Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Interlude 2

***

Interlude 2

Calendrier lyferien : Mois 7, jour 27, année 164, après-midi —

 

Sur le pont d’un navire des sables, sur un trône surélevé, était assise Laminitus, alors que son regard était fixé sur l’horizon.

Un soldat se précipita à ses côtés.

« Un rapport, Lady ! L’évacuation des civils est à mi-chemin ! » déclara-t-il.

« Seulement la moitié... Ça prend trop de temps, » déclara Laminitus.

« Toutes mes excuses ! En raison de l’absence du capitaine Paladin, notre coordination avec l’Église est difficile. L’évacuation des malades et des blessés se fait —, » expliqua le soldat.

« Ne vous avons-Nous pas ordonné de vous en occuper plus tôt ? » demanda Laminitus.

S’en prendre au messager ne servirait à rien pour l’instant, mais Laminitus n’avait pas pu réfréner sa colère. Elle avait prédit que cela se produirait depuis le jour où le commandant en chef de l’Armée du Seigneur Démon, Varakness était apparu devant elle. Elle s’était préparée à l’attaque lors de la prochaine pleine lune.

— Mais la pleine lune est encore dans trois jours ! pensa-t-elle.

Laminitus fit claquer sa langue avec amertume. Elle n’aimait pas les hommes qui se contentaient de petits détails, mais elle détestait encore plus les hommes qui mentaient carrément.

Un autre messager se précipita à ses côtés.

« L’Armée du Seigneur Démon est à 5 000 mètres ! Nos éclaireurs l’ont confirmé ! Ils sont environ 300, et nous avons aussi détecté des bêtes magiques de grande classe ! »

— 300, hein...

Si c’était des individus des Races, un groupe de 300 personnes ne servirait à rien dans des batailles de cette envergure, et un navire des sables empli de soldats suffirait pour s’occuper d’eux.

En peu de temps, Laminitus avait rassemblé une force de 40 000 soldats et aventuriers, et leur flotte se composait de 200 navires des sables de différentes tailles. Elle avait une force impressionnante, à grande échelle...

Mais ce ne serait toujours pas suffisant.

Ils étaient confrontés à l’armée du Seigneur Démon, une force mixte de Déchus et de bêtes magiques. Chacun d’eux avait dépassé de loin un seul des soldats de Laminitus en termes de force. Même avec un rapport de 40 000 contre 300, ils n’étaient toujours pas à la hauteur.

C’était tout ce qui l’occupait dans son esprit.

« Nous avons besoin de renseignements sur leur formation, vite ! » Laminitus commença à lui donner des ordres. « L’ennemi a des espèces capables de s’envoler, alors gardez les yeux vers le ciel ! Si un oiseau s’approche de la flotte, abattez-le ! »

« Oui, madame ! »

Les rapports étaient arrivés l’un après l’autre. L’armée du Seigneur Démon s’approchait rapidement, maintenant sa vitesse. Les bêtes magiques de taille moyenne formaient leur avant-garde et, au centre de leur formation, ce qui semblait être leur commandant était monté sur le dos d’une grande bête magique semblable à une tortue.

Varakness, le beau jeune homme aux ailes de chauve-souris.

L’armée ennemie s’était suffisamment rapprochée pour que Laminitus puisse les voir de ses propres yeux. Un tireur d’élite pouvait leur tirer dessus à cette distance avec un Canon Magi, mais un tir ou deux ne ferait rien pour arrêter leur avance. Au contraire, ils devraient consolider leur position et essayer de prolonger la bataille aussi longtemps qu’ils le pourraient.

Ils devaient finir d’évacuer la Tour de Zircon...

Il faut avoir autant de civils que possible qui peut fuir les combats. Assurons-nous de perdre le moins de troupes possible. Et nous devons survivre à cette bataille, quoi qu’il arrive..., pensa-t-elle.

Elle n’avait aucune chance de gagner avec ses forces. Selon toute probabilité, la Tour de Zircon tomberait. Mais tant qu’ils pouvaient minimiser leurs pertes, il y avait toujours une chance d’organiser des représailles.

Un éclaireur, qui surveillait les mouvements de l’ennemi avec des jumelles, fit entendre sa voix.

« La grande bête magique au centre de leurs forces se sépare de la formation et vient par ici ! Le commandant ennemi est sur son dos ! »

« Quoi ? » s’exclama Laminitus.

Selon les théories de guerre, même les plus élémentaires, le commandant serait toujours au milieu ou à l’arrière d’une formation. Aucun fou ne sortirait jamais le Roi loin de la sécurité des lignes arrière dans une partie d’échecs.

Pourtant, c’était exactement ce que l’ennemi avait fait.

Laminitus hésita. Cela devait être une tentative de provocation. Elle pouvait donner l’ordre de tirer à volonté, mais les rumeurs sur l’infiltration de Varakness dans la Tour de Zircon s’étaient déjà répandues parmi les soldats.

— Si Nous nous retirons maintenant, le moral des soldats s’effondrerait, pensa-t-elle.

Les soldats croyaient alors que leur commandant, Laminitus, avait peur des Déchus, et ainsi, il deviendrait impossible de maintenir la ligne de front.

Elle avait claqué sa langue en raison de sa frustration.

— Je n’aurais jamais pensé qu’un Déchu aurait recours à une guerre psychologique comme celle-ci..., pensa-t-elle.

« Capitaine ! » Laminitus fit entendre sa voix. « Faites avancer le “Gallcarius” ! Aucun navire d’escorte n’est nécessaire ! »

Répondant aux railleries, Laminitus ordonna au navire sur lequel elle se trouvait, le Gallcarius, d’avancer seule pour rencontrer le commandant ennemi. Le capitaine du navire était un vétéran chevronné, mais même lui hésitait à défier l’armée du Seigneur Démon avec un seul navire.

Malgré ses doutes, le capitaine avait fidèlement obéi à ses ordres.

« Déployez les canons 3 et 4 ! En avant à mi-vitesse ! » ordonna Laminitus.

Les voiles enchantées du navire se répandirent, poussées par le vent. Le grand navire des sables avait continué sa route, laissant le reste de la flotte derrière lui.

Laminitus pouvait dire que les troupes présentes dans son unité devenaient de plus en plus anxieuses à chaque seconde qui s’écoulait.

L’ennemi approchait. Ils n’étaient plus seulement à portée d’un sort ou d’un tir à l’arc, mais ils étaient également à portée de voix.

 

†††

 

Pile à l’endroit où les deux armées s’étaient rencontrées...

Varakness et Laminitus se fusillaient du regard l’un et l’autre, le premier assis sur la carapace d’une bête magique géante, et la seconde à bord d’un navire des sables.

Varakness était vêtu d’un smoking, comme quand il était apparu il y a quelques nuits. Sa tenue semblait mieux adaptée à une soirée dans une salle de bal qu’à une escarmouche sur un champ de bataille. Quatre femmes, certaines avec des queues de lézard ou des ailes de corbeau étaient collées à lui.

— Il a dit quelque chose à propos d’un « harem », n’est-ce pas ? pensa-t-elle.

« Amener des épouses sur un champ de bataille !? Vous vous moquez de Nous ! » cria en colère Laminitus. « Nous vous enterrons avec votre orgueil insensé ! »

« Hehe hehe hehe hehe... Ces belles fleurs sont mes épouses bien-aimées, ainsi que les officiers de l’armée du Seigneur Démon. Et... elles seront aussi vos sœurs épouses, Fanis, » déclara Varakness.

« Quoi !? » s’écria Laminitus, alors que son regard devenait plus vif. « Qu’entendez-vous par “sœurs épouses” ? »

« Ce que je veux dire, c’est qu’une fois que je vous aurai admise dans mon harem, ce seront vos sœurs, » Varakness souriait avant d’étendre ses bras. « Amusez-vous bien avec elles... Après tout, j’ai vraiment peur quand les femmes se battent pour moi. »

Il avait une bague en argent à son doigt, et les quatre femmes qui l’entouraient arboraient fièrement leurs bagues assorties.

« Nous n’accepterons jamais qu’un Déchu soit Notre mari ou Notre sœur, sale gredin ! » Laminitus cria cela amèrement.

« Mais j’ai aussi préparé une bague pour vous. Je me suis assuré que c’est pile votre taille. Oh, comme j’ai hâte de vous la mettre au doigt... et de faire l’amour passionné avec vous, » déclara Varakness.

« Espèce de crétin misérable... Il se trouve que Nous vous avons aussi préparé un petit cadeau, » déclara Laminitus.

« Oh mon Dieu ! Quelle bonne surprise ! » Varakness étendit à nouveau les bras.

Laminitus avait saisi un fusil magique qui était placé à côté d’elle, un grand fusil qui correspondait à sa taille.

« Prenez ça, espèce de voyou nauséabond ! » cria Laminitus.

Elle se pencha, soutenant le fusil des deux mains, alors que son épaule droite blessée s’était déjà remise.

« Foutez le camp de mon territoire, bande de monstres ! “Tir de Foudre” ! » cria Laminitus.

Elle avait chargé son tir avec de la magie, augmentant sa puissance de feu, et avait appuyé sur la détente. La balle avait également été dentelée et renforcée par plusieurs couches d’enchantements.

Et à l’endroit où les deux armées s’étaient rencontrées, le premier coup de feu de la bataille avait résonné avec force.

 

La balle avait percé le côté gauche de la poitrine de Varakness.

 

Une onde de choc s’était propagée sous l’effet produit par un grand trou percé dans la poitrine de l’adversaire.

Varakness baissa les yeux vers sa blessure. « Spectaculaire... »

En prononçant ce seul mot, il s’était effondré, tombant sur le dos. Un grondement d’excitation s’éleva de l’armée des Races.

« Roi ! Roi ! Roi ! » Certains avaient chanté, chantant leurs louanges.

Laminitus avait souri, savourant la sensation de frapper son adversaire d’une manière décisive. Cela ébranlerait sans doute la chaîne de commandement de l’ennemi et lui donnerait une chance de gagner.

L’une des épouses s’était précipitée au côté de Varakness. Non, courir n’était pas la bonne façon de le dire, car même si sa moitié supérieure était humaine, sa moitié inférieure était celle d’un poisson. Dès que la sirène avait touché le corps.

Varakness se leva soudainement. Il y avait encore un trou dans son costume, mais la peau en dessous avait été guérie.

« Hehe hehe hehe..., » il souriait avec assurance. « Je ne mentirai pas à propos du fait que je suis vraiment surpris. Même avant de recevoir l’énergie du Seigneur Démon, je n’ai jamais connu une blessure aussi grave. Fanis, mon amour... Je ferai de vous ma femme, sans faute. Je le jure sur cette poitrine que vous avez blessée. »

« Vous avez donc un Guérisseur... Espèce d’enfoiré rusé, » déclara Laminitus.

« Vous verrez bientôt cette belle chérie comme votre sœur épouse. Traitez-la avec bonté, si vous le pouvez... C’est une fille très timide, comprenez-vous ? »

Lors de la présentation de Varakness, la sirène se couvrit timidement le visage de ses mains.

Laminitus serra les dents nerveusement. Elle avait frappé trois fois sur le plancher avec la semelle de ses bottes, et le capitaine du navire avait levé la main en réponse à ce signal. Sans qu’il soit nécessaire de donner un ordre verbal, l’équipage du navire avait commencé à manœuvrer les voiles. Les voiles se déployèrent, captant le vent. Le Gallcarius s’était mis à se déplacer, effectuant une percée dans le sable alors qu’il naviguait à la vitesse maximale, essayant de s’éloigner de l’ennemi.

C’était Laminitus qui avait donné l’ordre : « À toutes les forces, chargez ! Ne leur donnez pas la chance de s’enfuir de là ! »

Les navires des sables, qui étaient en attente jusqu’à présent, avaient finalement commencé à charger. Les navires de guerre servaient d’avant-garde, et les aventuriers se joindraient plus tard à eux... C’était leur plan.

S’ils avaient forcé une bataille en mêlée avec le commandant ennemi hors de la formation, sur les lignes de front, l’armée déchue n’aurait pas été capable de maintenir une chaîne de commandement appropriée. Mais la bête magique en forme de tortue n’avait pas l’intention de battre en retraite.

La femme à la queue de lézard, qui était assise à côté de Varakness jusqu’à présent, se leva.

« Puis-je... ? Même si je les détruisais... tous... ? » demanda-t-elle.

« Oui, fait comme tu le veux, mon amour. C’est pour cette raison que j’ai séparé Fanis d’eux, » déclara Varakness.

— Qu’est-ce qu’il vient de dire ? Se demanda Laminitus.

Un frisson avait parcouru la colonne vertébrale de Laminitus. La femme lézard étendit les bras et éleva la voix en criant.

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! »

L’air s’était mis à trembler, et en même temps, une grande déchirure traversa le sol, formant une grande falaise sur le chemin des navires de guerre. Les navires des sables tombèrent dans l’abîme, accompagnés des cascades de sable.

D’innombrables cris résonnaient sur le champ de bataille. Certains navires avaient été capables de manœuvrer habilement et d’éviter de tomber dans l’abîme, mais de nombreux soldats d’élite de valeur avaient été perdus dans le chaos.

— Qui penserait qu’ils pourraient utiliser une magie d’une telle ampleur ! pensa-t-elle.

Laminitus serra le poing. Ses forces étaient tombées dans le chaos et la confusion. Il était difficile de simplement tenter de compter le nombre de navires perdus.

L’armée du Seigneur Démon n’avait pas eu la gentillesse de rester là et de les regarder se débattre. Les Déchus et leurs bêtes magiques les chargeaient, produisant des hurlements cauchemardesques. La grande bête magique de Varakness était restée là où elle était, et la charge de l’armée avait fait en sorte qu’elle se trouvait maintenant dans l’arrière-garde, la position parfaite pour la commander.

— On dansait dans la paume de sa main tout le temps ! pensa Laminitus.

Laminitus avait encore une fois serré les dents en raison de la frustration.

« Utilisez la magie à grande échelle pour confondre l’armée ennemie, puis lancez une offensive..., » déclara Varakness avec un sourire. « C’était une stratégie de base pendant la dernière guerre. Les Races vieillissent vraiment et oublient beaucoup trop vite... Mais je ne trouve pas votre folie passagère désagréable. Maintenant, acceptez votre sommeil éternel dans l’étreinte de mon merveilleux cauchemar ! »

 

†††

 

Les cris et les hurlements remplissaient le champ de bataille. Laminitus avait été surpassée.

— Les lignes de front se sont effondrées en un jour, d’innombrables soldats sont perdus... Même Nous sommes maintenant au-delà de pouvoir gagnés avec de l’aide..., pensa-t-elle.

« Argh... La mort est... préférable... que d’être déshonorée par les Déchus..., » Laminitus avait mis une balle dans son pistolet Magi.

Elle avait crié aux soldats en attendant ses ordres. « Même si nous tombons ! Nous ne montrerons jamais le dos à l’ennemi ! Car Nous sommes le roi de ce pays des sables ! »

Les soldats avaient levé le poing en signe d’accord.

« Votre cible est le commandant ennemi ! Chargez la grande bête magique ! » ordonna Laminitus.

« Gallcarius, avancez à toute vitesse ! Artilleurs, gardez les yeux devant vous ! » le capitaine du navire avait donné ses instructions.

Tous les soldats portant des Fusils Magi se rassemblèrent sur le pont avant et commencèrent à tirer sur les Déchus et les bêtes magiques.

Les Déchus n’étaient pas tous aussi résistants que Varakness, il était simplement trop puissant. Les balles d’un Fusil Magi les blesseraient certainement.

« Le problème est de se débarrasser des laquais de Varakness..., » Laminitus avait son regard fixé sur la formation ennemie. « Les autres femmes ont probablement aussi des pouvoirs anormaux. »

 

« Tu as raison ♪. »

 

Les yeux du Laminitus s’étaient écarquillés. Depuis très proche d’elle, la voix d’une femme lui parlait d’une voix d’une clarté inappropriée. Un instant plus tard, une douleur aiguë avait traversé le flanc de Laminitus.

« Gah !? »

À l’instant d’après, Laminitus savait qu’elle était tombée et qu’elle était maintenant allongée sur le pont du navire. Un côté de son corps brûlait de douleur, alors que de grandes quantités de sang s’accumulaient tout autour d’elle.

Une masse noire s’éleva depuis son ombre, prenant une forme humaine.

— Elle est sortie de Notre ombre... !? pensa-t-elle.

Il s’agissait de l’une des femmes de Varakness, celle aux ailes de corbeau.

« Coucou ♪ ! » Les boucles noires de la femme avaient tremblé alors qu’elle regardait Laminitus d’un air moqueur.

« V-Vous... !!? » s’écria Laminitus.

« Hehehehe... Varakness m’a dit d’arrêter le navire, mais... Je déteste vraiment les femmes qui ont de plus grosses poitrines que moi, alors je ne veux pas que tu rejoignes le harem, alors vas-y et meurs pour moi, OK ? Je vais te faire mourir ! » déclara la Déchue.

Les soldats qui se tenaient autour d’elle n’avaient réalisé ce qui se passait qu’à ce moment-là, et c’était un instant trop tard.

Ils brandirent leurs épées, criant sur la femme, mais la Déchue avait bloqué leurs armes à mains nues, avec des serres en forme d’oiseaux.

Sa capacité à sortir de l’ombre n’était pas la seule chose qui la rendait menaçante. C’était à la base une assez puissante Déchue.

« F-Fuyez ! » Laminitus avait gémi de douleur. Mais avant que ses mots ne puissent les atteindre...

Des bruits d’éclatement étranges avaient retenti en cadence. Il s’agissait du bruit de la Déchue qui écrasait la tête des soldats se trouvant face à elle, les casques et tout ce qui était dedans. Les troupes avaient été réduites en cadavres en un clin d’œil, alors que des flaques de leur sang se répandaient autour d’elle.

Le désespoir avait submergé Laminitus.

— Qu’est-ce qui se passe ici... !? Se demanda Laminitus.

Un commandant qui n’était pas mort même s’il avait reçu une balle dans le cœur. Un guérisseur qui pouvait guérir des blessures graves en un instant. Un Sorcier capable d’anéantir une flotte en un clin d’œil. Un assassin qui pouvait attaquer depuis l’ombre de sa cible...

— Un cauchemar... Les Races ont battu ces monstres dans la dernière guerre... !? Impossible ! pensa-t-elle.

Ce n’était pas pour un combat.

« Pouvez-vous même appeler ça une guerre... ? » chuchota Laminitus.

« D’accord, on ne peut pas appeler ça une guerre ~ C’est plus un spectacle où les Déchus massacrent les Races. » La Déchue riait d’un air fou, brandissant ses serres tachées de sang. « Adieu ♪. C’était amusant — pas vraiment... Vous tous, vous êtes trop faibles pour être une distraction ~. »

« Que-Que... Quelqu’un..., » murmura Laminitus.

« Hmm ? »

« Que quelqu’un... sauvez-les... les soldats ! Les civils ! » Toujours allongée sur le pont du navire, Laminitus avait fait entendre sa voix en un cri.

« Espèce de salope idiote ~ Si tu ne voulais pas mourir, tout ce que tu avais à faire était... Eh bien, tu n’aurais même pas dû naître ♪ ! » déclara la Déchue assassine.

 

Puis, à cet instant, un flash de lumière aveugla la vision de Laminitus alors que d’innombrables éclairs tombaient sur ce champ de bataille déjà bien ravagé par le massacre.

 

Le grondement du tonnerre avait fait frissonner l’air. La Déchue regarda autour d’elle, le visage empli par la surprise.

« Qu’est-ce qui se passe !? » s’écria la Déchue.

« Qu’est-ce que... c’est... !? » demanda Laminitus.

Le temps aurait dû être clair. Ce phénomène était totalement inconnu pour Laminitus.

Elle pouvait entendre des soldats crier depuis une zone proche d’elle. « La force de frappe ennemie a été réduite de moitié ! Ils-Ils sont confus ! On-On dirait que la foudre... est tombée sur eux !? »

Il s’agissait d’une autre surprise alors qu’une magie à grande échelle avait frappé les navires où l’ennemi avait avancé et s’était répandu parmi les soldats.

 

« Retire-toi. La situation a changé. »

 

Laminitus pouvait entendre la voix de Varakness. Sa voix résonnait en provenance de la boucle d’oreille se trouvant à l’oreille de la Déchue.

« M’as-tu entendue ? » demanda Varakness.

« Reculer !? Pourquoi !? Laisse-moi d’abord les tuer ! » déclara la Déchue.

« Non. Je ne te laisserai pas être coincée au milieu de la formation ennemie. Je ne veux pas te perdre, » déclara Varakness.

« Coincée ? Moi ? De quoi parles-tu !? » demanda la Déchue.

La femme regarda autour d’elle alors que Laminitus se leva.

Et puis, elle l’avait vu : quelqu’un flottant dans le ciel.

— Qui est... -ce ? Se demanda-t-elle.

Il s’agissait d’un homme vêtu d’une armure noire de jais, tenant un bâton dans sa main.

 

« “Pluie de Foudres” !! »

L’homme avait fait basculer son bâton, et d’innombrables éclairs avaient plu sur le champ de bataille.

Un sorcier élémentaliste...

L’atmosphère tremblait alors que les bêtes magiques étaient réduites en cendres. La magie de ce niveau allait clairement au-delà de tout ce que les Races seraient capables de produire.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Nouveau look de guerrier pour Diablo 😈

Laisser un commentaire