Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Chapitre 2

***

Chapitre 2 : Nettoyage d’un donjon

***

Chapitre 2 : Nettoyage d’un donjon

Partie 1

Il aurait suffi d’une descente en ascenseur pour descendre au treizième niveau.

 

Mais malheureusement, ce monde n’avait pas ce genre de raccourci pratique. Lorsqu’il s’agissait de traverser le donjon, cela avait été conçu avec une difficulté très stoïque, démodée, à vif.

— Franchement, ce monde est vraiment aussi impitoyable que la réalité..., pensa Diablo.

La porte du rez-de-chaussée portait une pancarte sur laquelle on pouvait lire. « Pas de capture de drapeaux — seulement des combats à mort. »

Dans le jeu, c’était écrit en japonais, mais cette fois, c’était dans la langue locale. Diablo ne pouvait pas le lire, et Rem l’avait lu pour lui, avant d’en expliquer le sens aux autres :

« Nous devons battre tous les monstres de cet étage pour avoir l’escalier pour que le prochain apparaisse. Ce sont tous des monstres de bas niveau, » déclara Rem.

Horn hocha la tête en entendant ses paroles. « Certains monstres se cachent aussi. Les trouver a été pénible la dernière fois. »

« ... Hmm... Tu le sais vraiment, n’est-ce pas, Diablo ? » demanda Rem timidement.

« Hmm ? » répliqua Diablo.

« Je veux dire que ce donjon... Comment le connaissez-vous si bien ? Vous semblez aussi en savoir beaucoup sur l’ancien Domaine du Seigneur Démon... Mais ça devrait être la première fois que vous venez ici puisque vous avez été convoqué d’un autre monde, et il semblait que vous ne saviez pas où était le donjon sans Horn pour vous montrer le chemin. »

C’était normal qu’ils trouvent ça bizarre, vu qu’il connaissait si bien l’endroit à l’intérieur alors qu’il n’avait même pas su où il était à l’extérieur.

Il avait essayé de trouver une bonne excuse, mais s’il était le genre de personne qui pourrait penser à quelque chose d’aussi spirituel, il ne serait pas connu pour et cetera, et cetera...

 

« C’est parce que je suis un Seigneur Démon, » déclara Diablo.

 

« Je... vois, » naturellement, Rem ne semblait pas très satisfaite de cette réponse.

Diablo jeta son regard sur Lumachina, elle manquait de temps.

« Pour le moment, dépêchons-nous, » déclara Diablo.

« Très bien..., » déclara Rem.

Rem était rationnelle et sage, et savait qu’il fallait laisser tomber le sujet, du moins pour le moment.

Ils se tenaient à l’entrée d’un dédale de couloirs. Une série de murs de pierre formaient le dédale sinueux et tortueux qui les précédait. Les monstres du premier niveau du donjon étaient tous de bas niveau, mais les trouver dans ce dédale complexe en avait fait une quête difficile dans laquelle vous pourriez vous perdre.

Les monstres frayaient au hasard, et même Diablo n’avait aucun moyen de savoir où ils allaient apparaître. Certains d’entre eux étaient camouflés avec le sol ou les murs, et d’autres tombaient sur le joueur depuis le plafond à mesure qu’ils approchaient. En tant que personne qui l’avait planifié, Diablo espérait honnêtement pouvoir profiter de ce donjon, mais...

— C’est triste à dire, je n’ai pas le temps pour ça en ce moment, pensa Diablo.

Diablo avait alors pointé le Bâton de Tenma vers les ténèbres. En raison de la lenteur de Lumachina, le voyage avait duré plus de jours qu’il n’aurait dû, il avait récupéré un peu plus de mana. Il devrait avoir reconstitué environ un tiers de son stock total à ce jour, donc l’utilisation d’un sort un peu plus puissant ne devrait pas être un problème.

 

« “Nuage de Poison” ! »

 

Un rideau de vent était apparu devant ses yeux, et au-delà, un nuage noir s’étendait maintenant. Le nuage de gaz noir s’était répandu dans le donjon, alors que la présence des monstres stationnés dans le dédale disparaît progressivement alors que le nuage progressait.

« ... Diablo, qu’est-ce que c’était ? » demanda Rem d’une voix effrayée.

« De la magie de poison, » répondit Diablo.

C’était un sort de niveau 110 du Vent et des Ténèbres. Il était efficace pour éliminer les monstres faibles dans les petits espaces comme ce dédale, bien qu’il ne fonctionne pas sur les monstres qui ne respiraient pas d’air.

« P-Poison ? » demanda Rem.

« Inutile de perdre notre temps à chercher et à combattre tous ces monstres, » déclara Diablo.

« C’est vrai, mais... est-ce qu’on peut passer sans danger ? » demanda Rem.

« Calme-toi. Le sort ne dure pas longtemps, » répondit Diablo.

Dans le jeu, cela allait durer soixante secondes, mais la distance et le temps s’étaient toujours comportés différemment dans ce monde. Finalement, il avait fallu cinq minutes au nuage de gaz pour se dissiper, et un bruit sourd s’était fait entendre des profondeurs du donjon.

« L’escalier aurait dû apparaître maintenant, » déclara Diablo.

Il semblait que les monstres avaient été anéantis.

— Je ne peux pas dire que j’aime beaucoup cette triche, étant le concepteur du donjon et tout..., pensa Diablo.

Tout en mettant cette pensée de côté, Diablo avait simplement décidé de passer à l’étape suivante.

 

†††

L’escalier, qui semblait avoir été creusé dans le socle rocheux, les conduisait en spirale vers le bas. D’habitude, le jeu sautait cette partie pour vous conduire au prochain niveau d’un coup.

« Magnifique... Je n’ai jamais vu une structure aussi impressionnante..., » déclara Rem, les yeux grands ouverts.

« Moi non plus ! » Shera était d’accord avec l’admiration quand elle avait fait parcourir ses doigts contre le mur.

Horn hocha de nouveau la tête. « Moi aussi, j’ai été très choqué la première fois que je l’ai vu ! »

« Même la cathédrale de la capitale est pâle par rapport à cet endroit. Il se peut très bien qu’il ait été construit par quelqu’un d’autre que les Races, » déclara Lumachina.

« ... C’est très possible, » Rem hocha la tête face à la suggestion de Lumachina. « Peut-être qu’il a été formé en utilisant une grande magie, comme la Tour de Zircon. »

La Tour de Zircon, symbole de la région, avait été réalisée avec des pierres précieuses translucides. Il était imperméable aux dommages par des moyens normaux, et les Races ne savaient même pas comment le créer, car il était censé avoir été fabriqué par les Déchus.

Diablo et son groupe s’étaient rendus au deuxième étage.

 

†††

Le dédale de la transformation

 

« Ce dédale change de forme au fil du temps. Il devrait y avoir aussi des monstres qui rôdent, » déclara Diablo.

Au fur et à mesure que le joueur se perdait de plus en plus et perdait son sang-froid, le mur derrière lui s’ouvrait et un monstre s’abattait sur lui — c’était le genre de scène que Diablo avait en tête.

« ... Un dédale qui se transforme ? » déclara Rem, pensive. « Trouver le chemin à travers tout cela resonne comme étant difficiles... »

« Je parie que ce sera dur de retourner à l’entrée si nous sommes séparés..., » déclara Shera avec anxiété.

« ... Si cela se produit, nous pourrions ne pas être en mesure de nous regrouper du tout. Vous seriez probablement mangé par un monstre, affamé à mort ou tombé dans un piège, » déclara Rem.

« Argh !? » s’exclama Shera.

« ... Oh, tout ira bien, Shera. Je suis sûr que quelqu’un finira par arriver, même si d’ici là, tu seras peut-être réduit à des os blanchis..., » déclara Rem.

« Ça n’a pas l’air d’aller du tout ! » Shera s’accrocha au bras de Diablo, ses deux douces enflures s’écrasant contre lui. « Vous ne pouvez pas me laisser derrière vous, Diablo ! »

Elle s’était agrippée à lui si brusquement qu’il avait grimacé sans s’en rendre compte. Aucune réplique digne d’un Seigneur Démon qui apaiserait une jeune fille effrayée dans un donjon ne lui venait à l’esprit. Mais il ne pouvait pas la laisser s’accrocher à lui comme ça, il serait difficile de se battre si elle s’accrochait à son bras quand un monstre attaquait.

« Recule un peu, » ordonna Diablo.

« Ooh..., » elle avait l’air d’être sur le point de fondre en larmes.

— Qu’est-ce que je suis censé faire dans une telle situation !? Se demanda Diablo.

« Il n’y a rien à craindre, » Lumachina posa doucement ses mains sur les épaules de Shera. « Croyons au Seigneur Diablo. Si nous agissons avec découragement, cela le gênera sûrement lorsque le danger nous atteindra. »

« O-Oui... Tu as raison... Désolée, Diablo..., » déclara Shera.

« Hmph. »

Tout en se sentant un peu réticent à se séparer de la douceur qui se pressait contre lui, Diablo avait été soulagé. Il serait trop nerveux pour se concentrer sur le fait de surmonter le donjon avec ces deux melons qui pressaient contre lui.

« C’est la carte que j’ai dessinée la dernière fois que je suis venu ici, » Horn avait étalé un rouleau de parchemin. « Mais le labyrinthe a probablement changé depuis. »

« ... Maintenant que j’y pense, tu as dit que tu es arrivé au troisième étage, Horn ? » demanda Rem.

« O-Ouais. Il y avait cette pièce grouillante de monstres en bas. C’était vraiment dur, » déclara Horn.

« Combien de temps vous a pris ce dédale pour le traverser ? » demanda Rem.

« Ça nous a pris environ une demi-journée, » répondit Horn.

— Si longtemps que ça !? pensa Diablo.

Diablo était surpris, et pour une bonne raison. Dans le jeu, il aurait fallu cinq ou dix minutes pour surmonter le dédale de la transformation...

D’ailleurs, il n’avait fallu que quelques minutes pour rejoindre Faltra depuis la Tour des Météores en jeu, mais cela avait totalisé cinq heures dans ce monde.

Peut-être le labyrinthe était-il devenu beaucoup plus étendu et compliqué que Diablo ne le pensait au départ. S’ils essayaient de le faire normalement, il y avait de fortes chances qu’il leur faudrait en fait une demi-journée pour passer au travers.

— Que dois-je faire... ? Se demanda Diablo.

Le regard de Diablo s’était concentré sur l’un des murs. Il était fait de pierre et avait l’épaisseur de deux briques. Les murs n’avaient pas été rendus trop denses pour qu’ils puissent encore être mobiles.

— Dans le jeu, la magie n’avait aucun effet sur le terrain lui-même. Mais dans ce monde, c’est le cas..., pensa Diablo.

Ça valait le coup d’essayer.

« “Rafale d’Explosions” ! »

Une explosion rugissante avait retenti, suivit d’une série de détonations concentrées qui avait détruit la cible, emportant plusieurs couches du mur et laissant des espaces qui s’enfoncent plus profondément dans le labyrinthe. Les trous étaient assez grands pour passer à travers.

Si l’escalier menant à l’étage suivant avait changé de position par rapport au jeu, il aurait alors ouvert tous ces trous pour rien... Mais à en juger par son expérience jusqu’à présent, même si la distance de quelque chose était différente, sa position était restée la même.

« D’accord..., » déclara Diablo.

Il se retourna et trouva Rem et les autres qui le regardaient avec la bouche grande ouverte.

« C’était incroyable ! On peut traverser le labyrinthe en un rien de temps avec ça ! » s’exclama Shera, ses yeux s’enflammant d’excitation.

« Cela devrait être évident. Après tout, je suis un Seigneur Démon, » déclara Diablo.

Son ton était indifférent, comme pour dire qu’il n’y avait pas de quoi être fier, mais vraiment, il était tout aussi surpris qu’elles.

— Je n’aurais jamais pensé que ça se passerait aussi bien ! pensa-t-il.

La magie dans le jeu avait parfois des effets visuels comme le trou du sol, mais elle n’avait jamais vraiment changé le terrain. Cela n’était possible qu’ici, dans l’autre monde.

« Toujours aussi stupéfiante, Seigneur Diablo, » déclara Lumachina en regardant le mur effondré avec une expression impressionnée.

Horn était, comme toujours, effrayé et surpris. Pour un aventurier, il lui manquait certainement un peu de tripe.

Le sol s’était mis à gronder quand plusieurs murs avaient commencé à se déplacer autour d’eux.

« Restez près l’un de l’autre. On ne reviendra pas vous chercher si vous vous perdez, » déclara Diablo.

Face à l’avertissement de Diablo, Horn et Lumachina avaient traversé le premier trou en toute hâte.

***

Partie 2

La porte du troisième étage portait l’inscription « F43 », dans la langue de ce monde. Étant aussi court que cela l’était, Diablo pouvait le comprendre.

— C’est ainsi que vous l’écrivez ici... Ce ne serait probablement pas trop mal d’apprendre la langue de Lyferia, pensa Diablo.

L’idée derrière ce niveau était un hommage à un vieux jeu rétro... Mais comme ce jeu n’existait pas dans ce monde, il n’y avait pratiquement aucun indice sur la façon de le résoudre.

Essentiellement, vous devriez vaincre différents slimes colorés dans un certain ordre pour déverrouiller l’escalier menant à l’étage suivant. Leur positionnement et leurs mouvements étaient aléatoires, mais comme les slimes étaient lents à se déplacer et que le dédale n’était pas particulièrement grand, ils l’avaient nettoyé en un rien de temps.

 

Le quatrième étage —

Tu penses que tu peux passer au niveau suivant !? pensa-t-il.

Dès qu’ils avaient franchi la porte, des vagues de chaleur les avaient assaillis.

« Q-Qu’est-ce que c’est que ça ? » L’expression de Rem avait été déformée par la surprise.

« Heee ! Rem, regarde ça ! » hurla Shera, jetant un coup d’œil depuis la roche qui leur servait d’appui.

Là, ils avaient vu une flaque de lave rouge vif et bouillonnante. La chaleur torride qui en émanait remplissait la pièce d’une chaleur brûlante.

« ... Il ne devrait pas y avoir de volcans dans la région, » déclara Rem avec méfiance. « Et nous n’avons pas voyagé si profondément sous terre pour que nous trouvions normalement de la lave. Est-ce une sorte d’illusion magique ? »

« Une illusion serait-elle si... chaude ? » demanda Lumachina, tremblante de sueur. Peut-être qu’elle avait du mal dans les endroits chauds.

« ... C’est vrai, ce n’est pas une illusion. » Rem avait essuyé un peu de sueur sur son front. « Mais je crois qu’on peut supposer que cette lave a été invoquée à l’aide de la magie. »

« Quoi que ce soit, allons-y ! Si on reste ici plus longtemps, je vais me transformer en tarte au Marcheur des Herbes ! » déclara Horn.

Le plaidoyer de Horn était justifié, mais en regardant vers l’avant, la zone de roche sur laquelle ils se tenaient avait été coupée à quelques pas de là où ils se tenaient.

 

☆☆☆

Une fosse pleine de lave s’étendait au-delà, avec des fils qui rejoignaient d’un côté du ravin à l’autre. Une gondole se déplaçait le long de ces câbles.

« ... Peut-être qu’on peut aller de l’autre côté avec ça ? »

« Ouchie ! »

Touchant la surface de la gondole métallique, Shera grinça avec force, avec le bout de ses doigts rouge. On aurait dit qu’elle s’était brûlée.

« Oh mon Dieu..., » Lumachina avait tendu la main. « Dieu qui réside dans les terres bénies, ayez pitié de votre pieu croyant... “Soins Léger” ! »

La lumière avait jailli des mains de Lumachina, guérissant les doigts brûlés de Shera en un instant. La princesse elfe avait souri avec gratitude.

« Wôw, Lumachina ! Merci ! » déclara Shera.

« Toute appréciation que vous ressentez ne devrait pas s’adresser à moi, mais à Dieu, » déclara Lumachina.

« C’est vrai ! Merci mille fois, mon Dieu ! » déclara Shera.

« ... Tu sais bien à quel point cette zone est chaude. Alors pourquoi touches-tu une gondole métallique, espèce d’elfe stupide et attardée ? » Rem soupira d’exaspération. « Même Dieu finira par manquer de patience avec toi. »

« Mais je voulais voir si cela bougeait ! » déclara Shera.

« Alors tu aurais dû au moins mettre des gants en cuir ! » déclara Rem.

« Oh, c’est vrai ! Nous en avons, n’est-ce pas..., » déclara Shera.

Rem avait ses gants de fer. Elle était une invocatrice, mais elle était aussi capable d’utiliser ses poings dans les combats rapprochés, et elle portait des gantelets comme arme de prédilection.

« Rem, n’avez-vous pas aussi chaud ? » demanda Lumachina.

« ... Pourquoi ? Oui, j’ai très chaud..., » répondit Rem.

« J’ai l’impression de mourir ici..., » Horn était le plus épuisé du groupe.

— Un Roublard offensif, et un garçon en plus, perdant en force devant deux filles, l’une d’elles étant rien de moins qu’une guérisseuse. C’est pathétique, non ? Tu n’as pas seulement l’air d’un enfant, tu es aussi faible qu’un enfant à l’intérieur ! pensa Diablo.

Cela dit, Diablo n’aurait jamais imaginé qu’il ferait aussi chaud. Il avait conçu à la fois la lave et la nacelle, mais dans le jeu, ils n’étaient que des graphismes conçus pour ressembler à une grotte chaude et brûlante. C’était comme s’il était en train d’être cuit vif.

— Si on ne quitte pas cet étage rapidement, on va tous se déshydrater à mort, pensa-t-il.

Ils étaient montés à bord de la nacelle et, à l’aide d’un levier, ils avaient commencé à se déplacer dans le ravin, le compartiment secouant et basculant tout le long du chemin.

« Ça tremble, ça tremble ! » cria Shera d’une manière hystérique.

Rem l’avait regardée avec dédain. « Tais-toi, il y a peut-être des monstres dans le coin. Essayes-tu de nous faire repérer ? »

« Ah, ouais..., » déclara Shera.

« Tu peux dormir tranquille. » Diablo haussa les épaules. « Il ne devrait pas y avoir de monstres au quatrième étage. Mais il ne s’agit pas seulement de se balancer en nacelle. C’est maintenant que nous allons vivre la véritable horreur de ce dédale. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Rem.

La nacelle s’arrêta soudain et Horn poussa un cri aigu.

« Aaaaaah, ça s’est arrêté ! On est foutus ! On va se faire griller ici ! » cria Horn.

« Silence. Si tu as si chaud, enlève ton équipement inutile. Une armure de cuir normal et non enchanté ne fera rien d’autre que de t’alourdir contre les monstres qui nous attendent, » déclara Diablo.

« Ohhhh..., » s’exclama Horn.

« Vous tous, ne vous embêtez pas avec ça et concentrez-vous sur vos questions. Votre tour viendra bientôt, » déclara Diablo.

« Hein ? »

Un ding, dong résonnait, comme si quelqu’un faisait sonner une cloche.

 

« Vous voulez passer par ici ? Oooooooooh !! »

 

Une voix leur avait crié dessus venant de nulle part.

Diablo avait essuyé la sueur de son visage. Il n’aurait jamais imaginé qu’il aurait à vivre cela, et avec rien de moins qu’un groupe... C’était vraiment une situation horrible.

 

« Nous allons maintenant faire un jeu-questionnaire ! Si vous répondez bien à votre question, la nacelle progressera ! Si vous vous trompez, les fils vont se relâcher ! Ce sera le paradis ou l’enfer ? C’est un jeu-questionnaire sur la lave, le cœur battant, l’ultra super jeu-questionnaire !! »

 

— Il y avait cette émission de télé que je regardais quand j’ai atteint ce niveau. Pour une raison quelconque, je suis resté debout trois nuits d’affilée à le regarder, et j’étais vraiment accro, pensa Diablo.

Mais en subissant l’expérience en direct, Diablo avait finalement réalisé...

C’est trop mielleux..., pensa-t-il.

Il aurait aimé pouvoir remonter le temps et se dire qu’il ne fallait pas mettre ça là-dedans. S’il le pouvait, il voulait rénover complètement ce niveau. Dès que possible. Genre, tout de suite.

Encore une autre raison de ne pas dire aux autres qu’il avait fait ce donjon...

 

« Tout le groupe répondra à tour de rôle aux questions de ce jeu-questionnaire ! »

 

La mâchoire de Diablo se serra. C’était lui qui avait fait le jeu-questionnaire, il pouvait donc répondre à n’importe quelle question, peu importe la difficulté. Mais les règles disaient que tout le monde devait participer. Si quelqu’un n’était pas assez malin pour répondre à la bonne question, il ferait tomber tout le monde.

C’était une règle destinée à briser les amitiés.

Les groupes avaient souvent des membres bons et d’autres inutiles. Cette règle avait été conçue pour pointer du doigt les perdants, les mettre dans le pétrin et les punir par le groupe. C’était comme un concours de corde à sauter à l’échelle de la classe : Si une seule personne avait eu le mauvais minutage pour sauter, toute la classe avait échoué. Une règle vicieuse, destinée uniquement à exposer les membres inutiles du groupe.

— Eh bien, ça ne marcherait pas vraiment avec des amis assez proches pour parler en chat ou dans la vraie vie, pensa-t-il.

Mais le problème avec cet étage était de savoir si Rem et les autres seraient capables de répondre un jeu-questionnaire plein de questions sur le Croisement de la Rêverie. C’était un autre monde, sans programme de discussion, sans téléphone ni amis dans votre chambre à consulter.

 

« Question ! Lequel n’a aucun effet sur un Cyclope Crocodile ? Magie ou armes ? »

 

Rem leva la main. « C’est la magie. »

Même si le jeu-questionnaire avait commencé si soudainement, Rem s’était spontanément portée volontaire pour répondre en premier. Son raisonnement et son assurance étaient extraordinaires. Après un moment de silence...

 

« La réponse est... La magie n’a aucun effet sur elle ! Fantastique ! »

 

La nacelle s’était mise à trembler à mesure qu’elle avançait de plusieurs mètres vers la sortie.

« À ce rythme, il ne nous reste plus qu’à répondre correctement cinq fois pour arriver de l’autre côté. » Rem hocha la tête avec satisfaction.

« En effet, » répondit Diablo.

« Ce sera une promenade dans le parc ! Laissez-moi répondre ensuite ! » Horn retroussa ses manches.

 

« Question ! Le Serpent Madara vit-il dans l’eau, à la cime des arbres ou dans des trous dans le sol ? »

 

« Euh... je dirais dans des trous dans le sol ! » déclara Horn.

 

« Bzzzt ! La bonne réponse est... Dans l’eau ! »

 

« Quoi — ? » s’exclama Horn.

Horn avait l’air mortifiée, Rem et Shera criaient d’horreur, et Diablo soupirait. Même sans dire un mot, les pensées du groupe resonnaient très clairement.

C’était la nature vraiment redoutable de la règle de la rupture de l’amitié.

 

« Une nacelle, en descendante, en descendante, en descendante, en descendante !! »

 

Les câbles de support s’étaient relâchés et la nacelle s’était inclinée vers le bas.

« Kya !? »

Diablo avait attrapé Lumachina, qui avait perdu l’équilibre.

« Sois prudente, » déclara Diablo.

« M-Merci beaucoup, » déclara Lumachina.

Si quelqu’un d’autre était brûlé, les miracles de Lumachina pourraient la guérir, mais si elle était blessée, personne ne pourrait l’aider. C’est vrai, les potions de vie pourraient la guérir, mais... lorsque le capitaine Batutta avait réduit sa vie à presque rien, Diablo avait dû utiliser toutes les potions qu’il avait sous la main. Il était complètement à sec maintenant.

La chaleur n’avait fait que s’intensifier au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient de la lave. Rem enleva ses gantelets, et enleva aussi sa ceinture qui portait tous ses cristaux d’invocation, choisissant de la porter à la main à la place.

« Wôw... »

« C’est trop chaud ! » s’exclama Shera.

Shera avait enlevé sa cape et avait battu l’ourlet de sa jupe, s’éventant pour tenter d’échapper à la chaleur.

« Il fait vraiment très chaud..., » Lumachina avait aussi enlevé sa cape. « Pour être honnête, j’ai le vertige. »

« Argh..., » avait gémi Horn.

Seul Horn, trempé de sueur, refusa de se déshabiller. Peut-être qu’il essayait de montrer sa tolérance et d’agir comme un homme ?

Diablo voulait aussi enlever son manteau, mais il s’y était obstinément opposé, car ce ne serait pas « Seigneur-Démon ».

Shera leva les deux mains en l’air. « D’accord, moi, moi, moi ! Je répondrai ensuite ! »

 

« Question ! Combien de portes la citadelle de Faltra a-t-elle de portes ? Quatre, huit ou plus ? »

 

« Ah... ! » Rem avait fait entendre sa voix.

Diablo savait ce qu’elle ressentait, mais...

 

« Whoa là ! Si vous donnez des conseils ou faites quoi que ce soit pour donner la réponse, elle sera automatiquement considérée comme incorrecte ! »

 

Rem s’était arrêtée de peu. Le regard de Diablo était fixé sur Shera.

— Analyse ! Ne te fais pas avoir ! pensa-t-il.

Shera hocha la tête, les yeux brillants comme pour dire. « Je le sais ! »

« Hehehe, Faltra a deux murs, et chacun a quatre portes, donc ça fait huit ! » déclara Shera.

 

« Bzzzt ! La bonne réponse est... Plus que huit ! Il y a beaucoup de “portes” à Faltra, et la question n’a jamais mentionné “portes de ville” ! »

 

« Huuuh !? Attendez, ce n’est pas juste ! » cria Shera.

Une question piège typique, celui qui avait fait ce jeu-questionnaire était un vilain salaud.

— Eh bien, je suppose que c’est de moi qu’il s’agit..., pensa Diablo.

La nacelle redescendit, s’approchant de plus en plus de la lave.

« C’est trop chauuuuuuddd ! » cria Shera.

Shera avait finalement commencé à se déshabiller. Les yeux de Rem s’étaient élargis comme des soucoupes.

« Qu’est-ce que tu crois que tu fais !? » s’écria Rem.

« Regarde comme il fait chaud ! Je ne peux pas me concentrer sur ce genre d’énigmes ! » déclara Shera.

« ... Tu as peut-être raison... Maintenant que j’y pense, c’est pour surmonter ce donjon..., » déclara Rem.

Convaincue par la logique douteuse de Shera, Rem commença aussi à se déshabiller.

« C’est tellement... sans vergogne..., » le visage de Lumachina était devenu rouge.

« ... Les aventuriers privilégient la survie à la dignité. C’est de la stratégie. C’est la même chose que lorsque nous nous baignons. Quiconque pense que c’est sans vergogne est le vrai pervers ici, » déclara Rem.

Face à la sémantique un peu trop sérieuse de Rem, Lumachina semblait curieusement convaincue, et commença elle aussi à enlever sa propre robe plutôt épaisse.

Horn, toujours dans son armure légère, émettait un sifflement particulier lorsqu’il s’était évanoui dans la nacelle. La chaleur l’avait finalement atteint.

Après s’être déshabillée en sous-vêtements, Lumachina avait serré ses poings pour se donner du courage. « Je crois que c’est l’heure de mon tour ? »

 

« Question ! Lequel des monstres suivants est le plus grand ? Baleine des Sables, Béhémoth vert ou Dragon légendaire ? »

 

La panique avait pris le dessus sur Diablo. De toutes les questions possibles, elle en avait eu une qui s’adressait aux joueurs de haut niveau. Les joueurs dans le jeu pouvaient connaître la réponse s’ils avaient participé à des raids en grand groupe, mais... selon toute vraisemblance, Lumachina n’avait probablement jamais vu ces monstres. Ce n’était que récemment qu’elle avait vu une Baleine des Sables quand elle avait attaqué la Tour de Zircon.

« Selon les tomes que j’ai lus dans la bibliothèque de la capitale, ce devrait être un Dragon Légendaire, » répondit Lumachina.

 

« La bonne réponse est... Dragon légendaire ! Note maximale ! »

 

« Yayyyy ! Lumachina, tu es si intelligente ! » Shera déclara ça en serrant Lumachina dans ses bras, bien que les deux se séparèrent bientôt en souriant, se plaignant ensemble, « Il fait si chauuuddd... »

Comme on pourrait s’y attendre d’une Grande Prêtresse, Lumachina était érudite et sage. Son pouvoir sur les miracles était aussi vaste pour de bonnes raisons.

La nacelle avait progressé. Des perles de sueur roulaient le long du corps des filles, les gouttelettes tombant de leur peau lisse et claire. Leurs corps s’élevaient en soupirs lourds et laborieux, leurs joues rougissaient de couleur et le regard dans leurs yeux prenait peu à peu un éclat brillant et humide.

Alors que Diablo les regardait, il se trouva submergé par une sensation particulière. Ils ne souffraient que de la chaleur, alors pourquoi se sentait-il si gêné ?

— La chaleur me fait-elle mal à la tête ? Se demanda-t-il.

Le désir de tendre la main vers les filles l’avait poussé à aller de l’avant.

— Non, non, c’est absurde, pensa-t-il.

Les filles étaient membres de son groupe, et elles étaient en train de contester un donjon. La seule raison pour laquelle elles s’étaient déshabillées, c’était à cause de la chaleur de la lave.

 

 

« Quiconque pense que c’est sans vergogne est le vrai pervers ici. »

« Hmm... Diablo... C’est votre tour après... n’est-ce pas ? » demanda Shera, haletante.

« ... S’il vous plaît... Faites bien les choses... S’il fait plus chaud que ça, il faudra enlever nos sous-vêtements…, » Rem l’implora, essuyant la sueur de sa modeste poitrine.

« Elle a raison, mes sous-vêtements sont déjà trempés de sueur…, » dit Lumachina, le visage rougissant, pinçant sa culotte humide.

— Si je me trompe, elles seront complètement nues... !? pensa-t-il.

Diablo pouvait entendre son cœur battre violemment comme un tambour dans sa poitrine. D’épaisses perles de sueur avaient roulé le long de son front.

 

« Question ! Quand Croisement de la Rêverie a-t-il commencé à fonctionner ? Janvier, avril ou septembre ? »

 

Une méta question — .

Les filles inclinèrent la tête, déconcertées, car elles ne comprenaient même pas ce que la question signifiait.

Diablo, bien sûr, connaissait la réponse...

— Complètement nue…, pensa Diablo.

Diablo secoua la tête, essayant de bannir ces pensées de son esprit.

Non non non non non ! Est-ce une blague ? Je suis un Seigneur Démon, le Seigneur Démon Diablo, bon sang ! Les MMORPG sont plus qu’un simple jeu, c’est du sérieux ! C’est mon mode de vie, et je ne peux pas le nier comme ça ! pensa Diablo.

« Septembre. La période d’accès précoce était prévue pour avril, mais elle a été retardée à deux reprises et s’est terminée en septembre. Le jeu a été officiellement lancé en janvier de l’année prochaine, » déclara Diablo.

 

« C’est... exact ! »

 

Après une autre série de questions, le jeu-questionnaire s’était terminé assez facilement. Diablo et Rem avaient répondu aux deux questions restantes, et le groupe avait pu rejoindre l’autre côté en toute sécurité. Au moment où ils franchissaient la porte menant au niveau suivant, la chaleur de la lave avait disparu, comme si tout cela n’était qu’un mauvais rêve...

***

Interlude 1

Le soldat envoyé en éclaireur pour voir ce qui se trouvait derrière la porte s’était dépêché de revenir à vive allure. Il avait réfréné sa voix, mais n’avait pas été capable de masquer son excitation.

« Je les ai trouvés ! »

Le Chevalier, Henric, répondit d’un signe de tête à son rapport.

 

Ils se tenaient juste devant l’entrée du quatrième niveau du donjon, près de l’escalier.

« La chaleur est incroyable..., » le soldat essuya la sueur de son front. « Il y a de la lave sous le sol... sans doute, magique. »

« Cet endroit est une surprise après l’autre, » déclara Henric en croisant les bras.

« Oui, le premier niveau avec tous ses monstres morts empoisonnés, et le deuxième niveau avec les murs cassés... Il y a quelque chose de terrible dans cet endroit, » déclara l’autre soldat.

« La récupération des objets demandés par Lady Laminitus s’est toutefois déroulée sans heurts, grâce en grande partie à ces bizarreries pratiques, » déclara Henric.

« Certainement. »

Cependant, ils devaient encore déployer une centaine de soldats dans le donjon pour cette seule raison. Un simple groupe de vingt était tout ce qu’ils avaient pu reléguer à la poursuite de Diablo jusqu’au quatrième niveau.

Dans ce groupe se trouvait le Paladin, Gewalt.

« Et ? Quels sont les pièges artificiels de ce quatrième niveau ? » demanda Gewalt.

Le soldat l’avait salué. « Eh bien ! C’est une sorte de... voix, qui semble parler par énigmes. »

« Des énigmes ? Je ne peux pas dire que je vous comprends là... »

« Il semble que jusqu’à six personnes doivent monter à bord d’une nacelle vers l’autre côté d’un ravin, puis répondre à tour de rôle aux devinettes de la voix. S’ils répondent correctement, la nacelle se rapproche de l’autre côté. S’ils se trompent, la nacelle tombe plus près de la lave. »

« Ohohoho...  Assez fascinant... C’est une magie extraordinaire de haut niveau qui se trouve face à nous. Puisque cette voix semble parler notre langue, il va de soi que ce lieu a été fait par les Races, mais..., » déclara Gewalt.

Même l’Association des Mages de la capitale ne serait pas en mesure de créer quelque chose de cette envergure. La simple existence de cette structure avait été une découverte monumentale en soi. Le gouverneur Laminitus et ses troupes avaient les yeux fixés sur l’équipement enchanté éparpillé sur les lieux, mais la chose vraiment précieuse était le donjon en lui-même.

De temps en temps, les Races découvriraient des armes et des armures uniques. Ils avaient été apparemment créés pour être utilisés par les Races... mais ils étaient faits de connaissances qui échappaient à la portée de chacun d’entre eux.

C’était les trésors divins faits par les dieux, connus sous le nom de « Regalia ».

Ce donjon était sans aucun doute un Regalia. Et selon la Guilde des Aventuriers, aucun aventurier n’avait réussi à atteindre le niveau le plus bas de ce donjon.

— Le simple fait de signaler cet endroit à l’Église devrait me rapporter une jolie somme, pensa-t-il.

Henric avait choisi quelques soldats. « Quatre d’entre vous, les plus vifs d’esprit, nous accompagnerons, Sire Gewalt et moi, alors que nous avançons. Une fois la cabine revenue, les autres doivent trouver un moyen et se joindre à nous. Mais n’hésitez pas à vous retirer si vous pensez que vos vies sont en danger. »

« Oui, Sire ! »

« N’oubliez pas, notre vrai devoir est de défendre Lady Laminitus. Bien sûr, il est important de récupérer tout équipement puissant et d’examiner le Sorcier Diablo, mais nous ne sommes d’aucune utilité pour Notre Dame si nous mourions ici. »

« Compris, Sire ! »

« Bonne réponse, les gars ! » Henric était l’image même d’un chevalier modèle.

« Enquêtez-vous simplement sur Diablo ? » demanda Gewalt.

« Oui. Lady Laminitus semble tenir en haute estime le fait qu’il ait défendu la Tour de Zircon, et croit que, indépendamment de ses prétentions d’être un Seigneur Démon, il peut y avoir une chance de coopérer avec lui. »

« Si c’est le cas... ? » demanda Gewalt.

Il semblait que Diablo avait repoussé une énorme bête magique qui menaçait la Tour de Zircon.

— Est-ce qu’il essaie d’être une sorte de héros de la justice ? C’est si pathétique que je crois que je vais être malade ! Se demanda Gewalt.

Le maudissant toujours avec véhémence, Gewalt considérait le chevalier avec un sourire amical.

« Vous savez que mon but est de protéger Lady Lumachina, n’est-ce pas ? » demanda Gewalt.

« Nous avons bien entendu l’intention de coopérer avec vous à ce sujet. Mais la Grande Prêtresse est actuellement atteinte de la Maladie de la Clochette de la Mort, » déclara Henric.

« Elle l’est donc..., » murmura Gewalt.

« Diablo prétend être venu ici à la recherche d’un trésor capable de guérir ce fléau. Normalement, je ne serais pas enclin à le croire, mais c’est un sorcier extrêmement puissant, » déclara Henric.

« Je sais ce que vous ressentez. Quand ça vient de lui, ça vous fait vraiment croire ses paroles, n’est-ce pas ? » demanda Gewalt.

« Oui. Lady Laminitus nous a demandé d’aider Diablo à trouver le trésor, » déclara Henric.

« Oh, je vois, » déclara Gewalt.

« Dès qu’on aura traversé cette lave, on devrait pouvoir les rattraper et les aider, » déclara Henric.

« Oui, on devrait se dépêcher, » déclara Gewalt.

« Ce ne sera pas long maintenant. Nous sommes presque à leur portée, » déclara Henric.

— Alors, on va se regrouper avec eux, d’accord ? pensa Gewalt.

L’éclaireur était revenu et avait fait un autre rapport. Il semblerait que Diablo et son groupe aient déjà fait leur chemin vers le niveau suivant.

Et aussi, quelque chose à propos du fait qu’ils se déshabillaient à cause de la chaleur...

Enfin, il avait signalé que la nacelle était revenue jusqu’ici.

« Très bien, très bien. » Henric hocha la tête au soldat. « Sortons d’ici ! »

 

« Hmm... Je crois que j’ai assez besoin de vous, les gars... C’est la fin pour vous, d’accord ? »

 

Gewalt avait jeté un cristal au sol.

« Hein ? » s’exclama Henric.

Une grande ombre avait été projetée sur les soldats. Une énorme Invocation était apparue, alors que sa tête atteignait le plafond de la grotte et générait une petite pluie de cailloux d’en haut. Elle avait ouvert sa mâchoire, révélant une bouche garnie de dents acérées comme des lames de rasoir.

« Gaaah ! »

Alors qu’elle expirait un souffle puant de pourriture, chacun de ses bras, plus épais que le tronc d’un arbre, brandissait un énorme marteau. C’était assez grand pour écraser une personne.

Les soldats qui le regardaient se raidirent d’horreur.

« Qu-Qu’est-ce que c’est que ça ? » Les yeux d’Henric s’étaient écarquillé. « Pourquoi avez-vous... fait ça... !!? Une Invocation ? Pourquoi ? Sire Gewalt... Qu’est-ce que vous faites !? »

« Tu sais, tu étais vraiment un homme mignon et bon... Mais je suis désolée, je suis juste le genre de fille qui vit pour sa carrière. Maintenant que j’ai traqué la Grande Prêtresse, je n’ai pas besoin de vous, insectes insignifiants, sur mon chemin. Toodeloo, les garçons ~, » déclara Gewalt.

« Qu’est-ce que vous avez... !? » s’écria Henric.

Henric était parvenu à dégainer son épée. Gewalt affichait un sourire diabolique et il clignait des yeux d’une manière flash et exagérés.

« Écrase-les, “Archi-Démon”, et assure-toi de leur écraser les couilles pendant que tu y es ! » déclara Henric.

« Oooooooooooooooooooooooohhhhh — ! !! »

Le marteau massif de l’Invocation était descendu du plafond. L’épée d’argent d’Henric s’était brisée sous son poids comme une brindille — .

 

Le bruit distinctif du craquement des os écrasés résonna à travers la grotte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire