Daimaou-sama no Machizukuri ! – Tome 1 – Chapitre 4

***

Chapitre 4 : La compensation du grand Seigneur-Démon

Devant moi, il y avait un slime complètement épuisé.

C’était un effet secondaire de l’utilisation de Copie parfaite.

C’était en fait cet effet secondaire qui l’empêchait d’être mon démon le plus puissant.

Même si Ciel était dans un tel état, il y avait encore beaucoup de choses que je pourrais essayer.

Non, il vaudrait mieux éviter d’invoquer un autre démon de mon Stockage, je ne voulais pas effrayer mon hôte. Duke et les autres devraient me chercher aussi, donc il n’y a pas lieu de se précipiter imprudemment.

À ce moment, je m’étais souvenu de la ville que j’avais fondée.

Avalon était une ville où les humains et les démons pouvaient coexister pacifiquement. C’était l’une des villes les plus prospères du monde. Grâce à notre système de transport aérien qui utilisait mes démons volants, notre marché avait pu rassembler divers types de marchandises du monde entier. Cela avait à son tour attiré d’excellents artisans dans notre ville, la développant ainsi davantage. Plus la ville s’était développée, plus les marchandises et les artisans y étaient rassemblés. Ce cycle béni se produisait même maintenant.

Et grâce à toutes les émotions des humains y séjournant — autrement dit, vivant — dans ma ville, j’avais pu renforcer les défenses de mon donjon pour mieux défendre mon cristal.

Donc, s’il y avait un moment où Avalon pouvait être abattue, ce serait maintenant quand je suis absent.

Les fonctions de mon donjon étaient assez limitées pendant mon absence. Mais même ainsi, il devrait tenir environ six mois.

Mon chef d’état-major Duke était là, donc je pouvais m’attendre à ce que les ordres appropriés soient donnés aux démons restants.

Si je devais deviner, Duke essaierait probablement de produire un faux moi pour donner l’impression que j’étais de retour en toute sécurité. S’il réussit, cela devrait faire hésiter les autres Seigneurs-Démons, nous faisant ainsi gagner du temps. Deux à trois mois, probablement.

D’un autre côté, je devrais m’attendre à ce que les autres Seigneurs-Démons prennent des mesures plus agressives après trois mois.

Même dans les situations où ils devaient affronter plusieurs Seigneurs-Démons à la fois, j’avais toujours foi en le fait que mes démons pouvaient tenir trois mois.

C’est pourquoi j’avais estimé que nous avions environ six mois.

Je dois revenir dans ce laps de temps.

« … Donc, de façon réaliste, je n’ai que deux chances, hein. » (Procell)

En ce moment, neuf démons étaient avec moi en plus de Ciel. Cependant, aucun d’entre eux n’avait de capacités qui pourraient directement m’aider à me ramener. Compte tenu de cela, il était nécessaire de faire un démon qui le pouvait.

Et si nous étions vraiment sur une planète ou même une galaxie différente, ce démon devait être de rang S. En d’autres termes, ma médaille Création devait être utilisée.

Mais alors, avec quelles médailles dois-je la combiner ?

Habituellement, deux médailles doivent être utilisées pour fabriquer un nouveau démon. Cependant, ma médaille Création devait être combinée avec deux autres médailles, dont au moins une devait être une médaille originale. C’était des exigences élevées, mais comme la force des médailles affectait la force du démon créé, une médaille supplémentaire signifiait un démon plus fort.

De plus, les médailles utilisées déterminaient les résultats possibles pour le nouveau démon, mais le résultat auquel le démon serait réellement était entièrement aléatoire. Pas quand ma médaille Création avait été utilisée, car je pouvais choisir le résultat que je voulais. Cela dit, le résultat que je souhaitais devait toujours faire partie du groupe de résultats possibles. En d’autres termes, si je voulais créer un démon spécialisé dans le transfert, je devais utiliser une combinaison de médailles pouvant produire au moins un de ces démons.

Et choisir la mauvaise combinaison de médailles n’était pas quelque chose que je pouvais facilement me permettre en ce moment. Après tout, si je devais rentrer à la maison dans les 6 mois et que je ne pouvais produire qu’une seule médaille originale par mois, cela signifiait que je n’avais que deux à trois chances de faire un démon de rang S grâce à ma médaille Création.

« Pyuuuuuuuuuuu…. Pyuui, récupération ! Je suis de retour ! » (Ciel)

Ciel, qui était épuisée jusqu’à présent, reprit sa forme de fille aux cheveux bleus.

« Ciel, retournons à l’intérieur pour le moment. Je pense que nous pourrons réfléchir plus efficacement. » (Procell)

« D’accord ! Décidons-en quoi je vais me transformer la prochaine fois, et revenons ici deux semaines plus tard ! » (Ciel)

Eh bien, il n’y a rien à faire à ce sujet, mais attends.

*

Et ainsi, nous étions retournés à la maison des filles renardes.

À notre retour, la plus âgée des deux filles nous salua. La sœur cadette qui n’était pas là plus tôt était maintenant présente.

Tout en se cachant derrière la fille plus âgée, la plus jeune tirait également sur les vêtements de la plus âgée.

Elle semblait être le genre de fille qui se méfiait fortement des étrangers. Pour une raison quelconque, elle me rappelait Rorono.

« C’est celui qui m’a sauvé ? Mais qui est l’autre personne ? Notre nourriture est déjà si maigre, alors ajouter une autre personne… » (Sœur aînée)

La sœur aînée avait chuchoté ainsi à l’autre. Malheureusement pour elle, c’était juste assez fort pour que nous l’entendions. Et grâce aux informations que Ciel m’avait transmises sur leur langue, j’avais également pu comprendre ses mots.

Ciel avait ensuite conversé avec moi par télépathie.

{Dans ce village, toutes les récoltes sont temporairement remises au chef du village, qui distribue ensuite aux villageois un montant prétendument proportionnel aux contributions de leur ménage. Dans le cas des sœurs, parce que leurs deux parents sont morts et aussi parce que la sœur aînée a refusé le fils du chef du village, leur part a été réduite à un montant pitoyable. De plus, comme la récolte de cette année a été assez médiocre, elles sont au bord de la malnutrition. L’aînée a réduit sa part pour la donner à la plus jeune.}

« J’aurais aimé savoir plus tôt. Je n’aurais pas mangé ce porridge si j’avais su. » (Procell)

C’était une merveille comment elles pouvaient encore me donner de la nourriture malgré leurs circonstances.

Bien sûr, j’étais leur bienfaiteur, mais même ainsi. La plupart des gens m’auraient abandonné dans la forêt. Après tout, si elles ne m’avaient pas amené chez elles, il n’était pas nécessaire de s’inquiéter et de me nourrir. … Bon sang, ces filles sont trop gentilles pour leur propre bien. Mais je ne peux pas dire que je n’aime pas ça.

« S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas besoin de manger votre nourriture. » (Procell)

« Je suis désolée. Ne vous inquiétez pas des paroles grossières de ma sœur. Et n’hésitez pas à manger la nourriture. J’étais sérieuse quand j’ai crié que j’étais prête à donner à quiconque pourrait l’aider tout ce que je pouvais donner. Alors, me voilà… prête à me consacrer pleinement à vous. » (Jeune sœur)

Elle devenait de plus en plus gentille.

J’aurais pu rester silencieux et jouer le jeu, mais…

Mais elle a dû se rendre compte que je ne pouvais pas comprendre ses paroles plus tôt, non ?

« Non, je ne pense pas que ma conscience puisse me laisser manger votre nourriture, surtout quand la fille derrière vous me regarde comme ça. De plus, nous n’avons même pas à partager. » (Procell)

Je l’avais dit, puis j’avais sorti un démon de mon Stockage.

C’était une elfe blonde. Comme la plupart des elfes, elle était une belle femme mince avec une poitrine plutôt plate. Un fusil anti-matériel qui était presque aussi haut qu’elle était suspendu à son épaule.

Elle était une haute elfe, un démon de rang B. Elle était plusieurs fois plus faible qu’Aura, une Elfe de rang S, mais elle était toujours une force avec laquelle il fallait compter. Avec son talent naturel de tireur d’élite et son fusil anti-matériel modifié par magie — grâce à Rorono —, elle pouvait même abattre des démons de rang A.

Elle était aussi douée pour le pistage, donc ce n’était vraiment pas étonnant que je l’aie choisie comme l’un des dix démons que j’avais préparés dans mon Stockage au cas où une urgence se produirait pendant la Soirée, ce qui s’était vraiment produit.

« Vos ordres, Procell-sama ? » (Elfe)

Elle l’avait dit et s’était inclinée respectueusement.

Mes démons de rang S avaient chacun une personnalité unique et chacun s’exprimait librement, mais au contraire, j’avais l’impression que la plupart de mes démons de rang B et en dessous étaient généralement obéissants au point d’être soumis.

« Utilise les terres vacantes là-bas et cultive des aliments comestibles. » (Procell)

« Sécuriser une source de nourriture, n’est-ce pas ? Oui, tout de suite, monsieur. » (Elfe)

Le vent avait soufflé quand elle l’avait dit.

Le sol avait été creusé, soulevé, puis retourné sans aucune des pierres et des mauvaises herbes qui s’y trouvaient auparavant. En un instant, elle put labourer la terre.

Et puis, le vent avait transporté des graines stockées dans la maison et les avait dispersées dans le sol maintenant plus propice à cultiver.

La Haute Elfe avait suivi cela avec un chant semblable à une chanson qui avait provoqué une pluie localisée.

Ce n’était pas une pluie ordinaire cependant ; c’était une pluie de bénédiction.

Après cela, elle avait joint ses mains et avait prié. En réponse, l’orge avait instantanément poussé. En quelques minutes, il était prêt à être récolté.

« Voilà. L’elfe que vous voyez a béni ce champ. Toutes les cultures plantées pousseront certainement bien. Je vous remercie de nous avoir permis de rester ici. » (Procell)

Ce champ devrait aider les sœurs l’année prochaine et au-delà.

En voyant le champ plein d’orge cultivée, les yeux des sœurs s’étaient écarquillés.

« Grande sœur, regarde ! Il y a tellement de nourriture ! Nous pouvons manger jusqu’à ce que nous soyons rassasiées ! Et les céréales sont si grosses qu’il sera facile de les échanger contre des choses ! » (Jeune sœur)

La plus jeune s’était exclamée alors que sa queue de renard se balançait sauvagement. Elle avait ensuite couru vers le champ et avait commencé à récolter les cultures.

« Je ne peux pas y croire. Autant de cultures plantées et prêtes à être récoltées en un instant. Est-ce un miracle d’un dieu ? » (Aînée)

« Pas par un dieu, par un Seigneur-Démon. » (Ciel)

Comme si c’était sa propre réussite, Ciel le dit avec un visage fier, voire suffisant.

« S-Seigneur-Démon ? Ce Seigneur-Démon!? » (Aînée)

« Je ne sais pas ce que vous entendez par ce Seigneur-Démon, mais je suis vraiment un Seigneur-Démon. » (Procell)

« … S’il vous plaît, je vous en supplie, faites ce que vous voulez de moi, mais s’il vous plaît, s’il vous plaît, épargnez ma petite sœur. S’il vous plaît, je vous en supplie, épargnez Ahri. » (Aînée)

La fille plus âgée se prosterna soudainement, ses oreilles de renard tremblant de peur.

Donc, il y avait aussi des Seigneurs-Démons ici. Je me demande quel genre de Seigneur-Démon ils sont. Je devrais peut-être essayer de rencontrer certains d’entre eux. … Ouais, je devrais. Ils pourraient juste avoir un indice sur la façon dont je peux revenir.

« Il y a toutes sortes de Seigneurs-Démons, vous savez. Par exemple, même si vous m’avez trouvé dans cette forêt, je viens en fait d’une ville lointaine où les humains et les démons coexistent joyeusement. Et j’ai fondé cette ville. Les dizaines de milliers de personnes qui y vivent sont plus heureuses que la plupart des personnes vivant ailleurs. Ce que j’essaie de dire, c’est que je suis le genre de Seigneur-Démon qui veut rendre les gens heureux. » (Procell)

Je l’avais dit avec un sourire ironique.

Pour la fille plus âgée, un Seigneur-Démon pourrait être synonyme de peur et de terreur. Si tel est le cas, ce que j’avais dit me paraissait peut-être insensé ou pire, comme un piège.

« Je vais vous croire. » (Aînée)

Cependant, sa réponse était exactement le contraire de ce à quoi je m’attendais.

« Je veux dire, vous avez sauvé ma sœur. … De plus, si vous étiez vraiment un Seigneur-Démon cruel, alors il n’y a rien d’autre à faire que de demander miséricorde. Donc, pour notre propre bien, il vaut mieux que ce que vous avez dit est vrai. » (Aînée)

Quelle personne calme ! Même si je suppose qu’elle doit l’être pour s’occuper de sa sœur après le décès de leurs deux parents.

« Maintenant, parlons de ma compensation pour avoir sauvé votre sœur. Voyons voir… que diriez-vous de nous laisser rester avec vous pendant au plus environ six mois ? Aussi, nous fournir des informations. » (Procell)

Sur la base de sa réaction plus tôt, elle semblait en savoir un peu plus sur les Seigneurs-Démons. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais je voulais en savoir autant qu’elle en savait.

Ciel aurait également pu absorber ces informations et pouvait donc simplement me les relayer, mais il valait mieux parler directement avec la personne. La conversation peut mener à des présentations à d’autres personnes ou à certaines choses du genre.

De plus, en tant que créature qui se nourrissait d’émotions, une conversation avec elle m’aurait permis de dîner. Contrairement à quand c’était dans mon donjon où je pouvais me nourrir de toutes les émotions produites dans le territoire, les émotions devaient être dirigées vers moi pour que je puisse m’en nourrir lorsque je suis en dehors de mon donjon.

Et le goût de ses émotions était tout à fait à mon goût.

« Oui, j’accepte vos conditions. Je prévois de m’en tenir à ma parole et de faire tout ce que je peux pour vous de toute façon. » (Aînée)

Cela s’était étonnamment bien passé.

« Nourriture, nourriture, tellement de nourriture ♪ » (Ahri)

Nous avions ensuite entendu une chanson décalée. Elle avait été chantée par la plus jeune fille qui portait un panier plein d’orge.

« Humaine, ne soyez pas complaisante, d’accord ? Vous avez eu de la chance que mon Seigneur-Démon ait été miséricordieux cette fois, mais une fois que vous aurez tout récolté, et alors ? Vous allez juste revenir à mourir de faim ? Pour l’instant, suivez-moi dans la forêt. Je vais vous montrer toutes les choses qui sont comestibles. » (Ciel)

« Ce n’est pas comme si nous étions paresseuses. Cette année n’a été qu’une récolte extrêmement pauvre, et tout le monde dans le village a gardé le peu que nous avons récolté. » (Ahri)

« Oui oui. Hors de vos mains. Mais la question se pose toujours, que ferez-vous la prochaine fois ? Je dis qu’il faut au moins utiliser vos yeux. Laissez-moi faire, je vais vous apprendre tout ce que vous devez savoir sur la recherche et la préparation de la nourriture. Mon Seigneur-Démon, puis-je aller enseigner à la fille? » (Ciel)

« Oui, fais-le s’il te plaît. » (Procell)

J’avais répondu avec un sourire ironique.

Je ne m’attendais sûrement pas à ce que Ciel soit si attentionnée envers la jeune sœur.

Lui dire de se retenir était probablement l’appel le plus approprié, mais je ne pensais tout simplement pas que je devrais après avoir vu son enthousiasme à ce sujet.

Le dîner d’aujourd’hui sera singulier, semble-t-il.

Pendant qu’elle préparait le dîner, je devrais interroger la fille plus âgée sur les Seigneurs-Démons se trouvant ici et toutes sortes de choses.

Quand je devrai les rencontrer, je devais faire attention de ne pas les contrarier, car je n’avais que dix démons dans mon Stockage, et Ciel n’était pas dans une condition de combat optimale pour le moment. Mais si un combat était inévitable, qu’il en soit ainsi, je devrais quand même être en mesure de prendre le dessus.

Attends, à quoi je pense ? Je n’ai aucune raison de les combattre, je devrais donc éviter autant que possible les conflits. Oui, je dois trouver un moyen pacifique de traiter avec eux parce que je suis, après tout, un Seigneur-Démon qui aime la paix.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire