Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Chapitre 3 : Aller dans un café

Partie 6

Une semaine plus tard — .

La cloche de l’église sonna trois fois, signalant qu’il était trois heures de l’après-midi. Diablo était en route pour un café avec les filles.

« ... Je suis désolée de vous avoir fait faire tout ce chemin pour moi, » Rem s’était répété alors qu’ils passaient par la porte du District Central.

« C’est bon ! J’avais vraiment hâte d’aller dans un café ! » déclara gaiement Shera.

« ... Après tout, nous avons fait une promesse d’y aller, » répondit Rem.

« Vous aimez les cafés, Mademoiselle Shera ? » s’était enquise Alicia.

« Hehehehe ~. J’ai seulement demandé aux autres comment ils sont, et c’est tout ce que je sais d’eux. Mais un jour, je veux ouvrir mon propre café ! Rem sera la serveuse qui apporte le café aux clients, et Diablo sera le gars qui essuie les tasses ! » répondit Shera.

— D’une façon ou d’une autre, je suis devenu le garçon de service. Super, pensa Diablo.

Rem haussa les épaules. « ... Je n’ai fait aucune promesse pour l’avenir. Même si j’ai promis de t’emmener dans un café, je n’imaginais pas que ça finirait comme ça. »

« Ne te préoccupe pas de ça, je serai heureuse tant que je pourrais en avoir un ! » répondit Rem.

« Je pense que ces dispositions sont nécessaires, compte tenu de la situation actuelle, » Alicia hocha la tête. « Ne vous inquiétez pas pour ça, Mademoiselle Rem. »

« ... Je me pose des questions à ce sujet, » déclara Rem.

Leur destination était un café situé quelque part dans le District Central. Après que Rem ait tout expliqué à Céles, Céles avait dit à Rem qu’elle voulait rencontrer Klem. À cause de cela, ils avaient aussi emmené Klem.

Shera tenait Klem par la main. Diablo se tenait à l’arrière du groupe, regardant les filles. Il était mauvais quand il s’agissait de sauter dans des conversations avec de nombreuses personnes impliquées.

Rem était mal à l’aise : « Quand j’ai dit qu’il serait difficile de l’emmener à l’Association des Mages, elle m’a suggéré à la place un café. »

« Je pense que c’est une suggestion raisonnable, » Alicia hocha la tête. « Si cette personne essayait de faire du mal à Mademoiselle Klem, j’imagine qu’il serait très difficile de se défendre à l’intérieur de l’Association des Mages. »

« ... Bien que Céles soit au courant de l’âme du Seigneur Démon enfermée en moi, elle m’a donné la liberté d’agir de mon propre gré. J’aimerais croire qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter qu’elle fasse quoi que ce soit de contraire à cela maintenant, » déclara Rem.

« Personne ne peut comprendre ce que sont les vrais sentiments d’une personne, » déclara Alicia.

« ... Je suis plus inquiète pour autre chose cette fois... Non, Diablo est avec nous, donc je suis sûre que tout ira bien, » déclara Rem.

« Je l’espère aussi, » déclara Alicia.

Si les filles étaient restées vagues dans leur conversation, c’était parce que Klem était avec elles. Elles avaient peur qu’elle se réveille soudainement à sa vraie nature de Seigneur Démon et attaque Céles, et il semblerait qu’elles comptaient sur Diablo pour empêcher cette situation de se produire. Il était certainement prêt à tout, mais après avoir observé Klem ces derniers jours, il semblait inutile de s’en inquiéter maintenant.

— Elle ne fait que manger et dormir, pensa Diablo.

Elle n’était qu’une enfant, en plus une enfant qui aimait vraiment les biscuits. Shera était devenue une enseignante de maternelle, passant tous les jours à enseigner des chansons de Klem et à fabriquer des jouets avec lesquels elle pouvait jouer. Les deux s’étaient complètement ouvertes l’une à l’autre.

La chose dont ils devraient vraiment s’inquiéter, c’était de casser leur tirelire avec la quantité ridicule de biscuits qu’ils achetaient. Dès que le groupe de Diablo n’aurait plus d’argent, c’est ce qui allait vraiment provoquer l’avènement du Seigneur Démon — ou du moins, c’est ce qu’il pensait.

Le District Central avait été séparé du reste de Faltra par des murs de pierre. Le groupe avait déjà franchi les portes d’ici avant de se rendre au manoir du gouverneur. Diablo avait eu quelques problèmes avec l’un des gardes la dernière fois qu’il était passé, mais comme ils avaient Alicia avec eux cette fois-ci, ils avaient ainsi eu un laissez-passer rien qu’en étant avec elle.

Ici, les routes étaient passées des pavés au carrelage. Au lieu d’être construit en pierre comme tout le reste, les rangées de maisons avaient été construits en briques, montrant clairement que les citoyens riches vivaient aussi dans cette zone de la ville. Il y avait même des gardes postés partout, leur travail étant de protéger l’ordre public.

Après avoir tourné un certain nombre de coins, ils avaient repéré un petit commerce d’allure stylisée.

« Wôw... C’est un café, n’est-ce pas ? » s’exclama Shera en admiration.

Comme les autres, la base de ce bâtiment avait également été construite en briques, mais le toit avait été réalisé à partir d’une charpente en bois. Une plaque de fer était suspendue dans l’entrée et la porte était munie d’une vitre de verre. C’était la première fois que Diablo voyait une porte vitrée depuis son arrivée ici.

« ... J’ai entendu dire que cela a été construit de la même façon que les magasins dans la capitale royale, » avait dit Rem en présentant l’endroit. « Céles est peut-être déjà arrivée avant nous, alors allons à l’intérieur. »

Elle avait ouvert la porte — et l’arôme du café s’était mis à flotter dans l’air. Diablo avait bu beaucoup de café depuis qu’il était venu ici, mais ce parfum était complètement différent de ceux qu’il avait essayés.

Tenant toujours la main de Klem, Shera était entrée dans le café, la tête pivotante alors qu’elle regardait autour d’elle dans l’excitation.

« Wôw ! Wôw, wôw ! C’est incroyable ! Vraiment incroyable ! » s’écria Shera.

« Hm, je ne comprends pas vraiment... mais il devrait y avoir de délicieux biscuits ici, n’est-ce pas ? » demanda Klem.

« Il y en a ! On les appelle des scones. Je me souviens d’une fille qui s’était rendue dans un café de la capitale royale pour s’en vanter, » déclara Rem.

Alicia avait l’air d’avoir quelque chose à ajouter à la conversation, mais elle était restée silencieuse. Maintenant qu’il y pensait, Alicia vivait dans la capitale royale, et en tant que fille d’un duc, elle avait dû aller dans un café au moins une fois auparavant. Diablo, aussi, avait une compréhension approximative de ce qu’ils étaient grâce à l’époque où il vivait dans son monde précédent.

— Mais les scones ne sont pas des biscuits, n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

C’était un espace presque exigu, avec deux tables de quatre places à l’intérieur de la boutique, et cinq places disponibles au comptoir. Le magasin venait d’ouvrir récemment, et peu importe où il regardait, tout était si neuf. Tout était propre et presque étincelant. Il avait entendu dire que c’était censé être une sorte d’endroit pittoresque et extravagant, mais même comparé aux restaurants de son monde d’origine, cela débordait de l’atmosphère d’un établissement de grande classe. C’était différent des magasins qui remplissaient un gobelet en plastique ou en papier rempli de café trop sucré pour 300 yens.

— Merde, maintenant je deviens nerveux. Je n’ai jamais été dans un havre de normalité comme un café chic dans mon monde, pensa-t-il.

Il n’y avait qu’un seul client dans tout le commerce. Déjà assise sur une chaise, elle souriait à Diablo et aux autres. Elle avait un visage bienveillant, et portait une longue robe qui couvrait sa silhouette voluptueuse. Un bâton était appuyé contre le mur près d’elle, indiquant son statut de Sorcière.

C’était la personne qu’ils étaient venus rencontrer — Célestine Baudelaire.

« Mon Dieu, bienvenue ! ... Mais moi, qui dit ça, alors que les employés sont justes là, c’est étrange, n’est-ce pas ? » demanda Céles.

« ... Vous a-t-on fait attendre ? » demanda Rem en la saluant.

« Pour être tout à fait honnête, j’étais tellement excitée que j’ai fini par arriver il y a un bon moment, » répondit Céles. « C’était certainement le bon choix de venir ici. Peu importe combien de temps j’attends, je ne me lasserais jamais d’être ici. En fait, j’ai moi-même toujours voulu visiter un café, » un sourire enfantin était apparu sur ses lèvres pendant qu’elle parlait.

« M-Moi aussi ! » déclara Shera en se penchant en avant. « J’avais vraiment, vraiment, vraiment hâte de venir ici ! »

« Alors vous êtes pareille à moi. C’est merveilleux de pouvoir goûter le même café que l’on trouve dans la capitale royale, n’est-ce pas ? — Oh, est-ce que ce serait elle ? » Bien que Céles était sûre de connaître la véritable identité de Klem, elle arborait encore une expression douce sur son visage.

« Et qui es-tu censée être ? » demanda Klem.

« Enchantée de vous rencontrer. Je m’appelle Céles et je suis à la tête de l’Association des Mages de cette ville, » déclara Céles.

« Hoho ! Je vois. C’est donc toi qui es chargé de maintenir la barrière pour cette ville, » déclara Klem.

Klem avait regardé autour d’elle. Il semblerait qu’elle pouvait voir les flux de magie utilisés pour maintenir la barrière en place.

Légèrement nerveuse, le visage de Rem s’était crispé, mais Céles avait fait un sourire doux. « C’est ça, oui. C’est une responsabilité sérieuse, c’est pourquoi il était si difficile de venir ici toute seule... Mais je suis contente de l’avoir fait. Après tout, je rencontre quelqu’un d’aussi adorable que vous. »

« Je ne suis venue ici que pour manger des biscuits ! » déclara Klem.

« Est-ce que c’est le cas ? Ils sont délicieux, je vous l’assure. S’il vous plaît, asseyez-vous, » déclara Céles.

« Très bien ! » déclara Klem.

Klem s’était assise sur une chaise, tandis que Shera avait automatiquement pris le siège à côté d’elle, presque comme si elle était la tutrice de Klem. Rem avait pris le siège vide restant.

Comme il n’y avait que quatre places à une table, Diablo et Alicia avaient choisi de s’asseoir à la table adjacente au lieu de pousser pour avoir une place libre.

Tout seul avec Alicia... Sa nervosité transperçait littéralement le plafond.

— Qui aurait cru que j’irais dans un café chic et que je serais assis juste en face d’une belle femme comme celle-ci, se demanda Diablo.

Essayant de cacher le bruit produit à son cœur à l’intérieur de sa poitrine, Diablo proclama audacieusement à Alicia : « Commande ce que tu veux. »

« Merci beaucoup, Sire Diablo... Mais êtes-vous sûr que tout va bien ? » Elle avait montré du doigt le menu qui se trouvait sur la table.

Pour mémoire, une tasse de café à l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit était de 200 friths, alors que d’autres endroits ne dépassaient pas les 300. Dans ce café chic — .

C’était 3000 friths pour une tasse.

— QU’EST-CE QUE C’EST QUE CE BORDEL !? Trois zéros !? pensa Diablo.

Il pouvait à peine s’empêcher de crier à haute voix. C’était un prix qui rivalisait avec le coût d’une nuit à l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit, petit-déjeuner compris.

— Et Céles a choisi ICI pour notre rendez-vous !? Tu essaies de me mettre en faillite, c’est ça ? Maudit sois-tu, diablesse ! Espèce de méchante sorcière... ! !! cria Diablo à l’intérieur de sa tête.

Un sourire agréable était venu sur le visage de la méchante femme en question.

« Je paierai pour tout, alors s’il vous plaît, commandez ce que vous voulez, » déclara Céles.

« Oh, tu es après tout un ange..., » murmura Diablo.

Heureusement, personne n’avait demandé à Diablo ce qu’il avait murmuré à lui-même.

Le café qu’on lui avait apporté était complètement différent de celui qu’il buvait habituellement. Il avait un goût aigre fort, mais cela accompagnait l’amertume de la boisson, ce qui le rendait facile à boire. Curieusement, la première chose qui lui était venue à l’esprit, c’est que c’était presque comme si on buvait du jus d’orange. Il y avait certainement quelque chose d’autre que le sucre qui lui donnait sa douceur.

— Bonté Divine ! Ce truc se vendrait comme des petits pains s’il était à vendre en ville ! se dit Diablo.

Klem n’allait vraiment pas apprécier le café à cause de son amertume, mais elle était très satisfaite du cacao et du scone qu’on lui avait apporté : « C’est si joli ! Et délicieux ! Cette eau boueuse et ces biscuits sont délicieux ! »

Il semblait que toute sorte de gâterie était un biscuit pour elle.

« Je suis contente que ça vous plaise, Klem, » déclara Céles.

« Oui, je te féliciterai pour cela ! Les biscuits que j’ai l’habitude d’avoir sont bons — mais ce biscuit est aussi très délicieux ! » déclara Klem.

« Hehe... N’hésitez pas à en avoir une deuxième, » il semblait que Céles s’amusait beaucoup.

Quand était venu le temps de prendre congé, Diablo avait demandé à Alicia, Shera et Klem de partir avant eux. Dans le peu de temps dont ils disposaient pour régler la note, Diablo et Rem discutèrent avec Céles, gardant leurs voix basses pour que les autres employés ne les entendent pas.

« Céles, je suppose que tu as tout entendu de Rem ? Même si elle a perdu ses souvenirs... Klem est toujours un Seigneur Démon. Que comptes-tu faire d’elle ? » demanda Diablo.

Il ne voulait pas faire de l’Association des Mages leur ennemi, mais il était vrai que Céles avait le devoir de protéger les autres Races. Comment allait-elle donc agir ?

« Hehe, je ne pensais pas qu’il existerait un Seigneur Démon comme elle. Elle ne tue pas les gens, et elle adore manger des bonbons... Je ne pense pas que vous pourriez appeler quelqu’un comme ça un Seigneur Démon, n’est-ce pas ? » Le sourire ludique de Céles n’avait jamais quitté son visage.

« ... Je suis reconnaissante de vous entendre dire ça, mais est-ce que cela va aller, Céles ? Ne seriez-vous pas puni ? » demanda Rem, inquiète.

« C’est la même chose que ce que j’ai fait pour vous, Rem. Je ne sais pas ce qui se passera si cela devient public... mais pour moi, le fait de priver quelqu’un de sa liberté inutilement est très désagréable, » déclara Céles.

Céles était la clé pour maintenir la barrière protégeant Faltra en place. Bien qu’elle avait pris la décision consciente de jouer ce rôle, cela lui avait également privé de toute liberté — et c’est exactement pour cela que Diablo avait senti qu’il pouvait croire en ses paroles.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le café 🙂

    Mais il y a peut-être une erreur de traduction sur la phrase suivante:

    Cette eau ''boueuse'' et ces biscuits sont délicieux ! »

    Boueuse fait tiqué.

Laisser un commentaire