Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 14 – Chapitre 6 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 6 : Le tournant de l’histoire

Partie 1

– Plaines de Sebal — Nuit après le deuxième jour de la bataille —

La bataille était restée dans l’impasse tout au long du deuxième jour, et après une réunion avec les autres commandants, Mathew avait reçu la visite de son fils aîné, Hashim.

« Père. »

« Hashim… ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je voulais connaître ton opinion sur la façon dont les forces de Fuuga se battent. »

« Hmm. Alors, tu trouves aussi ça bizarre ? » demanda Mathew en croisant les bras. « Ils ont suivi notre bataille d’usure, comme le premier jour. Fuuga n’est pas du genre à se battre comme ça. Je ne comprends pas pourquoi. »

« A-t-il une sorte de plan… ? »

« Soit il a acquis la capacité de commander une grande armée, soit ses hommes ont gonflé son ego au point qu’il croit agir stratégiquement… »

« Si c’est le dernier, alors cela nous facilitera la vie. »

« Quoi qu’il en soit, c’est déstabilisant de ne pas pouvoir lire notre adversaire. Surtout que Fuuga ne s’est pas montré sur le champ de bataille… »

« C’est inquiétant, oui… Alors, pourquoi ne pas essayer de lui donner un coup de pied aux fesses ? » suggéra Hashim alors que Mathew réfléchissait.

Mathew leva les yeux au ciel. « As-tu une idée ? »

« Nos éclaireurs rapportent que la forteresse près de l’entrée sud-ouest des plaines est maintenant défendue par cinq cents hommes de Fuuga. Nous l’attaquerons furtivement pour que sa force principale ne s’en aperçoive pas. Avec la prise du fort, sa retraite sera bloquée. Une fois que nous aurons allumé un feu dans son dos, Fuuga n’aura plus que deux choix : battre en retraite ou essayer de forcer le passage. »

« Je vois… Nous nous préparons minutieusement et attendons, puis s’il tente une percée, nous le prenons en tenaille avec les troupes du fort de Sebal, et s’il bat en retraite, nous lançons simplement une poursuite. »

Mathew avait fait quelques calculs mentaux rapides et avait décidé que le plan fonctionnerait.

Cette bataille ressemble beaucoup à la bataille de Nagashino de l’ancien monde de Souma où, avant la bataille finale de Shitaragahara, une unité dirigée par Sakai Tadatsugu avait pris Tobigasuyama aux Takeda. La perte de la forteresse avait menacé la retraite des Takeda, qui avaient perdu de nombreux vassaux importants lors de leur retrait. Ce fut la cause décisive de leur défaite. Le plan d’Hashim avait des similitudes avec celui-ci.

Ayant obtenu une réponse positive, Hashim continua son explication, « Nous enverrons cinq cents de nos propres hommes, et emprunterons au roi Gabi un millier d’hommes connaissant la zone locale. S’ils voyagent à travers les montagnes depuis le château de Gabi, ils ne seront pas découverts. »

« Hmm… Mais tu réalises que je ne peux pas quitter le camp principal tant que nous nous occupons de Fuuga, oui ? »

« Bien sûr. C’est pourquoi je vais mener ce raid. J’emmènerai aussi Nata et Nike. Tu restas avec le roi Shamour, père. »

« Quand l’exécuteras-tu ? »

« Cette nuit même. J’ai déjà fait la proposition au roi Gabi, et il était d’accord. »

« Héhé, tu bouges vite. » Mathew se mit à rire. Hashim avait baissé les yeux et s’était aussi mis à rire.

« Je suis ton fils, après tout. »

« Bon vent, alors… Ne gâche pas tout. »

« Oui. Toi aussi, père. »

Sur ces mots, Hashim avait fait demi-tour et avait quitté le camp principal.

Mathew avait regardé son fils partir en silence.

 

◇ ◇ ◇

– 17e jour, 6e mois, 1549e année, calendrier continental —

Le troisième matin après le début des combats dans les plaines de Sebal, Mathew avait reçu un rapport indiquant qu’une force combinée Chima-Gabi de 1 500 hommes avait repris le fort de Sebal.

« Hashim l’a fait alors, n’est-ce pas ? »

Mathew laissa échapper un soupir, ému par le succès de son fils. Le rapport indiquait que très peu des 500 soldats présents s’étaient échappés, mais ceux qui l’avaient fait s’étaient probablement précipités vers Fuuga pour lui signaler que le fort de Sebal était tombé. Si Fuuga envoyait des soldats pour reprendre le fort de Sebal, la Force Unie lancerait une offensive totale contre sa force principale affaiblie. Ils pourraient certainement l’écraser par leur nombre.

Mathew était resté aux côtés du commandant en chef Shamour toute la nuit, surveillant de près les forces de Fuuga.

Et pourtant… l’aube était venue sans aucun mouvement.

« Est-ce qu’ils ont l’intention de ne rien faire même après avoir perdu le fort de Sebal ? » Shamour avait croisé les bras en gémissant.

« Ils ne peuvent pas bouger, » répondit Mathew. « Parce que s’ils le font, on va leur tomber dessus. »

« Hmm… Quoi qu’il en soit, nous avons allumé un feu sous eux maintenant. La chute du fort de Sebal a complètement coupé les lignes d’approvisionnement de Fuuga. S’ils se battent comme ils l’ont fait hier, nous n’avons qu’à attendre que leurs provisions se tarissent. Ou plutôt, si nous les pressons encore plus tôt, certains des fidèles de Fuuga fuiront. Son armée s’effondrera en voyant la légende lui être enlevée. »

« En effet. C’est pourquoi nous devons en finir aujourd’hui. » Mathew avait regardé les camps tranquilles des forces de Fuuga. « Il a deux options à sa disposition. Fuuga peut tenter de percer la Force Unie pour atteindre Malmkhitan, ou se retirer au nord pour se réorganiser. Cependant, s’il choisit cette dernière option, il devra faire face à un mouvement en tenaille de notre part et des soldats du fort de Sebal. »

« Héhé ! Peu importe la puissance de ses hommes, ils exposeront leur dos vulnérable en battant en retraite. Nos hommes vont les massacrer. »

Shamour avait les yeux affamés d’un guerrier. Mathew hocha la tête.

« Oui. C’est pourquoi je m’attends à ce que notre ennemi choisisse l’option de la percée, où il y a encore un espoir de victoire… Mais quand je me rappelle la façon illogique dont ses forces ont combattu hier et avant-hier, je dois considérer qu’il pourrait ne pas prendre la décision directe. »

« Cela ne fait aucune différence. S’ils viennent vers nous, nous les encerclons et les écrasons. S’ils fuient, nous les poursuivons et les dévorons. Notre avantage restera le même. C’est simple et facile à comprendre. »

« Oui, je suppose que c’est… »

Contrairement au sourire optimiste de Shamour, Mathew sentait un subtil malaise s’installer dans son cœur. C’est parce que malgré la chute supposée du fort de Sebal, le camp de Fuuga était trop calme. À quoi penses-tu, Fuuga… ? pensa-t-il. Il jeta un regard à l’armée de Fuuga, mais il ne trouva aucune réponse.

Afin de se préparer à une tentative de percée, les Forces unies avaient renforcé ses défenses, sans envoyer ses flancs en avant comme hier. Si l’ennemi devait charger imprudemment, il n’était pas nécessaire de l’encercler, et donc d’affaiblir son propre centre. Si les Forces Unies gardaient ses défenses dures pour absorber la charge, elle serait libre de frapper par le côté ou par-derrière après. Vas-y, Fuuga, semblait dire les Forces unies en attendant avec impatience.

Cependant, quant à ce que les forces de Fuuga avaient choisi de faire…

« Je suis porteur d’un message ! Les forces de Fuuga ont commencé à battre en retraite ! » Le messager s’était précipité dans le camp principal des Forces Unies pour faire son rapport.

Les yeux de Shamour s’étaient écarquillés après avoir entendu le message, et il a mis de côté son tabouret de camp en se levant. En regardant dehors, le message était vrai. Les forces de Fuuga se retiraient précipitamment le long de la route au nord-ouest.

« Sont-ils fous !? Même s’ils se retirent ici… pensent-ils qu’ils peuvent se rétablir dans le nord !? »

« Peut-être qu’ils peuvent…, » dit Mathew en fronçant les sourcils. « Si leur seul but est d’éloigner Fuuga de ce champ de bataille, il y a une certaine logique à fuir vers le nord-ouest où nous avons moins de troupes. Mais en même temps, cela signifie faire payer à ses hommes un lourd tribut en pertes… Que voulez-vous faire ? »

« Il n’y a pas de question, » répondit Shamour en dégainant son épée et en la pointant vers l’armée de Fuuga. « Nous les poursuivons ! Fuuga peut s’échapper, mais nous devons abattre autant de ceux qui le suivent que possible. C’est la bataille décisive, messieurs ! Ici, nous éliminons toute chance de récupération de Fuuga ! »

« « « Yeahhhhh ! » » » les soldats des Forces Unies acclamèrent en réponse au discours de Shamour. Les cors avaient été sonnés pour signaler une avancée, et les troupes des Forces Unies s’étaient déplacées pour chasser les forces de Fuuga.

Alors que Shamour montait sur son cheval pour rejoindre la marche, il déclara à Mathew qui s’approchait : « Tu n’es pas fait pour la violence. Je te laisse la défense du camp principal. »

« Oui. Bonne chance, » dit Mathew en plaçant ses mains jointes devant lui. Shamour avait hoché la tête avant de partir.

Mathew avait regardé le champ de bataille en le regardant partir. L’important est que le sang et le nom des Chima perdurent. Alors… ne gaspillez pas vos vies en vain.

 

◇ ◇ ◇

Normalement, lors d’une retraite, une armée laissait des arrière-gardes derrière elle. Les troupes choisies pour l’arrière-garde étaient des élites, et elles devaient être dirigées par un commandant loyal. Plus l’arrière-garde retenait longtemps la poursuite de l’ennemi, plus les chances de survie de leur seigneur, et par extension du reste de leurs alliés, étaient élevées. En bref, l’arrière-garde devait être anéantie. Cela vous montre à quel point il est étonnant que Kinoshita Toukichirou ait dirigé l’arrière-garde lors de la retraite de la bataille de Kanegasaki et qu’il soit revenu vivant.

Et pourtant, chose étrange, les forces de Fuuga n’avaient pas d’arrière-garde. Malgré la poursuite féroce des Forces Unies, les unités arrière de l’armée de Fuuga semblaient fuir dans le chaos.

« Gwah ! »

« Tch… Fuugahhh !! »

Alors qu’il abattait les soldats en fuite, Shamour cria : « Je t’ai mal jugé, Fuuga Haan ! Quelle est cette disgrâce ? Tu abandonnes tes hommes et tu t’enfuis ? Comment es-tu censé être le grand homme de l’Union des Nations de l’Est !? Comment es-tu l’espoir de l’humanité !? »

Pour Shamour, qui s’attendait à une bataille passionnante, ce massacre unilatéral l’avait irrité.

Passant outre les simples soldats sur lesquels il évacuait ses frustrations, Shamour vit que les forces de Fuuga passaient déjà au pied du fort de Sebal. L’avant-garde était beaucoup plus rapide que la populace désordonnée à l’arrière. L’armée de Fuuga avait dû placer ses meilleurs combattants en tête lors de la retraite.

Si c’est le cas, Fuuga peut s’échapper… pensa-t-il. En supposant que Fuuga ait ses meilleurs hommes au front, leur capacité à percer serait considérable. Le plan prévoyait que les hommes ayant pris le fort de Sebal scellent la sortie vers les plaines, mais il est difficile de retarder l’ennemi, et ils pourraient être en mesure de percer. Alors, laissez-moi enterrer autant d’idiots qui ont suivi Fuuga ici que possible ! Sans ses partisans, Fuuga sera un homme avec ses bras et ses jambes arrachés !

Se déplaçant puissamment en tranchant les soldats ennemis, Shamour regarda devant lui.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire