Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 10 – Intermède 2

***

Intermède 2

Horn avait quitté la classe, mais Anjieline ne l’avait pas suivie immédiatement. Au lieu de cela, elle avait baissé la tête respectueusement vers le professeur Bihyak.

« Je suis terriblement désolée de vous interrompre pendant que vous êtes occupé. »

« Ce genre de comportement ne vous convient pas vraiment, » déclara Bihyak.

« Nous recherchions les étudiantes disparues sur ordre de la directrice, » déclara Anjieline.

« Oh… ? Donc cette fille n’était pas une étudiante ordinaire, n’est-ce pas ? »

« Horn est apparemment une aventurière, » déclara Anjieline.

« … Il est difficile de déterminer l’âge d’une marcheuse d’herbe d’un seul coup d’œil, mais si elle est dans la branche du collège, elle a moins de quinze ans, » murmura le professeur Bihyak, presque à lui-même.

« Mais… Je suis contente. » Anjieline avait poussé un soupir de soulagement.

« Oh ? »

« Vous êtes vraiment innocent après tout, Professeur Bihyak ! » déclara Anjieline.

« Vous me soupçonniez… ? » demanda-t-il.

« Mes excuses… Mais je pensais que c’était impossible dès le départ, » déclara Anjieline.

« Vraiment ? »

Les joues d’Anjieline avaient un peu rougi. « Je ne connais pas une seule personne qui fasse plus d’efforts pour faire ce qui est juste, professeur. Je ne pense pas seulement que vos conférences sont merveilleuses, mais je vous respecte beaucoup en tant que personne en général. »

« Même si mes conférences sont trop compliquées et injustes ? » Le professeur Bihyak avait haussé les épaules.

« Les étudiants ne font tout simplement pas assez d’efforts, » déclara Anjieline.

« Heh… » Il se leva et se dirigea vers elle. Il étendit ses deux bras et les enroula autour de la fille.

« Ah !? »

« Je vous remercie. Je suis devenu trop habitué à être suspecté par les autres. »

Le bout des doigts du professeur Bihyak avait touché la nuque d’Anjieline. La chaleur de son corps l’avait remplie d’émotion, et avait forcé son souffle à s’engorger dans sa gorge.

« P-Professeur… ? » demanda Anjieline.

« Quand quelqu’un croit en moi, je suis d’autant plus ému. »

« Je… crois en vous, Professeur…, » murmura Anjieline.

Aussi vieux qu’il soit, le professeur Bihyak était encore un homme. Et même si elle pensait qu’il enlaçait une étudiante comme elle, elle ne pouvait pas le rejeter, pas après lui avoir dit qu’elle croyait en lui… Même si les choses étaient complètement différentes, l’atmosphère ne le permettait pas. Le professeur ne semblait pas faire autre chose que l’enlacer, alors Anjieline s’était abandonnée à lui. Leurs deux corps se mêlant, elle avait un peu transpiré malgré le froid de l’hiver.

« Professeur… »

« Oui, il est temps. »

Elle pensait qu’il la laisserait partir, mais son étreinte s’était encore resserrée.

« Ah !? »

Bihyak avait porté sa bouche à l’oreille d’Anjieline, ses lèvres frôlant sa joue.

« Le toucher de la peau d’un humain est une sensation à laquelle je peux m’habituer…, » déclara le professeur.

« Professeur… !? » s’exclama Anjieline.

« Hypno. »

La conscience d’Anjieline avait sombré dans les ténèbres. Alors que l’étudiante se tenait figée sur place, Bihyak avait révélé ses vraies couleurs.

« Heheheh... Un membre du conseil des étudiants ne pouvant pas résister à un sort d’hypnose est risible. Mais, bon, après un contact aussi prolongé, c’est évident…, » déclara-t-il.

Anjieline se tut.

« Et dire qu’ils ont fait entrer un aventurier dans le jeu…, » il avait fait claquer sa langue. « Maudite directrice, tu ferais mieux de rester concentrée sur tes recherches. »

Bihyak avait alors tendu la main à Anjieline, qui se tenait debout comme si elle dormait, les yeux ouverts. Il lui caressa la joue et passa ses doigts dans ses cheveux couleur corbeau.

« Vous avez dit que vous croyiez en moi, oui ? » demanda-t-il.

« … Je crois en vous, » répondit mécaniquement Anjieline.

« Vous êtes brillante, mais stupide quand même. Mais c’est bien… J’ai besoin d’accélérer mes plans. Je vais vous demander de m’aider, » déclara-t-il.

« … Compris, » répondit Anjieline.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire