Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 11

***

Chapitre 3 : En Route vers une Nouvelle Ville

Partie 11

Puis, en laissant derrière eux le groupe de tentes, ils étaient retournés au centre de la ville. Ils étaient arrivés au bâtiment où se trouvaient Batutta et les autres prêtres.

« Nous louons cet endroit à bas prix auprès d’un marchand. C’est un homme ayant une profonde foi, » déclara Batutta.

Les murs de pierre robustes de la maison étaient énormes. Cela suffisait à faire croire que l’endroit était assez grand pour servir d’église...

Mais il n’y avait pas d’endroit spacieux pour le culte, car elle avait été construite comme une maison normale. Il y avait une petite entrée puis un hall d’entrée avec la salle à manger, une salle de séjour au centre, et des pièces à usage personnel situées tout autour. Les fenêtres avaient été gardées fermées pour ne pas laisser entrer le sable, gardant l’intérieur de la maison dans l’obscurité. Pour cette raison, les lampes à huile suspendues au plafond étaient allumées même pendant la journée. Dans cette ville, il était plus facile de se procurer de l’huile plutôt que des bougies. Il y avait des peintures ornant les murs et un tissu blanc recouvrait la table. Il était presque facile d’oublier qu’ils se trouvaient dans une ville au milieu d’un désert.

Dix servantes s’inclinèrent profondément pour saluer. Celle qui se tenait à la tête du groupe était une beauté aux cheveux couleur gris-corbeau avec une grande poitrine. Elle avait l’air un peu plus âgée que Diablo.

« Bienvenue, Grande Prêtresse Lumachina Weselia. Je suis la femme de chambre, Shiliu. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à nous le faire savoir, » déclara la femme.

« Très bien, » répondit Lumachina d’un signe de tête.

La voir ainsi calme dans ce genre de situations donnait vraiment l’impression qu’elle faisait partie de l’élite de la société. Si une femme de chambre lui demandait « Si vous avez besoin de quoi que ce soit » comme salutation, Diablo serait devenu une épave de nervosité. La tenue de Mei de l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit lui avait fait penser que l’endroit ressemblait davantage à un café de soubrette, mais cela lui avait permis de se sentir plus à l’aise.

Maintenant qu’il y avait pensé, ils étaient loin d’Edelgard depuis environ deux semaines, mais personne n’avait compris qui elle était vraiment, n’est-ce pas ? Ne causait-elle pas d’ennuis à quelqu’un ? Edelgard s’en sortait-elle bien avec son travail ?

— Si seulement ils avaient des téléphones ici ou quelque chose comme ça..., pensa Diablo.

 

La servante en chef les avait conduits dans la salle à manger où Lumachina s’était assise à la tête de la table, avec Batutta assis à côté d’elle. Diablo était sûr qu’ils allaient être traités comme de petits gardes ou des assistants ou une autre chose du genre, mais à sa grande surprise, ils avaient été traités comme des invités.

En y repensant, Batutta avait fait semblant de ne pas savoir que Diablo était le sorcier que Laminitus cherchait plus tôt. Peut-être qu’il traitait correctement Diablo pour avoir amené Lumachina ici et repousser cette Baleine des Sables de tout à l’heure ?

— Mais je ne sais pas si je peux lui faire confiance juste à cause de ça..., pensa Diablo.

 

Alors qu’il se demandait quelle sorte de nourriture ils cuisineraient au milieu d’un désert... une soupe rougeâtre à base de haricots fut servie.

— C-C’est... !? pensa Diablo.

Lumachina et Batutta avaient réuni leurs mains. Diablo avait fait la même chose.

« O. Seigneur dans le ciel, nous vous remercions pour cette grâce aujourd’hui. »

Il n’avait jamais prié à l’heure des repas avant ça, mais c’était devenu une habitude après qu’il eut commencé à voyager avec Lumachina. Chaque fois qu’elle priait, l’odeur rance disparaissait de la vieille viande, et l’eau de pluie sale devenait fraîche et pétillante, ce qui ne le dérangeait nullement.

Il avait utilisé une cuillère en argent pour porter la soupe à sa bouche. Une intense sensation de picotement et le parfum des épices avaient atteint l’intérieur de son nez et avaient engourdi son cerveau.

— C-C’est vraiment... !! pensa Diablo.

« Épicéééééééééééé !! » cria Shera.

Rem avait hoché la tête. « ... Oui... Mais c’est assez bon. »

« C’est du curry ! » Diablo s’était soudainement senti excité. « Et il y a du riz aussi ! »

Cette saveur lui avait vraiment rappelé des souvenirs. C’était différent du curry qu’il avait au Japon, bien sûr, mais c’était vraiment du curry. La soupe n’était pas trop épaisse, et il y avait un parfum fort et vivifiant d’herbes. C’était quelque chose de plus proche d’un curry thaïlandais. Le riz était duveteux et les grains étaient fermes, et lorsqu’il était trempé dans la soupe, il avait la texture parfaite.

« Cela vous plaît-il, Lady Lumachina ? » demanda Batutta en souriant. « Je suis sûr que cela doit être très différent de dîner dans la capitale. »

« C’est délicieux, » elle avait déjà fait descendre sa troisième tasse d’eau alors qu’elle lui répondait.

« Est-ce épicé ? » demanda Batutta.

« Oui, juste un peu... Mais c’est quand même très bon, » déclara Lumachina.

À la fin, Shera avait réussi à obtenir trois portions de curry, faisant toujours une agitation sur la façon dont il était épicé, tandis que Diablo en avait mangé cinq.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire