Daimaou-sama no Machizukuri ! – Tome 1 – Chapitre 5

***

Chapitre 5 : Le grand Seigneur-Démon et les sacrifices

Ciel guida la jeune fille-renarde dans la forêt.

En raison de la moisson épouvantable de l’année dernière et des villageois prenant le peu qu’ils avaient, les sœurs-renardes mouraient de faim.

Et donc, Ciel avait pris sur elle d’éduquer la jeune sœur sur ce qui pouvait être mangé dans la forêt.

Même à Avalon, sa base de données de connaissances était de premier ordre. Après tout, chaque fois qu’elle absorbait une partie du corps d’un individu pour pouvoir les copier, elle absorbait également ses connaissances et son expérience.

« Ah, c’est dangereux pour elles d’aller seules dans la forêt. Je devrais les suivre. » (Grande sœur)

« Vous n’êtes pas obligée, elles iront très bien. Malgré son apparence, cette fille, Ciel, est très puissante. » (Procell)

« Vraiment ? Une fille si jolie et délicate ? » (Grande sœur)

« Cette apparence n’est qu’un déguisement. Sa vraie nature est celle d’un démon puissant. Si trois héros tueurs de dragons apparaissaient, elle pourrait les battre sans problème. » (Procell)

Même sans son atout, Copie Parfaite, Ciel devrait être capable de faire au moins autant. Elle était tout de même un démon de rang S avec un niveau élevé.

« Je vois. C’est un peu surprenant. » (Grande sœur)

« Alors, ne vous inquiètez pas pour elles. Ciel protégera votre petite sœur, je vous l’assure. Non seulement elle est forte, mais elle est gentille et attentionnée. Maintenant, pourquoi ne me montrez-vous pas comment vous cuisinez votre nourriture ici ? » (Procell)

Même parmi mes démons, Ciel était particulièrement amicale envers les humains.

Mes démons pourraient être généralement divisés en trois :

Le premier groupe était celui qui était amical avec les humains. Ceux-ci comprenaient mes trois démons du Pacte démoniaque et Ciel.

Ensuite, il y avait le groupe qui regardait les humains individuellement, étant amical avec ceux qui étaient alliés et hostile contre ceux qu’ils considéraient comme des ennemis. Mon chef d’état-major Duke était à la tête de ce groupe.

Enfin, il y avait des démons indifférents envers les humains. Ce groupe avait une faible opinion des humains et considérait les humains comme de simples insectes. Pourtant, étonnamment, aucun n’avait de haine pour les humains, juste un manque d’intérêt.

Le meilleur représentant du dernier groupe était l’enfant le plus problématique d’Avalon. Cet enfant à problèmes était fiable au combat, mais son comportement était tout simplement terrible. Pour cette raison, je n’avais pratiquement gardé cet enfant problématique dans mon Stockage que jusqu’à ce qu’il soit nécessaire.

« Je suppose que je peux alors me détendre. Je suis maintenant un peu excitée de voir ce qu’elles vont rapporter. Pour l’instant, nous ferions mieux de transformer toute cette orge en quelque chose que nous pourrions manger. » (Grande sœur)

Cette fille est vraiment une bonne personne.

*

Je n’avais rien de mieux à faire, alors j’avais décidé d’aider la fille renard plus âgée à faire certaines tâches.

Mes démons ne me permettaient pas de faire de telles choses, donc c’était un bon changement de rythme.

Je dois dire cependant que retirer la cosse de l’orge est assez amusant.

« Il est un peu tard pour les présentations, mais je suppose qu’il vaut mieux tard que jamais. C’est un plaisir de vous rencontrer. Je suis le Seigneur-Démon de la Création, Procell. J’ai fondé et dirige une ville appelée Avalon. » (Procell)

« Oh, une telle formalité. Ahm, je suis Cumin, et voici le village Ryuzen. » (Cumin)

« Cumin, hein. C’est un bon nom. Facile à prononcer, pour commencer. » (Procell)

J’aimais les noms courts et simples, comme en témoignent les noms de mes démons.

Bien sûr, il y a eu quelques exceptions.

« Et l’autre fille est ma petite sœur, Ahri. » (Cumin)

« Ahri? Le nom donne en quelque sorte l’impression d’un individu libre d’esprit. » (Procell)

« Oui, je pense aussi. Mais son inquiétude pour notre maison a mis un frein à son esprit libre, j’en ai peur. » (Cumin)

Leur vie au village était assez terrible, c’est le moins qu’on puisse dire.

Dans un environnement isolé comme celui-ci, être ostracisé signifiait que cela devenait une épreuve pour vivre.

« Si la vie ici est difficile, pourquoi ne pas quitter les lieux ? Il doit y avoir un endroit où ce village vend ses récoltes supplémentaires, non ? Pourquoi ne pas y vivre ? De cette façon, au moins, vous n’aurez pas à vous soucier du harcèlement que vous subissez. » (Procell)

« C’est un peu difficile pour nous de faire cela. Il est impossible pour nous deux d’atteindre cet autre endroit, et même si nous réussissions à y aller par miracle, nous n’avons tout simplement pas assez pour nous permettre d’y vivre. » (Cumin)

Alors, vous choisissez d’endurer à la place.

« Mais que se passe-t-il s’il y a une ville ou vous pouvez vous rendre rapidement et en toute sécurité ? De plus, que se passerait-il si cette ville pouvait offrir un bien meilleur moyen de subsistance pour vous et votre sœur ? Allez-vous y aller ? » (Procell)

« Eh bien, s’il y a une telle ville, alors je pense que j’aimerais qu’Ahri et moi y vivions. Nous sommes toutes les deux terriblement fatiguées de cet endroit, pour vous dire la vérité. » (Cumin)

Bon à savoir. Peut-être que cela pourrait arriver un jour.

*

Au moment où nous avions fini de préparer l’orge, Ciel et Ahri étaient revenues.

Les paniers qu’elles portaient sur le dos étaient maintenant pleins.

« Woah, il y en a tellement. Tous ces éléments sont-ils vraiment comestibles !? » (Cumin)

« Bien sûr. Je les ai choisis moi-même, vous savez. » (Ciel)

Avec un visage suffisant, Ciel retourna alors ses cheveux.

« Grande sœur ! Regarde ! J’ai rassemblé autant que je pouvais. Cuisine-les vite, s’il te plaît ! » (Ahri)

« D’accord d’accord. … Attends, ce champignon, c’est toxique ! Je pensais que tout cela était comestible !? » (Cumin)

« Oui, c’est toxique. » (Ciel)

« Alors, ce n’est pas comestible, n’est-ce pas. » (Cumin)

« C’est pourquoi les humains sont si stupides. Il contient du poison, donc il ne peut pas être mangé ? Veuillez arrêter avec ce raisonnement. S’il contient du poison, retirez le poison pour qu’il devienne comestible. Ce n’est pas toujours facile, mais dans ce cas, c’est le cas. Regardez, vous lavez d’abord ces champignons rouges, puis vous les hachez. Après cela, vous les mettez de côté. » (Ciel)

Ciel, avait sorti un pot de son Stockage et elle y avait mis les champignons rouges hachés.

Les champignons semblaient en effet vénéneux.

« Ces champignons sont appelés hibukuredake. Lorsqu’ils sont consommés, ils font gonfler la gorge et le visage, ce qui pourrait entraîner des problèmes plus graves. » (Cumin)

« C’est assez bien. Eh bien, ensuite, nous avons également coupé ces champignons bleus. Une fois terminés, nous les associons aux champignons rouges. » (Ciel)

« Ces bleus s’appellent mikkakudandake. Juste une bouchée suffit pour enfermer une personne dans les toilettes pendant au moins trois jours. » (Cumin)

« Oh, vous êtes assez bien informée. Nous ajoutons ensuite un peu d’eau et laissons bouillir. Cela va bien avec le miso ou quelque chose comme ça, alors laissez-moi en emprunter, d’accord ? À ébullition, nous ajoutons de la viande séchée hachée. Nous le laissons ensuite bouillir encore quelques minutes. … Et maintenant, la soupe aux champignons est prête. Mon Seigneur-Démon, voudriez-vous y goûter ? » (Ciel)

Une soupe aux champignons à base de deux sortes de champignons vénéneux.

Si les informations de Cumin devaient être crues, manger cela ferait non seulement gonfler mon visage et ma gorge, mais je souffrirais également de diarrhée pendant trois jours consécutifs.

Eh, la plupart des poisons ne fonctionnent pas sur les Seigneurs-Démons de toute façon.

De plus, même si la plupart des poisons étaient inefficaces sur moi, je pouvais quand même dire si quelque chose était vraiment toxique. Cela signifiait que j’étais le meilleur candidat pour vérifier la nourriture.

Et donc, j’avais pris une gorgée.

Pour quelque chose composé uniquement de champignons, de miso et de viande séchée, il y avait une saveur si complexe et profonde.

Mis à part leur goût, la consistance des champignons était remarquable.

Dans l’ensemble, c’était délicieux.

« Ouais, c’est délicieux. De plus, la soupe n’est pas du tout toxique. » (Procell)

« Comment est-ce possible ? C’était des poisons assez puissants, vous savez. » (Cumin)

« Fufufu. À eux seuls, chacun ne devrait pas être mangé du tout, mais ensemble, ils sont parfaitement inoffensifs. C’est parce qu’ils se neutralisent. Vous, les humains, n’utilisez pas beaucoup votre tête, ce n’est donc pas une surprise que vous n’ayez pas réalisé une telle chose, mais tant que vous faites attention à utiliser une quantité égale de ces champignons bleus et rouges, ils cesseraient d’être toxiques. Privilégiez l’un ou l’autre et vous êtes de retour à la case départ. » (Ciel)

En disant tout cela, Ciel prit les assiettes des sœurs, versa autant de soupe que les assiettes pouvaient en contenir, et les servit.

La sœur aînée était encore un peu inquiète à propos de la soupe, mais la plus jeune en prit une gorgée sans hésiter.

« Ah, Ahri ! Tu aurais au moins dû attendre que je l’aie testé. » (Cumin)

« Nom nom… wôw, tellement délicieux ! Grande sœur, essaye ! » (Ahri)

Sa queue de renard se balançant, Ahri prit avec enthousiasme une bouchée de soupe.

C’était une fille-renarde, mais avec ses joues bourrées comme ça, elle ressemblait presque à un écureuil.

C’était assez drôle.

« Ahri, ça va ? » (Cumin)

« Yuppp. En fait, je pense que je me sens beaucoup mieux maintenant. » (Ahri)

« Mais bien sûr. Ces champignons regorgent de nutriments renforçant la vigueur ainsi que de toutes sortes d’autres nutriments qui vous aideront toutes les deux à être en bonne santé. »

Tout en le disant, Ciel avait ajouté plus de miso, ce qui avait approfondi la saveur, puis un peu d’orge, ce qui avait effectivement transformé la soupe en bouillie.

À ce moment-là… Le bol d’Ahri est vide.

« Tiens, essayez ça aussi. » (Ciel)

« Whoa, c’est beaucoup plus savoureux avec de l’orge. Un autre, s’il vous plaît ! » (Ahri)

En un clin d’œil, le bol d’Ahri était de nouveau vide.

« Nan. C’est assez. » (Ciel)

« Quoi ? Mais je peux encore manger un peu plus. » (Ahri)

« Bien que ces plats soient relativement faciles à digérer, en manger plus peut causer plus de tort que de bien à votre estomac affaibli. Vous pouvez manger le reste demain. » (Ciel)

« … Bien. C’est dommage que je ne puisse pas manger plus, mais je suis vraiment contente d’avoir pu manger autant. Merci, Ciel ! » (Ahri)

« Pour Ciel, ce n’était rien de pyupyupyu. » (Ciel)

Ciel semblait ravie.

Il me semblait qu’Ahri était reconnaissante envers moi aussi, compte tenu de l’agréable émotion qui coulait en moi.

D’une certaine manière, je mangeais aussi.

Cumin avait ensuite timidement essayé la nourriture.

« Hmm. C’est vrai, c’est vraiment délicieux. … Oh, ça fait si longtemps que je n’ai pas mangé un plat aussi délicieux. » (Cumin)

Contrairement à sa sœur cadette, Cumin semblait bien élevée. Cependant, sa queue oscillant de gauche à droite exposant les émotions qu’elle essayait de cacher. C’était assez adorable, pour être honnête. Me rappelant un peu Kuina dont la queue se balance chaque fois qu’elle mangeait quelque chose de délicieux.

« C’est presque comme un festin. Avec ces champignons, même si le village nous enlève à nouveau nos récoltes, nous ne mourrons pas de faim. Je vous remercie. » (Cumin)

« J’ai d’autres ingrédients et plats à vous apprendre, mais certains d’entre eux sont comme ces champignons : dangereux à manger tels quels. Vous devez le faire correctement. Jusqu’à ce que je vous ai appris comment faire, évitez d’essayer de le faire vous-même. » (Ciel)

« Oui, nous comprenons. » (Cumin)

La forêt où elles pouvaient chercher ces ingrédients était une bénédiction. Certes, elles avaient besoin des connaissances de traitement appropriées pour certains de ces ingrédients afin qu’ils puissent devenir comestibles, mais la forêt était néanmoins une bénédiction.

Même quand nous serons partis, j’étais assez confiant que les sœurs seraient capables de subvenir à leurs besoins.

Maintenant que nos ventres sont pleins, je pense qu’il est enfin temps de s’enquérir des autres Seigneurs-Démons.

« Cumin, quand j’ai mentionné que j’étais un Seigneur-Démon plus tôt, vous aviez très peur. Y a-t-il un Seigneur Démon par ici ? » (Procell)

« Oui, il y en a un. Son domaine est à environ une demi-journée de marche du village. » (Cumin)

« Ohh. Et quel genre de Seigneur-Démon est-il ? Je suppose d’après votre réaction qu’il n’est pas vraiment du genre bienveillant, n’est-ce pas ? » (Procell)

« … non, il ne l’est pas. En fait, il incarne la peur ici. Chaque année, il réclame un sacrifice. Si un village ne répond pas à la demande, il envoie ses démons détruire ce village. » (Cumin)

Exiger un sacrifice ? Est-ce ainsi que les Seigneurs-Démons ici se nourrissent d’émotions ?

La plupart des Seigneurs-Démons que je connaissais avaient fait des donjons et y attiraient les humains avec l’attrait du trésor et des points d’expérience des démons. Les Seigneurs-Démons se nourriraient alors de la soif des humains pour ces choses ainsi que de leur peur et de leur désespoir pendant la bataille.

Peut-être qu’exiger des sacrifices n’est pas si mal ??

Non seulement il y aurait un approvisionnement régulier, mais la force du désespoir résultant des sacrifices devrait également être supérieure à la moyenne.

Cependant, il y avait au moins un problème majeur avec cette approche.

« Mais s’ils font cela, la nation n’agirait-elle pas contre eux ? » (Procell)

« Cela s’est produit plusieurs fois auparavant, mais le Seigneur-Démon a gagné contre les armées de la nation chaque fois. De nos jours, tant que le Seigneur-Démon ne demande que quelques sacrifices aux villages chaque année, la nation a tendance à les laisser tranquilles. » (Cumin)

Ce Seigneur-Démon est assez intelligent.

Ils savaient que plus ils exigeaient de sacrifices, plus la nation allait les prendre au sérieux. Ainsi, ils avaient retenu leur cupidité juste assez au point que la nation n’enverrait pas une force majeure.

Des forces punitives mineures étaient encore envoyées de temps en temps, mais comme Cumin l’avait mentionné, le Seigneur-Démon avait suffisamment de potentiel de guerre pour les repousser. Au contraire, ces forces punitives ne devraient être rien de plus que de la nourriture supplémentaire.

Il est difficile d’imaginer qu’un tel seigneur démon soit tout sauf fort.

« Désolé pour être franc, mais étant donné votre relation avec le village, je suis plus surpris que vous et votre sœur n’ayez pas encore été sacrifiées. » (Procell)

Les deux étaient des orphelines maltraitées par le village. C’était des individus qui pouvaient être considérés comme inutiles. De plus, étant de belles jeunes filles, un Seigneur-Démon typique les apprécierait plus que l’humain habituel.

« … Eh bien, parce que le fils du chef du village m’a proposé en mariage, nous avons été oubliées pour la sélection de l’année dernière. » (Cumin)

« Donc, la proposition vous a sauvé à l’époque, mais c’était alors la raison pour laquelle vous êtes si mal traitées, hein. Mais alors, pourquoi avez-vous refusé ? Si vous vous mariez dans la famille du chef du village, votre vie ne serait-elle pas à peu près assurée ? » (Procell)

Cumin baissa les yeux avant de forcer une réponse.

« Parce qu’alors Ahri et moi aurions été séparées. Ils m’ont dit qu’après le mariage, je vivrais dans la résidence du chef du village tandis qu’Ahri serait envoyée dans un autre village. … Ahri et moi en avons discuté et nous avons décidé que nous préférerions être pauvres et ensemble que d’être à l’aise, mais séparées. » (Cumin)

« Je n’échangerais jamais ma sœur contre un repas ! » (Ahri)

Au départ, j’avais pensé qu’elle ne pouvait tout simplement pas se forcer à être avec le fils du chef du village. Honnêtement, je ne m’attendais pas à une histoire aussi émouvante.

Non pas que je n’aimais pas ce genre de choses.

*

« Il est naturel qu’ils n’aient plus d’appréciation pour les Seigneurs-Démons après ça. » (Procell)

« Mon Seigneur-Démon, que voulez-vous faire ? Les aider ? Si possible, je voudrais que nous attendions d’avoir récupéré. Cet autre Seigneur-Démon semble un peu dangereux, il est donc préférable d’avoir mes capacités au cas où quelque chose arriverait. » (Ciel)

« Tu as raison. J’ai cet homme dans mon Stockage… mais je préfère ne pas compter uniquement sur lui. » (Procell)

Se fier à l’adaptabilité de Ciel était tout simplement la meilleure approche.

De plus, cet autre Seigneur-Démon était tout près. Nous pourrions nous permettre de partir dès que Ciel aura récupéré. En attendant, je devrais recueillir plus d’informations sur ce monde.

*

Cependant, les circonstances m’avaient empêché de recueillir plus d’informations.

Le lendemain matin, des visiteurs étaient venus chez les sœurs renardes et avaient violemment frappé à la porte.

Lorsque Cumin avait ouvert la porte, un homme dodu d’âge moyen et un jeune homme maigre étaient là. Aucun des deux ne semblait familier avec le travail manuel.

Sur la base des sœurs-renardes, je pensais que tout le monde dans le village aurait aussi des oreilles de renard, mais voir ces deux-là m’avait fait comprendre que ce n’était pas le cas. Les deux étaient ce que certains appelleraient des humains ordinaires… en fait, je pense que ces deux-là ressemblent plus à des singes.

« Réjouissez-vous, Cumin et Ahri, vous pourriez être au service de tout le village. Les sacrifices de cette année seront vous deux. » (Villageois)

L’homme d’âge moyen les informa et Cumin pâlit rapidement.

Quel est ce timing ? C’est comme si cet événement attendait que je sache à propos de ce Seigneur-Démon avant que cela ne se produise. Avec le recul, même ma rencontre avec les sœurs-renardes me semblait être trop une coïncidence.

Il était possible, probablement même, que quelqu’un tire les ficelles derrière la scène.

Mais même si c’était le cas, cela n’avait pas d’importance. Tant que je pouvais changer la conclusion, cela ne me dérangeait pas de suivre le flux qu’ils avaient établi.

« Ciel, désolé, mais je ne pense pas que nous puissions attendre que tu sois rétablie. » (Procell)

« Je me doutais que ça allait arriver. Vous êtes, après tout, le Seigneur-Démon de la Création, Procell. » (Ciel)

J’avais donc décidé de rencontrer le Seigneur-Démon de ce monde plus tôt que prévu.

Cette décision n’était pas par sens de la justice ou quoi que ce soit de ce genre.

Les sœurs étaient à moi et je n’aimais vraiment pas que mes affaires soient volées. C’était tout ce que c’était.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre. Toujours un plaisir de lire !

Laisser un commentaire