Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Chapitre 4 : Sauver ses compagnons

Partie 4

Ifrit avait commencé son attaque.

Tant qu’une Invocation restait matérialisée, elle consommait continuellement le mana de son Invocateur, de sorte que les Invocations étaient mal adaptées aux batailles longues. Pour cette raison, Gewalt n’avait pas passé beaucoup de temps à analyser la situation et il avait immédiatement ordonné l’attaque.

Les Dragonkins n’étaient pas seulement puissants, mais aussi emplis de connaissances et sagesses. Selon une théorie, les Dragons héritaient des souvenirs de leurs parents.

« Utilisez pleinement votre pouvoir, Dram One. »

« Oooooo!! »

Ifrit était entré en action pour frapper son adversaire, mais ce n’était qu’une feinte, car il avait saisi l’occasion pour prendre le dragon par les cornes.

« Shaaaa !! » l’invocation avait rugi, alors que de la lave coulait de son abdomen et emportait l’adversaire dans une chaleur infernale.

Il s’agissait de la capacité spéciale d’Ifrit.

L’air tremblait et brûlait. Rem avait mis une seconde à réaliser que c’était le cri du dragon. Sa prise sur le cristal dans sa main s’était resserrée.

— Ainsi, l’Invocation est plus forte... ? Dans ce cas, c’est l’occasion d’attaquer le Paladin pendant qu’il s’occupe de l’invocation d’Ifrit ! Mais si j’attaque trop vite, et que le dragon finit par prendre le dessus, nos vies seraient perdues... Je dois les jauger tous les deux avec soin. Combien de dégâts le Grand Dragon Noir a-t-il subis lors de cette dernière attaque... ? Se demanda Rem.

Ses écailles noires brûlaient et il semblait avoir subi des dommages importants.

« Pas encore ! Continue d’attaquer, Ifrit ! » hurla Gewalt d’un cri rauque.

Ayant changé la plus grande partie de son corps en lave, l’Invocation avait de nouveau pris une forme humanoïde et avait commencé à enfoncer ses poings dans le dragon. Le corps en feu de l’Ifrit n’était pas sa seule arme, même sa puissance d’attaque normale était extraordinaire.

Le corps du dragon, haut de 30 mètres, s’agitait de façon instable, mais les attaques ne cessaient pas. Tout en poussant le dragon contre le mur de la grotte, l’Invocation continua à le frapper impitoyablement.

Alors que l’attaque se poursuivait, le temps passait lentement, et Ifrit libéra une seconde fois sa capacité spéciale. Transformant à nouveau son corps en lave, il affronta le dragon, crachant l’enfer en fusion sur toute sa surface.

« Shhh ! » L’invocation avait sifflé pendant qu’elle attaquait.

— Est-ce fini !? Se demanda Rem.

Rem avait brandi le cristal au-dessus de la tête.

« Non..., » le souffle de Shera s’était coincé dans sa gorge.

En entendant ce murmure, Rem avait renoncé à invoquer quoi que ce soit, car la réaction de Shera était —

 

« Est-ce tout ce que vous avez là, Dram One ? N’avez-vous pas eu assez de désespoir ? Si ce n’est pas vrai, que la mort vous réclame ! »

 

Le dragon, qui avait été frappé sans se défendre jusqu’à présent, s’était élancé vers l’avant avec ses pattes avant en mouvement. Ses griffes avaient fauché Ifrit lorsque l’Invocation avait tenté de revenir à une forme humanoïde, écrasant la moitié supérieure du corps d’Ifrit.

« C’est impossible ! » cria Rem.

Ifrit était une Invocation avec une forme presque indéterminée. Même s’il perdait sa forme, il pourrait se restructurer. Il n’était pas redevenu un cristal, ce qui prouvait qu’il n’avait pas encore été vaincu.

Ifrit avait progressivement pris forme. Puis, visant l’Invocation, le dragon ouvrit ses mâchoires gigantesques.

Rem avait ressenti un frisson qui avait rapidement parcouru le long de sa colonne vertébrale.

— Souffle d’acide !? Et... Je pense qu’on est encore à portée de l’attaque ! Se demanda Rem.

« On doit courir, Lumachina ! » Rem l’avait attrapée par la main.

« O-Oui ! » répondit Lumachina.

« Toi aussi, Shera ! » cria Rem.

« Compris ! » déclara Shera.

Elles s’étaient éloignées de l’entrée. Immédiatement après ça, le Grand Dragon Noir avait craché un brouillard noir directement depuis sa bouche, frappant Ifrit à bout portant.

La lave s’était progressivement liquéfiée, d’une manière différente de son ancienne forme vigoureuse. Il avait fondu et s’était répandu sur le sol avant de disparaître, ne laissant dans son sillage qu’un cristal noir roulant sur le sol.

« Aaaaaaaahhhh ! » Gewalt se tortilla d’agonie. « C’est impossible ! Impossible ! Mon atout a été vaincu ! C’est le plus fort ! Comment l’Invocation la plus forte peut-elle perdre ? »

« Voici la limite des Races. »

Il y avait de la pitié mélangée dans la voix du dragon. Après avoir communiqué par télépathie, le dragon avait balancé la queue vers lui. Après avoir été touché par la chaleur et le souffle acide d’Ifrit, le sol s’était facilement effondré, entaillé par la queue.

Le bout de la queue avait frôlé Gewalt.

« Gah !? » s’écria Gewalt.

Son épée avait été envoyée dans les airs, ainsi que sa main droite, qui la tenait toujours. Le sang avait humidifié le sol sous lui.

« J-Je meurs..., » Gewalt s’écrasa sur le sol.

Le ver-piégeur était alors apparu en dessous de lui.

Les yeux de Rem s’étaient écarquillés. Elle trouvait étrange, d’après ce qu’elle avait entendu, que Gewalt ait été vaincu par l’un des sorts de Diablo, assez puissant pour détruire toute la zone qui les entourait. Alors comment était-il vivant ?

Apparemment, il avait utilisé le ver-piégeur. C’était une Invocation qui s’enfouissait sous terre et qui était capable d’engloutir des gens en entier. Habituellement, il servait à attirer les adversaires dans des pièges, mais Gewalt l’avait utilisé comme moyen de s’échapper.

— Quelle débrouillardise ! pensa Rem.

Il était, sans aucun doute, l’invocateur le plus impressionnant que Rem ait jamais rencontré.

Mais même lui n’était pas à la hauteur du Grand Dragon Noir. Il l’avait peut-être blessé, mais il ne restait aucune occasion dont Rem pouvait profiter.

La queue du dragon s’était encore une fois écrasée sur le sol.

« Nous ne vous permettrons pas de vous échapper ! »

La queue du dragon avait heurté le ver-piégeur, envoyant lui et Gewalt dans un vol plané.

« Gaaah !? »

Le ver s’était écrasé contre le mur et s’était effondré sur le sol, où il restait immobile, mou. Il s’agissait là d’un coup mortel.

— Je n’arrive pas à croire que l’écart de force entre eux était si grand ! pensa Rem.

Soudain, Lumachina, qui courait à côté de Rem, se retourna puis elle commença à courir dans l’autre sens, se précipitant du côté de Gewalt.

« Qu-Qu’est-ce que tu fais !? » s’exclama Rem, abasourdie. Elle avait rejoint Lumachina en toute hâte.

Shera avait également suivi Rem et Lumachina. « N’est-ce pas vraiment mauvais ? Le dragon nous regarde — il nous regarde droit dans les yeux ! »

Mais ces actes d’altruisme avaient fait de Lumachina ce qu’elle était. Les aventuriers comme Rem n’avaient jamais pu comprendre sa façon de penser.

« Êtes-vous toujours en vie !? » Lumachina s’agenouilla près de Gewalt.

« Argh... Euhh... Qu... ? Lu... ma... ma... porcelaine... ? » balbutia Gewalt.

« Tenez le coup, s’il vous plaît ! Je vais vous guérir ! » déclara Lumachina.

« Hehe, hehe... Il semble que j’ai... fait un peu de bêtise... Idiote, vieux moi..., » déclara Gewalt.

À chaque mot qu’il prononçait, le sang coulait de sa bouche. Ses organes internes avaient été apparemment rompus par l’impact. Ses respirations sortaient avec des sifflements bizarres et contre nature.

« Notre Seigneur qui est aux cieux, écoutez cette voix qui cherche le salut, » pria Lumachina. « Guérissez les blessures graves qui tourmentent cet homme. Donnez la clémence et le pardon à ses péchés, et épargnez-lui la vie... »

« Je voulais te tuer... et gagner tout cet argent... pour porter de jolies robes... et m’amuser avec les hommes..., » déclara Gewalt.

« Accordez-lui votre salut ! Accordez-lui votre pardon ! » continua Lumachina.

« Tu es si stupide que ça ? Je... voulais te tuer, et ce lézard de merde... Hehe, je le ferais toujours... si j’avais encore mes mains... Je t’étranglerais... tout de suite ! » déclara Gewalt.

Les deux mains de Gewalt avaient disparu, et ses jambes étaient pliées dans des directions étranges et contre nature. Il s’agissait d’un miracle qu’il soit encore en vie et qu’il respire. Il le devait peut-être à son armure de haut niveau et bien conçu.

« Certes, vos mains sont tachées de péchés douloureux, » déclara Lumachina, continuant à prier. « C’est précisément pourquoi vous devez réfléchir sur vos péchés et les expier. Il n’est pas encore temps pour vous de retourner au côté du Seigneur. S’il vous plaît, continuez à vivre ! »

« Arrête ça... Je ne le ferai jamais, argh — Ahh ! » De grandes quantités de sang avaient taché son armure de plaques d’azur.

« Je vous en supplie, mon Seigneur ! » déclara Lumachina.

« Kuh... Tu perds ton temps... Même Dieu abandonnerait... une vile femme comme moi..., » déclara Gewalt.

« Accordez-lui votre pardon ! Accordez-lui votre miséricorde ! » déclara Lumachina.

Lumachina joignit les mains à sa poitrine, serrant de toutes ses forces le symbole sacré. Une lumière blanche brillait depuis le symbole sacré, enveloppant progressivement le corps de Gewalt.

« La douleur... s’en va ! » déclara-t-il avec les dents serrées. « Arrête ça... S’il te plaît... arrête... As-tu la moindre idée de ce que j’ai fait tout ce temps !? »

« Même quand même, Dieu vous pardonnera sûrement ! » déclara Lumachina.

« Après tout ce temps !? » s’écria Gewalt.

Lumachina avait saisi les mains coupées de Gewalt, qui avaient réapparu à un moment donné.

— Les miracles de la Grande Prêtresse sont-ils vraiment si puissants ? Se demanda Rem.

Les yeux de Rem étaient en état de choc. Elle avait entendu dire que le talent de Lumachina était rare même dans l’histoire de l’Église, et avait déjà été témoin de ses miracles à plusieurs reprises... mais était-elle vraiment aussi douée ?

Rem avait été choquée au-delà des mots.

« Tout va bien se passer. » Lumachina avait souri vivement. « Même quand ils sont au bord de leurs derniers moments, tant que les individus se repentent, Dieu pardonnera tous leurs péchés. »

Les paupières de Gewalt se fermèrent, et une unique goutte transparente s’échappa du coin de ses yeux bien fermés.

« Vraiment... ? Dieu a l’air d’un... homme bon..., » murmura Gewalt.

Son souffle devint progressivement calme et rythmé. Malgré le fait qu’il avait été si profondément blessé, c’était un miracle qu’il soit encore en vie. Il dormait maintenant profondément, comme s’il n’était rien de plus qu’épuisé.

La puissance des miracles de Lumachina était stupéfiante...

Et pourtant, le fait qu’ils se trouvaient encore dans le pire scénario possible n’avait pas changé du tout.

Rem leva les yeux vers le dragon. « Nous n’avons aucune envie de nous battre. Pourriez-vous nous laisser partir ? »

« Oooh...  Une elfe avec un arc enchanté par un Seigneur Démon, et un humain qui a béni avec l’une des ailes de Dieu. Vraiment fascinant... Mais vous... N’êtes-vous pas le réceptacle ? »

« Euh... ? Est-ce que... vous savez pour moi ? » demanda Rem.

« L’âme du Seigneur Démon... Je la sens. »

« ... C’était en moi, dans le passé. Mais je l’ai déjà retiré de mon corps, » déclara Rem.

« À chaque instant, les Drams Ones ne parviennent pas à se comprendre eux-mêmes. Aussi faible soit-elle, elle demeure en vous. »

« Quoi !? Mais alors... » s’écria Rem.

L’âme du Seigneur Démon Krebskulm était scellée dans Rem, et la seule façon de la libérer était soit par la mort de Rem, soit par un certain rituel. Elle avait mis sa foi en Diablo et avait permis que le rituel ait lieu pour qu’ils puissent extraire le Seigneur Démon de l’intérieur de son corps et le vaincre. Mais le Seigneur Démon Krebskulm avait perdu la mémoire, réduit à une fille qui aimait les biscuits et qui ne voulait pas faire de mal aux Races.

Rem avait posé une main sur son ventre.

— Est-ce que l’âme du Seigneur Démon est toujours en moi !? Se demanda-t-elle.

« Nous connaissons le monde, ainsi que la Divine providence. Du Ciel et la Terre. Comme il serait naturel, car en Nous coule le sang des dragons. Nous sommes les héritiers d’un savoir qui remonte à la genèse de ce monde, car il coule dans nos veines, sans fin depuis les temps anciens. Et Nous savons que jusqu’à la fin du monde, cela sera pareil. »

« ... Si votre sagesse est si vaste, ne pourriez-vous pas comprendre notre situation ? S’il vous plaît, épargnez-nous ! » demanda Rem.

— L’âme du Seigneur Démon est toujours en moi ! C’était une raison de plus pour que je ne puisse pas mourir ici ! se dit Rem.

« La vie des Drams Ones n’est qu’un moment éphémère dans les annales du temps. »

« ... Du point de vue des Dragons, c’est peut-être ce qu’il peut vous sembler, » déclara Rem.

« Dans tous les cas, si Nous frappons le réceptacle avec Nos mains, ou les autres insignifiants, cela n’a pas d’importance pour Nous. »

« Quoi !? » s’écria Rem.

« Vos existences sont la même qu’un changement dans les courants des vents... C’est la même chose que de croiser de l’herbe aux couleurs étranges... Avec Notre vie éternelle, vos existences sont aussi insignifiantes qu’une pierre sur le bord de la route... »

« Non ! » cria Rem.

Le Grand Dragon Noir avait rassemblé sous souffle, aspirant l’air avec un sifflement strident.

— Va-t-il utiliser son souffle d’acide ? Se demanda Rem.

Ils n’avaient plus aucun moyen de s’éloigner de sa portée effective. Le fait d’utiliser une Invocation pour se défendre serait probablement inutile, car il pouvait même surmonter une Invocation puissante comme Ifrit d’un seul coup. Les Invocations avec lesquelles Rem avait passé un contrat ne lui auraient pas permis de gagner du temps.

Un brouillard noir avait surgi de l’énorme bouche du Dragon.

 

Mais une lance de lumière perça la mâchoire du dragon.

 

Sa tête avait été dirigée ailleurs, et le souffle d’acide qui s’était répandu sur le mur et les roches qui avaient jonché le sol de la grotte, les faisant fondre

« Une blessure... sur Nous !? Qui êtes-vous !? »

Rem et les deux autres filles avaient tourné leur regard vers l’endroit d’où la lance de lumière avait été tirée. La porte d’entrée était ouverte, et il se tenait là. Même avec une arme et une tenue différentes, et il n’y avait pas de malentendu possible.

Elles pouvaient le voir, la personne en qui elles avaient le plus confiance.

Saisissant une faux de guerre menaçante, l’homme avait ri avec arrogance.

 

« Tu te prends pour un Dieu avec un niveau de 140 ? Ne me fais pas rire, espèce de triton suffisant ! » déclara Diablo.

 

Rem n’avait pas pu retenir les larmes dans ses yeux pendant qu’elle criait : « Diablooo !! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre ! Ça pourrait être drôle si le dragon reconnaissait Diablo en mode «c'est un plaisir de vous revoir maitre»

Laisser un commentaire