Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Interlude 1

***

Interlude 1

Le soldat envoyé en éclaireur pour voir ce qui se trouvait derrière la porte s’était dépêché de revenir à vive allure. Il avait réfréné sa voix, mais n’avait pas été capable de masquer son excitation.

« Je les ai trouvés ! »

Le Chevalier, Henric, répondit d’un signe de tête à son rapport.

 

Ils se tenaient juste devant l’entrée du quatrième niveau du donjon, près de l’escalier.

« La chaleur est incroyable..., » le soldat essuya la sueur de son front. « Il y a de la lave sous le sol... sans doute, magique. »

« Cet endroit est une surprise après l’autre, » déclara Henric en croisant les bras.

« Oui, le premier niveau avec tous ses monstres morts empoisonnés, et le deuxième niveau avec les murs cassés... Il y a quelque chose de terrible dans cet endroit, » déclara l’autre soldat.

« La récupération des objets demandés par Lady Laminitus s’est toutefois déroulée sans heurts, grâce en grande partie à ces bizarreries pratiques, » déclara Henric.

« Certainement. »

Cependant, ils devaient encore déployer une centaine de soldats dans le donjon pour cette seule raison. Un simple groupe de vingt était tout ce qu’ils avaient pu reléguer à la poursuite de Diablo jusqu’au quatrième niveau.

Dans ce groupe se trouvait le Paladin, Gewalt.

« Et ? Quels sont les pièges artificiels de ce quatrième niveau ? » demanda Gewalt.

Le soldat l’avait salué. « Eh bien ! C’est une sorte de... voix, qui semble parler par énigmes. »

« Des énigmes ? Je ne peux pas dire que je vous comprends là... »

« Il semble que jusqu’à six personnes doivent monter à bord d’une nacelle vers l’autre côté d’un ravin, puis répondre à tour de rôle aux devinettes de la voix. S’ils répondent correctement, la nacelle se rapproche de l’autre côté. S’ils se trompent, la nacelle tombe plus près de la lave. »

« Ohohoho...  Assez fascinant... C’est une magie extraordinaire de haut niveau qui se trouve face à nous. Puisque cette voix semble parler notre langue, il va de soi que ce lieu a été fait par les Races, mais..., » déclara Gewalt.

Même l’Association des Mages de la capitale ne serait pas en mesure de créer quelque chose de cette envergure. La simple existence de cette structure avait été une découverte monumentale en soi. Le gouverneur Laminitus et ses troupes avaient les yeux fixés sur l’équipement enchanté éparpillé sur les lieux, mais la chose vraiment précieuse était le donjon en lui-même.

De temps en temps, les Races découvriraient des armes et des armures uniques. Ils avaient été apparemment créés pour être utilisés par les Races... mais ils étaient faits de connaissances qui échappaient à la portée de chacun d’entre eux.

C’était les trésors divins faits par les dieux, connus sous le nom de « Regalia ».

Ce donjon était sans aucun doute un Regalia. Et selon la Guilde des Aventuriers, aucun aventurier n’avait réussi à atteindre le niveau le plus bas de ce donjon.

— Le simple fait de signaler cet endroit à l’Église devrait me rapporter une jolie somme, pensa-t-il.

Henric avait choisi quelques soldats. « Quatre d’entre vous, les plus vifs d’esprit, nous accompagnerons, Sire Gewalt et moi, alors que nous avançons. Une fois la cabine revenue, les autres doivent trouver un moyen et se joindre à nous. Mais n’hésitez pas à vous retirer si vous pensez que vos vies sont en danger. »

« Oui, Sire ! »

« N’oubliez pas, notre vrai devoir est de défendre Lady Laminitus. Bien sûr, il est important de récupérer tout équipement puissant et d’examiner le Sorcier Diablo, mais nous ne sommes d’aucune utilité pour Notre Dame si nous mourions ici. »

« Compris, Sire ! »

« Bonne réponse, les gars ! » Henric était l’image même d’un chevalier modèle.

« Enquêtez-vous simplement sur Diablo ? » demanda Gewalt.

« Oui. Lady Laminitus semble tenir en haute estime le fait qu’il ait défendu la Tour de Zircon, et croit que, indépendamment de ses prétentions d’être un Seigneur Démon, il peut y avoir une chance de coopérer avec lui. »

« Si c’est le cas... ? » demanda Gewalt.

Il semblait que Diablo avait repoussé une énorme bête magique qui menaçait la Tour de Zircon.

— Est-ce qu’il essaie d’être une sorte de héros de la justice ? C’est si pathétique que je crois que je vais être malade ! Se demanda Gewalt.

Le maudissant toujours avec véhémence, Gewalt considérait le chevalier avec un sourire amical.

« Vous savez que mon but est de protéger Lady Lumachina, n’est-ce pas ? » demanda Gewalt.

« Nous avons bien entendu l’intention de coopérer avec vous à ce sujet. Mais la Grande Prêtresse est actuellement atteinte de la Maladie de la Clochette de la Mort, » déclara Henric.

« Elle l’est donc..., » murmura Gewalt.

« Diablo prétend être venu ici à la recherche d’un trésor capable de guérir ce fléau. Normalement, je ne serais pas enclin à le croire, mais c’est un sorcier extrêmement puissant, » déclara Henric.

« Je sais ce que vous ressentez. Quand ça vient de lui, ça vous fait vraiment croire ses paroles, n’est-ce pas ? » demanda Gewalt.

« Oui. Lady Laminitus nous a demandé d’aider Diablo à trouver le trésor, » déclara Henric.

« Oh, je vois, » déclara Gewalt.

« Dès qu’on aura traversé cette lave, on devrait pouvoir les rattraper et les aider, » déclara Henric.

« Oui, on devrait se dépêcher, » déclara Gewalt.

« Ce ne sera pas long maintenant. Nous sommes presque à leur portée, » déclara Henric.

— Alors, on va se regrouper avec eux, d’accord ? pensa Gewalt.

L’éclaireur était revenu et avait fait un autre rapport. Il semblerait que Diablo et son groupe aient déjà fait leur chemin vers le niveau suivant.

Et aussi, quelque chose à propos du fait qu’ils se déshabillaient à cause de la chaleur...

Enfin, il avait signalé que la nacelle était revenue jusqu’ici.

« Très bien, très bien. » Henric hocha la tête au soldat. « Sortons d’ici ! »

 

« Hmm... Je crois que j’ai assez besoin de vous, les gars... C’est la fin pour vous, d’accord ? »

 

Gewalt avait jeté un cristal au sol.

« Hein ? » s’exclama Henric.

Une grande ombre avait été projetée sur les soldats. Une énorme Invocation était apparue, alors que sa tête atteignait le plafond de la grotte et générait une petite pluie de cailloux d’en haut. Elle avait ouvert sa mâchoire, révélant une bouche garnie de dents acérées comme des lames de rasoir.

« Gaaah ! »

Alors qu’elle expirait un souffle puant de pourriture, chacun de ses bras, plus épais que le tronc d’un arbre, brandissait un énorme marteau. C’était assez grand pour écraser une personne.

Les soldats qui le regardaient se raidirent d’horreur.

« Qu-Qu’est-ce que c’est que ça ? » Les yeux d’Henric s’étaient écarquillé. « Pourquoi avez-vous... fait ça... !!? Une Invocation ? Pourquoi ? Sire Gewalt... Qu’est-ce que vous faites !? »

« Tu sais, tu étais vraiment un homme mignon et bon... Mais je suis désolée, je suis juste le genre de fille qui vit pour sa carrière. Maintenant que j’ai traqué la Grande Prêtresse, je n’ai pas besoin de vous, insectes insignifiants, sur mon chemin. Toodeloo, les garçons ~, » déclara Gewalt.

« Qu’est-ce que vous avez... !? » s’écria Henric.

Henric était parvenu à dégainer son épée. Gewalt affichait un sourire diabolique et il clignait des yeux d’une manière flash et exagérés.

« Écrase-les, “Archi-Démon”, et assure-toi de leur écraser les couilles pendant que tu y es ! » déclara Gewalt.

« Oooooooooooooooooooooooohhhhh — ! !! »

Le marteau massif de l’Invocation était descendu du plafond. L’épée d’argent d’Henric s’était brisée sous son poids comme une brindille — .

 

Le bruit distinctif du craquement des os écrasés résonna à travers la grotte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! C'est bête il va mourir dans la lave...

  2. Merci pour le chapitre.

  3. "« Tu sais, tu étais vraiment un homme mignon et bon... Mais je suis désolée, je suis juste le genre de fille qui vit pour sa carrière [...] » déclara Gewalt."
    C'est pas un homme? J'ai manqué un épisode on dirai...

    • C'est un homme physiquement, mais il/elle se considère comme une femme emprisonnée dans le corps d'un homme, et donc, quand elle ne doit pas le cachée, il/elle parle comme une femme et donc, ce n'est nullement une faute.

      Il se maquille, et autre à la manière d'une femme.

Laisser un commentaire