Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 2 – Chapitre 7 – Partie 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7 : Sacrifiez le Prunier afin de préserver le Pêcher

Partie 3

Examinons les détails de la bataille jusqu’à ce moment-là.

Tout d’abord, cette série de batailles avait commencé lorsque les trois ducs s’étaient opposés à l’abdication de l’ancien roi, en choisissant de ne pas me jurer fidélité. Depuis que j’avais reçu le trône, les trois ducs s’étaient retranchés dans leurs duchés avec les armées qu’ils contrôlaient.

Les trois ducs n’étaient pas coopératifs pendant la période où je rassemblais du personnel et essayais désespérément de remettre le pays sur pieds. Ensuite, un certain nombre de nobles sur qui il y avait une enquête pour corruption dans le cadre de ma reconstruction de l’économie avaient fui. Après qu’ils furent réfugiés dans le Duché de Carmine, il s’agissait clairement de l’événement qui nous avait poussés vers un état d’opposition encore plus marqué.

Puis, quand l’autre jour, j’avais lancé un ultimatum, les choses s’étaient finalement développées au point où le roi et les trois ducs étaient en conflit ouvert.

Cependant, l’un des trois ducs, l’Amiral de la Marine, Excel Walter, avait juré loyauté envers moi lors de l’ultimatum. Ceci avait empêché l’Armée Interdite et la Marine d’entrer en conflit.

Après cela, Georg, qui avait rejeté mon ultimatum, et Castor, qui était prêt à devenir lui-même un martyr pour son amitié avec Georg, avait levé le drapeau de la rébellion contre moi. C’était ce qui avait causé cette actuelle guerre. Eh bien ! Dans tous les cas, il s’agissait du scénario que non seulement mon peuple, mais aussi la Principauté d’Amidonia croyaient.

— Cependant, ce scénario n’était que la surface. La vérité derrière cette affaire était complètement différente.

Tout d’abord, les gens pensaient qu’Excel m’avait juré sa loyauté quand j’avais lancé mon ultimatum. Mais en vérité, elle l’avait fait bien avant ça. Excel avait envoyé sa petite-fille Juna pour être à mes côtés afin de juger si j’avais ce qu’il fallait pour être roi. Après qu’elle ait reçu des rapports de Juna lui disant ce que j’avais fait, elle m’avait juré de sa loyauté et nous avions utilisé Juna comme intermédiaire.

Cependant, afin de surveiller Georg, qui avait fait des démarches inquiétantes, ainsi que pour tenter de persuader Castor, nous avions caché ce fait, et elle avait continué à travailler aux côtés des deux autres Ducs jusqu’à l’ultimatum.

En plus, la raison pour laquelle ce conflit avait éclaté était également très différente de ce que le monde pensait.

Le plan sur lequel Hakuya et moi avions travaillé était quelque chose de complètement différent, et nous n’avions pas songé à neutraliser les trois ducs.

Quand Liscia m’avait dit quel genre de personne était Georg, je pensais qu’il était le genre d’homme qui serait possible de raisonner. Même avec Castor, je savais qu’il avait un tempérament un peu direct, mais si Excel et Georg travaillaient tous à le persuader, j’avais pensé qu’il se conformait de bonne grâce.

Cependant, parce que Georg avait abrité les nobles corrompus, mes projets avaient été gâchés.

Cela dit, ni Hakuya ni moi-même n’avions jamais vu les nobles corrompus comme de graves conséquences pour le futur. Ils avaient déjà été chassés de leurs positions. Vu que nous avions fermé la frontière et que nous pouvions simplement saisir leurs biens, je ne me souciais pas de leur destination finale. Cependant, Georg avait gardé ces nobles à portée de main, ajoutant leurs forces à ses propres troupes.

Au début, quand j’avais vu qu’il agissait tellement différemment de ce que Liscia m’avait dit à propos de lui, j’en fus indigné.

C’était alors que Glaive Magna, qui avait dit avoir quitté l’Armée de Terre, était apparu devant moi.

***

Sur le plan technique, il était venu chez moi pour s’excuser de la grossièreté de son fils, Hal. Mais même si cela n’avait pas été le cas, j’étais sûr qu’il aurait comparu devant nous. Car Glaive s’était vu confier une mission secrète par Georg lui-même.

Une fois qu’il avait fini de s’excuser pour l’impolitesse de Hal, il avait commencé par dire. « Maintenant Votre Majesté, je me rends compte que c’est incroyablement grossier, mais je voudrais vous dire quelque chose de plus. »

Quand je lui avais demandé ce que c’était, il m’avait répondu. « Et bien... ce serait beaucoup mieux que cela ne soit pas entendu par beaucoup de personnes. » Et il m’avait demandé de faire vider la pièce de ses occupants.

J’avais donc fait rester Liscia, Aisha, Hakuya, Hal et Kaede, et j’avais fait sortir les autres personnes. Après avoir fait ça, Glaive avait finalement commencé à parler du plan de Georg. « Le duc Carmine a l’intention de rassembler tous les nobles corrompus en un seul endroit, de lancer une rébellion avec leur soutien. Puis, Votre Majesté, vous pourrez ainsi tous les capturer d’un seul coup. »

Il s’agissait donc d’un plan afin d’attraper tous les nobles corrompus en une seule opération. Car ils seraient dangereux si je les laissais rester n’importe où. Georg avait donc pris clairement une position d’opposition, afin d’attirer ces éléments déstabilisateurs tels des papillons attirés par une flamme.

Puis il avait fait que Glaive et ses hommes, ceux qui lui faisaient le plus confiance dans l’Armée de Terre, rompent leurs relations avec lui en raison de « la méfiance vis-à-vis du fait d’avoir décidé d’abriter les nobles corrompus. »

Ils rejoindraient l’Armée Interdite pour qu’il y ait des personnes pouvant réorganiser l’Armée de Terre après la guerre. Après cela, il rejetterait mon ultimatum, et une fois que les éléments déstabilisateurs se seraient rassemblés chez lui, nous nous retrouverons sur le champ de bataille. Son plan était d’amener les nobles avec lui.

L’Armée de Terre était un puissant ennemi avec ses 40 000 soldats, mais si l’Armée Interdite, l’Armée de l’Air et la Marine travaillaient tous ensemble, elles pouvaient facilement la battre.

En fait, même dans cette bataille récente avec l’Armée de Terre, tout ce qu’il avait fallu faire avait été de détruire leurs lanceurs de carreaux antiaériens avec une attaque-surprise effectuée par l’Armée de l’Air afin de préparer le terrain. Puis, en même temps qu’il se rendait, la garde personnelle de Georg arrêterait les nobles et leurs armées personnelles, y compris les mercenaires provenant de Zemish.

Voilà le plan de Georg.

Après avoir entendu le plan par l’intermédiaire de Glaive, j’avais sans le vouloir crié de colère. « C’est quoi ce bordel !? Qui lui a demandé de faire cela !? »

« Votre colère est compréhensible, mais... il s’agit de la propre idée du Duc Carmine, » répondit Glaive.

Même si Glaive avait incliné la tête, il semblerait qu’il n’avait pas l’intention de céder.

« Pourquoi ferait-il ça ? Les nobles corrompus ont déjà été renvoyés de leurs fonctions. Nous avons aussi déjà saisi leurs biens. Laissez ces cafards partir ! » criai-je.

« Si vous le demandiez au Duc Carmine, alors il vous répondrait qu’il estime que votre manière d’agir est naïve. » Glaive haussa la voix due à la colère, mais il réussit quand même à se contrôler. En tant que sujet, il ne pouvait pas se permettre une bataille avec son roi quant à savoir qui crierait le plus fort.

Après avoir entendu ce qu’il disait, ceci m’avait rendu un peu de mon calme. « ... Et en quoi suis-je naïf ? »

« Sire, lorsque les racines pourrissent, la pourriture se propage sur les racines voisines, » déclara Glaive. « Le problème avec ces nobles est leurs grands nombres de connexions. Afin de préserver leurs influences, ils font marier à maintes reprises leurs filles afin de créer de nouveaux liens familiaux. Très probablement que si vous les jugez pour quelque chose de mineur comme la corruption, d’autres maisons vont intervenir afin de l’en empêcher. De plus, même s’ils perdaient leurs propres maisons, il est possible qu’ils aillent se réfugier dans d’autres maisons où ils ont des proches. En tant que tel, il est nécessaire de faire d’eux des traîtres envers l’état afin de les empêcher de faire ça. »

Je devins silencieux.

Je comprenais parfaitement ce que Glaive voulait dire.

Afin de pouvoir juger ces nobles corrompus avec tous leurs liens, je devrais leur faire commettre un crime qui rendrait responsables également leurs familles. Puis, craignant qu’ils ne soient pris au piège, les autres nobles couperaient leurs liens avec eux. Il semblerait que cela avait du sens. Il semblerait que ce soit le cas, mais...

« ... Avons-nous vraiment besoin d’aller aussi loin ? » Demandai-je.

« Oui, » répondit-il. « Il y a une autre raison... »

« Quoi, il y en a encore en plus ? » Demandai-je.

« Vous dites que vous avez saisi leurs biens, Sire, mais vous n’avez pris que ce qui était visible, » dit-il. « Ces personnes de l’ombre ont de l’argent et de l’influence dans des endroits que personne ne remarquera. En fait, les nobles qui sont déjà venus se réfugier dans le Duché de Carmine ont utilisé cet argent dissimulé afin d’embaucher des mercenaires de Zemish. Je crois qu’il s’agit là d’une preuve que vous n’avez pas encore tout saisi. »

Après qu’il ait souligné ce fait, je pressai ma paume contre mon front.

Bien sûr. J’avais regardé tous les livres de comptes et je m’étais donc trompé en pensant que je savais d’où provenaient tous leurs fonds. Il m’avait laissé entendre qu’il était possible d’accumuler de la richesse de manière à ne pas apparaître sur les livres.

Alors que j’avais regardé Hakuya, je vis qu’il avait une expression similaire visible sur son visage.

Pour moi, qui n’avait jamais eu d’interaction avec les nobles avant ça, et pour Hakuya, qui avait été reclus jusqu’à tout récemment, nous n’avions pas pleinement apprécié comment les nobles pourraient être et agir.

Dans ces moments-là, ceci me faisait me rappeler que j’avais besoin de personnes capables autour de moi.

« Est-ce que Georg a l’intention de faire en sorte que les nobles utilisent ces financements obscurs ? » Demandai-je. « Même s’il le fait, l’argent ira juste à Zem afin de leur envoyer des mercenaires... »

C’était à ce moment-là que j’avais compris la façon de secouer Zem et de récupérer les fonds qui tombaient dans leurs coffres.

« L’argent de rançons ! » m’écriai-je.

« Tout à fait, » déclara Glaive. « En même temps que nous capturerons les nobles corrompus, nous capturerons également tous les mercenaires zemishs qu’ils auront embauchés. »

Comme au Japon pendant la période de Sengoku, il existait un système en place, pour les soldats qui avaient été fait prisonnier, permettant d’être libérés en échange d’une rançon. Les rançons étaient augmentées selon le statut d’une personne, et si personne ne payait la rançon, ce captif serait vendu en tant qu’esclave. Dans la plupart des cas, ceux de faible statut seraient libérés au sein d’un grand groupe lorsque leur pays payait une somme forfaitaire, mais ceux de plus grand statut verraient leurs rançons payées par les membres de leur maison. Il y avait eu de nombreux cas où une maison avec une capacité de paiement limitée s’était ruinée en faisant ça.

« Georg veut-il que les nobles utilisent leurs financements de l’ombre afin d’embaucher des mercenaires de Zem, puis de récupérer l’argent de Zem en leur faisant payer la rançon pour leurs mercenaires capturés ? » demandai-je.

« C’est exact, » répondit-il.

Les mercenaires Zem envoyés n’auraient pas de personnes de haut statut dans leurs rangs, mais le montant qu’ils devaient payer sous forme d’une somme forfaitaire serait considérable.

Franchement... il s’agissait d’un plan très bien ficelé. Ceci l’avait rendu d’autant plus irritant.

« Pourquoi dois-je gaspiller un homme qui peut réfléchir à ce point à un tel plan ? » protestai-je amèrement. « Je suis déjà à court de personnes capables, alors s’il est déterminé à m’aider, il devrait simplement m’aider d’une manière un peu plus normale ! »

« S’il vous plaît, Sire, veuillez le comprendre, » déclara Glaive, me regardant directement dans les yeux. « Le Duc Carmine vous a confié le futur du royaume. »

Je déglutis à ce moment-là. « ... Comment pourrait-il croire autant en moi ? Nous ne nous sommes jamais rencontrés. »

« Cela, je ne le sais pas du tout. Lorsque vous rencontrerez vous-même le Duc Carmine, je vous suggère de le lui demander. »

Je devins silencieux.

***

À cette époque, je n’avais eu aucune réponse. Mais plus tard, lors de l’ultimatum, j’avais essayé de demander subtilement à Georg quelles étaient ses motivations. « Qu’est-ce qui vous a poussé à faire cela ? »

En réponse à ma question, Georg avait répondu, « Ma fierté en tant que guerrier. »

Il avait continué à parler, « Ayant plus de cinquante ans, mon corps me fera que s’affaiblir à partir de maintenant, mais actuellement, je possède la plus grande des circonstances opportunes qui m’ait été présentée. Je déciderai du destin d’Elfrieden avec mes propres talents. Une fois dans sa vie, c’est le désir de chaque guerrier d’accomplir quelque chose dont se souviendra chacune des générations suivantes. »

En fonction de la façon dont vous les avez interprétées, ces mots pouvaient ressembler à quelque chose comme un usurpateur ayant l’intention de faire un pari sur une vie. Cependant, le fait important dans cette affaire était qu’il avait déclaré qu’il était prêt à donner sa vie à ce pays.

Déterminer le sort d’Elfrieden avec ses propres talents et accomplir quelque chose qui resterait dans la mémoire des prochaines générations. C’était pourquoi il voulait détruire les nobles corrompus, même s’il devait se sacrifier afin de le faire.

Je ne savais pas si ces mots étaient la vérité. Cependant, je pouvais dire que sa résolution était inébranlable. La résolution de Liscia était peut-être venue de cet homme, son professeur.

Revenons maintenant au sujet principal.

Les informations qui nous avaient été apportées par Glaive avaient été cachées dans les cœurs de tous ceux qui étaient présents ce jour-là. Il y avait eu six personnes présentes : moi-même, Liscia, Hakuya, Aisha, Kaede et Hal.

Si un seul mot concernant cette vérité avait fuité, alors tout le plan aurait pu ne jamais voir le jour. C’est pourquoi nous ne pouvions pas communiquer ce plan à Excel, qui coopérait déjà avec nous à ce moment-là, ou même à Ludwin, le commandant en chef de l’Armée Interdite. Pour cette raison, Excel restait méfiant de Georg, et il y avait eu une autre erreur de calcul.

La rébellion de Castor.

Parce que le plan s’était mis en place dans le secret absolu, Castor abritait des doutes envers moi, et donc son Armée de l’Air avait fini par se ranger du côté de Georg. Pour nous, et pour Georg, cet événement était complètement en dehors de nos prédictions. Peu importe à quel point Castor pouvait être simpliste, cela ne m’était pas venu à l’esprit qu’il se rangeait du côté de Georg alors que Georg agissait d’une manière aussi suspecte.

Je n’avais jamais pensé qu’il ne prendrait qu’une centaine d’hommes de ses troupes personnelles et qu’il rejoindrait Georg, prêt à devenir lui-même un martyr afin de respecter leur amitié.

Grâce à cela, la bataille de la Cité du Dragon Rouge avait été une situation complètement improvisée, qu’on ne trouvait pas dans le scénario de Georg. Bien que cela soit correct, puisque nous avions gagné, il s’agissait d’une situation qui aurait pu transformer l’intégralité du script prévu en une scène d’improvisations.

Peut-être qu’Excel aurait pu prévoir que Castor agirait comme ça. Cependant, parce que nous avions gardé le plan de Georg secret vis-à-vis d’Excel, il n’y avait aucune possibilité de la consulter. En ce qui concerne les résultats finaux, mon incapacité à utiliser les personnes que j’avais à ma disposition avait provoqué une confusion dans toute cette situation, alors j’avais probablement beaucoup de choses à considérer maintenant.

Eh bien, cela avait été une bataille avec de nombreux virages, mais en quelque sorte, je pensais que nous avons réussi à exécuter le scénario de Georg jusqu’à la fin. Et enfin, le rideau pouvait tomber sur la scène écrite dans les plans de Georg.

Maintenant, c’était là que cela allait vraiment commencer. Enfin, nous pouvons arriver à l’événement principal.

Hakuya et moi étions les scénaristes de cette nouvelle étape sur le point de commencer. À cause de Georg, nous avions dû prendre une longue route afin d’arriver ici. Mais, enfin, nous pouvions maintenant lever les rideaux sur notre propre scène.

« Maintenant, que commence l’assujettissement ! » C’était ce que j’avais déclaré.

L’assujettissement était un mot utilisé pour décrire la neutralisation d’une révolte se trouvant dans son propre pays, mais, plus largement, il pouvait également se référer à la répression d’une puissance étrangère hostile.

Ici, je voudrais que vous vous souveniez d’une chose.

La Principauté d’Amidonia allait envahir le pays en passant par le sud-ouest en raison de leur correspondance avec Georg, et ils avaient prévu de faire coïncider leur invasion avec le début de la révolte.

Cependant, Georg lui-même ne s’était concentré que sur les affaires intérieures.

Bien sûr, cela signifiait que dès le départ, il n’avait jamais été vraiment en contact avec la Principauté d’Amidonia.

Et maintenant, on peut bien se demander qui avait pu être celui qui avait pris le nom de Georg et qui avait envoyé des lettres à Gaius VIII.

— Mais maintenant, laissez-moi commencer le véritable assujettissement.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. nan il a vraiment osé prendre le nom de gorge pour obliger la principauté d'attaquer afin de les exterminés ? ahahahaha ce serais un plan de genie ^^

    merci !!!

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire