Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 14 – Chapitre 6 – Partie 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 6 : Le tournant de l’histoire

Partie 4

Une bataille s’était terminée. La vallée menant aux plaines de Sebal était jonchée des cadavres des soldats de la Force Unie, et la rivière était coloriée du rouge de leur sang. Les survivants fuyaient dans toutes les directions, ou se rendaient et étaient faits prisonniers. On peut supposer que 80 % des factions anti-Fuuga de l’Union des nations de l’Est avaient été éliminées ce jour-là.

Alors que les forces de Fuuga nettoyaient après la bataille au milieu des plaines de Sebal, trois individus étaient venus à sa tente dans le camp principal et s’étaient prosternés devant lui. Ils étaient ceux qui avaient changé de camp au milieu de la bataille : Le Roi Gabi, Hashim Chima, et Nata Chima. Shuukin et Mutsumi se tenaient de chaque côté de Fuuga.

« Je suppose que je devrais dire, bien joué, » dit Fuuga, les regardant du haut du tabouret de camp sur lequel il était assis. « Voulez-vous me jurer fidélité maintenant ? »

« Oui, Monsieur ! » dit le roi Gabi, s’inclinant si bas que son front avait presque raclé la terre. « Alors que Gauche a agi seul, c’est ma faute que je n’ai pas été en mesure de garder un de mes sujets sous contrôle. J’ai également pris le mauvais chemin et rejoint la faction anti-Fuuga. Pourtant, vous m’avez accepté, mon seigneur, même si je me suis opposé à vous. Afin de rembourser cette dette de gratitude, j’ai l’intention de travailler jusqu’à l’os en votre nom. »

« Nous pensons la même chose que le roi Gabi, » dit Hashim en inclinant la tête.

Fuuga se leva de son tabouret de camp, prit son Zanganto à Shuukin, et posa la lame contre le côté du cou de Hashim. Le regard de Fuuga donna des sueurs froides au roi Gabi.

« Vous avez mes remerciements pour ce que vous avez fait, mais je n’ai aucun amour pour ceux qui poignardent les autres dans le dos, » dit Fuuga en regardant Hashim. La lame froide toucha le cou d’Hashim.

Si Fuuga le tirait juste un peu, le Zanganto tranchant trancherait sa chair, et une pluie cramoisie jaillirait.

 

 

Un long silence s’était installé entre eux. Il était si calme que les cœurs qui s’emballaient de tous ceux qui assistaient au déroulement de cette scène tendue semblaient bruyants.

Une fois le douloureux silence passé, Fuuga retira sa lame du cou d’Hashim, puis, s’asseyant à nouveau, il frappa le pommeau du Zanganto sur le sol.

« Cela ne doit pas se reproduire ! Je veux que vous vous en souveniez tous les trois ! »

« « « Oui, monsieur ! » » » Les trois hommes inclinèrent leur tête à l’unisson.

Fuuga continua. « Hashim, reste. Les deux autres, partez. Et les autres personnes ici, sortez. »

Nata et Gabi prirent congé à son commandement. Une fois qu’ils eurent quitté la tente, un court moment s’écoula, puis Fuuga rendit son Zanganto à Shuukin avant de poser ses mains sur ses genoux.

« Était-ce bon, Hashim ? »

« Oui, Monsieur. Une performance admirable, » dit Hashim en levant la tête avec une expression nonchalante sur son visage. Fuuga avait souri ironiquement quand il l’avait vu.

« Tu étais de notre côté depuis le début. En fait, nous suivions un plan que tu as imaginé. Je n’ai jamais pensé que je devrais t’appeler un traître. »

Comme Fuuga l’avait dit, bien qu’il soit resté avec Mathew et la Force Unie, Hashim avait divulgué des informations à Fuuga. C’est également lui qui avait suggéré d’utiliser une fausse retraite pour attirer leurs ennemis dans la vallée étroite où ils pourraient les éradiquer par une contre-attaque. Cette guerre pouvait largement être considérée comme la victoire stratégique d’Hashim.

Hashim avait souri. « Les autres commandants entendront parler de votre regard lorsque vous m’avez demandé de ne plus jamais vous trahir de la part du roi Gabi. Cela leur donnera l’impression que si vous êtes assez généreux pour accueillir vos anciens ennemis, vous êtes aussi effroyablement impitoyable envers ceux qui s’opposent à vous. »

Hashim ne pouvait pas le savoir, mais ce qu’il disait était remarquablement similaire au chapitre 18 du livre préféré de Souma, Le Prince, ­­­­­qui disait : « Il est nécessaire pour un prince de comprendre comment se servir de la bête et de l’homme. »

La loi doit être utilisée avec les hommes, et la force avec les bêtes. En effet, dans le monde réel, un dirigeant doit parfois faire face à des hommes qui abandonnent leurs croyances comme des bêtes sauvages, et à ce moment-là, le dirigeant ne doit pas hésiter à utiliser la force pour les faire se soumettre comme le font les bêtes. La leçon est qu’un dirigeant doit avoir deux visages.

Hashim poursuivit : « De plus, si nous créons l’impression que j’étais le chef de ceux qui ont changé de camp pour vous rejoindre, alors chaque fois que vous reconnaîtrez l’une de mes réalisations, vous aurez l’air d’un grand homme qui n’a pas de préjugés à l’égard des gens en raison de leurs origines. La plupart des soldats capturés dans cette bataille ne faisaient que suivre les ordres. S’ils me voient être bien traité, ils se sentiront en sécurité en vous rejoignant. »

« Je vois… »

« Dans le même temps, si quelqu’un espère conspirer contre vous à l’avenir, il tentera d’abord de me gagner à sa cause. Quand ils le feront, leurs plans seront exposés, et nous pourrons nous occuper de la rébellion avant même qu’elle ne commence. »

« Ha ha ha ! Merveilleux ! » Fuuga s’était tapé le genou en gloussant. « J’ai toujours voulu un homme comme toi — quelqu’un qui pense toujours avec deux pas d’avance. Mes disciples sont tous forts, mais ils ne sont qu’à un ou deux pas des barbares qui pensent qu’on peut résoudre n’importe quel problème en se battant. Seuls Shuukin, Mutsumi et Kasen seraient utiles pour les négociations politiques. Bien que, avec le jeune âge de Kasen, personne ne le suivrait. »

« Tu n’as sûrement pas besoin de rabaisser tes propres adeptes… » Shuukin le réprimanda avec un soupir.

« C’est la vérité. Quand je pense à ce qui nous attend, je sais que nous devrons rassembler des personnes ayant des capacités différentes de celles que nous avons, et les mettre au travail. Heureusement, il y a quelqu’un qui nous a donné un exemple de la façon de le faire. »

Fuuga avait parlé en pensant à Souma. Il était convaincu qu’il ne perdrait jamais face à Souma en matière de prouesses martiales ou de charisme, mais lorsqu’il s’agissait de connaissances et de la capacité à utiliser les gens, Fuuga devait reconnaître qu’il n’était pas de taille.

« C’est une bonne façon de penser. » Hashim acquiesça. « À cette fin, nous devons prendre rapidement le contrôle de l’Union des nations de l’Est et trouver les talents qui s’y cachent. En particulier, notre manque de bureaucrates pour gérer les affaires intérieures pourrait s’avérer mortel. Si nous voulons étendre notre territoire, nous devrons rassembler suffisamment d’administrateurs pour gérer tout cela. »

« Savoir que c’est la vérité rend la chose plus douloureuse à entendre… » Fuuga avait haussé les épaules en signe d’exaspération. « Mais bien sûr. J’ai l’intention de faire venir plus de gens et d’agrandir ma suite. Tu les dirigeras, Hashim. À tes yeux, cependant… le roi Gabi est-il quelqu’un que nous pouvons utiliser ? »

Hashim sourit légèrement. « Mon frère Nata se bat comme une bête sauvage, et c’est tout ce qu’il a dans la tête, il est donc facile à manipuler. Le roi Gabi, en revanche, est le genre de personne qui fait passer sa propre préservation avant le bénéfice du groupe dans son ensemble. Il y a un risque élevé qu’il se transforme à nouveau, donc nous ne pouvons lui confier une tâche importante. »

« Je savais qu’il n’était pas digne de confiance… Alors, que penses-tu que nous devrions faire de lui ? »

« À partir de maintenant, vous allez sans doute travailler à éponger les derniers éléments anti-Fuuga, Seigneur Fuuga. Il y aura éventuellement une bataille difficile, et quand ce sera le cas, il devrait être placé sur les lignes de front avec l’ordre de “garder nos pertes au minimum”. Ensuite, après, nous pourrons le tenir responsable de ses mauvaises performances. Ses archers sont puissants, alors plaçons-les sous votre commandement direct lorsque ce sera fait. »

Il y avait une froideur dans les yeux d’Hashim, et le regard de l’honnête Shuukin montrait clairement qu’il n’aimait pas ça. Fuuga, cependant, avait ri de manière rauque.

« Eh bien ! On dirait que je vais avoir besoin de gars capables de faire ce genre de suggestions à partir de maintenant… Tu vas m’aider, bien sûr, n’est-ce pas ? »

« C’était mon intention depuis le début. S’il vous plaît, continuez à avancer vers la lumière du jour, Seigneur Fuuga. » Les mots d’Hashim montraient sa détermination à être celui qui s’occuperait de tout le travail dans l’ombre.

Alors qu’il regardait Hashim, Fuuga avait demandé quelque chose qui le tracassait. « Dis-moi une dernière chose. N’as-tu pas hésité à trahir le Duc Chima... Mathew Chima ? »

Cette question avait fait frémir un peu Mutsumi, qui était restée silencieuse tout ce temps. Elle devait avoir ses propres pensées sur son frère qui avait trahi leur père pour les rejoindre.

Ici, pour la première fois, les yeux de Hashim étaient devenus durs. Il regarda directement Fuuga, presque comme s’il le fixait.

« Personne, pas même vous, Seigneur Fuuga, ne pourrait comprendre ce qu’il y avait entre nous, père et fils. »

« Oh… ? »

« C’est père lui-même qui m’a élevé pour devenir le genre de commandant capable de prendre une telle décision. Vous êtes un grand homme, connu dans le monde entier, et j’ai déterminé que vous seriez en mesure de mettre mes talents — des talents qui ont été gaspillés ici dans la cage qu’est l’Union des nations de l’Est — à profit. Si mon père avait été plus jeune, et moins contraint par sa position, je suis sûr qu’il aurait pris le même chemin que moi. Je suis sûr que mon père a compris mes actions, tout comme je l’ai compris. »

Fuuga avait été accablé pendant un moment, mais avait rapidement laissé échapper un soupir.

« Vous étiez vraiment père et fils… Shuukin. »

« Oui, monsieur. » Shuukin marcha devant Hashim et tomba à genoux, sortant de sa poche une lettre qu’il lui offrit. « Je suis celui qui a abattu Sire Mathew. J’étais là pour ses derniers instants. »

« Je vois… »

« Voici la lettre que Sire Mathew m’a demandé de vous remettre. Il y en avait une autre, celle-là adressée à Madame Mutsumi. »

Lorsque Hashim accepta la lettre, Shuukin inclina la tête puis reprit sa position initiale.

Mutsumi avait sorti sa propre lettre pour qu’Hashim puisse la voir.

« Dans le mien, il s’excusait de s’être opposé au seigneur Fuuga, aggravant ainsi ma position, et disait qu’il était satisfait de sa vie. Il a également écrit que je ne devais pas t’en vouloir. Il semble… qu’il te comprenait aussi bien que tu le disais. »

Mutsumi avait baissé les yeux en signe de tristesse. Hashim avait fermé les siens.

Après un certain temps, Fuuga avait parlé, « J’ai regardé sa lettre pour toi. Tu devrais la lire. »

« Oui, monsieur… Si c’est ce que vous souhaitez. »

Hashim avait ouvert la lettre, l’avait parcourue, puis…

« Hein !? »

Ses yeux s’étaient écarquillés.

Contrairement à la lettre de Mutsumi, il n’y avait pas un seul mot d’excuse, pas une seule demande de pardon, et encore moins un mot de doléance. Elle disait seulement comment les choses devaient être gérées après sa mort. Elle incluait une liste de noms, et les pays auxquels ces personnes étaient actuellement rattachées. Alors qu’Hashim traitait le tout, il avait tenu le papier si fort qu’il s’était froissé. C’était une liste de toutes les ressources humaines auxquelles Mathew pouvait penser.

Lorsque l’unité principale de la Force Unie fut détruite, Mathew avait passé tout le temps qui lui restait avant que la mort ne vienne le chercher à écrire les noms des personnes qu’ils pourraient engager pour soutenir la domination de Fuuga. Il n’y avait pas un seul mot inutile. Cependant, cela montrait que Mathew reconnaissait les capacités d’Hashim, et il était parti dans l’au-delà en sachant que la famille était entre de bonnes mains.

« Qu’est-il arrivé… aux restes de mon père ? »

« Ils ont été soigneusement conservés, et personne ne les touchera. Mutsumi organisera des funérailles pour lui plus tard. »

« Je vois… » Hashim baissa la tête, ne levant pas les yeux pendant un certain temps.

Des larmes avaient coulé sur les joues de Mutsumi alors qu’elle le regardait, presque comme si elle pleurait parce qu’il ne pouvait pas.

En voyant les larmes sur ses joues, Fuuga pensa, Tu l’as fait pleurer deux fois… Espèce d’imbécile, en pensant à feu Mathew Chima.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire