Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 1 : Faisons un programme éducatif (Le début de Silvan)

Partie 4

Pendant ce temps, là où nous filmions dans le château, Liscia criait de surprise. « Roroa !? Que fait donc cette fille ? »

« Quand j’ai dit à Roroa que nous allions faire un programme éducatif, elle a dit : “Cela semble fascinant ! Chéri, je veux aussi être dedans !” » dis-je. « Elle m’a forcé à lui laisser le rôle. Je n’avais pas d’autres options, alors j’ai décidé de la laisser participer au spectacle en tant qu’assistante de Juna. »

« Peux-tu vraiment décider des rôles sur un coup de tête comme ça ? » demanda Liscia avec scepticisme.

« ... Tu sais, j’ai un point faible face aux enfants qui pleurent ou quand les sponsors sont concernés, » répondis-je. « En outre, ce programme est sponsorisé par Le Cerf d’Argent, dont Sebastian est après tout le visage public, mais Roroa contrôle tout dans les coulisses. »

À l’heure actuelle, notre pays fournissait des fonds pour plusieurs entreprises et pour la recherche sur divers sujets. Nous étions fortement concentrés sur les produits alimentaires, les médicaments et les militaires parce que c’étaient des choses qui auraient un effet sur la vie des habitants. À cause de cela, le Trésor national était toujours sur le point de s’effondrer.

Finalement, au fur et à mesure que la population augmenterait, l’augmentation des taxes ferait revenir notre argent que nous avions investi, mais nous ne pouvions pas compter immédiatement sur cela.

C’était dans cet état d’esprit que le ministre des Finances, Colbert, avait contrôlé les cordons de la bourse du pays et qu’il n’allait pas allouer de fonds à un nouveau programme sans avoir obtenu quelques succès avant ça. C’est pourquoi j’avais demandé à la compagnie de Roroa de le financer. À cause de cela, je n’avais plus d’autre choix que d’écouter Roroa, l’investisseuse, lorsqu’elle m’avait demandé un service.

Quand Liscia avait entendu les détails, elle avait soupiré. « C’est toujours une question d’argent, hein. Que la vie est difficile. »

« Tu l’as bien dit, » répondis-je.

Bien que je sois sûre que Roroa a créé sa propre entreprise avec ce genre de situation en tête, pensai-je.

La vérité était que, si Roroa n’avait pas investi, je n’aurais pas pu faire cette émission. D’ailleurs, si je ne la laissais pas avoir un peu de ce qu’elle voulait, j’allais probablement être frappé un jour par un châtiment divin.

J’avais regardé vers la salle où Juna et Roroa chantaient « Musunde Hiraite [1] » avec les enfants.

Les enfants avaient regardé les mouvements exagérés de Roroa et l’avaient ensuite imitée. Quand je les avais vus rebondir, bouger les bras et les jambes, cela m’avait fait sourire.

Alors que mon cœur était réchauffé par leur comportement angélique, Liscia m’avait posé une question. « Je comprends pourquoi tu veux faire un programme éducatif, mais pourquoi y a-t-il autant de chansons ? »

« N’as-tu pas des chansons de ton enfance qui te sont restées étrangement longtemps dans ta tête ? » demandai-je en retour.

« Comme des berceuses ? » demanda-t-elle.

« Oui, tout à fait, » répondis-je. « Les chansons et les mélodies se coincent dans ta tête, et il est facile pour les gens de finir par les chanter ou les fredonner par eux-mêmes et sans raison. C’est pourquoi c’est plus mémorisable si tu utilises des chansons dans l’éducation que si tu vas juste enseigner le sujet d’une manière normale, et cela va aussi se propager plus loin de manière automatique. »

Par exemple, avant de nous enseigner l’« Irohanihoheto » à l’école, je l’avais déjà appris de « Iroha Matsuri » de Minna no Uta. Et aussi, j’avais l’impression que l’une des plus importantes raisons pour lesquelles je me souvenais de l’ordre du zodiaque chinois sans les confondre était parce que j’avais appris une chanson intitulée « Eto wa Merry-go-Round ». Si je me souvenais encore de ces chansons mêmes maintenant que j’étais adulte, cela démontrait que Minna no Uta était vraiment incroyable.

Liscia avait dit : « Je vois, » avec un grognement d’admiration. « Franchement, je pense que c’était vraiment bien pensé. »

« Hm... Eh bien, penser est après tout mon travail, » dis-je.

« Ce n’est pas aussi facile que ça. Je parle de penser au peuple et élaborer des politiques pour leur venir en aide, » Liscia me regardait d’un air approbateur... J’avais détourné mes yeux. « Attends, pourquoi as-tu regardé ailleurs ? »

« Eh bien... Si tu devais demander si c’est vraiment pour le peuple, je dois admettre que mon propre intérêt a aussi été mélangé là dedans, » répondis-je.

« Vraiment !? Comment ça ? » Liscia me regardait fixement.

... Eh bien, je ne peux pas y faire grand-chose, pensai-je. Je suppose que je vais devoir me confesser.

« Nous organisons la cérémonie de mariage qui sera également là où j’hériterais officiellement le trône, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« E-Exacte... Du moins, je suppose que c’est bien ça, » répondit-elle.

Les joues de Liscia avaient rougi quand j’avais dit le mot mariage.

C’était adorable quand elle avait réagi ainsi, mais... passons à travers le sujet. Cela s’était passé l’autre soir, le jour de l’an, où je l’avais proposé à Liscia et elle avait accepté, et c’était toujours un peu embarrassant d’y penser.

« Ainsi, au cours de ce mariage, je veux dévoiler toutes mes reines, sans discrimination entre qui est primaire et secondaire, » déclarai-je.

Parce que les reines secondaires, dont les enfants n’auraient pas le droit de succession, avaient été à l’origine les concubines des rois, elles étaient considérées comme inférieures aux reines primaires. En conséquence, même maintenant qu’elles étaient traitées comme des reines, il y avait beaucoup de cas où elles ne recevraient pas une grande cérémonie de mariage devant le peuple. Il y avait même eu des cas où les reines secondaires s’étaient senties inférieures aux primaires, et avaient donc refusé d’y assister pour ces raisons. Elles avaient dû craindre que ce ne soit le germe de futurs problèmes.

Je voulais changer cette coutume.

« Roroa a dit qu’elle était d’accord d’être une reine secondaire, mais puisque nous allons régner sur la région d’Amidonia, je veux faire d’elle ma troisième reine primaire, » dis-je. « Cela ferait de Juna la seule qui ne pourrait pas participer à la cérémonie, n’est-ce pas ? Je pensais que si c’était possible, je voudrais que tout le monde soit là ce jour-là. »

« Tu as raison. Je pense que ce serait pour le mieux ainsi, » Liscia acquiesça et accepta sans hésitation. « Aisha et Juna étaient avec nous pendant les temps difficiles, et nous les avons traversés ensemble. Elles sont pour moi des camarades de guerre. Oh, je ne veux pas mettre Roroa de côté. Je pense qu’elle peut parfois être une nuisance, mais la façon dont elle agit avec moi comme une petite sœur est vraiment mignonne. C’est juste qu’Aisha et Juna sont spéciales. Peu importe qui est une reine primaire et qui est reine secondaire, je ne veux pas que quelqu’un se sente négligé. »

« Je vois... je suis soulagé, » dis-je.

C’était une bonne chose que la première reine primaire, Liscia, soit si tolérante. Liscia et les autres filles s’entendaient bien, donc je n’avais pas été inquiet, mais... même ainsi, c’était un soulagement d’entendre Liscia elle-même dire tout cela. Honnêtement, ces merveilleuses filles étaient toutes bien trop bien que ce que je mériterais en réalité.

Liscia pencha la tête sur le côté. « Mais est-ce que ça a quoi que ce soit à voir avec cette émission ? »

« Tout à fait, » dis-je. « Pour l’instant, mes fiançailles avec Juna sont secrètes, mais cela va devenir intenable à l’approche de la cérémonie, n’est-ce pas ? »

« Eh bien, c’est sûr. Le mariage sera diffusé à l’échelle nationale, » répondit Liscia.

« Tout à fait, » dis-je. « Donc, il doit y avoir une annonce faite à un moment donné... Je pensais que quand cela se produira, entre la Lorelei Juna et la Juna qui chante des chansons avec des enfants, ce qui fera que les habitants soient moins en colère c’est... tu sais... »

Liscia plissa les yeux et me lança un regard dur. « Ne me dis pas que tu as planifié ce programme juste pour ça. As-tu fait ça ? »

« Oh non, pas du tout, » dis-je. « Le plan lui-même était destiné dès le début à aider à éduquer les habitants, » avais-je dit, en essayant de ne pas avoir de contact visuel avec Liscia. « C’est juste que... eh bien... Je laisse également mes propres intérêts égoïstes s’impliquer un peu dans tout ça... alors, tu pourrais dire que... »

Liscia laissa échapper un soupir. « Tu es un cas désespéré... As-tu vraiment à te soucier autant de la façon dont les personnes te voient ? »

« Eh bien ! Possible, car tu sais, c’est un problème assez important. Est-ce que tu t’en rends compte ? » demandai-je.

Après tout, Juna était devenue une telle idole nationale ce qui avait été clairement démontré depuis que nous avions reçu des pétitions du Congrès du Peuple nous disant : « L’avoir plus souvent dans les émissions produites par le Joyau de Diffusion de la Voix ». Si je venais à annoncer nos fiançailles dans la situation en cours, il pourrait sérieusement y avoir des émeutes. C’est pourquoi, afin de les garder sous contrôle, j’avais l’intention de déplacer progressivement Juna du travail d’idole aux chansons pour enfants.

Quand j’avais dit cela à Juna, alors même que cela me faisait mal, elle m’avait répondu : « Si je peux chanter à vos côtés, Sire, peu importe la position dans laquelle je me trouve, cela me convient, » et elle m’avait ensuite souri.

À en juger par le fait qu’elle avait alors immédiatement recommandé une nouvelle Lorelei, Komari Corda, qui pourrait continuer sur son style actuel, Juna était enthousiaste à cette idée.

Et, alors que nous en discutions, la partie où elles devaient chanter avec les enfants s’était terminée.

« Très bien, tout le monde, bien joué, » déclara Juna.

« Est-ce que tout le monde qui nous regardait depuis là-bas, chante-t-il également avec nous ? » demanda Roroa.

Juna et Roroa avaient ainsi clos cette partie de l’émission.

« Qu’est-ce qui est prévu après ça ? » demanda rapidement Liscia.

« La prochaine étape est une petite période pour des exercices. Il s’agit d’un petit programme afin de faire bouger toutes les parties du corps des spectateurs, » répondis-je.

« Exercices ? » demanda Liscia qui était surprise. « Comme tu utilises que des membres de notre famille... est-ce que c’est Aisha qui s’occupe de cette partie ? »

« Nullement. J’ai amené un expert approprié pour la partie exercice, » dis-je.

« Un expert ? » Liscia inclinait la tête sur le côté en pleine confusion.

Dans le hall, Roroa avait repris la direction de l’émission. « Bon, il est temps de faire un peu d’exercice. Nous allons tous ensemble appeler le monsieur exercice. Allez ! Un, deux etttttt... ! »

« « « Monsieur exerciccccccee ! » » » les enfants avaient tous crié ensemble à la suite de l’incitation de Roroa.

« Hahhhh ! » Un homme avait sauté depuis le balcon du deuxième étage.

L’homme avait atterri avec élégance devant les enfants, affichant ses dents blanches et brillantes, puis se tourna vers l’écran et leva le pouce face aux téléspectateurs.

Le jeune homme était grand, il faisait environ 185 centimètres. Il avait un physique musclé qui était apparent même avec tous ses vêtements. Son visage, pris dans son ensemble, aurait été considéré comme beau. Mais ses sourcils épais et relevés, ses yeux perçants et ses dents blanches et brillantes... Chacune des parties individuelles de son visage avait beaucoup de « caractères ».

Le jeune homme posa une main sur sa hanche, puis se tourna vers les enfants avant de déclarer. « Les enfants, je suis désolé pour l’attente ! Maintenant, déplacez avec moi votre corps ! »

Il s’agissait d’un jeune homme qui parlait avec des mots passionnés et un sourire tout aussi passionné.

Liscia regarda le jeune homme, bouche bée, puis elle chuchota. « Qui est-ce ? »

Notes

  • 1 Musunde Hiraite : Il s’agit d’une chanson enfantine japonaise. Les différentes chansons dont parle le chapitre sont toutes dans le même genre.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Oh, l'uniforme de Mr Muscle 🙂 On embauche des super héros maintenant ?

  3. Merci pour le chapitre.
    PS : Ça pourrait être drôle si il y avait un effet "reine des neiges" ! (Rappelez-vous, à la sortie du film et quelques mois pendant on pouvant voir des enfant la chanter dans les rue et, asser souvent, des gens qui avaient une expression disant ; par pitié, non, pas encore !!)

Laisser un commentaire