Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 4 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : En Route vers une Nouvelle Ville

***

Chapitre 3 : En Route vers une Nouvelle Ville

Partie 1

Deux semaines plus tard...

Dans le Royaume de Lyferia, en l’an 164, l’après-midi du vingtième jour du septième mois — .

Alors qu’il captait une brise dans ses voiles, le navire des sables avait accéléré. Il s’agissait d’un petit yacht en bois qui pouvait transporter une dizaine de personnes. Mais au lieu de parcourir la surface de l’océan et ses vagues, il naviguait à travers les dunes du désert. Pour ce faire, la coque du navire avait été renforcée par la magie, ce qui lui avait permis de trancher à travers les vagues de sable.

Shera était aux anges, c’était sa première fois sur un bateau comme celui-ci. Rem était terrifiée, tandis que Lumachina continuait à prier Dieu tout le temps. Pendant ce temps, Diablo en avait déjà fait l’expérience dans le Croisement de la Rêverie, cependant...

— C’est incroyable ! pensa-t-il.

Il était assis, les bras croisés comme le ferait un Seigneur Démon, mais c’était une manière d’agir pour essayer de ne pas sourire.

Avec sa tête enveloppée dans un tissu noir, le capitaine du navire désignait l’avant. « La Tour de Zircon est droit devant ! »

« Bien ! » déclara Diablo.

À l’horizon du sable brun sans fin, il pouvait voir une tour tordue et déformée, entourée de nombreuses tentes.

Il y avait un lac au milieu d’un désert (ou, en d’autres termes, une oasis). Et au centre de ce lac se trouvait une tour de la même couleur que le sable. En y regardant de plus près, elle ressemblait plus à de la pierre qu’à du sable, et c’était une pierre précieuse qui était utilisée. Elle était légèrement transparente, réfléchissant la lumière à l’intérieur d’elle-même d’une manière complexe et la dispersant tout autour. Cette tour n’était pas une structure faite par l’une des Races, mais avait été construite par les Déchus.

C’était quelque chose qui faisait partie de l’ancien domaine du Seigneur Démon...

Il y a trente ans à peine, lorsque le Seigneur Démon régnait sur cette terre, d’autres Déchus y avaient élu domicile, et toutes sortes de monstres s’y étaient faufilés.

Le navire des sables avait commencé à ralentir, ce qui avait finalement permis à Rem de retrouver son calme.

« ... Je croyais qu’on allait tous mourir, » murmura Rem.

« Hehe... Tu es plus un chat effarouché que je ne le pensais, » déclara Diablo.

Les joues de Rem rougissaient d’un rouge profond. « ... Il peut être difficile d’imaginer quelqu’un comme vous qui avez déjà volé dans le ciel, mais je ne suis pas une adoratrice du fait de bouger sans utiliser mes propres jambes. Des choses comme les chariots, et les bateaux... »

« Il faut juste s’y habituer, » répondit Diablo.

« ... Bien sûr. Cela mis à part, nous y sommes arrivés assez facilement, » déclara Rem.

« Est-ce que cela aurait dû être plus dur ? » demanda Diablo

« Non, absolument pas... Mais vous avez parlé comme si vous connaissiez bien le Domaine du Seigneur Démon, mais n’est-ce pas la première fois que vous y êtes allé ? » demanda Rem.

« Mhm..., » déclara Diablo.

Diablo s’appelait lui-même un « Seigneur Démon d’un autre monde », donc il serait un peu étrange pour lui de connaître le Domaine du Seigneur Démon dans ce monde. Pour être franc, cela n’avait aucun sens pour son personnage.

« C’est... parce que... bien que je n’y sois jamais allé, je suis toujours au courant de tout. Parce que je suis un Seigneur Démon, » répondit Diablo.

Oh, cette agonie..., c’était le genre de réponse qui faisait que les autres se moquaient de lui en ligne.

Rem avait hoché de la tête. « ... Les Seigneurs Démons ont donc aussi ce genre de capacités. Je vois. »

Gentille fille ! Diablo était rempli de l’envie presque irrésistible de lui caresser la tête.

Cachant les troubles à l’intérieur de lui, Diablo se pencha en arrière, les bras croisés et agissants pleins de suffisance. « Bien sûr, je connais le domaine du Seigneur Démon, car je suis moi-même un Seigneur Démon. »

C’était beaucoup plus difficile que ce à quoi il s’attendait. Entre les moments où ils auraient pu se perdre, la météo qui devenait subitement horrible, et il avait eu du mal à trouver un capitaine... La carte de ce monde était très différente de celle du Croisement de la Rêverie.

— C’était simplement énorme.

C’était la même chose avec la distance entre Faltra et la Tour des Météores. Par rapport au jeu, tout était beaucoup plus vaste et dégagé ici. C’est pour cela qu’il avait continué dans la mauvaise direction jusqu’à ce qu’il s’y soit habitué. Même les donjons qui étaient une ligne droite dans le jeu étaient totalement différents du point de vue du design dans ce monde. Après tout, c’étaient des grottes naturelles, alors peut-être que cela ne devrait pas être une surprise.

Diablo avait aussi oublié une partie de la carte, ce qui expliquait en partie pourquoi il avait tant de problèmes. Depuis qu’il était devenu un haut niveau, il n’utilisait que la fonction « Déplacement Rapide » pour se déplacer, donc cela faisait longtemps qu’il n’avait pas traversé la région après avoir quitté Faltra sur le cheminement jusqu’au Domaine du Seigneur Démon.

Les joueurs normaux étaient peut-être passés par ici un nombre incalculable de fois avec des compagnons qui venaient tout juste de commencer... mais Diablo n’avait jamais fait équipe avec qui que ce soit avant.

— Oh... Je suppose que je suis maintenant dans un groupe, pensa Diablo.

Lumachina ressemblait plus à quelqu’un qu’il était chargé de protéger qu’à un ami, mais c’était la première fois que Rem et Shera venaient ici.

« C’est peut-être vraiment ainsi désormais..., » murmura Diablo.

Les mots qu’il marmonnait involontairement avaient été noyés par le bruit du char des dunes qui grattait contre le sable.

 

Le navire s’était approché de la jetée à l’entrée de la ville. Bien que Diablo l’appelait une jetée, elle était différente de celle qui s’enfonçait dans l’océan à partir de la terre ferme. Ils venaient de traverser un désert pour arriver ici, mais le sable avait continué à travers la ville. Il n’y avait pas beaucoup de différence entre ici et ce qu’ils venaient de traverser pour se rendre dans cette ville.

Le quai formait une pente qui s’alignerait avec les hauts du navire des sables, ce qui permettait aux passagers de descendre jusqu’au sol. Juste au moment où Diablo avait rassemblé un bagage particulièrement volumineux et qu’il s’était préparé à sauter du bateau — .

« Nous sommes arrivés ! » Avec un cri, Shera sauta du bateau avant que Diablo puisse faire la même chose. Avec un plop, elle avait coulé dans le sable où elle avait atterri, enterrée jusqu’aux genoux.

« Agyah !? » s’écria Shera.

« ... Je pense qu’on va te laisser là, » déclara Rem.

« E-Est-ce que ça va ? » demanda Lumachina.

Rem et Lumachina avaient toutes les deux utilisé la jetée pour débarquer, Diablo avait décidé qu’il serait plus judicieux qu’il l’utilise également.

« Attendez, attendez, attendez ! Je ne peux pas sortir de là !! » cria Shera.

Plus elle luttait pour se libérer, plus elle s’enfonçait dans le sable. Il était plus difficile de se libérer que cela en avait l’air lorsqu’une tonne de sable s’était retrouvée sur vos pieds.

Diablo avait finalement attrapé Shera par le collier, la traînant dehors de son trou. Le sable s’était déversé de son corps, et même ses bottes étaient pleines de cette substance abrasive. En raison de la différence dans leurs types de corps, Diablo avait réussi à traverser l’épreuve en ne s’enfonçant que faiblement.

« Hmph, » grogna Diablo.

« Me-Merci beaucoup, Diablo ~, » elle l’avait serré très fort dans ses bras alors qu’ils allaient vers la ville.

***

Partie 2

Après qu’ils se furent éloignés du navire des sables — .

Ils étaient arrivés à un endroit qui semblait être la route principale. Des tentes aussi rondes que des crêpes duveteuses bordaient les deux côtés de la rue, et la route sablonneuse se poursuivait jusqu’au cœur de la ville.

Un essaim d’enfants s’était approché d’eux. « « Nous porterons vos sacs ! Nous porterons vos sacs ! » »

— Il n’y avait rien de tel dans le jeu..., pensa Diablo.

Alors que Shera semblait vouloir accepter leur offre, Rem l’avait arrêtée.

« Tu ne peux pas. Si tu leur demandes de porter vos affaires, ils te demanderont de les payer, » déclara Rem.

« Je vois..., » répondit Shera.

« Nous n’avons rien d’assez lourd pour qu’ils le portent pour nous. Donc, faisons-le nous-mêmes, » déclara Rem.

« Tout à fait ! » s’exclama Shera.

Lumachina avait l’air d’avoir le cœur brisé. Elle avait probablement de l’empathie pour ces enfants pauvres.

Rem avait parlé après avoir vu le visage de Lumachina. « ... Ils portent exprès ces haillons. En regardant leurs visages, vous pouvez voir qu’ils mangent très bien. C’est juste une façon pour eux de gagner un peu d’argent de poche très facilement. »

« Vraiment !? » s’exclama Lumachina.

« ... Il y a des enfants comme ça dans chaque ville. Ce n’est pas limité à l’ancien domaine du Seigneur Démon, » expliqua Rem.

Alors qu’elle affichait un regard choqué, Lumachina regarda autour d’elle. Les enfants avides en question gardaient actuellement leurs distances par rapport à Diablo. Il semblerait que ses cornes et la tenue noire qu’il portait actuellement faisaient que cela les empêchait de s’approcher de lui.

 

Diablo avait déjà commencé à marcher vers la tour. Il n’y avait pas eu de changements tout au long de la zone sablonneuse, mais le nombre de bâtiments autour d’eux n’avait cessé de croître. Il n’y avait jamais pensé quand il était dans le jeu, mais cela aurait été un choc que les individus puissent construire ces structures de pierre sur du sable dans lequel on commencerait à s’enfoncer si on n’était pas prudent. Ils avaient donc dû trouver un moyen pour que ça marche.

« Oh, des fleurs ! » s’exclama Lumachina en pointant du doigt.

Au milieu de cette terre stérile, il y avait un parterre de fleurs devant l’un des bâtiments.

Rem avait souri. « ... Il semble facile de trouver de l’eau par ici. »

« Après tout, cela sent l’eau par là, » avait dit Shera, en pointant du doigt devant eux.

Il y avait un lac au bout de la route. Des ondulations douces et étincelantes se répandaient dans l’eau. La Tour de Zircon existait également dans le Croisement de la Rêverie avec presque le même tracé, mais au lieu d’un lac, il n’y avait qu’un fossé vide qui entourait la tour.

— Eh bien ! Puisque c’était un jeu, c’était seulement un petit endroit qui n’avait que les bâtiments dont vous aviez besoin pour le jeu, pensa Diablo.

La ville de la Tour de Zircon dans ce monde avait des enfants et des parents avec ces enfants. Ils avaient même des restaurants et des magasins de vêtements.

 

« Qu’est-ce que c’est que ça !? C’est très différent de ce que tu m’avais dit ! »

 

Diablo avait entendu une voix aiguë.

— Est-ce un enfant ? Se demanda Diablo.

En regardant dans la direction, il vit qu’il y avait quatre individus, évidemment des aventuriers, qui se disputaient avec un garçon Marcheur d’Herbes aux oreilles de lapin. À en juger par son apparence, il semblait également être un aventurier. Il portait une armure légère en cuir et une épée courte attachée au dos. Bien que les Marcheurs d’herbes aient toujours eu l’air d’enfants, quel que soit leur âge, il n’était probablement pas un enfant.

Alors que le Marcheur d’Herbes se rapprochait d’eux, un Panthérien l’avait repoussé par l’épaule.

« Tu étais inutile, donc bien sûr que tu aurais une récompense moins élevée ! » s’exclama le Panthérien.

« Et puis merde, j’ai été utile ! Je vous ai guidé ! J’ai ouvert la serrure pour vous ! Il y avait même un trésor, n’est-ce pas !? » s’exclama le Marcheur d’Herbes.

« Alors peux-tu me dire pourquoi tous ces monstres forts comme l’enfer sont sortis de nulle part ? Ils nous ont presque fait tuer ! » s’exclama l’autre.

« Quoi !? » s’exclama le Marcheur.

— Une salle de monstres, hein ? Et l’un des pièges standard, pensa Diablo.

Diablo les utilisait même avant dans son donjon personnel.

Il y avait de nombreux donjons qu’on pouvait trouver dans l’ancien domaine du Seigneur Démon, et il semblait que ces gars étaient un groupe d’aventuriers qui venaient de nettoyer l’un d’entre eux. Les objets et l’expérience étaient automatiquement distribués dans le jeu du Croisement de la Rêverie, ce qui signifiait qu’il n’y avait aucun moyen de les voler de force aux autres. Mais même ainsi, il y avait des individus qui disaient que les sangsues qui ne contribuaient rien devraient remettre leurs récompenses...

Mais Diablo avait toujours été un joueur solo, donc cela ne l’avait jamais concerné. Il remerciait Dieu pour cela, car cela lui avait permis d’éviter tous ces moments désagréables.

— Si tu veux jouer un MMORPG, tu dois le faire en solo, pensa-t-il.

 

Le Panthérien avait alors montré une sorte d’épée longue.

« C’est une épée assez tranchante. Je l’utiliserai à bon escient, » déclara-t-il.

La lame était entourée d’une spirale de flammes. Les autres aventuriers se moquaient du marcheur et en faisaient tout un plat.

« Woo, c’est dingue ! » « Bien joué, mec ! » « Essayons là tout de suite ! »

— Est-ce une « Épée Rouge » ? Se demanda-t-il.

Diablo avait déjà vu cette arme à de nombreuses reprises. Dans le jeu, il avait toujours considéré qu’il s’agissait d’un déchet de rang R, mais il semblait être une arme très précieuse dans ce monde. Les joueurs essayaient toutes sortes de choses insouciantes pour essayer de rassembler des matériaux rares dans le jeu, risquant leur vie sans hésiter. La peine de mort n’était pas légère, mais ce n’était pas comme si votre compte allait être supprimé ou quelque chose comme ça.

Mais mourir dans ce monde signifiait que c’était fini pour vous. Il y avait un nombre limité de personnes qui risquaient d’aller chercher des matériaux rares, ce qui signifiait que ce monde était inondé d’armes de faible puissance.

— Maintenant que j’y pense, j’ai laissé une Épée Rouge dans l’une des salles des monstres que j’ai construites dans mon donjon. C’est juste une coïncidence... n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

« Cette épée vaut quelque chose comme 10 000 000 de friths, n’est-ce pas !? » le Marcheur des Herbes avait persisté dans ses demandes. « Alors, pourquoi ne me donner qu’une seule pièce d’argent ? »

Une pièce d’argent valait 4 000 friths. Ce n’était certainement pas une façon de traiter quelqu’un qui avait bravé un donjon avec vous.

Le Panthérien avait dénudé ses crocs. « Si nous n’avions pas été là pour toi, tu serais de la nourriture pour ces monstres en ce moment ! »

« Et si je n’étais pas là, vous n’auriez jamais atteint le trésor ! » répliqua le Marcheur.

« Oh, alors veux-tu un peu plus, hein ? Je serais d’accord pour essayer d’abord ce petit bébé sur toi, me comprends-tu ? » demanda le Panthérien.

Il avait pointé l’épée vers le Marcheur d’Herbes. Les flammes n’étaient qu’un effet spécial, donc il n’y avait pas vraiment de chaleur, mais le Marcheur d’Herbes avait tout de même reculé en pleine panique.

« Mhgh... »

« C’est juste ce qu’il faut pour un Marcheur d’Herbes qui ne fait que se faufiler et se cacher tout le temps, » déclara le Panthérien.

« ... Mais vous aviez dit qu’on partagerait tout équitablement, » déclara le Marcheur d’Herbes.

« Qu’est-ce que c’était que ça !? » Celui qui intimidait, présentait un ton menaçant dans sa voix qui donnait l’impression qu’il allait couper le Marcheur d’Herbes à tout moment.

Le Marcheur d’Herbes hocha la tête à contrecœur. « N-Non... C’est très bien ainsi. »

« Tu aurais dû le dire depuis le début. Si ça ne te dérange pas, on finira par t’utiliser à nouveau. Gehahahah ! À plus tard ! » déclara le Panthérien.

Tout en gloussant, les quatre aventuriers avaient disparu dans un bar. C’était encore au début de l’après-midi, mais les bars gardaient généralement leurs portes ouvertes pendant qu’il faisait jour et servaient le déjeuner aux clients.

Après la disparition des autres aventuriers, le Marcheur d’Herbes souleva la pièce d’argent au-dessus de sa tête.

« Ce n’est pas grave, espèce d’enfoiré de tricheur ! Allez vous faire voir ! » Il avait agi comme s’il allait jeter la pièce au sol — mais il avait fini par la mettre dans sa poche.

 

Après avoir vu l’incident se dérouler aux côtés de Diablo, Rem avait haussé les épaules. « ... On voit des choses comme ça partout. »

« Même à Faltra ? » demanda Diablo.

« ... Il y a eu des fois où j’ai reçu une récompense inférieure à celle des autres parce que j’étais une fille, » répondit Rem.

« C’est tout à fait idiot, » déclara Diablo.

« ... Oui, cela l’est. Cependant, je n’ai pas hésité à utiliser mon Invocation sur ces personnes, » déclara Rem.

« Tout à fait, comme il se doit, » déclara Diablo.

Shera et Lumachina étaient en train d’avoir une conversation animée sur la bonne façon de cultiver des fleurs alors qu’elles se tenaient devant le parterre de fleurs. Il semblerait qu’elles n’avaient pas entendu un mot de la conversation des autres Aventuriers.

***

Partie 3

« Êtes-vous des aventuriers ? » Le Marcheur d’Herbes d’avant avait appelé Diablo et les autres.

En raison de ses cheveux courts et excentriques, de sa voix aiguë et de l’expression vive sur son visage, il avait l’air extrêmement joyeux. Ses oreilles de lapin se balançaient d’un côté à l’autre, et à en juger par son allure, il était un explorateur. Il avait l’air d’avoir une personnalité étonnamment animée.

 

 

« Quoi ? » Diablo avait croisé les bras en répondant.

Sentant que cela pourrait conduire rapidement à des problèmes, Rem s’interposa. « ... Nous sommes des aventuriers venus de Faltra, mais qu’en est-il ? »

« Faltra ? Ah, donc êtes-vous juste ici pour faire des achats ? » demanda le Marcheur.

« ... Nous sommes chargés de protéger une certaine personne, bien que cela se terminera après aujourd’hui, » répondit Rem.

« Oh, je tombe bien alors ! Voudriez-vous aller dans un donjon ? Vous avez déjà fait tout le chemin jusqu’à Tour de Zircon, donc je ne pense pas qu’il y ait de mal à s’attaquer à un nouveau donjon pendant que vous y êtes ! »

« ... Un nouveau donjon ? » demanda Rem.

« Ouais, j’en ai trouvé un très bon récemment ! Ça se voit à l’entrée vraiment bizarre que l’endroit n’est pas normal. Le trésor que vous pouvez y trouver est dans une catégorie vraiment à part, je vous le dis ! » déclara le marcheur.

« ... Ça a l’air intéressant, » déclara Rem.

« Qu’en est-il alors ? Je vous présenterai même un guide de donjon expérimenté qui est aussi un pro de l’ouverture des serrures — c’est moi ! » Il avait tendu son pouce, se montrant du doigt.

— Il conteste donc un donjon, hein, pensa Diablo.

C’est vrai, il serait ridicule de repartir les mains vides. Diablo pensait que ce ne serait pas une mauvaise idée d’y aller après avoir terminé leur travail de protection de Lumachina.

« ... Et à quoi ressemble cette entrée “bizarre” ? » demanda Rem.

« C’est tout simplement quelque chose que vous devriez attendre avec impatience après avoir fait un groupe avec moi... c’est vraiment ce que je voudrais dire, mais je vous le ferais quand même savoir, juste pour vous. »

 

« La statue du lion devant les portes peut se déplacer et attaquer les personnes, » déclara le Marcheur

 

Le Marcheur d’Herbes parlait en se donnant des airs de grande importance. En entendant cela, le souffle s’était coincé dans la gorge de Diablo.

— Qu’est-ce qu’il vient de dire !? pensa Diablo.

« D-Dis-m’en plus ! » Il avait soudainement saisi le Marcheur d’Herbes par les épaules.

« Ah !? » s’exclama le Marcheur.

« Toi ! Est-ce que ce donjon a treize étages !? » demanda Diablo.

« J-Je n’en sais rien, on n’est allés qu’au troisième étage..., » répondit le Marcheur

« Le troisième étage, ce qui signifie... Après avoir vaincu les slimes verts, noirs, rouges, bleus, vert foncé, vert clair, jaune foncé dans l’ordre, ils ont dû laisser tomber une clé, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

« Quoi, vraiment !? Je veux dire, ouais, il y avait un tas de slimes de différentes couleurs qui traînaient autour et tout..., » répondit le Marcheur.

« Est-ce que [F43] était écrit au-dessus de la porte de cet étage !? » demanda Diablo.

« Je pense que oui, ouais... Probablement... ? » répondit le Marcheur.

« Ah... ! !! »

— C’est mon donjon, n’est-ce pas !? pensa Diablo.

C’était un vieux jeu rétro qu’il avait pris pour exemple et qui n’existait pas dans ce monde, donc c’était peut-être un peu trop difficile pour eux de le comprendre.

Le Marcheur d’Herbes avait commencé à poser ses propres questions. « Hé, qui êtes-vous !? Tout ce que vous avez dit est vrai ? Vous connaissez le 4e étage ? »

« Eh bien, à ce propos..., » commença Diablo.

Ce serait stupide de tout dire au Marcheur d’Herbes dans cette situation. Si c’était vraiment le donjon de Diablo, son entrepôt serait au rez-de-chaussée. C’était une salle au trésor qui contenait tous les objets qu’il avait rassemblés dans le jeu, et il n’avait pas l’intention de laisser quelqu’un d’autre les avoir.

Il avait lâché les épaules du Marcheur d’Herbes. « Tu devrais oublier tout ça. »

« Qu... Bien sûr que je le peux ! Vous êtes un incroyable aventurier, n’est-ce pas, monsieur ? Allez, allons faire ce donjon ensemble ! Je peux être utile, vous savez ! »

Reprenant ce qu’il faisait avant ça, Rem avait changé le sujet. C’était vraiment une fille intelligente.

« ... Excusez-moi, mais savez-vous quelque chose sur Batutta, le capitaine des Paladins ? Nous sommes venus ici pour le rencontrer. »

« Euh... ? Cette grosse pointure de l’Église ? Hmm... Ouais, il vit dans l’ouest de la ville..., » Le Marcheur d’Herbes avait froncé les sourcils.

— Est-ce qu’il a un problème avec ce type ? Se demanda Diablo.

 

Pendant qu’ils parlaient, Shera était arrivée en courant.

« Diablo, là-bas ! » cria Shera.

« Hm ? »

Lumachina se tenait au milieu de la rue, échangeant des regards enflammés avec un homme humain en armure.

— Uh-oh, des ennuis !? Merde, j’étais trop occupé à parler du donjon ! pensa Diablo.

Rem s’était précipitée vers eux.

« S’est-il passé quelque chose ? » demanda-t-elle en se mettant entre Lumachina et l’homme en armure.

« Cette fille est venue et a commencé à se battre avec moi ! » Il avait craché ses paroles en raison de sa frustration. Il avait montré du doigt Lumachina, qui ne s’était pas éloignée d’un seul pas de l’imposant géant alors qu’elle le regardait fixement.

« Je ne peux pas simplement ignorer le fait que vous frappiez une femme qui demandait de l’aide ! » déclara Lumachina.

Il y avait une femme à côté d’eux, une Panthérienne, qui semblait avoir une trentaine d’années. Elle était assise à plat sur le sol et tenait un bébé enveloppé dans un tissu serré contre elle. Comme Lumachina et l’homme l’avaient fait savoir, elle semblait trop ébranlée pour faire autre chose.

« Si tu veux l’aide du prêtre, fais la queue et fais un don ! » déclara l’homme avec dégoût. « C’est la même chose que si tu emmenais le morveux pleurnichard dans un endroit où les gens mangent, tu ne fais que causer des ennuis à tout le monde ! Quelqu’un qui cause des ennuis aux autres va se faire virer, c’est comme ça ! »

« Croyez-vous être sans péché ? Si vous pensez que vous pouvez vous en tirer en faisant quelque chose comme ça à ceux qui ont moins de chance que vous, alors vous serez punis en excès pour vos transgressions, » déclara Lumachina.

« Haha ! Je n’ai aucun péché ! Après tout, je fais partie de la Brigade Paladine ! » déclara l’homme.

Lumachina avait fait un visage interrogateur. « Hein ? Qu’est-ce que c’est que cette “Brigade Paladine” ? »

Alors même qu’elle l’avait mentionné, l’insigne de l’Église était placé sur l’armure de l’homme. Son armure n’était pas aussi fantaisiste que ce que les Paladins porteraient normalement, et semblait être bon marché, comme quelque chose qu’un aventurier portait en mission. Cela dit, quiconque n’avait pas de lien de parenté avec l’Église ne pourrait pas porter ce symbole sur son armure.

Quelque chose avait tiré sur la cape de Diablo, c’était le Marcheur d’Herbes d’avant.

« Tu es toujours là ? » demanda Diablo.

« C’est cruel, Monsieur ! Mais c’est mauvais là, car ce type fait partie de la Brigade Paladine ! » déclara-t-il.

« Et qu’est-ce que c’est ? Je connais les Paladins, mais pas cette partie “Brigade”, » déclara Diablo.

« Je dirais qu’ils essaient de les copier. Ces gars sont des soldats de l’Église, et des durs à cuire. Ils ressemblent à des bandits. Je ne sais pas comment c’est dans d’autres villes, mais ici, ils aiment causer des problèmes à tous ceux qui s’opposent à eux, » répondit le Marcheur.

« Je vois, » déclara Diablo.

Ils étaient venus demander de l’aide à Batutta...

— Mais nous n’avons peut-être pas de chance, vu que ses subordonnés agissent ainsi, pensa Diablo.

D’après ce qu’il avait pu comprendre de la dispute entre ce type et Lumachina : Il semblait que la Panthérienne était une mère venue demander un miracle à Dieu pour guérir son bébé. Ce type l’avait vue comme une nuisance et l’avait frappée. Lumachina avait vu ce qui s’était passé, et avait commencé à lui donner tout un sermon sur le sujet en étant en colère.

Sa vie était en danger, alors Diablo ne voulait pas qu’elle cause des ennuis... Mais si elle était le genre de personne qui pouvait faire semblant de ne pas voir quand la violence était utilisée contre les faibles, alors l’Organe Cardinal n’aurait jamais été après sa vie en premier lieu.

 

Lumachina était au milieu de son sermon sur le fait qu’il y avait « du péché en chacun d’eux. »

« Ceci a été écrit dans le troisième chapitre des Écritures de la Genèse, que toutes les personnes sont nées en portant le péché..., » il semblerait qu’elle avait parfaitement mémorisé toutes ces choses-là.

Si cet homme prétendait faire partie de l’Église, ce devait être un verset qu’il avait entendu au moins une fois auparavant.

Une faible lumière commençait à émaner du corps de Lumachina. Alors qu’elle récitait les Saintes Écritures, l’énergie magique débordait de son être. C’était un phénomène causé par la prière, il serait donc plus correct de dire que c’était quelque chose de complètement différent qui sortait d’elle.

Le vent était devenu plus fort, et le sable avait semblé dansé dans l’air. Ces incidents anormaux avaient fait fuir les oiseaux du lac et, au loin, Diablo pouvait entendre les chiens hurler.

Rien sur les doctrines de l’Église n’avait été clarifié dans le Croisement de la Rêverie. Considérant que le jeu était une Europe Médieval-Fantastique, il pensait qu’il était probablement basé sur les religions habituelles... Mais ne pas aller trop profondément dans la religion ou la politique était la norme pour ce genre de divertissement insensé.

Et alors que l’homme de la Brigade Paladine avait perdu sa bataille verbale avec Lumachina, il était devenu furieux.

« Agissant comme une personne importante et puissante, tais-toi maintenant ! » cria l’homme.

« Allez-vous m’écouter ? » répliqua Lumachina.

« Aucun aventurier sans valeur ne peut ME forcer, moi, un membre de la puissante Brigade Paladin, à écouter tes stupides sermons ! » cria l’homme.

Serrant sa main en un poing, il effectua un coup de poing sur Lumachina.

 

Le Bâton de Tenma avait alors frappé le visage de l’homme, l’envoyant s’envoler de façon spectaculaire.

 

Il avait volé sur environ cinq mètres, puis il avait glissé sur cinq autres mètres en frottant le sol, puis il s’était arrêté après avoir été enterré à moitié dans le sable.

« Hmph..., » Diablo haussa les épaules. « On dirait qu’il s’agissait d’un cas de “cela entre par une oreille et sort par l’autre”. Il n’y a rien à dire à quelqu’un comme lui. »

Ce genre de conflits devait être une chose régulière ici, puisque la plupart des gens autour d’eux n’y avaient pas fait attention à la situation avant. Mais il avait vraiment attiré leur attention après avoir envoyé un membre de la Brigade Paladine voler sur dix de mètres de distance. Ainsi, une agitation éclata parmi les passants.

Assez étonnamment, l’homme s’était rapidement levé. Du sable s’était répandu depuis son armure, et du sang coulait du côté de sa bouche.

« Argh... Vous... Bande d’enfoirés... !! » cria l’homme.

« Eh bien, eh bien. Tu es un dur à cuire, » déclara Diablo comme pour se moquer de lui.

— Son niveau pourrait être encore plus élevé que celui d’Émile... Mais c’est ce que j’attends de quelqu’un qui vit ici dans l’ancien domaine du Seigneur Démon, pensa Diablo.

« Tu viens de défier l’Église, n’est-ce pas, enfoiré !? » cria l’homme.

« Encore une fois... Les faibles sont toujours si rapides à agir de la même manière que les autres présents dans une telle organisation à laquelle ils prétendent appartenir. Ou peut-être est-ce parce que tu t’identifies à une si grande organisation que tu penses pouvoir être si arrogant ? » demanda Diablo.

« Maintenant, c’est trop tard pour toi ! Je vais te purger là où tu es, ici et maintenant ! » cria l’homme.

L’homme avait dégainé son épée. Les spectateurs qui se rassemblaient autour d’eux dégageaient des halètements de choc et s’éloignaient. Maintenant que Diablo n’avait pas à s’inquiéter qu’ils soient pris dans le combat, cela lui avait rendu les choses plus faciles.

Rem et les autres étaient déjà bien au courant de la façon dont il se battait, restant derrière lui et reculant d’une courte distance. La mère et l’enfant au centre de toute cette agitation avaient également été récupérés par la même occasion.

— Bon sang... Maintenant, comment devrais-je me retenir cette fois ? Dois-je sortir le « Prototype de la Grande Faux » ? ... Non, je suis contre quelqu’un qui est plus fort qu’un guerrier de niveau 50. Il y a une chance que l’utilisation de cette arme me fasse avoir des difficultés quand je me bats contre lui. J’ai aussi quelqu’un que je dois protéger, donc je ne peux prendre aucun risque ici, aussi petit soit-il, se demanda Diablo.

La règle de base pour toute quête d’escorte était de ne jamais laisser l’ennemi s’approcher.

Diablo avait pointé son Bâton de Tenma. « Laissez-vous emporter ! “Explosion” !! »

Bien qu’il ne s’agissait que d’un sort que vous apprendriez au niveau 50, les statistiques de haut niveau de Diablo lui donnaient plus de puissance que d’habitude.

Il avait lancé le sort au niveau du sol. Debout, l’épée tirée, le Paladin avait été emporté par l’effet de l’explosion. Même s’ils se trouvaient à une bonne distance, les citadins étaient paniqués par le vent chaud qui se dégageait de là.

Les panaches de fumée noire s’étaient finalement dissipés et un énorme trou semblait s’être ouvert dans le sol. Quant aux habitants de la ville... tout semblait aller bien.

— Ouf, merci mon Dieu pour tout ça. Je ne veux pas causer trop d’ennuis à tout le monde si je peux l’éviter, pensa Diablo.

L’homme de la brigade Paladin avait de nouveau été enterré à moitié dans le sable, mais il était revenu sur une position verticale bien assez tôt.

« Augh... Agagh !? » s’exclama l’homme.

« Hmph... Donc tu es toujours en vie. Considère-toi comme un homme chanceux, » déclara Diablo.

« Qu... ! !? Tu es... un sorcier élémentaliste !? » s’écria l’homme.

« Tu veux tâter un peu d’un autre sort, n’est-ce pas ? Très bien, alors, le prochain te transformera directement en cendres ! » déclara Diablo.

C’était une menace, bien sûr, mais c’était efficace. Lorsqu’il avait pointé son bâton vers le membre de la brigade, toutes les couleurs avaient disparu du visage de l’homme, et il avait jeté son épée alors qu’il s’enfuyait.

« Eeeeeeeeeeek ~ ~ !! »

« Hehe hehe hehe... Franchement, il était d’une telle faiblesse que c’en était ennuyant, » déclara Diablo.

Bien qu’il soit plein de suffisance, à l’intérieur, Diablo poussa un soupir de soulagement. Il ne savait pas ce qu’il aurait fait si le type ne s’était pas enfui.

***

Partie 4

Tout le monde autour d’eux était dans un vacarme complet.

— Est-ce si mauvais ? Était-ce une erreur d’utiliser la magie au milieu de la ville en plein jour !? Se demanda Diablo.

Il agissait comme s’il était détaché de tout cela, comme un Seigneur Démon, mais une sueur froide se répandait le long de son dos. Rem et Shera avaient du mal à faire face à la situation actuelle.

Lumachina avait parlé à la mère panthérienne. « Vous avez dit plus tôt que vous aviez besoin de l’aide de l’Église, n’est-ce pas ? »

« T-Tout à fait ! Mon bébé ! » répondit la femme.

Elle avait dû être secouée après avoir vu une explosion se déclencher si près d’elle, mais même ainsi, elle avait semblé vouloir indiquer qu’il ne restait plus beaucoup de temps pour son enfant.

— Une mère, hein..., pensa Diablo.

Elle avait retiré le tissu qui couvrait le bébé. Il y avait huit marques « X » noires sur ses jambes, comme si quelqu’un les y avait dessinées. Diablo n’avait pas pu s’empêcher de réagir avec un petit cri de surprise. Il avait aussi vu quelque chose comme ça dans le Croisement de la Rêverie.

Lumachina le regarda bizarrement. « Qu’est-ce que c’est ? »

Avec beaucoup de difficulté, la mère plaida pour sa cause. « C’est la maladie de la Clochette de la Mort, une maladie qui s’est répandue dans toute la ville... Les marques continuent d’apparaître sur les affligés, et une fois que le neuvième apparaît... I-Ils meurent... »

« Qu’est-ce que c’est !? » s’exclama Lumachina.

« Il peut être guéri si la personne reçoit le miracle d’un prêtre, mais..., » déclara la femme.

« Alors, dépêchons-nous et allons à l’église ! » déclara Lumachina.

« Je ne peux pas..., » répondit la mère.

« Pourquoi pas !? » demanda Lumachina.

« C’est parce que..., » il semblerait difficile pour la mère de faire sortir ses mots.

 

« Elle n’a pas l’argent. »

 

Avec ses dents grinçant, le Marcheur d’Herbes de tout à l’heure avait répondu. « Ces gars de l’Église peuvent faire tous ces miracles étonnants, mais ils font payer des prix très élevés pour ces miracles. Et pas seulement pour la maladie de la Clochette de la Mort, ils font la même chose pour d’autres maladies. »

« Comment est-ce possible... ! La vie de cet enfant est en danger ! » demanda Lumachina.

« Je ne sais pas comment font les autres villes, mais c’est comme ça ici. Vous l’avez vu vous-même, ce crétin de la Brigade Paladine l’a frappée parce qu’elle a demandé de l’aide, même si son enfant a des problèmes. »

Les épaules tremblantes, la mère serrait son enfant dans ses bras. Une fois qu’il y avait neuf « X », les affligés mouraient. Le bébé en avait déjà huit.

Diablo avait essayé de s’exprimer — mais que pouvait-il dire ? Sa connaissance de la Maladie de la Clochette de la Mort était quelque chose qu’il avait appris du jeu. La cause et le traitement de la version de ce monde pourraient être complètement différents.

 

Lumachina serra les mains. « J’ai compris ! Je vais les guérir ! »

« ... Hein ? Ce n’est pas si simple..., » déclara le Marcheur d’Herbes, l’air dubitatif.

Retirant le symbole sacré présent autour de sa poitrine, elle se tourna vers l’enfant.

« C’est la première fois que je vois une maladie comme celle-ci, mais les dieux seront assurés de pouvoir les protéger, et nos prières les atteindront certainement. N’est-ce pas vrai ? » Elle s’était tournée vers Diablo.

— Elle pense toujours que je suis un Dieu, hein. Peu importe combien tu me pries, je ne peux même pas guérir un rhume, pensa Diablo.

« Hmph..., » Diablo avait fait un signe de tête magnanime. « Tu devrais être capable de le faire, vu que c’est toi. Ah, mais... Hmm... Ne tiens pas compte de moi, et fais tout comme tu le ferais normalement. »

« D’accord ! » Elle hocha la tête, ses yeux débordaient de confiance.

« Seriez-vous une prêtresse... ? » la mère l’avait suppliée.

« Une inexpérimentée, mais oui, » répondit Lumachina.

Malgré le fait qu’elle était sur le sable, la mère s’était jetée au sol, la tête baissée.

« S’il vous plaît ! S’il vous plaît, sauvez mon enfant ! » cria la femme.

« Très bien. Alors, prions ensemble. Dieu vous sauvera, » déclara Lumachina.

« S-S’il vous plaît ! » demanda la femme.

« Bien sûr ! » répondit Lumachina.

Lumachina s’était agenouillée devant le bébé, récitant les paroles d’une prière. « Ô, grand Seigneur dans les cieux, que la voix de ceux qui cherchent le salut vous parvienne. Guérissez cet enfant de la diabolique maladie qui l’afflige. Accordez-leur votre compassion gracieuse pour leurs péchés, et permettez-leur de vivre... »

Tremblante, la mère serra ses mains l’une contre l’autre. Les habitants de la ville avaient commencé à s’agenouiller l’un après l’autre, y compris Rem et Shera.

Diablo avait commencé à se sentir mal à l’aise. Il était le seul debout, ce qui le faisait ressortir comme un pouce endolori. Mais le fait de s’agenouiller le moindrement allait à l’encontre de l’image du Seigneur Démon selon laquelle il agissait, sans parler du fait qu’il avait fait croire à Lumachina qu’il était lui-même un dieu.

Diablo avait mis une certaine distance entre lui et le cercle de prière, se rafraîchissant à l’ombre d’un des bâtiments voisins.

« Pff... » Diablo poussa un soupir.

« Ne prierez-vous pas ? » demanda une petite voix.

« Hmm ? » demanda Diablo.

Le Marcheur d’Herbes l’avait suivi, affichant un sourire aimable sur son visage. « Je m’appelle Horn. Quel est le vôtre, patron ? »

« Je suis Diablo, un Seigneur Démon d’un autre monde, » répondit Diablo.

« Hein... ? » Il avait l’air un peu surpris, mais il s’était rapidement calmé, pensant probablement que c’était juste une blague ou un surnom.

« Ne vas-tu pas prier non plus ? » demanda Diablo.

« Pas un grand fan de “Dieu” et tout ça. Je n’ai jamais été à l’église, » répondit Horn.

Les gens de ce monde étaient profondément religieux, il était donc rare de trouver quelqu’un qui n’avait jamais été dans une église auparavant.

Horn avait donné un sourire amer. « Ils vous obligent avec ces “contributions” si vous y allez, n’est-ce pas ? Mais je suis fauché. »

« Hm... »

« Je suis venu à la Tour de Zircon parce que je pensais pouvoir faire fortune ici... mais ça ne marche pas très bien, » déclara Horn.

« C’est ce qu’il semblerait, » répondit Diablo.

« C’est pour ça qu’on devrait aller au donjon ensemble, patron ! » déclara Horn.

Diablo avait à peine réussi à s’empêcher d’être d’accord.

— C’est dangereux de me laisser tromper par son apparence enfantine. C’est un Marcheur d’Herbes, il est peut-être même plus vieux que moi, pensa Diablo.

« Je suis occupé en ce moment, » répondit Diablo.

Compte tenu du comportement du type de la Brigade Paladine et du fait qu’ils allaient abandonner la vie d’un enfant, et qu’il avait demandé une contribution pour aider, Diablo sentait qu’on ne pouvait pas faire confiance à Batutta. Il n’avait jamais pensé que Lumachina serait celle qui s’occuperait de tout ça. Si c’était le cas, que devraient-ils faire pour la protéger de l’Organe Cardinal ?

« Hm ? »

Il s’était retourné après avoir senti une intense énergie magique générée par la prière de Lumachina. Une colonne de lumière était montée dans les cieux, dégageant une lumière encore plus brillante que la dernière fois qu’il l’avait vue. Est-ce que l’effet était amélioré à cause de toutes les autres personnes qui s’étaient jointes à elle dans la prière ?

Horn avait tourné son cou, l’air curieux. « Y a-t-il quelque chose dans le ciel ? »

« Eh bien..., » il semblerait que les personnes normales n’étaient pas capables de le voir.

Soudain, des applaudissements et des cris s’étaient fait entendre depuis le cercle de prière.

« Tout va bien ! » « Les marques ont disparu ! » « C’est vraiment génial ! »

Alors qu’elle serrait son enfant dans ses bras, la mère n’arrêtait pas de baisser la tête comme si elle essayait d’enterrer son front dans le sable.

« Merci ! Merci ! Merci... ! » cria la femme.

Le bébé s’était mis à pleurer d’un cri sain.

Lumachina avait essuyé la sueur de son front. « Je suis si contente. Je le suis vraiment. »

Rem et Shera avaient échangé des sourires.

« ... C’est exactement ce que j’attends d’elle, » déclara Rem.

« Super ! Je suis d’accord ! » déclara Shera.

Les cris d’admiration et les louanges des citadins ne s’étaient pas arrêtés après ça, quelqu’un avait commencé à chanter un hymne, et finalement, cela s’était transformé en un chœur contenant de nombreuses personnes chantant avec eux.

— Franchement, Dieu merci pour tout ça, pensa Diablo.

Le visage de Diablo s’était transformé en un petit sourire.

Horn avait la mâchoire relâchée. « Nom d’un chien ! Il faut des heures de prière aux prêtres pour même commencer à faire disparaître les marques ! Elle l’a vraiment fait !? Elle est incroyable ! Elle l’est vraiment, elle est une vraie prêtresse ! »

« Hehe... Bien sûr qu’elle serait capable de faire cela, » déclara Diablo.

Si c’était quelque chose que même les prêtres locaux pouvaient guérir, alors la Grande Prêtresse devrait être capable de le faire — c’est ce qu’il pensait, mais il y avait une chance que le processus de guérison exige un savoir-faire ou des outils spéciaux. Quoi qu’il en soit, il était soulagé de voir qu’après tout, elle avait pu guérir l’enfant.

 

— Maintenant que c’est réglé , passons à l’affaire principale, pensa Diablo.

Diablo avait tourné son attention vers la route qui l’attendait. « Alors, ils sont là. »

Un regard choqué était apparu sur le visage de Horn. « Quoi !? Ils sont déjà là !? Vous devriez filer, et vite ! »

Un groupe d’une vingtaine de membres de la Brigade Paladine s’était avancé vers eux, le type que Diablo avait envoyé voler plus tôt en tête du groupe.

Diablo s’était placé au milieu de la route pour les saluer.

« Horn, ou quel que soit ton nom... Si tu ne veux pas être pris dans cette affaire, alors tu devrais..., » déclara Diablo.

Mais l’individu nommé était déjà parti depuis longtemps.

— Merde, il s’enfuit vite ! pensa Diablo.

C’était vraiment un Marcheur d’Herbes après tout. Bien qu’ils soient fragiles et manquent de puissance, ils étaient issus d’une race qui se spécialisait dans les opérations secrètes et possédait une grande agilité.

« Moins il y a de monde, plus il m’est facile de me battre, donc tout cela m’arrange, » déclara Diablo.

Diablo avait préparé son Bâton de Tenma pour ce qui allait suivre.

***

Partie 5

Diablo avait prévu qu’il devrait battre vingt autres gars de la Brigade Paladine. Cependant...

— Qu’est-ce qui se passe ici ? pensa Diablo.

Les habitants de la ville avaient formé un mur devant Diablo et les autres. C’étaient toutes les personnes qui avaient prié avec Lumachina tout à l’heure.

 

Ce mur se dressait sur le chemin de la Brigade Paladine, et chacun d’entre eux affichait sur leur visage un regard empli de détermination.

 

« Dégagez d’ici, Brigade Paladine ! » « Oui, c’est vrai ! » « On ne vous laissera pas les toucher ! »

Diablo était choqué.

— C’est donc ça l’influence d’une Grande Prêtresse ! pensa Diablo.

Il n’avait jamais imaginé qu’elle transformerait tout le monde autour d’elle en croyants avec une seule prière. Ils n’avaient aucune idée du statut qu’elle avait, ils admiraient simplement ce qu’elle avait fait et était devenu un bouclier pour la protéger de la Brigade Paladine. Ils n’avaient même pas d’armes.

— Ils risquent leur vie pour des gens qu’ils viennent de rencontrer... C’est comme une capacité de triche en soi. C’était si facile que je ne peux même pas l’utiliser comme matériel pour une histoire d’édification de la nation si je le voulais. C’est au même niveau que d’avoir l’influence d’un roi, pensa Diablo.

C’était loin de ce que pouvait faire Diablo, qui n’avait jamais été dans un groupe, et avait encore moins pu se faire un seul ami dans le jeu.

 

Si la Brigade de Paladins devait reculer à cause des appels répétés pour leur dire de se perdre, ils n’auraient jamais été étiquetés comme étant presque des bandits.

Un Panthérien plusieurs fois plus grand que les autres avait fait un pas en avant, bien qu’il ressemblait plus à un ours qu’à une panthère à ce stade.

« Gufufu... Ce n’est pas intéressant. Je ne sais pas ce qui s’est passé ici, mais je vais vous rappeler le pouvoir de l’Église ! » déclara-t-il.

Il tenait un javelot plus grand que tout son corps — une lance lourde. C’était habituellement quelque chose que vous utilisiez en montant sur le dos d’un cheval, pas à pied, mais ce type avait balancé cette arme comme s’il s’agissait d’une canne. Il ne le saurait pas à moins qu’il ne se batte contre ce gars, mais Diablo pensait que l’utilisateur de lance était quelqu’un contre qui il n’aurait pas à se retenir.

Il n’y avait personne dans le groupe qui était habillé comme un Paladin, ce qui signifie que Batutta n’était pas venu.

— Maintenant, que faire ? Se demanda Diablo.

Il y avait un mur de personnes entre le groupe de Diablo et la Brigade Paladine. Il appréciait leur courage en devenant un bouclier pour eux, mais à ce rythme, ils ne pourraient que se laisser toucher par ses sorts.

— Il faut une seconde pour se préparer, mais peut-être « Mur Volcanique » serait bien ? De cette façon, je peux faire un mur de feu entre ces personnes et la brigade.

Dois-je ajouter une Pluie d’Explosions en plus de ça ? Est-ce que je les tuerais si je faisais un coup direct ? Se demanda Diablo.

À partir de ce qu’il pouvait obtenir comme informations sur les PV et RM de son ennemi (leur résistance magique), il pouvait calculer le genre de dégâts qu’il leur infligerait.

 

Le son d’une cloche d’alarme avait choqué toutes les personnes présentes.

 

Bien que la Brigade Paladine et les habitants de la ville se regardaient l’un et l’autre jusqu’à présent, un pandémonium avait éclaté des deux côtés.

— Qu’est-ce qui vient de se passer !? Se demanda Diablo.

Quelqu’un avait alors crié :

 

« Il y a un monstre, un monstre gigantesque ! C’est une “Baleine des Sables” !! »

 

Ces mots équivalaient à l’arrivée d’un grand désastre.

***

Partie 6

Il existait un navire des sables qui pouvait transporter plus d’une centaine de personnes, connu sous le nom de navire de classe « Galion ». Il y avait trois voiles, avec trois mâts pour les accompagner, chaque mât mesurant soixante mètres de haut, et les voiles du bateau géant étaient complètement déployées en avançant à pleine vitesse.

Il fuyait quelque chose.

Il y avait une énorme baliste sur le pont du navire, dont le cordon de traction était actionné par une poignée, mais personne n’avait pris la peine de l’utiliser pour repousser leur poursuivant — et c’était tout simplement parce qu’il n’y avait pas de raison de le faire. Tout ce qu’ils pouvaient faire maintenant était de prier Dieu et le vent.

Le navire de la classe Galion, un vaisseau beaucoup plus grand que celui que Diablo et les autres avaient pris, était poursuivi par un monstre plusieurs fois plus grand que lui, projetant des nuages de sable dans les airs au fur et à mesure qu’il les poursuivait. C’était une baleine de couleur beige, nageant dans l’océan de sable. Son extérieur était aussi dur que la pierre, et pouvait même rivaliser avec les écailles de dragon en matière de robustesse. Il avait été dit que les armes des Races ne pouvaient pas faire une seule égratignure dessus. La longueur de son corps totalisait plus de 300 mètres de long, et il se vantait d’avoir la plus grande bouche de tous les monstres de ce monde. S’il plongeait dans la ville, il pourrait dévorer les bâtiments en quantité. Il était assez grand pour être décrit comme une montagne ou une île, et c’était un monstre qui rivalisait avec un Béhémoth Vert ou Serpent des Mers en taille.

 

Les habitants de la ville, la Brigade Paladine — rien de tout cela n’avait plus d’importance. Les cris de terreur, les cris d’indignation et les protestations se mélangeaient.

« Pourquoi se dirige-t-il vers la ville ? »

« Il faut qu’on se tire d’ici ! »

« Pour aller où !? On n’y arrivera pas maintenant ! »

« Le Capitaine des Paladins pourrait être capable de faire quelque chose ! »

« Que quelqu’un se dépêche de le faire venir ! »

« Oh, mon Dieu, c’est déjà si près ! C’est finiiiiiii !! »

Comme Batutta était le gouverneur de cette ville, il semblait que les gens pensaient qu’il pourrait faire quelque chose à ce sujet.

C’était très proche maintenant, et ils pouvaient tous voir clairement la Baleine des Sables. Ça ne lui prendrait probablement même pas une dizaine minutes pour arriver.

Quelqu’un avec une bonne vue regardait à l’horizon, et Diablo avait réussi à entendre la conversation qui avait suivi :

« Oh, bonté divine ! Ces idiots se dirigent vers la ville sur un navire des sables ! »

« S’enfuient-ils jusqu’ici !? »

« Non, ils ont un peu dévié pour ça ! Mon Dieu — ils essaient de forcer le monstre à aller vers la ville pour qu’ils puissent s’enfuir ! »

« Quoiiiiiii !? »

Le sable se trouvant là avait commencé à trembler, ce qui leur avait fait ressentir cela comme un tremblement de la terre. Était-ce parce que la Baleine des Sables approchait ? Il n’aurait jamais pu vivre une telle chose dans le jeu.

Rem et Shera étaient arrivées en courant vers lui.

« D-Diablo, qu’est-ce qu’on fait ? » demanda Rem.

« Waaaaaaaah ! Qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait ? » demanda Shera.

Lumachina était aussi avec elles. Elle restait stoïque et gardait sa lèvre supérieure raide, mais il pouvait dire qu’elle avait peur à cause de ses genoux qui tremblaient.

Même s’ils savaient que c’était inutile, les habitants de la ville avaient commencé à fuir pour sauver leur vie. La Baleine des Sables s’approchait par l’est, alors ils couraient tous vers l’ouest.

— Si j’utilisais ce sort de vol que j’ai pratiqué plus tôt, je ne pourrais faire sortir que nous d’ici..., pensa Diablo.

Des habitants de la ville avaient titubé jusqu’à Lumachina, se rassemblant autour d’elle. Ils étaient une trentaine, agenouillés autour d’elle en prière.

« Dieu... » 

« Sauvez-nous... » 

« S’il vous plaît, ô, Seigneur... »

Lumachina était totalement perdue, et elle ne savait pas ce qu’elle devait faire. Mais c’était compréhensible. Après tout, ils avaient tous été soudainement confrontés à une situation que l’on pourrait appeler une calamité.

Diablo soupira.

— C’est pourquoi je suis si négatif quand il s’agit de religion. Chaque fois que quelque chose qui échappe à votre contrôle arrive, tout le monde commence à se tourner vers Dieu pour obtenir de l’aide. Même si vous ne pouvez rien faire par vous-même, il y a tant d’autres choses que vous pourriez faire, comme coopérer avec d’autres personnes ou trouver quelqu’un d’autre sur qui vous pouvez compter, pensa Diablo.

Bien qu’ils savaient que cela ne servait à rien, même les autres personnes qui couraient vers l’ouest étaient meilleures que ces croyants.

— Mais la raison pour laquelle je pense ainsi est peut-être simplement due à la faible présence d’une religion unie au Japon, pensa Diablo.

Dans tous les cas, s’enfuir seuls en utilisant la Magie de Vol était probablement hors de question. Lumachina n’en serait pas satisfaite, c’est sûr.

Diablo se tenait sur le sable, fixant son regard sur la Baleine des Sables. Elle s’approchait de plus en plus près, soulevant des nuages de sable au fur et à mesure qu’elle bougeait.

— Ah, eh bien, je vais devoir relever mes manches ! pensa Diablo.

« Rem ! » déclara Diablo.

« O-Oui ! » répondit Rem.

« Je vais utiliser mon Multiplexage de la Magie. Alors, méfie-toi de notre environnement ! Cela me laisse assez exposé, » déclara Diablo.

« Compris... ! Je vais faire venir une Invocation que vous pourrez utiliser comme bouclier, » déclara Rem.

« Shera, tu protèges Lumachina. Ne permets à aucune personne suspecte de s’approcher d’elle. Si cela survenait, tire-leur dessus, » ordonna Diablo.

« D-D’accord, cela me va ! J’enverrai mon Dindon Tireur pour aussi faire le guet ! » répondit Shera.

Lumachina était entourée d’adorateurs (à ce point, il devrait être correct de les appeler ainsi) qui étaient tous en train d’offrir leurs prières à Dieu. Il ne pensait pas qu’ils essaieraient de l’approcher, mais c’était juste pour être sûr.

Shera avait sorti son arc noir, se positionnant à côté de Lumachina. Elle avait ensuite fait venir son Invocation, qu’elle avait envoyée dans les airs. Bien qu’elle soit lente et faible, elle avait la capacité d’observer tout ce qui se passait dans le ciel.

Rem avait fait venir son « Golem de Pierre » et son « Gorille de Fer » nouvellement acquis, deux Invocations qui excellaient dans les rôles de protecteurs.

Diablo se concentrait sur sa cible, mais ses mains tremblaient.

— Putain, ça me rend nerveux..., pensa-t-il.

Après tout, il s’agissait d’un sort qu’il utilisait encore moins que l’Abysse de l’Apocalypse. Il était verrouillé en place jusqu’à ce qu’il s’active, et il ne serait pas capable de jeter d’autres sorts. Il l’avait appris sur un coup de tête, mais pour un joueur solo comme Diablo, il n’avait pas vraiment eu la chance de l’utiliser.

— Puis-je utiliser un sort avec lequel je n’ai pas vraiment beaucoup d’expérience dans ce monde ? Se demanda Diablo.

Il se souvenait de la première fois qu’il avait utilisé la magie, juste après avoir été convoqué dans ce monde. Son pouls battait la chamade.

Diablo avait pointé son Bâton de Tenma vers sa cible.

— Multiplexage de la Magie ! pensa Diablo.

C’était une technique qui superposait trois sorts l’un sur l’autre, les envoyant comme s’il s’agissait que d’un seul. Cela prenait un temps démesuré pour se préparer, et était annulé si le lanceur de sorts prenait des dégâts en plein milieu de celui-ci, les vidant d’une énorme quantité de mana. De plus, elle avait été traitée comme une « capacité spéciale », ce qui signifiait qu’il ne pouvait pas l’utiliser plusieurs fois de suite. Si elle n’était pas activée maintenant, il lui faudrait un peu de temps avant qu’il puisse réessayer.

En gros, il s’agissait d’une bataille décisive.

Diablo avait commencé à chanter le premier des trois sorts :

 

« Que les ténèbres, plus noires que le noir, nées de la morosité du monde souterrain, se rassemblent et forment un arc de cercle... “Sollicitation de l’Arc de la Noirceur” ! »

 

La pointe de son bâton agissant comme un point central, et une lumière noire s’étendait au-dessus et en dessous. Cela ressemblait maintenant à l’arc que Shera portait, mais sa taille était incomparable. L’extrémité inférieure de l’arc pénétrait dans le sol, tandis que la partie supérieure était plusieurs fois plus haute que la hauteur totale de Diablo.

 

« Vide qui avale toute Création, viens à moi... “Flèche du Trou Noir” ! »

 

Une sphère sombre et brumeuse apparut en haut de son bâton. C’était un trou qui dévorait tout, la lumière et le reste.

 

Les tremblements devenaient de plus en plus intenses et les tentes commençaient à s’effondrer. Des fissures étaient apparues dans les bâtiments de pierre alors que le navire en fuite passait le long de la ville. Ils essayaient vraiment de pousser la Baleine des Sables dans la ville pour qu’ils soient les seuls à pouvoir s’échapper.

— Mais je dois l’ignorer pour l’instant, pensa Diablo.

Un monstre aussi imposant que la ville elle-même s’approchait d’eux. La Baleine des Sables avait ouvert sa bouche caverneuse.

Le rythme cardiaque de Diablo avait grimpé en flèche. La terreur s’installait en lui, et sa respiration devint plus inégale. C’était très différent de ce qu’il se souvenait avoir vu sur son écran d’ordinateur !

 

— E-Est-ce que la magie d’une seule personne... peut-elle même fonctionner sur un monstre aussi grand qu’une montagne !? Se demanda-t-il.

 

Le doute était apparu dans son esprit.

 

— Non, ce n’est pas le moment d’hésiter ! C’est comme quand j’ai utilisé la magie pour la première fois ici ! Je dois croire en moi-même, en moi ! Non — je dois croire en Diablo ! Je suis Diablo, un Seigneur Démon d’un autre monde, pensa Diablo.

 

« Flèche du vide, perce et intercale-toi entre le ciel et la terre ! “Abîme Gravitationnel” !! »

 

Il avait rugi de toutes ses forces et il avait envoyé la flèche noire étincelante qui s’était mise à voler vers le monstre gigantesque.

L’atmosphère elle-même avait tremblé lorsque la cristallisation de ces trois sorts ultimes avait frappé directement le bout du nez de la Baleine des Sables.

Puis le sort s’était activé. Un trou noir avait arraché la peau solide du monstre. La peau assez résistante pour rivaliser avec les écailles de dragon avait été arrachée de son corps, aspirée dans un trou si petit qu’elle ne pouvait même pas être vue de si loin.

L’avance du monstre avait été stoppée net.

 

— Oh, bien sûr que oui ! Ça a marché... !! se dit Diablo.

 

Tout en effectuant une pose de la victoire à l’intérieur de son esprit, Diablo gardait le regard fixé sur le monstre, gardant une expression froide sur son visage. Peu de temps après ça, il y avait eu une onde de choc inverse, et une force qui avait tout attiré vers le monstre avait atteint la ville. C’était comme si quelque chose le poussait par-derrière.

Le sable commençait à se rassembler vers la Baleine des Sables. Les tentes s’étaient envolées, et de petits objets avaient été renversés partout. Une partie d’un mur de pierre brisé se dirigeait vers elle. Même les gens étaient presque entraînés par le vide, mais les autres autour d’eux avaient réussi à s’agripper et à les ramener.

Les vents d’un niveau du typhon avaient continué à souffler avec une énorme fureur. Diablo pouvait entendre le son d’objets solides se briser en succession rapide alors que la Baleine des Sables s’enfonçait lentement dans le trou super miniaturisé.

L’air avait tremblé.

« OOOOOOOOOOOOOOORRRHHHHHHHHHHN!! »

— Est-ce le cri d’un grand monstre ? Se demanda-t-il.

En tout cas, cette chose était énorme. Bien trop énorme.

L’effet du sort allait bientôt s’arrêter, et il n’avait pas encore vaincu l’énorme bête.

Diablo avait réfléchi à ce qu’il pourrait utiliser comme autre magie. Il ne serait pas capable d’utiliser quoi que ce soit comme Multiplexage de la Magie pendant un certain temps, donc un autre sort à dégâts élevés qui serait efficace contre une Baleine des Sables devrait être...

***

Partie 7

Un éclair de lumière était venu d’un coin de la ville. Diablo pouvait sentir qu’il était imprégné d’une quantité substantielle de Points d’Endurance.

 

Il s’agissait d’une capacité martiale de longue portée.

Il ne savait pas quelle arme l’utilisateur portait, donc le nom de la technique n’était pas clair, mais c’était à tous les coups une capacité martiale, et il n’avait aucun doute à ce sujet. Il n’avait pas la même puissance que la Multiplexage de la Magie que Diablo avait utilisée puisque les sorts étaient les seules choses qui possédaient assez de puissance pour changer le terrain lui-même. Cependant, les guerriers avaient pu utiliser leurs attaques spéciales l’une après l’autre.

Des éclairs de lumière avaient été déclenchés en succession rapide. Son avance s’était arrêtée et comme les écailles de son museau avaient été arrachées en raison de l’Abîme Gravitationnel de Diablo, la Baleine des Sables subissait des dommages constants à cause de l’assaut.

 

Pour couronner le tout, l’instant d’après, le bruit des coups de feu s’était fait entendre de derrière lui. C’était un bruit qui avait ébranlé Diablo jusqu’au tréfonds de son cœur, comme s’il écoutait le tir du son canon principal d’un char d’assaut. Non seulement cela avait atteint ses tympans, mais c’était quelque chose qu’il pouvait sentir avec sa peau.

*BOOM !*

*BOOM !*

*BOOM !*

Ce son n’arrêtait pas de se répéter. Et puis, une dizaine de secondes plus tard, le corps de la Baleine des Sables avait subi des explosions. Une chaîne d’explosions avait secoué l’extérieur durci du monstre, comme si quelqu’un avait placé des bombes sous sa peau.

*BAM !*

*BAM !*

*BAM !*

— Est-ce que ça pourrait être... un Fusilier Magique !? Se demanda-t-il.

L’une des classes de niveau supérieur disponibles pour un Archer qui avait investi dans sa statistique de magie s’appelait un « Fusilier Magique ». Considérant que le niveau moyen de ce monde était si bas, il pensait qu’ils n’existaient peut-être même pas... Pourtant, ils étaient là.

Les fusils magiques étaient un type d’arme unique utilisée par les Fusiliers Magiques qui tiraient des balles imprégnées de magie. En ajoutant plus de magie lors des tirs, ils pouvaient déclencher des attaques suffisamment puissantes pour rivaliser avec les sorts élémentaires.

Lorsque la classe avait été implantée pour la première fois dans le Croisement de la Rêverie, elle était tellement surpuissante qu’il fallait constamment la rabaisser. Les joueurs avaient crié sur les Fusiliers Magiques lorsqu’ils avaient été présentés pour la première fois au jeu, étant appelés « casseur de jeu », « tricheurs officiels » et même « briseurs d’équilibre ».

— Si la version originale de la classe existe dans ce monde, ce serait un vrai casse-pieds, pensa Diablo.

 

L’air avait tremblé une fois de plus face au cri de la Baleine des Sables. En pleine agonie, elle s’était enfoncée dans le sable.

— L’a-t-on battu ? Ou bien est-ce qu’elle s’est juste enfuie ? Il n’y a pas de résultats après-bataille qui surgissent comme dans le jeu, et tu n’obtiens pas non plus de PX ou de libérations d’objets, pensa-t-il.

Pour cette raison, il ne pouvait pas confirmer le résultat de sa bataille tout à l’heure, mais au moins les tremblements diminuaient, et le sentiment d’oppression qui s’emparait de la ville disparaissait lentement. Une chose était certaine : La Baleine des Sables avait quitté les environs de la Tour de Zircon.

 

« Hmph..., » Diablo avait grogné. « Quelle nuisance c’était ! »

« ... Vous êtes vraiment... incroyable..., » Rem avait essuyé les larmes de ses yeux.

Shera s’était précipitée vers lui, sautant sur lui et plaçant ses bras autour de lui.

« Super !! Vous êtes incroyable, comme je l’imaginais de votre part ! Vous êtes vraiment incroyable, Diabloooooo !! » Alors qu’elle pressait sa poitrine contre lui, il avait l’impression qu’un sourire ridicule pourrait apparaître à tout moment sur son visage.

— Ah, ce n’est pas bien ! Un Seigneur Démon ne peut pas avoir l’air idiot simplement, car une elfe à forte poitrine se colle sur lui ! pensa Diablo.

Tout en serrant les dents, il avait arraché Shera de lui. Alors qu’il essayait de la repousser, il avait fini par attraper quelque chose de doux et de moelleux.

« Mngh..., » Shera avait faiblement gémi. « Diablo, pervers. »

— C-Ce n’était pas voulu, je le jure ! Mais trouver des excuses n’est pas du tout comme un Seigneur Démon agirait. Un Seigneur Démon ne s’exciterait jamais pour des seins ! Jamais ! Mais... alors, qu’est-ce que je fais là !? pensa-t-il.

Alors qu’il était resté profondément dans ses pensées, ses doigts étaient restés accrochés à la poitrine de Shera, poussant et tirant contre elle. Elle était devenue rouge jusqu’au bout de ses longues oreilles.

« Ah, hmm... Diablo, vous ne pouvez pas... Pas quand nous sommes dehors... Tout le monde regarde..., » déclara Shera.

— Donc tant qu’on n’est pas dehors, tout est correct !? Se demanda Diablo.

Rem avait retiré Shera du corps de Diablo. « Combien de temps tu vas continuer à faire ça ! C’est indécent ! »

La sensation douce avait quitté son corps. Il était soulagé, mais d’une certaine façon, il était également un peu triste...

Diablo s’était éclairci la gorge, évitant le contact visuel avec le regard réprobateur de Rem. Au moins, il était content d’avoir protégé la ville.

Se retournant pour regarder — Lumachina s’était agenouillée, ses mains se serraient les unes contre les autres.

« Mon Dieu... Merci ! Vous avez toute ma gratitude ! » déclara Lumachina.

Ces mots étaient destinés à Diablo, semble-t-il. Mais les personnes autour d’eux ne penseraient jamais que Lumachina faisait référence au Démon devant elle comme s’il était un dieu. Ils avaient simplement joint les mains et avaient regardé vers le haut, offrant des paroles de gratitude aux cieux.

N’importe quelle personne normale n’aurait peut-être même pas compris que Diablo avait utilisé la magie. Après tout, la seule chose que les gens pensaient que la magie élémentaire pouvait faire dans ce monde était de conjurer une légère brise.

 

Malgré tout, la Brigade Paladine était restée.

 

Diablo haussa les épaules d’un grognement. « Hmph. Vous êtes toujours là ? »

« Hngh !? »

Lorsqu’il les avait appelés, ils avaient fini par sortir de leur stupeur collective. Si l’on se mettait à leur place, alors on pourrait se dire qu’ils étaient probablement tous prêts à mourir après l’apparition soudaine de la Baleine des Sables. Puis était arrivé ce Sorcier qui avait osé faire face à cette calamité et se battre, et qui avait réussi à repousser la bête en utilisant la magie élémentaire avec une puissance qui dépassait leurs attentes les plus folles. Il n’était pas difficile de les imaginer dans un état de choc majeur à cause de ça.

— Eh bien, je suppose qu’il y avait aussi cette capacité martiale et le barrage fait par le Fusilier Magique, pensa Diablo.

Diablo avait dirigé son bâton vers la Brigade Paladine.

« Je vais le dire maintenant... mais je ne me retiendrai pas. Pour ceux qui sont prêts à se transformer en cendres, dégainez vos épées, » déclara Diablo.

En pleine panique, le Panthérien semblable à un ours avait jeté sa lance au sol. Il était tombé à genoux, la tête inclinée, les autres membres de la brigade avaient agi de la même manière.

« « Nous sommes désolééééés !! » »

« ... Très bien, » déclara Diablo en faisant un grognement.

On aurait dit qu’ils comprenaient maintenant la différence de leurs forces.

 

Mais ça ne s’était pas terminé comme ça. D’une certaine manière, quelque chose d’encore plus gênant que la Baleine des Sables venait d’apparaître.

***

Partie 8

Il était arrivé à cheval puis il était descendu de là — un Paladin et non pas l’un de ces faux membres de la Brigade Paladine, mais un vrai Paladin. Il portait une armure familière et une lance qui débordait pratiquement d’énergie magique. C’était un homme dans les années dorées de sa vie, quelque part au même âge que Galford. Il portait une barbe abondante qui descendait jusqu’à sa poitrine.

Je pensais qu’il pourrait être un nain... mais je suppose qu’il est humain, pensa Diablo.

La discrimination contre les races était particulièrement forte dans la capitale. Donc seul des Humains étant nommés à des postes importants. Il était très probable qu’il n’y avait pas de nains parmi les Paladins.

Le Paladin regarda Diablo, son expression déjà sévère devenant encore plus sinistre. Si Galford symbolisait le mot « strict » selon Diablo, alors ce type était plus comme un « boss de l’obstination ».

Le Paladin avait ouvert la bouche. « Est-ce vous qui avez utilisé cette magie tout à l’heure... ? »

Avant que Diablo ne puisse répondre, la Brigade Paladine s’était relevée.

« Chef ! » Ils avaient recommencé à être arrogants.

L’homme que Diablo avait envoyé voler plus tôt s’était pavané vers lui. « Hehe hehe hehe... Hé, Sorcier ! Tu as agi comme si tu étais un grand homme, mais c’est fini maintenant ! C’est le capitaine des Paladins, le grand Sire Batutta ! Qu’est-ce que tu penses de ça !? »

« Donc, c’est bien ce que je pensais, » déclara Diablo avant de pousser un soupir.

Diablo était à moitié déçu. Le capitaine des Paladins pour qui ils s’étaient donné tout ce mal pour pouvoir avoir une rencontre était le chef d’un groupe de voyous.

Batutta était resté silencieux.

— C’est vrai, je suppose qu’il m’a posé une question, pensa Diablo.

Diablo avait haussé les épaules. « Si tu parles du sort qui a repoussé cette Baleine des Sables plus tôt, alors oui, c’était ma magie. Et toi, tu as utilisé une sorte de capacité martiale ? »

« Aye. C’était ma “Frappe des Sept Étoiles”, » répondit Batutta.

« Hm !? »

— Une technique de niveau 130 !? pensa Diablo.

Il y avait toujours un écart dans leurs statistiques, mais selon la situation et la façon dont il agissait dans la bataille, il y avait une chance qu’il puisse vaincre Diablo dans un tel combat. Compte tenu des pertes subies dans la réserve de magie de Diablo, il s’attendait à une bataille extrêmement difficile pour lui-même.

Ses paumes commençaient à transpirer, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas ressenti cette tension.

Les membres de la Brigade Paladine affichaient sur leurs visages un air suffisant en raison de leur triomphe certain.

« À genoux, Sorcier ! Connais ta place ! Même si Dieu te pardonne de parler avec tant de légèreté à Sire Batutta, nous ne le ferons pas ! »

« Tch... »

Les membres de la Brigade étaient absolument extatiques, se laissant emporter plus que jamais. Dans un monde comme celui-ci où le niveau 50 était considéré comme « le plus fort de la ville », Batutta était de niveau 130 ou plus. Les membres de la Brigade commettaient l’erreur de penser que leur chef n’avait pas d’égal.

— On dirait que je ne pourrai pas éviter une bataille, pensa Diablo.

Alors qu’il les regardait tous, Lumachina était venue du côté de Diablo.

— Whoa, whoa, whoa, whoa, c’est trop dangereux ! pensa Diablo.

« Est-ce que cette personne est Batutta, Capitaine des Paladins ? » demanda Lumachina.

« Incline-toi, femme !! » L’un des membres de la Brigade Paladine lui avait crié dessus, avec ses yeux injectés de sang.

Lumachina ignorait ses cris de fureur, ne regardant que Batutta. « Qu’est-ce que ça veut dire, Capitaine ? Qu’est-ce c’est que cette “Brigade Paladine” dont ces gens prétendent faire partie ? Je ne me souviens pas avoir donné la permission pour qu’une telle chose se produise. Est-ce que l’Organe Cardinal l’a permis ? Ou est-ce quelque chose que vous avez créé de votre propre gré ? »

Batutta avait un regard empli de curiosité sur son visage en réponse à ce qu’elle avait dit. Il la fixa intensément. Puis, soudain, des perles de sueur commencèrent à se former sur son front.

« Vous... Vous êtes..., » balbutia Batutta.

Un membre de la Brigade avait dégainé son épée. « Laissez-moi faire, chef ! Je vais leur montrer comment ils devraient agir envers le Capitaine des Paladins ! »

« ... Pourriez-vous être... la Grande Prêtresse ? Êtes-vous la Grande Prêtresse !? » demanda Batutta.

« Je crois que c’est la première fois que nous nous rencontrons, » répondit Lumachina.

« Je vous ai vu une fois quand vous n’étiez qu’un bébé ! Il-Il n’y a personne d’autre qui pourrait posséder une telle lumière divine ! » répondit Batutta.

« Je vois, quand j’étais bébé... Pardonnez-moi d’être impolie, » déclara Lumachina.

Lumachina avait uni ses mains. Le symbole étincelant de l’Église était apparu devant sa poitrine, émettant une lumière chaude et douce qui s’était répandue dans la région. Les citadins qui nous regardaient de loin avaient émis des voix d’émerveillement, joignant leurs mains et s’agenouillant.

« Ô, Seigneur... »

« Elle est la Grande Prêtresse... »

« Il s’agit véritablement d’un spectacle à contempler... »

Diablo les entendait chuchoter.

« M-Mes plus humbles excuses ! Je ne peux pas m’excuser assez pour mon manque de respect ! » Batutta s’était aussi agenouillé.

« Quoi !? Euh !? Euh !? »

Voir leur chef incliner la tête devant quelqu’un d’autre avait complètement agité les membres de la Brigade. Leurs yeux n’arrêtaient pas d’aller et venir vers Lumachina. Voyant à quel point ils étaient incapables de comprendre la situation, Batutta avait rugi.

« Imbéciles insolents ! Êtes-vous conscient de qui se tient devant vous !? Il s’agit de la Sainte qui livre la parole de Dieu à toutes les églises — la Grande Prêtresse Lumachina Weselia ! Connaissez votre place et prosternez-vous, MAINTENANT !! »

« Eeeeeeeek !? »

Ils semblaient plus effrayés par l’attitude menaçante de Batutta que par le contenu de ce qu’il disait. Les deux mains sur le sol, les membres de la Brigade Paladine avaient placé leur front contre le sable.

Lumachina poussa un soupir. « Dieu vous regarde... Plutôt que de vous incliner devant moi, je suis sûr qu’ils préféreraient que vous tendiez la main et que vous aidiez ceux qui le demandent. »

« Urk !? E... Eep... »

La respiration des hommes devant elle devenait plus incontrôlable. Ils transpiraient abondamment alors que leur corps tremblait de façon incontrôlable. Il semble qu’ils avaient finalement réalisé ce qu’ils étaient coupables d’avoir fait, et à qui ils l’avaient fait.

 

— Vous récoltez ce que vous semez, les gars. Ça devrait être une bonne pilule à avaler, pensa Diablo.

Diablo avait laissé échapper un rire méprisant pendant que Rem et Shera se blottissaient de part et d’autre de lui.

« ... Je me sens un peu mieux maintenant, » déclara Rem.

« Hahahaha ! Moi aussi ! » déclara Shera.

Diablo ne pouvait pas être en désaccord avec ça.

« ... Alors, ce devrait annoncer la fin de notre escorte, non ? » demanda Rem.

« Elle devrait être bien avec ce type, non ? » demanda Shera.

Diablo avait décidé de ne pas encore répondre à cette question.

***

Partie 9

« On dirait que vous avez des visiteurs amusants, bandes d’escrocs. »

 

« Hm !? »

Batutta avait pris sa lance, regardant au-dessus de lui. Diablo avait aussi regardé vers le haut pour voir quelqu’un debout au milieu des airs. Il se tenait dans le ciel sans rien sur quoi se tenir, sa cape rouge flottant dans la brise.

— Est-ce que c’est... les « Ailes Cramoisies » !? Se demanda Diablo.

Il s’agissait d’une pièce d’équipement à peu près aussi rare que le Rideau des Sombres Nuages de Diablo et imprégné de Magie de Vol. Se reposant sur son épaule était un fusil presque aussi long que la longueur totale de son corps.

— C’était donc le Fusilier Magique d’avant !? Se demanda Diablo.

« Dis ce que vous voulez de moi, mais toute insulte à cette personne et votre tête est aussi bonne que la mienne, Laminitus ! » Batutta avait fait retentir sa réponse.

« Vous devriez ajouter “la Grande” en faisant référence à la “Grande Laminitus”, espèce d’escroc irritable, » répliqua l’autre.

C’est alors que Diablo avait finalement remarqué — .

— Une voix de femme... !!? pensa Diablo.

 

Le Fusilier Magique avec la cape rouge vif était descendu des airs.

— Oui, c’est bien une femme, pensa Diablo.

Elle descendit doucement sur le sol sablonneux, montrant sa parfaite maîtrise des Ailes Cramoisies. On pouvait presque sentir son sex-appeal quand elle avait atterri. Elle semblait avoir à peu près le même âge que Diablo — et tout aussi arrogante, à en juger par son attitude.

Après avoir jeté qu’un seul coup d’œil à Batutta, elle avait tourné son attention vers Lumachina.

« Nous sommes le souverain de la Tour de Zircon, Fanis Laminitus. Et vous seriez la Grande Prêtresse, Nous supposons ? » demanda-t-elle.

Ses lèvres écarlates bougeaient si légèrement.

 

 

Quelque chose semblait... inapproprié à propos de la façon dont elle avait agi.

« ... Vu la façon dont elle parle, il semble qu’elle se considère plus comme la dirigeante d’une nation que comme une gouvernante, » chuchota Rem à l’oreille de Diablo.

« Hmph, alors je comprends, » murmura Diablo.

Galford avait agi de son propre chef, mais il s’était quand même comporté comme quelqu’un au service de la cour royale. Laminitus, d’autre part, avait l’attitude d’une impératrice.

— Je ne me souviens pas que quelqu’un comme elle qui serait la gouvernante ici, cependant..., pensa Diablo.

 

Lumachina avait uni ses mains. « C’est exactement comme vous l’avez dit. Je suis Lumachina Weselia, la Grande Prêtresse. C’est un plaisir de vous rencontrer, gouvernante, » déclara Lumachina.

« Hehe... de penser que le chef de ce groupe d’escrocs n’était autre qu’une jeune fille, » répondit Laminitus.

« Qu’entendez-vous par “escrocs” ? » demanda Lumachina.

« Bien qu’ils ne fassent rien d’important, ces petits chiots exigent encore des dons. Nous n’autorisons pas les parasites à l’intérieur de Notre domaine, ce qui signifie que Nous n’approuvons pas la religion ici, » déclara Laminitus.

« Euh !? » s’exclama Lumachina.

« Cependant, Nous leur permettrons de faire des affaires que s’ils payaient les impôts sévères, » déclara Laminitus.

« Qu’est-ce que vous dites !? Le roi de Lyferia, Delouche Xandros, a ordonné qu’il soit du devoir de tous les gouverneurs de construire des églises et de les rendre exemptes d’impôts..., » déclara Lumachina.

« Haha ! Comme si Nous nous soucions de ce lâche inutile ! Si le roi a un problème avec Nous, alors il peut essayer de venir ici ! » déclara Laminitus.

 

— Je vois... Le roi n’est jamais venu dans le dangereux domaine du Seigneur Démon. Il ne serait pas si facilement capable d’arrêter le déchaînement de Laminitus comme ça, pensa Diablo.

Non seulement cela, mais Laminitus était tout à fait une personne compétente. En se basant sur son attaque au fusil magique de tout à l’heure et sur la façon dont elle avait agi avec Batutta, Diablo dirait qu’elle était de niveau 100 ou plus. Même lorsqu’il avait affronté un groupe de six joueurs de niveau 150 dans le Croisement de la Rêverie, Diablo avait tout de même réussi à s’imposer. Mais même à l’époque, le combat avait été adapté au nombre de personnes auxquelles il faisait face, et il était capable d’utiliser un nombre presque infini d’objets. Il avait déjà utilisé les potions les plus rares qui restaient dans sa poche de transport.

— Je me demande comment fonctionnent les Fusiliers Magiques dans ce monde. Je ne peux pas l’affronter si je ne sais rien de leurs capacités, pensa Diablo.

Toute la base sur laquelle les Fusiliers Magiques avaient été construits était la capacité de « tirer des balles infusées de magie, et pour que les effets de ces sorts s’activent lorsque la balle a été tirée ». Quand la classe avait été mise en place pour la première fois, ils pouvaient en tirer autant qu’ils le voulaient à la chaîne, en tir rapide. Bien que les balles soient des articles consommables, le DPS qu’ils pouvaient produire était dans une ligue à part, assez pour qu’ils puissent détruire tout l’équilibre du jeu.

Diablo avait également souffert d’avoir été giflé au visage avec les liasses d’argent que les joueurs pay-to-win avaient balancé dans le jeu à cause de cela.

— En y repensant, j’ai fait face à un duo de joueurs de haut niveau qui s’étaient lancés dans une fusillade avec moi en n’utilisant que les armes magiques à deux en se spécialisant dans les dégâts. C’était un peu risqué puisqu’ils ont détruit la moitié de ma vie en un instant... Mais ils étaient un couple portant des « Bagues de mariage », alors je les ai annihilés, bien sûr ! Pensa Diablo,

Après divers ajustements et rééquilibrages, les dernières versions des Fusiliers Magiques avaient vu leur capacité de tir rapide s’estomper, et ils avaient pris une énorme diminution quant à leurs dommages. Mais comme ils ne consommaient pas de mana lorsqu’ils étaient utilisés au combat, et Diablo les considérait toujours comme étant assez puissants.

 

« Je comprends que vous avez vos propres opinions sur le roi, mais les gens sous votre gouvernance souffrent, n’est-ce pas ? » répondit Lumachina.

« C’est parce que ces escrocs exigent des “dons” immérités, » répondit Laminitus.

Batutta avait grimacé alors que la conversation avait été tournée vers lui. « Après avoir fait enlever notre église, et compte tenu de votre détermination à nous taxer d’une façon ou d’une autre, demander des dons à nos fidèles a été notre seul recours. Les prêtres ont aussi leur propre vie à vivre ! »

« Hmph... Dieu n’était-il pas censé être quelqu’un qui distribuait du vin et du pain ? » demanda Laminitus.

« C-C’est..., » commença Batutta.

Lumachina avait secoué la tête. « Même si c’est possible pour Dieu, ce n’est pas le cas des individus. Nous croyons en Dieu, et non pas les dieux qui croient en nous. »

« Hoho ? Alors vous pensez à Nous faire la leçon... Les grands prêtres semblent penser le monde selon eux-mêmes. Si vous êtes vraiment une personne si importante, alors testons si vous avez vraiment la protection de Dieu de votre côté ! » déclara Laminitus.

Laminitus avait déplacé le fusil magique de son épaule, le dirigeant vers Lumachina.

« Qu’est-ce que vous faites... !? » s’exclama Lumachina.

« Tch ! » Diablo s’était préparé à utiliser un sort — mais Batutta avait déjà poussé sa lance vers l’avant. Le combat rapproché était l’endroit où les Guerriers étaient vraiment les meilleurs.

« Espèce d’insolent, imbécile ! » cria Laminitus.

La pointe de sa lance n’avait rencontré que de l’air. Laminitus s’était posée doucement à une dizaine de pas de lui.

Cela s’était déroulé si vite — avant même que Diablo ne puisse libérer sa magie, Batutta avait chargé avec sa lance, tandis que Laminitus avait sauté loin de lui.

— Ces gars sont assez forts, pensa Diablo.

 

Leur vitesse était quelque chose d’admirable.

Laminitus avait éclaté de rire. « Hahaha ~ ! Il semble qu’après tout, vous ne croyez pas en Dieu ! C’est pourquoi vous avez essayé de protéger Mademoiselle la Grande Prêtresse là-bas. S’il y avait vraiment un dieu, ils la protégeraient sans que vous ayez à faire quoi que ce soit, n’est-ce pas !? »

« Que de mensonges ! » Batutta avait rugi.

À l’intérieur, Diablo était presque convaincu de ça.

Lumachina secoua la tête. « Vous prenez Dieu pour une sorte d’armure toute puissante. Quelqu’un qui a une compréhension aussi superficielle que vous n’a pas les qualifications nécessaires pour parler de ce sujet. »

« Nous nous méprenons... vous dites ? Et superficiel !? » s’exclama Laminitus.

Elle avait envoyé un regard vicieux vers la Grande Prêtresse, mais Lumachina était restée calme et composée.

« Écoutez-moi bien — Dieu est toujours en train de regarder. Quelles que soient les mauvaises actions que vous accomplissez, elles finiront par engendrer un désastre, soit pour vous-même, soit pour vos descendants. Par exemple, disons que vous me tirez dessus ici et que je devais mourir à cause de cela, c’est peut-être Dieu qui porte son jugement sur moi pour mes propres péchés. Ou bien, il se peut que Dieu me rappelle à lui dans les cieux. Il est impossible pour les personnes de comprendre pleinement la manière dont Dieu agit, » déclara Lumachina.

Pendant un bref instant, Lumachina avait jeté un coup d’œil sur Diablo.

 

— Je comprends maintenant... Puisqu’elle pense que personne ne peut comprendre comment Dieu fonctionne, c’est peut-être pour cela qu’elle a accepté mon histoire ridicule. Se demanda Diablo.

 

Non, d’après sa façon de se conduire, Lumachina est très perspicace. Est-ce qu’elle a peut-être compris mon mensonge maintenant ? Si oui, que sait-elle ? A-t-elle compris que j’étais un joueur exclu qui faisait semblant d’être un Seigneur Démon ? Non, il n’y a pas de possibilité qu’elle puisse... Je ne suis vraiment pas doué avec les autres, je n’arrive pas à déchiffrer ce qu’ils pensent vraiment..., pensa Diablo.

« Hmph..., » Laminitus renifla avec mépris. « Alors ça fait de vous un imbécile qui dépend de choses aussi insignifiantes ! Y a-t-il quelqu’un qui ferait confiance à une arme peu fiable sur le champ de bataille ? Et vous dites que le désastre finira par Nous arriver ? Quelle banalité absolue ! Nous allons aussi abattre ce “désastre” ! »

« Ce n’est pas ce que..., » déclara Lumachina.

« Vous n’êtes qu’une bande d’escrocs, profitant de l’insécurité des masses pour les soulager de leur argent, » continua Laminitus.

« Mais les miracles de guérison et les récoltes abondantes existent vraiment, vous savez ? » déclara Lumachina.

« Vous devriez alors recevoir une compensation appropriée pour les choses qui ont une utilisation réelle. C’est ce que cela signifie de faire des affaires, et Nous vous permettons de le faire — à condition que vous ayez payé vos impôts ! » déclara Laminitus.

Lumachina soupira. La conversation entre la Lumachina profondément pieuse et le Laminitus utilitaire n’allait nulle part. Si cela traînait plus longtemps, elle pourrait finir avec un fusil magique pointé sur elle à nouveau.

Batutta avait marché entre elles. « Lady Lumachina, restons-en là pour aujourd’hui. Laminitus, nous n’utilisons pas l’église ici, et nous ne fuyons pas vos impôts. Je pense que nous n’avons rien fait pour mériter le mépris de la gouvernante, n’est-ce pas ? »

« Hmph... Nous n’avons jamais eu affaire avec vous au départ, et cette Grande Prêtresse n’est rien d’autre qu’un mal de tête supplémentaire. La seule raison pour laquelle Nous sommes arrivés était de chercher celui qui a utilisé ce curieux sort contre cette bête monstrueuse plus tôt. »

 

— Attendez, c’est moi... !! pensa Diablo.

 

Involontairement, un air renfrogné était apparu sur le visage de Diablo. À en juger par la façon dont Laminitus avait agi, tout ce qu’elle ferait lui causerait probablement un mal de tête.

Avec un jeu d’acteur que l’on ne pouvait qualifier que de sublime, Batutta secoua la tête. « Je suis venu ici aussi pour le trouver... mais il semblerait que personne ne sache qui c’était. »

« Hoho ~ ho ? »

Laminitus fixa ses yeux sur Diablo. C’était comme s’il devait éviter de la regarder. C’était comme si quelqu’un avait l’air d’avoir des ennuis pendant que vous vous promeniez en ville. Mais agir comme un peureux n’était pas quelque chose qu’un Seigneur Démon ferait, c’est pourquoi il l’avait dévisagée.

« Que comptez-vous faire après avoir trouvé ce Sorcier ? » demanda Diablo.

Laminitus avait tordu sa bouche en un sourire. « Si Nous pouvons l’utiliser, alors Nous en ferons l’un de Nos subordonnés, bien sûr ! S’il ne Nous écoute pas, alors Nous lui enseignerons la différence entre nos pouvoirs par la force ! »

« Tu es vraiment un bourreau du travail, » déclara Diablo.

Sans le vouloir, il avait laissé échapper ce qu’il ressentait vraiment. Il pensait qu’elle allait s’envoler vers lui, mais à la place, elle lui avait fait un sourire enjoué.

« Hm-hm-hm-hm... S’il est vraiment une personne si puissante, alors sûrement qu’il se tiendra devant Nous un jour, » déclara Laminitus.

— Mais il l’est déjà..., pensa Diablo.

Elle était probablement déjà au courant de ce fait. Cependant, Laminitus avait coupé court à la conversation, tournant son regard vers l’ouest.

« Il semble que Nos subordonnés ont attrapé le Navire des Sables idiot qui a causé une scène plus tôt. Nous poursuivrons notre conversation un autre jour, » déclara Laminitus.

Elle s’était relevée dans les airs, balayant le sable quand elle l’avait fait, et s’était envolée vers l’ouest de la Tour de Zircon.

 

« ... Pffw... Il semble que vous avez eu une personne assez gênante qui vous a mis en ligne de mire, » déclara Rem en semblant épuisé.

« Ne dis pas ça. Tu vas juste me rendre encore plus épuisé, » déclara Diablo en haussant les épaules.

« Je n’avais aucune idée de ce qu’elle disait la plupart du temps ! » déclara Shera en riant.

— Franchement, je devrais apprendre à être insouciant..., pensa Diablo.

 

Batutta s’agenouilla encore une fois devant Lumachina. « Permettez-moi de m’excuser encore une fois pour mon impolitesse. Il semble que l’incompétence de mes subordonnés vous ait aussi causé des ennuis. Puis-je vous inviter à vous joindre à moi dans mon domaine ? »

« Merci. J’ai aussi quelque chose dont j’aimerais discuter avec vous, » répondit Lumachina.

« Je vais préparer un char des sables tout de suite, » déclara Batutta.

Diablo et les autres, ou plutôt Lumachina et ses supposés assistants avaient été emmenés à bord du char tiré par des chameaux et s’étaient dirigés vers le nord de la ville.

***

Partie 10

Pour l’instant, ils avaient continué à voyager paisiblement.

 

Les chameaux marchaient sur le sable avec leurs pattes épaisses. Les roues des charrettes et des chariots s’enfonçaient dans le sable ici, et il semblerait donc qu’ils utilisaient plutôt ces chars des sables qui ne possédaient pas de roues, mais qui glissaient.

Batutta tenait les rênes pendant que Diablo et les autres étaient assis dans leurs sièges. Ils étaient arrivés à un bâtiment géant qui faisait face à la route principale. La bâtisse était faite de pierre comme tout ce qui l’entourait, mais elle était aussi construite sur une fondation de pierre solide et avait un clocher qui s’élevait dans le ciel. Bien qu’il soit situé au milieu d’un désert, des vitraux en bordaient les murs.

C’était une église imposante, entourée d’un périmètre de gardes locaux, empêchant quiconque de s’approcher.

Lumachina avait placé une main sur sa bouche. « Est-ce l’église ? »

« Oui. Mais, elle était fermée sur ordre de Laminitus..., » répondit Batutta.

La gouvernante avait étiqueté l’Église comme une bande d’« escrocs » et elle ne leur avait accordé aucun privilège spécial.

« Pourquoi aurait-elle ordonné sa fermeture ? » demanda Lumachina.

« Cette église a été construite par l’ancien gouverneur conformément au décret du roi, de sorte que la propriété de l’édifice revient au gouverneur. On nous a dit que si nous voulions l’utiliser, nous aurions besoin de payer un loyer... On nous a donné un prix au taux actuel, mais... c’était encore trop cher à payer avec nos dons..., » répondit Batutta.

« C’est pourquoi vous ne l’utilisez pas, je vois, » déclara Lumachina.

« Il y avait des citadins qui ont exprimé leur désir de nous laisser utiliser l’église, mais... eh bien, vous avez déjà vu quel genre de personne est Laminitus, » déclara Batutta.

« Oui, c’est un problème, » Lumachina avait déplacé ses yeux vers le bas.

« ... Je n’ai jamais entendu parler d’un roi disant quelque chose comme ça pour l’Église avant, » chuchota Rem. « Je trouve que leur demander un loyer est une demande tout à fait raisonnable. »

« Oui, tu as raison, » Shera était d’accord.

« ... Comment étaient les églises chez toi dans le Royaume de Greenwood ? » demanda Rem.

« Hm ? Nous avons l’Arbre Sacré et tout ça, je suppose que ça compte ? » demanda Shera.

« ... Euh... Et les dortoirs pour les prêtres ? » demanda Rem.

« Ils dorment dans leur propre maison. Le prêtre travaille actuellement dans une maison de thé. Ils ne font des trucs de prêtres que pendant les fêtes ou quand quelqu’un a besoin de prières, » répondit Shera.

« ... Est-ce que c’est suffisant ? » demanda Rem.

« Oui, à peu près, » répondit Shera.

Puisque les deux ne semblaient pas exactement sur la même longueur d’onde, Diablo avait coupé dans la conversation.

« La raison pour laquelle ils peuvent s’en sortir en tant que prêtres en tant qu’occupation secondaire est la petite population de Greenwood. Cela, et ils n’ont pas beaucoup de cérémonies à effectuer. Les elfes vivent longtemps, mais leur taux de natalité est faible, » déclara Diablo.

« ... Je vois. C’est pour ça qu’ils peuvent être Prêtres, » déclara Rem.

« Les églises du Royaume de Lyferia ne sont pas seulement pour la prière, mais peuvent aussi fournir des services comme l’acceptation du dépôt en espèces et l’éducation des enfants. Bien qu’elles portent le même nom, les Églises se voient attribuer des fonctions différentes selon la population d’un pays et les systèmes en place dans ce pays. Cela signifie simplement que cela ne sert à rien de simplement les comparer, » déclara Diablo.

« ... Comme je devrais m’attendre de votre part, Diablo, vous possédez une quantité choquante de perspicacité pour ces choses-là, » déclara Rem.

« Ce n’est qu’une chose tout à fait normale, » répondit Diablo.

« ... C’est embarrassant à admettre, mais je ne connais que Faltra et quelques villes voisines. Après tout, je n’ai jamais quitté le Royaume de Lyferia, » déclara Rem.

« Hm, je vois, » répondit-il.

La télévision et l’Internet n’existaient pas dans ce monde, et le prix des livres était important. Bien que Diablo ne possédait qu’une connaissance générale du gouvernement et de l’économie, le fait de les connaître était précieux.

 

« Vous ne pouvez pas diriger le culte ou faire beaucoup d’autres choses sans une église, n’est-ce pas ? » demanda Lumachina à Batutta.

« Nous avons installé des tentes dans la partie nord de la ville en remplacement d’une chapelle, » répondit Batutta.

« Puis-je les voir ? » demanda Lumachina.

« C’est... un peu à l’écart. Peut-être après vous être reposé d’abord ? » demanda Batutta.

« Tout de suite, s’il vous plaît, » déclara Lumachina.

« Compris, » répondit Batutta.

S’il était honnête, puisqu’il avait déjà utilisé tant de mana, il voulait prendre quelque chose à manger et plonger dans son lit le plus tôt possible. Mais il comprenait toutefois ce que Lumachina ressentait. Il était resté silencieux, ballotté dans son siège pendant que le char des sables bougeait.

La Tour de Zircon était une petite ville par rapport à Faltra. Il ne leur avait fallu peu de temps pour atteindre la partie nord de la ville. Il y avait une multitude de petites tentes installées ici, une centaine au total.

Lumachina avait fait comme si elle allait se lever.

« Est-ce que ce sont toutes des tentes de l’Église ? » demanda Lumachina.

« Seulement la moitié d’entre eux. Le reste a été mis en place par des aventuriers, des marchands, etc., » répondit Batutta.

« Malgré tout, il y en a beaucoup, » déclara Lumachina.

« Mais ce n’est pas encore suffisant... Mes excuses, Lady Lumachina, mais cela serait un problème pour nous de nous rapprocher, » déclara Batutta.

« Et pourquoi cela ? » demanda Lumachina.

Le char des sables avait fait demi-tour.

« Il s’agit de la zone pour les gens qui attendent la prière, » déclara Batutta en pointant du doigt.

Il y avait une ligne d’environ trois mille personnes devant l’une des tentes qui était plus grande que les autres. Elle était composée de toutes sortes d’hommes, de femmes et d’enfants, y compris des Humains, des Elfes, des Nains, des Panthériens et des Marcheurs d’Herbes.

« Il y en a beaucoup plus en ce moment à cause de la perturbation avec la Baleine des Sables plus tôt. Habituellement, il y a environ un millier de personnes en attente, » expliqua Batutta.

« Avez-vous vraiment autant de personnes de notre foi qui attendent ? » demanda Lumachina.

« Il y en a qui n’ont pas la chance de pouvoir prier, même s’ils attendent toute la journée. Il fait froid la nuit, alors on leur dit de revenir le lendemain matin... mais la plupart d’entre eux ne quittent jamais la file d’attente, » répondit Batutta.

« Mais pourquoi feraient-ils une telle chose !? » demanda Lumachina.

« Non seulement il s’agit de l’ancien Domaine du Seigneur Démon, mais il n’est pas rare que des monstres comme celui d’avant fassent une apparition. Il n’y a pas non plus de barrière pour protéger la ville. Il y a beaucoup de personnes pour qui c’est une nécessité et à cause de cela, nous obtenons des lignes aussi longues que celle que vous voyez maintenant, » répondit Batutta.

« Je vois..., » Lumachina hocha la tête en réponse.

Diablo avait scruté les environs. Après l’avoir fait, il avait repéré une tente qui était un peu éloignée des autres, avec environ trois personnes alignées devant elle. À en juger par leurs apparences, ils semblaient plutôt bien lotis.

« Hmph... Dites-moi, est-ce que c’est également une ligne de prières ? » demanda Diablo.

« ... C’est bien le cas, » Batutta semblait réticent à répondre.

« Qu’est-ce que cela signifie ? » lui demanda Lumachina.

« Cette ligne ne s’applique qu’à ceux qui versent des contributions importantes. Lady Lumachina, je vous demande de ne pas mal interpréter cela. Non seulement nous manquons de prêtres, mais c’est une zone très dangereuse dans laquelle nous vivons. Nous ne pouvons pas répondre à tous ceux qui souhaitent une prière. Il est naturel qu’une priorité plus élevée soit accordée à ceux qui offrent des dons plus importants, car c’est un signe qu’ils ont besoin de prières pour ainsi donner de tels montants. »

Lumachina avait gardé la tête baissée alors qu’elle réfléchissait en silence. Elle était intelligente, alors elle avait compris qu’elle ne pouvait pas simplement juger Batutta comme étant corrompue à cause de cela.

« N’est-ce pas un peu bizarre ? Ne devriez-vous pas commencer par ceux qui ont fait la queue en premier ? » demanda Shera avec un froncement de sourcils.

« ... Si c’était le cas, que feriez-vous si ceux qui n’étaient pas pressés de faire la queue face à ceux qui l’étaient ? » répondit Rem à voix basse.

« Mmm, je veux dire, je me sentirais mal pour eux et pour les autres, mais n’est-il pas plus juste qu’ils s’alignent plus vite ? » demanda Shera.

« ... Cela signifie simplement que les gens qui ont plus de temps libre seraient mieux traités. Diriez-vous qu’il est juste que ceux qui travaillent dur et qui offrent leur argent soient moins bien accueillis par rapport à ceux qui ne travaillent pas et investissent que dans leur temps ? » demanda Rem.

« Oh, hmmm, » murmura Shera.

« ... L’Église serait plus heureuse que les gens fassent des dons plus importants plutôt que de les voir faire la queue ainsi. C’est pourquoi les personnes qui en donnent le plus bénéficient d’un traitement préférentiel en retour, » déclara Rem.

Rem avait une compréhension précise de la question. Ce avec quoi Lumachina se débattait intérieurement avait probablement à voir avec l’incident de la mère et de l’enfant de tout à l’heure. Bien qu’ils aient demandé un modeste don pour la prière, il y avait encore ceux parmi les trois mille qui n’avaient pas les moyens de payer même cela. Mais serait-il approprié de dire cela à Batutta maintenant ? Le manque de prêtres était un problème fondamental pour eux, ce n’était pas quelque chose que l’on pourrait résoudre si facilement en ne disant que la vérité la plus franche. Non seulement cela, mais elle était venue ici pour lui demander un abri auprès de l’Organe Cardinal.

— Les bonnes personnes ne sont pas vraiment aptes à gérer ce genre d’opérations, pensa Diablo.

« Cela devrait suffire, n’est-ce pas ? » Diablo avait parlé. « Je me lasse de fixer ces lignes de croyants. »

Batutta hocha la tête. Il semblait qu’il ne voulait pas faire durer le sujet des lignes plus qu’il n’en avait besoin.

« Vous devez tous être fatigués après un si long voyage. Bien que je ne puisse vous fournir que de modestes arrangements, je vous préparerai de la nourriture et un endroit pour vous reposer, » déclara Batutta.

« Super ! » Shera leva les mains en l’air avec un cri de joie.

Mis à part les politiques de l’Église, Diablo était franchement reconnaissant pour la nourriture et un endroit où dormir.

 

« ... Avoir un millier de personnes qui font la queue en tant que situation si régulière, c’est vraiment de trop, » murmura Lumachina.

***

Partie 11

Puis, en laissant derrière eux le groupe de tentes, ils étaient retournés au centre de la ville. Ils étaient arrivés au bâtiment où se trouvaient Batutta et les autres prêtres.

« Nous louons cet endroit à bas prix auprès d’un marchand. C’est un homme ayant une profonde foi, » déclara Batutta.

Les murs de pierre robustes de la maison étaient énormes. Cela suffisait à faire croire que l’endroit était assez grand pour servir d’église...

Mais il n’y avait pas d’endroit spacieux pour le culte, car elle avait été construite comme une maison normale. Il y avait une petite entrée puis un hall d’entrée avec la salle à manger, une salle de séjour au centre, et des pièces à usage personnel situées tout autour. Les fenêtres avaient été gardées fermées pour ne pas laisser entrer le sable, gardant l’intérieur de la maison dans l’obscurité. Pour cette raison, les lampes à huile suspendues au plafond étaient allumées même pendant la journée. Dans cette ville, il était plus facile de se procurer de l’huile plutôt que des bougies. Il y avait des peintures ornant les murs et un tissu blanc recouvrait la table. Il était presque facile d’oublier qu’ils se trouvaient dans une ville au milieu d’un désert.

Dix servantes s’inclinèrent profondément pour saluer. Celle qui se tenait à la tête du groupe était une beauté aux cheveux couleur gris-corbeau avec une grande poitrine. Elle avait l’air un peu plus âgée que Diablo.

« Bienvenue, Grande Prêtresse Lumachina Weselia. Je suis la femme de chambre, Shiliu. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à nous le faire savoir, » déclara la femme.

« Très bien, » répondit Lumachina d’un signe de tête.

La voir ainsi calme dans ce genre de situations donnait vraiment l’impression qu’elle faisait partie de l’élite de la société. Si une femme de chambre lui demandait « Si vous avez besoin de quoi que ce soit » comme salutation, Diablo serait devenu une épave de nervosité. La tenue de Mei de l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit lui avait fait penser que l’endroit ressemblait davantage à un café de soubrette, mais cela lui avait permis de se sentir plus à l’aise.

Maintenant qu’il y avait pensé, ils étaient loin d’Edelgard depuis environ deux semaines, mais personne n’avait compris qui elle était vraiment, n’est-ce pas ? Ne causait-elle pas d’ennuis à quelqu’un ? Edelgard s’en sortait-elle bien avec son travail ?

— Si seulement ils avaient des téléphones ici ou quelque chose comme ça..., pensa Diablo.

 

La servante en chef les avait conduits dans la salle à manger où Lumachina s’était assise à la tête de la table, avec Batutta assis à côté d’elle. Diablo était sûr qu’ils allaient être traités comme de petits gardes ou des assistants ou une autre chose du genre, mais à sa grande surprise, ils avaient été traités comme des invités.

En y repensant, Batutta avait fait semblant de ne pas savoir que Diablo était le sorcier que Laminitus cherchait plus tôt. Peut-être qu’il traitait correctement Diablo pour avoir amené Lumachina ici et repousser cette Baleine des Sables de tout à l’heure ?

— Mais je ne sais pas si je peux lui faire confiance juste à cause de ça..., pensa Diablo.

 

Alors qu’il se demandait quelle sorte de nourriture ils cuisineraient au milieu d’un désert... une soupe rougeâtre à base de haricots fut servie.

— C-C’est... !? pensa Diablo.

Lumachina et Batutta avaient réuni leurs mains. Diablo avait fait la même chose.

« O. Seigneur dans le ciel, nous vous remercions pour cette grâce aujourd’hui. »

Il n’avait jamais prié à l’heure des repas avant ça, mais c’était devenu une habitude après qu’il eut commencé à voyager avec Lumachina. Chaque fois qu’elle priait, l’odeur rance disparaissait de la vieille viande, et l’eau de pluie sale devenait fraîche et pétillante, ce qui ne le dérangeait nullement.

Il avait utilisé une cuillère en argent pour porter la soupe à sa bouche. Une intense sensation de picotement et le parfum des épices avaient atteint l’intérieur de son nez et avaient engourdi son cerveau.

— C-C’est vraiment... !! pensa Diablo.

« Épicéééééééééééé !! » cria Shera.

Rem avait hoché la tête. « ... Oui... Mais c’est assez bon. »

« C’est du curry ! » Diablo s’était soudainement senti excité. « Et il y a du riz aussi ! »

Cette saveur lui avait vraiment rappelé des souvenirs. C’était différent du curry qu’il avait au Japon, bien sûr, mais c’était vraiment du curry. La soupe n’était pas trop épaisse, et il y avait un parfum fort et vivifiant d’herbes. C’était quelque chose de plus proche d’un curry thaïlandais. Le riz était duveteux et les grains étaient fermes, et lorsqu’il était trempé dans la soupe, il avait la texture parfaite.

« Cela vous plaît-il, Lady Lumachina ? » demanda Batutta en souriant. « Je suis sûr que cela doit être très différent de dîner dans la capitale. »

« C’est délicieux, » elle avait déjà fait descendre sa troisième tasse d’eau alors qu’elle lui répondait.

« Est-ce épicé ? » demanda Batutta.

« Oui, juste un peu... Mais c’est quand même très bon, » déclara Lumachina.

À la fin, Shera avait réussi à obtenir trois portions de curry, faisant toujours une agitation sur la façon dont il était épicé, tandis que Diablo en avait mangé cinq.

***

Partie 12

Après qu’ils eurent fini de manger — .

Diablo était allé dans le salon et alors qu’il buvait du thé, Lumachina était arrivée, ainsi que Rem et Shera. Lumachina s’était changée pour revêtir les vêtements d’une Grande Prêtresse, que Batutta avait préparés apparemment pour elle. C’était une robe ample qui utilisait une base de blanche et rouge au niveau des couleurs. Le long tissu la couvrait jusqu’aux genoux, mais il pouvait voir sa peau lisse entre les interstices.

« Qu-Qu’est-ce que vous en pensez ? » demanda-t-elle, en affichant un léger rougissement des joues.

« Hm. Cela te va bien, » déclara Diablo d’un signe de tête.

En se réjouissant, Lumachina s’était mise à largement sourire. Rem et Shera étaient également heureuses, car elles l’avaient apparemment aidée à se changer.

La tenue de Grande Prêtresse que Lumachina portait quand elle et Diablo s’étaient rencontrés pour la première fois avait déjà été déchirée et elle était en lambeaux au moment où il l’avait rencontrée, alors c’était la première fois qu’il la voyait ainsi. Et bien qu’il savait qu’il ne devrait probablement pas voir les choses de cette façon... c’était une tenue assez séduisante.

— En tout cas, qui aurait cru qu’il arriverait un moment dans ma vie où je complimenterais les vêtements d’une fille. Je pensais que ce genre de choses n’arrivait qu’en jouant à des simulateurs de rendez-vous, pensa Diablo.

Il remarqua soudainement que Lumachina tenait le dos de sa main gauche avec sa main droite.

« Qu’est-ce qui ne va pas avec ta main ? » demanda Diablo.

« Oh, il n’y a pas de quoi s’inquiéter..., » répondit-elle.

Cela semblait être écorché et c’était rouge.

« ... Quand vous vous battiez avec la Baleine des Sables, il semblerait qu’elle soit tombée en essayant de ramener les personnes alors qu’ils avaient l’air d’être aspirés dans les airs, » Rem avait expliqué la situation.

« Je vois. On dirait que c’est quelque chose qu’elle ferait, » déclara Diablo.

— Oh merde... C’était à cause de ma magie ! Je suis désolé ! pensa Diablo.

Lumachina avait fait un sourire timide. « Ça ne fait plus mal. »

« Ne peux-tu pas utiliser des miracles de guérison sur toi-même ? » demanda Diablo.

« Ah... En fait, les miracles de guérison ou de récupération ne fonctionnent pas sur moi. Peu importe à qui, j’ai demandé prié pour moi, cela ne guérit même pas une égratignure, » répondit Lumachina.

« Quoi !? » s’exclama Rem.

« Habituellement, les miracles fonctionnent aussi sur les prêtres, mais étrangement, ils n’ont aucun effet sur moi... Je me demande si cela pourrait aussi être appelé une partie du plan de Dieu, » déclara Lumachina.

— Est-ce le prix qu’elle paie pour utiliser des miracles aussi puissants ? C’est une restriction assez sévère, pensa Diablo.

« Et les potions de guérison ? » demanda Diablo.

« J’en ai utilisé une, il y a longtemps, quand j’étais blessée, et elle m’a guérie, » répondit Lumachina.

« Je vois. Alors tu devrais garder ça sur toi, » déclara Diablo.

Diablo avait pris une potion de sa poche de transport et la lui avait offerte. Les yeux de Lumachina s’étaient ouvert en grand. Avec des mains tremblantes, elle lui avait pris la potion. Pour elle, c’était une bénédiction de Dieu lui-même.

« Merci infiniment ! Je le chérirai toute ma vie ! » s’exclama Lumachina.

« Non, utilise-la quand tu en as besoin, d’accord ? » déclara Diablo.

Diablo s’était replacé confortablement dans sa chaise. Rem et les autres s’étaient également assises. En un rien de temps, la femme de chambre, Shiliu, avait apporté du thé pour tout le monde.

 

Batutta avait ensuite conduit le groupe à quatre chambres à coucher qui avaient été préparées pour eux. En tant que personne la plus importante parmi eux, Lumachina s’était vu attribuer une pièce spéciale dans la partie la plus profonde de la maison.

— Nous avons été bien traités jusqu’à présent... Mais s’il se passe quelque chose, ce sera plus difficile à gérer si nous sommes tous séparés, pensa Diablo.

« Va avec elle, » chuchota Diablo à l’oreille de Rem.

Avec un petit hochement de tête, elle s’avança. « On m’a demandé de répondre à tous les besoins de Lady Lumachina. Je n’ai pas l’intention d’interférer avec les tâches des autres servantes, mais puis-je avoir votre permission de rester dans la même pièce qu’elle ce soir ? » demanda-t-elle à Batutta.

« C’est exact ! » Lumachina avait compris ce qui se passait. « Je serais terriblement incommodée si je n’avais pas Rem près de moi. »

Batutta regarda Rem de haut en bas. « La Grande Prêtresse a-t-elle besoin d’une esclave ? »

« ... V-Vous vous trompez. Il s’agit là du résultat d’un accident lorsque j’ai essayé d’utiliser la Magie d’Invocation. Je ne suis nullement une esclave, » insista Rem.

« C’est vrai ! » Lumachina avait parlé dans sa défense.

Le Capitaine des Paladins ne doutait pas de la parole de la Grande Prêtresse.

« Vous êtes donc panthérienne... aventurière, je suppose ? Et un invocateur ? » demanda Batutta.

« ... Oui, » répondit Rem.

« Normalement, quiconque ne possédant pas les qualifications de prêtre ne serait pas autorisé à s’approcher de la Grande Prêtresse... Mais je ferai une exception, » déclara Batutta.

Bien qu’il semblait réticent, Batutta l’avait permis. Il avait promis de déplacer le lit de Rem dans la chambre de Lumachina. Diablo avait été soulagé.

— Je suppose que je vais la laisser à Rem ce soir, pensa Diablo.

 

La nuit — .

Diablo avait une baignoire et une cruche d’eau dans sa chambre. En s’asseyant dans la baignoire, il utilisait l’eau fraîche pour enlever la saleté de son corps. C’était un peu un luxe de se baigner en tant que tel dans ce monde. Habituellement, il s’essuyait avec un chiffon humide et ce serait tout.

« Je veux tout simplement pouvoir me tremper dans une baignoire de temps en temps... Peut-être que je devrais me faire un bon bain un jour ? » se dit-il, en se déshabillant.

On frappa à sa porte et il commença à être étrangement nerveux.

« Qui est là ? » demanda Diablo.

« Hehehehe... Vous êtes debout, Diablo ? » demanda une voix féminine.

« Shera, c’est ça ? Entre, » déclara Diablo.

Diablo était assis avec les jambes croisées dans la baignoire, le dos tourné par rapport à la porte qui s’était ouvert lorsque Shera était entrée dans la pièce.

« Oh, vous prenez un bain, » déclara Shera.

« Oui... T’es-tu déjà lavée ? » demanda Diablo.

« Non, pas encore, » répondit Shera.

De penser qu’elle viendrait le voir avant de laver la sueur de leur long voyage...

« Il y a eu un problème ? » demanda Diablo.

« Je ne peux pas me calmer quand je suis seule, c’est tout, » répondit Shera.

Shera se sentait assez facilement seule, à tel point qu’elle était même devenue invocatrice pour ne pas avoir à voyager seule.

« Hmph... Fais donc ce que tu veux, » déclara Diablo.

« Super ! » s’écria Shera.

Il avait alors entendu le bruit du froissement du tissu. Tout en se demandant ce que c’était, Diablo se retourna pour regarder Shera : Elle avait commencé à se déshabiller.

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Diablo.

« Hein ? Je ne me suis pas encore lavée, » répondit Shera.

« Je l’utilise en ce moment, donc..., » commença Diablo.

Shera ressemblait vraiment à une princesse quand elle faisait des choses comme ça. Ce n’était pas qu’elle prenait les choses à son propre rythme, mais plutôt comme si elle ne faisait pas attention à ce qui se passait autour d’elle.

« Alors, utilisons-le ensemble ! Je vais vous laver le dos ! » déclara Shera.

— Oh non non NON ! Prendre un bain avec une fille, ça veut dire que je vais subir des sueurs froides sur tout mon corps, tu comprends !? pensa Diablo.

« J-Je peux faire ça tout seul, » déclara Diablo.

« Vous n’avez pas besoin de vous retenir ! » s’exclama Shera.

« ... Non, ce n’est pas que je me retiens..., » commença Diablo.

Shera s’était déjà mise toute nue pendant qu’il parlait, puis elle était entrée dans la baignoire juste après ça

« Est-ce un peu trop étroit ? » demanda Shera.

« ... Ah, hng... »

Il pouvait sentir qu’elle se rapprochait de lui par-derrière. Ce n’était pas le moment pour son rôle de Seigneur-Démon. En ce moment, il était vraiment seul dans une pièce avec une fille nue et sans crainte. Il n’arrivait pas à faire sortir le moindre mot de sa gorge.

Par contre, Shera semblait être de bonne humeur alors qu’elle fredonnait un petit air. « Hm ~ Hm-hm-hmm ~ ♪ où est la serviette ? »

« ... Il n’y en a pas, » répondit Diablo.

Maintenant qu’elle l’avait mentionné, il se rendit compte qu’il avait oublié de demander à quelqu’un de lui en apporter une.

— Il serait probablement préférable d’appeler la bonne dans une telle situation. Je veux éviter ça... mais peut-être que j’y réfléchis trop ? Est-il normal pour les hommes et les femmes de se baigner ensemble dans ce monde ? Il n’y a aucune chance que ce soit vrai..., pensa Diablo.

Ils n’avaient pas de « bain » dans le jeu, donc il n’en avait aucune idée.

« Alors je vais vous laver sans utiliser de serviette, d’accord ? » déclara Shera avec désinvolture.

« ... Hein ? » s’exclama Diablo.

« Le fait d’utiliser la peau de quelqu’un d’autre pour se laver soi-même rend sa propre peau plus lisse et plus brillante que si vous utilisiez un linge, le saviez-vous  ? » demanda Shera.

Il n’avait jamais rien entendu de tel auparavant...

De son point de vue, la peau de Shera était plus lisse et plus belle que la soie. Shera avait prélevé de l’eau dans la cruche, puis elle avait utilisé ses mains mouillées pour caresser le dos de Diablo. Elles étaient fraîches et douces, et elles provoquaient chez lui une sensation étonnante. C’était complètement différent de l’utilisation d’une serviette mouillée pour s’essuyer.

« Comment est ça, Diablo ? » demanda Shera.

« Ah, oui... Je dirais que c’est pas mal, » répondit Diablo.

C’était un peu gênant puisqu’ils étaient tous les deux nus, mais c’était la première fois qu’il prenait un bain aussi agréable que celui-ci.

Shera s’était également versée de l’eau sur elle-même. « Hehehehe, moi aussi, j’ai du sable collé sur mon corps. »

« Ça ne sert à rien de faire ça, vu où nous sommes, » déclara Diablo.

« Et si je nous nettoyais tous les deux en même temps ? » demanda Shera.

« Hmm ? » demanda Diablo.

Juste au moment où il se demandait ce qu’elle allait faire, il sentit deux masses molles se presser contre son dos pendant qu’elle versait de l’eau sur eux.

Diablo s’était figé.

— C-Ces choses qui sont pressées contre mon dos... Sont-ils... !? Se demanda Diablo.

« Hmm..., » Shera avait poussé un léger gémissement. « Votre dos est si dur, Diablo. »

« Ah... Hm... »

« Je vais commencer à frotter, d’accord ? » déclara Shera.

Elle avait commencé à bouger son corps de haut en bas, et la sensation douce se déplaça de haut en bas en même temps qu’elle le faisait. Le rythme cardiaque de Diablo avait grimpé en flèche et il pouvait même sentir le pouls de Shera. Son corps se réchauffait à vive allure.

« Ahh... Hmm... Diablo... Vous ne dégagez pas d’énergie magique ou quoi que ce soit d’autre, en ce moment, n’est-ce pas ? » demanda Shera.

« Tu devrais déjà le savoir en le regardant tout simplement, » répondit Diablo.

« C’est que je commence à me sentir toute chaude maintenant... Je me demande bien pourquoi cela m’arrive. C’est en tout cas agréable, » demanda Shera.

« Hwah !? »

 

 

Il avait l’impression qu’il allait faire sortir une voix bizarre à tout moment. Pour quelqu’un comme Diablo, qui manquait d’expérience avec les filles, il n’y avait aucune chance qu’il puisse garder son sang-froid pendant que Shera frottait sa poitrine contre son dos en faisant ces bruits séduisants.

— Que ferait un Seigneur Démon maintenant ? Qu’est-ce qu’un Seigneur Démon ferait après qu’une fille presse ses seins contre lui et dise qu’elle sent tout son corps se réchauffer ? Se demanda Diablo.

Aucun Seigneur Démon dont il se souvenait n’avait vécu une telle expérience.

« Je vais aussi vous laver l’avant, d’accord ? » déclara doucement Shera.

« Ah... !? » s’exclama Diablo.

— Je peux faire l’avant tout seul, merci beaucoup. Ou, attends, est-ce qu’un Seigneur Démon transmettrait une telle demande ? Qu’est-ce qu’il ferait ? Se demanda Diablo.

Alors qu’il essayait encore de trouver quoi faire, Shera s’était penchée comme si elle allait l’enlacer, caressant sa poitrine musclée avec ses mains mouillées.

« Mnh... Votre corps est si massif, Diablo. C’est tout... musclé, » déclara Shera.

« C’est parce que je suis au niveau 150, » répondit Diablo.

« Oh, j’ai compris, » répondit Shera.

— Maintenant que j’y pense ? Y a-t-il vraiment un lien entre les muscles et les niveaux ? Se demanda Diablo.

Il ne savait plus si elle essayait de le laver ou de faire autre chose avec lui. Elle avait déplacé ses mains douces sur la poitrine de Diablo...

Elle lui avait touché le cou avec douceur...

Puis ses mains étaient descendues jusqu’à l’estomac de Diablo.

Et après ça, encore plus bas.

« Ah... Atten — C-C’est..., » Diablo ne pouvait plus faire sortir de mots. Son souffle s’était coincé dans sa gorge.

Les mains de Shera avaient atteint un point très sensible.

« Hm ? C’est aussi assez dur ça..., » déclara Shera d’une manière coquette.

« ... !? »

« Est-ce une queue ? Les démons ont-ils des queues ? C’est vraiment dur et rigide... alors c’est peut-être une corne ? Après tout, vous en avez aussi sur la tête, alors c’est logique, » déclara Shera tout en analysant ce qu’elle touchait.

« Oui. C’est... C’est vrai, » répondit Diablo.

« Hmm, euh, voyons voir... je devrais probablement aussi laver tout ça. Ici... nous... allons..., » déclara Shera.

Il ne pouvait plus du tout parler en ce moment. Les seuls bruits qui restaient présents dans la pièce étaient la respiration un peu saccadée de Shera et le bruit de ses mains mouillées glissant sur sa peau. Pendant qu’elle se frottait contre lui, une chaleur brûlante s’accumulait à l’intérieur de lui. Un courant électrique avait traversé tous les recoins de son cerveau.

Les muscles de son dos se contractèrent et eurent des spasmes, et ses convulsions se transmirent également à Shera.

« Oh, ça vous a fait mal ? Est-ce que je l’ai fait trop fort ? » demanda Shera, inquiète.

« ... Non, » répondit Diablo.

« Vraiment ? Bonté Divine ! »Shera l’avait alors serré avec force dans ses bras. « Ehehehe ~ ! Je trouve que prendre un bain tous les deux est assez amusant ! »

« Oh. Oui. Très, » répondit Diablo.

La force avait déjà quitté son corps. Bien qu’ils ne faisaient que se rincer ensemble, c’est plutôt comme s’il avait eu des vertiges après avoir passé trop de temps dans un bain chaud.

 

— Wôw... Ça fait vraiment du bien d’avoir quelqu’un d’autre qui te lave à la main, se dit Diablo.

 

C’était plutôt un climat aride ici, ce qui signifiait que leurs corps avaient très rapidement été séchés par l’air sec. Puis, enlevant avec soins le sable de ses vêtements et les enfilant, il s’allongea dans son lit. Déjà en pyjama, Shera sauta également dans le lit, enveloppant ses bras autour de lui. Alors qu’il se souvenait de ce qui s’était passé plus tôt, Diablo avait détourné le regard, alors qu’il était sur le point de rougir.

« Ça fait longtemps qu’on n’a pas fait ça, pas vrai, Diablo ? » demanda Shera.

« Tout à fait vu qu’on a dû camper dehors pendant un moment. Allez, dépêche-toi de dormir, » déclara Diablo.

« Ouais ! » s’exclama-t-elle.

Il avait ensuite fermé les yeux. Il s’était endormi presque immédiatement, en partie grâce à la quantité de mana qu’il avait déjà utilisée au cours de la journée.

 

Si seulement cette paix pouvait durer éternellement...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour les chapitres.

  2. Merci pour les chapitres !!
    Mais c'est que ça chauffe dur ^^. Va t-il se passez quelque chose cette nuit ?
    Ce serait marrant, mais au final je pense que non, Shera est trop candide ^^.

Laisser un commentaire