Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Des vacances à Sandiano

***

Chapitre 3 : Des vacances à Sandiano

Partie 1

« Bon, c’est parti ! »

À la suite de la voix animée, le ballon de plage s’élança dans le ciel. Hinazawa, qui avait lancé la balle avec un service sournois, étendit de toutes ses forces ses très jeunes membres qui ne semblaient pas appartenir à une jeune fille de 17 ans et exprima le bonheur avec tout son corps. Je pensais qu’elle porterait un maillot de bain de l’école, mais non, elle portait un bikini. Et l’exposition de sa peau était assez élevée. Le bikini qui cachait cette poitrine presque plate n’allait-il pas finir par glisser ? Je me sentais nerveux rien qu’en la regardant. Cependant, le regard des autres autres était cloué sur le ballon de plage plutôt que sur le corps immature de Hinazawa.

Non, il y avait eu une exception. Le regard de Leonhardt suivait Hinazawa depuis un certain temps. Mais pas au point de la regarder d’un air pensif. Il la regardait fixement. Au contraire, il s’était allongé sur la plage de sable il y a quelques instants pour avoir la meilleure vue d’un angle très bas. Sans surprise, il avait été réprimandé par Asagiri, et maintenant il était assis bien droit, à la regarder. Finalement, il continua à la regarder d’une manière lubrique, et il était clair qu’il n’avait pas hésité.

Il connaît le goût du fruit interdit appelé loli légal bien qu’il soit allemand. Comme on peut s’y attendre de la part d’un certain Akihabara l’Allemagne.

Hinazawa frappa à nouveau le ballon de plage, recevant le regard de l’Allemagne et le mien. Oh, je le dis, mais je regarde tout le monde à tour de rôle, vous voyez ? Cela ne voulait pas dire que j’aime Hinazawa. Pas du tout, je veux juste m’en assurer.

La balle qui avait semblé flottée doucement tomba sur le côté de son adversaire, avec derrière lui le ciel bleu et les nuages blancs.

« Très bien ! Laissez-moi faire ! »

Ougiya, qui éclaboussait du sable et portait un maillot de bain trop grand pour lui, avait poursuivi le ballon. Lorsqu’il l’avait repoussée avec ses poings, le ballon avait de nouveau tournoyé dans les airs. Le prochain point de chute se situait juste entre Asagiri et Yuuki.

« Je te laisse faire, Uiko-chan ! » Se retenant, ne touchant pas la balle et s’inquiétant pour Yuuki, Asagiri la lui avait laissée.

« Eh !? O-oui ! » Yuuki la relança magnifiquement toute faisant sortir une voix troublée.

Oui, maintenant que je la vois, cette Yuuki Uiko, elle possède d’excellents réflexes. Comme prévu pour une classe de combat au corps à corps. Son maillot de bain était une robe, la seule parmi les filles. Sa défense semblait être élevée. Et comme s’il visait cela, Asagiri avait dû faire un splendide saut avec un style de déesse. Son corps était blanc et souple. Ses membres étaient longs et sa taille fine. Ses riches seins, qui n’étaient pas adaptés à son corps élancé, montraient les résultats des calculs physiques qui étaient en harmonie avec les mouvements liés au saut. Ses seins recouverts d’un bikini blanc avaient émergé comme s’ils étaient libérés de la gravité.

 

 

« Ha. » Cria-t-elle.

L’énergie stockée dans le dos replié s’était immédiatement libérée, et son bras souple relança la balle.

« Comme si je vous laissais faire ! » cria Ichinomiya.

Ichinomiya sauta et il effectua un mur pour intercepter la puissante relance. Le ballon, qui avait été repoussé par le blocage d’Ichinomiya, avait dévié sur le côté, avait fait un bruit fort et était tombé devant moi, assis dans un transat.

« Désolée, Doumeguri-kun, » déclara Asagiri.

Asagiri s’était précipitée vers moi dans une démarche sautant. Chaque fois qu’elle le faisait, ma conscience était amenée aux seins qui montaient et descendaient. Quel redoutable leurre !

J’avais ramassé le ballon, en me penchant vers l’avant. Puis j’avais présenté le ballon à Asagiri qui était arrivée devant moi.

« Merci, Doumeguri-kun, » déclara Asagiri.

Le maillot de bain d’Asagiri était littéralement éblouissant. Ce n’était pas seulement à cause du ciel bleu sur son dos. La peau et le maillot de bain blanc d’Asagiri brillaient en raison de la sueur. Son beau corps et son sourire éclatant, aussi fort que le soleil tropical, étaient trop éblouissants pour que je continue à tromper tout le monde.

Voici la ville de Sandiano que nous avions vu depuis la sortie du donjon. C’était comme une ville faite pour la pêche et le tourisme. Elle était située sur le côté opposé de Caldart, de l’autre côté des montagnes de Rummel.

Comme il s’agissait d’une zone non découverte, toutes sortes d’informations et d’objets spéciaux pouvaient être obtenus. Nous avions décidé de nous installer ici pour un temps et de rassembler des informations.

« Hé, Doumeguri-kun, ne veux-tu pas jouer avec nous ? » demanda Asagiri.

J’avais jeté un coup d’œil sur les personnes qui s’amusaient avec le beach-volley.

Six femmes et trois hommes. Hein ? Il n’y a que deux hommes… oh, Yamada était là aussi ? Avec un sourire vivifiant, Ichinomiya m’avait remarqué.

« Merci d’avoir aidé Akira-kun, » déclara Asagiri.

Puis Asagiri regarda Ichinomiya puis elle me regarda et sourit de tout son visage.

« Non… Je n’ai rien fait de tel, » répondis-je.

« Tu mens, » déclara-t-elle.

Alors qu’elle sourit joyeusement, Asagiri se pencha en avant, s’approchant de mon visage.

« H-hey. Ne rapproche pas ton visage du mien aussi proche. Ichinomiya est juste là ─ non, ce n’est pas bon même s’il n’était pas là, » murmurai-je.

« — ? Pourquoi ? » demanda Asagiri.

Ne me demande pas pourquoi. Tu me demandes même avec des yeux perplexes.

« Parce qu’Asagiri, tu es avec Ichinomiya… Je n’en sais pas trop, mais vous sortez ensemble, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Gah, putain ! Quand je le dis comme ça, ça fait mal, tu sais ?

Asagiri me fixa un instant. Elle ferma les yeux puis elle exprima sur sa bouche un sourire différent de celui de tout à l’heure.

« Je vois. Donc ça ressemble à ça… comme je le pensais, » déclara Asagiri.

?

Attends, cela signifie-t-il que vous ne sortez pas ensemble ?

« Hehehe, c’est gênant, » Asagiri avait souri comme si elle était un peu gênée.

Guwah ! N’est-ce pas un dérapage ? Ce n’est pas ce à quoi tu t’attendais, idiot ? Alors qu’elle se levait, Asagiri regarda à nouveau Ichinomiya.

« Mais… Akira-kun est ─ , » murmura Asagiri.

Hmm ? Ta façon de le dire possède une sorte de sens caché. Après tout, ils sont ─,

« As-tu une minute ? »

Une voix inattendue s’était immiscée dans la conversation. Je m’étais retourné et Busujima, en bikini floral tape-à-l’œil, me regardait de haut.

Asagiri avait souri comme si elle était troublée.

« Qu’y a-t-il, Busujima-san ? » lui demanda-t-elle.

Elle avait regardé Asagiri et lui avait dit comme si elle crachait. « Je n’ai pas d’affaires avec toi, Asagiri-san, mais avec ça. »

Ça… ? On me montre du doigt, mais est-ce qu’elle parle de moi ?

« Oh, je vois. À plus tard, Doumeguri-kun. Si tu changes d’avis, viens nous voir, » déclara Asagiri.

Asagiri m’avait fait un sourire en guise de cadeau d’adieu et était retournée au groupe de volley-ball de plage. Tout bien considéré, Asagiri ne sort pas avec Ichinomiya, n’est-ce pas ? Pour une raison inconnue, un arrière-goût complexe est resté… bon sang, la suite de l’histoire me dérange, mais faire semblant d’être une nuisance est…

« — … Alors, que puis-je faire pour t’aider ? » demandai-je.

J’avais regardé en même temps vers Busujima, il y avait deux parapluies alignés pas si séparés l’un de l’autre. Sous l’un d’eux, il y avait la silhouette de Miyakoshi se reposant gracieusement sur le lit de plage. Jusqu’à présent, Busujima dormait à côté d’elle, mais que veut-elle de moi ? Qu’est-ce qu’elle est venue me dire ?

Serait-ce cela ? Lorsque j’étais entré dans son champ de vision, sa bonne humeur s’était affaiblie. Tu es venue pour dire cela. Alors pourquoi ne vas-tu pas ailleurs ? Alors, je peux te comprendre.

« Doumeguri, de quoi parlais-tu avec Asagiri-san ? » me demanda Busujima.

« Hmm… rien vraiment. “Ne veux-tu pas jouer avec nous ?”, a-t-elle dit, » répondis-je.

Busujima avait montré un sourire plein de sarcasme. « Tu n’as pas ce qu’il faut pour jouer au beach-volley, n’est-ce pas ? »

C’est vrai, mais il n’y a pas de raison que d’autres le disent.

Je pensais que la vitupération allait continuer, mais contrairement à mes attentes, et pour une raison ou une autre, Busujima n’avait rien dit. Elle était restée silencieuse pendant un moment, mais elle avait plié les bras et ouvert la bouche comme pour se décider. « Tu vois… »

Mais là encore, elle hésitait à le dire. Mais je pouvais imaginer ce qu’elle voulait dire. Peut-être est-elle venue m’interdire de parler de la chose qui se trouvait dans le donjon lorsque je lui ai administré l’Ecstas.

Je n’avais vraiment rien fait parce que j’étais convaincu que Busujima ne répandrait pas de rumeurs en raison de son caractère et son mode de pensée. Et, étant donné sa position actuelle dans la classe, c’était plutôt un fait qu’elle voulait garder le secret.

« N’as-tu pas l’air un peu bizarre ? Busujima-san, » demandai-je.

Busujima avait rougi soudainement et s’agita comme si elle paniquait. « H-hey ! Ne te méprends pas ! Je n’en connais pas la raison ! Honnêtement, c’était dégoûtant, comme un cauchemar ! Pour moi, c’est quelque chose qui n’existe pas ! C’est totalement incompréhensible comme ─ . »

« Comme si c’était du poison ou autre chose ? » demandai-je en le lui proposant.

« — … Hein ? » s’exclama-t-elle.

« Peut-être que l’épée utilisée par l’orc était une sorte d’objet spécial ou qu’il y avait un piège à poison dans cette pièce… à ce stade, je ne comprends plus, » répondis-je.

Busujima jouait avec ses cheveux comme pour les rafistoler. « Je vois. C’est vrai… il n’y a aucune chance que j’ai pu faire quelque chose comme ça avec toi… »

Je m’étais levé de ma chaise longue. J’avais mis mes mains dans les poches de mon sweat à capuche et j’avais placé les sandales sur mes pieds nus qui sortaient du short.

« Busujima-san, puis-je te demander de garder le secret ? » demandai-je.

« Hein ? » Comme si elle avait été prise par surprise, Busujima s’était figée avec la bouche encore ouverte.

« Busujima-san, s’il s’avère que j’ai te fait une telle chose à toi, qui es au sommet de la caste de l’école, ma vie sera finie, » déclarai-je.

« C’est vrai, tu as raison, » répliqua-t-elle.

Busujima avait ri avec un visage partiellement agité. Elle l’avait dit d’une manière étrange, alors qu’elle secouait son corps avec ses doigts liés.

« On ne peut rien y faire. Je ne peux qu’être silencieuse. Je suis une victime. Si cela devait être connu, tu serais certainement vu comme un criminel. Ahahahahahaha, » déclara-t-elle.

J’avais montré un sourire peu sincère et j’avais tourné le dos à Busujima.

« Ah… »

J’avais cru avoir entendu sa voix dire quelque chose, mais je n’avais pas l’obligation de m’associer avec elle plus que cela. Busujima devrait être soulagée pour le moment.

J’étais allé ailleurs pour être seul. Je pense que c’était mieux ainsi et donc, j’étais parti me promener sur la plage. La brise marine était agréable et le bruit des vagues était doux à mes oreilles.

Cela m’avait certainement guéri.

Dois-je penser à mon prochain mouvement pendant que je suis dans cette ville ? Je devrais retourner à Infermia ce soir et faire mon rapport à Aikawa-san. Ah ! On me criera dessus pour avoir encore échoué ! Rien qu’en l’imaginant, mon cœur qui avait guéri à l’instant même était sur le point de mourir de stress.

J’avais marché sur la plage de sable, alors que de gros rochers se trouvaient devant moi.

***

Partie 2

Une paroi rocheuse était apparue à partir d’ici. D’après la vue qui s’offrait à la sortie du donjon, il devrait y avoir un port au-delà de cette paroi rocheuse. Dois-je essayer de rassembler des informations par moi-même ?

Quand j’avais pensé à ça, j’avais quitté l’estran et j’avais marché vers le remblai, puis j’avais entendu un son agréable et beau.

Hmm ? Une voix humaine… une voix qui chante ?

J’avais entendu une voix venant de la mer.

Un événement déclencheur est-il caché dans cet endroit ?

J’étais allé dans la mer avec mes sandales. La sensation de mes pieds qui se frayaient un chemin à travers les vagues et la sensation de fraîcheur m’avait fait tellement plaisir. Il semblerait que ce soit la mer avec dessous, une large plage peu profonde. La plage avec de l’eau au-dessus de mes genoux avait continué pendant un moment. Je regardai mes pieds cachés dans les sandales, ils étaient clairement visibles. C’était vraiment une mer très transparente et très belle.

Je réalisai soudain que j’entends la voix chantante derrière moi.

Est-ce qu’il s’agissait de monstres qui chantent dans l’océan ? Est-ce une sirène ou quelque chose comme ça ?

Une vision choquante m’avait sauté aux yeux alors que je me retournais par inadvertance.

Parce que le propriétaire de la chanson était là.

Ce n’était pas une sirène, mais ce n’est pas non plus différent d’un monstre.

Dans un sens, ce n’était rien d’autre qu’une menace pour moi.

Comment décrire cette situation et ce que je ressens actuellement ?

La peur.

Il n’y a que ça, car ─.

Shizukuishi Non, qui chantait et dansait en bikini noir, était juste devant mes yeux.

C’était dans un endroit secret entouré de parois rocheuses et visible uniquement depuis la mer. Une plage privée d’environ 5 mètres de diamètre, comme si on avait oublié d’y placer des rochers.

Là, Shizukuishi Non chantait seule, apparemment heureuse.

C’est une chanson différente de celle que j’avais entendue sur le toit de la salle de la guilde. La dernière fois, sa chanson était encore calme, mais elle ne faisait aucun geste. J’avais été surpris par le chant, et pourtant, cela correspondait à l’image de Shizukuishi.

Cependant, c’est mauvais.

C’était cette fois une mélodie pop et lumineuse comme celle d’une Idole. Elle avait dû être affectée par l’ambiance de la station tropicale et elle avait fini par s’exciter, non ? Une danse agile comme si quelque chose s’était ouvert en Shizukuishi avait été faite en même temps. Entourée de parois rocheuses sur trois côtés, elle ne craignait pas que quelqu’un puisse la voir. Un tel sentiment de sécurité avait peut-être rendu Shizukuishi plus audacieuse.

Shizukuishi exécuta des pas de danse sur la scène, la plage de sable qui était imprégnée et légèrement durcie par l’eau de mer. Comme elle ne portait qu’un bikini, ses modestes seins tremblaient plus que ceux d’Asagiri, et leur présence était séduisante. Lorsqu’elle se retournait, elle secoua sa taille fine comme pour faire tourner ses fesses. La façon dont elle bougeait sa taille était étrangement mignonne et sexy.

Soudain, Shizukuishi m’avait vu.

Et elle avait retenu son souffle.

Les yeux de Shizukuishi et les miens s’étaient alors heurtés.

Ses yeux clairs fixaient mes yeux.

En un instant, des sueurs froides avaient jailli de tout mon corps.

Shi… Shizuku, Ishi ?

Et Shizukuishi afficha un large sourire.

Elle ne portait pas de lunettes.

Elle ne me voit pas !?

La fatigue m’avait soudainement frappé au moment où j’avais perdu mes forces. J’avais laissé échapper un soupir de soulagement et j’avais fixé à nouveau son sourire.

Pour une raison inconnue, j’avais à nouveau arrêté de respirer.

Je ressentais le sentiment que quelqu’un saisissait fermement l’intérieur de ma poitrine.

Mon train de pensée avait suspendu toute opération.

C’était comme si l’intérieur de ma tête et de ma poitrine était complètement aspiré par ce sourire et se vidait.

Qui est-ce ?

C’était Shizukuishi, mais ce n’était pas la Shizukuishi que je connaissais.

Une voix claire et belle. Et la chanson était incroyablement belle.

Et son plus grand sourire du fond du cœur était magnifique.

Elle exprimait avec son corps, ses gestes et sa voix que chanter était un bonheur.

Je l’avais regardée avec étonnement, comme si j’étais envoûté. Cependant, au fur et à mesure que la situation s’était imposée dans ma tête, mon jugement froid avait pu s’exprimer tardivement.

 

Mais ma vie est en danger.

 

Elle ne portait plus de lunettes maintenant. C’est pour cela qu’elle ne me voit pas. Mais que se passera-t-il si elle se rendait compte que je la regardais ? Cette situation était embarrassante, et elle ne devait pas être comparée à la fois sur le toit de la salle de la guilde. Je vais mourir. Je vais mourir de honte. Mais Shizukuishi va me tuer, n’est-ce pas ?

Lentement, lentement… Même si sa vue est mauvaise, elle peut remarquer que quelque chose bouge.

À ce moment-là, Shizukuishi m’avait soudain fixé du regard.

─ !!

Je m’étais figé dans une pose incomplète alors que j’essayais d’avancer.

Bon sang ! Détourne-toi maintenant ! J’étais debout sur une jambe, la puissance des vagues me semble excessivement forte ! Je ne pourrai pas les supporter à ce rythme !

Face à moi, Shizukuishi avait fait un beau sourire en agitant ses mains. Peut-être qu’elle agitait la main devant un public qui n’était pas là. Ce service au fan est assez bon, alors fais demi-tour rapidement ! Pour moi, au contraire, il semblerait qu’elle se moquait de moi. Allez ! Elle était si mignonne que je ne pouvais pas m’agitait, mais c’est tellement absurde que je m’agitais, et c’était comme si j’étais tombé dans un cercle infernal !

Je m’étais dit de calmer mon cœur qui sonnait comme une sonnette d’alarme.

Calme-toi, ta chance sera au moment où elle aura fait demi-tour. Dès que Shizukuishi détournera le regard de moi, je me retirerai de cette situation en me précipitant. Certains bruits de l’eau devraient être noyés par le bruit des vagues. Il était plutôt dangereux de maintenir une telle situation de « feu rouge feu vert » pour toujours. Shizukuishi avait terminé alors que j’hésitais, puis elle avait porté ses lunettes et c’était la fin de la route. Ma vie s’était effondrée.

Shizukuishi m’avait tourné le dos comme si elle répondait à mes attentes.

Très bien ! Maintenant ! Maintenant, je vais graver la victoire dans l’horizon de l’aube !

J’avais commencé à courir, en soulevant des éclaboussures d’eau.

Shizukuishi, dont je pensais qu’elle m’avait tourné le dos, s’était tout de suite tournée, m’avait pointé du doigt et avait fait un clin d’œil et une action comme si elle tirait avec un fusil. Maudit sois-tu ! Qu’est-ce que c’est que cette feinte !? Tu débordes d’intentions meurtrières !

J’avais arrêté de bouger.

Mon cœur sonna comme une cloche. J’avais eu l’impression d’entendre un bruit dans mon cœur. Comment pouvait-elle entendre le son de mes palpitations ? Je le pensais parce que l’environnement devenait plus calme. La chanson de Shizukuishi s’était arrêtée. Je regardais avec crainte vers Shizukuishi alors que tout mon corps était couvert de sueur froide.

Shizukuishi s’arrêta de chanter, fronça les sourcils et ferma les yeux en partie vers moi. Ensuite, elle avait laissé le bout de ses doigts flâner dans l’air.

J’avais senti un mystérieux compte à rebours derrière Shizukuishi. C’est un compte à rebours vers la mort. Alors que Shizukuishi arrêta le bout de ses doigts, ses lunettes étaient posées sur son visage. À ce moment, le chiffre derrière elle était devenu zéro. Ces chiffres avaient la même signification qu’une condamnation à mort.

— … !? … !!!??

Shizukuishi avait ouvert les yeux au maximum de ses possibilités et s’était solidifiée comme une pierre.

« — Q... Quelle… coïncidence, tu ne trouves pas ? » demandai-je.

Je l’avais salué d’une voix tremblante, mais Shizukuishi laissa ses lèvres s’agiter, sa bouche encore ouverte. Son visage était instantanément couvert de sang et la sueur commença à couler comme une cascade.

« Je te le dis, mais je n’ai rien vu ! Ah, non ! L-La mer ! J’ai observé la mer pendant tout ce temps. Non ─ je ne t’ai pas du tout remarquée… hé, Shizukuishi-san ? Que fais-tu ? » demandai-je.

Ayant les larmes aux yeux, Shizukuishi avait fait fonctionner le menu, en faisant bouger le bout des doigts à une vitesse incroyable.

« Excuse-moi ! Pourquoi sors-tu ton manteau et ton grimoire ? Le livre va être mouillé, alors mieux vaut le fermer ! C’est ma pensée logiqqqqqqqqqqqqque ! » déclarai-je.

Le grimoire de Shizukuishi s’était ouvert et une lumière rouge avait commencé à briller.

« “Mégadestruction !!” » cria Shizukuishi.

L’instant d’après, une onde de choc avait emporté mon corps. La magie offensive explosive de Shizukuishi qui avait utilisé toute sa puissance avait créé une colonne d’eau de 10 mètres de haut, l’onde de choc s’était répandue sur la mer en formant des cercles.

« Je croyais être mort…, » murmurai-je.

« Donc tu n’es pas mort…, » Shizukuishi s’était assise sur le sable, avait saisi ses genoux et avait murmuré en se retournant.

Comme Shizukuishi était au bout du rouleau, son objectif avait échoué, ce qui m’avait sauvé. J’avais été soufflé sur des dizaines de mètres, et mes points de vie avaient presque complètement disparu.

Cet endroit était la scène de Shizukuishi il y a quelques instants, mais maintenant nous étions assis sur la plage de sable.

« Pas une, mais deux fois… le fais-tu exprès ? … Est-ce vraiment exprès ? Es-tu un harceleur ? » me demanda-t-elle.

J’avais remarqué que sa colère s’était calmée, soit parce qu’elle s’était calmée en tirant la magie explosive, soit parce qu’elle avait été attaquée par la haine de soi. Cette fois-ci, il n’y avait aucun signe de rage remontant à la surface, elle avait continué à se sentir déprimée. Elle s’était mise à genoux et avait enterré son visage dans ses bras, et avait récité avec grogne des mots de profond ressentiment. D’une certaine manière, j’avais l’impression d’être maudit par la vraie magie, alors, pourquoi ne pas arrêter s’il te plaît ?

« Ah, euh… c’est juste une coïncidence. Je voulais juste être éloigné de tout le monde pendant un certain temps, alors j’ai pensé à être seul… nous avons pensé la même chose et nous avons fini par venir au même endroit, n’est-ce pas ? Haha…, » déclarai-je.

« — … »

Kuh, quelle est cette pression silencieuse que je ressens sur le côté ?

« La mer est belle, n’est-ce pas ? Je suis un peu agité par ça, vois-tu, oui, » déclarai-je.

Elle me surveillait depuis l’espace entre ses bras. « Pas vraiment. Je dirais que je n’aime pas ça. »

Tu mens. Tu as été extrêmement joyeuse, n’est-ce pas ?

« Est-ce que c’est si… mais j’ai vu que tu étais de bonne humeur, » répondis-je.

« — ! Il n’y a aucune raison à cela. Je ne suis pas stupide alors je ne vais pas agir comme tout le monde alors qu’il n’y a pas de bruit ici. »

Eh bien ─, je pense que tu as dépassé le bruit de dix personnes.

« As-tu quelque chose à dire ? » me demanda-t-elle.

« Non ! Eh bien oui, arrête de mettre la main sur ton grimoire ! Et franchement, range-le vite ! » demandai-je.

Shizukuishi bougeait à contrecœur ses doigts en l’air. Puis la cape et le livre sur le côté disparurent comme s’ils s’étaient effacés.

« Je sais ce que tu vas dire. Je suis aussi en pleine jeunesse, mais le sentiment de passer chaque jour à s’amuser au maximum n’est pas à mon goût, » déclara Shizukuishi.

Elle avait légèrement levé le visage et m’avait regardé à nouveau.

« Je ne le pense pas. Je pense certainement que tu as déjà passé la prochaine étape, » déclarai-je.

Quelle mauvaise plaisanterie ! Ce n’est pas le cas, tant s’en faut.

 

 

« Qu’est-ce qu’il y a, Shizukuishi ? Ton plan est probablement d’être dans un gang autonome, mais tu penses que ces gars, nos compagnons de la 2A, sont un peu cool et mystérieux, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Arrête, » déclara-t-elle.

Ah, c’est un visage vraiment désagréable.

***

Partie 3

Cependant, elle avait soudainement souri comme si elle avait trouvé quelque chose. Voilà ! C’est le mauvais sourire de Shizukuishi.

« — … Si c’était Hellzekter, j’aimerais m’y joindre, » déclara Shizukuishi.

Ne plaisante pas ! Ils te refuseront fermement ! Le rejet de ta demande est réglé !

« Attends, ne me dis pas que tu penses à changer de camp pour aller du côté du Roi-Démon ? » lui demandai-je.

« Fufufu. Peut-être, » l’avait-elle dit, alors qu’elle souriait d’une manière diabolique.

J’étais vraiment même impressionné par la différence de son sourire quand elle chantait il n’y a pas si longtemps. Dois-je… essayer de lui demander son souhait ou sa raison au cas où ?

« Cela va sans dire, mais ne le dit pas au reste du groupe, même pas pour plaisanter, d’accord ? Et il semble que tu aies pris goût au Roi-Démon Hellshaft depuis un certain temps déjà. Y a-t-il une raison à cela ? » demandai-je.

« Comment se fait-il que tu n’aies pas ce sentiment même après l’avoir confronté directement une fois ? » demanda-t-elle.

Après m’avoir regardé comme si je voyais des ordures, Shizukuishi s’était mise à m’ouvrir son cœur. « Dans notre monde… J’ai eu beaucoup de problèmes dans ma vie privée. »

Shizukuishi ? 

« Oh, ce n’est pas comme si je parlais de choses aussi sérieuses, tu sais ? C’est une histoire idiote même si je le dis moi-même. Mais ce problème insignifiant ne disparaît pas de ma tête, je suis constamment inquiète…, » déclara Shizukuishi.

Hé, es-tu sérieuse ? Dans un sens, c’est plus surprenant que l’idole sur scène. Je n’avais jamais pensé, dans mes rêves les plus fous, que Shizukuishi me dirait quelque chose d’aussi personnel.

« Je ne peux même pas décider de ma propre vie sans le consentement des autres… Je ressens tellement de colère envers une société aussi déraisonnable. Est-ce ma vie ? Et pourtant, pourquoi n’ai-je pas le droit de décider de ce qu’il faut faire sans que les autres y consentent ? Je suis en colère contre les autres et la société, mais ce que je ne peux pas pardonner le plus… c’est que je ne peux pas moi-même inverser cette situation, » continua-t-elle.

Le bout des doigts de Shizukuishi s’enfonça dans la douceur de ses bras.

« Je ne fais que des bavardages, après tout, je n’ai pas la débrouillardise ni la capacité de gagner ma vie et de subsister par moi-même. Je ne peux pas prendre de décisions ni agir. Plus j’y pense, plus j’en ai marre de ce sentiment d’impuissance que j’ai. Je dis souvent que je serai diplômée d’une université et que je ferai ce que j’aime quand je serai grande ! Mais je ne sais pas s’il n’est pas trop tard ! » continua-t-elle.

Sans pouvoir intervenir, j’avais écouté attentivement les paroles de Shizukuishi en silence.

« — … Mais le Roi-Démon Hellshaft est différent, » continua Shizukuishi.

Elle avait levé le visage et avait marmonné comme si elle rêvait d’une manière ou d’une autre.

« Il agit comme il lui plaît, en fauchant le bon sens, la raison, la morale, les liens d’obligation, tout. Et fais complètement ce qu’il veut. Il a une présence écrasante et une vraie force. Je veux être une telle existence transcendantale, » déclara Shizukuishi.

« — … Vraiment ? » demandai-je.

Le Roi-Démon Hellshaft se reflète-t-il dans les yeux de Shizukuishi ?

« Mais ce n’est pas comme si tu devrais devenir l’associée du Roi-Démon, n’est-ce pas ? Cette croissance mentale peut se faire même avec la Guilde 2A, non ? » lui demandai-je.

Mais Shizukuishi m’avait jeté un regard comme si elle me regardait de haut.

« C’est l’environnement qui élève les humains. En fonction du type de personne avec laquelle vous vous associez, cette personne vous changera. Quand on traîne avec des gars sans espoir, on tombe naturellement à ce niveau, » lorsqu’elle l’avait dit et s’était levée, Shizukuishi avait essuyé le sable collé sur ses fesses.

« C’est pourquoi je ne dois plus te parler. Mon niveau d’humain baisse, » déclara méchamment Shizukuishi.

Mais qu’est-ce que c’est que ce statut ? C’est ma première fois ou j’en entends parler !

En marchant sur la paroi rocheuse qui entourait la zone, Shizukuishi monta le rocher en forme d’escalier. Elle était montée au sommet avec des mouvements très légers et quand elle était sur le point de sauter de l’autre côté.

« Hé, Shizukuishi, » déclarai-je.

Shizukuishi n’avait pas répondu, mais pendant un instant, elle s’était arrêtée et avait fait demi-tour.

« Même si ton compagnon est de bas niveau, si tu parles franchement de tes soucis, cela ne te permettra-t-il pas de régler tes problèmes en toi ? » lui demandai-je.

Shizukuishi répondit, en approfondissant encore les rides entre les sourcils. « Lorsque tu es en contact avec d’autres personnes, elles te volent ta capacité de réflexion. J’ai les mains pleines pour régler mes propres problèmes et je ne peux donc pas me permettre de partager la puissance de traitement de mon cerveau pour le bien des autres. »

Soudain, me tournant le dos, Shizukuishi murmura d’une petite voix. « Tu fais aussi cela, n’est-ce pas ? »

C’est

Certainement vrai. Je détestais communiquer avec les autres à cause du coût élevé. Mais c’était parce que j’ai ── tu as les spécifications et les qualifications que d’autres aiment… tu sais ?

Shizukuishi tourna ses fesses dans ma direction et se pencha vers l’avant pour essayer de descendre de l’autre côté de la paroi rocheuse.

« — … Shizukuishi. Le problème que tu as est-il dans ton futur parcours ou quelque chose comme ça ? Serait-il possible que tu veuilles t’orienter vers la musique ou les chansons ? » demandai-je.

« Qu… ! » s’écria Shizukuishi.

Son visage s’était retourné comme s’il avait été brisé et était devenu instantanément rouge vif.

« Es-tu stupide ? Sur quoi te bases-tu pour dire de telles absurd ─ kyaaah ! » s’écria Shizukuishi.

Soudain, Shizukuishi avait disparu. Elle semble avoir perdu pied et être tombée de l’autre côté.

Même les singes tombent des arbres. Cette expression ne va pas si bien ici, hein… Est-ce le cas d’y penser avec tant d’insouciance ─ je serai tué la prochaine fois !

J’avais sauté sur le rocher du côté opposé et j’avais commencé à courir à toute vitesse vers la ville, en suivant la paroi rocheuse.

***

Partie 4

« Je pense que je suis en sécurité après m’être enfui aussi loin…, » murmurai-je.

J’étais arrivé dans une rue où beaucoup de gens allaient et venaient et où les magasins et les marchés s’alignaient. On dirait que c’est la rue principale de Sandiano.

Malgré cela, j’avais été surpris par la consultation de Shizukuishi sur ses problèmes. Et pourtant, elle avait osé confier ses problèmes à quelqu’un comme moi. Elle avait dit toutes ces choses à haute voix, mais elle voulait que quelqu’un l’entende. De toute façon, je pense qu’il serait préférable de consulter Ichinomiya ou Asagiri.

Ou est-ce à cause de cela ? Est-ce parce que je suis distant qu’il est pratique pour elle de cracher ses soucis tout de suite ? Il n’y avait pas de danger de le dire par rapport aux autres.

Si c’est cela, alors je comprends. Cependant ─ .

S’ils laissaient Shizukuishi tranquille, elle ne saurait pas quoi faire. Et c’est surtout son attachement à Hellshaft, qui n’est pas courant. En y réfléchissant, elle deviendra une menace pour moi. En ce sens, elle devait s’adapter à la guilde 2A et devenir « compagnon » avec les autres.

Sans savoir pourquoi, j’avais regardé les enseignes des magasins alignés dans le quartier commerçant. Je vis immédiatement les magasins qui vendaient des produits tels que des denrées alimentaires, des vêtements, des armes et des armures. Cependant, il y avait de nombreux magasins dont j’ignorais la nature.

Est-ce que j’essaie de rassembler les informations comme je l’avais prévu au départ ?

Alors que j’y pensais, j’avais trouvé des visages familiers.

C’était Arisugawa… et Leonhardt ? N’était-il pas sur la plage ?

« Oh, Doumeguri-kun. »

J’avais essayé de partir pour ne pas être repéré ─, mais au moment même où je le pensais, j’avais été découvert.

« O-oui…, » répondis-je.

Arisugawa agita la main avec un sourire amical. C’était une belle fille, peu importe comment vous le regardez… est-ce mon imagination, ou ai-je l’impression de m’être habitué à son travestissement depuis que je l’avais vu pour la première fois dans ce monde ? Est-ce également le résultat de la montée de niveau de ses statistiques ?

En tout cas, il n’était pas naturel de l’ignorer. J’avais marché à contrecœur vers eux. Je n’étais pas du tout attiré par le sourire d’Arisugawa.

« Quel est le problème, Arisugawa ? Y avait-il quelque chose d’intéressant ? » demandai-je.

« Eh bien. J’ai accidentellement vu Léon s’accrocher à…, » déclara Arisugawa.

En disant cela, Arisugawa avait regardé Leonhardt qui était coincé contre la vitrine comme un gecko.

« Qu’y a-t-il, Leonhardt ? Tu ne t’amusais pas avec les poussins… avec tout le monde sur la plage ? » demandai-je.

« Eh bien… parce que j’admirais son corps de loli, j’ai été chassé…, » déclara Leonhardt.

Je vois. Eh bien, c’est naturel, donc je suppose que c’est justifié, non ?

« Alors, qu’est-ce qu’il y a là-dedans ? » demandai-je.

« Yo… cette elfe… est tellement sexy. Dufufufufufu, » répondit-il.

Qu’est-ce qui ne va pas avec ce Leonhardt révoltant ? L’impression que j’avais de Leonhardt qui m’habitait était à l’origine de la Grande Dépression. Ce que Leonhardt voyait, c’est la silhouette d’une elfe dans la vitrine. Il s’agissait probablement d’un magasin d’art ou d’antiquités. Il y avait plusieurs personnages de toutes tailles alignés, dont certains étaient à moitié nus et dans des poses lascives. À ce stade, mon opinion était partagée entre l’érotisme et l’art, mais je pensais personnellement que les deux étaient des facteurs différents, donc il n’y avait pas que de l’érotisme, ou que de l’art, mais plutôt de l’érotisme et de l’art, quelque chose comme ça.

« C’est une figure de ce monde, n’est-ce pas… ? Ils ont un sacré talent, hein. C’est précieux, car il y a peu d’objets otaku dans ce monde. Je reconnais que ces deux sont des trésors nationaux, » déclara-t-il.

« Alors, ne devrais-tu pas les acheter ? » demandai-je.

Leonhardt s’était tourné vers moi comme si c’était la fin du monde.

« Je ne peux pas faire ça ! Ils ne les vendent pas ! C’est terrible ! Ils discriminent les étrangers ! La culture otaku ne s’exporte pas en Allemagne, c’est ce que je veux dire ! Très bien, c’est la guerre ! Je vais les tuer et les piller ! » cria Leonhardt.

Hé, arrête la blague radicale. Les plaintes viennent de toutes parts.

J’ouvris le menu en regardant les éléments dans la fenêtre d’affichage. Une liste d’articles de cette boutique émerge… mais il semblerait que je puisse les acheter normalement. Ils semblaient tous avoisiner les 10 000 yens… hmm ? Yen ?

« Franchement ? Il y a un article que je veux, mais même quand j’ai ouvert le menu, je ne peux pas le sélectionner, et même si j’en parle au commerçant, ils ne le vendent pas… »

« Qu’est-ce que tu veux, Arisugawa ? » demandai-je.

Quand j’avais demandé, Arisugawa avait dit « Eh ? », il ne savait plus quoi dire. Il rougit un peu et pointa timidement du doigt la boutique suivante. Ou peut-être devrais-je dire « arrête de faire cette réaction mignonne ». C’est comme si je ne pouvais plus dire son sexe.

Le magasin d’à côté avait un aspect lumineux et soigné, avec une atmosphère de salon de beauté ou d’esthétique. J’étais entré, en suivant Arisugawa, les perruques et les cosmétiques étaient alignés. Au fond, il y avait un coin qui ressemblait à la réception d’un hôtel de luxe. Quand elle nous avait remarqués, la belle femme assise au bureau avait levé le visage.

« Bienvenue. Que puis-je faire pour vous aider ? » demanda-t-elle.

Eh bien, même si vous avez dit ce que vous pouvez nous aider. Il n’y a rien de spécial.

« Ce que vous m’avez dit il y a peu de temps… pourriez-vous nous en reparler ? » demanda-t-il.

Arisugawa s’était excusé et la belle vendeuse avait souri gentiment.

« Avec plaisir. Il s’agit d’un magasin où vous pouvez nous consulter sur les préoccupations liées à votre apparence physique. La couleur, la forme et le maquillage de vos cheveux modifient considérablement votre image. Si vous vous en remettez à notre équipe de coiffure et de maquillage, vous serez certainement satisfait, quel que soit votre sexe, » déclara-t-elle.

En d’autres termes, c’est un salon de beauté dans ce monde. Il est certain que lorsqu’il s’agit de jeux de rôle, il y a des moments où vous en avez assez de jouer et où vous voulez changer un peu l’apparence de votre personnage.

Je regardai Arisugawa et j’avais vu ses yeux briller d’un « Uwaa ♪ ».

« En outre, vous pouvez modifier la forme de votre corps en suivant un parcours esthétique. Pour les femmes, elles peuvent changer leur tour de taille à leur guise, et pour les hommes, ils peuvent se transformer en un type de macho musclé sans avoir besoin d’efforts ni de temps. Vous pouvez changer immédiatement sans prendre votre temps. Si cela ne vous satisfait toujours pas, nous avons le cours de beauté ultime, » déclara la vendeuse.

Lorsque la vendeuse agite les doigts, l’explication de la procédure affichée devant Arisugawa et moi.

« — Ce système vous donnera une nouvelle vie. Il vous offrira un autre moi et vous aidera à vivre une autre vie. »

C’est une histoire douteuse, mais cela ne m’intéresse pas. Mais qu’est-ce que c’est que ça ?

« Contrairement aux opérations de coiffure et de maquillage, le cours de beauté ultime n’a aucune restriction. Vous pouvez vous transformer en votre idéal. »

« Cela signifie… Je peux changer mon apparence… comme je le souhaite ? » demandai-je.

La vendeuse incline la tête et sourit gentiment.

« Oui, même la race et le sexe, » répondit-elle.

La gorge d’Arisugawa avait fait un bruit.

Certainement… même moi, je peux être un bel homme si j’utilise cette offre. Certains disent que les humains ne se soucient pas des apparences, mais c’est un idéal. La plupart des gens jugent d’abord une personne par son apparence. Il peut y avoir des gens merveilleux qui n’ont pas de tels préjugés ou idées préconçues.

Je dis la même chose, il y a une énorme différence dans la persuasion et la façon dont elle est reçue quand elle est dite par un homme peu séduisant ou un bel homme.

En outre, si vous êtes sûr de votre apparence, votre discours et votre conduite seront naturellement pleins de confiance en vous. Dans ce sens, il est tout à fait naturel de se soucier de l’apparence.

Si j’étais un beau garçon comme Ichinomiya, j’aurais peut-être vécu une vie complètement différente. Et je sortirais sûrement avec Asagiri ─.

Il y avait quelque chose dans ma poitrine qui avait brusquement pris feu.

« E-Excusez-moi. Combien cela coûte-t-il ? » demandai-je.

Quoi ? N’est-ce pas en argent de ce monde ?

« L’information sur le prix se trouve dans l’explication ici, » déclara la vendeuse.

J’avais appuyé sur le bouton « prix » dans l’explication du cours. Ensuite, la liste des prix apparaît en glissement.

La beauté ultime ─ 500 000 yens.

Je m’étais senti involontairement étourdi.

Bon sang ! Ces types de cette société ! Est-ce que ces gars sont des monnayeurs ? Ils osent profiter des faiblesses des gens ! Démons !

Arisugawa avait la bouche ouverte en forme de comme s’il était troublé.

« Excusez-moi ? Le prix n’est pas affiché et je ne peux pas le sélectionner, » déclara Arisugawa.

Quoi ?

J’avais une fois de plus contemplé l’étalage de 500 000 yens qui brillait de mille feux.

Je vois. Le mode adulte, dans lequel je suis le seul, peut être facturé ? Pour Arisugawa qui est en mode général, il n’y a pas de ligne à sélectionner en premier lieu. C’est sûrement la même chose pour la figure d’elfe que Leonhardt voulait.

Cette option de changement d’apparence a certainement un prix scandaleux, mais elle peut sembler raisonnable compte tenu du réalisme d’Exodia Exodus. C’est comme faire de la chirurgie plastique ou de la chirurgie du changement de sexe, pour ainsi dire. Et cela vous rapproche complètement de votre idéal, ce qui est impossible dans le monde réel. Non, je suis sûr qu’il peut s’emparer de l’idéal lui-même.

Je n’avais pas envie de payer une somme aussi importante si le jeu était ennuyeux, mais le réalisme d’Exodia Exodus n’était pas différent de la réalité. La phrase d’accroche « Se prendre en main et vivre une autre vie » n’était pas nécessairement une expression exagérée.

Arisugawa avait laissé échapper quelques mots, apparemment déçus.

« Haa… quel dommage…, » murmura-t-il.

« Quel est le “moi” que tu voulais être, Arisugawa ? » demandai-je.

« Fueeh !? Je-je, eh bien… ahahaha. Mais je ne peux pas choisir, donc c’est inutile, » déclara-t-il.

« Si, pour une raison quelconque, tu devais remplir les conditions requises, tu pourrais faire un choix, mais pour l’instant, il n’y a vraiment rien à faire. Devons-nous sortir ? » demandai-je.

« Oui… faisons-le, » répondit-il.

***

Partie 5

Exprimant un sourire apparemment triste, Arisugawa avait remercié la vendeuse et avait quitté la boutique. Et Leonhardt était là, toujours collé à la vitrine.

Au fait, je suppose qu’il est temps de revenir à l’action individuelle… alors je le pensais, Arisugawa l’avait dit comme pour se le rappeler.

« En y repensant, j’ai demandé à une personne il y a quelque temps, il semble qu’il y ait un endroit où les bateaux sont vendus. Essayons d’y aller, » déclara-t-il.

Des navires ? Ne me dis pas qu’il est possible de se déplacer par mer à partir d’ici ?

C’était inattendu. Bien que je ne connaisse pas encore toute la géographie du continent Balgaea, je pourrais peut-être aller plus loin, sur d’autres îles et continents ?

Mais c’est le monde d’Exodia Exodus. C’est un mystère de savoir quelles sont les limites. Ou plus précisément, on ignore dans quelle mesure elle a été mise en œuvre.

« Ce type… il n’est vraiment pas inquiet, hein, » déclarai-je.

« Yo ! Allons-y ! Il peut y avoir des filles en forme de cuirassé, » déclara Leonhardt.

Il n’y en a pas ! J’étais allé au port sans avoir la volonté de répliquer.

Le port était plus éloigné de l’endroit où j’avais rencontré Shizukuishi il y a quelque temps. De nombreux bateaux étaient amarrés, des petits bateaux aux énormes voiliers de plusieurs dizaines de mètres de long. Il y avait de jolis bateaux ressemblant à des bateaux de plaisance et beaucoup de bateaux de pêche mélangés.

Il y avait de nombreux restaurants, des tavernes et plusieurs bâtiments le long du port. Les gens qui déchargent de gros navires travaillaient apparemment très dur. Comme il y avait beaucoup de travail physique au port, il y avait beaucoup de PNJs avec des corps solides. Certaines femmes étaient également grandes et musclées.

De l’autre côté du port, il y avait un marché où s’échangent les colis transportés et où résonnaient de partout des voix enthousiastes.

« C’est vivant ici, c’est incroyable, » Arisugawa avait laissé sortir une voix d’excitation, regardant autour de lui comme s’il s’intéressait à tout ce qui attire son regard.

« Menteur ! Il y en avait un ! Une fille en forme de cuirassé ! » s’écria Leonhardt.

Cela ne peut pas être vrai ! ─ J’avais tourner mon visage vers l’endroit que Leonhardt montrait du doigt avec un regard d’étonnement. Et c’était certain qu’une belle fille qui ne semblait pas de ce monde se tenait là.

« Uwaaaaa… elle est très belle…, »

Même Arisugawa avait eu le souffle coupé. Elle était si belle.

Elle avait une petite tête avec des membres longs, minces et bien proportionnés. Au premier coup d’œil, sa tête était haute et ses jambes étaient longues. Elle portait une armure fine qui s’adaptait à son corps élancé et possédait à la taille une épée fine et élégante qui correspondait à son propriétaire. Les lèvres roses brillantes de sa bouche délicate étaient vaguement ouvertes comme si elle était troublée et ses grands yeux bleus fixaient la foule en délire comme si elle cherchait quelque chose.

Cherche-t-elle quelqu’un ? Des oreilles pointues dépassaient de ses cheveux d’or comme pour saisir les paroles de la personne qu’elle attendait dans le grand bruit.

« Attends, n’est-ce pas une elfe ? » demanda Arisugawa.

« Oui, c’est bien une elfe…, » répondis-je.

« Ouah ! Une elfe vivante ! Comme une silhouette grandeur nature ! » s’écria Leonhardt.

L’elfe nous avait remarqués alors que nous avions fait beaucoup de bruit et ses yeux s’étaient soudainement arrêtés de bouger.

« Hein ? Est-ce qu’elle vient ici ? » demandai-je.

L’elfe nous avait regardés et avait marché tout droit.

« Êtes-vous un commerçant qui vend des navires ? » Elle l’avait demandé d’une voix claire, belle et charmante.

« Hein ? Non, nous sommes… des voyageurs, » répondit Arisugawa.

En réponse à Arisugawa, l’elfe avait posé sa main sur son mince menton.

« Vraiment ? J’ai entendu dire qu’un jeune et riche marchand gérait un chantier naval, sa femme et leur serviteur allaient me rencontrer…, » déclara l’elfe.

Laissons de côté quant à qui remplirait ce casting.

« Euh… nous sommes venus de l’autre côté des montagnes de Rummel. Et vous ? » demanda Arisugawa.

Arisugawa lui avait parlé nerveusement, et l’elfe avait pointé vers la mer.

« Je viens du continent Logress, de l’autre côté de la mer. Je suis un chevalier du pays des elfes “Arzheim”, » répondit-elle.

Le pays au-delà de la mer… le pays où vivent les elfes.

Ce type veut lui soutirer toutes sortes d’informations, hein ? Mais après avoir ouvert la bouche, c’était à son tour de poser une question.

« De l’autre côté des montagnes Rummel ? Est-ce le pays des hommes ? Je voudrais alors poser une question, » déclara l’elfe.

Serrant les poings, Arisugawa se pencha un peu en avant. « Qu-Quoi ? Si c’est quelque chose à laquelle nous pouvons répondre, c’est d’accord. »

Elle avait regardé Arisugawa avec une attitude qui dit « je veux être utile » et avait souri faiblement.

« Est-il vrai que sur le continent Balgaea, l’Hellandia, le pays gouverné par le Roi-Démon Hellshaft, accroît son influence ? » demanda-t-elle.

Leonhardt avait fait bouger ses mains de manière imprudente et s’était mis en colère comme s’il s’était souvenu de quelque chose. « Yo ! C’est exact. Caldart a également été très endommagé ! »

L’elfe ouvrit les yeux en raison de la surprise. « Même Caldart ? L’Hellandia a étendu son territoire à un tel point ? »

Arisugawa avait corrigé à la hâte. « Non, la ville a été attaquée… mais il a battu en retraite après ça. »

« C’est étrange. Pourquoi le Roi-Démon attaque… ? » demanda l’elfe.

Arisugawa et Leonhardt baissèrent la tête, perplexes, en saisissant ce que venait de dire l’elfe au visage emplie de doutes.

Tsk, avoir ces questions étranges est gênant…

« Je ne le comprends pas bien et cela dépasse mon imagination… mais n’ai-je pas l’impression qu’il est venu parce que le pouvoir des humains est devenu plus fort et qu’il a essayé de nous frapper en premier ? Il s’est retiré parce qu’il n’avait pas l’intention de l’occuper dès le départ, son but était simplement d’infliger des dommages » déclara l’elfe.

Arisugawa et Leonhardt avaient haussé la voix comme s’ils étaient d’accord.

« Je comprends, c’est certainement loin du territoire de l’Hellandia. Gouverner la ville aurait probablement rencontré toutes sortes de difficultés, » déclara Arisugawa.

L’elfe avait hoché la tête et avait montré un regard sérieux. « Je vois… mais il est vrai que la menace de l’Hellandia augmente. J’ai entendu dire que le Roi-Démon Hellshaft est également ami avec les elfes noirs… cela semble devoir être examiné également. »

Les elfes noirs. Parle-t-elle de Satanachie ?

« Yo ! Une elfe noire est une leader de la Hellandia ! » déclara Leonhardt.

« Oui. Ses sous-fifres sont aussi des troupes d’elfes noirs…, » déclara Arisugawa.

L’elfe marmonnait avec un visage sinistre, comme prévu. « Je vous remercie. Alors, je vais préparer un bateau et je me rendrai près de l’Hellandia. »

Paniqué, j’avais appelé l’elfe qui était sur le point de prendre congé.

« Attendez un instant. Ce Roi-Démon et les elfes noirs semblaient être en bons termes. Alors pourquoi cela vous inquiète-t-il ? »

L’elfe me regarda et fit un signe de tête grave.

« Eh bien. Notre Arzheim et le pays des elfes noirs Rowalrinna sont tous deux voisins sur le continent Logress. Si les elfes noirs et Hellshaft unissent leurs forces, alors ils constituent la plus grande menace pour nous, les elfes, » déclara-t-elle.

Vraiment ?

J’avais eu l’idée d’emprunter la force des autres races, mais je n’avais pas pensé à une alliance entre pays.

Je veux dire, est-ce que je peux faire ça ?

Exodia Exodus.

« Alors c’était comme ça… ? Alors on peut dire que la relation entre vous, les elfes, et les elfes noirs n’est pas très bonne… n’est-ce pas ? » demandai-je.

L’elfe avait levé les yeux comme pour dire qu’est-ce que vous avez ?

« Bien sûr. Nous, les elfes et les elfes noirs, ne pouvons pas vivre ensemble. Le conflit de longue date entre les deux races ne peut plus être restauré. En tout cas, il n’y a pas d’autre moyen que de détruire l’une des deux races. Non, ce sont les méchants elfes noirs qui vont s’éteindre, » déclara l’elfe.

« Oh… pourquoi ne pas vous calmer… ? » demandai-je.

Les yeux de l’elfe emplis d’intentions meurtrières faisaient frissonner notre colonne vertébrale.

« C’est pourquoi nous devons enquêter sur le Roi-Démon Hellshaft. En outre, ─, » déclara-t-elle.

Elle avait un regard désagréable et nous l’avait raconté comme si elle crachait.

« Nous avons des informations que certains de nos elfes sont soumises au Roi-Démon Hellshaft. Des êtres honteux, la honte de nous autres elfes. Je ne leur pardonnerai jamais, » déclara-t-elle.

Quoi ? J’avais de tels subordonnés ?

Il y avait un elfe qui chantait pendant la bataille de la capture de Caldart, mais plus tard j’avais confirmé que ce n’était pas un vrai elfe, mais un groupe de mode ou quelque chose comme ça. Le soi-disant « style lourd en maquillage et en coiffures élaborées » ?

Peut-être que je ne les connais pas, c’était probablement des sous-fifres de Satanachia. J’essaierai de le lui demander à mon retour plus tard.

« Je vais aller en Hellandia pour voir si c’est vrai ou non, et voir qui sont ces traîtres…, » déclara-t-elle.

L’expression de l’elfe était passée de la colère à une expression douloureuse avec un peu de tristesse.

« Si je ne confirme pas ce fait, je…, » balbutia-t-elle.

D’une manière ou d’une autre, on aurait dit qu’elle allait pleurer à tout moment.

Il y avait la figure d’une personne venant de l’autre côté de la route et agitant sa main. Il ressemblait au marchand que l’elfe recherchait. Je vois, c’était vraiment un jeune homme et une jeune femme riches et leur serviteur. Mais leur serviteur est un grand-père.

Soudain, l’expression du visage de l’elfe se changea en un visage courageux, comme si l’expression triste était un mensonge.

« Je m’appelle Ernes. S’il vous arrive de traverser l’océan, rendez-vous une fois à Arzheim. Il y a peut-être des moyens pour nous de lutter ensemble avec les humains, » déclara-t-elle.

En nous laissant avec ces mots, l’elfe nommée Ernes était partie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire