Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : Nous passons par le donjon et il y avait…

Partie 2

Tout le monde prépara ses armes et s’enfonça dans la grotte, à la recherche d’Ichinomiya et d’Asagiri, alors qu’ils étaient partis tous les deux les premiers. Puis, une paroi rocheuse s’était approchée, alors que le passage s’était ramifié en deux.

Busujima haussa la voix en étant moitié paniquée. « Hé, attendez ! Quel chemin devons-nous prendre ? On va se perdre ! Que faire si nous ne pouvons pas partir ? »

L’avant-garde Ougiya avait gémi, les bras croisés.

Que faites-vous, vous deux ?

J’avais marmonné comme si je me parlais à moi-même. « Nous devons les faire réagir en criant. »

Puis, Busujima et Ougiya, qui avaient entendu le murmure, avaient haussé la voix sans attendre.

« Oh, Akira ─ ! Où es-tu ─ !? »

La voix d’Ichinomiya avait immédiatement fait écho. « Par ici ! »

« H-hey, on l’a entendu de la droite à l’instant ? » demanda Busujima.

« Hum… peut-être, » répondit Miyakoshi.

Miyakoshi répondit avec peu de confiance à la question de Busujima. Lorsque nous avions essayé de les réécouter attentivement, un autre son s’était fait entendre. Des sons métalliques s’étaient produits à maintes reprises par-derrière. Beaucoup en vérité.

« Hé hé hé ! On dirait que quelque chose approche !? » Ougiya avait crié d’une voix comme s’il était sur le point d’éclater en pleurs.

« Noooooooooooonnnn ! Parce que Busujima a crié, d’autres monstres arrivent ! » cria Miyakoshi.

« Hein !? Est-ce de ma faute ? » demanda Busujima.

« Eh bien, quand on fait du bruit, c’est normal d’attirer l’attention des monstres ! Normal ! » répondit Yamada.

Yamada, qui était normalement impatient, avait laissé sortir le mot-clé normal en succession rapide. On pourrait dire que ce type avait un certain pouvoir de persuasion, hein. Cependant, pour Busujima, qui s’était autoproclamée ultra-rare, être poussé par un Yamada de rang normal était intolérable. Comme je le pensais, Busujima avait rougi de colère. De plus, elle me regardait avec un mouvement qui semblait indiquer sa rage.

« Parce que tu as dit des choses inutiles…, » me déclara Busujima avec rage.

Essayait-elle de montrer qu’elle n’avait pas peur du donjon ? Elle m’avait fusillé du regard pour essayer de montrer qu’elle allait bien. Mais qu’est-ce que ressent Busujima maintenant ? Mes condoléances.

J’aimerais lui dire que « ce n’est pas comme s’ils ne savaient pas déjà que nous viendrions, donc faire des bruits ou quelque chose de ce genre n’a aucun rapport, », mais il semblerait que cela ne marcherait pas.

Hinazawa avait haussé une voix très forte qui ne convenait pas à son petit corps. « Laissons cela pour plus tard ! Dépêchons-nous ! »

Nous avions couru dans le donjon à toute vitesse comme si nous avions été précipités par Hinazawa et avions échappé aux orcs qui nous poursuivaient.

« Ririko ! Ichinomiya ! »

Hinazawa les avait appelés. Ils se trouvaient dans une pièce très longue et étroite, au fond de la grotte. Tous deux manient leur épée contre plus de vingt orcs. Cependant, et grâce à l’étroitesse de la pièce, les orcs ne pouvaient pas les attaquer tous en même temps. Grâce à cela, ils semblaient pouvoir résister.

« Akira-kun ! »

« Asagiri-san ! »

« Est-ce que ça va ? »

Asagiri ne pouvait répondre qu’avec sa voix, car elle ne pouvait pas se permettre de se retourner vers l’appel envoyé par tout le monde et leur faire un signe.

« S’il vous plaît, des soins ! » demanda Asagiri.

« — ! Laissez-nous faire ! »

Hinazawa et Arisugawa déplacèrent leurs baguettes et jetèrent un sort. Puis, de la lumière blanche indiquant un sort de guérison s’enroula autour d’Asagiri et d’Ichinomiya. Des lumières colorées entourèrent les corps des deux individus.

« Préparez votre défense et attaquez ! »

Arisugawa ferma un peu un œil et fit un signe de V. D’une certaine manière, il ressemblait à une idole de tous les jours, non, c’était plus comme une idole mignonne de tous les jours.

« Maintenant, c’est à vous ! Uiko, le garçon frivole et le personnage du fond ! »

Hinazawa lança des sorts pour augmenter la puissance d’attaque et la précision de Yuuki, Ougiya et Yamada. C’était des combattants spécialisés dans le combat spécialisé appelé Guerrier, et c’était pour cette raison qu’elle les avait assistés. Au fait, en qualifiant Yamada de personnage du fond, tu es considérablement grossier, tu sais ?

C’est exact.

De plus, Arisugawa jeta la magie défensive sur tout le monde. L’équipe d’attaque physique à l’avant-garde avait vaincu les orcs les uns après les autres. À ce moment-là, nous avions pu entendre les chants utilisés pour de la magie offensive qui chantaient un long sort dans la longue et étroite salle.

« “Tempête de Flammes”. »

La tempête de feu de Leonhardt et Miyakoshi avait réduit les points de vie des orcs. La quantité de flammes était supérieure à la somme de leurs flammes, et une magie vigoureuse et incroyablement rapide frappa les orcs.

« “Tempête de Flammes” ! »

La magie offensive de Shizukuishi était d’un rang différent de celle des deux autres. Le niveau actuel devrait être de 19 pour Miyakoshi et Leonhardt et de 20 pour Shizukuishi. Mais en réalité, la différence était bien plus importante que cela. C’était la différence entre le caractère et le talent. Ichinomiya faisait preuve d’une puissance qui dépassait son niveau grâce à la force de sa volonté et à sa nature.

De plus, comme ils étaient dans un groupe, la coopération les rendait encore plus fort.

Les mercenaires ainsi que le golem d’adamite étaient rassemblés dans la dernière pièce, mais s’ils étaient attaqués par tous ces types, il serait impossible de conserver l’objet. Il était nécessaire de les diviser à tout prix et de faire en sorte qu’Ichinomiya soit seul si possible.

La Guilde 2A, qui avait vaincu les orcs qui se trouvaient sur son chemin et avait rejoint Ichinomiya et Asagiri, avait traversé un étroit couloir et était entrée dans la pièce suivante. Il s’agissait de la pièce avec le piège. La plupart des tuiles noires avaient été retirées pour me permettre de les utiliser plus facilement. Il n’en reste plus qu’une dans le coin de la pièce.

La voix hystérique d’Ougiya résonna dans la salle. « Hé hé hé ! Ils nous attaquent de derrière ! C’est vraiment terrible ! »

La force principale d’orcs avait suivi le chemin que nous avions pris.

« Ichinomiya-kun…, » Asagiri avait levé les yeux vers Ichinomiya.

« Ku... »

Ichinomiya avait dû décider qu’il était dangereux d’avancer et avait hésité à plonger dans la pièce suivante. Allez, fonce plus vite là-dedans ! Je m’étais tenu près de la tuile noire le long du mur et j’avais attendu le bon moment.

« Voilà, ils arriventtttttt ! »

La force principale des orcs, qui nous avait poursuivis, s’était finalement précipitée dans la salle.

« Merde ! » cria Ichinomiya.

Ichinomiya avait levé son épée et avait tenté de plonger dans l’essaim d’orcs.

Ce crétin !

Je m’étais éloigné de la tuile noire où je prenais position et j’avais sauté devant Ichinomiya. J’avais arrêté la ruée d’Ichinomiya comme si je me jetais sur lui.

« Qu’est-ce qu’il y a, Doumeguri !? » s’écria Ichinomiya.

Le coup d’un orc avait frappé dans mon dos.

« Guaah. »

Le nombre 30 avait flotté en l’air. Mais heureusement, il n’y avait pas de seconde attaque. Le panneau ☆ dessiné sur mon dos semblait fonctionner. L’orc semblait perplexe, sans savoir quoi faire.

« Haaaaaaaaaaaaaaaah ! »

Le coup violent d’Asagiri avait alors fauché l’orc. Dans cet intervalle, je m’étais rapproché de l’oreille d’Ichinomiya.

« Pars ! À en juger par les apparences, la pièce suivante est celle où se trouve le dernier boss. Si tu bats le boss, je te promets que tu ne seras plus un “individu lambda” ! » déclarai-je.

« Mais nous serons pris en sandwich par les ennemis ! » répondit Ichinomiya.

« J’ai une idée. Vas-y ! » déclarai-je.

Ichinomiya s’était mordu les lèvres et s’était retourné. Asagiri avait été surprise de son action et regarda vers lui en réponse.

« Hein ? Akira-kun !? Où vas-tu ? » demanda Asagiri.

« Attends, Ichinomiya ! Est-ce que tu nous abandonnes à nouveau ? » cria Ougiya.

Je poussai sur le dos d’Ichinomiya et l’envoyai dans la pièce suivante comme si je l’envoyais voler. Très bien ! Maintenant, la dalle noire ─ !?

J’avais trébuché avec quelque chose et j’étais tombé en avant. Il restait une distance d’environ 50 cm par rapport au carreau noir.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

J’avais vu quelque chose me saisir les pieds, et la peur s’était propagée en moi.

« Même si tu essaies juste de t’échapper, je ne te laisserai pas faire ! » Busujima s’était accrochée à mes pieds en me disant ça. « Tout est parti en vrille depuis ton arrivée ! Même Akira est en colère ! Espèce de parasite ! »

« C’est mauvais ! Nous allons essayer d’y aller en premier ! »

« Hé ! C’est un repli stratégique, n’est-ce pas !? »

C’est terrible ! À ce rythme, mon plan sera ruiné !

J’avais traîné Busujima, en direction de la tuile noire en rampant.

« Merde ! »

Ma main avait touché la dalle noire juste avant que la guilde 2A et les orcs ne se battent entre eux, essayant d’entrer dans la pièce. À ce moment, les barres de fer étaient tombées avec un élan formidable. Le chemin vers la chambre du dernier boss avait été bloqué, ce qui avait provoqué un fort bruit souterrain.

« Wôw !? Qu’est-ce que c’est que ça ? » cria Arisugawa.

« Des barreaux de fer ? » Yamada répondit au cri d’Arisugawa s’il avait tout compris.

Arisugawa avait laissé échapper une voix en pleurs, en saisissant les barres de fer qui lui barraient la route.

« Que devrions-nous faire ? Sommes-nous enfermés ? » demanda Arisugawa.

« Eeeeeh !? » Asagiri, qui retenait les orcs à l’entrée, avait laissé sortir une voix troublée.

« Les gars ? » Ichinomiya, également surpris, se retourna.

Mais derrière Ichinomiya, un golem d’adamite de cinq mètres de haut s’était approché de lui, faisant des bruits comme si des pierres se frottaient les unes contre les autres. Ses bras énormes s’étendaient pour attraper Ichinomiya.

« Kuh ! » Ichinomiya roula immédiatement sur le côté, échappant aux mains du golem d’adamite.

« Bon sang ! Les gars, allez-vous bien ? » Ichinomiya regarda calmement dans la pièce tout en nous criant dessus.

En plus du golem d’adamite, il y a un monstre de type mante appelé « Mante d’argile ». Un monstre végétal « Rose de Sable » s’approchait lentement. Chacun d’entre eux était un monstre de niveau 20.

Et encore une chose. Il y avait un trou, une sortie au fond de la pièce.

« … Merde ! »

Ichinomiya avait eu des sueurs froides, alors qu’il comparait la sortie avec ses yeux, les monstres et nous à travers les barres de fer.

Il ne gagnera pas s’il se battait tout seul. Ce serait la même chose si la quête échouait. Il valait mieux survivre seul que d’être anéanti. Ichinomiya devrait être capable de prendre une décision aussi logique. Mais ceux qu’on laissait mourir sans aider les autres ne penseraient pas de cette façon.

S’il s’échappait d’ici, il ne serait plus jamais le chef. Mais il ne pouvait pas gagner s’il combattait les monstres en faisant preuve d’imprudence. S’il continuait à faire ce qu’il voulait jusqu’au bout, la quête échouerait et nous serions anéantis.

Et ainsi, il n’y aurait pas de réintégration d’Ichinomiya.

« Merde ! Pourquoi sommes-nous piégés dans un endroit comme çaaaaa ! »

« Doumeguri ! C’est ta faute, n’est-ce pas ? » cria Busujima.

Quoi !?

Busujima m’avait lâché les pieds et s’était levée. Puis elle m’avait regardé d’un air renfrogné comme si elle cherchait à se venger.

« Je l’ai vu ! Au moment où tu as touché cette pierre noire, la grille de la prison s’est fermée ! » cria Busujima.

J’avais fait une grimace vexante et j’avais secoué la tête. « De quoi parles-tu, Busujima-san ? Je n’ai pas ─ »

« Pousse-toi ! » cria Busujima.

Me repoussant de force, Busujima avait touché le carreau noir du sol. Lorsqu’elle appuya dessus, en faisant un effort, elle entendit un clic, alors que cela s’enfonçait d’environ deux centimètres.

« … Je le savais ! » cria Busujima.

Busujima avait affiché une expression haineuse et frappa cette tuile à plusieurs reprises. Cependant, la barrière ne bougea pas.

« Aaaaaaaaah ! Allez ! Pourquoi ne s’ouvre-t-elle pas ? Doumeguri ! Ouvre la grille dès maintenant ! » ordonna Busujima.

Mais j’étais juste troublé.

« E-Euh, même si tu dis cela, je n’avais pas réalisé qu’il y avait un tel piège ! » déclarai-je.

Ougiya plaça sa main sur son front et cria une lamentation. « Kaaaaaaaaaa ! Doumeguri n’est-il pas un fardeau ? »

Mais Ichinomiya avait répondu à cette voix. « Doumeguri… ? »

Puis, il nous regarda en pointant son épée vers les monstres. Pendant un instant, nos regards s’étaient croisés. À ce moment-là, les yeux d’Ichinomiya,

j’ai compris.

Il semblait l’avoir dit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire