La Croix d’Argent et Dracula – Tome 1 – Chapitre 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 1 : Iscariot

†††

Chapitre 1 : Iscariot

Partie 1

Aie.

Ce baiser, qui était venu avec du sang, avait ainsi coloré le premier jour de lycée d’Hisui Kujou en rouge.

Juste après la cérémonie d’ouverture, il avait brusquement été mordu par un vampire sur le chemin du retour.

Peut-être que d’autres étudiants étaient allés célébrer avec leurs parents. Peut-être même qu’ils faisaient une fête pour commémorer cette journée spéciale. Mais pour Hisui, qui vivait seul, il ne lui était pas possible de faire une fête comme eux le faisaient.

Pendant qu’il marchait tranquillement vers sa maison, le ciel était déjà très sombre.

Avec une fraîche brise nocturne soufflant sur son visage, Hisui entra dans un parc près de sa maison.

Le feuillage luxuriant et les arbres bloquaient totalement la lumière des lampadaires, de sorte que même pendant la journée, toute la zone était extrêmement sombre. Et la nuit, c’était encore plus sombre, si sombre que l’on ne pouvait même pas voir ses doigts placés devant soi.

Mais pourquoi avait-il choisi une telle route ? ... Même Hisui lui-même ne pouvait pas le comprendre.

S’il devait se justifier, ce serait à cause d’une odeur qu’il pouvait sentir.

Quand il traversa le parc, il sentit ce qui semblait être l’arôme noble d’une rose.

Il fut ainsi attiré par ce parfum, et au moment où ses pensées sortirent de cet envoûtement, il était déjà sur une route qu’il n’aurait pas dû emprunter.

Le résultat fut une complète catastrophe.

Juste devant lui, un vampire comme dans les mythes apparut soudainement en chair et en os. Et après cela, avant même de pouvoir résister, il fut mordu.

Non, ce n’était pas comme si être mordu était vraiment un gros problème.

Bien que ce soit plus ou moins gênant de perdre ainsi du sang dans une taille ampleur, sa vie était loin d’être menacée.

S’il était une personne normale, alors il serait confronté au dilemme de devoir dire adieu à son humanité. Mais pour Hisui, ce n’était pas un sujet de préoccupation.

Il y avait bien une possibilité de décès causé par une perte de sang, mais, peu importe la quantité de sang perdue, il ne deviendra jamais un vampire.

En d’autres termes, la question à laquelle il était confronté concernait...

« Qu’est-ce qui se passe sur cette terre ? Est-ce une sorte de magie ? Ou un petit tour de passe-passe ? Répondez-moi, humain ! » (Rushella)

Il était enchevêtré avec cette vampire obstinée sur le dos.

Après avoir fini de boire son sang, elle avait continué à le suivre et lui avait crié dessus sans cesse depuis derrière lui.

« Il fait déjà nuit, alors pourriez-vous être un peu plus calme ? » (Hisui)

« Je suis plus animée la nuit ! » (Rushella)

« Je vois, c’est vrai que vous êtes un vampire après tout... » (Hisui)

Caractéristique spéciale des vampires numéro 2 — ils deviennent actifs après le coucher du soleil et se retirent à l’aube. En raison de cette caractéristique, on les appelle les Rois de la Nuit, mais pour une personne couche-tôt comme Hisui, c’était extrêmement ennuyant.

« Pourquoi ne s’est-il rien passé après vous avoir mordu ? Après avoir été mordu, vous devriez être devenu mon serviteur et devriez suivre mes ordres ! » (Rushella)

« Je ne veux pas. » Hisui rejeta catégoriquement les paroles de Rushella.

« Impossible... de penser que vous seriez capable de ne pas suivre mes désirs ! Même si j’ai vraiment sucé votre sang ! » (Rushella)

En vérité, pour un vampire, il était impossible que ce genre de chose se produise. C’était comme si le monde entier s’était retourné.

Qu’il s’agisse de saints, de nobles ou de voyous meurtriers, tant qu’ils sont nés humains, les morsures occasionnées par les vampires provoqueront automatiquement la transformation.

En outre, les personnes qui étaient mordues auront leur esprit dominé par le vampire, où leur seule considération était pour le bien-être de leur maître... mais Hisui ne semblait même pas lui prêter attention.

« Quel genre de personne n’êtes-vous !? Quel genre de magie est-ce ? » (Rushella)

« Je n’en ai aucune idée, et ce n’est pas une compétence, c’est juste un trait physique, ph-ysi-que. » (Hisui)

Il avait déjà répondu à ces questions plusieurs fois, et donc l’énigmatique Hisui répondait maintenant avec un ton d’hostilité.

« Comment une telle situation pourrait-elle exister ? De plus, je suis un vampire, vous rencontrez une femme comme moi ! Ainsi, vous devriez être comme... euh... n’est-ce pas ? » (Rushella)

« J’avais peur. Vous portez cette tenue du genre “Je suis un vampire” et je ne m’attendais certainement pas à ce je sois ciblé par vous. » (Hisui)

« Je ne pensais pas que vous étiez un expert. De la façon dont vous parlez, ce n’est pas la première fois que vous rencontrez un vampire, n’est-ce pas ? » (Rushella)

« ... Ah, j’ai déjà connu un vampire, c’est ça ! » (Hisui)

Hisui ne parla plus après cela et ne fit que marcher silencieusement.

Rushella avait également réalisé que de telles questions seraient futiles, elle resta donc silencieuse pendant quelques minutes avant d’aborder une tout autre question.

« D’accord, je reconnais le fait que vous ayez un corps absurde. Et je ne me soucie pas de ces vampires de l’avant-garde. Vous ne pouvez pas échapper aux crocs d’un Véritable Ancien. Confessez-vous, qu’est-ce que vous avez utilisé ? » (Rushella)

Hisui s’arrêta brusquement.

Rushella avait dit quelque chose si soudainement qu’il ne pouvait pas ignorer.

« Véritable Ancien ? Est-ce que vous plaisantez ? » (Hisui)

« Bien sûr que non ? Je suis au sommet de la race des vampires, portant le sang du fondateur, un puissant Véritable Ancien ! » (Rushella)

Alors que Rushella répondait fièrement, gonflant sa large poitrine, et Hisui ne put pas s’empêcher de baisser sa vue.

« Dans une société comme aujourd’hui, quelque chose comme un Véritable Ancien est plus rare que les espèces en voie de disparition. D’où êtes-vous ? De quelque part dans les montagnes ? » (Hisui)

« La façon dont vous parlez est si impertinente... » (Rushella)

Quand elle lui répondit, Hisui commença à ressentir un danger et soudainement devint plus attentif.

L’adversaire était un vampire. Dans cette nuit sombre.

Outre son corps, il n’avait aucune capacité spéciale, il n’avait donc aucun moyen de lutter ou de gagner.

Et la fille-vampire avait une épée courte attachée sur chacune de ses jambes. Chacune de ses jambes blanches comme de la neige avait un fourreau attaché à ses bas résille, libérant une aura de danger.

Contre cela, le seul équipement qu’il possédait était un cartable de lycéen.

Naturellement, il n’y avait rien dans ce sac pouvant être utilisé contre un vampire.

En reconnaissant son propre désavantage, le visage de Hisui s’obscurcit de peur. Mais Rushella lui répondit avec un sourire enchanteur.

« Ne vous inquiétez pas, je n’utiliserai aucune violence qui nuirait à votre corps. Je veux juste que vous m’offriez volontairement votre cou. » (Rushella)

Rushella fit contracter ses pupilles noires, changeant de forme en quelque chose qui ressemblerait à ceux d’un chat.

Puis ses yeux — relâchèrent comme un faisceau de lumière écarlate.

Alors que leurs regards se rencontrèrent, il comprit instantanément ce que Rushella essayait de faire.

Caractéristique spéciale des vampires numéro 3 — Les yeux mystiques : Les gens qui possédaient une faible volonté peuvent être enchantés par ses pupilles écarlates et ainsi leur esprit restera pour toujours pris au piège dans l’obscurité.

« Bien que ceci ne soit pas mon idée originale, mais c’est plus noble que de vous chasser. Sans oublier qu’une personne têtue comme vous ne peut pas échapper aux pouvoirs de mes yeux. À genoux devant moi, et offrez-moi votre cou ! » (Rushella)

« Ah bon ! Les yeux mystiques ne marchent pas non plus contre moi... » (Hisui)

Hisui se grattait la tête tout en répondant lentement cela.

Sur la base de ce qu’il venait de dire, son esprit ne fut pas affecté par les yeux mystiques.

La mâchoire de Rushella tomba et elle le regardait avec un regard vide.

En la regardant, Hisui ne pouvait pas s’empêcher de se sentir désolé pour elle et il baissa donc le regard.

« Euh ! Je suis désolé ! » (Hisui)

« ... Ne soyez pas désolé ! Cela me rend encore plus en colère. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que mes yeux mystiques ne fonctionnent-ils pas contre vous ? » (Rushella)

« Cela pourrait aussi être considéré comme un attribut physique. Vous savez déjà que je ne me transforme pas en vampire, et je ne m’attendais pas à cela ? Mais presque toutes les capacités des vampires ne fonctionnent pas sur moi. » (Hisui)

« Pas possible... » (Rushella)

En état de choc, le corps de Rushella s’écroula sur le sol.

Un humain insignifiant, contre lequel la morsure d’un vampire et les yeux mystiques semblaient inutiles.

Il semblerait que sa propre existence en tant que vampire soit mise en doute.

« Suis-je vraiment vaincue par un simple mortel !? » (Rushella)

En regardant une Rushella déprimée, Hisui réalisa alors que c’est sa chance de pouvoir s’échapper.

Malheureusement, Rushella se rétablit trop rapidement.

« Non... c’est impossible. Quelque chose doit avoir mal tourné. Peut-être que je n’ai pas assez pratiqué ! » (Rushella)

« Quoi ? L’utilisation des yeux mystiques devrait être une seconde nature pour les vampires, n’est-ce pas ? Surtout pour un Véritable Ancien qui aurait dû l’avoir utilisée pendant des années ? » (Hisui)

Face à l’analyse de Hisui, Rushella détourna les yeux.

Comme si elle essayait d’éviter la question de l’autre personne, ses yeux tombèrent sur un chat sauvage situé à proximité.

« Allons le tester sur une autre proie. » (Rushella)

Rushella tendit la main pour attraper le chat.

Ce chat noir semblait être un peu gros, mais il était extrêmement attentif. Dès que Rushella s’approcha de lui, il essaya de fuir.

Mais en fin de compte, ce n’était qu’un chat, et donc, aucune difficulté pour le Roi de la Nuit. Du moins, c’est ainsi que cela aurait dû se passer. Après une lutte acharnée, Rushella attrapa le félin et le tint debout au moyen de ses mains.

« Me faire perdre ainsi mon temps... hé toi, regarde-moi ! » (Rushella)

Mais le chat regarda instantanément ces yeux.

Rushella ne pouvait pas utiliser sa main pour faire tourner la tête dans sa direction, mais malgré cela, la lumière écarlate de ses yeux rencontra ceux du chat.

Bien qu’elle n’avait pas eu besoin d’utiliser ses yeux mystiques, le chat sauvage se détendit.

« Ne devrais-tu pas, rapidement, saluer ton maître ? » (Rushella)

À l’écoute de ces mots, l’attitude du chat changea totalement, il commença à lécher la main de la vampire.

« Très bien... n’est-ce pas efficace ? Il me semble que je n’ai pas de problème. D’accord, une fois de plus ! Humain, regardez de nouveau mes yeux ! » (Rushella)

Elle se retourna, mais il n’y avait plus personne en vue.

Seul le vent nocturne soufflait dans un parc vide.

Rushella ouvrit la bouche, sans voix.

Quelques secondes plus tard, elle se rendit compte qu’elle avait été abandonnée.

« Cet humain... » (Rushella)

*

« Fuite réussie ! » (Hisui)

En soupirant dans ce ciel nocturne, il arriva enfin à la maison.

La maison de Hisui était une maison à deux étages dans un style occidental. Elle était extrêmement grande pour quelqu’un vivant seul. Les murs blancs de la maison étaient devenus gris en raison de l’âge et de la météo, donnant ainsi un aspect ancien à l’ensemble. Ainsi, il était tout à fait compréhensible que les enfants des voisins aient pensé que cet endroit était hanté.

Si cette maison avait appartenu à quelqu’un d’autre, Hisui lui-même n’aurait certainement pas été la visiter ou même se promener dans le quartier. Mais c’est après tout son foyer. Même si la balade nocturne n’était pas paisible, en tout cas, il comptait aller prendre une douche avant tout chose.

Après s’être lavé le corps, Hisui s’abrita dans sa baignoire, mais il ne parvenait toujours pas à ne pas penser à cette étrange fille.

« Vampire, hein ? Je n’avais rencontré personne comme elle depuis si longtemps. » (Hisui)

Il murmura en souriant amèrement.

Qui aurait pensé à cette époque, que vous pourriez encore rencontrer ce genre de ― on va dire, l’archétype ou peut-être à l’ancienne... en tout cas, un vampire qui incarnait pleinement le style du vampire classique.

Il pensait ne plus jamais rencontrer quelqu’un comme ça... Il ne voulait plus en rencontrer un.

Il ne voulait certainement plus avoir à nouveau, à faire face à un vampire.

Hisui se tourna inconsciemment vers sa poitrine, qui palpitait un peu péniblement. Une ligne courrait au centre de sa poitrine. Cette cicatrice marquait son torse d’un trait de pâleur, ce qui fit ressurgir certains souvenirs en Hisui.

« Je ne peux pas choisir quelqu’un d’autre, à lui laisser ainsi sucer mon sang... » (Hisui)

Hisui se sentit un peu désolé pour elle. De par son apparence qui montrait sa soif, elle devait ne pas avoir bu depuis longtemps. Mais ce n’était certainement pas sa faute.

S’il avait été une personne normale, il se serait transformé en vampire après avoir été mordu une fois, ou aurait été dominé par ces yeux mystiques. Bien sûr, pour une personne normale, le premier sentiment lors de la rencontre avec un vampire aurait été une pure terreur.

Mais Hisui était sur cet aspect totalement unique.

De par ses connaissances liées aux vampires et son expérience personnelle avec eux — mais la part la plus importante était son physique.

Ne pas se transformer en vampire après avoir été mordu et la capacité d’annuler les pouvoirs spéciaux étaient due à ce physique spécial et c’était une des raisons pourquoi il n’avait pas peur des vampires.

Cependant, il pouvait quand même mourir de quelque chose de classique comme des violences perpétrées contre lui ou dû à une perte de sang massive tout comme une personne normale.

Même si ses blessures se fermaient rapidement, et que sa vitesse de régénération de son sang était surnaturelle. À part ça, il n’était pas différent d’un garçon normal.

En outre, cette spécialité, lui-même, il ne le réalisait même pas.

À moins qu’il ne se retrouvât face à un vampire, il ne se sentait généralement pas comme si ses traits pourraient être avantageux.

Mais maintenant, ses problèmes avec son sang étaient terminés.

Sauf que les traits de cette fille, visibles dans le noir — cette belle vampire connue sous le nom de Rushella, était incapable de se dissiper de dedans son esprit.

« Elle a l’air plutôt mignonne... » (Hisui)

Hisui secoua la tête, essayant de disperser ses idées coincées dans sa tête, puis quitta la douche.

En utilisant une serviette pour s’essuyer la tête, Hisui se dirigeait maintenant vers la cuisine.

Sortir une bouteille de lait du réfrigérateur pour la boire était tout simplement parfait. Mais à ce moment-là, il entendit soudainement un coup fait sur sa porte.

Alors qu’il y avait bel et bien un interphone positionné à côté de la porte, la personne préférait tambouriner dessus.

De mauvaises pensées traversèrent son esprit.

Oui, des pensées très sombres.

« Ceci ne peut pas être elle, n’est-ce pas ? » (Hisui)

Inébranlable, Hisui se dirigea vers le hall d’entrée.

Mais non seulement les coups ne s’arrêtaient pas, mais ils devenaient de plus en plus forts.

« Venez ici ! J’ai dit, venez ici tout de suite ! Je vous ai entendu, alors ouvrez-moi la porte ! » (Rushella)

Hisui plaça sa serviette sur la tête, puis ouvrit la porte.

En regardant par la fente de la porte, il vit une belle fille avec les bras croisés devant sa porte.

Rushella était revenue.

Et elle le fixait avec des yeux perçants.

« Humain, je vous ai trouvé ! Vous avez décidé de m’ignorer et vous vous êtes échappé !? Mais cette fois, vous deviendrez mon serviteur à coup sûr ! » (Rushella)

« Il est déjà tard, alors s’il vous plaît, repartez chez vous dans le calme. » (Hisui)

Hisui ferma alors rapidement la porte.

Juste quand il voulait tout oublier, les coups sur la porte devinrent encore plus forts qu’avant. En s’inquiétant du fait que les voisins pourraient tout à fait se plaindre du bruit, le jeune homme ne pouvait qu’ouvrir à contrecœur la porte pour faire arrêter cela.

« Qu’est-ce que vous me voulez ? Et comment avez-vous trouvé ma maison ? » (Hisui)

« Même si cela ne fonctionne pas sur vous, mes yeux mystiques peuvent quand même contrôler les animaux. J’ai donc décidé de les utiliser pour m’aider. » (Rushella)

Rushella émit comme un bourdonnement et déplaça son doigt derrière elle.

Il y avait un groupe de chiens sauvages en attente qui suivaient ses ordres.

Des dizaines d’entre eux étaient ainsi devenus ses serviteurs et ils s’agenouillèrent en réponse à son mouvement.

Il semblerait qu’elle avait décidé d’utiliser les yeux mystiques pour mettre les chiens sous son contrôle, puis avait utilisé leurs nez pour trouver quelle maison était celle d’Hisui.

« Tout à fait impressionnant... c’est une utilisation incroyable de vos capacités. » (Hisui)

Hisui soupira, mais il remarqua aussi que le visage de Rushella devient rapidement rouge.

« Hmm ? » (Hisui)

« Pourquoi, pourquoi me regardez-vous comme ça ? Allez plutôt mettre des vêtements ! » (Rushella)

Hisui réalisa alors son apparence.

Après avoir fini sa douche, la moitié supérieure de son corps était nue, et sa moitié inférieure n’était couverte que par ses sous-vêtements.

Bien que cela puisse être excitant pour le sexe opposé, être à moitié nu ne devrait pas être si choquant.

Mais le visage de Rushella se révéla être complètement écarlate.

« Hey quoi ? Êtes-vous timide ? Vous me sautez au cou quelques instants plus tôt et maintenant que vous me voyez torse nu et vous... » (Hisui)

« Arrêtez de parler ! Mettez des vêtements ! » (Rushella)

« Pourquoi ne vous plaignez-vous pas depuis l’intérieur de la maison plutôt ? » (Hisui)

Hisui ouvrit totalement la porte, la laissant entrer.

Bien qu’elle puisse la traverser en un seul pas, Rushella n’entra pas.

C’était comme si elle était arrêtée par une force invisible, incapable de marcher, peu importe comment elle essayait.

« En d’autres termes... vous ne pouvez pas entrer... si vous n’avez pas ma permission. » (Hisui)

Caractéristique spéciale des vampires numéro 4 ― lors de la visite de la maison de quelqu’un pour la première fois, ils doivent recevoir la permission ou bien ils ne pourront pas entrer.

Même si cette caractéristique était absurde, et complètement sans raison valable, mais c’était la vérité.

Rushella, debout devant la porte et incapable d’entrer était une preuve à cela.

Il n’y avait pas de barrière matérielle, mais elle était retenue par son trait racial, c’est-à-dire qu’elle était liée par une force surnaturelle et donc c’était une preuve de plus qu’elle était un vampire.

« Ne me regardez pas ainsi, humain. Donnez-moi rapidement l’autorisation, ceci est pour votre propre bien... » (Rushella)

Rushella avertit froidement Hisui d’une voix pleine de forces surnaturelles, mais c’était lui qui avait l’avantage là.

« Je ne peux pas faire ça. Si je vous donne la permission, ne seriez-vous pas en mesure d’entrer ? » (Hisui)

« Alors, c’est comme ça ? Comme je n’ai pas d’autre choix, alors les gars, donnons-lui une leçon ! » (Rushella)

Rushella fit claquer ses doigts. Les chiens derrière elle commencèrent alors à hurler comme s’ils étaient en colère.

WOAF WOAF WOAF WOAF WOAF !!

L’aboiement continu de ces chiens couvrit totalement cette rue sous ce ciel nocturne.

Hisui couvrit immédiatement ses oreilles et se mit à se plaindre amèrement.

« Qu’est-ce que vous faites là ? Les voisins vont venir et se plaindre auprès de moi ! Je vais me faire engueuler à cause de vous. » (Hisui)

« Qui se soucie de vous. À vous, je dis cela. Pensez bien que cela ne s’arrêtera pas tant que vous ne m’aurez pas permis d’entrer. Ne pensez pas que votre petite intelligence humaine puisse me dépasser ! » (Rushella)

Après tout, Hisui avait réussi à s’enfuir une fois, l’attitude de Rushella devenait ainsi plus dure.

Hisui finit par se rendre, soupira et accepta sa demande.

« OK, OK ! Je vous ai compris. Mais, avant de vous permettre d’entrer, je dois faire quelques préparatifs, alors pourriez-vous attendre quelques minutes ? » (Hisui)

« Ne pense même pas à verrouiller la porte et à refuser de sortir, sinon ils vont aboyer toute la nuit ! » (Rushella)

« Je comprends. Ceci ne prendra pas beaucoup de temps. Je dois en plus m’habiller, n’est-ce pas ? Il fait froid en ce moment, et vos yeux semblent un peu trop distraits, non ? » (Hisui)

Elle semblait certainement très mal à l’aise de voir ainsi Hisui à moitié nu. Rushella, qui était clairement gênée, continuait de baisser la tête.

« Veuillez attendre devant un peu, s’il vous plaît. » (Hisui)

Hisui ferma la porte, puis disparut dans la profondeur de sa maison.

Rushella attendit un nombre incalculable de minutes avant que la porte s’ouvrit finalement. Hisui revint portant un T-shirt noir et tenant une serviette dans les mains.

« Hum, vous avez mis des vêtements. Maintenant, selon notre accord, laissez-moi entrer ! » (Rushella)

« Oui oui, entrez. » (Hisui)

Quand ces mots furent prononcés, c’était comme si l’atmosphère elle-même avait changé.

Comme si une corde serrée avait été coupée en deux, ou comme si du verre mince avait été brisé — Hisui avait ces images à l’esprit.

« Permission reçue. Bon, maintenant, offrez-moi tout de suite votre sang ! » (Rushella)

Avec deux yeux flamboyants, Rushella passa la porte.

En regardant le cou d’Hisui, elle ne put s’empêcher d’avoir envie de déguster ce si délicieux sang rouge encore et encore...

« ... Hein ? » (Rushella)

Alors qu’elle atteignait presque le cou du garçon, elle sentit une odeur.

Bien que l’odorat d’un vampire ne soit pas aussi bon que celui d’un chien, il était nettement plus précis que celui des humains et elle pouvait donc distinguer la source de l’odeur.

C’était une odeur interdite pour les vampires.

« Vous, qu’avez-vous ? » (Rushella)

Profitant du choc de Rushella, Hisui couvrit son visage avec la serviette qu’il tenait dans sa main gauche.

Le grand Roi de la Nuit s’effondra sur le sol à cause de son évanouissement instantané.

Hisui la regardait avec des yeux compréhensifs, et tendit un pot en plastique dans sa main gauche.

Sur l’étiquette était inscrite : [Poudre d’ail spécialement fabriquée].

La faiblesse du vampire n ° 1 — La peur de l’ail.

Même si c’est un fait ancien, il était très efficace sur Rushella. Avoir versé toute la boîte sur la serviette avait été très efficace.

Pour plus de sécurité, Hisui attendit plusieurs minutes, puis finalement enleva la serviette du visage de Rushella.

Une belle vampire avait été rendue inconsciente d’avoir eu son visage plein d’ail. Ceci pouvait paraître absolument pitoyable.

Mais malgré cela, sa sombre beauté restait intacte. Sa beauté était sa plus grande arme, quelque chose qu’Hisui avait déjà bien compris.

Si son visage était proche du sien, ce fait dépasserait largement le pouvoir de destruction de ses yeux mystiques.

« Maintenant... qu’est-ce que je dois faire d’elle ? » (Hisui)

La meilleure façon de se débarrasser d’un vampire serait de planter un pieu dans son cœur, et la prochaine étape consistait alors à lui couper la tête, mais Hisui ne prévoyait pas d’être si extrême.

Parce qu’il n’était pas disposé à le faire. Même si elle n’était pas humaine, Hisui était incapable d’une telle envie de meurtre. En outre, elle était une fille avec un buste énorme. Alors lui planter un pieu justement à cet endroit — là — c’était extrêmement conflictuel.

Ou alors Hisui pourrait l’abandonner là où elle était et elle se transformerait en cendre à l’aube.

En considérant ses options, il se rendit compte qu’il y avait quelque chose qui était souvent associé avec les vampires qui se trouvaient justement à côté de Rushella.

C’était quelque chose pour l’aider à passer la journée — un cercueil.

C’est un vieil objet lié aux vampires, mais aussi quelque chose de très important pour un vampire. Avec un extérieur d’un noir pur. Un travail compliqué réalisé par un professionnel. Il était gravé avec des runes très bien sculptées. On pourrait appeler cet objet, une véritable œuvre d’art. Il y avait une large serrure sur le côté, mais Rushella n’avait pas l’air de l’avoir fermée à clef.

« Il semblerait qu’elle ait même amené son équipement pour son sommeil... mais ce cercueil est vraiment démodé, à propos de... » (Hisui)

Hisui fit un visage surpris après avoir ouvert le couvercle. Le concept interne était très bien réalisé, avec un rembourrage rouge extrêmement doux.

Après avoir placé soigneusement Rushella dans le cercueil, Hisui ferma le couvercle.

« Cela devrait le faire. Vous devriez partir d’ici ! » (Hisui)

Hisui chassa les chiens, qui, en raison de l’évanouissement de Rushella, n’étaient plus sous son contrôle vu que l’effet de ses yeux mystiques avait pris fin. Et c’est ainsi que les groupies de Rushella se dispersèrent.

Une fois le devant de la porte d’entrée de nouveau vide, Hisui poussa un profond soupir.

« Je suis épuisé après tout cela. Je devrais aller dormir. Je réfléchirais à quoi faire après une bonne nuit de sommeil. » (Hisui)

Après avoir trouvé un bon endroit où entreposer le cercueil de Rushella, le garçon bâilla avant de se diriger vers sa chambre au deuxième étage.

†††

Partie 2

J’ai vraiment fait cette nuit-là un rêve vraiment incroyable.

Peut-être est-ce en raison de ma rencontre avec un vampire.

C’était un scénario dans lequel on souhaiterait ne pas être présent et un souvenir qu’on aimerait surtout ne pas se rappeler. Mais finalement, c’était inoubliable. Une partie rêve, une partie conscience.

*

Un soleil baignait de ses rayons une nature sauvage.

Hisui se trouvait alors couché sur le sol.

Une torride chaleur se mélangeait à sa peau, diminuant ses forces et son humidité corporelle.

Comme si la mort n’était pas loin — comme si un de ses pieds avait déjà traversé la porte de l’enfer.

Sa peau blanche et neigeuse, pâlissant proche de la mort, perdait rapidement la couleur de la vie.

Les battements du cœur s’étaient déjà arrêtés, la source du flux sanguin de la vie, perdant également son usage.

Mais sa conscience restait encore présente. Comme s’il regardait son corps sous un angle différent. Ceci pourrait être considéré comme une expérience de mort imminente. Essayant de commander avec son propre corps. Essayant de crier sur son propre corps.

« ...ALLEZ ! VOUS NE POUVEZ PAS... AHHH !!!! » (Hisui)

Sa voix semblait épuisée en arrière-plan.

Deux mains incapables d’arrêter de serrer sa poitrine.

Pour récupérer un pouls palpitant, pour allumer le feu de la vie.

« C’est assez. C’est vraiment... assez, ahhhhh... » (Hisui)

Il voulait lui dire ça.

Je voulais toucher sa main.

Mais il ne pouvait pas le faire, son corps était incapable de bouger.

Ainsi, il ne s’était jamais arrêté. Pour faire son possible pour rappeler sa vie.

Derrière lui se trouvait le soleil brûlant, avec deux mains poussant sans relâche contre sa poitrine.

« Arrêtez... si vous continuez à le faire, vous allez...! » (Hisui)

Finalement, ouvrant ses yeux et hurlant.

« Haaaaaa ... Ah ? » (Hisui)

Hisui réalisa finalement que le rêve était terminé.

Son regard revint dans sa chambre si familière.

Oui... c’était seulement un rêve, un souvenir du passé.

Alors cela s’était déjà passé... mais alors, pourquoi y avait-il encore quelque chose de lourd sur sa poitrine ?

Comme si elle était retenue par quelque chose.

Il avait en plus une certaine douceur, inconnue de lui, mais ce n’était pas quelque chose de lourd. Ceci ressemblait plutôt à quelque chose d’extrêmement doux ou alors, non, plutôt quelque chose de spongieux qui le retenir.

Et il y avait aussi un parfum d’une très grande qualité qui voletait jusqu’à son nez. Peut-être qu’il était toujours dans un rêve.

Son réveil n’a toujours pas sonné. Restons au lit encore un peu plus longtemps, pensa Hisui à cet instant. Mais une fraction de seconde plus tard, il y eut une forte et brusque douleur qui vint de son cou et il se réveilla complètement.

« AIE !!! » (Hisui)

Il y avait le bruit d’être mordu sur le côté gauche de son cou.

« MON DIEU, CELA FAIT MAL !!! » (Hisui)

Hisui voulait sauter hors du lit et se tenir le cou, mais la masse sur sa poitrine refusait de bouger.

« Vous êtes finalement réveillé. » (Rushella)

« Vous ! » (Hisui)

C’était Rushella, allongée sur son corps, qui faisait pénétrer ses crocs dans son cou.

Il était particulièrement important de souligner son apparence très séduisante.

Habillée seulement avec une serviette, avec des gouttelettes d’eau roulant et atterrissant sur sa poitrine.

À la vue de son corps vif, il semblerait qu’elle venait de sortir de la douche.

« Pourquoi pourquoi... » (Hisui)

« Pensez-vous que l’ail peut vraiment m’arrêter ? Bien que ma race le déteste, quelque chose comme ça ne fonctionnera qu’à court terme contre moi, car je suis un vrai Véritable Ancien. » (Rushella)

« Ainsi, l’ail a un effet réduit contre les vampires de classe supérieure, alors maintenant, je reconnais que vous êtes en effet de haut niveau. Mais pourquoi avez-vous pris une douche ? Pourquoi devez-vous utiliser mon bain ? » (Hisui)

« Parce que vous m’avez donné la permission d’entrer dans votre maison. En d’autres termes, tout ce qui est ici est ouvert à mon usage. Aussi, vous ne pouvez pas me blâmer, parce que vous êtes celui qui m’a pulvérisé plein d’ail, même mon cercueil pue à cause de ça ! Enfin, l’eau chaude est vraiment très pratique. J’étais préoccupée par l’effet de l’eau courante, mais il semblerait qu’elle ne me fait aucun effet. Les humains peuvent être quelques fois vraiment utiles quand ils s’en donnent la peine. » (Rushella)

En regardant le visage heureux de Rushella, Hisui ne put s’empêcher de penser à l’autre faiblesse du vampire.

La faiblesse du vampire n ° 2 — L’eau courante.

L’eau courante contenue dans les points d’eau ainsi que l’eau bénite — sont des faiblesses dangereuses pour les vampires.

Mais apparemment, c’était uniquement limité à l’eau courante naturelle, ou à l’eau bénite.

L’eau fabriquée par l’homme, contenant du chlore, est différente de l’eau naturelle et donc n’avait aucun effet sur Rushella.

« Ainsi, après que vous vous êtes baignée dans la joie, vous êtes maintenant venue pour sucer mon sang !? Serait-ce votre petit-déjeuner ? » (Hisui)

« Vous êtes trop bruyant, alors taisez-vous. Mais il semblerait que vous êtes actuellement vraiment très faible. Est-ce à cause de cela ? En dépit d’être un humain, n’aimez-vous pas le matin !? » (Rushella)

La résistance de Hisui était en effet faible. Pour être honnête, continuer à se tenir dans ce genre de position n’était pas si grave que cela.

« En effet, j’ai entendu que pour certaines personnes, en raison de la tension artérielle basse, elles deviennent comme ça. Permettez-moi de voir comment votre sang coule-t-il actuel en vous. Je peux sentir votre flux de sang par simple contact. Normalement, après un certain ajustement, la consommation de sang sera ainsi encore plus facile... étrange, comment cela se fait-il que j’aie l’impression que tout votre sang est allé à la moitié inférieure de votre corps ? » (Rushella)

« C’est la zone la plus sensible d’un jeune homme, alors ne jouez pas avec ça... mais heu... c’est un phénomène du matin, comment devrais-je vous expliquer ça ? » (Hisui)

Hisui ne pouvant pas l’expliquer correctement, alors il détourna son visage.

Mais sa ligne de vue atteignait encore le corps de Rushella.

En d’autres termes, il avait une vue très proche et très claire vers sa poitrine.

Deux fruits extrêmement mûrs poussant sur cette poitrine.

Deux pics enneigés, complétés par son corps incroyablement mince. Une vallée que vous ne perdrez jamais de vue...

Pour être exact, sa serviette était sur le point de tomber, et ses taches roses étaient sur le point d’être révélées...

« DÉMON LUBRIQUE !!!! » (Rushella)

Le visage de Rushella devient écarlate, elle quitta instantanément le dessus de la poitrine du garçon et le frappa à plusieurs reprises sur son visage dans le même mouvement.

 

 

Son visage fut ainsi fortement giflé à gauche et à droite.

« Qu’est-ce que vous faites !? Vous êtes celle qui m’a poussé à vous regarder ! Votre corps, l’élasticité et la douceur totalement déraisonnable. C’est ce qui est à blâmer ! » (Hisui)

« Vous, si bruyant ! » (Rushella)

Son beau visage se rapprocha encore de Hisui, et ses crocs s’abaissèrent vers son cou.

« HEY ! LEVONS-NOUS !!! » (Hisui)

« Cette fois, vous deviendrez ma propriété, vous m’offrirez tous votre sang ! » (Rushella)

Suçons d’abord, puis parlez plus tard — c’était la nouvelle stratégie de Rushella envers le corps particulier d’Hisui.

Sans doute pour ne pas lui permettre de résister, le terminer juste d’un seul coup, mais sans temps pour savourer le goût.

Contre une Rushella très sérieuse, le visage du garçon changea de couleur.

La quantité de sang dans son corps diminuait très rapidement — s’il ne faisait rien, dans quelques secondes, il passerait le point critique ou environ à moitié aurait été aspiré.

« ... Déplace-toi sur le côté. » Dit-il avec un ton totalement différent.

La situation devenait dangereuse, alors Hisui dut utiliser des mesures extrêmes.

Juste à côté du lit se trouvait la fenêtre, Hisui déchira le rideau, inondant la pièce avec la lumière du soleil.

« Va au diable ! » (Hisui)

Cette Rushella sans crainte pour la première fois montra une véritable peur.

Elle plongea immédiatement de dessus Hisui et se cacha dans le coin où la lumière du soleil ne pouvait pas l’atteindre.

La faiblesse du vampire n ° 3 — Pour les vampires, après avoir été frappée par la lumière du soleil, la zone illuminée par la lumière du soleil se transformera automatiquement en cendres, entraînant éventuellement une destruction totale. Le temps total jusqu’à la mort dépend du vampire, mais c’était certainement une faiblesse mortelle.

« Vous avez vraiment peur de ça... » Dit-il avec un ton tout à fait habituel.

« Vous, bâtard, comment vous osez utiliser la lumière du soleil contre moi !? » (Rushella)

Rushella était devenue si remplie de rage que ses épaules se secouaient, ce qui desserra encore plus la serviette qui couvrait son corps nu, la faisant tomber au sol.

Hisui voulait détourner le regard, mais tout à coup, ses pulsions masculines dépassèrent sa volonté, l’obligeant à regarder.

Au milieu de cette vue se trouvait cette teinte rouge sur cette poitrine blanche, un magnifique et tendre corps, comme on rêverait de contempler.

La partie la plus délicieuse de cette vue était cette large et douce poitrine avec ses pics colorés, charnus et mignons, se levant haut vers le ciel. En suivant le contour du corps et en regardant vers le bas, une petite parcelle de prairie...

« Arrêtez de regarder... AHHHHH !!!! » (Rushella)

Quelque chose qui avait été placé dans le coin de la pièce fut ramassé par Rushella et elle le jeta immédiatement vers la tête d’Hisui, de sorte que cette belle image disparut alors qu’une commotion suivit l’arrivée de l’objet.

« Vous voulez me tuer !? Hé, pas vraiment n’est-ce pas !? » (Hisui)

En regardant l’objet qui avait frappé sa tête, le visage du garçon pâlit.

C’était son propre réveil tant aimé.

La face avant avait pris une forme conclave avec une forme de poing enfoncée dedans, les minuscules flèches étaient complètement écrasées et étaient sorties hors de leur place habituelle.

« Oh ça ? Je ne sais pas pourquoi il a continué à crier non-stop, alors je l’ai frappé une seule fois. Les humains inventent de tels objets si étranges. » (Rushella)

« C’est une nécessité ! Quoi !!? Ça a déjà sonné ? » (Hisui)

Le visage pâle d’Hisui regarda alors sa montre à son chevet et vérifia l’heure correcte quand son visage devient encore plus pâle.

« Ce n’est pas bon du tout... même si je pars dans une course à pleine vitesse, je ne serai jamais à l’heure... et je n’ai pas mangé depuis la nuit dernière parce que j’allais avoir un petit-déjeuner complet ce matin  ! » (Hisui)

Hisui se murmura à lui-même, puis commença à se déshabiller.

Même s’il ne voulait pas de récompenses, il ne souhaitait pas non plus être vu comme un mauvais étudiant, mais en arrivant tard le premier jour de son lycée, c’était quelque chose qui serait totalement inexplicable.

« Pourquoi retirez-vous vos vêtements !? Peut-être... heu. Se pourrait-il que cet humain insignifiant veuille me faire quelque chose... ? » (Rushella)

Rushella attrapa alors sa serviette, protégeant défensivement son corps avec elle.

Naturellement, Hisui pouvait comprendre sa réaction.

« Si vous ne voulez pas regarder, alors sortez de cette pièce, je n’ai plus le temps pour vous ! » (Hisui)

En voyant que Hisui s’apprêtait à se débarrasser de son short, Rushella ne pouvait que sortir rapidement par la porte.

Mais, en raison de sa propre curiosité, elle voulait encore regarder. Cependant, Hisui avait rapidement mis son uniforme et se précipita vers la porte. Et donc son opération pour observer discrètement avait échoué.

« Où allez-vous !? » (Rushella)

« Je vais à l’école. Mais laissez-moi vous dire ceci d’abord. Mon corps ne sera pas affecté par la succion de mon sang. Même si tout mon sang était drainé, je ne mourrais qu’à cause de la perte de sang. Mais je ne serai jamais un vampire. » (Hisui)

« Votre constitution est si étrange... mais vous avez toujours peur de la mort. Est-ce donc la raison qui vous a fait paniquer, plus tôt !? » (Rushella)

« N’importe qui le ferait. Une personne normale aurait hâte d’arrêter de se faire aspirer son sang. » (Hisui)

« Alors c’était seulement ça !? » (Rushella)

Rushella le pourchassa et lui demanda, ses yeux clignotant vers lui avec leurs lumières écarlates.

Hisui éloigna son regard puis l’avertit avec impatience : « Si vous voulez seulement boire du sang... c’est correct. Un peu plus que cela n’est pas grave. Mais ne sucez pas au-delà du point où cela me tuerait, c’est aussi pour votre propre bien, compris ? »

« Votre demande est un peu étrange. Me menacez-vous ? Osez-vous menacer un vampire tel que moi ? » (Rushella)

« Pour simplifier... vous devriez le faire en toute sécurité. Si vous buvez trop, il sera trop tard pour nous deux. » (Hisui)

En entendant le ton sérieux d’Hisui, Rushella n’eut plus rien à déclarer. Elle pouvait seulement silencieusement, le laisser partir vers son école.

« Après le crépuscule, vous devriez retourner vers l’endroit où vous habitez. Je laisserai les clefs ici. Verrouillez la porte et laissez-les dans la boîte aux lettres. » (Hisui)

Rushella, qui fut ainsi laissée seule, était là stupéfaite, restant au même endroit pendant environ un quart d’heure, tout en continuant à réfléchir à quelque chose après avoir placé son doigt sur son menton, marmonnant pour elle-même.

« L’école, qu’est-ce... ? » (Rushella)

*

« Je m’appelle Kujou Hisui. Je viens du collège Akanishi. Mes intérêts sont la lecture et la cuisine. Je n’ai pas de talent spécial. Si vous en découvrez un, dites-le-moi ! » (Hisui)

En ajoutant une petite touche d’humour à la fin, Hisui finit sa présentation personnelle, avant de marcher à droite de la salle de classe et de s’y asseoir.

À l’heure actuelle, nous étions au cours d’orientation de son école, la partie sur la présentation personnelle.

Certaines personnes utiliseraient cette occasion pour faire un excellent discours, attirant instantanément l’attention de chacun, mais Hisui n’était pas ce genre de personne.

Il était capable de maintenir une certaine distance, mais il était assez habile pour parler à quelqu’un de tout en ne disant pas de grandes erreurs. Ceci était fait dans le but d’avoir une vie scolaire pacifique, ce qui était pour lui la meilleure des choses.

Tout ce qu’il désirait était ce mode de vie pacifique.

Après Hisui vint une étudiante.

Bien qu’il ait déjà été à l’avant, il décida d’écouter, mais comme cette fille était placée sur sa gauche, il ne lui avait pas accordé beaucoup d’attention.

« Je suis Séra Reina du collège Aishin. Mes intérêts sont la lecture et la fabrication de pâtisseries, mes spécialités sont la course sur piste et l’athlétisme. Prenez soin de moi. » (Sera)

À cet instant-là, ses yeux et ceux d’Hisui se rencontrèrent.

« Prenez soin de moi... » (Sera)

« Pareil ici. » (Hisui)

Hisui répondit à cette timide jeune femme avec un léger sourire.

Reina, juste après sa présentation, fut soudainement nommée en tant que représentante de classe, cette fille avait vraiment de la malchance.

Dans ce genre de lycée prestigieux, les représentants des premières années étaient généralement sélectionnés par les professeurs de l’école.

En particulier, les représentants de classe étaient généralement choisis parmi des étudiants recommandés.

La classe avait à l’unanimité sélectionné Reina.

Cette belle fille qui avait l’air d’être toute droit sortit d’une peinture, mais ne semblait pas être arrogante du tout. Plutôt, elle donnait l’impression qu’elle était facile à aborder. Une image de quelqu’un qui faisait toujours son possible pour tous les élèves. Devenir ainsi la représentante de classe était tout à fait naturel.

« Cette classe ne semble pas avoir d’autres personnes du collège Aishin... eh, mais c’est vrai que c’est normal... !? » (Sera)

« Aishin, n’est-ce pas une école catholique ? C’est donc une école pour des filles qui s’occupe depuis la maternelle jusqu’au niveau supérieur. Habituellement, elles sont admises dans leur division lycée, bien sûr, et donc elles ne se présenteront pas ici. » (Hisui)

« Oui, c’est vrai... mais le collège de Kujou-san est aussi très rare ? » (Sera)

« ... Je pense que je suis le seul à venir de là. » (Hisui)

« Vraiment ? Alors... Je suppose que nous sommes pareils. » (Sera)

Le fait d’être les seuls à venir de certains collèges formait un lien commun, et les deux se sourirent l’un à l’autre.

Bien qu’ils avaient des différences entre deux, dès ce premier jour, ils purent ainsi trouver un sujet de conversation en commun.

*

Hisui réussit enfin à respirer en poussant un soupir de soulagement, alors que les présentations finirent par se terminer.

« D’accord, ensuite, le calendrier du jour. » Une jeune femme de petite taille, et d’âge indéterminé, cria cela.

Elle était l’enseignante qui avait fait plus tôt sa présentation, Horie Jyuri.

Apparemment, sa spécialité était l’histoire du monde, elle portait aussi un uniforme, qui n’était pas si différent de celui des étudiants. Son corps était complètement inattendu, mais ses cheveux frisés complétaient son visage mignon, ce qui la rend populaire auprès des étudiants masculins. Cependant, elle manquait de la présence inspirant de la peur qu’un enseignant devrait avoir. Par conséquent, il existait toutes sortes de discussions à ce propos dans la salle de classe.

« D’accord, cet après-midi, il y aura une visite médicale après la pause du midi. Donc, changez-vous et mettez vos habits de sports. Les étudiantes se rencontreront dans la salle de sport, tandis que les garçons iront dans la cour. » (Horie Jyuri)

Hisui écoutait cela, puis grogna que le premier jour sera un exercice ennuyeux. Et c’est alors que quelqu’un frappa la porte.

Tout le monde devint curieux de savoir qui allait venir. Jyuri en tant que leur professeur alla ouvrir la porte, puis elle entra dans le couloir pour converser avec la personne qui était arrivée.

« Ah ! Hashimoto-sensei, qu’est-ce qui se passe ? » (Horie Jyuri)

La personne qui était venue ici était un homme de grande taille et bien habillé qui était déjà apparu lors de la cérémonie d’ouverture.

Il parlait à l’enseignante à propos de quelque chose, et l’autre personne secouait la tête.

« Ah ? En ce moment...? Mais, je n’ai entendu parler de rien... aussi, hier, pas... » (Horie Jyuri)

« Ah, il n’y en a pas, mais c’est l’idée du principal... alors, désolé de vous avoir troublé. » (Hashimoto)

L’adjoint au directeur semblait également être confus.

Jyuri-sensei devint encore plus mystifiée, et retourna sur le podium.

« Il y a un autre étudiant transféré, donc il y a un nouvel ami pour vous tous qui va arriver. » (Horie Jyuri)

« Ah ? Il y en a un autre !? » (Étudiant A)

« N’auraient-ils pas dû venir aussi pour la cérémonie d’ouverture !? » (Étudiant B)

« Alors, ils ne se sont pas présentés hier !? » (Étudiant C)

« Ah ! Mais il n’y a personne dans le dossier. » (Étudiant D)

Cette annonce très curieuse fit sombrer la classe dans le chaos. Toute la classe commença à discuter et à commérer à ce propos.

Même l’enseignante elle-même avait des soupçons, elle affichait maintenant un visage plein de confusion.

Mais, cela dura jusqu’à l’arrivée de cette personne.

Jyuri frappa dans ses mains, indiquant que tout le monde devait rester silencieux et elle fit rentrer le nouvel étudiant.

« S’il vous plaît, venez ici, bon, votre prénom... Rushella... -san. » (Horie Jyuri)

Hisui fit claquer son visage contre le bureau en entendant la fin.

Le professeur de leur classe fit quelques pas sur le côté, et c’est alors une véritable beauté, drapée dans une belle robe, entra alors dans la salle de classe.

Elle était venue à l’école sans revêtir d’uniforme, mais entièrement vêtue d’une tenue non scolaire.

Ses regards éblouissants avaient même attiré les filles et tous les garçons ouvrirent grand les yeux.

« Je m’appelle Rushella Dahm Dracula. À genoux devant moi, manant ! » (Rushella)

Rushella donna cet ordre avec une grande fierté.

À l’exception de Hisui, tout le monde avait répondu avec un « Hein ? », alors que le temps lui-même s’était comme arrêté.

« Ah, Rushella-san... ah, plutôt, en utilisant votre nom de famille, cela devrait être Dracula-san... non ? » (Horie Jyuri)

Ignorant l’enseignante confuse, Rushella commença à observer soigneusement toute la classe.

Hisui ne voulait pas qu’elle le trouve, alors il baissa ses yeux, serrant son bureau comme pour sembler dormir dessus.

« CE N’EST PAS MES AFFAIRES JE NE SAIS RIEN À PROPOS DE CE VAMPIRE, CE N’EST PAS MES AFFAIRES JE NE SAIS RIEN À PROPOS DE CE VAMPIRE. » (Hisui)

Murmurant fortement son désir de s’enfuir de là, Hisui se dirigea désespérément vers un monde de rêves.

Mais Rushella le trouva facilement, le soulevant par le cou et le ramenant à la réalité.

« Je vous ai trouvé. Vraiment, m’obliger à faire autant d’efforts... » (Rushella)

« ... Pourquoi êtes-vous venue ici ? » (Hisui)

Ce cauchemar sans fin, cette fille devant lui était bel et bien réelle.

En quelques secondes, Hisui sentit comme s’il avait vieilli de plusieurs décennies. Mais Rushella lui fit un sourire qui pourrait captiver n’importe quel homme.

« Je suis enfin arrivée. » (Rushella)

« Est-elle ta petite amie !? » (Étudiant A)

Je ne sais pas qui cracha cela, incitant toute la classe à attirer son attention sur nous deux.

« Que se passe-t-il ? Qu’est-ce que vous regardez tous ? » (Hisui)

Pour éviter que Rushella ne cause encore plus de problèmes avec les autres étudiants, Hisui saisit sa main et l’amena dans un coin de la salle de classe.

« ... Qu’est-ce que vous venez de faire ? Comment saviez-vous que j’étais là ? » (Hisui)

 

 

« Je suis allé dans un endroit étrange appelé “Office d’administration” et j’ai demandé où vous étiez. Au début, ils m’ont dit quelque chose comme “intimité personnelle”, ou quelque chose comme “rien à faire avec vous”, alors je les ai regardés un peu, et ils m’ont dit tout ce que je voulais savoir. » (Rushella)

« Ah, je pense que vous devez avoir utilisé vos yeux mystiques. » (Hisui)

« En outre, il y avait une place appelée “Bureau du directeur”, je suis allé le voir et je lui ai donné l’ordre de “me donner sa coopération”, puis il a fait de moi un truc appelé un “étudiant transféré”. » (Rushella)

« Hum ! Cela devrait être aussi une utilisation de vos yeux mystiques. Mais comment êtes-vous venue dans mon école... » (Hisui)

Parce que le soleil était une de ses grandes faiblesses, les vampires ne devraient pas pouvoir se déplacer pendant la journée.

Rushella se mit à rire et sortit avec plaisir le parasol qu’elle tenait dans sa main gauche.

« Idiot, pensez-vous que notre race ne se cache que dans le noir ? En tenant ce parasol spécialement conçu pour les vampires, je peux complètement éviter le soleil. Il peut également éviter la pluie. Pour une race qui déteste l’eau de pluie, c’est un véritable trésor. » (Rushella)

« Si j’avais la force, je voudrais vraiment déchirer votre trésor en deux à cet instant... » (Hisui)

« Ah, j’ai aussi apporté les clefs. Comme nous reviendrons ensemble, vous pouvez les reprendre. » (Rushella)

Rushella sortit alors les clefs données ce matin.

Par réflexe, le garçon ramassa les clefs, mais il réalisa instantanément la signification de cette action et commença alors à regarder furtivement dans la salle de classe.

Tout le monde dans la classe le regardait.

Sentant que c’était le devoir du représentant de classe, ou peut-être parce qu’elle était assise à côté de lui, Reina demanda bravement  : « Kujou-san, vous et elle... vous vous connaissez ? Et vu cela, peut-être que vous... habitez ensemble ? »

« ... ce n’est qu’une mauvaise analyse, non ? » (Hisui)

Il essayait de la jouer comme s’il était stupide, mais il ressemblait plutôt à un fou.

Tout le monde était complètement concentré sur lui.

MAUVAIS MAUVAIS MAUVAIS, VRAIMENT TRÈS MAUVAIS.

« Que se passe-t-il ? Ce gars connaît vraiment une telle classe AAA !? Et ils vivent ensemble en plus  ! » (Étudiant A)

« Hey hey, ce n’est que le lycée... » (Étudiant B)

« Elle m’a l’air tout à fait intéressante, mais il semblerait que cette fleur ait déjà un maître... » (Étudiant C)

« Les sièges dans la classe ne sont pas encore chauds, et quelque chose comme ça arrive... » (Étudiant D)

Faisant face aux ragots de toute la classe. Hisui commença à transpirer, essayant de faire travailler son cerveau pour trouver des idées utiles.

Devenir ainsi le centre d’attention de tant de personnes – – – était quelque chose qu’il ne souhaitait pas du tout.

Ne pas faire d’énormes erreurs, ne pas être détesté par d’autres, ne pas se faire d’ennemis, vivre une vie normale de lycéen... il n’avait que ce petit souhait.

« Vous les gars, qu’est-ce que vous regardez ? Est-ce parce que vous êtes enchanté par ma beauté, que vous ne pouvez pas vous éloigner de moi, quels humains pitoyables... ! » (Rushella)

Comme Rushella continuait à parler, alors Hisui tendit la main et couvrit sa bouche.

« Mmngh... » (Rushella)

Hisui l’ignora, puis parla vers les autres étudiants assemblés autour de lui.

« Désolé, cette personne... est mon parent ! Elle est venue de loin. Elle a toujours vécu dans un autre pays, et je ne l’ai rencontrée que récemment... elle a reçu une éducation royale, et a grandi dans un autre pays, un peu... non, il est naturel d’être un peu étrange, tout le monde peut pardonner ça, n’est-ce pas !? Elle est une étudiante transférée, comme vous voyez souvent, entrant depuis un autre pays nécessitant beaucoup de paperasse, très fatigant, donc elle n’avait donc pas le temps d’assister à la cérémonie d’ouverture... n’est-ce pas ? » (Hisui)

Hisui s’étendant sur toutes les raisons en essayant de les expliquer, tout en regardant Rushella et en suppliant son approbation.

Bien sûr, elle ne coopérait pas, elle se libéra, puis commença à le contredire.

« À propos de quoi parlez-vous ? Je suis une princesse, alors comment pourrais-je vous être lié ? » (Rushella)

Avant de terminer, Hisui lui tendit sa joue et murmura.

« OK ! Pouvez-vous ne plus parler pendant un petit moment... s’il vous plaît ? » (Hisui)

Peut-être due au visage pâle d’Hisui, ou à cause de son regard creux, mais vigoureux, même une princesse royale comme Rushella se taisait.

Ainsi, même Rushella accepta de façon inattendue.

« C’est vrai, ma propre présentation est terminée, vous pouvez continuer la classe ! » (Rushella)

« Ah bien... » (Horie Jyuri)

L’enseignante totalement sans voix, se souvint finalement de son rôle en tant que professeur, applaudit de ses deux mains et fit un regard vers tout le monde depuis son podium.

« OK, alors, permettez-nous de continuer la classe. Rushella-san, s’il vous plaît asseyez-vous, heu... asseyez-vous à ce siège vide. » (Horie Jyuri)

Jyuri pointait son doigt vers un siège bien à l’écart d’Hisui, dans un coin à l’arrière-gauche, mais Rushella ne fit pas attention à cela, au contraire, elle s’approcha du siège d’Hisui.

« Alors... quoi ? » (Horie Jyuri)

Elle ignora Reina et regarda l’étudiant portant des lunettes assis à côté d’Hisui.

« Déplacez-vous là-bas. » (Rushella)

C’était une commande impossible à accepter.

Seul un imbécile suivrait cet ordre, mais les yeux de Rushella étaient devenus par la même occasion d’un rouge sang. Et c’est alors que le garçon se leva et s’approcha vers le siège vide avant de finalement s’y asseoir.

« Quoi !? Asseyez-vous rapidement... n’est-ce pas votre siège !? » (Horie Jyuri)

Rushella souleva joyeusement le siège adjacent, en invitant Hisui à s’asseoir.

Hisui, se sentant désespéré, s’assit lui aussi, puis frappa sa tête contre son bureau.

Pour un observateur, elle était parmi les plus grandes beautés.

En réalité, un vampire tout à fait normal qui détruisait ses jours paisibles avec ses crocs empoisonnés, comme s’il était un animal sacrificiel posé sur un autel.

Tous les étudiants masculins lui firent des regards envieux, et la plupart souhaiteraient bien un échange de sièges avec lui.

Juste après l’ouverture de l’école, sa vie paisible fut totalement perturbée. Il semblerait qu’il y aura des problèmes sans fin possibles.

Le premier jour, en allant à la maison, il avait été attaqué par un vampire. Le premier jour de cours, il se retrouvait avec un vampire dans la même classe et pour couronner le tout, elle s’assied à côté de lui.

Avec ses yeux pleins de larmes, Hisui ne put que regarder le plafond, retenant le désespoir dans son cœur.

Au revoir, ma vie scolaire normale et pacifique, bonjour le cauchemar éveillé.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire