Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Chapitre 4

***

Chapitre 4 : Sauver ses compagnons

***

Chapitre 4 : Sauver ses compagnons

Partie 1

Même Diablo, qui avait fait le donjon, ne savait pas où la rivière qui coulait à travers le niveau allait mener. Tout ce qu’il avait fait, c’était configurer une « voie navigable » dans le paysage du donjon. D’où venait l’eau et où elle allait n’étaient pas des choses qui le préoccupaient au moment de la création du donjon.

Il ne serait pas surpris si le ruisseau était réellement conjuré par magie, et disparaissait au bord de la grotte.

Mais l’eau du canal était réelle, et l’eau avait coulé jusqu’au bord de l’étage.

— Une cascade !? Se demanda-t-il.

Il était tombé en même temps que l’eau, et il s’agissait d’une chute si haute qu’il douterait de survivre s’il y avait des rochers à son arrivée. S’ils se séparaient à nouveau, il ne retrouverait probablement jamais Horn.

C’était dans cet état d’esprit que Diablo avait tenu le petit Marcheur des Herbes dans ses bras. Il n’avait pas le temps de mettre le Bâton de Tenma dans sa poche, alors il l’avait lâché, l’abandonnant au torrent écumant.

Puis, tout son sens de l’orientation avait quitté Diablo. Il avait tourné et s’était retourné dans l’eau, incapable de distinguer s’il faisait face vers le haut ou vers le bas.

— Je vais me noyer ! pensa Diablo.

L’anxiété et la panique menaçaient de l’emporter dans son esprit, mais sa technique d’action sous-marine avait agi à son plein effet. En stabilisant sa respiration, il avait regagné son centre de gravité. Tenant toujours Horn dans ses bras, Diablo avait donné un coup de pied contre l’eau, remontant à la surface à la nage.

 

« Aaah ! » il haleta quand sa tête transperça la surface de l’eau.

Ils étaient dans le bassin d’arrivée de la cascade. C’était situé dans les profondeurs d’une caverne spacieuse, et il avait à peu près la forme d’une flasque, donnant à Diablo l’impression qu’il était immergé dans l’eau au fond d’une tasse ou d’un bol.

Le ruisseau s’était calmé ici.

Alors qu’il mettait à nouveau en pratique sa technique d’action sous-marine, il avait nagé jusqu’au bord du bassin, plaçant Horn sur les rochers avant de grimper lui-même.

« Horn, vis-tu encore ? » demanda Diablo.

Horn, couché sur les roches sèches, n’avait fait aucune réponse. Il avait probablement bu en cours de route, parce que de l’eau s’échappait de sa bouche.

« Horn, réponds-moi ! » Diablo avait encore crié.

Il essayait de faire semblant d’être calme, mais il sentait son pouls s’accélérer chaque seconde. Un mauvais pressentiment était de s’agripper à son cœur. Il plaça une main sur les petites lèvres de Horn — et pouvait sentir sa respiration.

« Vivant... Tu es vivant ! » déclara Diablo.

Mais il était toujours inconscient.

— Et son pouls ? se demanda-t-il.

Il avait vérifié le poignet de Horn, mais il était trop paniqué pour vraiment le dire. Après quelques tentatives supplémentaires, il avait confirmé que Horn avait toujours un pouls.

— Son cœur fonctionne encore ! Il est vivant ! pensa Diablo.

Horn était un aventurier de niveau 20 et, fidèle à ce titre, était un combattant assez solide. Le fait d’être un Marcheur des Herbes très léger lui avait également sauvé la vie. Il semblait que pour l’instant, il s’était évanoui à cause du choc.

« Oh, Dieu merci..., » murmura Diablo.

Le soulagement avait empli Diablo. Avec Horn assommé, et comme il n’y avait personne d’autre autour de lui, Diablo avait parlé avec sa voix naturelle. Il s’était aussi retrouvé à rire de soulagement.

Il avait ensuite inspecté l’épaule de Horn, qui avait été poignardée par Gewalt.

« Hmm... Il saigne toujours, mais la blessure est superficielle. Je pense qu’elle se refermera d’elle-même si je la laisse telle quelle, » déclara Diablo.

Le fait d’avoir une potion de vie serait pratique à l’heure actuelle, mais Diablo avait dû les utiliser toutes avant d’entrer dans le donjon. La Couronne Déformante de Diablo avait un effet de régénération de la Vie, mais ne pouvait être équipée que de personnes de niveau 140 ou plus, il ne pouvait donc pas la prêter à Horn.

Soudain, il avait éternué.

« Merde, il fait si froid... C’est mauvais... Je vais bien parce que j’ai le “Rideau des Sombres Nuages”, mais..., » commença Diablo.

Son manteau le protégeait de tous les maux provoqués par des états, donc Diablo n’attrapait même pas froid avec ça. Mais Horn serait en danger comme ça.

Quelque chose qu’il avait lu une fois sur Internet lui était venu à l’esprit :

— Lorsque la température rectale d’un humain descend en dessous de 35 degrés Celsius, l’hypothermie s’installe, et rester trop longtemps dans cet état peut être mortel. Le fait de dormir l’été en portant des vêtements humides peut aussi faire baisser la température de votre corps au risque de mourir.

« Bon, je vais devoir m’occuper de sa blessure, donc je peux aussi bien enlever ses vêtements... Il faut aussi allumer un feu. Y a-t-il quelque chose que je puisse brûler... ? » demanda Diablo.

En regardant autour de lui, il ne voyait que des roches, des roches et encore plus de roches. De la mousse lumineuse poussait sur ces rochers où l’eau était entrée en contact avec eux. Grâce à cela, il ne faisait pas noir, mais ils ne voulaient pas brûler et ne pouvaient pas l’aider à allumer un feu. Il pouvait produire du feu avec sa magie, mais sans rien d’inflammable pour l’alimenter, ça ne durerait pas.

Depuis que son groupe était entré dans le donjon, il dépensait de plus en plus de Mana. Il n’y avait presque pas de temps pour les pauses, et il avait désespérément besoin de se rétablir. Il avait l’impression que s’il laissait son attention vaciller un peu, il s’endormirait à côté de Horn.

— Merde, toute ma motivation a disparu..., pensa-t-il.

Tout ressemblait à un énorme et fastidieux effort.

« Ah, peut-être que je peux juste faire une petite sieste..., » murmura Diablo.

Mais si Diablo n’agissait pas maintenant, Horn mourrait sous ses yeux.

« Non, bon sang non ! Je ne laisserai pas ça arriver ! Je suis peut-être une personne de merde, mais... Je ne peux pas le laisser mourir..., » déclara Diablo.

Il soupira désespérément, essayant de trouver quelque chose qu’il pourrait utiliser comme carburant.

« Bon sang... Je suppose que c’est tout ce que j’ai. »

Diablo enleva son Rideau des Sombres Nuages. Cela l’avait protégé des états et l’avait protégé de la mort en un seul coup, un objet de la classe SSR, rehaussé au plus haut niveau. Un joueur pouvait améliorer une pièce d’équipement jusqu’à sept niveaux, et un objet qui avait été amélioré tant de fois était considéré comme un « Rang EX » ou un « Septuple ». Diablo tenait un tel objet entre ses mains.

« Je ne vais pas mentir... J’étais plutôt attaché à toi... Mais il n’y a pas d’autre solution..., » déclara Diablo.

Aussi précieuse soit-elle pour lui, elle ne valait pas plus que la vie de quelqu’un.

« “Feu”, » Diablo chuchota son sort.

Naturellement, une fois qu’il l’avait enlevée, l’équipement n’accordait plus à Diablo les effets de ses enchantements. Comme c’était le cas maintenant, le Rideau des Sombres Nuages n’était rien de plus qu’un manteau humide.

Brûlées par des flammes magiques, les parties sèches du manteau avaient pris feu.

« Aaah... Il fait chaud, » murmura-t-il.

Il enleva alors sa tenue, l’« Abysse d’Ébène ». Le fait de garder ses vêtements mouillés l’exposait à un risque d’hypothermie, et la cape seule n’avait pas suffi à alimenter suffisamment le feu.

L’Abysse d’Ébène avait eu un effet de réduction des dégâts, et avait augmenté d’une manière importante ses stats de base.

Mais il avait gardé son pantalon. Être à poil quand il se serait regroupé avec Rem et les autres semblait être une mauvaise idée. Ça ne cadrerait certainement pas avec son rôle de Seigneur Démon.

« Exact, toujours pas assez... Je vais aussi devoir utiliser ton équipement, d’accord, Horn ? » déclara Diablo.

C’était inconfortable de devoir enlever les vêtements de quelqu’un d’autre.

« On est tous les deux des mecs, alors lâche-moi un peu, d’accord ? » déclara Diablo.

Le fait d’imaginer les protestations de Horn avait fait hésiter Diablo, mais... il s’était dit qu’il devrait compter sur son rôle de Seigneur-Démon pour s’en sortir et avait commencé à déshabiller Horn.

Il avait commencé avec la cape de Horn, un manteau normal sans enchantement. Il était aussi assez vieux et usé. Il espérait qu’il n’avait pas trop de valeur sentimentale pour Horn, mais il ne devrait pas valoir plus que sa propre vie... Du moins, il l’espérait.

Diablo avait ensuite enlevé la ceinture de la pochette sur la taille de Horn, ses bretelles puis ses épaulettes. Diablo ne pouvait pas le dire d’après les graphismes du jeu, mais apparemment de l’autre côté il y avait des pièces qui faisaient office de ceintures de cuir et un crochet utilisé pour les attacher. Rem avait une armure similaire, et après l’avoir vue l’enlever une fois, Diablo s’était souvenu de comment l’enlever.

Diablo avait alors commencé à enlever les vêtements mouillés de Horn. Son corps n’était pas seulement dépourvu de muscles, il avait même une certaine rondeur.

« Tu devrais travailler tes muscles, Horn. Même si tu es un Marcheur des Herbes, tu es toujours du genre guerrier, tu sais ? » déclara Diablo.

Après avoir complètement essoré la chemise, Diablo l’avait jetée dans le feu.

Il avait ensuite baissé le pantalon de Horn. Il utilisa les collants comme combustible, mais le fait de brûler les pantalons de Horn et de laisser Horn sans rien à porter lui faisait sentir toutes sortes de cruauté, alors pour l’instant, il les laissait juste sécher à sec. Laisser Horn nu dans le froid n’était pas bon, mais c’était quand même mieux que de le laisser dormir nu avec des vêtements froids.

« Attends..., » déclara Diablo.

Son regard était attiré par l’abdomen exposé de Horn. Il s’était efforcé de ne pas regarder, mais...

— Euh ?

 

Ce n’était pas là.

 

« Hmmm... ? » Un gémissement échappa aux lèvres de Horn alors qu’il s’asseyait et se frottait les yeux.

« Dieu merci, tu es vivant ! » C’était ce que Diablo ne pouvait pas dire, vu... les récents développements.

Horn était nu, Diablo tenait toujours le pantalon dans ses mains. Pour couronner le tout, ce qui aurait dû faire partie de l’entrejambe de Horn n’était pas là... Ce qui voulait dire que Horn n’était pas un « il », mais un...

— Les mâles Marcheurs des Herbes n’en ont-ils tout simplement pas !? Se demanda-t-il.

Diablo n’avait jamais rien entendu de tel.

Il s’était raidi, sentant des sueurs froides couler le long de sa colonne vertébrale. Horn, qui était encore dans les vapes jusqu’à présent, avait finalement réalisé dans quel état il se trouvait.

« Quoi !? Qu-Qu-Qu-Qu-Qu-Qu-Quoiiiiii... !? » Horn bégaya, devenant graduellement rouge au visage.

Diablo s’était levé avec le pantalon de Horn toujours dans ses mains.

 

« Hmph ! Tu es enfin revenu à la raison, espèce de mauviette ! » déclara-t-il d’une manière autoritaire et dominatrice. « Montre-moi toute ta gratitude, car ta vie a été sauvée en raison de la pitié du Seigneur Démon Diablo ! Ne t’y trompe pas, car ce n’était qu’un caprice de ma part, » déclara Diablo.

 

☆☆☆

« E-Euh !? Quoi !? » s’écria Horn.

« Les Races sont vraiment fragiles. Si tu dormais avec ces vêtements mouillés, tu mourrais sûrement ! C’est pour ça que je sèche tes vêtements... comme ça ! » déclara Diablo.

Diablo tordit le pantalon de Horn, faisant couler de l’eau du tissu sur le sol. Il les avait ensuite jetés dans le feu. Le tissu était vieux, mais brûlait assez bien.

— Oh, merde ! J’ai joué mon rôle et je l’ai fait maintenant ! Je voulais juste les enlever, pas les brûler ! pensa-t-il.

Étouffant son agitation intérieure, Diablo continua son rôle de Seigneur Démon.

« Hmph ! Tu ne prétendras quand même pas que tes vêtements valent plus que ta vie !? » déclara Diablo.

Accablée par la situation, Horn se tut, mais finit par réagir.

« Je... Je ne dirai pas ça... Après tout, rester en vie est... important..., » déclara Horn.

« Aussi longtemps que tu le comprends, c’est bien ! » déclara Diablo.

— Est-ce que j’ai vraiment réussi à m’en sortir en parlant !? Se demanda Diablo.

« M-Mais... J’ai juste été un peu surprise..., » déclara Horn, couvrant son corps extrêmement mince avec ses bras.

— Alors, on est deux ! pensa Diablo.

« N’y fais pas attention. Je suis après tout un Seigneur Démon. Ces détails insignifiants ne me dérangent pas, » déclara Diablo.

« O-Ouais, c’est vrai. Je parie que ça n’a pas d’importance pour vous si je suis un garçon ou une fille, Patron... Achoo ! » déclara Horn.

« Hm. Il semble que tu aies encore froid. Approche-toi, » déclara Diablo.

Diablo était assis près du feu de camp. Avec la disparition du Rideau des Sombres Nuages, il pourrait aussi tomber malade. Il faudrait qu’il soit prudent. Il avait sacrifié son équipement de haut rang, sans parler du pantalon de Horn, pour allumer ce feu, le moins qu’on puisse faire était de l’utiliser pour rester au chaud.

« Hmm... Est-ce que c’est vraiment bien... ? » Horn avait rougi jusqu’à ses oreilles de lapin.

« Arrête d’être modeste. Aurais-je plongé dans la rivière après toi si je n’avais pas eu l’intention de te sauver ? » demanda Diablo.

« J-Je suppose que non... Vraiment, merci... Vous m’avez sauvé, Patron..., » déclara Horn.

Horn se leva et se rapprocha. Il pensait qu’elle s’assiérait loin de lui, pour qu’ils entourent le feu de camp, mais au lieu de cela, elle s’était accroupie, assise juste à côté de lui.

— Euh ?

Il lui avait dit de « s’approcher », mais ne lui avait jamais dit de « s’approcher du feu de camp ».

Mais d’habitude, ne t’assiérais-tu pas près du feu ?

— Si elle est si gênée, pourquoi se blottit-elle contre moi comme ça ? Et en plus, n-n-n-nue..., pensa Diablo.

C’était Diablo qui l’avait déshabillée, et pourtant...

« Se blottir l’un contre l’autre quand il fait froid rend les choses plus chaudes, n’est-ce pas, Patron ? Je le faisais tout le temps avec ma famille..., » déclara Horn.

« V-Vraiment ? » demanda Diablo.

Il semblait un peu faux qu’un Seigneur Démon perde son sang-froid juste parce qu’une Marcheuse des Herbes, avec le physique d’un enfant, se blottissait contre lui.

— Attends, non. Un Seigneur Démon ne perdrait pas son sang-froid, peu importe qui se passe. Je dois rester au top de mon jeu d’acteur..., pensa Diablo.

Horn s’appuya contre lui. Son corps était glacial contre sa peau.

« Tu as encore froid, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

« Ah, ce n’est pas d’accord ? » Horn essaya de s’éloigner, mais Diablo l’attrapa et la prit dans ses bras.

« Encore une fois, cesse ta modestie inutile. Si tu attrapais froid, j’aurais allumé ce feu de camp pour rien, » déclara Diablo.

— J’ai dû brûler deux pièces d’équipement de rang EX pour ça, tu sais ? Et ton pantalon aussi..., pensa Diablo.

Horn était petite, son corps était petit, même comparé aux autres Marcheuses des Herbes, et elle était douce, elle aussi, comme un bébé lapin. Elle s’était tordue dans les bras de Diablo, comme si on la chatouillait.

« Il fait si chaud..., » murmura Horn.

« Tu aurais des ennuis si ce n’était pas le cas, » déclara Diablo.

« Hehe... »

Elle était nerveuse au début, mais avait fini par confier son corps à Diablo. Son petit dos nu avait appuyé contre sa peau, la chaleur revenant lentement dans son corps glacial. Diablo avait aussi senti son propre corps s’échauffer.

 

 

« Wôw... »

— Je suppose que d’une façon ou d’une autre, on s’en est sortis vivants..., pensa Diablo.

Horn avait couvert les mains de Diablo avec les siennes.

 

« Papa..., » murmura-t-elle.

 

« Quoi ? Qu’est-ce que tu viens juste de... ? » Diablo s’était raidi. Il avait difficilement réussi à faire sortir ces mots.

Réalisant un moment trop tard ce qu’elle venait de dire, Horn se leva dans la panique.

« Ah, non ! C’était... Ahhhh, Hmm ! C’était... du respect ! Ça veut dire que je vous respecte, en tant qu’aventurier ! Ce n’est donc pas ce que vous pensez ! » elle se hâta de répondre en bégayant.

« Je... Je comprends ! C’est bon, je comprends, alors arrête de gaspiller ton énergie précieuse pour ça ! » Diablo posa ses mains sur ses épaules pour la calmer.

« Uuuu., » Horn se recroquevilla, une fois de plus rouge jusqu’à ses oreilles duveteuses.

Diablo pouvait sentir le cœur de Horn battre plus vite à travers sa peau. Il s’était tu, se concentrant sur ce battement rythmique.

Mais en fait, il était aussi terriblement agité.

— P-P-P-P-Papa !? Quand ai-je eu le temps d’avoir un enfant ? Non non non non non, elle dit que c’est par respect, en tant qu’aventurier... mais est-ce que tu appellerais quelqu’un « papa » par respect ? Personne ne m’a jamais appelé comme ça avant ! Ai-je fait quelque chose pour qu’elle me fasse confiance à ce point !? Peut-être qu’elle m’a pris pour quelqu’un d’autre ! pensa Diablo.

Mais les mâles Marcheurs des Herbes, même s’ils étaient pères, avaient l’apparence physique d’enfants. Elle n’aurait jamais confondu Diablo avec un autre Marcheurs des Herbes, pas avec son physique.

— Mais peut-être que même les Marcheurs des Herbes se souvenaient que les mains de leurs pères étaient grandes, depuis leur plus jeune âge ? Ou peut-être qu’elle avait une autre signification attachée au mot « papa »... ? Non, pas possible, ce genre de culture n’existe pas dans ce monde..., pensa Diablo.

Il avait l’impression que son cerveau était en train de mijoter à cause de toutes les pensées qui se mélangeaient dans sa tête.

Alors que leurs deux visages devenaient rouges, ils s’étaient tus. Le temps s’écoula lentement...

***

Partie 2

Après s’être réchauffés, ils avaient finalement décidé qu’il était temps de bouger. Tout en utilisant les courants d’air pour les guider, ils s’enfoncèrent plus profondément dans le donjon. Le vent qui soufflait dans la grotte signifiait qu’elle devait provenir de la sortie, donc dans tous les cas, il ne devrait pas y avoir d’impasse.

— Je n’arrive pas à croire que je me suis retrouvé coincé dans mon propre donjon..., pensa Diablo.

Après avoir quitté le bassin de la chute d’eau, ils avaient trouvé un trou plus profond. Diablo n’avait que son pantalon et la ceinture à poches. Et même si cela n’allait pas vraiment l’aider, il avait le « Prototype de la Grande Faux » en main.

La faux de guerre pouvait sembler forte et intimidante, mais dans la pratique, elle était terriblement faible. C’était l’arme qu’il utilisait quand il essayait de se retenir contre un adversaire.

Horn était pratiquement nue, car tout ce qu’elle avait sur le corps était sa ceinture, ses bretelles et ses épaulettes. En appartenant à la race des Marcheurs des Herbes, elle avait le corps d’une enfant, quel que soit son âge réel, mais... Une fille avec un corps si plat et sans courbe, se promenant avec seulement une armure si réduite, était certainement le genre de chose que seules les personnes ayant certaines... inclinations trouveraient attirante. Si seulement elle avait encore son pantalon...

Attends, non, une fille aurait aussi besoin d’un haut, pensa Diablo.

Un homme grand, à moitié nu, se promenant avec une préadolescente pratiquement nue, était le genre de situation qui lui causerait d’énormes ennuis.

— Si j’avais su que c’était une fille, je n’aurais pas eu le courage de brûler ses vêtements..., pensa Diablo.

« Pourquoi t’es-tu habillée comme un homme ? » demanda Diablo, incapable de retenir la question plus longtemps.

« C’est, euhhhh..., » Horn s’était crispée alors que son expression se transformait en une expression de peur.

« Tu n’es pas obligé d’en parler si tu ne le souhaites pas, » déclara Diablo.

La façon dont il avait dit ça avait l’air d’aggraver la situation. Horn semblait encore plus effrayée.

« Je, euh... Ma famille... Nous sommes nés dans une ville de l’ancien domaine du Seigneur Démon, loin de la Tour de Zircon... Mais on s’est séparés de mes parents quand on était tous très jeunes, » déclara Horn.

« Oh ? » s’exclama Diablo.

La voix de Horn semblait plus naturelle, comme si elle ne forçait plus son ton à être aussi masculin.

« Je pense qu’ils nous ont peut-être abandonnées... Mais depuis toujours, il n’y avait que mes deux petites sœurs et moi, » déclara Horn.

« Je vois, » déclara Diablo.

Le fait de rester en vie était difficile dans l’ancien Domaine du Seigneur Démon. Et élever trois enfants dans ce genre d’environnement était certainement trop pénible pour que les parents de Horn veuillent prendre cette responsabilité.

« Je ne sais donc plus si mes parents sont morts ou vivants... Mais nous avons eu de la chance, car Prof est venu nous chercher peu après, » déclara Horn.

« Le Prof... Ton professeur, qui t’a appris à être un Roublard ? » demanda Diablo.

« Oui... Cependant, Prof était un véritable voleur..., » déclara Horn.

« Je vois, » répondit Diablo.

Lorsqu’il s’agissait de détecter le danger et de désarmer les pièges, les compétences de Horn étaient assez faibles pour un Roublard. Mais son agilité était décente, donc en termes de paramètres, elle était plus proche d’un véritable voleur que d’un aventurier de type Roublard.

« L’année dernière, Prof est décédé, et j’ai été séparée de mes petites sœurs... Alors j’ai fini par voyager seule jusqu’à la Tour de Zircon, » déclara Horn.

« Tes sœurs ne sont-elles pas venues avec toi ? » demanda Diablo.

« Non. Un commerçant les a pris comme employées. Il m’a aussi invitée à le faire, mais je ne suis pas douée pour ce genre de travail..., » déclara Horn.

« Je sais ce que tu ressens. Rien que l’idée de négocier avec d’autres personnes me donne envie de défier un dragon en solo, » déclara Diablo.

« Euh... ? Non, vendre des trucs bon marché à des prix importants ne me convient pas. Je sais que c’est comme ça que les affaires marchent, mais quand même..., » déclara Horn.

« Hm... Je vois, » répondit Diablo.

Horn n’avait pas d’anxiété sociale et, à bien y penser, elle s’était montrée très confiante lorsqu’elle avait invité Diablo et son groupe dans le donjon.

« Les Marcheurs des Herbes ont l’air d’enfants, quel que soit leur âge, mais quel âge as-tu exactement ? » demanda Diablo, essayant de changer l’orientation de la conversation en s’éloignant de son étrange commentaire.

« Argh... Juste... gardez ça secret pour tout le monde, OK ? Vous êtes le seul à qui je le dirai, patron... J’ai en fait douze ans, » déclara Horn.

— Quoi !? C’est donc vraiment une enfant !? Je pensais qu’elle avait l’air si jeune parce que c’est une Marcheuse des Herbes ! pensa Diablo.

« Je m’en doutais, » déclara Diablo, cachant sa surprise comme s’il l’avait toujours fait.

« Hehe... Alors vous le saviez, hein ? Mais si les autres l’apprenaient, personne ne voudrait s’aventurer avec moi. Alors, gardez ça secret, d’accord, patron ? » déclara Horn, en tirant la langue dans un geste enfantin.

C’était adorable.

— Attends, non ! Je ne suis pas un pédophile ! pensa Diablo.

Un Seigneur Démon pédophile, serait-il un jour capable de montrer son visage en public ? Et il venait d’embrasser Klem, qui ressemblait beaucoup à une petite fille, même si c’était pour le « Rituel de l’esclavage »...

Diablo secoua la tête, bannissant ces pensées de son esprit.

☆☆☆

« Nnn...  Il fait si sombre. » Horn regardant vers la grotte se trouvant devant elle.

« Ce n’est pas un problème. “Lumière” ! » déclara Diablo.

Diablo avait jeté le sort sur un caillou qu’il avait ramassé. La dernière fois qu’il l’avait lancé dans les airs, il avait découvert qu’il y avait un problème : il ne savait pas comment l’éteindre, alors il avait maintenant trouvé une nouvelle façon de l’utiliser. En jetant le sort sur un caillou, tout ce qu’il avait à faire était de le jeter quand il ne voulait plus que le sort fonctionne. Le porter comme une lanterne était aussi pratique et facile.

« Oooh, c’est incroyable ! » Les yeux de Horn brillaient d’excitation. « C’est la première fois que je fais un donjon avec un sorcier élémentaliste, mais je ne savais pas que la magie élémentaire pouvait être aussi utile ! »

« Les individus de ce monde n’ont tout simplement pas fait assez de recherches à ce sujet, » déclara Diablo.

« C’est vrai, peu de sorciers l’utilisent. Je n’ai jamais vu un Sorcier Élémentaliste aussi fort que vous, Patron. J’aimerais moi aussi apprendre la magie ! Non pas que j’en serais capable, hehe, » déclara Horn.

Ces mots avaient fait réfléchir Diablo...

« Je ne sais pas comment on apprend la magie dans ce monde, mais... pourquoi ne pas essayer de l’apprendre ? Tu n’as encore que douze ans, et les Marcheurs des Herbes sont bons en magie, » déclara Diablo.

« Quoiiii !? Ce n’est pas possible. Vous devez aller dans une des écoles de l’Association des Mages pour devenir un Sorcier... Je n’ai pas l’argent pour ça, » déclara Horn.

« Est-ce que c’est cher ? » demanda Diablo.

« Je ne sais pas vraiment combien, mais probablement quelques millions de friths ? » déclara Horn.

« Hmph..., » murmura Diablo.

Bien qu’il ait résolu un certain nombre d’incidents importants, lui et son groupe n’avaient pas beaucoup de friths en leur possession. Les habitudes de Klem en matière de biscuits les avaient presque ruinés, à tel point qu’Edelgard, une Déchue, avait dû se mettre au travail dans une boulangerie.

— Si sa couverture est démasquée, se faire chasser de la ville serait le cadet de ses soucis. Je me demande comment elle va..., pensa Diablo.

Même si les chevaliers de la région se liguaient contre elle, Edelgard s’en sortirait probablement indemne. Mais le gouverneur de Faltra, Galford, était fort. Selon l’estimation de Diablo, il serait plus fort qu’elle dans un rapport de 6:4.

Diablo espérait vraiment que rien de mal ne se soit passé...

« J’espère qu’elles vont bien..., » chuchota Horn.

« Je suis d’accord, » déclara Diablo.

« Je parle de Lumachina et des autres, » déclara Horn.

« Oh, elles, » sans s’en rendre compte, il avait chuchoté avec sa voix naturelle.

« Y a-t-il quelqu’un d’autre à qui vous inquiète... ? » Horn inclina la tête dans la confusion.

« Non... C’est parce que je suis un Seigneur Démon ! Oublie ça, je suis sûr qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour elles, » déclara Diablo.

« Croyez-vous qu’elles vont bien ? » demanda Horn.

Le plafond s’abaissait progressivement. Diablo avait continué, sans se cogner la tête.

Horn et lui s’étaient perdus dans le neuvième étage. Tout le groupe avait presque terminé l’étage avant d’être interrompu, et Shera aurait abattu tout ce qui se présentait à eux. Shera et Rem étaient passées au niveau supérieur, c’est sûr.

À bien y penser, le Paladin était aussi tombé dans l’eau...

« Ce niveau devrait avoir un gros monstre de type boss central vers la fin, mais il n’a pas de résistance face aux Debuffs. Shera pourrait probablement le vaincre avec sa pétrification, » déclara Diablo.

« Shera est incroyable, n’est-ce pas ? » demanda Horn.

Bien qu’il ne faisait aucun doute qu’elle était très compétente, son arc avait été enchanté par un vrai Seigneur Démon.

« Le dixième étage a un puzzle avec un étage en mouvement. Un faux pas, et on vous jette dans une pièce pleine de monstres, » déclara Diablo.

« Haaah !? Vont-elles s’en sortir ? Ça a l’air si dangereux ! » déclara Horn.

« Je suis sûr que Rem le résoudra. Elle est assez prudente et sage pour s’arrêter et analyser n’importe quelle situation, » déclara Diablo.

« Whoa, vous pouvez vraiment faire confiance à Rem, d’accord ! Elle a de l’intelligence à revendre ! » déclara Horn.

« Et le onzième étage est un cimetière, » annonça Diablo.

« Hum... des tombes ? Pourquoi y a-t-il des tombes en bas ? » demanda Horn.

« Parce que des cadavres en sortent sous forme de mort vivant, » déclara Diablo.

« Ehhhh !! Z-Zombies !? Voulez-vous parler de zombies ? Les morts-vivants sont super effrayants ! » cria Horn.

« Lumachina devrait pouvoir s’en occuper facilement. C’est une grande prêtresse, après tout. Personne dans Lyferia ne peut l’égaler en matière de “purification”, » déclara Diablo.

« Alors ce sera du gâteau ! Bravo, Lumachina ! » L’expression de Horn s’illumina, alors ses yeux brillaient à nouveau d’excitation.

« Oui, » déclara Diablo.

— Tant que la Maladie de la Clochette de la Mort n’aura pas empiré..., pensa Diablo.

Dans le jeu, l’état d’un patient n’était pas trop grave jusqu’à ce que la neuvième marque fasse surface. Avant ça, au moins, cela semblait être qu’un mauvais rhume. Mais le Croisement de la Rêverie avait adouci certains sujets pour éviter d’entrer dans une imagerie trop érotique ou violente graphiquement. Diablo n’avait aucun moyen de savoir si la Maladie de la Clochette de la Mort se comportait de la même façon dans ce monde.

« Mais je suis toujours inquiète ! » Horn se tenait nerveusement la tête. « Je n’arrive pas à croire que vous vous soyez séparé de Rem et des autres à cause de quelqu’un d’aussi inutile que moi ! »

— Elle ne devrait pas se dire inutile... Mais je ne suis pas du genre à parler d’estime de soi. Je sais exactement ce qu’elle ressent, pensa Diablo.

S’il la grondait en lui disant de ne pas se mépriser, cela ne ferait que la rendre encore plus malheureuse. Diablo avait donc choisi de ne rien dire.

Il n’avait pas regretté d’avoir sauvé Horn, même si cela signifiait se séparer d’elles. Ce n’étaient pas des amateurs.

Elles appelaient aussi Diablo leur « compagnon ». Elles avaient compté sur lui, mais en même temps, elles pouvaient s’enorgueillir de ne pas être « simplement dépendantes » de lui. Elles seraient certainement en mesure de dégager la voie jusqu’au onzième étage.

« Mais nous devons nous dépêcher et nous regrouper avec elles. Battre le douzième étage sera impossible pour ces trois-là, » déclara Diablo.

« Hein ? Pourquoi ça ? » demanda Horn.

« Leurs niveaux sont trop bas. Ce n’est pas une question de stratégie ou de compatibilité... Le dernier gardien du douzième niveau est tout simplement trop fort. Sa résistance à l’affaissement est élevée de sorte que la pétrification ne se déclencherait probablement pas, et il a une barrière qui annule tout dommage en dessous d’un certain seuil, » expliqua Diablo.

« Quel genre de monstre est-ce !? » demanda Horn.

« On ne peut pas prendre notre temps ici, » déclara Diablo.

Après avoir parcouru une courte distance à pied, ils pouvaient entendre le bruit du vent, son sifflement rebondissant à travers la grotte. Ils pouvaient aussi voir une lumière plus loin.

« On s’en est sortis, patron ? » demanda Horn.

— Cette cascade nous a fait tomber très loin du 9e étage... Il n’y a aucune chance que le tunnel mène dehors, n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

En sortant du tunnel, ils s’étaient retrouvés dans une zone très dégagée.

« M-M-Mon Dieu...!? »Horn frissonna de terreur.

Plusieurs créatures ressemblant à des coléoptères, chacune plus grosse qu’un monstre normal et portant de grosses cornes, se tenaient à l’affût. Ces monstres se déplaçaient en meute et s’enfouissaient dans le sol pour faire leur nid.

Il s’agissait de gros monstres noirs de type insecte appelés « coléoptères-fourmis », et il y en avait environ 30.

Diablo avait pu déterminer leur nombre non pas grâce à une compétence de son personnage en jeu, mais grâce à une aptitude spéciale qui lui avait été accordée en raison de son expérience en tant que joueur. Il se souvenait de ces monstres.

Si vous preniez un mauvais virage au dixième niveau, vous seriez jeté dans une colonie de coléoptères-fourmis, ce qui lui indiquait que c’était probablement là où se trouvaient Diablo et Horn en ce moment.

Les lèvres de Diablo se transformèrent en sourire.

— J’ai une idée de la situation actuelle... Si on peut passer par ici, on sera de retour sur la bonne route, pensa Diablo.

Diablo posa une main sur les épaules tremblantes de Horn. « Tu devrais être contente. »

« Je veux dire, bien sûr, je suis une aventurière, et si je devais choisir, je préférerais mourir dans une aventure, mais pas maintenant ! Je mourrai tôt ou tard, mais pas aujourd’hui ! » déclara Horn.

« Ce n’est pas ce que je voulais dire. Voici, une espèce de petite idiote découragée, » déclara Diablo.

Les coléoptères-fourmis, remarquant les intrus sur leur territoire, avaient tourné leur attention vers Diablo et Horn. La partie qui aurait dû leur servir de visage s’était ouverte, révélant des rangées de gigantesques crocs. C’était bien plus horrible que tout ce que Diablo n’avait jamais vu dans le jeu.

Diablo avait placé sa faux de guerre vers les monstres.

« Écrase-les avec la vitesse du son : “Frappe Sonique” ! » cria Diablo.

***

Partie 3

Le douzième niveau — .

« Si vous tenez à votre vie, rebroussez chemin. »

En lisant les mots écrits sur la porte, Rem avait dégluti avec anxiété.

« ... Nous avons parcouru des étages avec des monstres de haut niveau, mais c’est la première fois qu’un avertissement est aussi direct. Il semblerait que nous devions rassembler notre volonté face à tout ça, » déclara Rem.

« Allons-y ! Allons-y ! On ne peut pas faire demi-tour après être venues si loin ! » La ligne de pensée de Shera était claire et simple, et comme elle l’avait dit, ce n’était pas le moment d’hésiter.

« ... C’est vrai. Mais nous devons nous préparer et procéder avec prudence, » déclara Rem.

« Je vous soutiendrai de toutes mes forces. » Lumachina hocha la tête. « Il serait insupportable que vous vous inquiétiez encore plus pour moi. »

« ... Merci de croire en nous. Nous allons certainement vous amener au niveau le plus bas. L’objet qui peut dissiper la Maladie de la Clochette de la Mort sera en bas... et je suis aussi sûre que Diablo viendra nous rejoindre. Allons-y et attendons qu’ils nous rejoignent au treizième étage, » déclara Rem.

« Allons-y, » déclara Lumachina.

« On fera de notre mieux, Rem, Lumachina ! » déclara Shera.

Les regards des filles s’étaient croisés alors qu’elles renforçaient leurs résolutions.

Rem avait mis ses mains contre la porte et l’avait poussé. L’air s’était répandu d’au-delà de là, dégageant une odeur acide et aigre.

 

☆☆☆

 

Une grande et large grotte les avait accueillies. Le plafond était plus haut que les étages précédents et semblait s’étendre au-delà de l’endroit où l’œil pouvait voir. Elles pouvaient aussi à peine distinguer...

— Un ciel bleu... ? pensa Rem.

Il s’agissait probablement d’un énorme puits profond qui remontait jusqu’à la surface à partir de ces profondeurs.

Aurions-nous pu utiliser le puits pour descendre plus vite ? pensa Rem.

Mais au moment où cette pensée lui vint à l’esprit, Rem réalisa qu’il y avait sûrement une raison pour laquelle Diablo ne l’avait pas fait. Les murs étaient lisses, comme s’ils avaient été brossés et polis un nombre incalculable de fois. Le sol était aussi dans le même état, bien qu’il ne soit pas exactement plat et de niveau, il était lisse au point qu’elles ne voyaient aucune végétation poussée dans les lieux.

Mais nous n’avons pas eu le temps de spéculer sur la nature de cet endroit, pensa-t-elle.

 

Quelqu’un les devançait, et cela venait de vaincre un monstre.

 

Un monstre humanoïde gisait au sol, vaincu. Rem ne l’avait jamais vu que dans les livres, mais... selon toute vraisemblance, cela semblait être un « Danseur de la Mort ». C’était un squelette avec plusieurs paires de bras, capable de couper les aventuriers en rondelles avec un coup spécial de finition appelé la « Dance Sanglante ». Les livres avaient aussi un avertissement strict : « Fuyez immédiatement si vous rencontrez ce monstre effrayant. »

Ce monstre était maintenant vaincu, réduit à un cadavre immobile et sans force. Celui qui l’avait vaincu était vêtu d’une armure d’azur.

« Oh, mon Dieu, vous étiez derrière moi ? » Il avait brossé ses longs cheveux. « C’est idiot, j’avais tellement hâte de vous rattraper que j’ai fini par vous devancer. »

Son ton était féminin, mais c’était sans aucun doute un homme. Lumachina avait pris du recul.

« Gewalt..., » déclara Lumachina.

« Ça fait un bail, Lumachina. N’est-il pas temps que tu crèves maintenant ? Je t’enverrai aux côtés de ton Dieu bien-aimé, alors rends-nous service et ne résiste pas, tu me comprends ? » demanda Gewalt.

« Vous êtes le Paladin qui nous a attaqués au 9e étage. » Rem était passée devant Lumachina. « Je ne vous laisserai pas poser la main sur elle ! »

« C’est ça ! » s’écria Shera, pointant une flèche encochée sur son arc.

« Hehe hehe hehe... J’ai vu ce que tu peux faire, petite elfe. » Gewalt avait brandi son épée d’une main. « Un arc qui peut pétrifier fait peur... Mais ça ne me fait toujours pas peur. »

Gewalt avait jeté un cristal.

— Une Invocation ! pensa Rem.

D’innombrables petits insectes ailés étaient apparus devant eux : « Abeilles de feu ». Bien que la force individuelle de chacun ne soit pas grande, ils étaient les pires adversaires que Shera pouvait affronter avec son arc. Même si elle essayait de combattre le groupe dans son ensemble, elle n’abattrait que quelques insectes.

Il en allait de même pour les Invocations de Rem, car elle n’avait rien dans son arsenal capable d’attaques à grande échelle.

« Argh... Dans ce cas, nous devons vaincre l’Invocateur ! “Asulau” ! » déclara Rem.

Rem avait aussi jeté un cristal. Un bœuf à trois cornes était apparu, mais lui seul ne pourrait pas rivaliser avec un Paladin. Elle ne le savait que trop bien.

Saddler, un Paladin qu’elle avait combattu dans le passé, l’avait facilement vaincue. Les capacités d’Asulau étaient égales à celles d’un guerrier de niveau 40, mais les Paladins étaient approximativement de niveau 100. Avec ça, Rem ne pouvait certainement pas gagner.

Rem avait commencé à appeler d’autres bêtes à son aide. « “Rockpup” et “Libellule”, sortez ! »

Rockpup était une invocation de loup de l’élément de terre de niveau 25. Un peu générique, mais sa morsure était puissante et il chargeait rapidement l’adversaire. Libellule n’était rien de plus qu’une libellule géante, une Invocation élémentaire du vent niveau 20. Elle ne pouvait pas faire beaucoup de dégâts au combat, mais son vol rapide en avait fait un adversaire plutôt agile.

Le maintien de trois Invocations à comparaître avait eu un effet néfaste sur la consommation de mana de Rem, mais sans en tenir compte, Rem avait essuyé la sueur de son front et leur avait donné des ordres.

« Allez, mes Invocations ! Maintenant, Shera ! » déclara Rem.

« C’est vrai ! »

Les trois Invocations avaient chargé le Paladin. Comme elles l’avaient fait, Shera, la véritable force offensive, avait attaqué leur cible. L’épée de Gewalt ne serait pas assez rapide pour faire face aux quatre menaces en même temps.

« Aaah ! Le fait de voir des filles faibles devenir si désespérées..., » les lèvres de Gewalt, décorées de rouge à lèvres, étaient déformées en un sourire extatique. « Je ne me lasserai jamais de ce sentiment de supériorité... Tout simplement ir-ré-sistible ! »

Il avait procédé à une nouvelle Invocation. Des vignes vertes apparurent du sol alors que des roses rouge sang s’épanouissaient devant Gewalt, le cachant de leur vue. Celles-ci avaient dévié à la fois les Invocations de Rem et la flèche de Shera.

« Quoi !? » s’écria Rem.

« Qu’est-ce que c’est que ça !? » demanda Shera.

« Hehe hehe, c’est mon invocation rare, la “Prison de Rose”, » déclara Gewalt avec frivolité, et un sourire fier sur les lèvres. « Il ne peut pas bouger, mais vos attaques n’auront aucun effet sur lui. Je peux juste me détendre ici et regarder mes abeilles de feu faire leur petit travail avec toi, Lumachina. »

D’une part, il avait une Invocation qui, bien que faible individuellement, se déplaçait comme un essaim, d’autre part, il avait une Invocation immobile qui excellait dans la défense. Chacun avait ses inconvénients, mais une fois réunis, ils couvraient les faiblesses de l’autre.

— Il est si fort ! pensa Rem.

Rem serra les dents. Ils étaient tous les deux des Invocateurs, mais la différence dans leurs capacités était le jour et la nuit.

« Dites-moi, Paladin ! Si vous êtes si fort, pourquoi vous êtes-vous tourné vers de tels actes maléfiques ? » demanda Rem.

« Hehe... Tu le dis à l’envers. Pourquoi vivre honnêtement quand j’ai tout ce pouvoir à ma disposition ? Ta logique est chamboulée, chérie. Maiiiiss, c’est assez avec les bavardages — c’est l’heure de mourir ~, » déclara-t-il.

L’essaim d’Abeilles de feu chargea vers elles. Rem s’était préparée au pire, incapable de trouver un moyen de se défendre.

Mais à ce moment-là, un coup de vent avait soufflé dans leur direction, et il s’agissait d’un coup de vent puissant. Le vent avait emporté les abeilles qui s’étaient transformées en un cristal après avoir touché le sol.

« Mes abeilles de feu ! » cria Gewalt en état de choc.

— Était-ce de la magie de l’air ? Serait-ce Diablo !? Se demanda Rem.

Mais les espoirs de Rem furent aussitôt anéantis. La source de cette rafale assez puissante pour projeter une personne dans les airs était descendue d’en haut. Son corps massif masquait la lumière du soleil qui provenait d’en haut. Avec lui qui se tenait dos au soleil, la lumière avait projeté une ombre impressionnante et menaçante en dessous.

« Quoi... ? » Shera, qui avait aussi levé les yeux vers le ciel, chuchota avec les yeux grands ouverts. « Un... dragon ? »

Les écailles de la magnifique créature étaient d’une noirceur pure. En tenant compte du sommet de sa tête cornée à l’extrémité de sa queue solide et lourde, le dragon mesurait probablement 30 mètres.

« Un grand... Dragon noir..., » elle se remémora de la vérité en la laissant sortir à travers ses lèvres tremblantes.

Parmi les espèces connues sous le nom de Dragons, il y en avait qui étaient considérées comme des bêtes magiques, et d’autres qui ne l’étaient pas. Les Dragons noirs n’étaient pas considérés comme des bêtes magiques et ils laissaient des cadavres derrière eux lorsqu’ils étaient vaincus. Les créatures qui n’entraient pas dans cette catégorie étaient généralement classées comme des bêtes ou des monstres.

Mais il y en avait beaucoup qui relevaient d’une troisième catégorie, qui n’était ni les Races ni les Déchus : Dragonkin. C’était parce qu’ils étaient capables — .

 

« Les stupides Dram One perturbent Notre terre. Nous vous donnerons une mort juste et équitable ! »

 

... de télépathie

Cette voix avait résonné dans leur tête. Les dragons étaient incapables de parler, mais ils pouvaient encore communiquer sous une forme. On ne savait pas comment ils l’avaient appris, mais ils étaient néanmoins capables d’employer un langage humain.

« Qu-Qu-Qu’est-ce qu’on va faire, Rem !? » Shera tremblait de terreur.

Il s’était avéré que le douzième étage n’était pas le repaire d’un danseur de la mort, mais d’un « Grand Dragon Noir ».

« ... Argh. C’est comme le panneau disait : Si nous tenions à notre vie, nous aurions dû fuir. Mais..., » déclara Rem.

Si elles rebroussaient chemin maintenant, elles n’obtiendraient jamais le trésor qui pourrait dissiper la Maladie de la Clochette de la Mort.

« Donc nous n’avons pas d’autre choix que de nous battre !? » déclara Rem.

Serrant les dents, Shera avait tendu son arc et projeta une flèche sur le dragon. Son tir avait touché sa cible, s’écrasant contre les écailles du dragon, mais la pétrification n’avait pas eu lieu.

« Pourquoi... !? » demanda Shera, les yeux écarquillés par le choc.

« Oooh... Nous ressentons la puissance du Seigneur Démon dans votre arme, Dram One. Fascinant... Mais cela n’a aucun effet contre Nous. »

« ... Selon toute vraisemblance, l’énergie magique que Klem a mise dans l’arc n’est pas suffisante pour briser à elle seule la résistance magique du dragon, » déclara Rem, essuyant la sueur froide de son front.

La force d’un dragon était déterminée par sa taille, avec un dragon de grande taille comme celui-ci servant probablement de roi dragon dans cette hiérarchie. La quantité de magie que Klem avait accordée pour l’autodéfense n’était tout simplement pas suffisante dans cette situation.

Le dragon avait atterri en provenance du ciel, se plaçant avec facilité sur le sol.

« Si vous n’êtes pas capable de faire plus, Dram Ones, montrez-Nous l’étendue de votre pouvoir ! Jusqu’à ce que le désespoir s’empare de tout, et que vous acceptiez la mort ! »

« Ça ne peut pas être réel ! » le Paladin cria depuis le centre de la grotte.

Après avoir rappelé sa Prison de Rose, Gewalt s’était enfui en courant, essayant de fuir le dragon, puis il avait finalement trouvé refuge en se recroquevillant contre le mur.

« S’il vous plaît, attendez — ne faites pas ça ! Je pars tout de suite ! Ce donjon ne m’a jamais intéressé ! Je voulais juste me débarrasser de ces salopes là-bas ! » cria Gewalt.

Les yeux massifs du dragon regardaient le Paladin de haut.

« Si ce n’est pas le cas, vous ne devez pas Nous interrompre... Nous vous achèverons rapidement par ceci ! »

Rem se souvenait de la description des livres qu’elle avait lus : « Les Dragons Noirs peuvent se servir d’une attaque par Souffle d’Acide pour asperger leurs adversaires d’acide. On dit qu’il est assez puissant pour faire fondre l’épée, l’armure et la chair humaine. »

« Tch ! Ne te crois pas meilleur que moi, espèce de lézard de merde ! Je vais te transformer en steak de dragon avec ça ! Viens à moi, “Ifrit” ! » Le Paladin avait jeté un autre cristal par terre.

Rem n’avait pas pu s’empêcher d’être choquée. Elle en avait entendu parler par des rumeurs, mais c’était la première fois qu’elle voyait cette Invocation de haut niveau. Alors que Gewalt était toujours aussi détestable, sa force était sans aucun doute proche des limites de ce que les Races pouvaient espérer atteindre.

Le cristal aux couleurs de l’arc-en-ciel s’était brisé et une colonne de flammes avait surgi, s’étendant jusqu’aux cieux. Rem avait l’impression que la vague de chaleur allait l’emporter alors qu’un monstre écarlate de flammes apparaissait. C’était comme si la lave avait reçu une forme humaine.

Sur le plant de leur hauteur, Ifrit se tenait debout à la même hauteur que le dragon, alors que le sol se fendait sous ses pieds.

« Argh... Je n’arrive pas à croire... qu’il avait ça dans sa manche pendant tout ce temps ! » Rem avait couvert son visage avec sa main, essayant de se protéger de la chaleur.

S’il avait convoqué Ifrit dès le début, Rem et les autres auraient été tuées avant qu’elles ne le sachent. Alors pourquoi ne l’avait-il pas utilisé ?

Pour une raison très simple. Gewalt agrippait sa poitrine en ce moment, respirant lourdement. Même pour un Invocateur habile comme lui, le maintien d’une invocation de la force d’Ifrit avait fait des ravages massifs sur son mana.

« Whoaaaaa... Qui devrions-nous encourager, Rem ? » Shera regarda les deux monstres, le suspense et l’horreur pesant sur son cœur.

« ... Le Grand Dragon Noir veut nous tuer. S’il bat Ifrit, il n’y a aucun doute que nous sommes les prochains, » déclara Rem.

« Tu as raison ! Alors on devrait encourager l’homme-paladin maintenant, hein !? » demanda Shera.

« ... Mais si Ifrit gagne, il s’en prendra à nous une fois qu’il aura fini avec le dragon, » déclara Rem.

« Eh !? » s’écria Shera.

« ... Notre seule issue est qu’ils finissent par s’entretuer. On devra soutenir celui qui semble perdre. »

Rem avait préparé un cristal dans sa main, en attendant l’occasion d’intervenir.

Shera hocha la tête. « Faisons tout ce qu’on peut pour s’en sortir ! »

Lumachina avait rassemblé ses mains en une prière. « Mon Seigneur, s’il vous plaît... protégez-nous... »

***

Partie 4

Ifrit avait commencé son attaque.

Tant qu’une Invocation restait matérialisée, elle consommait continuellement le mana de son Invocateur, de sorte que les Invocations étaient mal adaptées aux batailles longues. Pour cette raison, Gewalt n’avait pas passé beaucoup de temps à analyser la situation et il avait immédiatement ordonné l’attaque.

Les Dragonkins n’étaient pas seulement puissants, mais aussi emplis de connaissances et sagesses. Selon une théorie, les Dragons héritaient des souvenirs de leurs parents.

« Utilisez pleinement votre pouvoir, Dram One. »

« Oooooo!! »

Ifrit était entré en action pour frapper son adversaire, mais ce n’était qu’une feinte, car il avait saisi l’occasion pour prendre le dragon par les cornes.

« Shaaaa !! » l’invocation avait rugi, alors que de la lave coulait de son abdomen et emportait l’adversaire dans une chaleur infernale.

Il s’agissait de la capacité spéciale d’Ifrit.

L’air tremblait et brûlait. Rem avait mis une seconde à réaliser que c’était le cri du dragon. Sa prise sur le cristal dans sa main s’était resserrée.

— Ainsi, l’Invocation est plus forte... ? Dans ce cas, c’est l’occasion d’attaquer le Paladin pendant qu’il s’occupe de l’invocation d’Ifrit ! Mais si j’attaque trop vite, et que le dragon finit par prendre le dessus, nos vies seraient perdues... Je dois les jauger tous les deux avec soin. Combien de dégâts le Grand Dragon Noir a-t-il subis lors de cette dernière attaque... ? Se demanda Rem.

Ses écailles noires brûlaient et il semblait avoir subi des dommages importants.

« Pas encore ! Continue d’attaquer, Ifrit ! » hurla Gewalt d’un cri rauque.

Ayant changé la plus grande partie de son corps en lave, l’Invocation avait de nouveau pris une forme humanoïde et avait commencé à enfoncer ses poings dans le dragon. Le corps en feu de l’Ifrit n’était pas sa seule arme, même sa puissance d’attaque normale était extraordinaire.

Le corps du dragon, haut de 30 mètres, s’agitait de façon instable, mais les attaques ne cessaient pas. Tout en poussant le dragon contre le mur de la grotte, l’Invocation continua à le frapper impitoyablement.

Alors que l’attaque se poursuivait, le temps passait lentement, et Ifrit libéra une seconde fois sa capacité spéciale. Transformant à nouveau son corps en lave, il affronta le dragon, crachant l’enfer en fusion sur toute sa surface.

« Shhh ! » L’invocation avait sifflé pendant qu’elle attaquait.

— Est-ce fini !? Se demanda Rem.

Rem avait brandi le cristal au-dessus de la tête.

« Non..., » le souffle de Shera s’était coincé dans sa gorge.

En entendant ce murmure, Rem avait renoncé à invoquer quoi que ce soit, car la réaction de Shera était —

 

« Est-ce tout ce que vous avez là, Dram One ? N’avez-vous pas eu assez de désespoir ? Si ce n’est pas vrai, que la mort vous réclame ! »

 

Le dragon, qui avait été frappé sans se défendre jusqu’à présent, s’était élancé vers l’avant avec ses pattes avant en mouvement. Ses griffes avaient fauché Ifrit lorsque l’Invocation avait tenté de revenir à une forme humanoïde, écrasant la moitié supérieure du corps d’Ifrit.

« C’est impossible ! » cria Rem.

Ifrit était une Invocation avec une forme presque indéterminée. Même s’il perdait sa forme, il pourrait se restructurer. Il n’était pas redevenu un cristal, ce qui prouvait qu’il n’avait pas encore été vaincu.

Ifrit avait progressivement pris forme. Puis, visant l’Invocation, le dragon ouvrit ses mâchoires gigantesques.

Rem avait ressenti un frisson qui avait rapidement parcouru le long de sa colonne vertébrale.

— Souffle d’acide !? Et... Je pense qu’on est encore à portée de l’attaque ! Se demanda Rem.

« On doit courir, Lumachina ! » Rem l’avait attrapée par la main.

« O-Oui ! » répondit Lumachina.

« Toi aussi, Shera ! » cria Rem.

« Compris ! » déclara Shera.

Elles s’étaient éloignées de l’entrée. Immédiatement après ça, le Grand Dragon Noir avait craché un brouillard noir directement depuis sa bouche, frappant Ifrit à bout portant.

La lave s’était progressivement liquéfiée, d’une manière différente de son ancienne forme vigoureuse. Il avait fondu et s’était répandu sur le sol avant de disparaître, ne laissant dans son sillage qu’un cristal noir roulant sur le sol.

« Aaaaaaaahhhh ! » Gewalt se tortilla d’agonie. « C’est impossible ! Impossible ! Mon atout a été vaincu ! C’est le plus fort ! Comment l’Invocation la plus forte peut-elle perdre ? »

« Voici la limite des Races. »

Il y avait de la pitié mélangée dans la voix du dragon. Après avoir communiqué par télépathie, le dragon avait balancé la queue vers lui. Après avoir été touché par la chaleur et le souffle acide d’Ifrit, le sol s’était facilement effondré, entaillé par la queue.

Le bout de la queue avait frôlé Gewalt.

« Gah !? » s’écria Gewalt.

Son épée avait été envoyée dans les airs, ainsi que sa main droite, qui la tenait toujours. Le sang avait humidifié le sol sous lui.

« J-Je meurs..., » Gewalt s’écrasa sur le sol.

Le ver-piégeur était alors apparu en dessous de lui.

Les yeux de Rem s’étaient écarquillés. Elle trouvait étrange, d’après ce qu’elle avait entendu, que Gewalt ait été vaincu par l’un des sorts de Diablo, assez puissant pour détruire toute la zone qui les entourait. Alors comment était-il vivant ?

Apparemment, il avait utilisé le ver-piégeur. C’était une Invocation qui s’enfouissait sous terre et qui était capable d’engloutir des gens en entier. Habituellement, il servait à attirer les adversaires dans des pièges, mais Gewalt l’avait utilisé comme moyen de s’échapper.

— Quelle débrouillardise ! pensa Rem.

Il était, sans aucun doute, l’invocateur le plus impressionnant que Rem ait jamais rencontré.

Mais même lui n’était pas à la hauteur du Grand Dragon Noir. Il l’avait peut-être blessé, mais il ne restait aucune occasion dont Rem pouvait profiter.

La queue du dragon s’était encore une fois écrasée sur le sol.

« Nous ne vous permettrons pas de vous échapper ! »

La queue du dragon avait heurté le ver-piégeur, envoyant lui et Gewalt dans un vol plané.

« Gaaah !? »

Le ver s’était écrasé contre le mur et s’était effondré sur le sol, où il restait immobile, mou. Il s’agissait là d’un coup mortel.

— Je n’arrive pas à croire que l’écart de force entre eux était si grand ! pensa Rem.

Soudain, Lumachina, qui courait à côté de Rem, se retourna puis elle commença à courir dans l’autre sens, se précipitant du côté de Gewalt.

« Qu-Qu’est-ce que tu fais !? » s’exclama Rem, abasourdie. Elle avait rejoint Lumachina en toute hâte.

Shera avait également suivi Rem et Lumachina. « N’est-ce pas vraiment mauvais ? Le dragon nous regarde — il nous regarde droit dans les yeux ! »

Mais ces actes d’altruisme avaient fait de Lumachina ce qu’elle était. Les aventuriers comme Rem n’avaient jamais pu comprendre sa façon de penser.

« Êtes-vous toujours en vie !? » Lumachina s’agenouilla près de Gewalt.

« Argh... Euhh... Qu... ? Lu... ma... ma... porcelaine... ? » balbutia Gewalt.

« Tenez le coup, s’il vous plaît ! Je vais vous guérir ! » déclara Lumachina.

« Hehe, hehe... Il semble que j’ai... fait un peu de bêtise... Idiote, vieux moi..., » déclara Gewalt.

À chaque mot qu’il prononçait, le sang coulait de sa bouche. Ses organes internes avaient été apparemment rompus par l’impact. Ses respirations sortaient avec des sifflements bizarres et contre nature.

« Notre Seigneur qui est aux cieux, écoutez cette voix qui cherche le salut, » pria Lumachina. « Guérissez les blessures graves qui tourmentent cet homme. Donnez la clémence et le pardon à ses péchés, et épargnez-lui la vie... »

« Je voulais te tuer... et gagner tout cet argent... pour porter de jolies robes... et m’amuser avec les hommes..., » déclara Gewalt.

« Accordez-lui votre salut ! Accordez-lui votre pardon ! » continua Lumachina.

« Tu es si stupide que ça ? Je... voulais te tuer, et ce lézard de merde... Hehe, je le ferais toujours... si j’avais encore mes mains... Je t’étranglerais... tout de suite ! » déclara Gewalt.

Les deux mains de Gewalt avaient disparu, et ses jambes étaient pliées dans des directions étranges et contre nature. Il s’agissait d’un miracle qu’il soit encore en vie et qu’il respire. Il le devait peut-être à son armure de haut niveau et bien conçu.

« Certes, vos mains sont tachées de péchés douloureux, » déclara Lumachina, continuant à prier. « C’est précisément pourquoi vous devez réfléchir sur vos péchés et les expier. Il n’est pas encore temps pour vous de retourner au côté du Seigneur. S’il vous plaît, continuez à vivre ! »

« Arrête ça... Je ne le ferai jamais, argh — Ahh ! » De grandes quantités de sang avaient taché son armure de plaques d’azur.

« Je vous en supplie, mon Seigneur ! » déclara Lumachina.

« Kuh... Tu perds ton temps... Même Dieu abandonnerait... une vile femme comme moi..., » déclara Gewalt.

« Accordez-lui votre pardon ! Accordez-lui votre miséricorde ! » déclara Lumachina.

Lumachina joignit les mains à sa poitrine, serrant de toutes ses forces le symbole sacré. Une lumière blanche brillait depuis le symbole sacré, enveloppant progressivement le corps de Gewalt.

« La douleur... s’en va ! » déclara-t-il avec les dents serrées. « Arrête ça... S’il te plaît... arrête... As-tu la moindre idée de ce que j’ai fait tout ce temps !? »

« Même quand même, Dieu vous pardonnera sûrement ! » déclara Lumachina.

« Après tout ce temps !? » s’écria Gewalt.

Lumachina avait saisi les mains coupées de Gewalt, qui avaient réapparu à un moment donné.

— Les miracles de la Grande Prêtresse sont-ils vraiment si puissants ? Se demanda Rem.

Les yeux de Rem étaient en état de choc. Elle avait entendu dire que le talent de Lumachina était rare même dans l’histoire de l’Église, et avait déjà été témoin de ses miracles à plusieurs reprises... mais était-elle vraiment aussi douée ?

Rem avait été choquée au-delà des mots.

« Tout va bien se passer. » Lumachina avait souri vivement. « Même quand ils sont au bord de leurs derniers moments, tant que les individus se repentent, Dieu pardonnera tous leurs péchés. »

Les paupières de Gewalt se fermèrent, et une unique goutte transparente s’échappa du coin de ses yeux bien fermés.

« Vraiment... ? Dieu a l’air d’un... homme bon..., » murmura Gewalt.

Son souffle devint progressivement calme et rythmé. Malgré le fait qu’il avait été si profondément blessé, c’était un miracle qu’il soit encore en vie. Il dormait maintenant profondément, comme s’il n’était rien de plus qu’épuisé.

La puissance des miracles de Lumachina était stupéfiante...

Et pourtant, le fait qu’ils se trouvaient encore dans le pire scénario possible n’avait pas changé du tout.

Rem leva les yeux vers le dragon. « Nous n’avons aucune envie de nous battre. Pourriez-vous nous laisser partir ? »

« Oooh...  Une elfe avec un arc enchanté par un Seigneur Démon, et un humain qui a béni avec l’une des ailes de Dieu. Vraiment fascinant... Mais vous... N’êtes-vous pas le réceptacle ? »

« Euh... ? Est-ce que... vous savez pour moi ? » demanda Rem.

« L’âme du Seigneur Démon... Je la sens. »

« ... C’était en moi, dans le passé. Mais je l’ai déjà retiré de mon corps, » déclara Rem.

« À chaque instant, les Drams Ones ne parviennent pas à se comprendre eux-mêmes. Aussi faible soit-elle, elle demeure en vous. »

« Quoi !? Mais alors... » s’écria Rem.

L’âme du Seigneur Démon Krebskulm était scellée dans Rem, et la seule façon de la libérer était soit par la mort de Rem, soit par un certain rituel. Elle avait mis sa foi en Diablo et avait permis que le rituel ait lieu pour qu’ils puissent extraire le Seigneur Démon de l’intérieur de son corps et le vaincre. Mais le Seigneur Démon Krebskulm avait perdu la mémoire, réduit à une fille qui aimait les biscuits et qui ne voulait pas faire de mal aux Races.

Rem avait posé une main sur son ventre.

— Est-ce que l’âme du Seigneur Démon est toujours en moi !? Se demanda-t-elle.

« Nous connaissons le monde, ainsi que la Divine providence. Du Ciel et la Terre. Comme il serait naturel, car en Nous coule le sang des dragons. Nous sommes les héritiers d’un savoir qui remonte à la genèse de ce monde, car il coule dans nos veines, sans fin depuis les temps anciens. Et Nous savons que jusqu’à la fin du monde, cela sera pareil. »

« ... Si votre sagesse est si vaste, ne pourriez-vous pas comprendre notre situation ? S’il vous plaît, épargnez-nous ! » demanda Rem.

— L’âme du Seigneur Démon est toujours en moi ! C’était une raison de plus pour que je ne puisse pas mourir ici ! se dit Rem.

« La vie des Drams Ones n’est qu’un moment éphémère dans les annales du temps. »

« ... Du point de vue des Dragons, c’est peut-être ce qu’il peut vous sembler, » déclara Rem.

« Dans tous les cas, si Nous frappons le réceptacle avec Nos mains, ou les autres insignifiants, cela n’a pas d’importance pour Nous. »

« Quoi !? » s’écria Rem.

« Vos existences sont la même qu’un changement dans les courants des vents... C’est la même chose que de croiser de l’herbe aux couleurs étranges... Avec Notre vie éternelle, vos existences sont aussi insignifiantes qu’une pierre sur le bord de la route... »

« Non ! » cria Rem.

Le Grand Dragon Noir avait rassemblé sous souffle, aspirant l’air avec un sifflement strident.

— Va-t-il utiliser son souffle d’acide ? Se demanda Rem.

Ils n’avaient plus aucun moyen de s’éloigner de sa portée effective. Le fait d’utiliser une Invocation pour se défendre serait probablement inutile, car il pouvait même surmonter une Invocation puissante comme Ifrit d’un seul coup. Les Invocations avec lesquelles Rem avait passé un contrat ne lui auraient pas permis de gagner du temps.

Un brouillard noir avait surgi de l’énorme bouche du Dragon.

 

Mais une lance de lumière perça la mâchoire du dragon.

 

Sa tête avait été dirigée ailleurs, et le souffle d’acide qui s’était répandu sur le mur et les roches qui avaient jonché le sol de la grotte, les faisant fondre

« Une blessure... sur Nous !? Qui êtes-vous !? »

Rem et les deux autres filles avaient tourné leur regard vers l’endroit d’où la lance de lumière avait été tirée. La porte d’entrée était ouverte, et il se tenait là. Même avec une arme et une tenue différentes, et il n’y avait pas de malentendu possible.

Elles pouvaient le voir, la personne en qui elles avaient le plus confiance.

Saisissant une faux de guerre menaçante, l’homme avait ri avec arrogance.

 

« Tu te prends pour un Dieu avec un niveau de 140 ? Ne me fais pas rire, espèce de triton suffisant ! » déclara Diablo.

 

Rem n’avait pas pu retenir les larmes dans ses yeux pendant qu’elle criait : « Diablooo !! »

***

Partie 5

« Dram One ! » Une voix rauque résonnait dans l’esprit de Diablo. « Même si vous savez faire un peu de magie, comment osez-vous Nous frapper, c’est le comble de la folie ! Préparez-vous à abréger votre éphémère vie ! »

Le Grand Dragon Noir avait communiqué par télépathie et, bien qu’il ne l’ait pas laissé paraître, Diablo était surpris.

— Whoa, génial ! Voilà donc à quoi ressemble la télépathie ! C’est comme l’une de ces hallucinations que j’ai après avoir effectué à fond un événement pendant des jours, pensa-t-il.

Alors qu’il mettait de côté cet enthousiasme, malgré toute la fanfaronnade derrière ses railleries, Diablo était dans un état épouvantable en ce moment. Pour commencer, son équipement avait disparu, en termes d’armes et d’armures, il se battait effectivement nu. Et pour couronner le tout, sa vie et son mana avaient tous les deux considérablement diminué. Les perspectives de combattre un monstre de niveau 140 dans cet état étaient terriblement minces.

Diablo avait regardé le dragon de face.

— Cependant, je ne peux pas dire ça..., pensa-t-il.

Le fait que Rem et les autres filles soient encore en vie était un miracle en soi. Lorsqu’il avait entendu les bruits des combats venant du douzième niveau, il s’était senti désespéré et avait senti toute la difficulté quant au fait de le vaincre. En plus d’être de niveau 140, Diablo avait configuré le comportement du Grand Dragon Noir à « Super actif », donc chaque fois qu’il trouvait un aventurier, le dragon essayait toujours de tout faire pour le battre. Il n’y avait pas de place pour la diplomatie avec ce monstre. Il n’arriverait jamais qu’il dorme ou qu’il ne soit pas d’humeur à se battre. Et avec les niveaux de son groupe, la première attaque du dragon serait tout ce qu’il faudrait pour les anéantir.

On aurait dit que les combats étaient féroces. Quelqu’un d’autre que les filles avait-il combattu le dragon ? Qui que ce soit, grâce à lui, Diablo était arrivé à temps.

D’où il se tenait, il ne voyait pas qui était allongé à côté de Lumachina.

« W-Wow, patron..., » Horn s’était mise à cri, en regardant depuis l’ombre de la porte. « C’est un dragon ! Je n’ai jamais vu de dragon ! »

« Ils ne sont pas si rares si tu vas plus loin dans le Domaine du Seigneur Démon. Bien qu’ils soient un peu plus rusés que les bêtes magiques, » déclara Diablo.

« C-Cela sonne comme un problème ! » répliqua Horn.

« Arrête de paniquer. Si tu as si peur, ferme la porte. Je t’appellerai quand je m’en serai occupé. Son souffle d’acide peut t’affecter même derrière une couverture, il suffit de respirer l’acide dans l’air pour brûler tes poumons, » expliqua Diablo.

« Oh-hiss !? » Selon les instructions, Horn avait fermé la porte.

— Ce n’est pas comme si j’y étais moins sensible qu’elle, pensa Diablo.

Un sorcier élémentaliste spécialisé dans la puissance de frappe était faible face aux attaques de zone. L’Anneau du Seigneur Démon détournait tous les sorts, mais une attaque de souffle était considérée comme une aptitude spéciale.

Cependant, Diablo avait un style de combat réservé à ce type d’adversaires.

« Hmph... Je suis un peu pressé, là. Je n’ai ni le loisir ni le désir de perdre mon temps avec des trucs comme toi, Dragonkin inférieur, » déclara Diablo.

« Oh, vous osez rire de Nous. Dans ce cas, selon votre désir, Nous vous donnerons la mort. »

Diablo avait été surpris que le Dragon soit tombé dans le piège. Les monstres qu’il avait placés sur les autres étages avaient tous agi comme il l’avait configuré, à une exception près : lorsque les monstres étaient excités par le chant de Shera.

C’était peut-être parce que Dragonkin pouvait parler, mais les réactions du dragon étaient encore plus éloignées de ce qu’il aurait pu attendre d’une IA.

Diablo pointa sa faux de guerre vers le dragon.

« Viens ici, lumière, rassemble-toi. Fait disparaître les ténèbres et punis ceux qui s’opposent à la Providence —, » déclara Diablo.

« Mourrez sous le poids de votre orgueil, Dram One ! »

En battant des ailes, le Dragon s’éleva dans les airs et commença à charger à Diablo, brandissant ses griffes massives.

Comme Diablo n’avait plus l’effet de réduction du temps d’incantation du Bâton de Tenma, lancer des sorts prenait plus de temps que d’habitude.

— Fais-le à temps, fais-le à temps, je devrais le faire... Très bien ! pensa Diablo.

« “Lance d’Hercule” !! » cria Diablo.

Une lance de lumière, d’environ cinq mètres de long, apparut dans la main de Diablo et s’envola vers l’avant, s’opposant à la charge du dragon. Avec son grand corps, le Dragon n’avait aucun moyen de l’éviter.

La résistance magique de l’adversaire était élevée, mais le niveau de Diablo était plus élevé. L’excès d’énergie magique le compenserait, et Diablo avait déjà confirmé qu’il pouvait blesser le Dragon.

Le sort de l’élément de lumière de niveau 120 — la Lance d’Hercules. La lance de lumière perça le torse du dragon.

Un tremblement avait traversé l’air.

« Hehe, donc tu utilises ta voix quand tu cries, » déclara Diablo en souriant.

« Quel pouvoir ! Nous n’aurions jamais pensé que votre force puisse passer à travers Nos écailles. »

« C’est vrai, je suis puissant. Mais n’es-tu pas trop faible ? Je pensais que tu serais plus fort que ça, » déclara Diablo.

Les monstres dans ce donjon étaient tous du même niveau que Diablo leur avait donné. Ce n’était pas comme dans d’autres endroits où « ils sont plus faibles par rapport au jeu puisqu’ils n’ont pas l’habitude de se battre. »

Pourtant, le Grand Dragon Noir n’était pas aussi fort qu’il devrait l’être. Il avait prévu d’utiliser la Lance d’Hercules pour le menacer et créer une ouverture pour un vrai coup final, mais il n’avait pas prévu de faire autant de dégâts avec le matériel qu’il portait.

Il n’y avait aucune raison mathématique à ce que Diablo puisse faire face à autant de dégâts avec son équipement actuel. Une seule explication lui vient à l’esprit.

— Est-il possible que mon niveau soit supérieur à 150 maintenant ? Se demanda Diablo.

Même s’il considérait cette idée, il continuait à se dire que ses mouvements et le choix des instants où lancer ses sorts étaient impeccables grâce aux habitudes qui lui avaient été inculquées par les innombrables heures passées à jouer au Croisement de la Rêverie.

En l’inclinant de façon à ce qu’il ne touche pas Rem et les autres, Diablo avait lancé un autre sort de lumière sur le dragon. Le Grand Dragon Noir était de l’élément de noirceur, donc les sorts de lumière auraient dû lui infliger 50 % de dégâts en plus.

 

« Vous êtes incroyable, Diablo..., » déclara Rem, sa voix tremblante de crainte et d’étonnement.

« Nous sommes sauvés ! Il est venu nous sauver ! » Shera l’acclamait, enlaçant Lumachina avec excitation.

« Mon Seigneur... Je savais que vous nous protégeriez..., » les larmes de Lumachina coulaient de ses yeux.

 

Les écailles du dragon se brisèrent sous le sort, et du sang brun, de couleur terreuse, se répandit dans la grotte.

« C’est impossible. Cela ne peut pas arriver ! Un dragon... perdant contre un Dram One !? Nous avons été repoussés par l’une des Races !? Cela ne peut pas être... Si cela avait été un groupe, cela n’aurait déjà pas été concevable, mais... »

« Heheheheh... Tu ne comprends toujours pas ? Tu n’es pas face à un simple enfant des Races ! »

« Quoi... !? »

« Je suis Diablo ! Un Seigneur Démon d’un autre monde ! »

« Ah !?? Ce-Ce nom... Diablo... ? Nous en connaissons votre existence... Dans le passé, Nous avons... très certainement connu quelqu’un qui se faisait appeler par ce nom... »

« Oh... ? »

Diablo n’avait pas pu retenir sa surprise. Peut-être que le dragon se souvenait d’avoir été placé ici par Diablo. Pourrait-il avoir des souvenirs du jeu... ?

« Dis-moi crétin... Ces mots te semblent-ils familiers ? Le MMORPG, le Croisement de la Rêverie, » déclara Diablo.

« Argh. Nous ne voulons pas... périr... »

« Hmph. » Juste au moment où Diablo posait cette question, il avait lancé un sort de « Hache du tonnerre » sur le dragon, lui coupant l’une de ses ailes.

« Nous ne voulons pas... périr..., » le dragon s’éloigna en chancelant. « Il ne faut pas que nous mourions ! »

« N’as-tu pas dit tout à l’heure qu’il importe peu qu’ils meurent maintenant ou plus tard ? » demanda Diablo.

« Nous n’avons pas encore produit de descendance... C’est là qu’est, non, un... pour hériter de Nos souvenirs... »

« Espèce d’imbécile..., » déclara Diablo, en abaissant sa faux de guerre.

Alors qu’il tourna le dos au dragon, il refusa de poursuivre son attaque et poussa plutôt un lourd soupir morose.

 

— Je comprends maintenant. Toi aussi, tu es vierge, n’est-ce pas ?

 

Diablo pensait que, puisque les Dragonkins étaient si peu nombreux, trouver un compagnon devait avoir été difficile.

Le dragon s’était enfui vers l’arrière de la grotte, laissant des taches de son sang brun foncé sur le sol.

— Après tout, il ne peut plus voler, pensa Diablo.

Mais dans la direction où il se dirigeait, une fille toute seule se tenait debout.

« Quoi !? Non ! » s’exclama Diablo en état de choc.

Il n’avait aucune idée de qui était la fille, mais il l’avait remarquée beaucoup trop tard. Le Grand Dragon Noir fixa du regard la jeune fille qui se tenait sur son chemin avec des yeux injectés de sang.

« Ne vous mettez pas... sur Notre chemin ! Il ne faut pas que Nous mourions ! Nous ne pouvons pas encore mourir ! »

La jeune fille brossa ses cheveux violets, alors que l’expression de son visage ne changeait pas du tout.

 

« Qui a approuvé ta retraite ? Tu es le gardien du douzième étage... Désobéir aux ordres du Maître est passible de la peine de mort, » déclara la femme.

 

Les yeux de Diablo s’ouvrirent en grand en raison de la surprise. Ces vêtements, cette apparence...

Il se souvenait d’elle.

— Ce n’est pas possible, n’est-ce pas... !? pensa Diablo.

« Dégagez ! Si vous restez sur Notre chemin, vous n’échapperez pas à Notre colère, » le dragon l’avait menacée.

De la fumée noire s’échappait de sa gorge et de son corps perforés. Alors que sa puissance était quelque peu diminuée, le dragon lâcha son souffle d’acide sur la fille.

La jeune fille avait déplacé les objets se trouvant dans ses mains : une épée avec une lame double qui s’étendait de chaque extrémité et une tronçonneuse avec une lame faite de faisceaux d’énergie brillants qui tournait sur elle-même. Des armes aussi éloignées et étrangères qu’on pourrait l’être du Moyen-Âge.

« Alors, il est temps de nettoyer, » déclara la femme.

Au moment où l’haleine acide était sur le point de frapper la fille, cela s’était progressivement dissipé, et le brouillard acide ne l’avait pas atteinte.

« Comment osez-vous, simple outil de nettoyage... !? » le dragon hurla.

« Donc, tu appellerais Rose comme étant un outil... Très bien, très bien. Alors, Rose a d’autant plus de raisons de se débarrasser de toi. Le maître est le seul qui peut traiter Rose comme un outil, » déclara-t-elle.

La fille qui s’appelait Rose avait enfoncé ses armes dans le sol. Alors que son souffle avait été bloqué, le dragon se mit à la frapper avec ses griffes.

« Vous regretterez d’être resté debout face à Nous, Poupée ! »

Rose, qui n’avait pas changé d’expression jusqu’à présent, grinça des dents et beugla : « N’appelle pas Rose... une poupée !! »

Une épée massive était apparue de nulle part, très semblable en apparence à l’épée de science-fiction que la jeune fille maniait auparavant.

Une main d’acier avait saisi le manche de l’épée. Elle semblait blindée, mais Diablo avait remarqué les charnières au niveau de ses articulations. Des tuyaux le traversaient comme des artères, et Diablo pouvait voir des symboles et des lettres, comme ceux que l’on voyait sur un cercle magique, gravés sur eux. Les symboles brillaient jusqu’aux doigts, comme s’ils distribuaient de l’énergie.

Le bras mécanique s’était déplacé, déviant les griffes du dragon avec l’épée à deux lames et repoussant le dragon avec une unique frappe.

« Oh... Oh... Oh !? »

« Hehe... hehe... hehe... Hahahahaha ! Tu essayes de battre Rose dans un concours de force !? Espèce d’idiot de lézard ! » déclara Rose.

Le bras mécanique qui planait derrière Rose faisait partie d’elle. Il avait brisé les griffes du dragon et lui coupa les pattes avant écaillées, répandant de grandes quantités de sang sur le sol lorsque les cris de douleur du dragon secouèrent à nouveau l’air.

« Inconcevable... Le fait que vous Nous ayez fait autant de mal... »

« Malgré toutes tes vantardises, Rose pensait que tes écailles seraient un peu plus dures que ça. Rose te fera savoir qu’elle ne faisait que s’échauffer, » déclara Rose.

« Qu... oi... !? »

« Maintenant ! Il est temps pour toi d’expier tes crimes par la mort ! “Crius” !! » déclara Rose.

La main qui flottait derrière elle frappa horizontalement avec l’épée avec aisance, ce qui aurait dû être impossible vu son poids. L’épée bougeait si vite que Diablo avait du mal à suivre le fil du tranchant avec ses yeux.

Le vent avait hurlé et sifflé pendant qu’elle se déplaçait. L’épée dansait, brisant les écailles du dragon, fendant sa chair, brisant ses os et peignant la grotte avec son sang brun.

Finalement, le torse du Grand Dragon Noir fut coupé en deux.

« Gah! »

« Tais-toi, » déclara Rose.

Pour finir, elle avait enfoncé l’épée dans la tête de la bête écrasée sur le sol. La télépathie du dragon avait ainsi disparu de l’esprit de Diablo.

Puis, après ça, Rose tourna son regard vers Rem et les autres.

« Reste-t-il encore quelqu’un ? Rose n’est pas la gardienne du douzième étage, mais il y a encore besoin de vous nettoyer —, » commença Rose.

Les yeux d’émeraude de la fille avaient alors rencontré ceux de Diablo. Il n’y avait aucun doute — .

Il se souvenait d’elle.

Lorsqu’il avait réalisé son donjon dans le Croisement de la Rêverie, Diablo avait installé un certain meuble dans sa « Chambre du Seigneur Démon ». C’était un objet que l’on pouvait acheter avec la monnaie du jeu, appelée « Servante Magimatique ». Bien qu’elle ait l’air humaine, c’était en fait un automate qui fonctionnait à l’aide de la magie... ou du moins, c’était ce que disait la description du jeu. Selon cette même description, ses capacités de combat étaient censées être très élevées et elle aurait dû avoir de nombreuses caractéristiques pratiques, mais rien de tout cela n’avait été mis en œuvre dans le jeu. Elle se promenait sans but dans la pièce avec un aspirateur à la main, ce qui lui valut le surnom de « Roomba » sur les forums.

En se souvenant de cette époque, Diablo avait été saisi d’émotion.

« Tu te souviens de ces temps-là, Rose ? » demanda Diablo.

« Maî... tre... ? » demanda Rose.

« Je suis Diablo... Non. Peut-être me connais-tu mieux sous le nom de @Diablo-13, » déclara Diablo.

Rose se figea en état de choc. L’épée à deux lames tomba de sa main et claqua contre le sol avec une clameur puissante et retentissante. Le bras mécanique qui planait derrière elle avait disparu sans un son.

Peut-être que dans ce monde, cela avait agi comme une invocation ? Il n’existait que dans l’historique du jeu, mais n’avait jamais été réellement mis en service dans le jeu, donc Diablo n’avait aucun moyen de savoir, mais la force de Rose était sans doute exceptionnelle.

Diablo s’était approché d’elle.

« Je suis enfin de retour, Rose, » déclara Diablo.

Ses épaules tremblaient et ses yeux s’élargissaient sous le choc alors que de belles larmes transparentes coulaient le long de ses belles joues.

Elle chuchota de nouveau avec un tremblement dans sa voix, « B... Bon retour... mon Maître... »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour les chapitres.

  2. L'amateur d'aéroplanes

    Notre paladin est un homme, une femme ou un transgenre ?!? 😂

    • une femme coincé dans le corps d'un homme (ou du moin c'est comme cela qu'il se sent ) donc en gros un homme qui se sens femme interieurement

Laisser un commentaire