Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 2

***

Chapitre 2 : Nous passons par le donjon et il y avait…

***

Chapitre 2 : Nous passons par le donjon et il y avait…

Partie 1

Lorsque le ciel était devenu illuminé, la lumière du soleil avait afflué des sommets des montagnes. Une lumière chaude s’était levée, chassant l’air brumeux et froid.

Enfin, l’attaque du donjon commençait. Les 12 membres de la guilde 2A étaient en train de vérifier leur équipement et leurs objets devant l’entrée.

J’avais également ouvert le menu et j’avais fait des préparations secrètes pour les batailles proches. En tout cas, j’avais enlevé l’armure du Roi-Démon, et ma force était à peu près celle d’une personne de niveau 1. J’avais besoin de moyens pour me rattraper.

Et ce que j’avais trouvé pour ça, c’était d’utiliser des éléments facturés avec du vrai argent.

J’avais ainsi sélectionné une potion se trouvant dans la liste des articles. Mystérieusement, si j’utilisais ce remède magique appelé Renforcement, ma puissance d’attaque augmenterait d’un point. Il existait des objets réguliers qui vous permettaient d’augmenter votre puissance d’attaque, mais ils ne vous permettaient pas de cumuler leurs effets. Cependant, si vous utilisez la potion Renforcement, votre puissance d’attaque augmentera au fur et à mesure que vous en utiliseriez. Cet objet avait été conçu pour les adultes qui avaient de l’argent, mais peu de temps, et il était censé être utilisé lorsque vous vouliez vaincre rapidement les ennemis issus de la quête principale.

Je suis un type qui met ridiculement longtemps à monter de niveau. C’est ce que je me disais, mais je n’avais pas du tout progressé, et je trouvais que c’était bizarre. Bien que je tergiversais, cela faisait un mois que je m’étais connecté, alors j’aimerais donc avoir atteint le niveau 3 ou 4.

En supposant que je sois de niveau 3, ma puissance d’attaque serait d’environ 30. Comme ma puissance d’attaque initiale était de 20, il me fallait utiliser 10 fois Renforcement.

Le Renforcement ─ cela coûtait 500 yens à chaque application. En d’autres termes, le prix de ce renforcement était de 5 000 yens.

Hein ? Vous savez que je n’ai pas envie de me mobiliser avec la guilde 2A, n’est-ce pas ?

Et plus le niveau serait élevé, plus j’aurais besoin de Renforcement. J’avais l’impression de me faire avoir par un homme d’affaires corrompu dans le domaine du crédit à la consommation.

Selon la politique de la compagnie, les accidents étaient des accidents, mais chaque objet facturé utilisé ici sera facturé séparément. Il pourrait également servir d’outil de négociation en cas de problèmes de rémunération. C’était une information que je ne voulais pas entendre de la part d’Aikawa-san.

Maintenant que j’y pense, il n’y a pas d’autre moyen. Je me sentais juste déprimé dans cette situation.

Après avoir fini d’augmenter ma puissance d’attaque, j’avais choisi un autre objet. Puis, quelque chose de semblable à une bombe aérosol était apparu dans mes mains. Cela ressemblait à une bombe aérosol ordinaire, mais son contenu était un peu différent. On pourrait peindre l’équipement avec ce soi-disant objet pour s’amuser à le rendre élégant et à le personnaliser. J’avais secoué légèrement le spray de haut en bas et j’avais dessiné une forme ☆ sur mon armure. Il s’agissait de ma ligne de vie. Je n’avais pas encore trouvé d’objet augmentant la défense dans les objets achetables. C’était donc la seule façon de dire à tous les orcs que je n’étais pas la cible d’un massacre.

« Ah, Kakeru ! Que fais-tu ? » Yushima Leonhardt (Allemagne) s’était adressé à moi dans sa bonne humeur habituelle.

« Eh bien, ce n’est rien, » répondis-je.

« Oh ! Dessines-tu une illustration ? Cette armure fait mal ! Ça fait mal ! Dessines-tu quelque chose de pervers ? » demanda-t-il.

« Je ne le fais certainement pas ! » répondis-je.

Si ce type ne disait rien, il serait un bel homme tout comme Ichinomiya… mais c’était malheureux qu’il ne puisse pas fermer sa bouche.

Comme Yushima était devenu bruyant, Arisugawa (Alice) et Yamada (le Général Heibon) avaient fini par venir vers nous.

« Heee, Doumeguri-kun. Est-ce ta propre personnalisation ? » demanda Arisugawa.

« Eh bien… ce serait trop d’appeler ça de la personnalisation. Je suis plutôt superstitieux, » répondis-je.

D’ailleurs, Arisugawa utilisait toujours des équipements pour les femmes, même au combat. Sa classe de combat appelée « Artiste divin » était principalement responsable des soins, et il était habillé en ce moment comme Alice au pays des merveilles avec le blanc et le bleu comme thème de base. Il était petit et ses jambes fines et élancées s’étendaient de ce qui semblait être une mini-jupe. Ce qui m’inquiétait, c’était de savoir si les sous-vêtements qu’il portait en dessous étaient pour hommes ou pour femmes.

Actuellement, seuls lui-même et Hinazawa connaissent ce secret. Cependant, si l’on aperçoit brièvement ses sous-vêtements pendant la bataille, alors la vérité sera connue. J’avais hâte que le jour du X Ray arrive… non, c’est bien. Ce qu’Arisugawa a, c’est un bâton. Ce n’était pas si long, si je devais le dire, je dirais plutôt que c’est comme une baguette. En raison de cela, il était indéniable qu’une atmosphère de magic-girl s’élevait autour de lui.

Au fait, l’équipement de base des Artistes divins était la baguette, mais les sorciers utilisaient également la magie comme arme, et les grimoires étaient un équipement plus basique que les baguettes.

Yamada avait posé sa main sur son menton, avait montré un regard un peu sérieux. « Une étoile ? »

Il avait murmuré ces deux mots. Il ne semblait pas avoir de pensées particulières ou de réflexions profondes à ce sujet.

« C’est comme un porte-bonheur. Cela fonctionne comme un charme contre les mauvais esprits… ne t’en fait pas trop. Ma force de combat n’est pas aussi grande que celle des autres donc ─, » déclarai-je.

Arisugawa avait applaudi. « Vraiment ? À ce sujet, certains sanctuaires shintoïstes de Kyoto utilisaient également des symboles stellaires comme talismans. Si je me souviens bien, c’était lié à l’exorciste Abe no Seimei ? »

« Whooooooooaaaaah ! L’exorciste ! Abe no Seimei ! Fantassssstique ! Je vais aussi le faire, degozaru ! » cria Leonhardt.

Quoi !?

« Quoi? Non, tu ne peux pas ! C’est…, » m’écriai-je.

Je lui avais tourné le dos, protégeant le spray des mains maléfiques de Leonhardt contre ma poitrine.

« Pourquoi ? C’est injuste ! Je veux aussi quelque chose comme un onmyou ! » cria Leonhardt.

Leonhardt essaya de voler le spray de mes mains, en s’accrochant à moi. Si bruyant ! Même si tu fais cela, l’article ne sera pas transféré !

« Je veux aussi une peinture cool ! » déclara Leonhardt.

Merde ! Pourquoi ce type ne fait-il que des choses inutiles ? S’il y a beaucoup de gens, qui a ☆, mon plan sera ruiné !

« Tu as tort ! Ce n’est qu’un sort pour protéger les Japonais ! Si un étranger comme toi l’utilise, tu vas mourir ! » déclara Arisugawa.

Les mains de Leonhardt s’arrêtèrent soudainement. Puis j’avais entendu de sa bouche un Japonais qui parlait couramment.

« Hein ? Est-ce bien le cas ? » demanda Leonhardt.

« Hein ? »

« Hein ? »

« … »

« Oh ! Tu t’es arrêté comme prévu ! La magie japonaise fait peur ! » déclara Arisugawa.

« Hé vous, taisez-vous ! Que ferons-nous si les monstres se rassemblent à cause de vous ? »

Quel que soit le point de vue, Hinazawa Naru (la loli recommandée pour le MEXT) nous avait regardés les bras croisés. Yuuki Uiko, qui essayait de se cacher derrière sa petite silhouette de loli, avait hoché la tête en silence.

« Ce n’est pas ma ─, » commençai-je.

Faute, alors que j’avais essayé de le dire, Busujima et Miyakoshi, le duo de filles, étaient arrivées.

« Je dirais que c’est une excuse, et une excuse super terrible, » déclara Busujima.

« Non, le dire revient à se sentir mal pour lui. C’est difficile pour Furtif-kun après tout. N’en fais pas trop, alors pourquoi ne retournes-tu pas à l’auberge ? » déclara Miyakoshi.

Merde, Busujima conteste et ignore toute l’histoire et Miyakoshi impose ses propres exigences sur un ton de mépris évident.

À ce moment-là, Asagiri avait interrompu la conversation. « Ne soyez pas trop dur. Plus important encore, euh, eh bien… »

Asagiri avait frappé dans ses mains. « Oui, de l’ordre ! Devons-nous décider de l’ordre de la formation qui ira plus loin dans le donjon ? »

À ce moment, mes yeux avaient rencontré ceux d’Ichinomiya. Nous nous étions tous deux fait un signe de tête en ne regardant que des yeux. Ichinomiya se leva et se rendit à l’entrée du donjon.

« Akira-kun ? » demanda Asagiri.

« Je vais commencer. Tout le monde viendra après moi, » déclara Ichinomiya.

« Ah ! Attends, Akira-kun ! » cria Asagiri.

Ichinomiya avait sauté dans le donjon sans entendre l’appel d’Asagiri. Alors que son dos disparaissait dans l’obscurité de la grotte, Asagiri se retournait et criait à tout le monde.

« Allons-y aussi ! »

Ougiya, surpris, fit entendre sa voix. « Attendez un instant. Quelle est notre formation ? »

« Un modèle de base pour la conquête de donjons, c’est bien ! » Asagiri répondit en courant et disparut dans l’entrée du donjon.

« Bon sang, on ne peut pas faire autrement ! Ichinomiya est trop égoïste ! » déclara Ougiya.

Ougiya s’était laissé emporter. Mais avant ça, il l’appelait Akira-kun.

Ougiya la suivit tout en se plaignant, et tout le monde se dirigea vers le donjon, l’air insatisfait. Shizukuishi, qui avait l’air de s’ennuyer, était la dernière… comme je le pensais, la fille Busujima était restée là. Vas-tu venir ou non ? Elle était paniquée comme si elle perdait ses repères.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Tout le monde est déjà parti, non ? Busujima-san, tu dois y aller, car tu es une guérisseuse, » déclarai-je.

« C’est si bruyant ! Tu es dégoûtant, alors ne me parle pas ! » répliqua Busujima en me criant dessus, avant de suivre Shizukuishi. Je m’étais aussi déplacé après.

Le donjon était éclairé par une lumière jaune-vert légèrement chaude. Quoi qu’il en soit, j’étudiai avec curiosité les minerais qui brillaient d’une couleur jaune-vert et le donjon qu’ils illuminaient pour la première fois.

« … C’est joli, » c’était d’une telle beauté que même une Yuuki silencieuse l’avait dit spontanément.

Elle s’était accroupie sans réfléchir et avait frotté les pierres scintillantes.

Busujima fronça les sourcils sur Yuuki, s’énervant. « Tu es sur le chemin. Ne t’accroupis pas dans un endroit comme celui-ci ! Nous sommes dans un donjon, nous ne savons pas quand et où les ennemis vont apparaître. »

« Je suis désolée, » répondit Yuuki.

Busujima avait fait claquer sa langue en réponse à ce que disait Yuuki. Yuuki était directement revenue en formation en courant alors que Busujima avait arpenté la zone de ses yeux, apparemment inquiète. Elle avait avancé, sentant que son dos se recroquevillait, et essayant de tenir la baguette.

« He, Meg. Vas-tu bien ? » Miyakoshi s’inquiétait pour Busujima. Son visage était pâle, comme si elle était anxieuse.

« C’est peut-être trop pour moi… cela ressemble à une maison ─ hantée, » déclara Busujima.

Nos yeux s’étaient croisés. Busujima avait rougi, alors que son visage semblait dire « oh merde ! ».

« Qu’est-ce que tu regardes ? C’est dégoûtant ! » s’écria Busujima.

J’avais détourné mon visage sans rien dire face à ça.

J’avais l’impression qu’elle agissait de manière suspecte depuis un certain temps, n’est-ce pas ? Quand j’y avais réfléchi, je l’avais vue se battre sur le terrain, mais je ne l’avais jamais vue dans un donjon. Dans les batailles de tous les jours, elle s’accrochait à Ichinomiya pour être protégée par lui… Je vois, les effets de la chute d’Ichinomiya sont apparus de cette manière.

À ce moment, le cri d’un orc résonna des profondeurs du donjon.

« *Eeek ! » La colonne vertébrale de Busujima se redressa.

Le bruit du métal qui frappait le métal avait continué à résonner. Ichinomiya et Asagiri devaient se battre face à quelque chose qui leur était tombé dessus.

« N’est-ce pas dangereux ? Que fais-tu ? » Hinazawa l’avait dit comme pour réprimander Ougiya.

« Il faut se dépêcher, il y a quelque chose ! » répondit Ougiya.

***

Partie 2

Tout le monde prépara ses armes et s’enfonça dans la grotte, à la recherche d’Ichinomiya et d’Asagiri, alors qu’ils étaient partis tous les deux les premiers. Puis, une paroi rocheuse s’était approchée, alors que le passage s’était ramifié en deux.

Busujima haussa la voix en étant moitié paniquée. « Hé, attendez ! Quel chemin devons-nous prendre ? On va se perdre ! Que faire si nous ne pouvons pas partir ? »

L’avant-garde Ougiya avait gémi, les bras croisés.

Que faites-vous, vous deux ?

J’avais marmonné comme si je me parlais à moi-même. « Nous devons les faire réagir en criant. »

Puis, Busujima et Ougiya, qui avaient entendu le murmure, avaient haussé la voix sans attendre.

« Oh, Akira ─ ! Où es-tu ─ !? »

La voix d’Ichinomiya avait immédiatement fait écho. « Par ici ! »

« H-hey, on l’a entendu de la droite à l’instant ? » demanda Busujima.

« Hum… peut-être, » répondit Miyakoshi.

Miyakoshi répondit avec peu de confiance à la question de Busujima. Lorsque nous avions essayé de les réécouter attentivement, un autre son s’était fait entendre. Des sons métalliques s’étaient produits à maintes reprises par-derrière. Beaucoup en vérité.

« Hé hé hé ! On dirait que quelque chose approche !? » Ougiya avait crié d’une voix comme s’il était sur le point d’éclater en pleurs.

« Noooooooooooonnnn ! Parce que Busujima a crié, d’autres monstres arrivent ! » cria Miyakoshi.

« Hein !? Est-ce de ma faute ? » demanda Busujima.

« Eh bien, quand on fait du bruit, c’est normal d’attirer l’attention des monstres ! Normal ! » répondit Yamada.

Yamada, qui était normalement impatient, avait laissé sortir le mot-clé normal en succession rapide. On pourrait dire que ce type avait un certain pouvoir de persuasion, hein. Cependant, pour Busujima, qui s’était autoproclamée ultra-rare, être poussé par un Yamada de rang normal était intolérable. Comme je le pensais, Busujima avait rougi de colère. De plus, elle me regardait avec un mouvement qui semblait indiquer sa rage.

« Parce que tu as dit des choses inutiles…, » me déclara Busujima avec rage.

Essayait-elle de montrer qu’elle n’avait pas peur du donjon ? Elle m’avait fusillé du regard pour essayer de montrer qu’elle allait bien. Mais qu’est-ce que ressent Busujima maintenant ? Mes condoléances.

J’aimerais lui dire que « ce n’est pas comme s’ils ne savaient pas déjà que nous viendrions, donc faire des bruits ou quelque chose de ce genre n’a aucun rapport, », mais il semblerait que cela ne marcherait pas.

Hinazawa avait haussé une voix très forte qui ne convenait pas à son petit corps. « Laissons cela pour plus tard ! Dépêchons-nous ! »

Nous avions couru dans le donjon à toute vitesse comme si nous avions été précipités par Hinazawa et avions échappé aux orcs qui nous poursuivaient.

« Ririko ! Ichinomiya ! »

Hinazawa les avait appelés. Ils se trouvaient dans une pièce très longue et étroite, au fond de la grotte. Tous deux manient leur épée contre plus de vingt orcs. Cependant, et grâce à l’étroitesse de la pièce, les orcs ne pouvaient pas les attaquer tous en même temps. Grâce à cela, ils semblaient pouvoir résister.

« Akira-kun ! »

« Asagiri-san ! »

« Est-ce que ça va ? »

Asagiri ne pouvait répondre qu’avec sa voix, car elle ne pouvait pas se permettre de se retourner vers l’appel envoyé par tout le monde et leur faire un signe.

« S’il vous plaît, des soins ! » demanda Asagiri.

« — ! Laissez-nous faire ! »

Hinazawa et Arisugawa déplacèrent leurs baguettes et jetèrent un sort. Puis, de la lumière blanche indiquant un sort de guérison s’enroula autour d’Asagiri et d’Ichinomiya. Des lumières colorées entourèrent les corps des deux individus.

« Préparez votre défense et attaquez ! »

Arisugawa ferma un peu un œil et fit un signe de V. D’une certaine manière, il ressemblait à une idole de tous les jours, non, c’était plus comme une idole mignonne de tous les jours.

« Maintenant, c’est à vous ! Uiko, le garçon frivole et le personnage du fond ! »

Hinazawa lança des sorts pour augmenter la puissance d’attaque et la précision de Yuuki, Ougiya et Yamada. C’était des combattants spécialisés dans le combat spécialisé appelé Guerrier, et c’était pour cette raison qu’elle les avait assistés. Au fait, en qualifiant Yamada de personnage du fond, tu es considérablement grossier, tu sais ?

C’est exact.

De plus, Arisugawa jeta la magie défensive sur tout le monde. L’équipe d’attaque physique à l’avant-garde avait vaincu les orcs les uns après les autres. À ce moment-là, nous avions pu entendre les chants utilisés pour de la magie offensive qui chantaient un long sort dans la longue et étroite salle.

« “Tempête de Flammes”. »

La tempête de feu de Leonhardt et Miyakoshi avait réduit les points de vie des orcs. La quantité de flammes était supérieure à la somme de leurs flammes, et une magie vigoureuse et incroyablement rapide frappa les orcs.

« “Tempête de Flammes” ! »

La magie offensive de Shizukuishi était d’un rang différent de celle des deux autres. Le niveau actuel devrait être de 19 pour Miyakoshi et Leonhardt et de 20 pour Shizukuishi. Mais en réalité, la différence était bien plus importante que cela. C’était la différence entre le caractère et le talent. Ichinomiya faisait preuve d’une puissance qui dépassait son niveau grâce à la force de sa volonté et à sa nature.

De plus, comme ils étaient dans un groupe, la coopération les rendait encore plus fort.

Les mercenaires ainsi que le golem d’adamite étaient rassemblés dans la dernière pièce, mais s’ils étaient attaqués par tous ces types, il serait impossible de conserver l’objet. Il était nécessaire de les diviser à tout prix et de faire en sorte qu’Ichinomiya soit seul si possible.

La Guilde 2A, qui avait vaincu les orcs qui se trouvaient sur son chemin et avait rejoint Ichinomiya et Asagiri, avait traversé un étroit couloir et était entrée dans la pièce suivante. Il s’agissait de la pièce avec le piège. La plupart des tuiles noires avaient été retirées pour me permettre de les utiliser plus facilement. Il n’en reste plus qu’une dans le coin de la pièce.

La voix hystérique d’Ougiya résonna dans la salle. « Hé hé hé ! Ils nous attaquent de derrière ! C’est vraiment terrible ! »

La force principale d’orcs avait suivi le chemin que nous avions pris.

« Ichinomiya-kun…, » Asagiri avait levé les yeux vers Ichinomiya.

« Ku... »

Ichinomiya avait dû décider qu’il était dangereux d’avancer et avait hésité à plonger dans la pièce suivante. Allez, fonce plus vite là-dedans ! Je m’étais tenu près de la tuile noire le long du mur et j’avais attendu le bon moment.

« Voilà, ils arriventtttttt ! »

La force principale des orcs, qui nous avait poursuivis, s’était finalement précipitée dans la salle.

« Merde ! » cria Ichinomiya.

Ichinomiya avait levé son épée et avait tenté de plonger dans l’essaim d’orcs.

Ce crétin !

Je m’étais éloigné de la tuile noire où je prenais position et j’avais sauté devant Ichinomiya. J’avais arrêté la ruée d’Ichinomiya comme si je me jetais sur lui.

« Qu’est-ce qu’il y a, Doumeguri !? » s’écria Ichinomiya.

Le coup d’un orc avait frappé dans mon dos.

« Guaah. »

Le nombre 30 avait flotté en l’air. Mais heureusement, il n’y avait pas de seconde attaque. Le panneau ☆ dessiné sur mon dos semblait fonctionner. L’orc semblait perplexe, sans savoir quoi faire.

« Haaaaaaaaaaaaaaaah ! »

Le coup violent d’Asagiri avait alors fauché l’orc. Dans cet intervalle, je m’étais rapproché de l’oreille d’Ichinomiya.

« Pars ! À en juger par les apparences, la pièce suivante est celle où se trouve le dernier boss. Si tu bats le boss, je te promets que tu ne seras plus un “individu lambda” ! » déclarai-je.

« Mais nous serons pris en sandwich par les ennemis ! » répondit Ichinomiya.

« J’ai une idée. Vas-y ! » déclarai-je.

Ichinomiya s’était mordu les lèvres et s’était retourné. Asagiri avait été surprise de son action et regarda vers lui en réponse.

« Hein ? Akira-kun !? Où vas-tu ? » demanda Asagiri.

« Attends, Ichinomiya ! Est-ce que tu nous abandonnes à nouveau ? » cria Ougiya.

Je poussai sur le dos d’Ichinomiya et l’envoyai dans la pièce suivante comme si je l’envoyais voler. Très bien ! Maintenant, la dalle noire ─ !?

J’avais trébuché avec quelque chose et j’étais tombé en avant. Il restait une distance d’environ 50 cm par rapport au carreau noir.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

J’avais vu quelque chose me saisir les pieds, et la peur s’était propagée en moi.

« Même si tu essaies juste de t’échapper, je ne te laisserai pas faire ! » Busujima s’était accrochée à mes pieds en me disant ça. « Tout est parti en vrille depuis ton arrivée ! Même Akira est en colère ! Espèce de parasite ! »

« C’est mauvais ! Nous allons essayer d’y aller en premier ! »

« Hé ! C’est un repli stratégique, n’est-ce pas !? »

C’est terrible ! À ce rythme, mon plan sera ruiné !

J’avais traîné Busujima, en direction de la tuile noire en rampant.

« Merde ! »

Ma main avait touché la dalle noire juste avant que la guilde 2A et les orcs ne se battent entre eux, essayant d’entrer dans la pièce. À ce moment, les barres de fer étaient tombées avec un élan formidable. Le chemin vers la chambre du dernier boss avait été bloqué, ce qui avait provoqué un fort bruit souterrain.

« Wôw !? Qu’est-ce que c’est que ça ? » cria Arisugawa.

« Des barreaux de fer ? » Yamada répondit au cri d’Arisugawa s’il avait tout compris.

Arisugawa avait laissé échapper une voix en pleurs, en saisissant les barres de fer qui lui barraient la route.

« Que devrions-nous faire ? Sommes-nous enfermés ? » demanda Arisugawa.

« Eeeeeh !? » Asagiri, qui retenait les orcs à l’entrée, avait laissé sortir une voix troublée.

« Les gars ? » Ichinomiya, également surpris, se retourna.

Mais derrière Ichinomiya, un golem d’adamite de cinq mètres de haut s’était approché de lui, faisant des bruits comme si des pierres se frottaient les unes contre les autres. Ses bras énormes s’étendaient pour attraper Ichinomiya.

« Kuh ! » Ichinomiya roula immédiatement sur le côté, échappant aux mains du golem d’adamite.

« Bon sang ! Les gars, allez-vous bien ? » Ichinomiya regarda calmement dans la pièce tout en nous criant dessus.

En plus du golem d’adamite, il y a un monstre de type mante appelé « Mante d’argile ». Un monstre végétal « Rose de Sable » s’approchait lentement. Chacun d’entre eux était un monstre de niveau 20.

Et encore une chose. Il y avait un trou, une sortie au fond de la pièce.

« … Merde ! »

Ichinomiya avait eu des sueurs froides, alors qu’il comparait la sortie avec ses yeux, les monstres et nous à travers les barres de fer.

Il ne gagnera pas s’il se battait tout seul. Ce serait la même chose si la quête échouait. Il valait mieux survivre seul que d’être anéanti. Ichinomiya devrait être capable de prendre une décision aussi logique. Mais ceux qu’on laissait mourir sans aider les autres ne penseraient pas de cette façon.

S’il s’échappait d’ici, il ne serait plus jamais le chef. Mais il ne pouvait pas gagner s’il combattait les monstres en faisant preuve d’imprudence. S’il continuait à faire ce qu’il voulait jusqu’au bout, la quête échouerait et nous serions anéantis.

Et ainsi, il n’y aurait pas de réintégration d’Ichinomiya.

« Merde ! Pourquoi sommes-nous piégés dans un endroit comme çaaaaa ! »

« Doumeguri ! C’est ta faute, n’est-ce pas ? » cria Busujima.

Quoi !?

Busujima m’avait lâché les pieds et s’était levée. Puis elle m’avait regardé d’un air renfrogné comme si elle cherchait à se venger.

« Je l’ai vu ! Au moment où tu as touché cette pierre noire, la grille de la prison s’est fermée ! » cria Busujima.

J’avais fait une grimace vexante et j’avais secoué la tête. « De quoi parles-tu, Busujima-san ? Je n’ai pas ─ »

« Pousse-toi ! » cria Busujima.

Me repoussant de force, Busujima avait touché le carreau noir du sol. Lorsqu’elle appuya dessus, en faisant un effort, elle entendit un clic, alors que cela s’enfonçait d’environ deux centimètres.

« … Je le savais ! » cria Busujima.

Busujima avait affiché une expression haineuse et frappa cette tuile à plusieurs reprises. Cependant, la barrière ne bougea pas.

« Aaaaaaaaah ! Allez ! Pourquoi ne s’ouvre-t-elle pas ? Doumeguri ! Ouvre la grille dès maintenant ! » ordonna Busujima.

Mais j’étais juste troublé.

« E-Euh, même si tu dis cela, je n’avais pas réalisé qu’il y avait un tel piège ! » déclarai-je.

Ougiya plaça sa main sur son front et cria une lamentation. « Kaaaaaaaaaa ! Doumeguri n’est-il pas un fardeau ? »

Mais Ichinomiya avait répondu à cette voix. « Doumeguri… ? »

Puis, il nous regarda en pointant son épée vers les monstres. Pendant un instant, nos regards s’étaient croisés. À ce moment-là, les yeux d’Ichinomiya,

j’ai compris.

Il semblait l’avoir dit.

***

Partie 3

Asagiri avait crié tout en tailladant un orc. « Tout le monde ! Puisque les barres de fer ne s’ouvrent pas, aidez-moi vite ! Je ne peux pas les retenir seule ! »

Asagiri, Shizukuishi, Hinazawa, Yuki et Miyakoshi avaient forcé les orcs à repasser par l’entrée. Cependant, les renforts étaient apparus les uns après les autres, et ils atteignirent rapidement leurs limites.

« C’est plutôt mauvais ! Je vais vous aider à faire un blitzkrieg ! Yahoooo ! » cria Leonhardt.

« Allons-y tout de suite ! »

Avec Leonhardt qui était parti le premier, Arisugawa et Yamada, qui s’accrochaient aux barres de fer, ils avaient couru pour les soutenir.

Je m’étais levé et j’avais essayé de les suivre.

« Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! »

Mais à ce moment-là, la ligne de défense s’était effondrée. Les orcs se précipitèrent à nouveau dans la salle. Asagiri, qui avait couru après les orcs qui avaient essayé de passer par l’arrière de la Guilde 2A, leur avait fait des coups perforants avec son épée.

Les orcs qui étaient entrés dans la pièce se déplaçaient tous en ordre dispersé, de sorte qu’ils ne pouvaient pas être vaincus d’un seul coup par la magie de Shizukuishi.

« Kyaaaaaaaaaaaah. »

Yuuki, un guerrier, s’était enfui loin des orcs attaquants avec des yeux larmoyants. Les quelques combattants n’avaient cependant pas d’autre choix que d’y faire face. Pour Yuuki, qui était une personne extrêmement timide et qui avait peur des étrangers, les orcs n’étaient rien d’autre que la représentation de la peur.

La bataille entre les deux camps enchevêtrés n’était plus une bataille de groupe. C’était le chaos, il n’y avait pas de coordination, et chacun d’entre eux luttait désespérément. Il n’était plus possible de les forcer à revenir.

Maintenant, la guilde 2A sera à nouveau anéantie avec cette menace.

J’avais fait semblant de dégainer mon épée et j’étais lentement revenu vers le mur. Certains orcs essayèrent de m’attaquer, mais ils regardèrent le symbole ☆ et firent semblant de ne pas me voir.

C’était évidemment contre nature, mais personne ne s’en rendrait pas compte au milieu de ce chaos. Est-ce que je devais faire semblant d’être attaqué et me réfugier dans la pièce ─ cachée,

Mais à ce moment-là, un choc m’avait frappé au genou.

« Guah ! »

Et le chiffre 20 s’était placé au premier plan.

Pendant un moment, je m’étais demandé si un orc n’avait pas suivi l’ordre et qu’il m’avait attaqué, mais il n’y avait pas d’orc près de moi. Au lieu de cela, Busujima avait placé sa baguette magique vers moi.

« Que… Busujima-san ? » demandai-je.

L’extrémité de la courte baguette d’environ 50 cm de long brillait en bleu.

« Gaah !? » criai-je.

Un vent s’était levé et avait pénétré mon corps. C’était une magie offensive qui manipulait le vent utilisé par les artistes divins.

« C’est ta faute… rien de bon n’est arrivé depuis que tu es arrivé. Ton plan est de me séparer d’Akira, n’est-ce pas ? » Busujima se plaignit en pleurant.

Pendant ce temps, un orc s’était glissé derrière Busujima.

« H-hey ! Busujima ! Derrière toi ! » criai-je.

Mais elle n’entendait pas ce que je disais. La hache de guerre de l’orc s’était abattue sur le dos de Busujima. Cependant, pendant ce temps, Busujima s’avançait vers moi comme si elle était possédée par quelque chose. Même si ses points de vie diminuaient régulièrement, le concept de récupération ne semblait pas être en elle.

« Tout est de ta faute ! Je n’ai pas été mauvaise ! Et pourtant, Akira ne me regarde pas ! Je ne suis plus comme avant ! Je suis devenue jolie et personne ne s’est moqué de moi ! Tout allait bien jusqu’à présent, mais tout est devenu étrange depuis ton arrivée ! » cria Busujima.

Elle m’avait poussé en criant des choses qui n’avaient aucun sens et nous avions basculé.

« Guooh. »

Nos positions changèrent de place et l’attaque de l’orc me frappa dans le dos. Le chiffre 30 était apparu.

C’est mauvais ! Si le prochain me frappe, je risque de mourir !

J’avais pressé de toutes mes forces le corps de Busujima contre le mur. Le mur se déplaça alors comme une porte, et nous étions tombés, comme si nous essayions de nous emmêler l’un à l’autre de l’autre côté du mur.

Voici la pièce cachée. La porte cachée se replaça immédiatement comme elle était avant grâce à la force des ressorts. Les orcs connaissaient naturellement cette pièce, mais ils ne nous poursuivirent pas. Ils suivaient les ordres du Roi-Démon.

Mais une crise plus immédiate était sous mes yeux.

Alors qu’on s’était emmêlé et qu’on était tombé, j’étais là, chevauché par Busujima. Busujima, qui me bloquait. Elle m’avait regardé avec un visage comme si elle cherchait à se venger et elle avait tourné la pointe de la baguette devant moi.

« Doumeguri ! Pourquoi fais-tu ─ !? » me demanda-t-elle en criant.

Le bout de la baguette de Busujima brillait déjà d’une lumière bleue.

Un message s’était affiché lorsque mon doigt avait ouvert rapidement le menu.

« Authentification de l’âge ─ ceci n’est pas adapté aux moins de 18 ans. Êtes-vous sûr de vouloir l’utiliser ? »

J’avais appuyé sur le bouton d’accord sans un instant de retard, et un peu plus vite que la lumière émise par la pointe de la baguette ─,

Un symbole en forme de cœur avait émergé sur la poitrine de Busujima.

 

─ Ecstas.

 

La magie exclusive du mode adulte qui faisait que l’ennemi était dans un état obscène et augmentait ses désirs, lui faisant perdre son jugement normal. C’était l’une des deux seules magies que le Roi-Démon Hellshaft pouvait utiliser. Busujima avait immédiatement eu un regard langoureux, alors que ses joues rougissaient et que sa bouche restait ouverte. Elle n’avait pas bougé comme si elle s’était évanouie avec les yeux encore ouverts.

« Hé, Busujima… tu m’entends ? » demandai-je.

« … Meg. »

« Hein ? » m’exclamai-je.

Busujima marmonna d’une voix vraiment faible, puis elle étira le bout de ses doigts et se déplaça pour faire fonctionner le menu.

« Euh !? » demandai-je.

L’équipement de Busujima avait disparu en un instant. Lorsqu’elle avait enlevé ses vêtements d’artiste divin, ce qui apparaissait en dessous était un soutien-gorge et une culotte rose étonnamment mignons.

« Je déteste mon nom de famille Busujima… alors… J’aimerais que tu m’appelles Meg, » déclara-t-elle.

J’étais de plus en plus effrayé par la situation, alors j’avais tenté de m’éloigner de Busujima qui avait marmonné tout en semblant timide.

« Euh, est-ce que c’est si… ? Alors, Meg ? Peux-tu un peu te calmer ? Nous sommes en plein milieu d’une quête, » déclarai-je.

« — ? »

Busujima avait incliné la tête. Oh merde, même sa capacité normale de penser lui a été enlevée ? Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander ce qui se passait dehors. En fait, j’allais m’enfermer ici tout seul et une fois qu’ils auraient été anéantis, j’irais dehors en tant que Hellshaft… mais mon plan avait complètement échoué.

« Hé, Doumeguri-kun, suis-je belle ? » me demanda Busujima tout en courbant sa taille de façon langoureuse d’avant en arrière. La douce sensation du bas du corps de Busujima était pressée contre mon abdomen. Je ressentais une nouvelle excitation.

« Eh bien, je pense… que tu es très belle, » déclarai-je.

En plus, une bretelle de son soutien-gorge n’était pas reliée et sa poitrine était plus ou moins visible.

« Je suis heureuse…, » Busujima avait souri comme si elle l’avait fait du fond du cœur. « Je veux être belle. Parce que mon nom de famille est Busujima… les élèves de l’école primaire se sont moqués de moi… »

As-tu été victime d’intimidation dans le passé ? Je n’arrivais pas du tout à l’imaginer.

« À ce moment-là, les mannequins amateurs qui apparaissaient dans les magazines de mode étaient très belles, dignes et amusantes. Alors je me suis demandée “si j’étais comme elles, ils ne se moqueraient pas de moi, n’est-ce pas ?”, » avoua Busujima.

Busujima avait posé ses mains sur ses seins pour les cacher et m’avait regardé comme si elle me faisait des reproches. « Tu les as regardés tout ce temps… »

« Eh ! Non, désolé. Ce n’était pas mon intention…, » m’excusai-je.

« C’est… très embarrassant, » déclara Busujima.

« Hmm ? Embarrassant ? » demandai-je.

L’Ecstas, ça a-t-il marché, n’est-ce pas ?

J’avais regardé à nouveau Busujima. Ses yeux étaient teints en rose et ses pupilles étaient remplies de larmes. De la sueur était légèrement présente sur sa peau, et sa respiration était rude. Le bas de son corps se frottait légèrement contre le mien, essayant de le secouer. Il n’y avait aucun doute. C’était l’effet de l’Ecstas.

Pourtant, le fait que l’effet aphrodisiaque soit faible signifiait-il que cette jeune fille avait une conduite inappropriée inattendue ?

« C’est la première fois que je fais ce genre de choses avec un garçon…, » déclara Busujima.

Tu mens ! Dis-tu ça même si tu as manifestement un caractère facile !?

La lumière du désir brûlait dans les yeux de Busujima. Pourtant, elle jetait des coups d’œil vers moi en détournant ses yeux en étant apparemment très gênée.

« Ne pense pas que… ce que je fais est un jeu. Peux-tu y réfléchir sérieusement ? » demanda Busujima.

Eh !?

Je ne peux pas le croire. Je ne m’attendais pas à ce qu’une personne qui a reçu l’Ecstas me demande quelque chose comme ça ! Non, ce qu’elle dit doit être vrai ! Mais Busujima, l’as-tu vraiment dit ?

Elle m’avait regardé d’un air sérieux, peut-être avait-elle peur que je ne lui réponde pas.

« Tu vois… Je veux donner ma première fois à la personne que j’aime vraiment… et j’espère… penser au mariage…, » déclara Busujima.

Ma-ma-mariage !? C’est trop ! Comment se fait-il que toi, qui as décidé de me pousser à faire un choix aussi lourd, soit une telle garce alors que tu as pourtant un cœur pur comme ça ? Sois honnête pour une fois !

« Si tu penses sérieusement à moi… alors c’est bien, » déclara Busujima.

Elle avait enlevé ses mains. Le soutien-gorge qui avait déjà un peu glissé s’était encore plus desserré et les courbes rondes et marron foncé ainsi que les anneaux rose pâle qui n’avaient jamais été touchés étaient devenus visibles.

Ma gorge résonna involontairement.

Les seins de ma camarade de classe Busujima, arrogante et irritante, tremblèrent devant moi. Je les regardais fixement sans réfléchir, mais d’une certaine manière, je les avais quittés des yeux. Puis, le sourire à 100 % pur de Busujima qui me souriait joyeusement s’était retrouvé devant moi.

C’est mauvais ! C’est totalement mauvais ! En tout cas, je ne suis plus Hellshaft maintenant. Je suis l’authentique Doumeguri Kakeru. Je serai attaqué si l’effet de l’Ecstas est brisé. Je dois récupérer mes points de vie tant que je peux le faire !

J’ouvris le menu et je sélectionnai un médicament dans la liste des articles. D’accord, je sélectionne ça… et le bout du doigt que j’avais appuyé s’était enfoncé dans un objet mou.

« Oh ♡ un… vilain garçon! » déclara Busujima.

Uwaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !

Busujima tenait ses seins alors qu’elle pliait son corps librement d’avant en arrière.

Non, non, non ! J’ai touché les seins de Meg-san. C’est un accident, un simple accident ! Ce n’est pas du tout mon intention ! Bon sang. Bien que je me sois senti mieux avec les médicaments, beaucoup d’endroits finiront par se sentir encore mieux, n’est-ce pas ?

Busujima tenait ses seins et tordait son corps comme pour me faire attendre.

« Non tu ne peux pas. Je ne te laisserai pas les toucher tant que je n’aurai pas entendu ta réponse ♡, » déclara Busujima.

Merde. Bien que je n’en avais pas l’intention, il semblerait qu’elle se soit entichée de moi. J’avais l’impression d’avoir été vaincu d’une manière ou d’une autre.

« Qu’en penses-tu ? Toi… ne m’aimes-tu pas ? Es-tu dégoûté ─ par ça ? » me demanda-t-elle.

Busujima avait eu une sensation quelque peu inconfortable et avait appuyé sa taille, ou plus précisément son entrejambe, contre mon abdomen.

« Quelque chose est tout dur là… qu’est-ce que cela peut-il être ─ ? » demanda Busujima.

Elle avait remarqué ça, puis la couleur rose qui avait teint ses joues avait fini par teindre tout son visage en rouge.

« C’est… celui d’un garçon… e, eeeeeh !? » s’exclama-t-elle.

Puis elle s’agita et regarda autour d’elle.

« Non, non. Que dois-je faire ? Pourquoi est-ce si dur ? Est-ce devenu comme ça… à cause de moi ? » demanda-t-elle.

Elle s’était lentement mise à tourner la taille avec des yeux remplis de désirs.

« Nnn… ah. »

Peut-être qu’elle bougeait inconsciemment. Busujima elle-même ne se rendait pas compte qu’elle se pressait la taille.

***

Partie 4

« Hé… si possible… Je veux entendre correctement… ce que tu penses de moi…, » me demanda-t-elle.

Un côté du soutien-gorge avait complètement glissé de la poitrine de Busujima, et l’un des seins était de nouveau visible. La couleur rose apparemment éclatant qui m’avait donné un aperçu du décolleté avait clairement fait son apparition. Le point central n’était-il pas aussi net que je l’avais prévu, car il semblait présenter une sensation d’effondrement ?

Oh, en tout cas, et contrairement aux Hellanders, à quel point la nudité de mes camarades de classe était-elle réaliste graphiquement ? De plus, les seins d’une personne qui n’était généralement pas consciente étaient un peu plus surprenants, et bien que ce soit naturel d’enlever ses vêtements, je ressentais toujours une étrange surprise. Et je me sentais coupable. Est-ce là ce qu’on appelle un érotisme lugubre ?

Même si tout le monde était tourmenté à mort par des monstres à l’extérieur, faire cela dans un moment comme celui-ci semblait immoral… hmm ?

J’avais entendu des voix vives venant de l’extérieur.

Ce n’était pas des cris d’agonie. Était-ce plutôt ─ des cris de joie ?

« Désolé, Meg… peux-tu me permettre de me lever ? » demandai-je.

« Hmm… ? D’accord ? » déclara-t-elle.

Elle n’avait pas compris et avait montré un sourire lubrique avec un visage distrait, puis elle m’avait lâché et s’était allongée sur le sol. Je m’étais levé, j’avais ouvert un peu la porte dissimulée en mur et j’avais regardé par l’ouverture.

N’y a-t-il plus personne ?

J’avais ouvert la porte et j’étais sorti. Je ne voyais pas les orcs, tout le monde avait été tué.

Êtes-vous sérieux ?

Les barres de fer à l’entrée avaient été ouvertes avant que je ne m’en rende compte. Des sueurs froides coulèrent sur mes joues. J’étais passé sous les barres de fer et étais entré dans la pièce où se trouvait le golem d’adamite.

Il n’y avait pas de monstres là-bas. Au lieu de cela, il y avait une montagne de minerai qui émettait une lumière jaune-vert. Et la silhouette d’Ichinomiya se tenait devant cela.

Que se passe-t-il. ?

Pas question… toi, Ichinomiya.

« N’es-tu pas étonnant, Ichinomiya ? Tu as vaincu tous les monstres tout seul, maintenant je te vois sous un jour plus positif. Ne penses-tu pas la même chose, Uiko ? »

« Euh, oui… il est incroyable. »

« Incroyable ! C’est comme un samouraï ! »

Ichinomiyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Salaud! Et mon plan !

Incapable de le croire, je fixais Ichinomiya, qui était entouré et loué par tout le monde.

« — Eh bien, nous avons été vraiment surpris ! Ichi… quand Akira-kun a vaincu le boss, les orcs se sont enfuis en un instant. Tu es vraiment incroyable. Se pourrait-il qu’Akira-kun soit un dieu ? » demanda Ougiya.

Ichinomiya répondit avec un sourire amer à Ougiya qui revenait de l’appeler « Akira-kun » comme toujours.

« Il n’y a aucune chance que ce soit vrai, n’est-ce pas ? Je viens de le vaincre. D’ailleurs, c’est grâce à tous ceux qui ont freiné les orcs, » déclara Ichinomiya.

Je vois ! Maudit sois-tu, Ichinomiya ! As-tu découvert que le golem d’adamite était le patron ?

Cela avait été une courte bataille décisive au cours de laquelle il s’était concentré sur le golem adamite sans vaincre les autres monstres. La quête était un succès si le golem d’adamite était vaincu. Les autres petits avortons s’étaient échappés. Si l’employeur disparaissait, les mercenaires s’enfuiraient aussi.

Pourtant, je ne pensais pas qu’une victoire rapide comme celle-ci serait possible. La cause de la victoire était probablement le fait qu’Ichinomiya avait monté de niveau lorsqu’il était seul. Moi, plus que quiconque, j’étais trop optimiste.

« Hé… où es-tu allé ♡ ? »

J’avais alors entendu la voix sensuelle de Busujima par-derrière.

Oh non ! J’avais ouvert le menu en vitesse et j’avais annulé l’effet de l’Ecstas. Puis, il y avait eu des « kyaa », des « hyaaa » et des bruits de rage derrière moi. C’était pour cette raison que tout le monde m’avait remarqué.

« Uooh !? Si ce n’est pas l’entrée du criminel de guerre de classe A !? » Ougiya m’avait montré du doigt et avait fait une grimace.

« Hein ? Étais-tu en sécurité, Doumeguri-kun ? Je suis sûr que je ne pouvais pas te voir… »

« Oh ! C’est ça ! Le ninjutsu, n’est-ce pas ? Ongyou no Jitsu ! »

Ougiya avait fait un signe de la main à gauche et à droite à Arisugawa et Leonhardt.

« Oh non non, il se cachait pour se sauver. Même si nous avons été piégés par sa propre bévue, pourquoi es-tu si égoïste ? » demanda Ougiya.

Ougiya, qui l’avait dit en ayant l’air dégoûté, et le reste du groupe m’avaient regardé avec des yeux comme s’ils regardaient des ordures. Même Yuuki me faisait des reproches. Miyakoshi avait froncé les sourcils et était venue me demander.

« Heeey, étais-tu peut-être avec Meg ? Je ne l’ai pas vue —, » déclara Miyakoshi.

Busujima s’était présentée derrière moi, l’air mal à l’aise.

« Meg ! Je le savais ! » cria Miyakoshi.

Me repoussant, Miyakoshi avait enlacé Busujima.

« Hé, où t’étais-tu cachée ? J’étais très inquiète, tu sais ? » déclara Miyakoshi.

« Ouais… désolée, » répondit Busujima.

Busujima avait un comportement ouvertement suspect. Ses yeux n’arrivaient pas à se fixer sur quelque chose, son visage était rouge et ses mains bougeaient sans cesse. Parce qu’elle était soupçonnée d’agir de manière étrange, elle s’était rapidement calmée.

« Eh bien, quand je me suis appuyée sur le mur… Je suis tombée de l’autre côté. C’était comme une pièce cachée. Il m’a fallu un certain temps pour sortir… Je suis désolée, » déclara Busujima.

« Vraiment ? C’est donc ce qui s’est passé. Alors, tu étais avec Doumeguri ? » demanda Miyakoshi.

Miyakoshi m’avait jeté un regard noir.

« Eh bien… ce fut une bataille féroce. Je veux dire, au moment même où nous avons subi l’attaque des orcs, » déclarai-je.

« Hmmm. Vous étiez donc seuls tous les deux… Meg, a-t-il fait quelque chose de bizarre ? » demanda Miyakoshi.

Busujima avait soudain éclaté de rire. Puis, elle avait agité les paumes devant son visage rouge vif à gauche et à droite à grande vitesse. « Non, non, non, non, non, non, non, non, non ! Absolument pas ! Cet homme solitaire, pas très cool et qui ressemble à de la racaille n’a aucune valeur pour moi ─. »

Miyakoshi avait été effrayée pendant un moment, mais elle avait rapidement calmé Busujima.

« Je sais, je sais. Désolée de t’avoir taquinée, » déclara Miyakoshi.

Je m’étais dirigé vers le fond de la salle, vers la boîte contenant la Sainte Tombe. Asagiri se tenait là, le regard fixé sur la boîte. En passant à côté d’Ichinomiya, Ougiya s’était montré quelque peu enjoué.

« Bon sang, à cause de Doumeguri, nous étions à nouveau au bord de l’anéantissement. Tu dois remercier Akira-kun et t’excuser auprès de nous, d’accord ? » déclara Ougiya.

Je m’étais arrêté de marcher et j’y avais un peu réfléchi. C’est certainement comme ça. C’est naturel maintenant que mon plan a échoué. Je m’étais tourné vers tout le monde et j’avais baissé la tête.

« Je suis désolé, tous le ─, » déclarai-je.

Avant que je ne puisse finir de le dire, Ichinomiya avait couvert mes paroles avec les siennes. « Attendez, il s’agit d’un malentendu. Celui qui m’a le plus aidé cette fois-ci c’est ─. »

Merde ! Ne vas-tu pas arrêter de me saboter à un moment donné ?

Je m’étais immédiatement tourné vers Ichinomiya et j’avais attrapé son bras.

« ─ ? Doumeguri, » demanda Ichinomiya.

« Ne dis rien, » j’avais murmuré ces mots.

Le visage d’Ichinomiya s’était un peu assombri. Était-ce par pitié ou par culpabilité ? Mais garde donc ces choses, ton autosatisfaction, ton romantisme et tout cela dans ton cœur.

Je m’étais de nouveau incliné.

« Désolé, tout le monde. Mais… c’est génial, n’est-ce pas ? Je me demande à quel point cela va se vendre, » déclarai-je.

J’avais montré les restes du golem d’adamite.

« Ç-Ça !? Qu’en est-il ? On sera incroyablement riche, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, l’adamite se vend bien, n’est-ce pas ? Avec ce montant, je suis sûr que ce sera un chiffre insensé. Ichinomiya sera la personne la plus riche du monde. »

Ougiya et Hinazawa firent sortir des voix excitées, et ils s’accrochèrent à cette histoire pour voir si le reste du groupe était inquiet. L’or était le meilleur moyen de changer de sujet rapidement.

« Non, ce n’est pas ma force seule qui a fait cela, » Ichinomiya m’avait regardé et avait parlé. « J’ai remporté la victoire avec tout le monde, c’est le résultat. Partageons-le équitablement entre nous. »

« Yahoooooooo ! Akira-kun est étonnant ! »

« Tu es incroyablement génial ! »

« C’est tellement cool ! J’aime les hommes généreux ! »

Des voix de joie s’étaient rapidement fait entendre dans le donjon. Tout le monde était très excité autour d’Ichinomiya. Eh bien, Shizukuishi affichait des yeux emplis de froideur et était loin de nous.

Et il y avait aussi une autre personne différente.

Debout devant le coffre au trésor, elle tournait le dos à tout le monde.

Je l’avais abordée comme si j’étais attiré par son apparence de dos.

 

 

« … Asagiri ? »

Mais Asagiri était envoûtée par l’épée de porcelaine blanche qu’elle tenait dans ses mains, comme si elle ne pouvait pas m’entendre.

« Si j’ai ça, je peux vaincre le Roi-Démon… fu, fufufufufu. »

D’une certaine manière, ses yeux tournaient en rond, ils n’avaient pas de reflets, en parlant franchement, elle avait des yeux dangereux.

Ah, reviens à la raison, Asagiri ! Reviens à la raison !

« Ha ! Qu’est-ce que tu dis ? » m’écriai-je.

Mon cri sincère lui est-il parvenu ? Asagiri avait repris ses esprits et avait rougi, l’air embarrassé.

« Oh, c’est donc la Sainte Tombe… » Avant que nous le sachions, Shizukuishi était arrivée vers nous et avait regardé dans les mains d’Asagiri avec un rire méprisant. « Mais si vous ne connaissez pas l’identité du Roi-Démon, ce n’est qu’une épée émoussée. »

« Oui… à partir de maintenant, il faudra réfléchir à son nom, » déclara Asagiri.

Ichinomiya était venu, accompagné de tout le monde.

« La véritable identité du Roi-Démon, qu’est-ce que cela signifie ? Si c’est un monde de jeu, alors le Roi-Démon est aussi un programme, n’est-ce pas ? » demanda Ichinomiya.

Yamada avait levé le visage comme s’il avait été frappé par une bonne idée. « Donc, si nous écrivons un programme… »

Au moins, tu connais la langue du programme… mais ce n’est pas le cas.

Hinazawa avait gémi, les bras croisés. « Plus conceptuel, peut-être la peur ? Le chaos ? »

« Hé ! Il y a peut-être une personne à l’intérieur ! Le nom de celui qui le contrôle ! » demanda Leonhardt.

La remarque de Leonhardt avait naturellement été ignorée. Les opinions les plus diverses avaient continué à se croiser. C’est alors que la voix d’Asagiri, avec un sens différent, s’était frayé un chemin comme pour insérer un couteau dans la discussion.

« Hé, tout le monde. Puis-je garder... La Sainte Tombe ? » demanda-t-elle.

Cependant, je ressentais quelque chose comme une pression dont je ne pouvais pas dire si elle existait ou non dans l’air dont Asagiri était revêtue.

Asagiri !? Non, non, au moins quelqu’un d’autre ─.

« Pourquoi pas ? Ce sera un soulagement si c’est toi qui l’as, » Ichinomiya répondit avec un sourire rafraîchissant, et personne ne s’y opposa.

Bon sang… ce n’est pas ce que je voulais, mais je ne vois aucune raison de ne pas être d’accord. Et ce n’est pas une bonne idée d’en faire tout un plat maintenant.

Au moment où je m’étais dit que c’était mieux que de la confier à Shizukuishi. La voix d’Arisugawa s’était fait écho.

« Hé ! Les gars, venez ici ! »

La voix d’Arisugawa venait de l’entrée arrière du donjon. La tension traversa le corps de chacun des individus ici.

Des ennemis sont-ils encore à l’affût ?

Ichinomiya lança un appel à tous. « Allons-y, tout le monde ! »

Avec Ichinomiya agissait comme l’avant-garde, nous avions commencé à courir pour voir si quelque chose était arrivé à Arisugawa. Asagiri commença à courir alors qu’elle rajouta la Sainte Tombe dans son inventaire.

Nous avions couru dans la grotte. Assez rapidement, la fin de la grotte devenait progressivement plus lumineuse. En tournant au coin de la rue, nous avions été soudainement enveloppés d’une lumière éblouissante. Le flot de lumière était douloureux pour nous qui nous étions habitués au sombre donjon.

C’est quoi ça ─ ?

Au fur et à mesure que mes yeux s’y habituaient, je voyais à peine quelque chose dans mon champ de vision rempli d’une brume blanche.

Il n’était pas étonnant que ce soit éblouissant.

J’étais sur une falaise à l’extérieur du donjon où le soleil frappait brillamment et sans cesse sur elle. Et ce que je pouvais voir en bas, c’était la mer bleue où le soleil correspondait vraiment bien avec.

Des voiliers blancs flottaient dans la mer. Un port était devant nous, et il était entouré de plages de sable et de bateaux. De là, le terrain devenait une pente, avec des maisons aux murs blancs qui reflétaient la lumière du soleil, alignées sur des pentes raides. Leurs toits étaient orange, donnant une ambiance de station balnéaire du sud de la France ou de l’Italie.

Ce qui s’étendait devant mes yeux était la mer que je voyais pour la première fois depuis mon arrivée à Exodia Exodus.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire