Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 14 – Chapitre 5 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Bataille des plaines de Sebal

Partie 2

« Chaaarge ! »

« «  « Ouiiiiiiiiiiiiii ! » » »

Finalement, l’armée de Fuuga est entrée en collision avec la Force unie.

Les planificateurs de la Force unie pensaient qu’en tant que force la plus petite, l’armée de Fuuga concentrerait sa puissance au centre et tenterait une percée. Ils avaient renforcé leur propre centre, anticipant que les 4 500 soldats du centre de l’armée de Fuuga chargeraient désespérément les 8 000 soldats de la leur. Cependant, contrairement à leurs attentes, les 4 500 soldats du centre de l’armée de Fuuga avaient avancé plus lentement que les deux flancs, et s’étaient même arrêtés avant ceux de la Force unie.

Puis, suivant les tactiques établies, ils avaient commencé leur attaque en utilisant des attaques à distance avec des flèches et de la magie. Pas une seule unité n’avait chargé le centre de la Force unie. Au lieu de cela, il y avait eu une série d’attaques à distance lorsque la Force unie avait riposté.

Alors qu’ils observaient la situation depuis le camp principal de la Force unie, Shamour et Mathew étaient devenus suspicieux.

« Que se passe-t-il ? » demande Shamour. « Ne prévoient-ils pas d’essayer d’attaquer par le centre ? »

« Ils se sont complètement arrêtés. Bien que ce soit ce que la tactique établie dicterait… »

« Ils ne peuvent pas être sains d’esprit, nous défier de front avec un nombre inférieur de soldats. »

Mathew avait acquiescé. « Je suis d’accord. La force de Malmkhitan réside dans la mobilité et la force de pénétration qu’ils ont en tant que peuple des steppes. Je me souviens très bien à quel point leurs charges étaient redoutables lors de la vague démoniaque. C’est pourquoi nous avons fait plus que nécessaire pour nous y préparer… »

En disant cela, Mathew regarda vers le lanceur de carreaux à répétition anti-aérien. Ils l’avaient transporté du château de Gabi et l’avaient installé ici en préparation d’une charge de l’armée de Fuuga. Si l’on considère le courage téméraire de Fuuga, il était tout à fait possible qu’il se précipite seul sur le dos de Durga, c’était donc une mesure contre cela. Pourtant, malgré leur préparation minutieuse, il n’y avait pas eu de charge de l’armée de Fuuga, laissant Mathew et les autres déçus.

« Il semblerait que Fuuga n’ait pas concentré sa force au centre…, » dit Shamour en désignant le côté gauche du champ de bataille.

C’est là que 1 000 hommes de Fuuga affrontaient 3 000 hommes de la Force unie. Bien qu’ils soient trois fois plus nombreux, l’armée de Fuuga avait mis la Force unie en échec.

En plissant un peu plus les yeux, ils pouvaient voir quelque chose qui sautait comme des puces sur le champ de bataille. C’était la cavalerie bondissante de Malmkhitan.

« Si nous pouvons voir autant d’individus de la cavalerie bondissante, ce millier doit être la force la plus puissante de Fuuga. Et… bien que ce soit trop loin pour que nous puissions le voir d’ici, ils doivent également avoir arrêté notre attaque sur le côté droit. Les mille sur le flanc gauche de Fuuga doivent aussi être des guerriers d’élite. »

« Cela signifie que Fuuga a placé ses forces les plus puissantes sur les flancs, alors… »

Shamour hocha la tête en accord avec Mathew, en caressant sa barbichette. « Alors, son objectif n’était-il pas de percer le centre ? Veut-il vaincre nos flancs et nous encercler sur trois côtés ? Ou peut-être veut-il écraser l’une des armées sur nos flancs, puis attaquer par le côté… ? »

« L’attaque latérale semble la plus probable, mais… s’il faisait ça, il aurait concentré sa force sur un seul flanc. C’est ce que je ferais. La réussite d’un encerclement ou d’une attaque latérale dépendrait de la rapidité avec laquelle vous pouvez vaincre votre adversaire. »

« Je suis d’accord. S’il prend trop de temps, des renforts vont arriver du centre… Bien, envoyez un message aux unités à l’arrière du centre ! »

Shamour ordonna à ses hommes de prendre 1 000 hommes du centre vers chacun des flancs à cause de la fusillade prolongée. Maintenant qu’ils savaient que les élites de Fuuga étaient sur leurs flancs, il n’y avait plus de raison de rendre leur propre centre inutilement épais.

Mathew se caressa le menton en regardant. « Il se pourrait que l’objectif de Fuuga… soit d’attaquer nos flancs aujourd’hui afin d’affaiblir le centre. Puis, demain ou plus tard, une fois que nous serons prédisposés à croire que la majorité de sa force se trouve sur ses flancs, il placera ses élites au centre, et tentera une percée rapide. »

« Hmm… Dans ce cas, nous devons simplement être prudents dans nos déploiements de troupes, comme aujourd’hui. Le plus gros problème sera de savoir s’il a un autre plan en tête, » dit Shamour en regardant le château derrière eux. « Le château de Gabi n’a presque plus de défenseurs. Fuuga a laissé cinq cents hommes au fort de Sebal, près de l’entrée des plaines, non ? Que pensez-vous d’un plan visant à déplacer secrètement ces cinq cents hommes pour prendre le château de Gabi ? »

« S’ils viennent au château de Gabi… ça rend les choses plus faciles, » dit Mathew avec un sourire en coin. « En fait, nous devrions laisser entrer toute l’armée de Fuuga. »

« Quoi ? »

« J’ai dit aux défenseurs de mettre le feu à leurs provisions si le château semble devoir tomber. C’est un territoire ennemi pour Fuuga. S’il tente de s’installer ici pour un siège sans ravitaillement ni renfort, combien de temps pourra-t-il tenir ? Nous, en revanche, nous continuerons à recevoir des provisions tant que nous tiendrons la sortie sud-est vers les plaines de Sebal. »

« Je vois. Ce serait plus facile si nous leur donnions le château, oui, » approuva Shamour de bon cœur, en faisant claquer l’épée à sa taille. Mathew avait souri ironiquement.

« Eh bien, étant donné la nature sauvage de Fuuga et son flair pour le danger, je doute qu’il se laisse prendre à un tel stratagème. Je pense qu’il est préférable d’essayer de lui faire baisser sa garde et de tenter un assaut par le centre. »

« Alors c’est une bataille d’endurance aujourd’hui… Quel mal de tête ! »

Tous les deux avaient regardé la bataille s’enliser dans une impasse.

 

◇ ◇ ◇

Dans le coin sud-ouest du champ de bataille que Shamour et Mathew avaient observé, les commandants de Fuuga, Shuukin et Gaten, se déchaînaient avec leur cavalerie bondissante.

En comparaison avec le sage et courageux Shuukin, Gaten était timide et ne cherchait pas à attirer l’attention, mais il pouvait faire preuve d’ingéniosité dans les situations difficiles, et était un bon commandant capable de penser de manière flexible.

« Haaah ! »

Alors que son temsbock bondissant touchait le sol, Gaten fit claquer ses deux fouets de fer, en enroulant l’un autour du cou d’un homme et le brisant, tandis que la pointe de l’autre transperçait la gorge d’un autre homme. Son style de combat polyvalent et le bruit de ses fouets terrifiaient les soldats qui l’entouraient.

« Qu’est-ce que c’est ? Aucun d’entre vous n’ose m’approcher ? Mais vous vous êtes opposés au Seigneur Fuuga. Et j’avais aussi tellement hâte de voir quels braves généraux la Force unie avait ! »

Malgré ses railleries, les soldats de la Force unie avaient trop peur pour s’approcher des fouets de Gaten.

« Honnêtement… Vous ne valez même pas la peine que je perde mon temps. Je passe à autre chose… »

Une fois qu’il eut confirmé que personne ne viendrait à lui, Gaten commença à regarder attentivement la zone. À une courte distance, il vit Shuukin couper les bras d’un soldat à cheval et empaler la gorge de l’homme. Gaten s’était précipité à ses côtés.

« C’est irritant, de devoir rester au même endroit pendant le combat. N’êtes-vous pas d’accord, Seigneur Shuukin, bras droit de notre seigneur ? »

« Gaten. Il n’y a pas de temps pour les bavardages inutiles sur le champ de bataille, » dit Shuukin sans même le regarder. Gaten haussa les épaules.

« Je ne vois pas pourquoi. Nous passons un moment assez facile. Si, au lieu de cette force mixte de cinq cents cavaliers et cinq cents cavaliers bondissants, nous pouvions appeler Moumei ou Kasen du côté nord et réunir un groupe de mille cavaliers bondissants, nous pourrions briser ces pitoyables soldats avec facilité. »

« Nos ordres étaient de les retarder…, » dit Shuukin en abattant sa lame sur un soldat ennemi qui s’approchait de lui. « Je suis sûr que le Seigneur Fuuga a une idée en tête. Nous devons juste faire confiance à notre seigneur, et mettre nos prouesses martiales au travail. Ou bien ai-je tort ? »

« Non, vous n’avez pas tort, » dit Gaten en faisant claquer son fouet. Crac ! Il traça un arc bas, envoyant trois fantassins ennemis voler d’un coup.

Puis, attrapant le bout de son fouet lorsqu’il revient, Gaten gloussa.

« Pour moi, il a été surprenant de voir notre seigneur commencer à nous donner des ordres aussi précis. Il a toujours été meilleur pour charger et écraser ses ennemis. »

« Il a dû se rendre compte que ce n’était pas suffisant, n’est-ce pas ? Seigneur… Fuuga Haan a les yeux fixés sur quelque chose qui dépasse ce genre de conflit interne, une conquête plus lointaine. » En disant cela, Shuukin leva les yeux vers un ciel jaune à cause de la poussière soulevée.

Jusqu’où Fuuga pourrait-il grimper à partir d’ici ? L’endroit où il allait n’avait pas d’importance. La distance n’avait pas d’importance. Ils voulaient le suivre. Ils voulaient poursuivre le rêve de Fuuga ensemble. C’était ce que tous les disciples de Fuuga souhaitaient.

Soudainement… Le temsbock de Gaten avait fait un bond. Ce faisant, l’herbe haute où se trouvait Gaten fut instantanément fauchée à moins de la moitié de sa hauteur précédente. S’il était resté au sol, Gaten aurait perdu ses pieds et la moitié inférieure de son temsbock.

« Hé ! Belle esquive ! » Un grand homme portant une énorme hache marchait vers eux à pas lourds. « Je n’en attendais pas moins de l’un des commandants de Fuuga. Vous êtes bien entraînés. »

Surpris, Shuukin demanda : « Qui va là… ? ? »

« Nata Chima, commandant du Royaume de Sharn, » se présenta l’homme à la grande hache.

Il était le deuxième fils de la Maison de Chima. Bien qu’il soit plus jeune qu’Hashim, le fils aîné, son expression sévère le faisait paraître plus âgé qu’Hashim qui avait une vingtaine d’années.

Levant sa hache, Nata semblait les jauger tous les deux en parlant. « D’après le combat terne qui se déroule au centre, il semble que Fuuga ne soit pas là. J’espérais pouvoir le combattre si je venais de ce côté, mais… il n’est pas là, hein ? »

« Nous n’avons aucune raison de vous dire ça ! » cria Gaten en envoyant son temsbock dans un grand saut.

Puis, balançant les deux fouets, il avait essayé de percer le cou de Nata des deux côtés. Cependant, Nata avait laissé tomber sa hache au sol, attrapant les deux fouets dans ses mains.

« Quoi !? » Gaten s’écria de surprise. Nata avait souri.

« Un tour intéressant ! Mais je l’ai vu venir ! »

Nata tira sur les extrémités des fouets qu’il tenait, faisant tourner son corps comme s’il faisait un lancer de marteau. Gaten avait été envoyé en l’air avec son temsbock, mais il avait lâché ses fouets en plein vol et avait utilisé les rênes pour atterrir tant bien que mal.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire