer... Roroa. »

« Miaouquoi !? » Roroa avait réagi comme un chat effrayé.

« Nous commencerons par son évaluation de Roroa, » continua Excel.

« Pou-Pourquoi moi !? Ne devriez-vous pas commencer par faire la fiancée de tête, Grande Sœur Liscia ? » demanda Roroa.

« Il n’y a aucune raison particulière pour cela, » déclara Excel. « Je pensais simplement que nous commencerions par la personne qui a rencontré Sa Majesté le plus récemment. »

« Eh bien, c’est sûr, je suis la dernière arrivée là, mais... eh bien, je suppose que ça ne durera ainsi pas très longtemps, » Roroa semblait l’avoir acceptée à contrecœur.

... Hein ? Je serais en dernière, alors ? Arg... Cela signifiait que la tension durerait plus longtemps pour moi, et je n’aimais pas ça...

Excel avait poussé ses lunettes, puis avait regardé son carnet. « Maintenant, voici l’évaluation de Roroa par Sa Majesté Souma. »

« Qu-Qu’est-ce que c’est ? Je deviens étrangement tendue, » déclara Roroa.

« Hum... ! Selon Sa Majesté, “J’aime comment Roroa est si brillante et amicale. C’est incroyable comme elle parvient à se rapprocher de la personne avec qui elle parle. Elle peut avoir un peu le cœur de pierre, mais c’est juste l’un de ses charmes. Ça me rend heureux de la voir traiter Liscia comme sa Grande Sœur. En outre, le sens financier de Roroa est hors norme. Pour être tout à fait honnête, l’économie du royaume ne pourrait pas fonctionner comme il est ainsi sans le soutien de Roroa et de Colbert. Je suis reconnaissant de l’avoir avec moi, et de l’avoir comme ma fiancée.” »

« O-Oh..., » Roroa avait posé sa tête sur le bureau. Elle couvrait ses joues rouge vif avec ses mains. « C’est... C’est assez embarrassant, » déclara Roroa en se tordant un peu.

C’est vrai, j’étais un peu gênée de l’entendre. Souma n’était pas du genre à sortir et à nous dire ces choses directement, alors quand il sortait ses sentiments sans fard et qu’il disait des choses comme : « Je t’aime » ou « Je suis reconnaissant de t’avoir à mes côtés », cela avait vraiment eu un impact sur l’autre. Maintenant que cela était arrivé, j’étais soudainement très intéressée par ce qu’il pensait de moi.

Tandis que nous nous torturions sur ce qui allait arriver, Excel continua de lire avec une expression comme si ce n’était pas grave. « De plus, quand j’ai demandé à Sa Majesté : “Avez-vous quelque chose en tête quand il s’agit de Roroa ?”, il m’a répondu cela. “Je sais que c’était une guerre, mais cela me dérange toujours que j’aie tué son père.” »

« Quoi !? » Roroa avait cessé d’être prise dans l’embarras et avait immédiatement repris ses esprits.

Excel avait ensuite continué sa lecture. « “C’était une situation de tuer ou être tué, mais je suis quand même le tueur de son père. Roroa m’a dit qu’ils n’étaient pas proches, mais si ce n’est pas ce qu’elle ressent vraiment, et qu’elle ne veut en vérité pas vraiment m’épouser... Il y a des fois où je m’inquiète à ce sujet,” voilà ce qu’il a dit. »

« E-Est-il stupide !? » s’écria Roroa.

Je me sentais aussi comme si j’avais recu de l’eau glacée sur la tête. Oh, c’est vrai..., je venais de le réaliser. S’il s’agissait vraiment des véritables sentiments de Souma, cela inclurait les insécurités qu’il ne nous montrait pas normalement. Pour penser qu’il avait ressenti ça à propos de Roroa... Je n’aurais jamais remarqué ça.

Roroa se leva et piétina ses pieds dans l’indignation. « Chéri, tu es un idiot ! J’ai déjà considéré tout ça ! Je suis avec toi parce que je voulais l’être, alors, pourquoi penses-tu à ça !? »

« Roroa ! » Je m’étais levée et j’avais fait un câlin à Roroa. Elle avait cessé de piétiner avec ses pieds alors qu’elle avait des larmes dans ses yeux.

Je pouvais aussi comprendre pourquoi Souma se sentirait coupable quand cela concernait Roroa. C’était parce que Roroa était importante pour lui. Pourtant, même avec cela dit, il avait tort de ne pas considérer son affection à sa valeur nominale.

Roroa sanglota et frotta son visage contre ma poitrine. « Ohh... Grande Sœur Ciaaaa. »

« Je sais. Nous devrons en parler à Souma plus tard, » déclarai-je.

Aisha et Juna acquiescèrent. C’était peut-être quelque chose qu’il avait fait inconsciemment, mais il allait devoir payer pour faire pleurer notre « petite sœur ».

Après avoir attendu que Roroa s’installe, Excel lui avait parlé. « La raison pour laquelle Sa Majesté pense à cela, c’est parce qu’il vous aime et que vous êtes importante pour lui. Vous comprenez cela, n’est-ce pas ? »

« ... Oui, » déclara Roroa. « C’est pourquoi, bien qu’il soit frustrant que mes sentiments ne lui parviennent pas, j’étais un peu heureuse que mon Chéri se soucie tellement de mon ancien moi. »

« Si vous comprenez ça, alors tout ira bien, » déclara Excel à Roroa avec un sourire.

Cela avait été un peu tumultueux, mais maintenant le tour de Roroa était terminé.

Après ça, Excel avait appelé le prénom de sa petite-fille. « Juna. L’évaluation de Sa Majesté est la suivante : “Elle est mignonne, elle est magnifique, et cela résume tout. Je ne parle pas seulement de son apparence ni de sa voix... Je veux aussi parler de ce qu’il y a dans son cœur. De toutes mes compagnes, j’ai l’impression que c’est elle qui prend toujours du recul pour envisager la question sous un angle plus large. Elle est vraiment la femme idéale. Je me demande parfois si je peux vraiment l’avoir comme fiancée, mais je ne voudrais pas laisser quelqu’un d’autre l’avoir. J’essaie de faire de mon mieux pour être un homme assez bon pour être son mari, mais c’est frustrant de ne pas pouvoir y parvenir.” »

« Voilà donc ce que ressent Sa Majesté..., » Juna affichait un léger, mais heureux, sourire. Eh bien, c’était normal pour une fille après avoir entendu « Je ne voudrais pas laisser quelqu’un d’autre l’avoir »... et bien, vous savez ?

Excel continuait à lire. « Quand je lui ai demandé. “Avez-vous quelque chose en tête quand il s’agit de Juna ?”, sa réponse a été. “Juna est trop mature et n’est pas bonne quand il s’agit de laisser les autres être gentille avec elle, alors quand elle me laisse occasionnellement la gâter, en tant que jeune homme, je me sens vraiment spécial.”. »

« ... Excusez-moi, mais j’avais l’impression que Sa Majesté et moi avons le même âge ? » Juna avait fait irruption dans la lecture.

Maintenant qu’elle l’avait mentionné, j’avais entendu dire que Juna était censée avoir vingt ans cette année, tout comme Souma.

« C’est quelque chose que Sa Majesté a réalisé plus tard, mais dans son monde, une année est apparemment de 365 jours, » déclara Excel. « Les années dans notre monde sont de 384 jours, donc avec l’écart entre les deux, vous auriez un an de plus dans le monde de Souma. »

L’écart entre les années des deux mondes était de 19 jours. 365 divisé par 19... Dans environ 19 ans, cela équivaudrait à une différence d’une année entière.

Cela avait provoqué chez Juna une panique rarement vue. « S-Suis-je donc vraiment plus vieille que Sa Majesté Souma ? Excusez-moi, qu’a dit Sa Majesté à ce sujet ? Il n’est pas contre une femme plus âgée, n’est-ce pas ? »

Je ne pensais pas que Souma rejetterait Juna juste parce qu’elle était plus âgée que lui, mais elle ne pouvait probablement pas s’empêcher d’être inquiète. À ce propos, quand elle avait mentionné la possibilité de ne pas vouloir une femme plus âgée, Aisha avait l’air d’avoir été touchée par une balle perdue. Après tout, vous ne pourriez jamais dire quel âge avait quelqu’un des races à longue espérance de vie en se basant sur leur apparence. On ne nous avait pas dit quel âge elle avait en ce moment.

Excel avait affiché un large sourire à Juna. « Ne t’inquiète pas. C’est ce que Sa Majesté Souma a dit : “Dans mon monde, il y avait un proverbe : ‘Trouve une femme d’un an plus âgée, même si tu dois porter des sandales en métal pour le faire.’ Juna est une femme qui vaut la peine de porter des sandales en métal qui ne s’useront pas, et qu’on cherche dans le monde entier pour la trouver. Il n’y a aucun problème avec ça.” »

« ... Je suis heureuse, » Juna semblait profondément soulagée.

Ensuite, c’était au tour d’Aisha.

« L’évaluation de Sa Majesté d’Aisha était..., » Excel s’interrompit lors de sa lecture.

« Euh !? Pourquoi vous êtes-vous soudainement arrêté là ? » Aisha s’écria.

« Eh bien... “Elle est comme un animal de compagnie.”, » continua Excel.

« Il a dit quoi !? » s’écria Aisha.

« « « Oh... » » »

« Quoiiii !? Pourquoi avez-vous toutes l’air satisfaites de cette réponse ? » cria Aisha.

Non je veux dire que... vous savez ? Après tout, quand Aisha est avec Souma, elle était comme un chien de compagnie, attrapant la proie de son maître et ensuite, « Louez-moi, louez-moi » alors qu’elle remuait la queue.

« Selon Sa Majesté Souma, “Aisha est une guerrière forte, noble et belle. Il serait juste de l’appeler la plus grande guerrière de ce royaume. C’est rassurant de l’avoir à mes côtés... ou cela devrait être ainsi, mais j’ai l’impression que je ne peux pas la laisser seule parfois. C’est censé être son travail de me protéger, mais je finis par vouloir la protéger... Eh bien, quand il y a eu ce désastre dans la Forêt Protégée par Dieu, j’ai vu à quel point elle pouvait être fragile sur le plan émotionnel.” Et à ma question de “Y a-t-il quelque chose dans votre esprit à son sujet ?”, il m’a répondu, “Je pense que cela serait le fait que nous pourrons nous asseoir à la même table pour toujours”. »

« Uwahhh! J’ai échoué en tant que garde du corps ! » pleura Aisha. « Mais quand il dit : “Je ne peux pas la laisser seule” et “Je veux la protéger”, cela m’a fait me sentir un peu heureuse et stupide que je suisssss ! »

Pendant qu’Aisha posa sa tête sur le bureau, coincée entre le sentiment de bonheur et de pathétique, Roroa lui tapota doucement le dos. On dirait qu’Aisha était en état de choc, mais quant à moi... Je me sentais peut-être un peu jalouse d’elle ? Si elle était comme un animal de compagnie, cela signifiait qu’il la chérissait tellement, et je voulais aussi qu’il dise qu’il voulait me protéger.

Attends ! Ai-je toujours été sujette à la jalousie ?

En entendant Souma féliciter ses autres fiancées, je m’étais surprise à me sentir jalouse d’elles, et ça m’avait un peu choquée. C’était un sentiment que je ne pouvais pas me permettre d’embrasser, n’est-ce pas ? J’étais la candidate pour devenir la première reine primaire de Souma. Plus que quiconque ici, je devais respecter l’harmonie entre les sœurs reines. Je sentais que la main qui tenait mon col était plus serrée.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.
    PS : Le titre aurait pu être "Panique dans le harem !" !

Laisser un commentaire