Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Chapitre 4

***

Chapitre 4 : L’Histoire de Rem

***

Chapitre 4 : L’Histoire de Rem

Partie 1

C’était bien avant que la cloche de l’église sonne cinq fois — après qu’elle se soit séparée de Diablo et Shera sur la Place Centrale.

 

Rem était dans l’une des ruelles entre les bâtiments.

« ... Qu’est-ce que cela signifie ? »

Elle avait pourchassé deux personnes, et même perdu de vue quelques fois... mais elle avait finalement rattrapé le temps perdu.

Contrairement à l’animée Place Centrale, l’allée était sombre et sale, avec des ordures éparpillées partout. Les gens avaient jeté ici les ordures de leurs maisons, où elles avaient été laissées telles quelles. L’odeur n’était pas trop terrible à cause de la grande aridité de l’air à Faltra, mais ce n’était pas nécessairement un endroit où l’on voulait venir exprès.

Devant Rem, dans cette ruelle, se tenait Alicia, qui tirait Klem par la main. Les joues farcies de biscuits, Klem ne semblait pas avoir la moindre idée de la raison pour laquelle elle avait été amenée ici.

« Hmm ? Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? » demanda Klem.

« ... Euh, bien... Je ne comprends pas pourquoi elle vous a amené ici... Alicia, pourquoi la faire venir ici ? » demanda Rem.

Un léger sourire était tombé sur les lèvres d’Alicia. « J’avais prévu d’amener Mademoiselle Klem ici toute seule, puis d’appeler Mademoiselle Shera par la suite... Mais c’est peut-être mieux que vous soyez ici avec nous, Mademoiselle Rem. Il pourrait s’agir d’une sorte de clé. »

Il y avait quelque chose de différent à propos d’Alicia. Tout en restant sur ses gardes, Rem avait tendu la main vers la poche de sa ceinture de cuir où elle gardait ses cristaux, de sorte qu’elle était prête à appeler une invocation à n’importe quel moment.

« ... Qu’est-ce que vous racontez ? » demanda Rem.

« Comment se fait-il que Mademoiselle Klem ait oublié ses souvenirs ? Selon les prêtres déchus, ce n’est pas seulement de l’énergie magique qui est nécessaire pour ressusciter le Seigneur Démon... mais aussi quelque chose d’autre, » déclara Alicia.

« ... Des prêtres déchus ? » Rem était devenue encore plus tendue.

C’était de ces prêtres qu’Edelgard avait emprunté leurs connaissances comme source pour mener le rituel.

« Pourquoi ça... ? Après ce qui s’est passé, j’ai quitté la ville pour aller parler avec Mademoiselle Edelgard — à propos de comment faire retrouver les souvenirs perdus au Seigneur Démon, et comment la réveiller complètement, » déclara Alicia.

« Qu’est-ce que vous dites, Alicia !? » demanda Rem.

« Si le Seigneur Démon n’avait pas perdu ses souvenirs, j’aurais pu vous dire la vérité bien plus tôt..., » déclara Alicia.

« ... Alicia... Essayez-vous de dire que vous espérez la résurrection d’un Seigneur Démon qui tuerait les Races ? » demanda Rem.

« C’est exactement ce que j’ai dit, non ? » demanda Alicia.

La voix de Rem tremblait. « ... Alicia... Vous... Cela ferait de vous une adoratrice du Seigneur Démon ! »

« Oui, c’est bien vrai, » Alicia avait souri avec joie.

C’était un sourire éclatant et joyeux, quelque chose de complètement différent de ce qu’elle avait montré devant Diablo et les autres. C’était peut-être le résultat de ce sentiment de soulagement que l’on éprouvait en révélant ce qu’on ressentait vraiment.

Klem leva les yeux vers Alicia. « Je ne comprends pas un mot de ce que tu dis. Je suis déjà ressuscitée ! C’est ma forme parfaite, complète et impeccable ! »

« Mais vous ne tuerez pas les Races, n’est-ce pas ? » demanda Alicia.

« Correct ! Parce que je ne me souviens plus pourquoi je voulais le faire. Et aussi, les Races sont les seules à savoir réaliser des biscuits ! » déclara Klem.

« C’est pourquoi je souhaite que vous vous éveilliez... Pour que vous ouvriez les yeux..., » déclara Alicia.

« Assez de bêtises ! Veux-tu que je te rôtisse vivante ? » demanda Klem.

« Si cela éveille votre vrai être, mon seigneur, alors je m’offrirai volontiers comme premier sacrifice. En fait, je ne ressentirais pas plus de joie que si vous le faisiez, » déclara Alicia.

Klem avait l’air consternée, et essayait de mettre une certaine distance entre elle et Alicia — mais elle ne voulait pas lâcher la main de Klem, gardant le même sourire doux sur son visage.

« C’est assez ! Je m’en vais ! » déclara Klem.

« Pour ce faire, vous devrez me tuer ou tuer la personne qui se trouve sur votre chemin. Au moment où vous le ferez, cela vous permettra de vous réveiller vraiment en tant que Seigneur Démon, » déclara Alicia.

Rem avait sorti l’un de ses cristaux d’invocation — il semblait qu’Alicia avait utilisé Edelgard pour obtenir des informations des prêtres déchus, et donc, ce n’étaient pas des affirmations sans fondement qu’elle faisait.

— Donc, dès que Klem tuera quelqu’un, elle se réveillera comme le vrai Seigneur Démon ? Je dois empêcher que ça n’arrive... ! pensa Rem.

« Pourquoi essayez-vous d’éveiller le Seigneur Démon, Alicia !? » demanda Rem.

 

« Mon seul désir est d’anéantir ces Races inesthétiques — d’avoir un monde gouverné par les resplendissants déchus, » répondit Alicia.

 

Rien n’avait changé dans son apparence — mais pour Rem, c’était une sensation sinistre, comme si elle faisait face à un monstre qui avait pris la forme d’Alicia.

Il n’y avait plus rien à discuter.

« ... Je vais maintenant reprendre Klem, » déclara Rem.

Alicia était une chevalière impériale, et il était sûr qu’elle possédait des capacités qui la rendaient digne de ce titre.

— Serai-je capable de gagner contre elle... ? Se demanda Rem.

Rem avait tenu son cristal bien serré. Elle allait vraiment être une adversaire difficile dans un combat en tête-à-tête — puis quelqu’un d’autre était venu aux côtés d’Alicia.

 

Un autre chevalier était apparu dans l’allée sombre — un chevalier que Rem avait déjà vu auparavant. L’homme se dirigeait tranquillement vers elles, le bruit de ses pieds grattant contre la saleté à chaque pas qu’il faisait. Il était équipé d’une armure épaisse et portait de nombreuses épées sur lui.

« Vous voilà, Mademoiselle Cristela. Je vous cherchais, vous savez ? »

Un sourire sur son visage si incroyablement agréable qu’il semblait carrément suspect était présent — c’était le Paladin, Saddler.

Il y avait un feu sombre et brûlant dans ses yeux, beaucoup plus intense que la dernière fois qu’ils s’étaient rencontrés. À l’époque, il les avait pris à la légère et les avait regardés avec mépris — mais maintenant, il était comme une bête affamée.

« Mes excuses, nous avons été retardés par cette Aventurière..., » Alicia jeta un regard glacial sur Rem. « Non, par cette adoratrice du Seigneur Démon. »

Les yeux de Rem s’étaient écarquillés. « Quoi !? Vous êtes l’adoratrice du Seigneur Démon ici, Alicia ! »

« Pardonnez cette pensée. Grâce à mon infiltration dans votre groupe, j’ai pu vérifier que vous étiez tous des adorateurs du Seigneur Démon et j’ai réussi à mettre cette enfant que vous avez enlevée sous ma protection, » déclara Alicia.

« ... C’est donc l’histoire que vous allez raconter. Vous m’avez vendu à ce Paladin, n’est-ce pas ? » déclara Rem.

« Non — je viens de sauver cette enfant, » répondit Alicia.

« ... Arg, » grogna Rem.

— Le but d’Alicia est la destruction des Races, et la création d’un monde gouverné par les Déchus. C’est la raison pour laquelle elle voulait que Klem s’éveille en tant que Seigneur Démon.

Selon les prêtres déchus, le réveil aurait lieu dès que Klem aurait tué l’un des membres des Races. Mais alors pourquoi Alicia remettrait-elle Rem à un Paladin ? Quelle raison avait-elle de s’impliquer avec lui ? Se demanda Rem.

Elle n’avait pas compris ses intentions. Rem était une aventurière expérimentée et n’était pas étrangère à la stratégie et à la tactique — et pourtant, même à ce moment-là, elle n’était toujours pas capable de comprends les intentions réelles d’Alicia.

« ... La seule chose dont je me suis rendu compte ici... c’est que je ne vous laisserai pas avoir Klem ! ... Viens ici, “Asulau” !! » cria Rem.

Rem avait jeté son cristal, appelant son invocation. Un taureau avec trois cornes sur la tête était apparu, sa taille dépassant de loin celle de tous les bovins trouvés dans la nature. Sa spécialité résidait dans sa capacité à se précipiter vers ses adversaires, et pouvait faire le plus de dégâts en un seul coup de toutes les Invocations en possession de Rem.

Bien que Rem ait subi une défaite contre Saddler au restaurant, elle ne pouvait pas se permettre de perdre ici.

— Je dois récupérer Klem ! pensa Rem.

Se battre contre un Paladin, un chevalier impérial et les quatre subalternes que Saddler avait avec lui allait être une bataille difficile, mais si elle pouvait susciter une agitation aussi forte que possible, les gens étaient sûrs de venir. Cela rendrait Diablo d’autant plus susceptible de les remarquer — et c’était exactement ce sur quoi elle comptait.

Asulau chargea vers le Paladin, qui ordonna à ses hommes : « Soyez mon bouclier. »

Face aux paroles de Saddler, ses subordonnés étaient venus se tenir directement devant l’invocation, tout à la fois. L’un d’eux avait été transpercé par les cornes d’Asulau, et avait été gravement blessé — mais les trois autres avaient réussi à le repousser, tuant l’élan de la charge de l’invocation géante.

« Comment est-ce possible !? Pourquoi écouter un ordre qui pourrait vous faire tuer ? » Rem avait eu du mal à comprendre.

« C’est parce que les dieux le veulent que nous pouvons vivre ici, » avait souri Saddler. « Mourir est la même chose que d’être appelé par les dieux qui habitent dans les cieux. Ceux qui suivent leur volonté de leur vivant seront pardonnés dans la mort, tandis que ceux qui s’y opposent seront punis et plongés dans les fosses de l’enfer. Me protéger, c’est comme protéger les dieux eux-mêmes. Parmi mes subordonnés, il n’existe pas de non-croyants qui refuseraient mes ordres par simple peur. »

Saddler avait dégainé son épée avec désinvolture — et la plongea dans le cou d’Asulau. Laissant la lame là où elle se trouvait, Saddler avait dégainé une deuxième, puis une troisième épée de sa taille, les enfonçant dans l’invocation.

« Ha ! Fuhahaha ! Quelle invocation tenace ! » déclara Saddler.

Asulau s’était débattu, mais les subalternes de Saddler l’avaient tenue désespérément de toutes leurs forces collective. L’invocation gravement blessée s’était finalement dissipée, régressant en un cristal noirci.

Même si elle n’avait pas pu se défendre, car c’était arrivé trop vite, Rem avait été choquée par Saddler utilisant ses subordonnés comme bouclier — mais après l’avoir vu vaincre une Invocation de cette puissance, elle s’était vite rendu compte que la force de Saddler n’était pas normale.

— Son talent de guerrier pourrait-il être presque au même rang que celui de Galford ? Se demanda Rem.

Si son niveau était aussi élevé, Rem ne pouvait même pas commencer à estimer sa force. Par rapport aux autres aventuriers qui passaient leur temps à patrouiller la ville ou à ramasser des herbes, la force de Saddler se situait à un tout autre niveau.

— Ajoutez à cela le fait que les Paladins pourraient aussi bien utiliser la magie.

« Ngh... Viens, Homme de Pierre ! » Elle avait appelé une autre Invocation.

Dans des circonstances normales, Rem aurait dû s’enfuir. Même s’il n’y avait qu’elle et Saddler en tête-à-tête, les chances de Rem de gagner avec les invocations qu’elle avait en main étaient minces. Il y avait aussi quatre subordonnés de Saddler — bien que seulement trois étaient aptes au combat maintenant. Alicia était également à côté d’eux.

Klem, d’un autre côté, ne semblait toujours pas comprendre ce qui se passait, et regardait les événements qui se déroulaient devant elle avec un regard maussade. Pour elle, tout cela pouvait ressembler à une sorte de spectacle inusité.

L’Homme de Pierre avait balancé ses poings colossaux, envoyant voler les subalternes de Saddler.

« Avez-vous besoin d’aide, Sire Saddler ? » Alicia avait plissé ses sourcils.

« Oh, non. Ce ne sera pas nécessaire, » répondit Saddler.

« Si cela continue, les habitants commenceront à se rassembler d’ici peu de temps. Cela ne vous gênerait-il pas ? » demanda Alicia.

« Hehe... Maintenant, c’est une surprise. J’avais l’impression que vous pensez que ce serait mieux si je ne faisais pas mon travail, » déclara Saddler.

« Je suis en accord avec l’idée que nous ne pouvons pas ignorer les adorateurs du Seigneur Démon, » déclara Alicia.

« Je vois, je vois. Mes plus humbles excuses pour avoir douté de vous l’autre jour. Il semble qu’après tout, vous soyez le genre de personne merveilleux qui comprend la volonté des dieux. Les Dieux veillent sur vos actes, Mademoiselle Alicia, » déclara Saddler.

« Merci beaucoup. Oui, merci beaucoup, » déclara Alicia.

« Peu importe le cas, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Je vais mettre fin à tout cela sous peu... C’est une camarade de l’homme qui m’a insulté — je ne lui montrerai aucune pitié... Dépêchez-vous de la capturer ! » Saddler avait donné l’ordre à ses subordonnés. « Mais ne lui faites pas de mal, et assurez-vous de le faire aussi doucement que possible. Comme ça, la douleur qui l’attendra sera d’autant plus somptueuse... oui, somptueuse. »

« Oui, monsieur ! » Ils répondirent rapidement, mais il semblerait que les subordonnés de Saddler avaient quelques difficultés à porter un coup fatal au corps d’adamantin de l’Homme de Pierre.

Alors que cela se produisait, Rem avait décidé d’utiliser une autre Invocation. L’utilisation de puissantes Invocations l’une après l’autre, et en même temps, épuiserait fortement les réserves en mana du lanceur.

— Mais pour l’instant, je dois me battre ! pensa Rem.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Klem. « Veux-tu tuer ces types ? Tu devrais me laisser m’occuper de tout ! Si les amis de Monsieur en Armure qui fait du Bruit n’ont rien à voir avec les biscuits, alors je les réduirai en cendres en un clin d’œil — . »

« Arrête-toi ! » Rem avait crié.

Klem s’était arrêtée là où elle se tenait. Après avoir été confuse pendant si longtemps, Rem avait finalement réussi à remettre en ordre ses sentiments et à transformer ses pensées en mots : « ... Klem... S’il te plaît, ne tue personne. Continue à manger des biscuits, à chanter des chansons avec Shera, et à sourire avec tout le monde... C’est mon souhait pour toi. »

« Es-tu sérieuse... ? Il n’y a aucune chance pour toi de gagner contre ces gars, tu sais ? » demanda Klem.

« ... Je ne veux en aucun cas que tu tues quelqu’un. Je veux que tu te souviennes au moins de ça, » déclara Rem.

« Je ne comprends pas vraiment, mais d’accord, » soupira Klem. « Je te le promets. »

Rem avait souri avec douceur. « ... J’avais peur de toi... et peut-être même que je te détestais... Mais après avoir passé ces derniers jours ensemble, comme si nous étions une famille... Je ne détestais pas ça. En ce moment, je sais que je ne veux pas te perdre — même si cela me coûte la vie ! »

Elle avait jeté un nouveau cristal — invoquant « le Serpent d’Ombre », elle l’avait envoyé en direction de Saddler. C’était un serpent noir qui s’enroulait autour d’un adversaire pour l’empêcher de bouger.

Puis, équipant ses griffes de métal à ses mains, Rem avait chargé après son invocation pour faire une attaque combinée.

« Haaaaaaaaaaa !! »

« Hehe..., » les lèvres de Saddler s’étaient tordues en un sourire. « C’est exactement ce que j’attendais d’une aventurière de Faltra, la ville considérée comme les premières lignes des Races. Tu es si pleine d’esprit combatif, si courageuse, si talentueuse — vraiment merveilleux. »

Il avait dégainé une autre épée de sa taille et l’avait balancée, la tranchant à travers le Serpent d’Ombre.

Rem avait placé son poing vers l’avant pour enfoncer ses griffes dans Saddler — mais juste avant cela arrive, le Paladin avait déplacé son regard sur elle.

— Oh non, le Chant Subtil !? pensa Rem.

« Hngh!! »

« Inclinez-vous devant les dieux, adorateur corrompu du Seigneur Démon ! » cria Saddler.

Elle avait perdu le contrôle de son corps, s’effondrant au sol.

« Guh... !! »

Rem avait les mains sur le sol — mais elle ne pouvait pas les déplacer. Alors qu’elle ne pouvait plus se défendre, c’était comme si elle se prosternait pour Saddler.

Elle avait été « paralysée » une fois de plus.

« Tu es vraiment merveilleuse, » chuchota-t-il à son oreille. « Après tout, il ne peut y avoir de désespoir s’il n’y a pas d’espoir. Le fait que tu aies gardé l’espoir complètement stupide que tu pourrais gagner contre moi était vraiment merveilleux... Et maintenant, tu vas tomber dans le désespoir. »

Saddler avait posé une main sur la tête de Rem. La magie qui ne pouvait être utilisée que lorsque le contact direct avec quelqu’un était extrêmement puissant, et parmi ces sorts, il en existait un qui pouvait priver une cible de sa conscience.

— Un impact soudain, comme si Rem venait de recevoir un coup à l’arrière de la tête s’était produit. Elle sentait l’obscurité commencer à ronger les bords de sa vision. Avec sa conscience qui s’estompa rapidement, Rem avait tendu la main vers l’avant. Les yeux de Klem étaient écarquillés alors que cela se produisait.

 

« Ce dont elle a besoin... c’est de haine, » chuchota Alicia à côté de l’oreille de Rem.

 

Lorsque Rem était finalement tombée inconsciente, l’Homme de Pierre avait perdu la source de son approvisionnement magique, retournant une fois de plus à sa forme cristalline.

***

Partie 2

La conscience de Rem lui revint lentement. Elle avait l’impression que son corps était secoué.

Elle avait ouvert les yeux, tout était sombre, mais quelqu’un semblait s’être déplacé pour la regarder. C’était l’ombre d’une petite personne, portant une robe.

« Hé, ça va ? » demanda une voix féminine.

« Klem ! » Rem lui avait instinctivement tendu la main, regardant Klem de haut en bas pour confirmer qu’elle n’était pas blessée. On dirait qu’elle n’avait nulle part été blessée.

« ... Tu vas bien... Dieu merci, » déclara Rem.

« Bien sûr que je vais bien, pourquoi ne le serais-je pas ? C’est toi qui es bizarre ici, à t’endormir comme ça tout d’un coup, » demanda Klem.

« ... Il semble que j’ai été assommée par la magie de Saddler, » déclara Rem.

« Haha, donc cet étrange flash de lumière de tout à l’heure était magique. Franchement, c’est pathétique que tu aies perdu face à un gars avec ce petit pouvoir magique en lui, » déclara Klem.

« ... Je suppose que tu as raison, » déclara Rem.

Rem était assez bien connue autour de Faltra en tant qu’aventurière, mais ses batailles avaient été pour la plupart une série de défaites ces derniers temps.

— Diablo, Déchu, Paladin..., pensa-t-elle.

Un soupir s’échappa de ses lèvres. Elle avait jeté son regard sur son environnement, il faisait sombre, et elle pouvait à peine distinguer les choses. Elles étaient enfermées à l’intérieur d’une cage, des barres de fer les entourant de tous les côtés. C’était assez petit pour qu’elle ne puisse pas se lever, et même Klem se cognerait probablement la tête dessus. Il y avait un tissu épais drapé sur la cage, ce qui expliquait pourquoi tout était si sombre.

Ses mains et ses jambes n’étaient liées par aucune entrave, probablement parce qu’il n’y avait aucun besoin puisque ses ravisseurs lui avaient déjà pris toutes les armes qu’elle avait sur elle.

— Qu’est-ce que c’est que cette secousse... ? Se demanda Rem.

Elle pensait que c’était probablement parce qu’elles étaient transportées à l’arrière d’un chariot.

« ... Depuis combien de temps suis-je inconsciente ? » demanda Rem.

« Assez de temps pour finir un sac de biscuits, » répondit Klem.

Même maintenant, Klem était encore occupée à croquer des biscuits. Il semblait qu’elle avait été conquise en utilisant la même méthode Diablo et les autres utilisés pour l’éloigner d’Edelgard.

À en juger par la vitesse à laquelle Klem mangeait des biscuits, cela n’avait pas duré plus de dix minutes. Selon l’estimation de Rem, même si elle avait été poussée sur le chariot le plus rapidement possible, elles n’auraient pas pu quitter tout de suite la ville. Il y avait aussi une petite quantité de lumière du soleil qui s’échappait à travers le tissu qui recouvrait la cage. Comme les rayons venaient de la gauche, cela signifiait probablement que le chariot se dirigeait vers le nord.

— Au District Central ?

... Non, nous sommes encore trop loin, — probablement dans le District Nord, pensa-t-elle.

C’était une région spacieuse, et par rapport au District Sud, qui était remplie de Demis, c’était une région beaucoup plus large et luxueuse. Rem n’était pas venue ici trop souvent, alors elle ne se rappelait pas quels types de bâtiments se trouvaient dans cette partie de la ville.

— Est-ce que les gens remarqueraient si je criais ? Peut-être que quelque chose comme « A l’aide, ils m’enlèvent ! » aiderait.

Bien que nous ayons affaire à un Paladin et à un chevalier impérial, ce serait probablement inutile... En termes de confiance du public, ils détiennent un avantage écrasant.

Maintenant que j’y pense, c’est étrange, n’est-ce pas ? pensa-t-elle.

Rem avait réfléchi avec calme. Après avoir analysé sa conversation précédente avec Alicia, elle était plus encline à penser qu’Alicia n’avait pas vraiment dit la vérité.

Si Klem tuait l’un des membres des Races, elle se réveillerait en tant que Seigneur Démon... Si c’était vrai, alors Alicia aurait dû l’attaquer après que Rem ait été assommée. Bien qu’elle ressemblait à une enfant, elle avait encore tous les pouvoirs d’un Seigneur-Démon. Elle pouvait donner son énergie magique à d’autres Déchus, elle regardait bataille après bataille tout en ayant l’air aussi calme que possible, et elle avait même dit que Saddler avait des quantités infimes d’énergie magique — elle semblait si terrifiante et puissante.

Si Alicia avait fait tout son possible pour attaquer Klem, elle serait probablement devenue la première de ceux des Races tuées par le Seigneur Démon, comme elle l’avait souhaité. Avait-elle soudainement commencé à se soucier davantage de sa propre vie ? Si c’était le cas, elle aurait pu utiliser à la place un subalterne de Saddler.

Bien qu’elle ne pouvait pas dire avec certitude en raison de son manque d’informations, Alicia ne prétendrait-elle pas que le vrai être de Klem se réveillerait en tuant l’une des membres des Races ? Est-ce que cela serait aussi un mensonge ? Si oui, alors ce qu’elle avait dit sur le fait de vouloir réveiller le Seigneur Démon et d’être un adorateur du Seigneur Démon serait-il aussi un mensonge ?

Peut-être que c’était trop simple par rapport à ce que Rem puisse espérer. La vérité, c’était qu’Alicia avait remis Rem et Klem à Saddler, un Paladin.

« ... Si seulement... Si seulement j’étais plus forte..., » déclara Rem.

« Tu devrais manger ça, » Klem lui avait tendu la main, offrant un biscuit à Rem.

« Hein ? Hmm... Merci beaucoup, » répondit Rem.

Rem regarda le biscuit dans sa main, c’était l’heure du dîner, et c’était vrai qu’elle avait faim.

« ... Il semble que tu aies beaucoup souffert à cause de moi, hein, Rem..., » déclara Klem.

« Quoi ? » Rem avait été surprise non seulement par le fait que Klem ait dit son nom à haute voix, mais aussi par ce qui lui avait été dit.

« Alicia m’a tout raconté... que tu souffrais à cause de moi, » les épaules de Klem s’étaient affaissées. « Pas seulement toi, mais ta mère... et sa mère... Pendant si longtemps et à chaque instant... Mais juste avant ça, tu t’es battue pour me protéger... C’est ce qu’elle m’a dit. »

« ... Je l’ai fait. Cependant, j’ai échoué en le faisant. »

« Tu t’es battue pour me protéger... et cela même s’il ne serait pas étrange que tu me détestes vraiment, » déclara Klem.

« ... Je ne nierai pas que j’ai fait face à ma part de difficultés à cause de toi, » répondit Rem.

« Même maintenant, tu as été enfermée dans un truc comme ça à cause de moi. Je ne sais pas grand-chose sur les Races, mais j’apprécie beaucoup la loyauté dont tu as fait preuve envers moi, Rem, » déclara Klem.

« ... Je n’appellerais pas ça de la loyauté, » répondit Rem.

« Hm ? » demanda Klem.

Rem avait pris ses genoux avec ses bras, les yeux dirigés vers le bas. Avec un peu d’hésitation, elle avait parlé de ce qu’elle ressentait : « ... il y a des générations, les dieux ont scellé l’âme du Seigneur Démon Krebskulm dans l’un de mes ancêtres. À cause de cela, les femmes de ma famille ont vécu leur vie en évitant autant que possible tout contact avec les autres personnes dans leur vie quotidienne. Elles ont pris grand soin de leur corps afin de ne pas relâcher le Seigneur Démon, en s’assurant toujours de laisser derrière elles une fille... Elles ont toutes fait tant de sacrifices tout au long de leur vie, renonçant à beaucoup de choses, ne s’installant jamais quelque part trop longtemps et gardant toujours leur distance des autres. Elles vivaient leur vie dans l’isolement et la peur. Alors pourquoi... ? Pourquoi seulement moi... ? Pourquoi ai-je été faite pour être le réceptacle de l’âme de Krebskulm ? »

Klem la regarda avec curiosité : « Donc à cause de moi, tu n’avais pas de liberté ? »

« Oui, c’est bien le cas, » répondit Rem.

« Je vois... Ne pas avoir la liberté est une mauvaise chose. Tout à fait irritant, en vérité, » ça lui avait été plus facile que ce à quoi Rem s’attendait.

« ... Maintenant que j’y pense, pendant tout le temps où nous souffrions tous, tu étais également enfermée en nous, » déclara Rem.

« Mais je dormais la moitié du temps. Mais oui, je comprends ce sentiment de ressentiment d’avoir été privée de sa liberté, » répondit Klem.

« ... Nous détestez-vous également ? » demanda Rem.

« Les seuls que je déteste sont les dieux, » répondit Klem.

« Je vois..., » déclara Rem.

Rem avait été choquée d’apprendre que les histoires qu’on lui avait racontées toutes ces années étaient vraies, et le fait de l’entendre de la bouche même du Seigneur Démon était vraiment inattendu...

« Hmm... Alors c’est naturel que tu me méprises... Bien sûr que tu me détesterais..., » déclara Klem d’une voix lugubre.

Rem soupira.

— Je ne veux pas que tu aies l’air si triste..., pensa Rem.

Si Klem avait été un tyrannique seigneur du mal, Rem n’aurait pas eu besoin de s’inquiéter de tout cela. Diablo l’aurait déjà vaincue et elle aurait réussi à surmonter la haine du Seigneur Démon qui avait été transmise à sa famille depuis des générations.

— Mais la Krebskulm qu’ils avaient ressuscitée n’était rien de plus qu’une enfant innocente.

Rem avait baissé les yeux. « ... C’est vrai que j’ai toujours pensé à toi de cette manière. Cependant, il se trouve que tu es née en tant que Seigneur Démon, n’est-ce pas ? »

« Hm... Ah ? C’est vrai, je suis née en tant que Seigneur Démon, » déclara Klem.

« ... Mais tu as choisi de ne pas plonger nos vies dans le chaos... J’ai réalisé que tu es dans la même situation que moi. Nous sommes des personnes ordinaires, faites pour porter des destinées très anormales, » déclara Rem.

« Je ne suis pas vraiment une “personne”, techniquement, mais je comprends ce que tu essayes de dire, » déclara Klem.

« ... C’est pour ça que je veux te protéger. Je ne pense pas qu’Alicia a dit toute la vérité. Te réveilleras-tu quand tu tueras quelqu’un ? Ou bien as-tu besoin d’autre chose comme clé pour compléter le processus ? À ce stade, tout ce que nous savons, c’est qu’elle complote sur la façon d’éveiller vraiment le Seigneur Démon. »

« C’est ce qu’il semble... Et même après que je lui ai dit que j’étais déjà dans ma forme la plus parfaite, complète et sans défaut, elle a insisté, » déclara-t-elle en grignotant ses biscuits.

Rem s’était abstenue de dire que Klem y était pour quelque chose et avait plutôt parlé doucement, presque comme si elle le disait pour elle-même.

« ... Retournons auprès des autres... Je sais qu’on les retrouvera, » déclara Rem.

« Si je pouvais utiliser mes pouvoirs, je pourrais nous sortir de cette stupide boîte en métal et réduire en cendres ce mec en armure bruyante et ses amis ! » déclara Klem.

Rem avait serré Klem contre elle, c’était la première fois qu’elle touchait Klem de son propre gré.

« ... Tu ne peux pas faire ça. Tu me l’as promis, tu t’en souviens ? » demanda Rem.

Après une brève pause, Klem hocha la tête : « Oui, je l’ai fait. »

***

Partie 3

Peu de temps après, le chariot s’arrêta, et il semblerait qu’elles étaient arrivées à destination.

Avec beaucoup de bruit, le tissu avait été retiré sans cérémonial de la cage. Le soleil couchant était sur le point d’être caché derrière les murs imposants de Faltra.

La cage s’était ouvert et Saddler leur avait fait un signe.

« Sortez-les de là, s’il vous plaît. Nous sommes arrivés au lieu de votre salut, » déclara Saddler.

« ... »

Les subordonnés de Saddler étaient entrés et avaient attrapé Rem par le bras, la traînant dehors.

Entourés de tombes, ils s’étaient retrouvés dans un cimetière sans aucun signe d’autres personnes.

Il ne faisait pas encore nuit, mais Rem n’entendait plus l’agitation de la ville, malgré la proximité des murs de la ville.

Il s’agissait de la zone la plus septentrionale de Faltra. Elle se souvenait d’avoir entendu parler d’un cimetière utilisé exclusivement par les échelons supérieurs et l’élite de Faltra, alors que le cimetière des citadins se trouvait à l’extérieur des murs de la ville. Bien qu’il soit protégé tout autour par un portail en bois, il était parfois endommagé par l’eau ou les animaux sauvages.

Rien n’avait changé avec Klem. Grâce aux biscuits qu’Alicia lui avait donnés, elle était complètement sous le contrôle d’Alicia.

Rem avait fait que Klem tienne sa promesse plus tôt... Mais elle s’inquiétait pour Klem.

— Elle ne commencerait pas à tuer des personnes en échange de biscuits... n’est-ce pas ? Se demanda Rem.

Le son d’une cloche avait retenti venant du bâtiment devant elle. Sonnant exactement six fois, il annonçait qu’il était six heures du soir.

Une église — elle était extrêmement vieille, mais bien entretenue. Il y avait des marques et des cicatrices laissées par les réparations des murs de pierre, et des vitraux flambant neufs avaient été placés dans les fenêtres. Un cercle avec des poteaux s’étendant de là, deux au sommet et le troisième les tenant en place, ornait le toit du beffroi, c’était le saint symbole de l’Église. Les portes en bois avaient été ouvertes et Rem et Klem avaient été poussées à l’intérieur.

 

Comme son apparence le suggérait, il s’agissait d’une ancienne église bien entretenue.

Une odeur étrange atteignit le nez de Rem. C’était une odeur bizarre qui collait au nez, et était presque sucrée... Presque comme l’odeur du fer rouillé. La puanteur venait des instruments étranges qui se trouvaient au fond de l’église.

Une seule chaise avait été placée à l’intérieur, avec un assortiment d’outils rassemblés autour d’elle. Rem ne savait pas à quoi elles servaient... mais elle se souvenait des rumeurs entourant Saddler.

Il torturait tous ceux qu’il soupçonnait d’être un adorateur du Seigneur Démon, les forçant à avouer — et les exécutants rapidement après ça.

Les yeux de Rem s’étaient écarquillés.

 

— Est-ce que ce sont tous des instruments de torture ? Se demanda Rem.

 

Rem avait fixé son regard sur Saddler. « ... Je ne suis pas une adoratrice du Seigneur Démon. Peu importe à quel point vous pouvez me faire du mal, je ne ferai pas de faux aveux, » déclara Rem.

« Oh, Dieu merci, » déclara Saddler.

« ... Quoi ? » demanda Rem.

« Chaque fois que les individus qui ont entendu les rumeurs me concernant voient mes outils, elles s’effondrent toujours en pleurant, prétendant qu’elles ont eu un “changement de cœur” et de les laisser “prouver leur foi aux dieux”. Je te le demande : Qui croirait des mots aussi superficiels ? Toi, d’autre part, tu es sans aucun doute une adoratrice du Seigneur Démon, quelqu’un qui essaie de nous tromper, nous les hommes d’Église, » déclara Saddler.

« Ngh... Avez-vous l’intention de me torturer quoiqu’il arrive ? Je vois, » déclara Rem.

« Oh, mon Dieu, non. Les personnes se font tout le temps de fausses idées à ce sujet. Ce que je fais n’est pas de la torture, » déclara Saddler.

« ... Alors comment appelleriez-vous ces instruments ? Ils ne ressemblent certainement pas à des ustensiles de cuisine normaux, » demanda Rem.

« N’importe quelle personne normale prendrait cela pour de la “torture”, mais ce que je fais, c’est du “salut”. Quiconque vénère le Seigneur Démon est dans le mal, et par mes actions je sauve leurs âmes souillées. Je souhaite sauver toutes les Races, » sa voix débordait de confiance.

Elle ne comprenait pas ce qu’il disait : un objet métallique avec des pointes serrées, une scie avec des dents acérées — ils étaient tous tachés d’une saleté rouge foncé et montraient des signes d’un grand nombre utilisations. Bien qu’il l’ait appelé salut, c’était exactement comme les rumeurs l’avaient dit : Il avait torturé ses victimes, puis les avait exécutées.

« ... Essayez-vous de dire que votre méthode pour tuer les gens est le “salut” ? » demanda Rem.

Saddler secoua la tête. « Je ne tue pas les gens. Ils sont pardonnés par les dieux par mon salut, et sont appelés au ciel, c’est tout. »

« Qui vous êtes vraiment... !? » cria Rem.

« Voir ces âmes pourries purifiées par mon salut et obtenir le pardon des dieux — je ne peux m’empêcher de verser quelques larmes de joie en voyant cela, » déclara Saddler.

« ... C’est... C’est juste eux qui meurent à cause de votre torture ! » cria Rem.

« Oh, non, non, non. Puisque je leur ai pardonné, c’est la même chose que les dieux qui les pardonnent. Dans ce cas, ces âmes appelées au ciel par la mort sont sous l’effet d’une bénédiction de béatitude, » déclara Saddler.

— S’il leur pardonne, les dieux leur pardonnent ? Pensa Rem,

Son raisonnement était absurde.

« ... Essayez-vous de vous voir comme un dieu ? » demanda Rem.

Parler ainsi devait être strictement interdit par l’Église. Mais avec le même sourire vertueux sur son visage, l’expression de Saddler n’avait jamais changé.

« Pour le dire franchement, c’est quelque chose que je n’aime pas trop révéler aux autres, et j’essaie de garder le secret du mieux que je le peux — mais, apparemment, je suis un Dieu, » déclara Saddler.

« ... Qu’est-ce que vous dites ? » demanda Rem.

« Comme je l’ai dit, je suis un Dieu qui est descendu sur ce monde. Me comprends-tu ? » demanda Saddler.

« ... Je suis sans voix face à vos propos, » déclara Rem.

« Je suis né dans une famille abondante, j’ai été béni avec ce corps bien pourvu, et je me vantais d’un intellect supérieur — après avoir reçu toutes les faveurs du ciel, on ne pouvait que penser que mon existence était celle d’un Dieu qui est descendu sur ce monde pour lui offrir le Salut, » déclara Saddler.

Ses paroles débordaient de confiance, il croyait tout ce qu’il venait de dire. Rem avait été stupéfaite.

« ... Peu importe ce que je dis, il semble que les mots sont inutiles avec vous, » déclara Rem.

Saddler avait pointé un doigt vers les oreilles de Rem. « Ce n’est pas vrai, toute conversation avec moi est tout sauf inutile. Plus nous pouvons échanger des mots comme ceci, mieux je suis capable de comprendre la gravité de tes péchés. »

« ... C’est ridicule. Je ne suis pas une adoratrice du Seigneur Démon, » cria Rem.

« Tes oreilles... elles ne sont pas bonnes, » déclara Saddler.

« Quoi !? » Rem avait reculé, couvrant ses oreilles pointues avec ses mains. Un frisson lui avait remonté le dos.

« Cette queue n’est pas bonne non plus, » déclara Saddler.

« ... Voilà à quoi ressemblent les Panthériens... ! Bien que la coloration noire ne soit pas aussi courante, il n’y a rien d’étrange à ce sujet, » répondit Rem.

« Oh ! Non, je comprends parfaitement. Tu ne peux pas tromper les oreilles de Dieu. Maintenant, commençons à les couper, » déclara Saddler.

« Qu’est-ce qu’il y a ? N’avez-vous pas dit que vous ne me tortureriez pas !? » s’écria Rem.

« Bien sûr, bien sûr. Ce n’est pas de la torture, mais le fait de retirer des morceaux qui rendent ton âme si impure. Les parties de toi qui n’ont pas mal tourné sont très importantes, ce corps t’a été donné après tout par les Dieux. C’est pour ça que je vais te taillader, petit à petit, » déclara Saddler.

« ... V-Vous... Vous ne pouvez pas... ! » cria Rem.

Réalisant quelles étaient les intentions de Saddler, Rem avait commencé à trembler au niveau de ses genoux.

— Il appelle d’autres personnes impures tout en ayant l’intention de me déchiqueter en lambeaux ! pensa Rem.

Saddler la regarda de haut en bas avec un regard perçant et d’une manière vraiment désagréable comme s’il la léchait partout.

« Hm, c’est donc cette main qui m’a envoyé ces invocations... Ce n’est pas bon non plus, » déclara Saddler.

« ... Allez tout droit en enfer, » cria Rem.

« Et une bouche si grossière... Peut-être que je vais aussi arracher ces dents, » déclara Saddler.

Après un signe de Saddler, trois de ses subordonnés s’approchèrent de Rem.

« C’est vrai, à cause de ton horrible invocation, l’un de mes fidèles disciples a été gravement blessé. Mais je lui ai déjà accordé un miracle de guérison et je l’ai laissé se reposer. Tu as vraiment fait une chose scandaleuse, » déclara Saddler.

« Parce que vous les avez utilisés comme bouclier... ! » déclara Rem.

Les chevaliers l’avaient attrapée par les bras. Sans armes ni invocation, elle n’avait aucun moyen de se battre contre eux ou contre Saddler. Elle détestait vraiment ça.

Rem s’était tournée vers Alicia. « ... Je ne comprends pas. Pourquoi nous trahir pour aider quelqu’un comme lui ? »

Alicia haussa les épaules. « J’ai mes propres objectifs. Si vous n’aimez pas la douleur, pourquoi ne pas appeler à l’aide ? »

Elle avait posé une main sur l’épaule de Klem pendant qu’elle parlait.

***

Partie 4

Sentant la peur de Rem, Klem affichait une expression sinistre — elle avait même cessé de manger ses biscuits.

« As-tu quand même besoin de mon aide ? » demanda Klem.

« ... Je-Je n’en ai pas besoin ! S’il te plaît, tiens ta promesse, » déclara Rem.

« D-D’accord, » répondit Klem.

— Je lui ai déjà dit de ne pas s’impliquer, mais que puis-je faire dans une situation comme celle-ci !? Se demanda Rem.

« Ne comprenez-vous pas ce qui va vous arriver, Mademoiselle Rem ? » Alicia avait affiché un sourire ironique.

« ... Bien sûr que je le comprends. Ce que je ne comprends pas, ce sont vos objectifs. Doivent-ils ressusciter le Seigneur Démon et détruire les Races ? » demanda Rem. « Alors pourquoi ce que vous faites maintenant est-il si nécessaire ? »

Saddler regarda Alicia, le sourire sur son visage n’avait pas disparu.

« Oh, mon Dieu, vous dites que je veux ressusciter le Seigneur Démon ? Bonté divine, les adorateurs du Seigneur Démon disent des choses des plus étranges, » déclara Alicia.

« ... Alicia... Tout ce que vous m’avez aidé à comprendre... Quand vous êtes venue avec nous pour sauver Shera... Est-ce que tout cela n’a été qu’un gros mensonge ? » demanda Rem.

« Mon Dieu... Encore une fois avec vos étranges divagations, » Alicia avait tourné le dos à Rem. « Sire Saddler, je suis un peu dégoûtée par la douleur. Puis-je vous laisser le reste ? »

« Oui, s’il vous plaît, laissez-moi faire. Je me porterai aussi personnellement garant de votre innocence, Mademoiselle Cristela, » déclara Saddler.

« Je vous remercie beaucoup. Alors je reviendrai après avoir mangé quelque chose, » déclara Alicia.

« Compris. D’ici là, je suis certain que cette adoratrice du Seigneur Démon aura atteint le pardon des dieux, » c’était comme s’il venait de proclamer combien de temps il lui restait à vivre.

« Oh, c’est vrai... Cette enfant, » déclara Alicia en posant la main sur l’épaule de Klem, « n’est qu’une victime qui a été capturée par ces adorateurs du Seigneur Démon, alors pourriez-vous vous assurer qu’aucun mal ne lui arrive ? Si elle n’a plus de biscuits, veuillez lui en fournir d’autres. »

« Bien sûr, oui, bien sûr. Après tout, c’est juste une pauvre et innocente enfant que nous avons réussi à sauver, » déclara Saddler.

Rem avait été forcée à s’asseoir sur une chaise avec des accoudoirs par deux subordonnés de Saddler, qui tenaient ses deux bras vers la chaise.

Klem regardait Rem depuis l’un des coins de la pièce. L’expression sur son visage se disait en gros : « Ne veux-tu vraiment pas demander de l’aide ? »

Que se passerait-il si Rem tentait de sauver sa vie en demandant de l’aide à Klem, et peut-être en la réveillant comme était le vrai Seigneur Démon ? Elle ne voulait pas ça, quoi qu’il en coûte.

Elle, sa mère et la mère de sa mère avaient beaucoup souffert pour empêcher le Seigneur Démon Krebskulm d’être ressuscité. Non seulement cela, mais si le groupe perdait cette Klem qui était ici en ce moment, cela rendrait sûrement Shera triste, elle avait même dit que Klem était comme une petite sœur pour elle.

Saddler avait sorti une énorme paire de ciseaux.

« Hehehe, n’hésite pas à crier autant que tu le souhaites. Personne ne reste dans un cimetière après le coucher du soleil, » déclara Saddler.

« ... Vous êtes totalement vil... N’en avez-vous pas de conscience !? » cria Rem.

« Bien sûr que oui. Si je n’apporte pas le Salut aux adorateurs du Seigneur Démon, cela rend ma poitrine horriblement douloureuse. Maintenant, en parlant de Salut, commençons par le tien... En commençant par couper ces oreilles si vulgaires, » déclara Saddler.

Les lames se rapprochaient de ses oreilles.

« Mmgh... »

« Avec cela, tu seras un peu plus près d’être une personne normale... Un pas de plus vers l’Humanité, » déclara Saddler.

« ... Dire que les humains sont normaux, c’est de la discrimination contre Demis ! » cria Rem.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal à appeler quelque chose de sale comme ça ? » demanda Saddler.

Rem avait essayé de tordre son corps pour s’échapper, mais l’un des subordonnés de Saddler l’avait attrapée par le collier et l’avait ramenée en place.

« Ne bouge pas ! » L’un d’eux lui avait crié dessus.

Saddler avait rapproché les lames des ciseaux — .

 

Shlnnk !

Pendant un instant, Rem avait réussi à déplacer son corps. La base de l’une de ses oreilles était chaude — l’avait-il coupée !?

Mais ce n’était pas si douloureux. Il semblerait qu’il n’avait pas été capable de couper l’oreille entière à cause des difficultés causées quand elle bougeait.

Saddler haussa la voix : « Il t’ait dit de ne pas bouger, ne comprends-tu pas ? »

Puis, pratiquement en criant, il avait dégainé son épée. Rem étant toujours attachée, il avait fait descendre l’épée directement au-dessus de son bras droit. La lame l’avait traversé avec un bruit écœurant.

L’épée de Saddler passa complètement à travers le bras, atteignant jusqu’à l’accoudoir de la chaise.

« ... !? »

La douleur avait assailli l’intérieur de la tête de Rem, la rendant incapable de crier en réponse. Le sang avait coulé sur la chaise.

 

Klem s’était précipitée vers elle. « Rem !? Rem ! Tu es blessée !? Bien sûr que ça ferait mal ! Pourquoi les laisses-tu te faire ça !? Je vais les tuer ! Je vais tous les tuer tout de suite ! Ça ne te dérange pas, n’est-ce pas ? »

« Argh... Tu ne peux pas..., » déclara Rem.

« Tu vas mourir si ça continue, tu sais !? » cria Klem.

La mort était terrifiante, mais Rem ne pouvait pas laisser Klem se réveiller en tant que Seigneur Démon.

« Ne te mets pas en travers du chemin ! » cria Saddler.

Saddler avait dégainé une autre épée de sa taille et l’avait poussée vers Klem. La pointe de la lame était passée au travers de la robe de Klem. Elle était tombée sur le sol en lambeaux, avec ses cornes et sa queue en forme de lézard exposées à la vue de tous.

— Saddler sait maintenant que Klem n’est pas normale ! pensa Rem.

Oubliant la douleur dans son bras droit, Rem avait crié : « Fuis ! Pars d’ici ! »

Mais Klem n’avait pas tenté de s’enfuir.

Pendant une seconde, Saddler et les autres chevaliers étaient paralysés, regardant fixement Klem. Et puis, une voix qui bouillonnait de haine : « C’est une Déchue ! »

Les yeux de Klem étaient remplis d’une rage ardente. « Espèce d’imbécile ! Je suis un Seigneur Démon qui vous réduira tous en cendres ! »

« Ces cornes — ça me rappelle l’autre démon... Je vois, alors il n’y a aucun doute là-dessus — c’est aussi un Déchu. Ce soir, je demanderai au gouverneur d’envoyer ses troupes et nous LES CHASSERONS ! » cria Saddler.

— Ce démon... Il doit se référer à Diablo, pensa Rem.

Alors que ses yeux n’étaient pas focalisés sur quelque chose en particulier, Saddler s’était dirigé vers Klem, l’épée à la main.

« Ces satanées cornes... Ils m’ont déshonoré... Ces cornes sont trop impures ! » cria Saddler.

« Qu’est-ce que tu as dit, Padaidiot ? » demanda Klem.

« Si Mademoiselle Cristela voyait ces cornes et cette queue, je suis sûr qu’elle serait d’accord avec moi... Maudite soit-elle, déguisée en enfant humaine innocente ! Espèce d’être détestable !! » cria Saddler.

Saddler leva son épée au-dessus de sa tête. Klem lui répondit en le regardant. « Tu oses penser à t’opposer à moi ? Très bien ! Repens-toi d’avoir blessé Rem avec ta mort ! »

« Ne me parle pas comme ça, sale gosse Déchue, tu m’encrasses les oreilles ! Je briserai tes cornes en morceaux ! » cria Saddler.

Saddler l’avait frappée avec son épée. À ce moment-là, Rem donna un coup de pied à la chaise, tandis que les subordonnés de Saddler étaient distraits par Saddler et Klem, elle s’arracha de leurs poignes, se poussant vers l’avant.

Une violente douleur avait traversé son bras droit. L’épée avait traversé l’accoudoir, comme si elle y avait été clouée à l’aide d’un pieu. La douleur s’était étendue jusqu’à son os.

Mais les pensées de Rem n’étaient pas sur sa propre souffrance. Elle avait donné un coup de pied frénétique contre la chaise, peu importe si même sa chair était fendue et son os sectionné.

« Klem !! »

Rem avait propulsé son corps vers l’avant. Saddler avait balancé son épée, la faisant tomber sur la tête de Klem — .

Mais Rem était intervenue. Elle était devenue un bouclier pour Klem, étreignant la petite Seigneur Démon près de sa poitrine.

Une douleur brûlante avait traversé son épaule droite, comme si quelqu’un avait pressé un tisonnier à chaud contre elle. Elle avait été poignardée une fois de plus, la lame de métal froid pénétrant dans son corps.

De grandes quantités de sang s’étaient répandues de son corps, éclaboussant Klem.

« ... Hrnf... »

Elle était incapable de former ne serait-ce qu’un seul mot, et seul l’air échappait des lèvres de Rem.

Klem cria. « Reeeeem !? »

S’effondrant sur le sol, une flaque de sang s’était répandue tout autour de Rem. Klem s’agenouilla à côté d’elle, l’appelant encore et encore par son nom. « Rem ! Rem ! Rem ! »

« ... Fuyez... fuyez..., » déclara Rem.

« Toi aussi, Rem ! Je t’emmène aussi ! Je vais les tuer, puis je te sauverais... ! » déclara Klem.

« ... Ta... prom... esse... » déclara Rem.

« Oui, j’ai promis, mais... ! » répondit Klem.

« Tu t’es mis sur mon chemin, n’est-ce pas !? Putain de Demi ! » cria Saddler.

Avec sa dernière attaque, l’épée de Saddler transperça le dos de Rem, atteignant le sol.

« ... !! »

Une abondance de sang de Rem se dispersait dans l’air — pur, rouge, du sang.

Klem tremblait, les yeux grands ouverts face à l’horreur. N’importe qui mourrait en perdant autant de sang, et Klem le savait. Rem mourrait certainement après une telle perte de sang.

Sang... Sang... Sang...

Sa vie s’estompait rapidement.

 

Krebskulm avait poussé un cri à vous glacer le sang.

 

Toujours effondrée sur le sol, Rem entendit une voix qui fit trembler toute l’église. Quelque chose se produisait en ce moment. Elle savait que sa propre vie touchait à sa fin. Mais même alors, elle pouvait sentir quelque chose d’encore plus grave arriver.

Rem se souvient des mots qu’Alicia lui avait murmurés dans la ruelle :

« Ce dont elle a besoin... c’est de haine. »

— Mais à quoi cela servait-il ? Pour le réveil de Krebskulm ? Se demanda-t-elle.

Jusqu’à présent, Rem ne comprenait pas comment la haine allait être créée.

C’est seulement maintenant qu’elle l’avait réalisé — .

 

La haine était née quand quelqu’un d’important pour vous vous était enlevé.

***

Partie 5

Saddler regardait vers le plafond.

Elle n’aurait dû être qu’une petite fille. Une enfant avec des cornes étranges, et une queue comme un lézard... probablement une sorte de Demi.

Il l’avait jugée comme étant une Déchue et, comme toujours, il allait l’exécuter.

Elle aurait dû être une enfant impuissante, destinée à être exécutée par sa main — mais maintenant, elle avait changé de forme, se transformant en un gigantesque... être. Après tout, était-elle vraiment une Déchue ?

La Panthérienne couchée dans une mare de son propre sang avait réussi à chuchoter un seul mot : « ... Krebskulm. »

— Le nom du Seigneur Démon.

Saddler tourna une fois de plus son regard vers le monstre gigantesque qui se trouvait devant lui. Comment cette enfant se déclarait-elle avant ? Un « Seigneur Démon » ?

« Ce n’est pas possible... Elle, un Seigneur Démon... ? Impossible... Cela ne peut tout simplement pas être..., » déclara Saddler.

Krebskulm avait balancé sa main latéralement, et une onde de choc s’en était dégagée. Les subordonnés de Saddler se tenaient la tête avec de petits cris de terreur. Les murs et le toit de l’église avaient été emportés par le souffle, des fragments du bâtiment brûlaient dans l’air, se transformant en cendres avant même d’atteindre le sol. Il n’était pas clair s’il s’agissait d’une magie ou non.

Le beffroi, le symbole sacré, les murs de pierre, le toit, le vitrail — tout avait été emporté par le souffle, sans même laisser de décombres. Tout ce qui restait, c’était le sol et un mur, à peu près à la même hauteur qu’une personne.

Une paire d’ailes déployées derrière Krebskulm se tendait vers le ciel. Ces ailes de lumière éblouissantes semblaient percer les cieux eux-mêmes.

Puis, comme s’il était lui-même attiré sur le ciel, un cercle magique s’était étendu dans l’air. Des symboles et des caractères inconnus se répandaient dans le ciel, entrant en collision avec la barrière qui enveloppait Faltra, produisant des étincelles.

Un bruit de grincement avait assailli leurs oreilles.

Est-ce vraiment le Seigneur Démon Krebskulm ? pensa Saddler.

Il avait planté trois épées dans le sol, puis avait donné un ordre à ses subordonnés :

« Je vais utiliser l’un de mes sorts ultimes ! Soyez mon bouclier ! » ordonna Saddler.

« Oui, Sire ! » Les trois chevaliers avaient marché pour se placer devant Saddler.

« Hehehe... Même si tu es un vrai Seigneur Démon, mon sort ultime te fera disparaître sans laisser de trace, et il ne restera même pas de la poussière de ton être, » déclara Saddler.

Saddler débordait de confiance. Même face à un Seigneur Démon, il ne perdrait pas son sang-froid. La clé d’une foi inébranlable était une confiance tout aussi inébranlable, une conviction absolue qui mènerait à votre victoire.

Saddler se considérait comme un Dieu — un Dieu vivant, respirant, oui, un véritable Dieu. C’est pourquoi il croyait que sa bataille avec un Seigneur Démon ne ferait que créer une autre ligne dans sa propre légende.

Krebskulm avait déplacé son regard vers Saddler et les autres. Les flammes de la rage brillaient dans ses yeux pourpres.

« RUGISSEMENTTTTTTTTTTT !! »

Un cri maléfique qui secouait l’air lui-même s’était fait entendre. Malgré tout, Saddler affichait un sourire suffisant placé sur son visage.

« Hehehe... Alors tu as remarqué le pouvoir de ma magie, toi, le maudit Seigneur Démon... Mais il est beaucoup trop tard, » déclara Saddler.

Son énergie magique avait acquis une forme, et le sort avait ainsi été complet — son sort ultime.

 

« Disperse-toi en morceaux — Éruption de Flammes !! »

 

Une explosion de flammes enveloppa alors le corps de Krebskulm.

Et après ça —

— cela n’avait eu aucun effet. D’après ce qu’il pouvait voir, cela n’avait causé aucun dommage au Seigneur Démon.

Saddler était gelé sur place, la main toujours tendue vers Krebskulm.

« Hein... ? »

Krebskulm avait balancé son poing massif, le déplaçant vers Saddler.

Tout va bien, Saddler avait tenu bon dans ses convictions.

Il était un Dieu, et même s’il faisait face à un danger qui menait à la mort, il s’en sortirait toujours vivant. Quant à savoir pourquoi — eh bien, c’était parce qu’il était un Dieu.

Les subordonnés agissant comme le bouclier de Saddler avaient eu la moitié supérieure de leur corps vaporisé, et un vent brûlant avait soufflé sur le visage de Saddler. Mais même ainsi, il était toujours confiant dans sa victoire.

Regardez-moi, pensa-t-il, ce n’est qu’une question de temps. La puissance d’un Dieu vaincra le Seigneur Démon. Je ne mourrai pas ici, et c’est parce que je suis moi-même un Dieu.

C’est presque là, ses pensées continuaient. Le poing du Seigneur Démon se rapproche de moi. Il est maintenant temps pour moi d’éveiller mes pouvoirs en tant que Dieu ! Ahhhhhhh, dépêche-toi, dépêche-toi ! Il ne reste plus de temps. C’est le moment pour mes pouvoirs divins !

 

« ... Hein ? Après tout, ne suis-je pas un Dieu... ? » déclara-t-il.

 

Le poing colossal de Krebskulm avait frappé la tête de Saddler. La magie protectrice appliquée à son armure offrait une certaine résistance, et son corps robuste essayait de se maintenir en un seul morceau.

— mais cela ne servait à rien. Le corps de Saddler n’était qu’humain et était lié par les limites de l’être humain. Il n’avait pas le pouvoir de résister à la frappe du Seigneur Démon, et il avait été réduit en charpie. La magie protectrice s’était effondrée, et le sang s’était vaporisé de son corps, s’évaporant dans l’air rempli d’une intense chaleur.

Il avait été dispersé en morceaux. Et tout comme les acolytes qu’il réquisitionnait comme bouclier, il ne restait que la moitié inférieure du corps de Saddler.

 

Toujours effondrée sur le sol, la petite Panthérienne regarda son corps se refroidir lentement. En la voyant ainsi, Krebskulm avait laissé échapper un autre cri de haine pure.

 

— Mais elle ne se souvenait plus de la raison d’un tel mépris. Il ne restait que l’intention meurtrière.

L’éveil était complet.

 

Les cris du Seigneur Démon Krebskulm, nouvellement réveillé, résonnaient dans tout le cimetière.

***

Interlude 2

Cité de Faltra, porte ouest — .

Les soldats tapissaient les remparts de la ville. Le gouverneur, Galford, était également présent. Les yeux se plissèrent alors qu’il regardait vers l’horizon à l’ouest.

Malgré le soleil couchant, les plaines qui étaient normalement teintées d’un rouge pourpre avaient été recouvertes d’ombres sombres.

« ... Ce sont tous des Déchus, hein ? » murmura Galford. Bien qu’il ait été un héros s’étant frayé un chemin à travers la Guerre des Hommes contre les Déchus il y a trente ans, sa voix était troublée.

Debout sur les murs de la ville, il pouvait voir le pont d’Ulug et la rivière qui coulait à l’horizon. Il avait reçu des rapports selon lesquels un nombre presque infini de Déchus avançaient vers Faltra à partir d’un peu plus loin de là ou se trouvait la forteresse. Dans tous les cas, contre un nombre aussi écrasant, les gardes stationnés à la forteresse ne seraient même pas en mesure de faire gagner du temps à la ville, c’est pourquoi Galford leur avait déjà donné l’ordre de battre en retraite.

Les rapports qu’il avait reçus indiquaient qu’il y avait deux ou peut-être trois cents soldats déchus en marche vers eux, mais il doutait de l’exactitude de l’information provenant de soldats paniqués. La quantité de Déchus n’était pas le problème, mais c’était leur courage.

Contre des Déchus plus forts, seules des armes uniques seraient en mesure de leur infliger le moindre dégât. Même si les soldats frappaient les Déchus avec des armes normales, ils ne pourraient qu’effleurer la surface, rien ne parviendrait jusqu’au cœur.

Combien de membres de l’élite va-t-il tomber au combat... ? La stratégie de Galford devrait changer en fonction de la force de son adversaire.

Les visages des soldats étaient pâles, il n’y avait pas de lâches parmi les troupes qui osaient gémir ou se plaindre devant leur commandant. À l’intérieur, cependant, ils voulaient probablement s’enfuir plus qu’autre chose. S’ils devaient rencontrer d’autres situations inattendues en plus de tout cela, les forces de Galford risquaient de s’effondrer avant même qu’ils ne commencent à se battre.

Galford avait appelé ses soldats : « Messieurs, nous sommes ici pour mourir. Peu importe à quel point l’ennemi est redoutable, nous tiendrons bon. Jusqu’à ce que nous puissions évacuer les citoyens de Faltra et unir nos forces avec les armées de la capitale, nous devons lutter contre le temps, même si l’un d’entre vous devient le dernier soldat debout. Soyez fiers de savoir que nos sacrifices ne seront pas vains, dans le grand dessein, nous sommes le fondement sur lequel la victoire des Races sera construite. »

Les expressions des soldats avaient commencé à changer. Ils portaient les visages d’hommes qui avaient étouffé leurs peurs, prêts à mourir en protégeant la ville. Pourtant, même Galford ne savait pas combien de temps il pouvait préserver le moral de ses troupes.

Un bruit de tonnerre avait déchiré les airs.

« Était-ce un sort de Déchu !? » cria l’un des soldats alors qu’une agitation commençait à se répandre parmi eux.

Mais c’était une erreur, car elle venait de l’intérieur même de la cité.

En se retournant, Galford avait repéré une explosion dans le District Nord, qui avait pris naissance quelque part autour du cimetière. Des flammes rugissantes s’élevèrent dans l’air.

Peu importe l’expérience d’un commandant, Galford n’aurait jamais imaginé le Seigneur Démon ressuscitant et fauchant une église entière, pas même dans ses rêves les plus fous.

« Ce sont des ailes de lumière ? » déclara-t-il.

Un gigantesque cercle magique se répandait dans le ciel, comme il n’en avait jamais vu auparavant — .

Non, Galford avait vu la même chose il y a trente ans.

— Un cercle magique de Déchu !?

Les soldats étaient dans un état d’agitation, ignorant ce qui se passait. D’autre part, sachant ce que c’était réellement, l’agitation de Galford était encore plus grande.

Mais il ne l’avait pas laissé paraître, il était resté silencieux, grimaçant en regardant vers le District Nord.

Une autre explosion bruyante avait secoué la ville. C’était une grande distance entre la porte Ouest et le cimetière dans le District Nord, assez loin pour qu’un aristocrate utilise un carrosse pour s’y rendre. C’est pourquoi Galford n’avait pas vu le Seigneur Démon Krebskulm effacer un Paladin et ses subordonnés de la surface du monde. Quoi qu’il en soit, il ne pouvait pas se permettre de laisser cette affaire en paix.

Il pensait aux commandants qu’il avait mis en place en tant que responsable des portes Nord et Est : Ils n’étaient pas le genre de personnes qui pouvaient prendre des décisions par eux-mêmes dans une situation comme celle-ci.

— Je devrais y aller, pensa-t-il.

Il voulait laisser la porte Ouest à l’un des commandants, tout en laissant un — non, deux mille soldats. Lui-même emmènerait cinq mille soldats sur la route principale, vers le District Nord.

Une silhouette de petite taille était montée dans l’escalier des remparts : une marcheuse des herbes, rouquine, ses oreilles de lapin rebondissent de long en large alors qu’elle courait vers Galford. Sa poitrine et sa taille étaient recouvertes d’un tissu fin et révélateur.

C’était la chef de la Guilde des Aventuriers : Sylvie.

« Hé, Galford ! C’est donc ici que vous étiez, » cria Sylvie.

« Nous sommes en guerre, » Galford avait posé une main sur son épée. « Les aventuriers n’ont rien à faire ici. »

« Attendez ! Attendez une seconde ! Écoutez-moi, c’est tout, » elle avait frénétiquement agité les deux mains. « Ce n’est nullement mauvais pour vous, je vous le promets ! »

« Je dois envoyer des troupes dans le District Nord le plus rapidement possible. Je n’ai pas le temps de vous écouter, » déclara Galford.

« Hmm ? » Galford avait retiré sa main de son épée, indiquant avec une secousse rapide de son menton pour que Sylvie continue.

Sylvie pointait vers les ailes de la lumière. « Je veux que vous nous laissiez le cimetière du District Nord. Nous avons actuellement notre propre façon d’y faire face. »

« ... L’armée Déchue qui empiète est toujours à l’extérieur de la barrière. Je considère que ce qui est apparu dans le District Nord comme étant plus menaçant pour le moment, » déclara Galford.

« Ouais, c’est vrai, » déclara Sylvie.

« Sans parler de ce cercle magique. —, » déclara Galford.

« C’est probablement ce que nous avons vu il y a trente ans, ouais, » déclara Sylvie.

« Même si vous le savez en tant que tel, vous dites que je devrais vous laisser faire ? » demanda Galford.

Sylvie avait hoché la tête avec force. « Diablo s’est déjà rendu là-bas, donc ça devrait aller. C’est pour ça que je veux que vous nous laissiez faire, d’accord ? »

« ... Je vois, » déclara Galford.

— Ce Démon est encore une fois impliqué, pensa Galford.

« Je reconnais sa force, mais je ne dirai pas que je lui fais confiance, » déclara Galford.

« Ce n’est pas quelqu’un de mauvais, vous savez ? » déclara Sylvie.

« Il a détruit une partie de la route principale et des bâtiments sur un coup de tête en combattant un Déchu, a mis des colliers d’esclaves autour des filles et les fait défiler dans toute la ville, a refusé les demandes du Royaume de Greenwood de rendre leur princesse, et s’est battu contre le gouverneur même de cette ville, et vous me dites ici qu’il n’est pas une mauvaise personne ? » demanda Galford.

« Haha... N’est-ce pas en grande partie votre faute, Galford ? » demanda Sylvie.

« Comme je le pensais, on ne peut pas lui faire confiance, » déclara Galford.

« Est-ce vrai ? Alors je suppose que c’est tout... Mais ne dites pas que je ne vous avais pas prévenu, » bien que Sylvie l’avait dit avec un sourire, il y avait une lueur froide dans ses yeux.

Galford avait fait l’expérience de première main de la puissance de Diablo en tant que Sorcier. Il avait même vu Diablo se battre avec l’énorme Invocation d’Hydre, l’arme secrète des Elfes. La puissance de Diablo était suffisante pour rivaliser avec un millier de soldats d’élite stationnés à Faltra, sa force dépassant peut-être même cela.

« Il y a cent mille personnes qui vivent dans cette ville. La barrière créée par les huit tours le long de ces murs les protège, mais si la barrière devait être détruite de l’intérieur, les Déchus à l’ouest avanceraient sur Faltra. Le risque que les troupes stationnées ici ne puissent pas tenir le coup est élevé. Comprenez-vous ce que cela signifie ? » demanda Galford à Sylvie.

« Oui — si Diablo échoue, la ville entière sera annihilée, » répondit Sylvie.

« Plus loin derrière nous se trouvent de nombreuses villes ne possédant aucune barrière, » déclara Galford.

« Je comprends. Mais c’est bon, je ne veux pas non plus voir de nombreuses personnes mourir. C’est pourquoi je veux garder le nombre de personnes autour de Diablo aussi bas que possible, car il pourra se battre plus facilement de cette façon, » déclara Sylvie.

« ... J’y enverrai un millier de soldats, » déclara Galford.

« Oh, le ferez-vous vraiment ? » demanda Sylvie.

« Je suis sûr que vous aurez besoin d’aide pour traiter avec les miliciens ou les curieux. L’armée devrait protéger le peuple, pas les aventuriers, » déclara Galford.

Un sourire se répandant sur son visage, Sylvie hocha la tête. « C’est exactement ce que j’attendais de vous, Galford ! Faisons de notre mieux pour nous entraider. »

« Alors je vous laisse le District Nord. Peu importe l’événement, gardez les tours des barrières et l’Association des Mages avec votre vie. Est-ce que vous comprenez ? » demanda Galford.

« On protégera Céles. Je laisse ça à des enfants qui savent vraiment ce qu’ils font, alors ne vous inquiétez pas, d’accord ? » déclara Sylvie.

Effectuant un au revoir comme un enfant qui venait de venir jouer, elle descendit les escaliers des remparts.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour les chapitres.

Laisser un commentaire