Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 1

***

Chapitre 1 : La Sainte Tombe

***

Chapitre 1 : La Sainte Tombe

Partie 1

Quand j’avais ouvert les yeux, j’étais dans un temple à l’extérieur de la ville de Caldart. Cet endroit était également un lieu de culte shintai, j’y apparais toujours si je me déplaçais à Caldart par téléportation. Il y avait un léger brouillard dans la pièce ce qui lui donnait une allure sacrée. J’avais regardé autour de moi dans la pièce où un air frais dérivait. Il n’y avait pas de silhouettes de créatures vivantes dans cet espace complètement silencieux et sacré. À proprement parler, de nombreux joueurs feraient l’aller-retour dans la ville, mais heureusement, la fonction de téléportation n’était pas mise en œuvre pour les joueurs ordinaires. En effet, elle était réservée à moi seul.

Je m’étais plaqué contre la porte de la sortie. On n’était jamais trop prudent. J’avais à peine ouvert la porte et j’avais regardé dehors. On dirait qu’il n’y avait pas grand-chose ici, mais je devais faire attention. Quand j’avais sorti mon corps par la fente de la porte, je m’étais enfoncé dans le flot de gens avec un visage désinvolte. Et je me fondis ainsi rapidement dans le paysage urbain.

Je regardai le paysage qui passait à côté de moi en marchant et je constatai que la reconstruction progressait considérablement. Deux semaines s’étaient écoulées depuis la bataille de capture de Caldart. Pendant ce temps, les habitants de la ville avaient vigoureusement progressé dans la reconstruction de la ville, et le paysage urbain exotique et magnifique, caractéristique de Caldart qui combinait l’Europe et le Proche et Moyen-Orient, était de retour. Les bâtiments entourés d’échafaudages devenaient de plus en plus grands, et les pavés de pierre de couleur beige et les bâtiments en pierre devenus beaux se multipliaient. Le nombre d’ouvriers NPC impliqués dans les travaux de réparation avait augmenté, tout comme le nombre de stands qui avaient échangé avec leurs collègues. Grâce à cela, la vivacité des gens revenait dans la ville comme elle était avant.

Le fait de voir cette ville que moi, Hellander, j’avais détruite, être restauré de cette façon m’avait fait ressentir des sentiments de culpabilité, bien que je me sois senti soulagé à certains égards… ce n’était pas l’endroit pour être plongé dans de tels sentiments. Le but de mon retour dans la ville était de ne pas laisser le groupe 2A accepter une certaine quête. Je me souvenais du contenu du rapport écrit qu’Adra m’avait montré.

Une quête de niveau 23. C’était un type de quête dans laquelle on gagnait des récompenses en vainquant un donjon. En vainquant le golem d’adamite, le boss monstrueux se trouvant au fond du donjon, la quête était terminée. On disait que la tombe sainte pouvait y être obtenue. Le monstre qui protégeait le donjon avait déjà été déterminé, et il était impossible de m’y introduire, moi ou Hellzekter, maintenant.

Nous avions envisagé de transporter la « Sainte Tombe » à Infermia, mais elle pourrait être perdue en route et les risques d’être volée par le groupe 2A augmenteraient. En gardant cela à l’esprit, il était impossible de les arrêter ou de l’enfermer là-bas. Une unité de récupération aurait déjà dû quitter Infermia, mais le donjon se trouvait au sud de Caldart, à mi-chemin de la chaîne de montagnes de Rummel qui s’étendait comme si elle était entourée par la mer. Depuis Caldart, il faudrait normalement un jour ou deux pour s’y rendre, mais depuis Infermia, il faudrait au moins quatre ou cinq jours.

Maintenant qu’il en était ainsi, la première chose à laquelle je devais m’efforcer était de ne pas laisser le groupe 2A accepter cette quête. Parce que c’était la chose la plus facile pour obtenir ce que je voulais. Au cas où je ne serais pas capable de mener l’opinion du groupe 2A, à ce moment-là, je n’aurai pas d’autre choix que de me joindre à la quête en tant que Doumeguri Kakeru et d’être une nuisance pour pousser la quête vers l’échec. Ce sera une tâche plus dangereuse et plus fatigante. Je tournai dans la rue principale et après avoir marché un peu, je vis alors le hall de la guilde, le fief de la guilde 2A. C’était un bâtiment de six étages. Il s’agissait d’un bâtiment assez grand, surtout à Caldart. À un moment donné, il avait été partiellement détruit, mais maintenant son apparence était presque comme avant. Nous avions joué un rôle central dans ce bâtiment, pas les PNJs. J’avais pratiquement consacré ces deux semaines à ce sujet. J’avais levé les yeux avec une profonde émotion, je ne pouvais pas croire que nous l’avions restauré à ce point.

Eh bien, celui qui l’avait partiellement détruit n’était pas l’Hellzekter, mais le Shizukuishi. J’avais monté les escaliers menant à la porte d’entrée, je l’avais ouverte et j’étais rentré. Le problème était de savoir comment les persuader. J’avais quatre plans de persuasion, plus ou moins. Chacun des quatre avec des possibilités qui s’écartaient selon le flux de la conversation. La clé était de savoir si je pouvais ou non faire participer Asagiri avec succès. À proprement parler, je pensais à influencer Ichinomiya. S’il était influencé, le groupe 2A serait influencé. Mais ce n’est pas comme ça que ça se passait maintenant.

Ichinomiya avait été mal compris par les autres membres après avoir été attaqué par les succubes lors de la dernière bataille. Pendant la bataille, il avait cédé à la tentation des monstres érotiques et à cause de cela, il avait abandonné le combat. Finalement, Ichinomiya était tombé du trône du roi de la 2 A. Il n’avait toujours pas réussi à combler le vide avec tout le monde.

J’avais caché la nervosité dans ma poitrine et je m’étais approché du canapé où la guilde 2A traînait toujours.

« … Hmm? » murmurai-je.

Il n’y avait personne.

Même quand je regardai dans le hall, il n’y avait que des PNJs provenant d’autres guildes. J’avais jeté un rapide coup d’œil aux étages supérieurs au cas où, mais ils avaient disparu sans laisser de traces.

Impossible…, pensai-je.

Je m’étais précipité au premier étage et j’avais couru jusqu’au comptoir qui acceptait les quêtes. De petites et grandes annonces de recrutement de quêtes étaient affichées sur tout le mur. J’avais montré l’une d’entre elles et j’avais demandé à la dame de la réception qui était toujours assise.

« E-Excusez-moi. Le recrutement pour cette quête est-il toujours possible ? » demandai-je.

Avec un regard sérieux, la jeune femme en costume avec un degré d’exposition incroyablement élevé avait souri. « Oui, la Guilde 2A s’en charge déjà. »

Merdddddddeeeeeee ! Je suis arrivé trop tard ! pensai-je.

Mais franchement, ne m’ont-ils pas complètement abandonné ? Loin d’ignorer mes intentions, ils ignorent même mon existence ! J’ai aidé à la restauration ces deux dernières semaines, j’ai eu l’impression que nous étions des compagnons, je me suis causé beaucoup de problèmes, même si ce n’est pas mon intention ! Je me déteste de penser cela !

« Ah, on m’a confié une lettre adressée à Doumeguri-san, » déclara la préposée.

« Eh? » m’exclamai-je.

J’avais accepté l’enveloppe extraordinairement mignonne qu’elle m’avait tendue et je l’avais ouverte avec précaution.

Eh bien, on dirait qu’il n’y a pas de rasoir dedans… mais il était trop tôt pour être soulagé. En l’ouvrant, malgré l’utilisation d’une enveloppe et d’une papeterie si belle et si féminine, j’avais probablement cru que : « Beurk, as-tu cru que c’était une lettre d’amour ? Wahaha LOL, dis-moi, comment te sens-tu maintenant ? » était écrit dessus !

Je m’étais préparé mentalement et j’avais ouvert la lettre.

 

Pour Doumeguri-kun

Salut, c’est Asagiri. Je suis désolée d’être parti la première et d’avoir laissé Doumeguri-kun derrière. Tu as été surpris, n’est-ce pas ? J’ai consulté tout le monde, mais la quête a une limite de temps, alors nous avons décidé d’y aller rapidement…

Ah bien entendu, il y a le contenu de la quête cruciale, mais la quête te donne un objet pour vaincre le Roi Démon dont nous avons discuté avant de nous lancer ! Nous ne pouvons pas nous permettre de rater cette opportunité !

Je suis désolée d’avoir décidé cela sans te consulter, Doumeguri-kun. Mais tu n’es pas contre, n’est-ce pas ? En plus, c’est une arme avec laquelle nous pouvons vaincre le Roi Démon d’un seul coup !

(Nous ne pouvons pas l’utiliser sans connaître sa véritable identité ! Mais quelle est sa véritable identité ?)

Mais c’est aussi de ta faute, Doumeguri-kun, tu sais ? Tu disparais toujours tout d’un coup et je ne sais pas non plus où tu es allé. Alors, vas-tu me dire correctement où tu vas à partir de maintenant ? Si tu lis cette lettre, tu peux nous suivre si tu as le temps de nous rattraper ou attendre à Caldart si cela semble impossible. Nous ferons en sorte que ce soit un succès !

Ririko Asagiri

 

Asagiri… Tu es un vrai ange. Il semble que mon cœur, devenu irritable, se soit transformé en une substance soyeuse et lisse.

Je m’étais retourné vers la jeune femme de la réception qui m’avait souri.

« Alors, quand la guilde 2A est-elle partie ? » demandai-je.

« Hmm, laissez-moi voir… si je me souviens bien, cela s’est passé il y a environ cinq ou six heures ? Quelque chose comme ça ♪ , » répondit la préposée.

Bien qu’elle soit un personnage et l’interface du système, qu’en est-il de cette réponse heureuse ?

De toute façon, comme ils avaient 5 ou 6 heures d’avance sur moi, il serait impossible de leur courir après normalement. Je n’étais jamais allé au donjon avant, donc je ne pouvais pas utiliser la téléportation et en premier lieu, ce n’était pas non plus une ville, donc il serait suspect que je puisse l’utiliser comme cible de téléportation.

Quand il s’agit de cela, oui, j’avais l’armure du Roi-Démon.

Quand je porte cela, je pouvais augmenter mon endurance et mes capacités physiques deviennent surhumaines. Je pourrais être capable de rattraper la guilde 2A et d’arriver au donjon en premier. Malgré tout, il se pouvait que je doive continuer à courir pendant plus d’une demi-journée sans sommeil ni repos, mais je devais le faire.

J’avais levé la tête et m’étais dirigé vers la sortie de la salle de guilde.

***

Partie 2

Je courais en ce moment dans la nature sauvage. J’avais ainsi traversé des prairies, j’avais grimpé des montagnes, j’avais traversé des rivières et je m’étais frayé un chemin à travers les sommets des monts qui s’élevaient devant moi. Il y avait beaucoup de pluie et de vent, l’altitude augmentait, la température baissait et la neige tombait tout autour de moi. Même si j’avais fait plusieurs pauses sur le chemin, j’avais continué à courir dans des environnements difficiles qui avaient changé de façon frénétique pendant une demi-journée. J’étais finalement arrivé dans le donjon des montagnes de Rummel où la « Sainte tombe » avait été découverte.

Je suppose que j’étais en fait l’un des meilleurs coureurs à pied au Japon. Cependant, mes chaussures et mes vêtements se limitaient à l’armure du Roi-Démon.

« Êtes-vous…, le Roi-Démon, Hellshaft-sama !? »

Les orcs qui gardaient l’entrée du donjon me regardèrent avec émerveillement. Une agitation était présente à l’intérieur et à l’extérieur du donjon comme si une ruche était retournée.

« Le Roi-Démon est venu personnellement, allez appeler le chef du site ! Dépêchez-vous ! »

Les orcs confus disparurent rapidement dans le donjon. Au bout d’un certain temps, un orc arriva avec un équipement plus petit, mais mieux équipé que les autres. C’était probablement le chef de la zone. Quand il m’avait vu, son visage s’était raidi et des sueurs froides avaient commencé à jaillir.

« Nous devrions avoir quelques jours avant l’arrivée de l’unité de récupération… pas possible, vous êtes venus seuls, sans compagnons…, » déclara-t-il.

Avant que je ne m’en rende compte, le contremaître s’était agenouillé comme s’il s’effondrait et avait crié sur les autres orcs.

« Imbéciles ! Pourquoi restez-vous là à ne rien faire ? Vous voulez être battus à mort !? » cria-t-il.

Les orcs dans les environs s’agenouillèrent en panique et se prosternèrent devant moi, en faisant bien attention à bien écraser leur tête contre le sol. Le chef de la zone me fit un rapport d’une voix tremblante de peur.

« Pour être venu dans un endroit aussi inesthétique, je suis vraiment désolé… avons-nous fait quelque chose de mal ? »

Pour être honnête, j’avais du mal à respirer, mais ce n’était donc pas le problème. J’avais mis mes mains sur mes genoux et j’avais réussi à répondre à l’orc en reprenant mon souffle.

« O-oui… p-pour une certaine raison, je suis venu seul d’abord pour inspecter… a-alors guide-moi, » ordonnai-je.

Et ainsi, j’étais entré dans le donjon, guidé par l’orc qui se sentait obligé envers moi. L’entrée était large, mais se rétrécissait à mesure que j’y pénétrais. Il n’y avait pas de lumière, mais les rochers sur les murs rayonnaient d’une couleur jaune-vert pâle et tout le donjon était enveloppé d’une lumière vert pâle.

« Dans cette mine, on extrait des roches incandescentes. Le minerai brut est enfoui dans les murs et le sol du donjon, ce qui permet de travailler sans lumière, » en disant cela, le chef de la zone avait montré un sourire étrange sur son visage, l’air heureux.

Le passage avait fini par devenir plus étroit que le couloir de l’école, et des virages et des branches apparurent. Ils n’étaient pas naturels, quelqu’un les avait faits, en creusant des trous dans la montagne. Après avoir traversé l’entrée étroite, une pièce assez grande était apparue devant moi. Le chef s’était arrêté et avait tourné son visage vers moi.

« Et donc, quand nous avons extrait ces minerais, nous avons découvert ce donjon. Nous avons été surpris. Bien qu’il semble avoir été fabriqué par quelqu’un avant, les mécanismes des pièges fonctionnent toujours d’une manière ou d’une autre, » déclara-t-il.

« Pièges ? » demandai-je.

« Oui, à cet étage, lorsque vous marchez sur un carrelage noir, une cage se ferme, verrouillant la sortie, » expliqua-t-il.

J’avais alors regardé la sortie de l’autre côté de l’entrée où je venais d’arriver. Certainement, au plafond, je pouvais voir une partie des barres de fer qui permettait l’emprisonnement. Est-ce que cela descend, nous emprisonnant dans cette pièce ?

« Mais il semble qu’il n’y ait pas de barre de fer à l’entrée, » déclarai-je.

« Oui. Il y a plusieurs pièces cachées sur le chemin, je suppose que celles-là permettent de cacher les soldats. Et puis les torturer lentement à mort dans cette pièce, » expliqua-t-il.

« Hmm… Je vois. S’ils ne sont pas pris au piège, alors que se passe-t-il ? » demandai-je.

« Le plus fort a été placé comme gardien du trésor dans cette pièce, » répondit-il.

J’avais franchi la sortie et une pièce plus grande était apparue devant moi. Un énorme golem était assis au centre de la pièce. Je vois, est-ce le boss de ce donjon ? Tout son corps était fait de roches jaunâtres avec de petites pupilles qui brillent dans des yeux enfoncés. Sa bouche atteignait ses oreilles, et des dizaines de crocs pointus, semblables à des bijoux, étaient alignés. Il semblait grand même en position assise, mais on pouvait penser qu’il faisait près de 5 mètres en position debout. Il me regarda. Il avait l’air mignon quand il baissa la tête, mais si je le rencontrais en tant qu’ennemi, il serait une vraie menace. La guilde 2A n’était peut-être pas à la hauteur.

« C’est l’individu que nous avons utilisé pour la construction, nous l’appelons Golem d’Adamite, mais c’est le plus fort ici, donc je le laisse surveiller ici pour le moment, » déclara le chef.

En effet, c’était le premier qui avait été remplacé par de l’équipement lourd, et maintenant il montait la garde.

Je l’avais regardé et le Golem d’Adamite s’était gratté le dos comme s’il était gêné. Je n’arrivais pas à me débarrasser du sentiment que le golem est un homme d’âge moyen d’un chantier de construction qui essayait de se battre, de se maintenir, bien que dans ce cas, je ne pouvais pas en demander trop, n’est-ce pas ?

« De plus, nous avons engagé quelques mercenaires qui sont fiers de leurs compétences et qui errent près d’ici, » déclara le chef.

C’est ainsi que j’avais fait la connaissance de monstres qui ressemblaient à des roses de sable, de mante religieuse géante et d’épouvantables araignées d’un mètre de long. Quelle que soit leur apparence, ils semblent tous être des monstres de niveau 20 ou plus.

« … Je vois. Et la Sainte Tombe ? » demandai-je.

« Oui, c’est par ici…, » répondit-il.

Je regardais le mur du fond, et il y avait une boîte en bois posée sur le sol. Alors que je la regardais et que je m’en approchais, le chef de chantier ouvrit le couvercle et me la montra.

« C’est…, » murmurai-je.

C’était une belle épée blanche. Alors que le fourreau était également blanc, la lame était blanche comme de la porcelaine blanche. Une partie plate était disposée sur la lame de l’épée pour écrire un nom.

Si mon nom y est écrit, il deviendra une arme capable de me tuer d’un seul coup, n’est-ce pas ?

« Ah ! Toucher avec vos mains peut être dangereux, Roi-Démon ! » déclara le chef de chantier.

L’orc avait élevé une voix hâtive vers moi alors que j’essayais d’atteindre l’épée. Mais dans cet état, je n’avais pas à m’inquiéter de faire des dégâts. Je devais m’en assurer. De cette façon, je finirais par récupérer la Sainte Tombe. Si je pouvais faire cela, je n’avais pas à faire des choses troublantes comme être un obstacle pour la Guilde 2A et les faire échouer lors de la quête.

« … Hmm? »

J’avais touché l’épée et sélectionné la commande « Collecter l’objet », mais elle n’était pas apparue dans ma liste d’objets. Je pense que je ne suis pas éligible pour posséder cet objet.

Donc, au final, les choses ne vont pas être aussi faciles, hein ?

À ce moment-là, l’un des orcs avait fait un bond dans la pièce, suivie d’un mouvement de roulade.

« M-Mauvaise nouvelle ! Un groupe d’humains arrive dans la ville au pied de la montagne ! » cria l’orc.

Ils sont déjà arrivés !? Bon sang, il fallait que je les rencontre aussi vite.

J’avais alors parlé aux orcs qui avaient l’air inquiets. « Il fait presque nuit. Les humains vont sûrement se remettre de la fatigue de leur voyage. L’attaque aura lieu demain matin. Défendez cette épée quoiqu’il en coûte ! Compris ? »

« Oui, Sire !! »

Les orcs, les mercenaires et le golem s’étaient agenouillés et s’étaient inclinés profondément.

« Encore une chose, il faut être prudent. Un type parmi eux a dessiné les symboles ☆ sur son armure et son bouclier. Il est inutile de se mêler de ses affaires, » déclarai-je.

« Hein ? Qu’est-ce que ça fait… ? » demanda le chef du chantier.

« Hmm. Cette personne peut être un peu utile. Essayez de le laisser faire ce qu’il veut pendant un certain temps, c’est tout. Ne vous inquiétez pas pour lui, » ordonnai-je.

J’avais continué à donner des ordres aux orcs qui penchaient leur tête avec perplexité.

« Une dernière chose, creusez un trou dans le mur de cette pièce et préparez une pièce cachée. Il n’est pas nécessaire d’y cacher des soldats. Au contraire, personne ne doit s’en approcher, » ordonnai-je.

J’avais jeté un coup d’œil aux orcs qui s’étaient à nouveau inclinés profondément puis je m’étais dirigé rapidement vers la sortie. Puis, je sortis du donjon et je courus vers le bas, en m’assurant de ne pas être vu. J’avais fait un détour, ne suivant pas le chemin de montagne et je m’étais dirigé vers la ville au pied de la montagne, en faisant semblant de courir après la Guilde 2A.

***

Partie 3

La ville au pied de la montagne s’appelait Gralstock. Le paysage urbain possédait un style allemand et suisse, avec des toits rouges discrets et des murs de couleur crème avec des cadres en bois exposés. Des PNJs de différentes races marchaient sur la route de pierres fabriquées en assemblant toutes sortes de pierres.

Non seulement les humains, mais aussi les hommes bêtes comme Grasha et les nains courts et en bonne santé se distinguaient. Comme on pouvait s’y attendre dans une ville de montagne, non ? Il existait de nombreuses races de chasseurs, de bûcherons et de mineurs. Des hommes-animaux que je n’avais jamais vus auparavant, semblables aux chats et aux belettes, couraient en semblant assez menaçants.

Il n’y a pas beaucoup de possibilités d’hébergement dans la ville. J’avais l’impression que si je les cherchais dans l’ordre, je les trouverais immédiatement, alors j’avais jeté un coup d’œil à tous les hôtels et auberges qui étaient alignés dans la rue principale. Dès que j’étais entré dans le quatrième hôtel, j’avais été accueilli par une voix familière et claire.

« Doumeguri-kun! Je suis contente que tu aies pu venir ! »

Quand Asagiri, qui s’occupait des formalités dans le hall, m’avait découvert, elle m’avait montré le plus beau sourire. Oui, avec ce sourire et ces mots de bienvenue, ma course à pied avait payé, j’avais eu ma récompense. Asagiri avait couru vers moi, en évitant les canapés alignés dans le hall.

« Asagiri, la lettre que tu m’as laissée a été d’une grande aide. Euh, merci, » inconsciemment, j’avais détourné les yeux quand je l’avais dit.

Grâce à cela, les paroles d’Asagiri qui avait dit « De rien » m’avaient soutenu. Je me serais lamenté si je n’avais pas remarqué son sourire tendre et charmant. Une voix déplaisante était venue d’en haut, jetant de l’eau froide sur un moment aussi heureux.

« Mais qu’est-ce que… est-il vraiment venu ? »

Celle qui descendait des escaliers en ce moment était Busujima Meg. Cela ne ressemble pas du tout à un salut. Et elle affichait un visage qui indiquait qu’elle était très dégoûtée.

« Vous moquez-vous de moi ? Monsieur la furtivité est-il vraiment venue ? » Miyakoshi Ageha était arrivée juste derrière Busujima tout en disant ça.

Elle faisait partie du duo de filles avec Busujima. Cependant, de mon point de vue, Miyakoshi était plus une hôtesse qu’une fille. Il va sans dire que je n’étais jamais allé dans un bar à hôtesses. Si je me souviens bien, une personne célèbre avait dit que l’on n’y va pas avec son argent, mais avec celui de sa compagnie.

Bien qu’elle ne soit pas vraiment une hôtesse, Miyakoshi riait joyeusement, contrairement à Busujima qui montrait ouvertement un visage dégoûté. Parce qu’elle cachait ses émotions, Miyakoshi était bien pire que Busujima.

« Mais Monsieur le furtif, on ne sait jamais où tu es et ce que tu fais. Où étais-tu ? » demanda Miyakoshi.

Franchement, cela ne fait-il pas presque deux semaines que je ne fais que réparer le hall de la guilde ? J’aimerais plutôt me plaindre que pendant cette période, vous deux, vous n’avez fait qu’un travail facile.

« Eh bien, j’ai juste… cartographié… j’ai augmenté de niveau et j’ai récupéré des objets tout seul. Quand il s’agit de RPG, le jeu en solo a toujours été quelque chose de normal pour moi, » répondis-je.

Puis Miyakoshi avait révélé un rire étouffé. « Comme je le pensais, tu aimes vraiment le jeu en solo, Monsieur le furtif. »

« Eh bien, réconforter ta solitude te convient bien, » déclara Busujima.

Comment traduisez-vous les parties en solo ? Ne vous fâchez pas, ou elles le diront à notre professeur.

« Et alors ? As-tu trouvé de bons articles ? Ou un endroit où tu as beaucoup progressé ? Ou une incroyable destination ? » Busujima m’interpella comme si elle me critiquait.

« Non, rien de bien génial…, » balbutiai-je.

Puis Busujima avait poussé un soupir exagéré. « Ce type est vraiment inutile. Ne peux-tu pas y retourner ? Tu es si faible que tu es inutile au combat, on ne peut même pas compter sur toi comme soutien, tu es vraiment un gâchis. Tu es comme notre parasite. »

 

 

Je soupirai dans mon esprit. Ce n’était pas comme si Busujima voulait vraiment mon manque de capacités. Elle aimait simplement se sentir importante, la sensation de dire du mal des autres et le sentiment de supériorité. Mais quand je pensais que je ne devais pas me battre avec la 2A, être ridiculisé était exactement ce dont j’avais besoin. J’avais montré un sourire forcé adéquat et j’avais essayé d’aller devant pour prendre ma chambre.

« D’accord, alors je vais —, » commençai-je.

« Allons, Busujima-san, peu importe comment tu le dis, ne vas-tu pas trop loin ? » Asagiri s’était placée devant moi.

« Hein ? Qu’est-ce qui t’arrive, Asagiri ? Te ranges-tu du côté de ce type solitaire ? » demanda Busujima avec mépris.

« Cela n’a rien à voir avec le fait d’être de son côté, Doumeguri-kun est aussi notre camarade de classe. Nous ne pourrons pas nous échapper de ce monde sans unir nos forces et aider tout le monde. Nous devons vaincre le Roi-Démon Hellshaft, » déclara Asagiri.

J’avais eu mal à la poitrine en entendant ça. Même si Asagiri le disait, en ce moment même, je continuais à la trahir.

Busujima rougit et trembla en raison de la contre-attaque inattendue.

« C’est exact ! Je veux sortir de ce monde absurde tout de suite ! Je veux rentrer chez moi ! Je ! Et même si Akira était le seul… sur lequel je pouvais compter, et pourtant…, » cria Busujima.

Les larmes avaient débordé des yeux de Busujima… ah, tu te moques de moi !? Tu pleures à cause de ça !?

« Il a fait des trucs ecchi avec un monstre et a feint l’ignorance même quand j’ai été tuée… il n’y a plus personne sur qui je peux compter, personne en qui croire, » cria Busujima.

Miyakoshi avait serré les épaules de Busujima et Busujima avait appuyé son visage sur l’épaule de Miyakoshi.

« Calme-toi, Meg. En plus, ne crois-tu même pas en moi ? C’est assez choquant, » déclara Miyakoshi.

« Tu vois… Ageha, tu es différente, » déclara Miyakoshi.

Miyakoshi, qui affichait un sourire amer, monta les escaliers, tenant Busujima dans ses bras.

Quand j’avais regardé Asagiri, elle semblait avoir de la peine.

« Ah, euh… merci, Asagiri. Mais puisque je me sens mal d’avoir fait empirer ta relation avec tout le monde, tu n’as pas à me protéger ou quoi que ce soit d’autre, d’accord ? » déclarai-je.

Au contraire, cela m’aurait aidé davantage si l’on avait ignoré quelque chose de ce degré.

Cependant, Asagiri avait secoué la tête.

« Je ne peux pas faire cela. » Elle l’avait dit en souriant faiblement. « J’espérais qu’Akira-kun reprendrait le leadership. Mais sa relation avec tout le monde n’est plus très bonne depuis la dernière bataille, tu comprends ? Une fois que le temps passera, je pense que tout le monde se calmera et réalisera que c’était un accident. Donc, en attendant, j’ai pensé que je pourrais le remplacer… mais ça ne s’est pas bien passé comme je l’espérais, haha. »

Ichinomiya avait perdu la confiance des autres membres parce que j’avais utilisé l’Ecstas et l’article facturé Succube. C’était inattendu pour moi, mais tout s’était finalement bien passé. Ou plutôt, je dirais que c’était plus que ce à quoi je m’attendais. Cependant, tout cela avait fini par affliger Asagiri.

« Eh bien… Je pense que tu agis correctement, Asagiri. Pas comme Ichinomiya, mais quand même —, » déclarai-je.

« Non. Je suis un échec total. Eh bien, c’est la quête tant attendue pour obtenir la Sainte Tombe, mais nous pouvons échouer…, » répondit-elle.

Je te ferai sûrement échouer, et par conséquent, si Asagiri perd sa confiance et ne peut pas agir en tant que chef, alors à ce moment-là, la guilde 2A deviendra une foule désordonnée. C’est exactement le résultat que je veux. Même si je devrais être heureux, pour une raison quelconque, des sentiments négatifs dans ma poitrine augmentaient.

« … Je ne pense pas que nous puissions vaincre le Roi Démon si nous l’affrontons directement, donc —, » commençai-je.

C’est pourquoi, ne le combattons pas tout de suite. Quand j’avais essayé de dire cela, j’avais constaté que les yeux d’Asagiri étaient très étroits et brillaient comme des couteaux. Ma colonne vertébrale en avait eu la chair de poule à cause de la pression qui avait donné l’impression d’être des intentions meurtrières.

« Asagiri… san? » demandai-je.

« Nous allons gagner. Absolument. Même si nous n’obtenons pas la Sainte Tombe, nous gagnerons certainement d’une manière ou d’une autre, » déclara Asagiri.

« O-Oui… c’est vrai. Mais tu es terriblement motivée. Hahaha, » répondis-je.

Contrairement à d’habitude, Asagiri l’avait dit avec le visage d’un guerrier qui avait traversé de nombreuses situations de vie et de mort.

« Hellshaft joue avec le cœur des humains. Je ne connais pas les détails, mais je suis sûre qu’Akira-kun a été complètement manipulé par les ruses du Roi-Démon. Moi aussi —, » déclara-t-elle.

Asagiri, qui s’était arrêtée de parler, s’était mordu les lèvres.

Impossible, Asagiri… tu t’en souviens vraiment ? Elle avait reçu de ma part le sort d’Ecsta et elle avait subi des attaques érotiques.

« Je ne pourrai jamais pardonner à quelqu’un qui piétine et traite les gens comme des jouets. Je ne sais pas quelle est la véritable identité du Roi-Démon ou de quoi il s’agit, mais si c’est une chose qui n’est pas un PNJ, alors je…, » déclara Asagiri.

Mon dos et mes aisselles transpiraient comme des fous. Mon cœur avait sonné comme une cloche d’alarme. Merde, calme-toi, mon cœur. Calme-toi, moi. Alors Asagiri se souvient-elle vraiment ? Elle ne pouvait en parler à personne, alors elle avait fait semblant de ne pas s’en souvenir.

Comme je l’ai déjà ressenti, l’intention meurtrière d’Asagiri envers Hellshaft est étrange. Mais si elle se souvient de l’affaire de l’Ecstas, alors cela me convainc.

C’était une grosse erreur, de penser que je pourrais facilement briser le cœur d’Asagiri.

J’avais peut-être créé le pire ennemi problématique en agissant ainsi.

Quoi qu’il en soit,

Tant qu’Asagiri ne s’en rendait pas compte…

Si elle devait le remarquer, alors à ce moment-là —

La main d’Asagiri avait été déplacée devant moi.

— !?

Un éclat d’argent se détacha devant moi.

« Uaah! » J’avais fait un grand bond vers l’arrière. Je m’étais cogné dans le canapé derrière moi et j’avais provoqué un grand bruit.

« Q-Qu’est-ce qui ne va pas ? » Asagiri me regarda avec un visage empli de surprise quand elle me demanda ça.

« Eh… ah. »

La main d’Asagiri tenait une clé avec une étiquette de numéro de chambre. Je m’étais rapidement redressé, m’étais gratté la tête et m’étais excusé. « Désolé… J’étais plongé dans mes propres pensées… J’ai sursauté. »

Asagiri avait ri comme si de rien n’était et m’avait remis la clé.

« Peut-être que tu nous as courus après, en t’épuisant ? Ce qui veut dire que tu es fatigué, n’est-ce pas ? Prends un peu de repos. Ta chambre est au fond du troisième étage, » déclara Asagiri.

« Je… Je comprends… merci beaucoup, » déclarai-je.

J’avais pris la clé dans ma main et j’avais monté les escaliers comme si je m’échappais de là.

Merde, je suis nerveux. Je sens que mes nerfs se sont usés ainsi que mon endurance. Je veux rester dans la chambre rapidement et me reposer seul.

***

Partie 4

J’étais monté au troisième étage et j’avais marché dans le couloir. Le numéro gravé sur l’étiquette était le 301. J’étais allé jusqu’au bout du couloir, et ma chambre était là. Alors que la clé était enfoncée dans le trou de la serrure, en faisant des bruits de claquement, la porte devant ma chambre s’était ouverte.

« Hmm, qui avons-nous là ? Si ce n’est pas le chien errant disparu, » déclara une voix féminine connue.

Je pouvais le dire sans me retourner.

— Shizukuishi Non. Dans un sens, c’était la personne de la guilde 2A face à qui je devais être le plus prudent. C’était vraiment comme passé du mauvais au pire. Maintenant que mes nerfs étaient fatigués, je n’avais plus aucune confiance pour discuter avec cette personne.

« Excuse-moi, Shizukuishi-san ? Pourrais-tu au moins me traiter de loup solitaire ? » demandai-je.

Alors que je me retournais, une femme avec un regard terrible dans les yeux se tenait là.

« Montre-moi tes crocs si tu veux qu’on te traite de loup. Chien, » répliqua-t-elle.

Sale garce, tu m’as vraiment traité de chien à l’instant ?

« Ah, laisse tomber. Je vais le corriger… bâtard ? » déclara-t-elle.

Aaah putain ! J’ai l’impression de comprendre le sentiment de Grasha quand il est ridiculisé par Adra !

« Cesse de parler de chien. Je suis fatigué. Je vais me reposer, » déclara-t-elle.

« Ah, attends. Reste, » ordonna-t-elle.

« Ne t’a-t-on pas dit de ne pas t’approcher des chiens, n’est-ce pas ? » répliquai-je.

« Je te donnerai une récompense. Je te laisserai avoir une conversation spéciale avec moi. Viens ici, » ordonna-t-elle.

N’est-il pas trop tôt pour dire « pour avoir une conversation » ? Pourquoi est-elle si ennuyeuse ? Cependant, même si c’est plus ou moins une blague, je suis un homme, n’est-ce pas ? Inviter un homme dans sa chambre le soir… de quoi veut-elle bien parler ?

La peur et une lueur d’espoir venaient et repartaient dans mon cœur.

Non ! C’est impossible. Une telle fantaisie est impossible. Je devrais plutôt me réprimander et abandonner tout espoir une fois que j’aurai franchi cette porte.

J’étais entré dans la chambre de Shizukuishi avec la plus grande détermination et j’avais fermé la porte derrière moi. Shizukuishi s’était assise sur le lit, elle ne m’offrit même pas une place.

J’avais directement confirmé en gros l’intérieur de la pièce. Elle faisait environ huit tapis de tatami de large et comportait un lit, une table et deux chaises. Je n’avais pas encore vu ma chambre, donc je ne pouvais pas les comparer, mais elle avait probablement la même disposition.

C’est une chambre d’hôtel que nous venions de prendre aujourd’hui, donc ce n’était pas les chambres où nous vivions en temps normal. Cependant, bien qu’elle ne soit pas plus que la chambre attribuée à Shizukuishi, pourquoi avait-elle l’air différente de la chambre d’un homme ? Avait-elle prévu de me donner un avertissement ? Quand je pensai qu’il n’y a que nous deux dans une chambre d’hôtel, mon cœur s’emballa contrairement à la raison. Shizukuishi semblait être un peu agitée, et elle avait laissé le bout de ses doigts traîner sur le lit.

« Dans cette quête, nous allons obtenir un objet très important, » déclara Shizukuishi.

« Oui, je le sais, » répondis-je.

« … Penses-tu que Hellshaft-sama va venir ? » me demanda-t-elle directement.

Sama?

Shizukuishi l’avait demandé d’un air agité. C’était ce que j’avais retenu de son regard.

« … Souhaites-tu le voir ? Ce Hellshaft, » lui demandai-je.

Les joues un peu rougies, Shizukuishi avait fait un visage mécontent. « C’est exact. Je veux le voir. »

Mais qu’est-ce que…

« Pourquoi ne peux-tu pas le voir ? N’as-tu pas envie de le voir ? » demandai-je.

« C’est impossible, » déclara-t-elle.

« Eh? P-Pourquoi ? » demandai-je.

Shizukuishi avait plié les bras comme pour dire « Je ne sais pas. »

« Tu vois, Hellshaft-sama n’est pas assez bon marché pour apparaître juste parce que je veux le voir. S’il te plaît, ne le regarde pas de haut, » déclara-t-elle.

Oh… alors que dois-je faire ?

« Réfléchis bien. L’objet que nous aurons cette fois-ci est la Sainte Tombe. Naturellement, elle est assortie de conditions, et pourtant, c’est une arme qui a le potentiel de le tuer d’un seul coup, non ? Va-t-il laisser passer ça sous ses yeux ? » déclara Shizukuishi.

Je ne peux pas répondre que cela ne me manquera pas, n’est-ce pas ?

« Qui sait ? Mais il n’est pas nécessaire qu’il vienne ici tout seul. N’est-il pas normal qu’il ait affaire à nous en utilisant ses sous-fifres, les Hellzekter, et en faisant appel à des monstres locaux ? » demandai-je.

Sans connaître la réponse que voulait Shizukuishi, j’avais répondu négligemment sans réfléchir. Shizukuishi avait creusé des rides sur son front, mais avait montré un sourire le long de sa bouche.

« Vraiment ? Tu parles comme si tu le savais, » déclara-t-elle.

Hein ? Est-elle ravie ? Quoi qu’il en soit, terminons rapidement la conversation. Des conversations continues sur Hellshaft augmentaient mes chances d’être découvert.

Contrairement à mes sentiments, Shizukuishi se pencha en avant comme pour ne pas me laisser partir et demanda sans s’arrêter.

« Hé, si tu étais Hellshaft-sama, que ferais-tu si nous avions la Sainte Tombe ? » demanda Shizukuishi.

« Quoi ? Même si tu me dis ça… Je ne suis pas Hellshaft, » répliquai-je.

« Bien sûr que non. Ne dis pas une chose aussi dégoûtante, » déclara Shizukuishi.

Merde… cette femme. Dois-je révéler mon identité et écraser ses illusions ? Je ne peux pas, je ne peux pas, si je le faisais, ce serait la fin. À bien des égards, je pouvais dire que c’était un sujet qui était loin d’être une situation excitante et palpitante dans laquelle un homme et une femme étaient seuls dans un hôtel la nuit. N’est-ce pas comme une réunion hors ligne de personnes liées à Hellshaft d’une manière ou d’une autre ?

« Oui… tu as raison. OK alors, je vais maintenant…, » commençai-je.

Shizukuishi se leva rapidement et s’approcha de la table et des chaises près du mur. Puis il avait traîné une simple chaise en bois jusqu’au centre de la pièce.

Puis elle était retournée là où elle était avant et s’était assise sur le lit.

Hein ? Est-ce pour que je puisse m’asseoir… ?

J’avais observé Shizukuishi avec un regard comme si je lui posais cette question, et elle avait pointé la chaise avec son menton, affichant un regard qui m’indiquait que cela la dérangeait.

C-Cette fille…

Je m’étais assis sur la chaise à contrecœur. Une fille m’avait permis d’entrer dans sa chambre, de m’asseoir et de réduire notre distance, mais il n’y avait pas du tout cette atmosphère. J’avais plutôt l’impression qu’on me traite de tierce inutile, parce qu’elle m’interrogeait vraiment.

« E-Eh bien… La Sainte Tombe, c’est ça… ? Il essaierait certainement de la reprendre… si nous essayons de chercher quelle est sa “véritable identité”, il essaiera de nous arrêter, non ? »

Je l’avais dit en marmonnant comme si je me parlais à moi-même tout en étant vague. Puis elle se pencha en avant. Peut-être était-elle irritée parce qu’elle avait du mal à saisir mes paroles. Euh, la distance est étonnamment courte.

« Ou bien a-t-il déjà pris des mesures ? En fait, il y a un objet qui le protège contre la Sainte Tombe. Il a peut-être pensé à des moyens de ne pas entrer en contact physique avec elle, » déclara Shizukuishi.

« J-Je vois…, » répondis-je.

« S’il s’agissait d’une menace réelle, il est impossible qu’une personne comme Hellshaft-sama la laisse telle quelle. Il doit probablement avoir une sorte de plan. Quelque chose qui rendrait l’épée insignifiante…, » déclara Shizukuishi.

Certes, maintenant qu’elle le mentionnait, je n’avais pas cherché un objet qui pourrait être utilisé comme contre-mesure. Je ferai des recherches à ce sujet une fois de retour au château. Et « rendra l’épée insignifiante » hein…

« Par exemple, faire circuler de fausses informations sur son identité…, » déclarai-je.

Avec ses yeux brillants, Shizukuishi m’avait soudain pointé du doigt.

« Plus ou moins juste. La guerre de l’information est une chose à laquelle je n’avais pas pensé jusqu’à présent… Hellshaft-sama exécuterait sûrement un tel stratagème sans sourciller. Dès que nous aurons trouvé quelque chose sur quelqu’un, nous danserons dans la paume de Hellshaft-sama. Mais alors nous nous approcherons de Hellshaft-sama avec les quelques indices que nous avons…, » déclara Shizukuishi.

Avant que je ne le sache, j’avais constaté que les pupilles de Shizukuishi étaient inhabituelles, et son regard se transformait en une fille rêvant de son prince. Les battements de mon cœur s’étaient énormément accélérés face à ces pupilles brillantes et scintillantes. Les yeux envoûtés et humides pointaient droit sur moi. Mais ses yeux fixaient l’Hellshaft qui n’était pas là et qui, depuis quelques jours, n’avait pas été là. Je n’étais même pas reflété dans les yeux de Shizukuishi. C’était une fille vraiment mignonne et belle quand le regard dur avait été enlevé de son visage.

Pourquoi est-elle si enthousiasmée par Hellshaft… ?

Je m’étais levé tranquillement pour ne pas faire de bruit, et j’avais tourné le dos à Shizukuishi.

« Je vais essayer d’y réfléchir un instant. Shizukuishi aussi, dis-moi si tu as remarqué quelque chose sur Hellshaft, » déclarai-je.

« Hein ? Ah, attends, notre conversation n’est pas terminée —, » déclara Shizukuishi.

J’avais tourné la poignée de la porte et j’étais sorti dans le couloir pour couvrir la voix de Shizukuishi qui avait essayé de m’arrêter. Puis j’avais inséré la clé dans le trou de la serrure de la pièce en face de la sienne. Cette fois, je l’avais ouverte facilement. J’entrai dans la pièce, je fermai la porte et je la verrouillai immédiatement. Je me sentais enfin soulagé.

« *Expiration*… souffle, souffle. »

La disposition de la pièce était la même que celle de Shizukuishi face à la mienne, comme prévu. Je m’étais couché en marchant de façon décalée et je m’étais effondré tout de suite. Je vais faire une sieste pour l’instant. Juste au moment où je le pensais, on frappa à la porte de ma chambre.

Hein ? Dire que tu me cours après ! Oublie-moi pour la soirée d’après !

Je m’étais levé brusquement comme pour montrer mon irritation et je m’étais approché de la porte en faisant des bruits de pas. J’avais parlé en ouvrant la porte.

« Hé, Shizukuishi, excuse-moi pour aujourd’hui. Je vais y réfléchir pour — eh… ? »

« … Désolé, je ne suis pas Shizukuishi-san. »

Celui qui se tenait derrière la porte était le héros déchu. Il s’agissait d’Ichinomiya Akari, l’ancien chef de la guilde 2A qui régnait au sommet de la caste de l’école.

***

Partie 5

« Quel genre de… relation entretiens-tu… avec Shizukuishi-san ? Tu m’as dit de te pardonner pour aujourd’hui… et que tu allais réfléchir a quelque chose correctement ? » demanda Ichinomiya en regardant la nourriture apportée.

« Il n’y a rien… il n’y a rien entre nous. Elle se moque juste de moi avec insistance. Et le truc “y réfléchir”… c’est à propos des quêtes de demain et de la soumission du Roi-Démon, » répondis-je.

Ce type pensait-il aussi que j’étais en bons termes avec Shizukuishi ? Même si la façon dont il l’avait demandé était un peu réservée… Je veux dire, ce type posait des questions en regardant droit dans les yeux.

« Je vois… Shizukuishi-san pense sérieusement à s’échapper de ce monde, » Ichinomiya avait fait un signe de tête comme s’il était convaincu.

« Alors… quelle est cette “conversation” ? Un normie comme toi qui invite quelqu’un comme moi, » demandai-je.

« J’aimerais connaître ton avis, » déclara-t-il.

Ichinomiya avait poignardé la saucisse enfoncée dans la soupe avec une fourchette et l’avait coupée en deux sur une assiette. Puis le jus avait débordé de l’intérieur, faisant monter de la vapeur. Les vapeurs blanches devinrent un délicieux parfum et stimulèrent notre appétit.

« Je pense que le mot “normie” n’a pas beaucoup de sens pour moi… maintenant que je suis trop éloigné de tout le monde. Je veux dire… que devrais-je dire après tout ? » demanda-t-il.

J’avais également coupé le steak épais servi devant moi. La plaque de fer dégageait toujours une forte chaleur, repoussant continuellement la graisse qui débordait de la viande avec la chaleur. Tout semblait être la viande d’un monstre appelé du Cochon Rummel qui vivait dans un champ pas loin, mais pour parler clairement, c’était délicieux. C’était vraiment délicieux.

« Ichinomiya, toi, un solitaire novice, viens-tu chercher la connaissance d’un solitaire expérimenté ? » demandai-je.

La blague minable faite d’un mélange de sarcasme et de masochisme se mariait bien avec la nourriture délicieuse. Ichinomiya avait aussi réagi involontairement… hein ? Vraiment ?

Plutôt que d’être mécontent de mes sarcasmes, il avait ri, l’air amusé.

« C’est comme ça. Tu es malin, Doumeguri. Tu es bon pour lire la situation, pour la deviner, je veux dire, tu as ce genre de capacité, » déclara-t-il.

De plus, j’avais été loué.

« En plus de cela, tu es également doué pour raconter des blagues, » continua-t-il.

J’avais l’impression d’avoir pu augmenter ma tolérance quant à tout ça. Au contraire, je n’étais pas si intéressé par tout ça.

« … Ce serait formidable si je pouvais faire ça. Mais probablement que je ne peux pas, » répondis-je.

« Voici une deuxième tournée de boissons ♪ ! »

Une serveuse avec des oreilles et une queue, vêtue d’une tenue similaire au costume national allemand, était venue avec des chopes de bière à la main. Ils n’avaient pas d’alcool, mais ils avaient une couche de mousse blanche, une mousse qui s’élevait au-dessus du liquide de couleur ambre. Peu importe comment on le regardait, c’était de la bière.

Nous étions dans une taverne qui se trouvait à environ 5 minutes de l’hôtel où se trouvait ma chambre. Bien que ce soit une maison en bois, elle était étonnamment grande à l’intérieur et le plafond était haut. Les tables alignées, qui étaient plus d’une trentaine, étaient occupées 80 % du temps, les hommes bêtes et les nains s’amusaient tout en riant bruyamment, probablement pour se remettre de la journée de travail.

C’était difficile de lui parler à l’hôtel où tout le monde se trouvait, alors je suppose qu’il m’avait emmené dans cette échoppe pas si loin de là.

En tout cas, j’étais surpris qu’Ichinomiya lui-même me demande conseil.

« Alors, le style Ichinomiya, comment cela s’est-il passé en réalité ? Le jeu en solo a-t-il été si mauvais ? Jusqu’à présent, tu n’as jamais été sans tes amis, n’est-ce pas ? N’est-ce pas rafraîchissant ? »

Ichinomiya soupira et marmonna, tendant à l’autodévalorisation.

« En prenant mes distances avec tout le monde, j’ai réalisé pour la première fois que la solitude était le résultat. J’admire ta force mentale parce que tu es si calme, Doumeguri, » déclara-t-il.

Vraiment ? Au contraire, je pense que c’est confortable.

« Je n’ai jamais fait cela, alors je me suis consacré à gagner de l’expérience seul pour faire oublier la douleur. Grâce à cela, j’ai pu monter de niveau en peu de temps, » continua-t-il.

Quoi ? Je suis plutôt inquiet à ce sujet.

« Jusqu’à combien as-tu augmenté ? Quel est ton niveau ? » demandai-je.

« Je suis niveau 22, » répondit-il.

Vingt… vingt-deux !? Tu avais 18 ou 19 il n’y a pas longtemps, n’est-ce pas ? Oh merde, tu n’as pas seulement surmonté la peine de mort, mais tu as aussi fortement augmenté en niveau ? Cette quête a un niveau recommandé de 23. Ce type est une mauvaise nouvelle.

« C’est… incroyable. Mais ne devrait-il pas être préférable d’avoir plus de liberté d’esprit ? Ce serait très mauvais si tu y réfléchissais et que tu devenais malade mentalement. Ce serait peut-être plus fatigant que de guérir ton corps, » déclarai-je.

Ichinomiya, qui avait soudainement laissé échapper un sourire, avait tourné un sourire sans méfiance envers moi.

« Je veux regagner la confiance des autres, » déclara-t-il.

Ses yeux me regardaient fixement, il ne devrait rien y avoir dedans, mais cela m’avait donné l’impression d’attirer mon attention sur quelque chose, comme « c’est ta responsabilité », alors j’avais déplacé mon regard sur la viande à portée de main comme si je voulais me réfugier.

« Le jeu en solo n’est pas pour moi. D’ailleurs, je suis content de ma situation, de mon quotidien antérieur. Je n’en étais pas si conscient, mais je n’en ai pris conscience qu’après l’avoir perdue, » déclara-t-il.

« … J’en ai plus ou moins entendu parler auparavant. Avant de retourner au hall de la guilde, j’ai été tué par un monstre envahisseur… hé, puis-je te demander comment c’est arrivé ? » demandai-je.

Ichinomiya avait pris une gorgée de la boisson ressemblant à de la bière contenue dans la chope.

« Je ne le comprends pas, même si j’y pense. Je ne sais pas du tout ce que j’ai fini par faire quand j’ai été attaqué par les succubes. J’avais la tête vide, je ne pouvais penser qu’aux femmes devant moi. Comme si j’étais manipulée par quelqu’un, » déclara-t-il.

Ichinomiya avait de nouveau essayé la chope de bière, ajoutant que cela pourrait être le pouvoir de la succube licencieuse.

Certes, il semblait plus facile pour Ichinomiya de monter de niveaux lorsqu’il était seul. Cependant, les limites du jeu en solo devraient être là quelque part. Et, quel que soit son niveau, il n’était pas l’ennemi d’un seul Hellzekter. J’avais rassemblé mes pensées en peu de temps et je l’avais dit à Ichinomiya.

« Dans cette quête, tu vas de nouveau montrer ton pouvoir à tout le monde. Tu n’as pas besoin d’instruire tout le monde ou d’agir comme un chef. Tu dois seulement prendre l’initiative et tuer tes ennemis. En d’autres termes, ton pouvoir leur tordra les bras. Tu leur feras croire qu’Ichinomiya Akira est bien celui qu’ils s’attendaient à ce que tu sois et leurs souvenirs de ton échec passé seront soigneusement écrasés, » déclarai-je.

Cependant, Ichinomiya n’était pas d’accord et marmonnait, l’air inquiet. « Mais puis-je regagner la confiance de tous en le faisant ? Cela ne semble-t-il pas trop simple ? Ne vont-ils pas penser que je suis comme un gars bon à se battre et me redouter à cause de cela ? C’est différent de la confiance humaine. »

J’avais avalé la viande que j’avais mise dans ma bouche et j’avais ricané.

« Non, nous sommes simples. Quand je suis devenu lycéen, les bases sont restées les mêmes que lorsque j’étais au collège. On reconnaît ceux qui ont une puissance extraordinaire, que ce soit le fait d’être rapide, d’avoir beaucoup de jouets, ou d’avoir une grande connaissance des voitures et des mangas. Maintenant, Ichinomiya, tu as beaucoup d’armes. Quelle est la plus puissante de ce monde ? » demandai-je.

Ichinomiya avait marmonné face à la question soudaine. « Esprit de coopération, compétences en communication… Je ne veux pas trop en parler, mais ma famille est riche, donc la force économique… non, en fait je n’ai pas d’argent, donc ce n’est pas ça ? »

J’avais agité le couteau dans ma main à gauche et à droite.

« C’est la violence. La violence est ta plus grande arme surtout dans ce monde, » déclarai-je.

Ichinomiya m’avait regardé comme s’il était surpris.

« En effet, dans notre monde d’origine, la force combinée à la force économique, au statut de tes parents, à ton visage, à ta carrure, à tes capacités sportives et à tes notes signifie tout. Mais cela crée généralement aussi de la jalousie et des préjugés. En particulier, avoir une belle apparence et de l’argent. Mais notre monde d’origine possède l’ordre. Tout le monde se prosterne devant la hauteur de son statut. Mais ici, c’est, en quelque sorte, un monde différent. Il n’a pas de système fondé sur l’État de droit et il n’y a pas non plus de police. Tu peux être un tueur de joueurs, ce que tu ne peux pas être dans le monde originel. Tu peux battre à mort une personne que tu n’aimes pas si tu en as l’occasion. Ce n’est pas complètement contre nature de le penser, » déclarai-je.

« Ce n’est pas vrai. Je ne pense pas que tout le monde dans la classe fera quelque chose comme ça. Je n’ai jamais vécu une telle chose, » déclara-t-il.

Je suppose que oui, vu que j’ai failli être tué par Shizukuishi.

« Tu disposes de la violence, l’arme ultime. Personne n’est à la hauteur de tes capacités de combat. Dans ce monde, si quelqu’un se plaint à toi, il ne sert à rien de se disputer à ce sujet, car on peut être abattu, il ne sert à rien de résister, » déclarai-je.

« Je ne vais pas faire ça ! » s’écria-t-il.

Ichinomiya avait claqué la chope de bière, en faisant un bruit fort.

« Je sais cela. Parce que ta force va toujours vers l’extérieur. Tu t’en sors bien. Mais les autres pensent du fond du cœur. “Que se passera-t-il si cette force était tournée vers nous ?” C’est pourquoi, et avec cela à l’esprit, ils suivent ton exemple, » déclarai-je.

« Je ne veux pas… penser comme ça, » Ichinomiya s’était penché en arrière et avaient plié les bras.

« Doumeguri, tu penses essentiellement que le reste des gens sont de mauvaises personnes, non ? » demanda Ichinomiya.

« Je n’ai pas du tout dit que tu devais être d’accord avec moi. Tu es toi-même. Mais le reste de ton groupe… n’est pas aussi bon que toi, » déclarai-je.

Le visage d’Ichinomiya s’était subtilement déformé. « Je ne suis pas comme ça… non plus. »

« Mais tu as fait une erreur. Et tu as perdu. Ce n’est pas une bonne chose. Cela ne se limite pas à toi, mais si quelqu’un que tu crois fort perd, ceux qui l’entourent deviennent égoïstes, et bien qu’ils n’aient pas particulièrement surpassé leur vraie force, ils commencent à regarder de haut la personne qui pensait être forte et dont ils avaient peur, » déclarai-je.

Les doigts d’Ichinomiya qui saisissent la fourchette s’étaient remplis de force.

« Ce n’est pas comme si je te disais d’intimider le reste de notre groupe ou d’être oppressif. Juste de frimer, de tuer les ennemis. Ne te soucie pas de la coopération, ce n’est pas un problème si tu es impertinent. Si tu le fais, ils devraient automatiquement avoir une meilleure opinion de toi, » continuai-je.

Ichinomiya ne s’y opposait plus. Il fixait les bulles qui s’élevaient dans la chope de bière.

« Je vais m’y préparer, » Ichinomiya avait levé son visage en lâchant ces mots.

« … Désolé. »

« Ne t’en fais pas pour ça, » répondis-je.

Ichinomiya se leva lentement et se dirigea vers le comptoir avec l’étiquette du numéro de table posée sur la table.

Je regardai son dos et je riais de moi-même.

Ichinomiya, tu es vraiment un type formidable. Je ne peux pas te battre dans quoi que ce soit, que ce soit dans l’apparence, les études ou le sport. Néanmoins, tu as la tolérance nécessaire pour prêter l’oreille à mes paroles, une personnalité honnête et un bon cœur.

Cette proportion est facile à gérer.

Ne te sens pas mal, Ichinomiya. Je ne t’ai pas menti. Cependant, pour réduire la puissance de 2A, il est nécessaire de disperser et de détruire son travail d’équipe. C’est dans le but de nous sauver tous.

Encore un mois avant l’application du Santa — X. En attendant, il faut être patient. Tant que cela durera, tout sera réglé. Si cela arrive, alors après cela…

Ne m’en veux pas et réglons les choses pacifiquement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire