Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : La visite d’un donjon

Partie 1

Diablo abaissa l’autel qu’il avait fait léviter avec sa magie dans les environs de la Tour de Zircon. Il s’agissait d’un endroit à une certaine distance de la ville elle-même, donc il n’y avait personne dans les alentours. La région était presque entièrement désertique, et les seules choses qui parsèment le terrain étaient des roches de différentes tailles.

Le soleil se levait lentement à l’horizon...

C’était hier soir que Rem et Lumachina avaient été capturées par le capitaine Batutta. Diablo avait pris d’assaut la cachette souterraine, avait vaincu Batutta, et avait sauvé les deux filles.

Mais il y avait un problème...

« Tenez bon, Lumachina ! » s’écria Rem.

« O-Oui... Je vais... bien..., » elle répondit d’une voix qui sonnait tout sauf bien.

La jeune fille accroupie sur l’autel était la Grande Prêtresse, Lumachina Weselia. Elle était vêtue d’une tenue de prêtresse d’un blanc pur, mais ses vêtements étaient ébouriffés, exposant ses cuisses là où une marque violet-noirâtre faisait surface sur sa peau.

La Maladie de la Clochette de la Mort.

Une fois que neuf marques étaient apparues sur le corps de la victime, elles allaient à tous les coups décéder. Ce n’était pas une maladie, mais une malédiction.

Tout en défendant l’Église en tant que capitaine des paladins, Batutta s’était aussi répandu dans ses vices et avait utilisé un rituel de magie afin de créer cette malédiction. Seul le miracle d’un prêtre pouvait l’enlever.

Mais Lumachina était une exception à la règle. Elle avait le pouvoir d’invoquer elle-même de grands miracles, mais comme pour compenser cela, toutes les manières de faire des miracles n’avaient aucun effet sur son corps. Que ce soit la cicatrisation des blessures ou le traitement des maladies, ou plus important encore en ce moment, la dissipation des malédictions...

Si rien n’était fait, une fois que la neuvième marque apparaîtra sur sa peau, Lumachina mourrait.

— Je ne laisserai jamais ça arriver, pensa Diablo dans son cœur. Lumachina ne méritait pas de mourir comme ça.

En raison de son immense talent, elle était vénérée par l’Église. Mais elle était aussi une personne proactive et sincère qui recherchait la justice jusqu’au bout. Ayant appris la corruption de l’église, elle avait décidé d’agir pour la détruire.

Elle avait fait ce qu’il fallait.

En conséquence, les membres corrompus et égoïstes de l’Église l’avaient poursuivi pour lui ôter la vie, et elle était maintenant affligée par cette terrible malédiction.

— N’est-ce pas terrible !? Cette pauvre petite chose ! pensa-t-il.

Diablo connaissait une méthode qui pourrait sauver Lumachina de son sort. Dans le Croisement de la Rêverie, il y avait un objet capable de dissiper la Maladie de la Clochette de la Mort, et c’était une récompense obtenue pendant un temps limité. Ce n’était que pour « un événement où les habitants de la ville qui avaient été guéris de la Maladie de la Clochette de la Mort avait remercier leurs sauveurs. » Cela n’avait eu aucune utilité dans la bataille.

Mais cela devrait marcher sur Lumachina dans le cas présent. La prière d’un prêtre n’avait peut-être aucun effet sur elle, mais Diablo avait déjà confirmé que des objets et des potions avaient le pouvoir d’agir sur elle.

L’objet en question s’appelait la « Statue du Bœuf Blanc » et était caché dans son entrepôt. Selon l’historique du jeu, sa zone de rangement personnel devait se trouver au fond du donjon où il avait construit son espace personnel, dans une pièce appelée « La Caverne Aux Trésors ». Selon le marcheur des herbes et aventurier Horn, le donjon de Diablo était près de cette ville.

— Il faut que j’y aille, pensa-t-il.

Il voulait sauver Lumachina.

Horn leva la main. Il avait des oreilles de lapin et une queue de lapin combiné à l’apparence d’un jeune garçon. Les marcheurs des herbes étaient une race qui possédait l’apparence de jeunes enfants, quel que soit leur âge réel. Ils étaient agiles quand il s’agissait de course, et ils étaient adeptes de la magie et de l’espionnage, mais ils manquaient cruellement d’endurance et de force physique.

« Patron, pourquoi êtes-vous si décidé à aller au donjon tout d’un coup ? C’est vrai que je suis content que vous vouliez y aller, mais..., » commença Horn.

« L’objet dont Lumachina a besoin devrait être dans ce donjon, » déclara Diablo.

« Voulez-vous parler de ce donjon que j’ai découvert récemment ? Je crois que je n’ai mentionné qu’un seul..., » déclara Horn.

« Oui. Vu tout ce que tu m’as dit, je pense que c’est le bon endroit, » déclara Diablo.

« Seigneur Diablo, » Lumachina ouvrit la bouche pour parler, « Dois-je comprendre que cet objet peut lever la malédiction de la Maladie de la Clochette de la Mort ? » lui demanda-t-elle avec un regard implorant et confiant dans ses yeux.

Il ne savait pas avec certitude si c’était là, mais d’après ce que Horn lui avait dit, Diablo croyait volontiers que c’était le donjon qu’il avait fait dans son espace personnel. Dans ce cas, l’objet de l’événement, la Statue de Bœuf Blanc, devrait être là, et il devrait être capable de dissiper la malédiction.

C’était juste une possibilité, et il ne pouvait pas en être certain.

Il devrait probablement leur dire les circonstances...

— Mais diminuer leur confiance avec des informations incertaines n’est pas ce qu’un Seigneur Démon ferait ! Ce n’est pas ce qu’un Dieu ferait ! pensa-t-il.

 

« Crois en moi. Si tu le souhaites, je t’accorderai un trésor capable d’un vrai miracle ! » déclara Diablo.

 

Lumachina se prosterna devant lui, inclinant la tête vers le sol.

« Oui, je crois en vous, Seigneur Diablo ! Ma foi en vous ne faiblira jamais ! » déclara Lumachina.

Sa foi en Dieu était immense. C’était pour cela qu’on lui avait accordé de si grandes prouesses en matière de miracles.

— S’il y a un Dieu qui existe, il ne devrait pas abandonner une fille bien comme elle. Il devrait la sauver, pensa-t-il.

Diablo poussa un soupir en lui. Lumachina avait l’impression que Diablo était un « Dieu déguisé » parce qu’il était apparu par hasard quand elle avait appelé à l’aide son Dieu. Mais la vérité était qu’il était en fait « un joueur reclus prétendant être un Seigneur Démon »...

Mais s’il la laissait telle quelle, Lumachina mourrait de la malédiction en quelques jours. Même si c’était incertain, il n’avait d’autre choix que d’aller au donjon.

Mais s’ils voulaient s’en sortir, ils devraient tous se préparer.

Le long voyage combiné à la Maladie de la Clochette de la Mort allait faire des ravages sur Lumachina. Il vaudrait mieux qu’elle les attende dans une auberge.

« Pour l’instant, retournons en ville et faisons les préparatifs, » déclara Diablo.

Diablo avait peu ou pas d’expérience de travail en groupe. Ce n’était pas une suggestion aux autres, il s’était vraiment dit ça à lui-même.

Mais Rem, la Panthérienne pencha la tête d’une manière pensive. « ... Je ne sais pas si ce serait sage. »

Les Panthériens avaient généralement des oreilles et des queues rouges ou rousses, mais ceux de Rem étaient d’une couleur rare de noire. Ses cheveux, ses oreilles et sa queue étaient d’une teinte d’ébène lisse. Et même si cela n’avait probablement rien à voir, son corps manquait quelque peu de courbes, et elle était plutôt mince et agile pour une fille de quatorze ans.

Diablo hocha la tête à Rem, l’exhortant à s’expliquer.

« Dis-moi ce que tu penses. Je te le permets, » déclara Diablo.

« ... Les citoyens de la ville ont peut-être paniqué après cette énorme explosion magique. Si nous entrons dans la Tour de Zircon, je doute que les marchands soient enclins à nous aider maintenant. Nous pourrions même finir par être interrogés par la milice et l’armée, » déclara Rem.

« Quelle perte de temps... ! » déclara-t-il.

« Je crois qu’il est important de mettre en lumière les méfaits de Batutta, mais vu l’état de Lumachina, je pense que nous devrions nous diriger directement vers le donjon. Il s’agit d’un incident majeur, et il est impossible de dire combien de temps ils retiendraient des témoins cruciaux comme nous, » déclara Rem.

Rem était sage. Son expérience d’aventurière était vaste et ses suggestions étaient pour la plupart judicieuses. Ses craintes étaient également compréhensibles.

« Je suis d’accord ! » Shera leva la main en l’air avec enthousiasme. « Sauvons Lumachina au plus vite ! »

Shera L. Greenwood était une elfe, et en plus une princesse elfique. Elle s’était actuellement enfuie de chez elle, à la recherche de sa propre liberté. Avec un air mystique en elle et une carrure très courbée et magnifique. C’était comme si les dieux eux-mêmes étaient descendus pour les soutenir. Et pourtant, dès qu’elle ouvrait la bouche, il devenait évident qu’elle manquait cruellement dans le département « réflexion ».

— Devrions-nous vraiment aller tout de suite au donjon... ? Se demanda-t-il.

Cela leur éviterait probablement le plus d’ennuis. Mais Diablo pensait qu’il devait aussi se reposer en ville, si possible.

Au cours de son combat contre le capitaine Batutta, ses PV avaient été réduits à 1, et grâce aux effets de la « Couronne Déformée » qu’il avait équipée, sa santé se rétablissait progressivement, mais cela prenait beaucoup trop longtemps. S’il utilisait toutes les potions de Vie qu’il avait sur lui, il ne retrouverait même pas la moitié de sa santé totale.

Avec les matériaux qu’il avait acquis de Faltra, il n’avait pu faire que des potions de rareté « R ». Il aurait besoin d’une potion faite de matériaux « SSR » pour guérir complètement sa réserve de vie. Rien qu’avec l’équipement qu’il avait sur lui, même une semaine pourrait ne pas suffire pour récupérer complètement.

C’était stupéfiant qu’il soit encore en vie après s’être fait percer le cœur, mais c’était dans tous les cas de la magie.

 

Ses réflexes de joueur l’avaient ainsi poussé à donner la priorité à la récupération.

 

Le fait de se précipiter pour continuer l’histoire sans récupérer sa santé, puis perdre après s’être heurté à un adversaire puissant, était un événement très courant dans les jeux. Il était fondamental de se préparer à une situation où le jeu vous incitait à vous dépêcher et à passer à la partie suivante de la quête.

Il s’inquiétait pour Lumachina, mais cela prendrait du temps avant que la neuvième marque n’apparaisse. Ils avaient sûrement un jour ou deux d’avance.

Maintenant qu’il y pensait, Lumachina pourrait utiliser des miracles de guérison, et probablement du plus haut rang dans tout le royaume de Lyferia.

— Non, non, non, pensa-t-il.

Diablo secoua la tête dans le déni. L’« Anneau du Seigneur Démon » qu’il avait équipé refléterait un miracle de guérison. Il pourrait enlever l’anneau et lui demander de le guérir, mais... Rem et Shera avaient l’impression que sa réflexion de la magie était une capacité inhérente à sa nature de Seigneur-Démon. S’il leur disait que c’était l’effet de la bague, il aurait l’air si pathétique.

De plus, demander à un prêtre de guérir n’était pas quelque chose qu’un Seigneur Démon ferait, et encore moins un Dieu.

En tant que joueur professionnel qui accordait la priorité à l’efficacité, il serait parfaitement logique de lui demander de l’aide. Mais son jeu de rôle de Seigneur Démon avait fait en sorte qu’il n’avait jamais pu se révéler à elles. S’il le faisait, il ne pourrait pas leur parler sans bégayer. Ce serait comme marcher dans un blizzard complètement nu.

— Ouais, ce n’est pas possible, pensa-t-il.

Mis à part ça, les préoccupations de Rem étaient valables. Le fait de retourner en ville causerait probablement plus d’ennuis que cela n’en valait la peine. Fanis Laminitus, le gouverneur de la Tour de Zircon, semblait particulièrement difficile à raisonner, et dans ce cas...

 

« Diablo, regardez ça ! » Rem avait montré l’horizon.

 

En levant les yeux, il pouvait voir de petits points noirs qui s’approchaient progressivement de loin. Quelque chose se dirigeait vers eux, soulevant des nuages de poussière en s’approchant d’eux.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Diablo.

« ... Il semblerait que ce soit les navires des sables militaires, » répondit Rem.

La vue d’un Panthérien était excellente. Même de loin, Rem pouvait voir l’emblème sur les voiles des navires des sables.

En entendant le mot « militaire », les expressions de Shera et Horn se raidirent de peur.

Rem avait poursuivi son rapport : « L’un des navires est particulièrement grand, et a un emblème de deux canons croisés l’un sur l’autre... Peut-être le symbole du gouverneur ? Je me souviens avoir vu le même emblème sur son armure. »

« Hmph, cette imbécile a trop de temps à perdre, » déclara Diablo, faisant preuve d’une arrogance digne d’un Seigneur Démon.

Mais à l’intérieur de lui, il était loin d’être calme. Le fait de combattre un Artilleur Magi de haut niveau avec moins d’un dixième de son PV était une mauvaise idée. Et en plus, il n’avait pas beaucoup de PM...

S’il se trouvait face à un autre Sorcier, la réflexion de la magie de l’Anneau du Seigneur Démon le protégerait, mais cela n’avait aucun effet sur les balles d’un pistolet magique.

Cela dit, s’enfuir avec sa queue entre les jambes serait totalement nul. Il devait trouver un moyen d’éviter le combat tout en conservant sa dignité de Seigneur Démon !

Lumachina se leva, respirant encore difficilement. « Il semble que Lady Laminitus s’approche... Cela vous dérange-t-il si je lui explique notre situation ? »

« J’espère juste qu’elle est prête à accepter notre explication..., » déclara Rem nerveusement.

« Je suis sûre que si nous expliquons franchement notre situation, nous pourrons nous entendre avec elle, » déclara Lumachina.

Lumachina n’était pas une idiote, mais elle avait tendance à trop croire aux autres. Ils pouvaient s’expliquer aussi sérieusement que possible, mais la plupart des chances penchaient en faveur d’une réponse avec des balles mêlées avec de la magie volant sur leur chemin.

C’était bien à quel point la personne qu’ils affrontaient était dangereuse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire