Daimaou-sama no Machizukuri ! – Tome 1 – Chapitre 6

***

Chapitre 6 : Le grand Seigneur-Démon mange son repas

Le chef du village et son fils étaient venus et ils avaient dit aux sœurs renardes qu’elles allaient être les prochaines sacrifiées au Seigneur-Démon de ce monde.

Sans surprise, les sœurs avaient eu peur.

Tout en observant depuis le côté les sœurs et leurs visiteurs, je parlais de manière à ce qu’uniquement Ciel puisse entendre.

« Ciel, allons à la rencontre du Seigneur-Démon de ce monde. Je ne veux pas que les sœurs nous soient enlevées. » (Procell)

« Comme toujours, tu es vraiment un Seigneur-Démon au cœur tendre, n’est-ce pas ? Eh bien, non pas que je n’aime pas ça chez toi. » (Ciel)

Nous avions prévu de rencontrer l’un des Seigneurs-Démons de ce monde, mais ce n’était certainement pas censé être si tôt.

Il y avait une chance que le Seigneur-Démon devienne hostile envers nous, donc nous voulions que la Copie Parfaite de Ciel soit à nouveau disponible avant de procéder à la rencontre.

Avec seulement 10 démons avec moi, c’était un peu difficile d’imaginer que nous pourrions complètement écraser l’autre Seigneur-Démon, mais s’échapper indépendamment de ce qu’ils nous lancent était presque certain si la capacité de Ciel était disponible.

En d’autres termes, nous pourrions gagner, mais aller de l’avant sans attendre que Ciel se rétablisse était tout simplement trop risqué.

Pendant que Ciel et moi parlions dans le coin comme ça, le jeune homme me regarda.

« Qui est cet homme ? M’as-tu rejeté juste pour que tu puisses vivre avec cet homme frêle, c’est ça !? » (Fils du Chef)

« Ce n’est pas comme ça. Ahri serait morte sans lui. Il est notre bienfaiteur. » (Cumin)

« Mais pourquoi doit-il vivre dans ta maison !? » (Fils du Chef)

« Les circonstances l’empêchent de retourner dans son pays natal, alors j’ai offert ma maison comme lieu de séjour entre-temps. C’est le moins que je puisse faire pour avoir sauver la vie d’Ahri. » (Cumin)

« Mer-ah, ahh ! Il est absurde de décider arbitrairement de laisser un étranger vivre dans le village. Papa, tu ne laisseras pas ça continuer, non ?!? » (Fils du Chef)

Il faisait semblant de respecter les règles du village, mais en réalité, il était juste jaloux.

Il semblerait qu’il était toujours attiré par Cumin même à ce jour. Et pourtant, il avait ouvertement supplié son père de l’aider devant elle. Ignore-t-il complètement les voies du cœur d’une femme ?

« C’est comme le dit mon fils. Nous ne pouvons pas laisser un étranger rester dans le village. Vous là-bas, quittez immédiatement le village. » (Chef)

« Hm, cela me va. » (Procell)

La principale raison pour laquelle j’étais resté était pour pouvoir me nourrir des sœurs.

Si elles ne devaient plus être ici, il n’y avait aucun intérêt pour moi à rester plus longtemps.

Le fils du chef du village avait alors saisi la main de Cumin.

« Veux-tu reconsidérer ta décision ? Si tu deviens mienne, nous pouvons trouver une autre fille à sacrifier. » (Fils du Chef)

Ahh, le classique « si tu ne veux pas mourir, deviens mienne ». Quel homme pathétique et déplorable !

Cumin regarda Ahri, qui secouait la tête, puis secoua résolument la main du fils.

« Non, tu n’as pas besoin de faire cela. Nous deviendrons les sacrifices. » (Cumin)

« Es-tu en train de dire que tu préfères devenir la nourriture de ce démon plutôt que d’être avec moi !? » (Fils du Chef)

« Oui, c’est exactement ce que je dis. » (Cumin)

« Tsk, qu’il en soit ainsi. J’ai essayé de te sauver, mais tu viens de cracher sur mon visage. Demain, vous serez toutes les deux sacrifiées. » (Fils du Chef)

Son visage était rouge de colère jusqu’à ce que les larmes commencent à monter dans ses yeux. Avant qu’elles ne tombent, il se retourna et sortit de la maison des sœurs.

J’aurais pu le laisser seul, mais j’avais décidé de lui donner un conseil.

« Je vais te dire pourquoi elle t’a rejeté. Tu ne la connais pas du tout. Je ne suis ici que depuis deux jours, mais même moi, je la connais mieux que toi. Si tu souhaites que quelqu’un t’aime, assure-toi d’abord d’aimer l’autre personne. » (Procell)

Ses épaules tremblaient, mais il ne répondit pas et ne se tourna pas pour me faire face. Au lieu de cela, il continua à sortir. Le chef du village le suivit en toute hâte.

Comme je lui avais dit, il ne connaissait pas du tout Cumin.

S’il s’arrêtait et considérait sa personnalité, il aurait peut-être deviné qu’elle préférerait être le sacrifice plutôt que de voir une autre fille la remplace.

Il aurait peut-être obtenu de meilleurs résultats s’il s’était concentré sur l’offre de sauver Ahri. Mais là encore, malgré son inquiétude pour Ahri, c’est Ahri qui secoua la tête qui donna à Cumin la confiance nécessaire pour refuser l’offre.

Alternativement, s’il aimait vraiment Cumin, il aurait pu résoudre le problème à ses racines : s’occuper du Seigneur-Démon demandant des sacrifices. C’était peut-être trop pour un simple humain.

Les visiteurs étaient partis, Cumin en pleurs s’était tournée vers moi.

« Je suis désolée, Procell-sama. J’ai dit que je consacrerais ma vie pour vous rendre la faveur d’avoir sauvé la vie de ma sœur, mais il semble que je ne puisse plus le faire. » (Cumin)

J’avais été assez surpris par cela. Compte tenu de sa situation, elle pouvait toujours s’inquiéter pour moi. Inutile de dire que j’étais très content.

« Je n’accepte pas ça. Je ne l’ai peut-être pas exprimé, mais je vous aime bien toutes les deux. Vos émotions sont délicieuses, vous savez. » (Procell)

M’en nourrir était ma véritable intention. Leurs émotions n’étaient évidemment pas énormes, mais c’était incroyablement délicieux.

« Pour cette raison, je ne veux pas vous laisser partir toutes les deux. Je vous protégerai. » (Procell)

« Mais ce serait impossible. » (Cumin)

« Ce n’est pas impossible. L’autre partie est un Seigneur-Démon, mais rappelle-toi, je suis aussi un Seigneur-Démon… de plus, qui sait, peut-être qu’une simple discussion suffira à résoudre les choses. » (Procell)

Si les Seigneurs-Démons de ce monde utilisaient également des médailles pour créer des démons, je pourrais créer des médailles d’imitation et les leur donner.

Un Seigneur-Démon ne pouvait fabriquer qu’une seule médaille originale d’un attribut auquel il avait accès une fois par mois. Cependant, en utilisant une médaille d’origine au moins une fois pour créer un démon, nous gagnons la possibilité d’acheter avec des DPs une imitation d’un rang plus faible.

En dépit d’être des imitations, parce que nous pouvions fabriquer autant de médailles d’imitation que notre approvisionnement alimentaire (DP) le permettait, elles étaient très précieuses. Et bien sûr, plus la médaille est rare, plus l’imitation est précieuse et plus il y a de chances qu’un accord soit conclu.

« Wôw, les Seigneurs-Démons sont incroyables. … Si tout se passe bien, consacrer ma vie à vous ne suffira peut-être même pas à vous récompenser. » (Cumin)

« Ne t’en faites pas. Je fais juste ce que je veux. » (Procell)

Si l’autre personne ne semblait pas reconnaissante, j’aurais peut-être demandé une forme d’indemnisation. Cependant, cette fille voulait me rembourser sans y être incitée.

Il valait mieux laisser sa conscience décider du prix. De plus, de cette façon, je pourrais avoir des émotions encore plus délicieuses.

« Mon Seigneur-Démon, j’ai une proposition. Pourquoi ne pas mettre un Hurleur des abysses dans leurs ombres ? Tu sais, juste au cas où. » (Ciel)

« Ouais, bonne idée. Stockage. » (Procell)

J’avais invoqué de mon Stockage un chien démoniaque.

« Gau ! »

Il avait une fourrure bleu foncé, de gros crocs et un look méchant. Ses oreilles étaient plutôt petites, ce qui rend ses capacités auditives peu exceptionnelles. Cela avait été compensé par son long nez et ses yeux perçants.

C’était un chasseur par nature.

Race : Hurleur des abysses

Rang : B

Nom : Aucun

Niveau : 57

Force physique : B +

Endurance : D

Agilité : A

Magie : D

Chance : E

Spécial : B +

Compétences :

Rugissement sombre

Transfert

Celui qui se cache dans l’ombre

Un avec la meute

Comme les Hurleurs des abysses avaient la possibilité d’utiliser Transfert, j’en gardais toujours un dans mon Stockage.

Généralement, Transfert avait besoin de cercles de transfert au point d’origine et à la destination.

De toute évidence, nous avions déjà mis en place des cercles dans Avalon. Pendant que les sœurs-renardes dormaient la nuit dernière, j’avais fait construire un cercle au Hurleur des abysses, puis je l’avais utilisé pour retourner à Avalon. Cependant, nous avions échoué. Il semblerait que le Hurleur des abysses ne puisse détecter aucun des cercles de transfert d’Avalon.

« Hurleur des abysses, va protéger ces filles. » (Procell)

« Gau ! »

L’Hurleur des abysses aboya puis sauta vers Cumin.

Cumin, pensant que le saut était une attaque, avait essayé de protéger son corps. Cependant, le but réel du Hurleur des abysses était son ombre. Lorsque le chien géant avait semblé s’écraser sur le sol, il avait été rapidement absorbé par l’ombre jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement.

C’était « Celui qui se cache dans l’ombre ».

Tout comme le nom de la compétence pourrait l’indiquer, cela permettait au Hurleur des abysses d’entrer dans une autre dimension à travers les ombres et de s’y cacher.

Pour un garde, il n’y avait pas beaucoup de compétences aussi pratiques que celle-ci.

« Cet enfant va maintenant vous protéger depuis votre ombre. Cela s’appelle un Hurleur des abysses. Et c’est intelligent. Si l’ennemi est quelque chose qu’il peut éliminer, il l’écrasera. Sinon, il vous portera et il vous aidera à vous échapper. » (Procell)

Compte tenu de l’agilité A du Hurleur des abysses, de sa capacité de transfert et de ses excellentes capacités de détection via son odorat, il était un spécialiste du repli.

« Cela semble effrayant, mais c’est en fait assez digne de confiance, n’est-ce pas ? » (Cumin)

« Ouais. Je suis assez fier de mon démon, tu sais. » (Procell)

J’avais confiance dans les Hurleurs des abysses, donc je les ai toujours amenés avec moi.

Bien que pour être tout à fait honnête, avoir le rang S Tiro qui avait également le transfert aurait été mieux, mais ça ne servait à rien de pleurer sur le lait renversé.

« J’imagine que vous aurez d’autres choses à faire avant notre départ demain, alors concentrez-vous là-dessus. Quant à nous, nous allons maintenant commencer à nous préparer pour la rencontre avec cet autre Seigneur-Démon. » (Procell)

« Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aider ? » (Cumin)

« Hmm, voyons voir. Je pense qu’il y a encore d’autres ingrédients de la récolte de Ciel hier, non ? Puis-je te demander d’en faire quelque chose de délicieux ? » (Procell)

« Je vais essayer de mon mieux. On m’a déjà appris à éliminer le poison, alors je pense que je devrais être capable de préparer quelque chose. » (Cumin)

« Super, j’attends ça avec impatience. » (Procell)

Maintenant, il est temps de préparer un atout au cas où le pire arriverait au pire.

*

Et donc, Ciel et moi avions préparé un certain atout.

Nous ne savions honnêtement pas si nous pouvions y arriver ou non, mais nous y étions parvenus.

Nous étions trop peu nombreux et, espérons-le, cet atout pourrait le compenser.

Une fois que Ciel et moi avions fini, nous avions dîné avec les sœurs renardes.

Le dîner d’aujourd’hui était une tarte à base d’un certain fruit. C’était assez délicieux.

Une fois le dîner terminé, j’avais essayé de me lever, mais j’avais trébuché.

« Procell-sama, ça va !? »

Cumin m’avait soutenu et m’avait aidé à me rasseoir.

« Ouais. Je suis juste fatigué. » (Procell)

Chaque Seigneur-Démon possédait une capacité que les autres Seigneurs-Démons n’avaient pas. Une capacité soi-disant unique.

La mienne était Création.

Son utilisation consommait beaucoup d’énergie. Aussi délicieuse que soit ma nourriture, les émotions des filles étaient tout simplement trop peu pour me soutenir. Sur le plan humain, je souffrais de malnutrition.

« Votre visage, il est trop pâle. » (Cumin)

« S’il y a quelque chose qu’Ahri peut faire, j’aimerais l’essayer. » (Ahri)

Les sœurs renards me regardèrent avec inquiétude.

« Manger des émotions m’aidera à revenir à la normale. Alors, si vous le pouvez, dirigez des émotions fortes vers moi. » (Procell)

« D’accord ! J’envoie beaucoup, beaucoup de mes remerciements et appréciations. » (Ahri)

Tout en enfouissant sa tête dans ma poitrine, Ahri se mit à grogner, presque ronronner.

Elle essayait à tous les coups de m’envoyer des émotions comme elle l’avait dit, mais envoyer de force ses émotions n’ajoutait pas vraiment grand-chose. Néanmoins, cela m’avait fait plaisir.

« Ahm, Procell-sama, j’enverrai aussi des émotions plus puissantes, mais n’y a-t-il pas un moyen plus efficace ? » (Cumin)

Il y avait en effet de meilleures méthodes… mais ce n’était pas vraiment de bonnes méthodes.

« Il y en a. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais si mon Seigneur-Démon vous attaque, les émotions que vous ressentirez — la peur de la mort, votre douleur, etc. — seront plus fortes que d’habitude. Il reviendrait à la normale en un rien de temps. » (Ciel)

« Ciel, tu sais que ce genre de chose va à l’encontre de ma morale. » (Procell)

« Hmm, alors il reste le sexe. La stimulation du sexe, spécialement à l’apogée, est comme une explosion d’émotions. La moyenne quotidienne des émotions d’un être humain ne peut pas rivaliser. Donc, si ce que vous avez dit à propos de vous consacrer à mon Seigneur-Démon n’est pas un mensonge, cela devrait être acceptable. Ne vous inquiétez pas, mon grand Seigneur-Démon est également un grand Seigneur-Démon à cet égard. Si vous le voulez, j’ai des médicaments qui augmenteront votre plaisir. Même si vous êtes vierge, vous ne ressentirez aucune douleur, juste du plaisir. » (Ciel)

Franchement, cette fille.

Elle parlait uniquement pour mon bénéfice, mais elle allait encore trop loin. En fait, le visage de Cumin était devenu rouge vif et sa queue, dans sa nervosité, l’avait frappée derrière.

Quant à Ahri, parce qu’elle ne comprenait rien du tout au sujet, elle avait simplement incliné la tête.

« Peu importe ce que Ciel a dit. » (Procell)

« Ahm, Procell-sama, ahm, s’il vous plaît répondez sans hésiter… si c’est juste une question de vouloir le faire ou pas, voulez-vous ? » (Cumin)

« … Si vous me le permettez, alors oui, j’aimerais bien. C’est en fait l’un des moyens les plus efficaces de me nourrir. Il y a la question d’être aussi fort que possible avant de rencontrer l’autre Seigneur-Démon, mais plus que cela, ce sera parce que tu es belle, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Je pense que ce n’est pas une surprise pour un homme de vouloir être avec quelqu’un comme toi. Mais encore une fois, je ne veux pas te contraindre à quoi que ce soit. Je veux construire une relation durable avec toi, donc si cela crée en quelque sorte un fossé entre nous, alors je préfère ne pas le faire. » (Procell)

Quand je l’avais dit, le visage de Cumin était en quelque sorte plus rouge qu’avant.

Sa queue se balançait aussi sauvagement.

« Alors… je veux le faire. Si c’est avec vous, je ne pense pas que je détesterai cette expérience. Alors, alors, alors… dévorez-moi ! » (Cumin)

Elle avait fini par crier la dernière partie.

« Mon Seigneur-Démon, là tu l’as. ton repas s’offre maintenant. Ce sera un gaspillage de ne pas le consommer maintenant, n’est-ce pas ? De plus, que se passera-t-il lorsque tu seras encore faible et que l’autre Seigneur-Démon décide d’attaquer ? Tu ne peux pas nous laisser derrière, non !? » (Ciel)

Je comprends, mais est-ce vraiment bien ?

Cumin avait commencé à s’appuyer sur moi puis à me regarder avec des yeux larmoyants.

Tellement tentant !

Je le pensais alors que mon instinct de Seigneur-Démon commençait à devenir sauvage.

Mais alors, les visages de mes démons bien-aimés, y compris Kuina, avaient surgi dans mon esprit. Ce n’était pas seulement eux, le visage de la femme que j’adorais était également apparu dans mon esprit.

« … Juste pour que tu saches, j’ai quelqu’un que j’aime. Ce que nous ferons ne sera rien d’autre qu’un moyen de m’aider à gagner en force. Ce sera purement physique. Même ainsi, veux-tu vraiment continuer ? » (Procell)

« Oui ! Je ferai de mon mieux ! » (Cumin)

« Qu’est-ce que tu vas faire, sœur ? Puis-je aider ? » (Ahri)

« Il est encore trop tôt pour toi, Ahri. Tu devras attendre au moins deux ans avant d’être prête. » (Cumin)

« Boo. »

Non, je n’avais pas l’intention de lui faire quoi que ce soit, même après deux ans.

« Et je fournirai un soutien. Après tout, plus vous ressentez de plaisir, mieux c’est ! Les slimes sont experts dans ce genre de choses indécentes, au cas où vous ne le sauriez pas ! Pyufufufufu. » (Ciel)

« Ah, eh bien, ahm, Je me confies à vous. » (Cumin)

Sur la base de son acceptation de l’aide de Ciel, il semblerait que son anxiété due à son inexpérience ait gagné contre le malaise d’avoir une autre personne pendant l’acte.

J’avais moi aussi accepté le soutien de Ciel en pensant à elle et aux autres démons que j’avais créés comme mes propres filles. C’est un peu inconfortable, mais pas trop.

« Allons-nous utiliser ta chambre ? » (Procell)

« Oui-oui. » (Cumin)

Maintenant que j’y pense, je n’ai jamais été dans sa chambre. Je suppose que ça rend les choses un peu plus excitantes.

Et donc, je m’étais régalé d’une belle fille-renarde toute la nuit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire