Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Interlude 2

***

Interlude 2

Cité de Faltra, porte ouest — .

Les soldats tapissaient les remparts de la ville. Le gouverneur, Galford, était également présent. Les yeux se plissèrent alors qu’il regardait vers l’horizon à l’ouest.

Malgré le soleil couchant, les plaines qui étaient normalement teintées d’un rouge pourpre avaient été recouvertes d’ombres sombres.

« ... Ce sont tous des Déchus, hein ? » murmura Galford. Bien qu’il ait été un héros s’étant frayé un chemin à travers la Guerre des Hommes contre les Déchus il y a trente ans, sa voix était troublée.

Debout sur les murs de la ville, il pouvait voir le pont d’Ulug et la rivière qui coulait à l’horizon. Il avait reçu des rapports selon lesquels un nombre presque infini de Déchus avançaient vers Faltra à partir d’un peu plus loin de là ou se trouvait la forteresse. Dans tous les cas, contre un nombre aussi écrasant, les gardes stationnés à la forteresse ne seraient même pas en mesure de faire gagner du temps à la ville, c’est pourquoi Galford leur avait déjà donné l’ordre de battre en retraite.

Les rapports qu’il avait reçus indiquaient qu’il y avait deux ou peut-être trois cents soldats déchus en marche vers eux, mais il doutait de l’exactitude de l’information provenant de soldats paniqués. La quantité de Déchus n’était pas le problème, mais c’était leur courage.

Contre des Déchus plus forts, seules des armes uniques seraient en mesure de leur infliger le moindre dégât. Même si les soldats frappaient les Déchus avec des armes normales, ils ne pourraient qu’effleurer la surface, rien ne parviendrait jusqu’au cœur.

Combien de membres de l’élite va-t-il tomber au combat... ? La stratégie de Galford devrait changer en fonction de la force de son adversaire.

Les visages des soldats étaient pâles, il n’y avait pas de lâches parmi les troupes qui osaient gémir ou se plaindre devant leur commandant. À l’intérieur, cependant, ils voulaient probablement s’enfuir plus qu’autre chose. S’ils devaient rencontrer d’autres situations inattendues en plus de tout cela, les forces de Galford risquaient de s’effondrer avant même qu’ils ne commencent à se battre.

Galford avait appelé ses soldats : « Messieurs, nous sommes ici pour mourir. Peu importe à quel point l’ennemi est redoutable, nous tiendrons bon. Jusqu’à ce que nous puissions évacuer les citoyens de Faltra et unir nos forces avec les armées de la capitale, nous devons lutter contre le temps, même si l’un d’entre vous devient le dernier soldat debout. Soyez fiers de savoir que nos sacrifices ne seront pas vains, dans le grand dessein, nous sommes le fondement sur lequel la victoire des Races sera construite. »

Les expressions des soldats avaient commencé à changer. Ils portaient les visages d’hommes qui avaient étouffé leurs peurs, prêts à mourir en protégeant la ville. Pourtant, même Galford ne savait pas combien de temps il pouvait préserver le moral de ses troupes.

Un bruit de tonnerre avait déchiré les airs.

« Était-ce un sort de Déchu !? » cria l’un des soldats alors qu’une agitation commençait à se répandre parmi eux.

Mais c’était une erreur, car elle venait de l’intérieur même de la cité.

En se retournant, Galford avait repéré une explosion dans le District Nord, qui avait pris naissance quelque part autour du cimetière. Des flammes rugissantes s’élevèrent dans l’air.

Peu importe l’expérience d’un commandant, Galford n’aurait jamais imaginé le Seigneur Démon ressuscitant et fauchant une église entière, pas même dans ses rêves les plus fous.

« Ce sont des ailes de lumière ? » déclara-t-il.

Un gigantesque cercle magique se répandait dans le ciel, comme il n’en avait jamais vu auparavant — .

Non, Galford avait vu la même chose il y a trente ans.

— Un cercle magique de Déchu !?

Les soldats étaient dans un état d’agitation, ignorant ce qui se passait. D’autre part, sachant ce que c’était réellement, l’agitation de Galford était encore plus grande.

Mais il ne l’avait pas laissé paraître, il était resté silencieux, grimaçant en regardant vers le District Nord.

Une autre explosion bruyante avait secoué la ville. C’était une grande distance entre la porte Ouest et le cimetière dans le District Nord, assez loin pour qu’un aristocrate utilise un carrosse pour s’y rendre. C’est pourquoi Galford n’avait pas vu le Seigneur Démon Krebskulm effacer un Paladin et ses subordonnés de la surface du monde. Quoi qu’il en soit, il ne pouvait pas se permettre de laisser cette affaire en paix.

Il pensait aux commandants qu’il avait mis en place en tant que responsable des portes Nord et Est : Ils n’étaient pas le genre de personnes qui pouvaient prendre des décisions par eux-mêmes dans une situation comme celle-ci.

— Je devrais y aller, pensa-t-il.

Il voulait laisser la porte Ouest à l’un des commandants, tout en laissant un — non, deux mille soldats. Lui-même emmènerait cinq mille soldats sur la route principale, vers le District Nord.

Une silhouette de petite taille était montée dans l’escalier des remparts : une marcheuse des herbes, rouquine, ses oreilles de lapin rebondissent de long en large alors qu’elle courait vers Galford. Sa poitrine et sa taille étaient recouvertes d’un tissu fin et révélateur.

C’était la chef de la Guilde des Aventuriers : Sylvie.

« Hé, Galford ! C’est donc ici que vous étiez, » cria Sylvie.

« Nous sommes en guerre, » Galford avait posé une main sur son épée. « Les aventuriers n’ont rien à faire ici. »

« Attendez ! Attendez une seconde ! Écoutez-moi, c’est tout, » elle avait frénétiquement agité les deux mains. « Ce n’est nullement mauvais pour vous, je vous le promets ! »

« Je dois envoyer des troupes dans le District Nord le plus rapidement possible. Je n’ai pas le temps de vous écouter, » déclara Galford.

« Hmm ? » Galford avait retiré sa main de son épée, indiquant avec une secousse rapide de son menton pour que Sylvie continue.

Sylvie pointait vers les ailes de la lumière. « Je veux que vous nous laissiez le cimetière du District Nord. Nous avons actuellement notre propre façon d’y faire face. »

« ... L’armée Déchue qui empiète est toujours à l’extérieur de la barrière. Je considère que ce qui est apparu dans le District Nord comme étant plus menaçant pour le moment, » déclara Galford.

« Ouais, c’est vrai, » déclara Sylvie.

« Sans parler de ce cercle magique. —, » déclara Galford.

« C’est probablement ce que nous avons vu il y a trente ans, ouais, » déclara Sylvie.

« Même si vous le savez en tant que tel, vous dites que je devrais vous laisser faire ? » demanda Galford.

Sylvie avait hoché la tête avec force. « Diablo s’est déjà rendu là-bas, donc ça devrait aller. C’est pour ça que je veux que vous nous laissiez faire, d’accord ? »

« ... Je vois, » déclara Galford.

— Ce Démon est encore une fois impliqué, pensa Galford.

« Je reconnais sa force, mais je ne dirai pas que je lui fais confiance, » déclara Galford.

« Ce n’est pas quelqu’un de mauvais, vous savez ? » déclara Sylvie.

« Il a détruit une partie de la route principale et des bâtiments sur un coup de tête en combattant un Déchu, a mis des colliers d’esclaves autour des filles et les fait défiler dans toute la ville, a refusé les demandes du Royaume de Greenwood de rendre leur princesse, et s’est battu contre le gouverneur même de cette ville, et vous me dites ici qu’il n’est pas une mauvaise personne ? » demanda Galford.

« Haha... N’est-ce pas en grande partie votre faute, Galford ? » demanda Sylvie.

« Comme je le pensais, on ne peut pas lui faire confiance, » déclara Galford.

« Est-ce vrai ? Alors je suppose que c’est tout... Mais ne dites pas que je ne vous avais pas prévenu, » bien que Sylvie l’avait dit avec un sourire, il y avait une lueur froide dans ses yeux.

Galford avait fait l’expérience de première main de la puissance de Diablo en tant que Sorcier. Il avait même vu Diablo se battre avec l’énorme Invocation d’Hydre, l’arme secrète des Elfes. La puissance de Diablo était suffisante pour rivaliser avec un millier de soldats d’élite stationnés à Faltra, sa force dépassant peut-être même cela.

« Il y a cent mille personnes qui vivent dans cette ville. La barrière créée par les huit tours le long de ces murs les protège, mais si la barrière devait être détruite de l’intérieur, les Déchus à l’ouest avanceraient sur Faltra. Le risque que les troupes stationnées ici ne puissent pas tenir le coup est élevé. Comprenez-vous ce que cela signifie ? » demanda Galford à Sylvie.

« Oui — si Diablo échoue, la ville entière sera annihilée, » répondit Sylvie.

« Plus loin derrière nous se trouvent de nombreuses villes ne possédant aucune barrière, » déclara Galford.

« Je comprends. Mais c’est bon, je ne veux pas non plus voir de nombreuses personnes mourir. C’est pourquoi je veux garder le nombre de personnes autour de Diablo aussi bas que possible, car il pourra se battre plus facilement de cette façon, » déclara Sylvie.

« ... J’y enverrai un millier de soldats, » déclara Galford.

« Oh, le ferez-vous vraiment ? » demanda Sylvie.

« Je suis sûr que vous aurez besoin d’aide pour traiter avec les miliciens ou les curieux. L’armée devrait protéger le peuple, pas les aventuriers, » déclara Galford.

Un sourire se répandant sur son visage, Sylvie hocha la tête. « C’est exactement ce que j’attendais de vous, Galford ! Faisons de notre mieux pour nous entraider. »

« Alors je vous laisse le District Nord. Peu importe l’événement, gardez les tours des barrières et l’Association des Mages avec votre vie. Est-ce que vous comprenez ? » demanda Galford.

« On protégera Céles. Je laisse ça à des enfants qui savent vraiment ce qu’ils font, alors ne vous inquiétez pas, d’accord ? » déclara Sylvie.

Effectuant un au revoir comme un enfant qui venait de venir jouer, elle descendit les escaliers des remparts.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre ! La suite annonce du lourd !! ^^

Laisser un commentaire