Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : Nettoyage d’un donjon

Partie 2

La porte du troisième étage portait l’inscription « F43 », dans la langue de ce monde. Étant aussi court que cela l’était, Diablo pouvait le comprendre.

— C’est ainsi que vous l’écrivez ici... Ce ne serait probablement pas trop mal d’apprendre la langue de Lyferia, pensa Diablo.

L’idée derrière ce niveau était un hommage à un vieux jeu rétro... Mais comme ce jeu n’existait pas dans ce monde, il n’y avait pratiquement aucun indice sur la façon de le résoudre.

Essentiellement, vous devriez vaincre différents slimes colorés dans un certain ordre pour déverrouiller l’escalier menant à l’étage suivant. Leur positionnement et leurs mouvements étaient aléatoires, mais comme les slimes étaient lents à se déplacer et que le dédale n’était pas particulièrement grand, ils l’avaient nettoyé en un rien de temps.

 

Le quatrième étage —

Tu penses que tu peux passer au niveau suivant !? pensa-t-il.

Dès qu’ils avaient franchi la porte, des vagues de chaleur les avaient assaillis.

« Q-Qu’est-ce que c’est que ça ? » L’expression de Rem avait été déformée par la surprise.

« Heee ! Rem, regarde ça ! » hurla Shera, jetant un coup d’œil depuis la roche qui leur servait d’appui.

Là, ils avaient vu une flaque de lave rouge vif et bouillonnante. La chaleur torride qui en émanait remplissait la pièce d’une chaleur brûlante.

« ... Il ne devrait pas y avoir de volcans dans la région, » déclara Rem avec méfiance. « Et nous n’avons pas voyagé si profondément sous terre pour que nous trouvions normalement de la lave. Est-ce une sorte d’illusion magique ? »

« Une illusion serait-elle si... chaude ? » demanda Lumachina, tremblante de sueur. Peut-être qu’elle avait du mal dans les endroits chauds.

« ... C’est vrai, ce n’est pas une illusion. » Rem avait essuyé un peu de sueur sur son front. « Mais je crois qu’on peut supposer que cette lave a été invoquée à l’aide de la magie. »

« Quoi que ce soit, allons-y ! Si on reste ici plus longtemps, je vais me transformer en tarte au Marcheur des Herbes ! » déclara Horn.

Le plaidoyer de Horn était justifié, mais en regardant vers l’avant, la zone de roche sur laquelle ils se tenaient avait été coupée à quelques pas de là où ils se tenaient.

 

☆☆☆

Une fosse pleine de lave s’étendait au-delà, avec des fils qui rejoignaient d’un côté du ravin à l’autre. Une gondole se déplaçait le long de ces câbles.

« ... Peut-être qu’on peut aller de l’autre côté avec ça ? »

« Ouchie ! »

Touchant la surface de la gondole métallique, Shera grinça avec force, avec le bout de ses doigts rouge. On aurait dit qu’elle s’était brûlée.

« Oh mon Dieu..., » Lumachina avait tendu la main. « Dieu qui réside dans les terres bénies, ayez pitié de votre pieu croyant... “Soins Léger” ! »

La lumière avait jailli des mains de Lumachina, guérissant les doigts brûlés de Shera en un instant. La princesse elfe avait souri avec gratitude.

« Wôw, Lumachina ! Merci ! » déclara Shera.

« Toute appréciation que vous ressentez ne devrait pas s’adresser à moi, mais à Dieu, » déclara Lumachina.

« C’est vrai ! Merci mille fois, mon Dieu ! » déclara Shera.

« ... Tu sais bien à quel point cette zone est chaude. Alors pourquoi touches-tu une gondole métallique, espèce d’elfe stupide et attardée ? » Rem soupira d’exaspération. « Même Dieu finira par manquer de patience avec toi. »

« Mais je voulais voir si cela bougeait ! » déclara Shera.

« Alors tu aurais dû au moins mettre des gants en cuir ! » déclara Rem.

« Oh, c’est vrai ! Nous en avons, n’est-ce pas..., » déclara Shera.

Rem avait ses gants de fer. Elle était une invocatrice, mais elle était aussi capable d’utiliser ses poings dans les combats rapprochés, et elle portait des gantelets comme arme de prédilection.

« Rem, n’avez-vous pas aussi chaud ? » demanda Lumachina.

« ... Pourquoi ? Oui, j’ai très chaud..., » répondit Rem.

« J’ai l’impression de mourir ici..., » Horn était le plus épuisé du groupe.

— Un Roublard offensif, et un garçon en plus, perdant en force devant deux filles, l’une d’elles étant rien de moins qu’une guérisseuse. C’est pathétique, non ? Tu n’as pas seulement l’air d’un enfant, tu es aussi faible qu’un enfant à l’intérieur ! pensa Diablo.

Cela dit, Diablo n’aurait jamais imaginé qu’il ferait aussi chaud. Il avait conçu à la fois la lave et la nacelle, mais dans le jeu, ils n’étaient que des graphismes conçus pour ressembler à une grotte chaude et brûlante. C’était comme s’il était en train d’être cuit vif.

— Si on ne quitte pas cet étage rapidement, on va tous se déshydrater à mort, pensa-t-il.

Ils étaient montés à bord de la nacelle et, à l’aide d’un levier, ils avaient commencé à se déplacer dans le ravin, le compartiment secouant et basculant tout le long du chemin.

« Ça tremble, ça tremble ! » cria Shera d’une manière hystérique.

Rem l’avait regardée avec dédain. « Tais-toi, il y a peut-être des monstres dans le coin. Essayes-tu de nous faire repérer ? »

« Ah, ouais..., » déclara Shera.

« Tu peux dormir tranquille. » Diablo haussa les épaules. « Il ne devrait pas y avoir de monstres au quatrième étage. Mais il ne s’agit pas seulement de se balancer en nacelle. C’est maintenant que nous allons vivre la véritable horreur de ce dédale. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Rem.

La nacelle s’arrêta soudain et Horn poussa un cri aigu.

« Aaaaaah, ça s’est arrêté ! On est foutus ! On va se faire griller ici ! » cria Horn.

« Silence. Si tu as si chaud, enlève ton équipement inutile. Une armure de cuir normal et non enchanté ne fera rien d’autre que de t’alourdir contre les monstres qui nous attendent, » déclara Diablo.

« Ohhhh..., » s’exclama Horn.

« Vous tous, ne vous embêtez pas avec ça et concentrez-vous sur vos questions. Votre tour viendra bientôt, » déclara Diablo.

« Hein ? »

Un ding, dong résonnait, comme si quelqu’un faisait sonner une cloche.

 

« Vous voulez passer par ici ? Oooooooooh !! »

 

Une voix leur avait crié dessus venant de nulle part.

Diablo avait essuyé la sueur de son visage. Il n’aurait jamais imaginé qu’il aurait à vivre cela, et avec rien de moins qu’un groupe... C’était vraiment une situation horrible.

 

« Nous allons maintenant faire un jeu-questionnaire ! Si vous répondez bien à votre question, la nacelle progressera ! Si vous vous trompez, les fils vont se relâcher ! Ce sera le paradis ou l’enfer ? C’est un jeu-questionnaire sur la lave, le cœur battant, l’ultra super jeu-questionnaire !! »

 

— Il y avait cette émission de télé que je regardais quand j’ai atteint ce niveau. Pour une raison quelconque, je suis resté debout trois nuits d’affilée à le regarder, et j’étais vraiment accro, pensa Diablo.

Mais en subissant l’expérience en direct, Diablo avait finalement réalisé...

C’est trop mielleux..., pensa-t-il.

Il aurait aimé pouvoir remonter le temps et se dire qu’il ne fallait pas mettre ça là-dedans. S’il le pouvait, il voulait rénover complètement ce niveau. Dès que possible. Genre, tout de suite.

Encore une autre raison de ne pas dire aux autres qu’il avait fait ce donjon...

 

« Tout le groupe répondra à tour de rôle aux questions de ce jeu-questionnaire ! »

 

La mâchoire de Diablo se serra. C’était lui qui avait fait le jeu-questionnaire, il pouvait donc répondre à n’importe quelle question, peu importe la difficulté. Mais les règles disaient que tout le monde devait participer. Si quelqu’un n’était pas assez malin pour répondre à la bonne question, il ferait tomber tout le monde.

C’était une règle destinée à briser les amitiés.

Les groupes avaient souvent des membres bons et d’autres inutiles. Cette règle avait été conçue pour pointer du doigt les perdants, les mettre dans le pétrin et les punir par le groupe. C’était comme un concours de corde à sauter à l’échelle de la classe : Si une seule personne avait eu le mauvais minutage pour sauter, toute la classe avait échoué. Une règle vicieuse, destinée uniquement à exposer les membres inutiles du groupe.

— Eh bien, ça ne marcherait pas vraiment avec des amis assez proches pour parler en chat ou dans la vraie vie, pensa-t-il.

Mais le problème avec cet étage était de savoir si Rem et les autres seraient capables de répondre un jeu-questionnaire plein de questions sur le Croisement de la Rêverie. C’était un autre monde, sans programme de discussion, sans téléphone ni amis dans votre chambre à consulter.

 

« Question ! Lequel n’a aucun effet sur un Cyclope Crocodile ? Magie ou armes ? »

 

Rem leva la main. « C’est la magie. »

Même si le jeu-questionnaire avait commencé si soudainement, Rem s’était spontanément portée volontaire pour répondre en premier. Son raisonnement et son assurance étaient extraordinaires. Après un moment de silence...

 

« La réponse est... La magie n’a aucun effet sur elle ! Fantastique ! »

 

La nacelle s’était mise à trembler à mesure qu’elle avançait de plusieurs mètres vers la sortie.

« À ce rythme, il ne nous reste plus qu’à répondre correctement cinq fois pour arriver de l’autre côté. » Rem hocha la tête avec satisfaction.

« En effet, » répondit Diablo.

« Ce sera une promenade dans le parc ! Laissez-moi répondre ensuite ! » Horn retroussa ses manches.

 

« Question ! Le Serpent Madara vit-il dans l’eau, à la cime des arbres ou dans des trous dans le sol ? »

 

« Euh... je dirais dans des trous dans le sol ! » déclara Horn.

 

« Bzzzt ! La bonne réponse est... Dans l’eau ! »

 

« Quoi — ? » s’exclama Horn.

Horn avait l’air mortifiée, Rem et Shera criaient d’horreur, et Diablo soupirait. Même sans dire un mot, les pensées du groupe resonnaient très clairement.

C’était la nature vraiment redoutable de la règle de la rupture de l’amitié.

 

« Une nacelle, en descendante, en descendante, en descendante, en descendante !! »

 

Les câbles de support s’étaient relâchés et la nacelle s’était inclinée vers le bas.

« Kya !? »

Diablo avait attrapé Lumachina, qui avait perdu l’équilibre.

« Sois prudente, » déclara Diablo.

« M-Merci beaucoup, » déclara Lumachina.

Si quelqu’un d’autre était brûlé, les miracles de Lumachina pourraient la guérir, mais si elle était blessée, personne ne pourrait l’aider. C’est vrai, les potions de vie pourraient la guérir, mais... lorsque le capitaine Batutta avait réduit sa vie à presque rien, Diablo avait dû utiliser toutes les potions qu’il avait sous la main. Il était complètement à sec maintenant.

La chaleur n’avait fait que s’intensifier au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient de la lave. Rem enleva ses gantelets, et enleva aussi sa ceinture qui portait tous ses cristaux d’invocation, choisissant de la porter à la main à la place.

« Wôw... »

« C’est trop chaud ! » s’exclama Shera.

Shera avait enlevé sa cape et avait battu l’ourlet de sa jupe, s’éventant pour tenter d’échapper à la chaleur.

« Il fait vraiment très chaud..., » Lumachina avait aussi enlevé sa cape. « Pour être honnête, j’ai le vertige. »

« Argh..., » avait gémi Horn.

Seul Horn, trempé de sueur, refusa de se déshabiller. Peut-être qu’il essayait de montrer sa tolérance et d’agir comme un homme ?

Diablo voulait aussi enlever son manteau, mais il s’y était obstinément opposé, car ce ne serait pas « Seigneur-Démon ».

Shera leva les deux mains en l’air. « D’accord, moi, moi, moi ! Je répondrai ensuite ! »

 

« Question ! Combien de portes la citadelle de Faltra a-t-elle de portes ? Quatre, huit ou plus ? »

 

« Ah... ! » Rem avait fait entendre sa voix.

Diablo savait ce qu’elle ressentait, mais...

 

« Whoa là ! Si vous donnez des conseils ou faites quoi que ce soit pour donner la réponse, elle sera automatiquement considérée comme incorrecte ! »

 

Rem s’était arrêtée de peu. Le regard de Diablo était fixé sur Shera.

— Analyse ! Ne te fais pas avoir ! pensa-t-il.

Shera hocha la tête, les yeux brillants comme pour dire. « Je le sais ! »

« Hehehe, Faltra a deux murs, et chacun a quatre portes, donc ça fait huit ! » déclara Shera.

 

« Bzzzt ! La bonne réponse est... Plus que huit ! Il y a beaucoup de “portes” à Faltra, et la question n’a jamais mentionné “portes de ville” ! »

 

« Huuuh !? Attendez, ce n’est pas juste ! » cria Shera.

Une question piège typique, celui qui avait fait ce jeu-questionnaire était un vilain salaud.

— Eh bien, je suppose que c’est de moi qu’il s’agit..., pensa Diablo.

La nacelle redescendit, s’approchant de plus en plus de la lave.

« C’est trop chauuuuuuddd ! » cria Shera.

Shera avait finalement commencé à se déshabiller. Les yeux de Rem s’étaient élargis comme des soucoupes.

« Qu’est-ce que tu crois que tu fais !? » s’écria Rem.

« Regarde comme il fait chaud ! Je ne peux pas me concentrer sur ce genre d’énigmes ! » déclara Shera.

« ... Tu as peut-être raison... Maintenant que j’y pense, c’est pour surmonter ce donjon..., » déclara Rem.

Convaincue par la logique douteuse de Shera, Rem commença aussi à se déshabiller.

« C’est tellement... sans vergogne..., » le visage de Lumachina était devenu rouge.

« ... Les aventuriers privilégient la survie à la dignité. C’est de la stratégie. C’est la même chose que lorsque nous nous baignons. Quiconque pense que c’est sans vergogne est le vrai pervers ici, » déclara Rem.

Face à la sémantique un peu trop sérieuse de Rem, Lumachina semblait curieusement convaincue, et commença elle aussi à enlever sa propre robe plutôt épaisse.

Horn, toujours dans son armure légère, émettait un sifflement particulier lorsqu’il s’était évanoui dans la nacelle. La chaleur l’avait finalement atteint.

Après s’être déshabillée en sous-vêtements, Lumachina avait serré ses poings pour se donner du courage. « Je crois que c’est l’heure de mon tour ? »

 

« Question ! Lequel des monstres suivants est le plus grand ? Baleine des Sables, Béhémoth vert ou Dragon légendaire ? »

 

La panique avait pris le dessus sur Diablo. De toutes les questions possibles, elle en avait eu une qui s’adressait aux joueurs de haut niveau. Les joueurs dans le jeu pouvaient connaître la réponse s’ils avaient participé à des raids en grand groupe, mais... selon toute vraisemblance, Lumachina n’avait probablement jamais vu ces monstres. Ce n’était que récemment qu’elle avait vu une Baleine des Sables quand elle avait attaqué la Tour de Zircon.

« Selon les tomes que j’ai lus dans la bibliothèque de la capitale, ce devrait être un Dragon Légendaire, » répondit Lumachina.

 

« La bonne réponse est... Dragon légendaire ! Note maximale ! »

 

« Yayyyy ! Lumachina, tu es si intelligente ! » Shera déclara ça en serrant Lumachina dans ses bras, bien que les deux se séparèrent bientôt en souriant, se plaignant ensemble, « Il fait si chauuuddd... »

Comme on pourrait s’y attendre d’une Grande Prêtresse, Lumachina était érudite et sage. Son pouvoir sur les miracles était aussi vaste pour de bonnes raisons.

La nacelle avait progressé. Des perles de sueur roulaient le long du corps des filles, les gouttelettes tombant de leur peau lisse et claire. Leurs corps s’élevaient en soupirs lourds et laborieux, leurs joues rougissaient de couleur et le regard dans leurs yeux prenait peu à peu un éclat brillant et humide.

Alors que Diablo les regardait, il se trouva submergé par une sensation particulière. Ils ne souffraient que de la chaleur, alors pourquoi se sentait-il si gêné ?

— La chaleur me fait-elle mal à la tête ? Se demanda-t-il.

Le désir de tendre la main vers les filles l’avait poussé à aller de l’avant.

— Non, non, c’est absurde, pensa-t-il.

Les filles étaient membres de son groupe, et elles étaient en train de contester un donjon. La seule raison pour laquelle elles s’étaient déshabillées, c’était à cause de la chaleur de la lave.

 

 

« Quiconque pense que c’est sans vergogne est le vrai pervers ici. »

« Hmm... Diablo... C’est votre tour après... n’est-ce pas ? » demanda Shera, haletante.

« ... S’il vous plaît... Faites bien les choses... S’il fait plus chaud que ça, il faudra enlever nos sous-vêtements…, » Rem l’implora, essuyant la sueur de sa modeste poitrine.

« Elle a raison, mes sous-vêtements sont déjà trempés de sueur…, » dit Lumachina, le visage rougissant, pinçant sa culotte humide.

— Si je me trompe, elles seront complètement nues... !? pensa-t-il.

Diablo pouvait entendre son cœur battre violemment comme un tambour dans sa poitrine. D’épaisses perles de sueur avaient roulé le long de son front.

 

« Question ! Quand Croisement de la Rêverie a-t-il commencé à fonctionner ? Janvier, avril ou septembre ? »

 

Une méta question — .

Les filles inclinèrent la tête, déconcertées, car elles ne comprenaient même pas ce que la question signifiait.

Diablo, bien sûr, connaissait la réponse...

— Complètement nue…, pensa Diablo.

Diablo secoua la tête, essayant de bannir ces pensées de son esprit.

Non non non non non ! Est-ce une blague ? Je suis un Seigneur Démon, le Seigneur Démon Diablo, bon sang ! Les MMORPG sont plus qu’un simple jeu, c’est du sérieux ! C’est mon mode de vie, et je ne peux pas le nier comme ça ! pensa Diablo.

« Septembre. La période d’accès précoce était prévue pour avril, mais elle a été retardée à deux reprises et s’est terminée en septembre. Le jeu a été officiellement lancé en janvier de l’année prochaine, » déclara Diablo.

 

« C’est... exact ! »

 

Après une autre série de questions, le jeu-questionnaire s’était terminé assez facilement. Diablo et Rem avaient répondu aux deux questions restantes, et le groupe avait pu rejoindre l’autre côté en toute sécurité. Au moment où ils franchissaient la porte menant au niveau suivant, la chaleur de la lave avait disparu, comme si tout cela n’était qu’un mauvais rêve...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre Brulant.

  2. merci pour ce merveilleux chapitre^^, hâte de lire la suite.

  3. Merci pour le chapitre !

  4. la suite, la suite vite

Laisser un commentaire