Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : L’Histoire de Rem

Partie 3

Peu de temps après, le chariot s’arrêta, et il semblerait qu’elles étaient arrivées à destination.

Avec beaucoup de bruit, le tissu avait été retiré sans cérémonial de la cage. Le soleil couchant était sur le point d’être caché derrière les murs imposants de Faltra.

La cage s’était ouvert et Saddler leur avait fait un signe.

« Sortez-les de là, s’il vous plaît. Nous sommes arrivés au lieu de votre salut, » déclara Saddler.

« ... »

Les subordonnés de Saddler étaient entrés et avaient attrapé Rem par le bras, la traînant dehors.

Entourés de tombes, ils s’étaient retrouvés dans un cimetière sans aucun signe d’autres personnes.

Il ne faisait pas encore nuit, mais Rem n’entendait plus l’agitation de la ville, malgré la proximité des murs de la ville.

Il s’agissait de la zone la plus septentrionale de Faltra. Elle se souvenait d’avoir entendu parler d’un cimetière utilisé exclusivement par les échelons supérieurs et l’élite de Faltra, alors que le cimetière des citadins se trouvait à l’extérieur des murs de la ville. Bien qu’il soit protégé tout autour par un portail en bois, il était parfois endommagé par l’eau ou les animaux sauvages.

Rien n’avait changé avec Klem. Grâce aux biscuits qu’Alicia lui avait donnés, elle était complètement sous le contrôle d’Alicia.

Rem avait fait que Klem tienne sa promesse plus tôt... Mais elle s’inquiétait pour Klem.

— Elle ne commencerait pas à tuer des personnes en échange de biscuits... n’est-ce pas ? Se demanda Rem.

Le son d’une cloche avait retenti venant du bâtiment devant elle. Sonnant exactement six fois, il annonçait qu’il était six heures du soir.

Une église — elle était extrêmement vieille, mais bien entretenue. Il y avait des marques et des cicatrices laissées par les réparations des murs de pierre, et des vitraux flambant neufs avaient été placés dans les fenêtres. Un cercle avec des poteaux s’étendant de là, deux au sommet et le troisième les tenant en place, ornait le toit du beffroi, c’était le saint symbole de l’Église. Les portes en bois avaient été ouvertes et Rem et Klem avaient été poussées à l’intérieur.

 

Comme son apparence le suggérait, il s’agissait d’une ancienne église bien entretenue.

Une odeur étrange atteignit le nez de Rem. C’était une odeur bizarre qui collait au nez, et était presque sucrée... Presque comme l’odeur du fer rouillé. La puanteur venait des instruments étranges qui se trouvaient au fond de l’église.

Une seule chaise avait été placée à l’intérieur, avec un assortiment d’outils rassemblés autour d’elle. Rem ne savait pas à quoi elles servaient... mais elle se souvenait des rumeurs entourant Saddler.

Il torturait tous ceux qu’il soupçonnait d’être un adorateur du Seigneur Démon, les forçant à avouer — et les exécutants rapidement après ça.

Les yeux de Rem s’étaient écarquillés.

 

— Est-ce que ce sont tous des instruments de torture ? Se demanda Rem.

 

Rem avait fixé son regard sur Saddler. « ... Je ne suis pas une adoratrice du Seigneur Démon. Peu importe à quel point vous pouvez me faire du mal, je ne ferai pas de faux aveux, » déclara Rem.

« Oh, Dieu merci, » déclara Saddler.

« ... Quoi ? » demanda Rem.

« Chaque fois que les individus qui ont entendu les rumeurs me concernant voient mes outils, elles s’effondrent toujours en pleurant, prétendant qu’elles ont eu un “changement de cœur” et de les laisser “prouver leur foi aux dieux”. Je te le demande : Qui croirait des mots aussi superficiels ? Toi, d’autre part, tu es sans aucun doute une adoratrice du Seigneur Démon, quelqu’un qui essaie de nous tromper, nous les hommes d’Église, » déclara Saddler.

« Ngh... Avez-vous l’intention de me torturer quoiqu’il arrive ? Je vois, » déclara Rem.

« Oh, mon Dieu, non. Les personnes se font tout le temps de fausses idées à ce sujet. Ce que je fais n’est pas de la torture, » déclara Saddler.

« ... Alors comment appelleriez-vous ces instruments ? Ils ne ressemblent certainement pas à des ustensiles de cuisine normaux, » demanda Rem.

« N’importe quelle personne normale prendrait cela pour de la “torture”, mais ce que je fais, c’est du “salut”. Quiconque vénère le Seigneur Démon est dans le mal, et par mes actions je sauve leurs âmes souillées. Je souhaite sauver toutes les Races, » sa voix débordait de confiance.

Elle ne comprenait pas ce qu’il disait : un objet métallique avec des pointes serrées, une scie avec des dents acérées — ils étaient tous tachés d’une saleté rouge foncé et montraient des signes d’un grand nombre utilisations. Bien qu’il l’ait appelé salut, c’était exactement comme les rumeurs l’avaient dit : Il avait torturé ses victimes, puis les avait exécutées.

« ... Essayez-vous de dire que votre méthode pour tuer les gens est le “salut” ? » demanda Rem.

Saddler secoua la tête. « Je ne tue pas les gens. Ils sont pardonnés par les dieux par mon salut, et sont appelés au ciel, c’est tout. »

« Qui vous êtes vraiment... !? » cria Rem.

« Voir ces âmes pourries purifiées par mon salut et obtenir le pardon des dieux — je ne peux m’empêcher de verser quelques larmes de joie en voyant cela, » déclara Saddler.

« ... C’est... C’est juste eux qui meurent à cause de votre torture ! » cria Rem.

« Oh, non, non, non. Puisque je leur ai pardonné, c’est la même chose que les dieux qui les pardonnent. Dans ce cas, ces âmes appelées au ciel par la mort sont sous l’effet d’une bénédiction de béatitude, » déclara Saddler.

— S’il leur pardonne, les dieux leur pardonnent ? Pensa Rem,

Son raisonnement était absurde.

« ... Essayez-vous de vous voir comme un dieu ? » demanda Rem.

Parler ainsi devait être strictement interdit par l’Église. Mais avec le même sourire vertueux sur son visage, l’expression de Saddler n’avait jamais changé.

« Pour le dire franchement, c’est quelque chose que je n’aime pas trop révéler aux autres, et j’essaie de garder le secret du mieux que je le peux — mais, apparemment, je suis un Dieu, » déclara Saddler.

« ... Qu’est-ce que vous dites ? » demanda Rem.

« Comme je l’ai dit, je suis un Dieu qui est descendu sur ce monde. Me comprends-tu ? » demanda Saddler.

« ... Je suis sans voix face à vos propos, » déclara Rem.

« Je suis né dans une famille abondante, j’ai été béni avec ce corps bien pourvu, et je me vantais d’un intellect supérieur — après avoir reçu toutes les faveurs du ciel, on ne pouvait que penser que mon existence était celle d’un Dieu qui est descendu sur ce monde pour lui offrir le Salut, » déclara Saddler.

Ses paroles débordaient de confiance, il croyait tout ce qu’il venait de dire. Rem avait été stupéfaite.

« ... Peu importe ce que je dis, il semble que les mots sont inutiles avec vous, » déclara Rem.

Saddler avait pointé un doigt vers les oreilles de Rem. « Ce n’est pas vrai, toute conversation avec moi est tout sauf inutile. Plus nous pouvons échanger des mots comme ceci, mieux je suis capable de comprendre la gravité de tes péchés. »

« ... C’est ridicule. Je ne suis pas une adoratrice du Seigneur Démon, » cria Rem.

« Tes oreilles... elles ne sont pas bonnes, » déclara Saddler.

« Quoi !? » Rem avait reculé, couvrant ses oreilles pointues avec ses mains. Un frisson lui avait remonté le dos.

« Cette queue n’est pas bonne non plus, » déclara Saddler.

« ... Voilà à quoi ressemblent les Panthériens... ! Bien que la coloration noire ne soit pas aussi courante, il n’y a rien d’étrange à ce sujet, » répondit Rem.

« Oh ! Non, je comprends parfaitement. Tu ne peux pas tromper les oreilles de Dieu. Maintenant, commençons à les couper, » déclara Saddler.

« Qu’est-ce qu’il y a ? N’avez-vous pas dit que vous ne me tortureriez pas !? » s’écria Rem.

« Bien sûr, bien sûr. Ce n’est pas de la torture, mais le fait de retirer des morceaux qui rendent ton âme si impure. Les parties de toi qui n’ont pas mal tourné sont très importantes, ce corps t’a été donné après tout par les Dieux. C’est pour ça que je vais te taillader, petit à petit, » déclara Saddler.

« ... V-Vous... Vous ne pouvez pas... ! » cria Rem.

Réalisant quelles étaient les intentions de Saddler, Rem avait commencé à trembler au niveau de ses genoux.

— Il appelle d’autres personnes impures tout en ayant l’intention de me déchiqueter en lambeaux ! pensa Rem.

Saddler la regarda de haut en bas avec un regard perçant et d’une manière vraiment désagréable comme s’il la léchait partout.

« Hm, c’est donc cette main qui m’a envoyé ces invocations... Ce n’est pas bon non plus, » déclara Saddler.

« ... Allez tout droit en enfer, » cria Rem.

« Et une bouche si grossière... Peut-être que je vais aussi arracher ces dents, » déclara Saddler.

Après un signe de Saddler, trois de ses subordonnés s’approchèrent de Rem.

« C’est vrai, à cause de ton horrible invocation, l’un de mes fidèles disciples a été gravement blessé. Mais je lui ai déjà accordé un miracle de guérison et je l’ai laissé se reposer. Tu as vraiment fait une chose scandaleuse, » déclara Saddler.

« Parce que vous les avez utilisés comme bouclier... ! » déclara Rem.

Les chevaliers l’avaient attrapée par les bras. Sans armes ni invocation, elle n’avait aucun moyen de se battre contre eux ou contre Saddler. Elle détestait vraiment ça.

Rem s’était tournée vers Alicia. « ... Je ne comprends pas. Pourquoi nous trahir pour aider quelqu’un comme lui ? »

Alicia haussa les épaules. « J’ai mes propres objectifs. Si vous n’aimez pas la douleur, pourquoi ne pas appeler à l’aide ? »

Elle avait posé une main sur l’épaule de Klem pendant qu’elle parlait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire