Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 10 – Chapitre 5

***

Chapitre 5 : Arrêter un rituel

***

Chapitre 5 : Arrêter un rituel

Partie 1

Le matin du cinquième jour du premier mois — .

Une agitation sans précédent s’était installée dans l’académie de mages : la présidente du conseil des étudiants avait disparu.

Cette rumeur avait commencé dans la branche du lycée, et s’était répandue si rapidement qu’à midi, il ne restait plus une seule âme qui n’en avait pas entendu parler. Toutes les conférences étaient devenues des cours d’autoformation et les professeurs avaient tous été convoqués à une réunion d’urgence dans une salle de la faculté.

Les élèves de la classe F de la branche du collège étaient aussi agités que les autres. Tout le monde était accablé par l’anxiété. Certains en parlaient ouvertement tandis que d’autres essayaient de plaisanter, et il y avait ceux qui étaient en colère contre toute cette situation. Dans l’ensemble, la classe était dans un état de chaos. Seule Horn, assise dans un coin, était silencieuse.

« Kuh... »

Elle ne pensait que trop vivement que c’était son échec qui avait conduit à cette situation.

À l’heure de la pause déjeuner, le professeur principal de Horn était arrivé. Ne prenant pas la peine de crier aux élèves bruyants pour qu’ils se taisent, elle s’était dirigée vers Horn.

« La directrice vous appelle, » déclara-t-elle.

« … Très bien, » répondit Horn.

« Avez-vous fait quelque chose ? » demanda le professeur.

« … Je… Je n’ai rien pu faire, » répondit Horn.

« Horn… » Babalon regarda Horn avec anxiété.

« Pourtant… Je voulais faire ça bien. D’une manière ou d’une autre…, » déclara Horn.

Elle avait dit à son professeur principal qu’elle devrait peut-être quitter la classe plus tôt aujourd’hui et avait pris son sac en cuir, se dirigeant vers la salle des professeurs. Elle avait marché dans le couloir de liaison lorsqu’un homme en robe pourpre s’était approché de la direction opposée.

Bihyak !

Il avait comblé la distance, pas à pas. À ce stade, Horn n’était pas méfiante — elle était convaincue. Mais elle n’avait pas la moindre preuve.

Elle l’avait regardé fixement. « Je ne vous le pardonnerai jamais. »

« Comme si de toute façon, vous pouviez faire quelque chose, » déclara Bihyak sans même jeter un coup d’œil, en disparaissant dans le bâtiment du collège.

 

†††

Horn était frustrée, mais ne savait pas quoi faire. Comment allait-elle expliquer cela à la directrice ?

Marchant avec la tête occupée par ses propres soucis, Horn se retrouva devant la porte de la directrice avant qu’elle ne s’en rende compte. Elle avait frappé et, après avoir entendu la directrice dire « Entrez », elle avait ouvert la porte.

La pièce était aussi simple qu’avant, mais la directrice n’était pas seule cette fois. Assis sur le canapé…

Un démon vêtu d’un manteau noir et dont la tête était munie de cornes inquiétantes, tourna un regard froid et acéré dans sa direction. Ses lèvres se ramollirent un peu, Horn crut qu’elle rêvait.

« B-Boss ! » dit-elle à travers ses lèvres tremblantes.

Une marcheur des herbes lui faisait signe du côté à Diablo, la chef de la guilde des aventuriers de Faltra, si Horn s’en souvenait bien.

« C’est bon de vous revoir ! Je m’appelle Sylvie. Vous souvenez-vous de moi ? »

« O-Oh, oui. C’est bon de vous voir. » Horn avait baissé la tête.

« Je vois que vous vous connaissez déjà. » La directrice avait fait un signe de tête.

« C’est exact. »

« Imaginez ma surprise. Cet homme, Diablo, est apparemment le héros qui a repoussé le Seigneur-Démon qui a attaqué la ville de Faltra. »

Horn n’en avait entendu parler que par rumeur. Le Seigneur-Démon s’était réveillé à l’ouest, se faisant appeler le Seigneur-Démon Suprême. À la tête d’une armée de Déchus aux proportions sans précédent, il détruisit ville après ville dans l’ancien domaine du Seigneur-Démon. Il semblait peu probable que les Races gagnent, et donc, ils allaient finir par arriver dans la capitale.

Mais un aventurier avait vaincu ce redoutable Seigneur-Démon Suprême ! Un sorcier-démon pour être exact. Les histoires ne précisaient pas son nom, mais Horn était convaincue que c’était Diablo.

« Je l’ai amené ici ! » s’exclamait une étudiante, Horn, avec un sourire suffisant. « Vous avez intérêt à être reconnaissante ! »

« Qui es-tu ? » Horn avait tourné son attention vers la fille.

« Parler avec tant de désinvolture à votre aîné… Souvenez-vous de mon nom. Je m’appelle Mercie, de la classe A de la deuxième année du lycée. Mais qui sait si une étudiante de la classe F comme vous sera encore là l’année prochaine… »

« Argh… » Horn avait levé la tête par défi, mais elle avait décidé de laisser tomber pour le moment.

« Une aventurière de renom comme Mlle Horn, un héros comme Sire Diablo, et Mlle Sylvie, chef de guilde des aventuriers. » La directrice sourit largement. « C’est très encourageant de vous avoir tous les trois ici. J’espère que vous pourrez retrouver les élèves disparues. »

« Hein !? » Mercie regarda Horn avec stupeur. « Une aventurière de renom !? »

Diablo pencha la tête dans la confusion tandis que Sylvie se couvrit la bouche et ricana.

Aaah, tellement gênant !

La seule raison pour laquelle la directrice pensait que Horn était renommée était que Lumachina en avait dit autant, et elle y croyait probablement vraiment. Mais se faire traiter d’« aventurière de renom » devant Diablo et Sylvie, qui connaissaient bien ses véritables capacités…

Franchement, elle souhaitait que la terre s’ouvre et l’avale.

« Hmph… Je m’occupe de tout, » déclara Diablo.

La directrice avait hoché la tête, et Horn s’était retrouvée tremblante. Ses paroles n’avaient rien de gentil et avaient même une teinte effrayante, mais elle trouvait honnêtement que c’était fiable à sa façon.

 

†††

En quittant le bureau de la directrice, Horn avait ouvert la voie vers la salle de référence spéciale. Très peu d’étudiants avaient été autorisés à y entrer.

Anjieline n’était plus là, et aucun des professeurs n’était présent non plus. Seuls Diablo et Sylvie l’avaient accompagnée, Mercie n’était plus là.

Dès le départ, a-t-elle même eu quelque chose à voir avec cela ?

Si elle était de la classe A en deuxième année, elle devait être une élève de première. Alors comment quelqu’un comme Mercie a-t-elle connu Diablo ? Les détails qui se cachent derrière avaient piqué la curiosité de Horn, mais elle devait se concentrer sur le sujet principal pour l’instant.

« Hum… Donc, pour résumer, des étudiantes ont disparu à l’académie, » déclara Horn.

« Combien ? » demanda Diablo.

« Dix étudiantes. Ah, eh bien, 12, à partir de ce matin, » déclara Horn..

« Hmph… Pas treize alors ? » demanda Diablo.

« Hein ? Ouais… Il n’y a vraiment que douze étudiantes manquantes, » déclara Horn.

« … Je suppose que tout n’est pas exactement pareil, » dit Diablo, pensif. « Ou peut-être que je l’ai juste battu au poteau… ? »

« Je me suis renseignée, et je pense qu’un professeur nommé Bihyak est le suspect ici, » avait repris Horn. « Je l’ai suivi et je l’ai vu entrer dans le vieux bâtiment du campus avec une étudiante. »

« Oh ? Le vieux bâtiment du campus ? » demanda Diablo.

« Je pensais qu’il y avait quelque chose de louche, alors je suis allée les chercher…, » déclara Horn.

« Ne me dis pas que tu n’as rien trouvé…, » dit Diablo avec des doutes.

« Ayup... » Horn serra les dents, se rappelant les événements de la nuit dernière.

« Et ? » Diablo avait de nouveau l’air pensif. « Il n’y avait rien dans le bâtiment ? Et dans les autres salles de classe ? »

« Rien, pour autant que je puisse le voir…, » déclara Horn.

« Si une voleuse de niveau 80 n’a rien trouvé après avoir passé l’endroit au peigne fin, il n’y a probablement rien. » Sylvie avait fait un signe de tête. « C’est une autre histoire s’il y avait une illusion mise en place. »

« Cela n’est pas arrivé, c’est sûr. » Horn pouvait en dire autant avec confiance, car Babalon était avec elle. Bien qu’elle ait pu être une déesse autoproclamée d’un autre monde, apparemment aucune forme de magie ne l’avait influencée. Si quelqu’un essayait d’utiliser la magie pour tromper Horn, Babalon serait capable de voir à travers elle.

« Heheheh... Il y avait l’œil vigilant de Babalon, ou quelque chose comme ça ! » Babalon, qui était assise dans le sac de Horn, elle avait sorti la tête et avait fait un commentaire.

« La présidente du conseil des élèves, Anjieline, était avec moi à ce moment-là…, » Horn avait continué. « Mais elle a disparu depuis ce matin. »

« Étiez-vous avec elle jusqu’à ce que vous retourniez aux dortoirs ? » Sylvie avait demandé pour confirmer.

« Non… Je suis rentrée seule et Anjieline est restée derrière…, » répondit Horn.

« Aww, beurk. C’était une grosse gaffe. À la fois d’amener un amateur dans votre quête, et de ne pas assurer sa sécurité, » déclara Sylvie.

« … Ouais. Vous avez tout à fait raison. » Horn avait penché sa tête.

Sa déception lui avait fait perdre de vue le plus important. Elle s’était rendu compte que, même avec son haut niveau, elle était encore une aventurière novice et inexpérimentée.

Diablo semblait contempler quelque chose alors qu’il se marmonnait à lui-même. Horn pouvait capter ce qu’il disait grâce à son incroyable sens de l’ouïe, mais il parlait dans une langue qui n’avait pas l’air de venir du Lyferia, donc elle ne pouvait pas donner de sens à ce qu’il disait.

Parfois, l’expression de Diablo devenait même celle non pas d’un Seigneur-Démon terrifiant ou d’un sorcier pratiqué, mais d’un enfant absorbé dans un jeu.

Diablo avait fini par lever la tête avec détermination.

« Puisqu’il fait connaître son identité aussi ouvertement, je suppose que nous devons supposer qu’il ne nous reste plus beaucoup de temps. À l’origine, le dernier boss devait apparaître une fois que nous aurions pris d’assaut l’ancien bâtiment du campus, » déclara Diablo.

« Hein ? »

Ignorant la confusion de Horn, Diablo avait commencé à donner des instructions. « Il est peut-être trop tard, Sylvie. »

« J’ai compris. Donc, ce que vous m’avez dit ce matin…, » déclara Sylvie.

« Oui. C’est urgent, » répondit Diablo.

« Laissez-moi faire ! Je m’en vais ! » déclara Sylvie.

Apparemment, ils avaient déjà décidé de la suite des événements à l’avance, car Sylvie avait quitté la pièce en toute hâte.

***

Partie 2

Horn avait fait visiter l’académie des mages à Diablo. Il avait besoin de comprendre la structure de l’endroit et de l’inscrire dans sa tête. Il voulait connaître la disposition exacte des bâtiments et les endroits où les gens se rassemblaient.

Ils étaient sortis dans la cour, et Diablo avait regardé l’ancien bâtiment du campus.

« Qu’y a-t-il derrière ? » demanda Diablo.

« Une petite colline. Il y a un bosquet, aussi… Et une cabane avec des outils de nettoyage, un puits, une décharge pour le bois de chauffage…, » déclara Horn.

« Un puits ? » demanda Diablo.

« Il est vieux, donc personne ne l’utilise, » répondit Horn.

« Hmm… »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Horn.

« Europa est un monstre des éléments terre et eau, » déclara Diablo.

« … Europa ? » Horn penchant sa tête alors qu’elle se posait des questions.

« Oublie cela. » Diablo avait coupé son explication et était parti. Mais alors qu’il essayait de se diriger vers l’ancien bâtiment du campus…

Un homme seul s’était approché d’eux depuis la direction de l’aile du lycée. C’était un elfe blond, vêtu d’un long manteau rouge.

« Le chevalier du palais ! » Horn se mit sur la défensive.

« Oh ? » Les lèvres de Diablo s’étaient tordues.

L’homme au manteau rouge s’était arrêté devant eux, comme pour leur barrer la route. Un éclat vif lui vint aux yeux.

« Je suis Thanatos l’Immortel, de l’Ordre des Chevaliers du Palais, » avait-il déclaré de façon menaçante. Il agita l’ourlet de son manteau rouge de façon spectaculaire, comme pour montrer son épée longue noircie.

Le souffle de Diablo s’était arrêté un instant dans sa gorge.

« Hm… Tu as des goûts uniques, n’est-ce pas ? Mais tu t’es sûrement présenté en sachant que tu venais de rencontrer le Seigneur-Démon Diablo, » répliqua Diablo.

Il s’est vraiment qualifié de Seigneur-Démon !

Horn s’inquiétait de savoir si cela allait bien se terminer…

« Un Seigneur-Démon ? » Ses yeux s’élargirent. « Ah… Donc tu es Diablo. Je vois… Les rumeurs du Héros Noir étaient donc vraies, » déclara le chevalier.

« Héros noir ? Heh... Les gens me donnent les pseudonymes les plus insipides possibles. »

Thanatos pointait carrément son doigt vers Diablo. « Je ne te reconnais pas. Tes yeux sont ceux de celui qui apporte la ruine aux Races. Quand le temps viendra et que tu te révéleras pour ce que tu es vraiment, sache que moi, Thanatos l’Immortel, je serai là pour réclamer ta tête. »

Après avoir fait sa proclamation, il avait plié son doigt tendu vers l’arrière de manière étrange, en pointant son propre visage. Diablo avait répondu en se couvrant la moitié de son visage avec sa main, son regard sanglant mais vif passant à travers l’espace entre ses doigts.

« Ha ! Les gens comme toi ne font pas le poids face à moi. Le jour où tu dégaineras cette épée noire contre moi est le jour où tu connaîtras le goût du désespoir sans fond. »

« Maudit Seigneur Démon… Tu as donc remarqué ma lame démoniaque. Je vois, digne de ton nom ! »

« «  Heh heh heh, ahahaha ! » »

Ils avaient tous deux commencé à échanger des ricanements étouffés. Horn les regarda tous les deux avec une expression compliquée.

Ces deux-là… Est-ce qu’ils sont… !?

Babalon avait parlé, avec une expression similaire sur son visage. « Est-ce qu’ils s’entendent bien ? »

Non, ce n’est pas possible. Deux intentions meurtrières palpables s’affrontaient, des étincelles dansaient dans l’air alors que cette situation volatile se déroulait… mais d’une manière ou d’une autre, cela semblait étrangement calme et amical.

Thanatos l’Immortel était ensuite parti, laissant derrière lui ce qui était probablement son idée d’une phrase de séparation cool. L’endroit où il se rendait était un mystère. Il était à la recherche d’une « énergie magique malveillante » depuis l’autre jour, mais il n’en avait probablement pas encore localisé la source. Même la directrice avait dit qu’il faudrait du temps pour identifier sa provenance, donc ce n’était probablement pas une affaire simple.

Je suppose que c’est bien, puisqu’il n’a pas vraiment causé de problèmes…

Son évaluation actuelle de Thanatos était qu’il était un peu bizarre de rôder dans l’académie, et Horn avait choisi de s’en tenir là pour l’instant.

La cloche de la tour de l’horloge avait sonné. Diablo avait jeté un coup d’œil sur l’ancien bâtiment du campus.

« Je devrais vérifier avant qu’il fasse nuit. Ce serait le bon moment, » déclara Diablo.

« En êtes-vous sûr ? Sylvie n’est pas encore rentrée, » déclara Horn.

« Ce n’est pas un problème. Connaissant Sylvie, elle s’en sortira le temps que nous ayons besoin d’elle, » répondit Diablo.

Elle pouvait dire qu’il faisait confiance à l’autre coureuse des herbes d’après son ton.

J’espère que Diablo pourra me faire autant confiance un jour, pensa Horn.

Mais pour y parvenir, elle devait se concentrer sur la tâche qui l’attend.

 

†††

« Vous vérifiez donc l’ancien bâtiment du campus ? »

Diablo avait fait un signe de tête. « Juste pour être sûr. »

Ils avaient utilisé le passe-partout qu’ils avaient emprunté à la directrice pour déverrouiller le vieux bâtiment du campus, en l’ouvrant avec un fort grincement. La dernière fois que Horn était entrée ici, elle avait fait de son mieux pour ne pas faire de bruit, mais ce n’était pas quelque chose dont ils avaient conscience maintenant. Même lorsqu’ils avaient vérifié pendant la journée, il ne semblait pas y avoir de passages cachés ou de portes secrètes.

« Par ici, patron. »

Les mains de Horn se serrèrent automatiquement en poings. C’était la salle de classe que Bihyak utilisait comme réserve. Elle n’avait pas l’air différente, avec les livres empilés, les outils liés à la magie en rangée, et le modèle anatomique appuyé contre le mur.

Diablo avait inspecté le sol. « Il n’y a pas de cercle magique ici. »

« J’ai aussi vérifié, au cas où. »

Même après avoir déplacé les livres, il n’y avait aucune trace d’un cercle magique. Diablo avait fait un signe de tête et s’était déplacé de l’autre côté de la salle de classe, en inspectant les fenêtres.

« Hmm… »

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Horn.

« Tu as dit qu’il n’y avait rien d’organisé ici, » déclara Diablo.

« Ayup. »

« Alors, la seule façon dont l’étudiante aurait pu sortir… » Il avait ouvert la fenêtre. « Ce serait par ici, ne le penses-tu pas ? »

« Eh bien, oui… On pourrait penser ça, mais…, » répondit Horn.

« Dis-moi ce que tu penses. Je le permettrai, » déclara Diablo.

« Hum… Il y a juste cette colline et ce hangar derrière le bâtiment. Et j’ai vérifié là aussi, bien sûr, » répondit Horn.

« Alors, vérifions à nouveau. »

Diablo avait propulsé son corps par la fenêtre vers la zone située derrière l’ancien bâtiment du campus. Horn l’avait suivi à la hâte. L’autre côté du bâtiment était ombragé et sombre, les sous-bois devenant progressivement plus épais jusqu’à ce qu’ils se transforment en un fourré d’arbres. La plupart des arbres étaient cependant fanés en raison du temps hivernal.

Ils avaient soigneusement vérifié la colline, mais personne ne pouvait se cacher nulle part.

Diablo avait inspecté le terrain. « Il n’y a pas non plus de traces… Mais il semble que beaucoup de gens soient passés par ici… »

Il n’y avait plus d’empreintes de pas à cause du sous-bois, alors comment a-t-il su… ?

« Comment pouvez-vous le savoir ? » demanda Horn.

« Vois-tu comme l’herbe est verte par ici ? Elle est marron là-bas. » Diablo avait pointé vers le sol près de la fenêtre.

« Oh, vous avez raison… Donc l’herbe à cet endroit a été piétinée davantage ? » demanda Horn.

« Non. Avec l’herbe courte, le fait d’être piétiné favorise la croissance. Sa vitalité augmente, » répondit Diablo.

« Vraiment ? C’est incroyable… Vous savez vraiment tout, Patron. »

Horn avait été positivement impressionnée par les vastes connaissances de Diablo, mais il l’avait simplement ignorée.

« … Eh bien… Je l’ai appris par une petite conversation sur un forum… »

« Fo-rum ? »

Parfois, il disait des mots qu’elle ne reconnaissait pas entièrement. Il est semblable à Babalon à cet égard, s’était dit Horn.

« Si tu vas tout droit vers la colline, j’imagine qu’il y a un sentier derrière. Mais vu qu’ils sont sortis par la fenêtre… » Diablo inspecta les sous-bois.

« Vous dites que les étudiants disparus sont passés par cette fenêtre pour atteindre la colline ? Mais, pourquoi auraient-ils fait ça… ? » demanda Horn.

« Peut-être avait-il peur d’être suivi ? » Diablo jeta un coup d’œil dans la direction de Horn. « La capacité de détection d’un sorcier démoniaque est incroyablement faible. Si un voleur le suivait, il ne pourrait pas le dire. »

« Ugh... » Horn se lamentait de sa sous-estimation des plans du coupable.

Pour quelle autre raison devrait-il se rendre dans l’ancien bâtiment du campus alors que l’on savait déjà qu’il faisait l’objet d’une enquête ? Le regret pesait sur le cœur de Horn. Mais un certain doute avait également fait surface dans son esprit.

« Mais il n’y a nulle part où cacher autant de gens derrière le vieux bâtiment du campus, » déclara Horn.

Le regard de Diablo était tombé sur le hangar, puis il avait jeté un coup d’œil dans le puits. Horn fit de même, même si sa petite taille lui rendait la tâche plus difficile.

Attends, pourraient-ils être dans le puits ?

Mais le vieux puits était entièrement à sec. Tout ce qu’ils pouvaient voir, c’était la terre au fond. Elle était à peu près aussi haute que trois hommes adultes, ce qui faisait que le toit du bâtiment était plus proche d’eux que le fond du puits. De la mousse poussait sur toute la surface intérieure pierreuse.

Il ne semblait pas y avoir de tunnels ou d’autres passages cachés à l’intérieur. S’il y avait un seul élève disparu à l’intérieur — pour ne pas dire plusieurs — ils seraient certainement repérés.

« Ouf… » Horn soupira de soulagement. C’était dommage qu’elles ne soient pas là, mais elle ne voulait pas voir douze élèves entasseés dans un espace aussi claustrophobe.

« Horn… » Diablo avait levé la main. « Recule. »

« Hein ? »

« La mousse… Elle est censée pousser au fond du puits, » déclara Diablo.

« Ah… »

En y repensant, il y avait de la mousse sur toute la surface des pierres, mais…

Pourquoi le sol au fond du puits est-il si propre ?

Diablo avait commencé à chanter un sort.

***

Partie 3

Diablo avait chargé son sort.

Je n’ai pas de preuve, mais cet endroit me semble louche… Je dois m’en assurer.

« Rassemblement, ô lumière — Lance de Lumière ! Plus ! Plus! »

Une lance de lumière s’était formée à partir de sa main tendue. C’était un sort quelque peu unique, donc il avait été lent à apparaître. La lance elle-même était de la longueur d’un javelot, mais ce sort permettait de l’agrandir en y déversant de grandes quantités d’énergie magique, augmentant ainsi les dégâts et leur durée. En conséquence, la lance dans la main de Diablo avait doublé de taille.

« Allez ! »

Elle était devenue assez longue pour atteindre le toit de l’ancien bâtiment du campus, ce qui en faisait moins une lance et plus un bélier.

« Wh-Whoooaaa… » Horn avait tremblé.

« Perce — écrase ! Lance de Lumière ! » Diablo l’avait déplacé le long du bras. Si son hypothèse était fausse, le vieux puits serait simplement détruit…

Un cri assourdissant avait retenti dans l’académie et dans tout le onzième district.

Le sol s’était fendu. Diablo avait sauté en arrière, Horn l’avait suivi dans la panique.

« Ahaaa ! »

« Je vous ai dit de rentrer ! »

« Eh bien, ce n’est pas comme si je pouvais prédire quelque chose comme ça ! »

Le sort avait fait sauter le puits, et ce qui s’était glissé par en dessous ressemblait à un serpent de terre. Il était incroyablement énorme, assez grand pour avaler un adulte en entier. Il s’était relevé, la Lance de Lumière lui transperçant encore l’estomac.

Mais ensuite, la déchirure dans le sol s’était étendue, montrant que ce n’était pas un serpent, mais une langue. Ce qui était remonté à la surface, c’est ce qui ressemblait au visage d’une personne, et ce brun allongé… cette « chose » marron et allongée était sa langue. La surface de la langue ressemblait à la terre au fond du puits. Elle n’avait pas de peau, et tout comme le modèle anatomique de la classe, ses muscles, ses tendons, ses os et ses organes internes étaient exposés. Son squelette était très différent de celui des Races, avec quatre bras et six jambes, et sa colonne vertébrale allongée comme celle d’un serpent, avec le bout de sa queue toujours enfoncé dans le sol.

« Monstreeeeee ! » Horn avait crié en pointant son doigt vers lui.

« C’est le Dieu de la destruction, Europa… Mais il semble incomplet… »

« Incomplet !? »

Dans le Croisement de la Rêverie, Europa était plus richement décorée, étant recouverte d’écailles dorées.

« B-Boss ! » Horn regarda autour d’elle, paniquée, la voix instable. « Les étudiantes disparues… !? »

Diablo avait claqué sa langue. Après tout, c’était un peu différent de l’histoire du jeu. Là, elle était beaucoup plus concise, plus facile à comprendre et encore plus dramatique. Mais la magie rituelle qui se déroulait dans ce monde était plus obtuse et bien plus sinistre.

« Le sorcier qui a invoqué cette chose… » Diablo avait serré le poing. « Il ne rassemblait pas les femmes pour pouvoir les sacrifier toutes en même temps… Il les sacrifiait une par une, pour invoquer le Dieu de la destruction sous une forme incomplète ! »

« A-Alors… et les étudiantes qui ont disparu ? »

« Kuh... »

Il suffit de les oublier.

Diablo avait avalé ces mots. L’enjeu était plus important : il devait se débarrasser de cette chose méprisable le plus rapidement possible.

Diablo avait sorti son bâton, le Tonnerre Empereur, de sa poche.

« Voyons ce que tu vaux dans ce monde… Prends ça, Dieu de la destruction Europa — Grande Tornade ! »

Tout comme dans le jeu, l’ennemi était un monstre des éléments terre et eau, donc l’élément efficace contre lui, bien sûr, était l’air. Une fois que Diablo avait jeté le sort, une petite tornade localisée avait fait rage dans l’atmosphère.

Europa avait poussé un cri et un claquement, comme si le métal se brisait. La tempête magique avait disparu, et l’un des quatre bras d’Europa était tombé sur le sol, se brisant comme du verre.

« Hmph… » Les lèvres de Diablo se contorsionnèrent en un sourire. « Sans ce bouclier, tu es aussi fragile que tu en as l’air. »

Je peux le repousser à ce rythme !

†††

« Tu l’as vraiment fait, aventurier… » une voix irritée parla de derrière eux. Il n’y avait qu’une personne qui dirait cela que dans cette situation…

Diablo s’était retourné. « Le sorcier invocateur d’Europa. »

Cette personne était un vieux démon mâle vêtu d’une robe pourpre. D’après les souvenirs de Diablo, il s’appelait…

« Bihyak ! » cria Horn.

Il avait souri avec indifférence. « C’est professeur Bihyak pour toi, petite fille. »

« Avez-vous vraiment sacrifié les élèves disparues pour convoquer cette… cette chose ? » demanda Horn.

« Tu as mis l’école sens dessus dessous, mais tu n’as toujours pas trouvé ces élèves, n’est-ce pas ? Quelle question inutile, espèce d’imbécile... »

« Espèce de petit… »

Horn avait réagi avec fureur, mais Bihyak l’avait ignorée pour ne faire que regarder fixement Diablo.

« J’ai entendu dire que vous viendriez, mais… Je ne pensais pas que vous le trouveriez aussi facilement… Vous n’êtes pas un aventurier ordinaire. Et cette magie élémentaire incroyablement puissante tout à l’heure… Qui êtes-vous au juste ? »

Diablo n’était même pas d’humeur à se présenter. Il avait été choqué par la rage qu’il ressentait.

« Pourquoi convoquer cette chose ? » demanda Diablo.

« Ce monde est déformé et erroné… Comme un méchant appareil de torture destiné à tourmenter les Races. Il doit être détruit. »

« Est-ce donc pour cela que tu as donné des étudiantes à cette créature ? » demanda Diablo.

« Même si elles ont une énergie magique, sans aucune intelligence, elles seraient simplement utilisées par d’autres. Tout ce que j’ai fait, c’est de les utiliser à meilleur escient, » déclara Bihyak.

« Quel délire ! » Diablo avait dirigé son bâton vers Bihyak. « Tu n’es rien d’autre qu’un meurtrier. »

Diablo s’était soudain souvenu : dans une des scènes dans le Croisement de la Rêverie, Europa avait été achevée en absorbant son invocateur, mais l’Europa derrière eux ne faisait rien de tel.

Donc le seul à avoir une impulsion destructrice, c’est ce type ?

« Alors je n’ai plus qu’à te vaincre et à empêcher la cérémonie ! Ne vas-tu pas supplier pour ta vie, Bihyak ? » demanda Diablo.

« Comment... Comment en savez-vous autant... C’est une magie rituelle que j’ai développée moi-même ! » déclara Bihyak.

Dire qu’il le savait grâce au jeu serait dénué de sens… ou est-ce que quelqu’un capable d’invoquer cette chose comprendrait cela d’une manière ou d’une autre… ? Peut-être que Bihyak connaissait la raison pour laquelle Diablo avait été appelé dans ce monde…

Mais c’est précisément parce qu’il était si puissant que Diablo devait l’arrêter ici et maintenant. Le rôle d’un aventurier était de défendre les Races.

« Brûle en poussière, Flamme —, » commença Diablo.

« Êtes-vous sûr de devoir faire cela ? » Le regard de Bihyak se tourna vers l’ancien bâtiment du campus.

Diablo avait coupé l’incantation de son sort et avait levé les yeux vers le toit. Au début, il pensait que l’étudiante sur le toit était peut-être Mercie, la vendeuse de fleurs, mais c’était quelqu’un d’autre. Une jeune fille aux cheveux noire, à l’allure intellectuelle, portant l’uniforme de l’académie des mages.

« Anjieline !? » cria Horn.

Elle était la présidente du conseil des étudiants dont Horn avait parlé. Elle avait disparu ce matin, donc Diablo était sûr que Bihyak l’avait déjà sacrifiée.

« Je lui ai ordonné de compter jusqu’à cinq et de sauter après avoir entendu son nom. Allez-vous la laisser mourir juste pour me tuer, je me demande ? » demanda Bihyak.

« Argh… »

Diablo s’était précipité. Il aurait peut-être réussi à lancer un sort et à courir pour la rattraper, mais arriverait-il vraiment à temps ? La laisser mourir ne le rendrait-il pas semblable à Bihyak, qui avait sacrifié ces filles pour détruire le monde ? Il ne se faisait pas d’illusions sur le fait d’être un parangon de justice, mais s’il y avait une vie qu’il avait vraiment une chance de sauver, il voulait la sauver.

Horn avait également couru vers Anjieline, mais elle était trop lente. Diablo avait utilisé l’art martial Charge à l’Épée III pour couvrir la distance jusqu’à l’ancien bâtiment avec une vitesse massive, seulement pour annuler la frappe horizontale finale et utiliser ses bottes, le Gambol du Ciel Vide, pour s’envoler dans les airs. Au même moment, Anjieline s’était jetée du toit… pour être rattrapée par Diablo.

« Oof ! »

« … Haah... »

La jeune fille dans ses bras avait ouvert les yeux d’emblée. Elle avait l’air choqué, les effets du sort Hypno semblent s’être dissipés. Peut-être que sa période d’efficacité était terminée, ou peut-être que le choc violent dans les bras de Diablo l’avait fait sortir de là.

« Est-ce que ça va ? » demanda Diablo alors qu’ils atterrissaient sur le sol.

« O-Oui… Je suis… Où… suis-je… ? Le professeur Bihyak m’a serrée dans ses bras, puis… Hein ? Attendez, qui êtes-vous… ? »

« Ce bâtard visqueux…, » s’exclama Diablo.

Tu parles de l’état du monde comme un je-sais-tout, mais tu n’es rien d’autre qu’un professeur qui moleste ses élèves !

« B-Boss ! Anjieline ! » Horn était enfin arrivée à leur côté.

Trop lente… Les voleurs étaient censés avoir des arts martiaux de type vitesse, mais Horn n’était pas du tout adepte de leur utilisation. Malgré cela, elle avait rapidement augmenté de niveau et étudiait la magie. Mais Diablo échouait toujours hors de sa trajectoire, alors il n’était pas du genre à blâmer les autres pour leurs fautes.

« Garde-la en sécurité. » Il avait laissé Anjieline avec Horn.

« Ah… J’ai compris, patron ! Je vais le faire, c’est sûr ! »

« Hein !? » Anjieline était complètement désorientée. « Horn, qu’est-ce qui se passe ici !? Qu’est-ce que… Eek !? Qu’est-ce que c’est que ce truc !? »

Elle avait enfin remarqué Europa. Elle avait été déplacée du dernier endroit dont elle se souvenait et était entourée d’étrangers. En plus de cela, un monstre gigantesque qu’elle n’avait jamais vu était soudainement apparu. Le simple fait qu’elle ait gardé la main sur sa santé mentale était admirable.

Diablo se tenait devant les deux femmes, comme pour les protéger. Le sorcier en robe pourpre se tenait devant Europa.

C’est donc la même formation que le jeu…

Tout cela semblait familier à Diablo.

« Adieu. » Bihyak sourit. « La seule chose que je regrette profondément, c’est de ne pas avoir pu voir ce monde malveillant être détruit ! »

Europa avait probablement du mal à utiliser sa langue avec la Lance de Lumière encore poignardée à travers elle. Europa avait attrapé Bihyak avec l’une de ses mains et l’avait jeté dans sa bouche avec désinvolture. Anjieline avait crié tandis que le visage de Horn se déformait de façon désagréable. Diablo s’était préparé au combat.

« Ça vient… Le raid du Dieu de la destruction Europa commence ! » déclara Diablo.

***

Partie 4

Une puissante énergie magique avait rempli la région. Le corps sans peau d’Europa s’était recouvert d’écailles dorées d’aspect métallique. Deux cornes avaient alors éclaté de son dos et de sa poitrine. Il sifflait, le bout de ses cornes brillait. Une sphère transparente s’était formée autour d’Europa, l’enveloppant.

Son nom officiel dans le jeu était « Le Rideau de la Fin », mais son nom populaire était juste « la Barrière ». Tant que cette barrière était en place, la créature était complètement immunisée contre les attaques physiques, magiques et par attributs. D’après les forums, ce n’était pas un moyen de défense, mais plutôt un indicateur qu’elle était dans un état où elle ne subissait aucun dommage. Comme un boss final, il était immunisé contre les effets négatifs d’état comme le sommeil et la pétrification, et il infligeait des dégâts et des ripostes rapides.

Mais Diablo ne s’était pas appuyé sur ces derniers pour y faire face, et le Dieu de la destruction Europa avait plus que le rideau de la fin sur lequel s’appuyer. Son attaque était accrue, sa vitesse augmentée, il était immunisé contre les attaques, il lançait des attaques supplémentaires à chaque coup (ce qui avait aussi un effet perçant)…

Bref, la créature s’était fait appliquer d’innombrables bonus. Ses statistiques de base n’étaient pas si impressionnantes, mais avec autant de buffs sur elle, Europa avait temporairement dépassé la force du plus puissant Seigneur-Démon existant.

Europa avait poussé un rugissement menaçant au moment où Diablo terminait de changer son équipement. Il tenait maintenant une petite baguette dans sa main, sa tige de couleur argent et son embout orné d’une couronne. À son extrémité se trouvait une pierre précieuse qui brillait d’une faible lueur.

« Qu’est-ce que c’est, patron ? » demanda Horn.

« Un objet de rareté RSS, la Baguette de Disparition des Astérisques. »

« … Hein ? »

« Actuellement, le Dieu de la destruction est immunisé contre tous les types d’attaques et se voit appliquer de multiples sorts de soutien. »

« C’est dingue ! »

« Mais cela les dépouillera tous ! »

Diablo brandit la baguette magique, la Baguette de Disparition des Astérisques, et une lumière clignota devant eux. Un claquement secoua l’air, et le rideau de la fin enveloppant Europe se dissipa immédiatement.

Diablo avait pompé un poing à l’intérieur de son esprit.

Très bien ! La stratégie du jeu a fonctionné !

« Même moi, je peux le vaincre d’un seul coup maintenant ! » Horn s’était braquée face à ça.

« Ne le fais pas ! Si tu attaques Europa, le rideau de la fin se lèvera à nouveau ! » déclara Diablo.

« Oh non ! »

« Maintenant, je vais le faire exploser avec une seule grande magie… »

Un homme vêtu d’un long manteau rouge se tenait devant Europa.

« Thanatos l’Immortel… !? »

†††

Il s’était mis à monologuer devant Europa.

« Je l’ai enfin trouvé… la source de l’énergie magique malveillante ! Une forme si massive… Mais vous n’avez pas de chance ! Thanatos l’Immortel vous vaincra ! »

« H-Hey, stop ! »

La voix de Diablo n’avait pas réussi à atteindre Thanatos. Il aurait pu essayer de l’attaquer en premier, mais Europa était massive. Un sort qui la détruirait d’un seul coup prendrait un temps considérable pour se faire.

« Prenez ça ! » Thanatos avait déjà son épée noire en main. « Lame secrète… Frappe du Dragon Noir Tyran — Overkill ! »

Huh, c’est un peu dur… Diablo s’était dit cela.

« Pourquoi appelle-t-il son art martial comme ça ? » demanda Horn, ses yeux se rétrécirent. « Est-ce de la magie ? Une incantation ? Est-ce nécessaire ? »

Des flammes noires surgirent sur la lame de l’épée en ébène de Thanatos, prenant la forme d’un dragon qui tourbillonnait et s’enroulait.

« Haaargh ! » Sa frappe avait touché sa cible alors qu’il poussait son cri de zèle. Cette attaque avait coupé la poitrine exposée d’Europa, qui avait été purgée de tous ses bonus et de ses défenses.

« Je l’ai fait ! » cria Thanatos.

… Pourquoi as-tu dit cela ? Maintenant, tu nous as porté la poisse !

Thanatos était un chevalier du palais et avait la force de le soutenir, donc le coup était effectivement puissant, mais il lui manquait encore la puissance de feu nécessaire pour éliminer Europa en un seul coup.

Europa avait poussé un puissant rugissement et ses quatre cornes s’étaient rallumées. La sphère du Rideau de la Fin l’enveloppa à nouveau.

« Dans ce cas… » Thanatos, qui ne savait rien de cette créature, avait déclenché un autre art martial. « Lame secrète… La lame de destruction infernale — variante de la force de ruée ! »

Ce fut un coup de massue. Son niveau n’était pas du tout bas, sans doute bien supérieur à 100. Le nom de son art martial semblait être une série de bêtises, mais il était aussi fort qu’un art martial normal déclenché par la charge d’avant-garde d’un guerrier surhumain.

Pourtant, le rideau de la fin avait complètement neutralisé l’attaque.

« Impossible ! » Thanatos avait haussé la voix en signe de surprise.

La plupart des joueurs qui avaient affronté Europa avaient réagi exactement comme ça. Un exemple parfait d’un boss qui tue la première fois, et le fait de se laisser toucher par ses attaques ne seraient certainement pas une blague.

« Cours, Horn ! » cria Diablo.

« O-Oui ! » Horn avait pris Anjieline dans ses bras. En termes de taille, c’était comme une écolière du primaire qui tenait dans ses bras une collégienne, mais un voleur de niveau 80 avait la force physique de ramasser même un grand homme.

« Eeya !? » Anjieline avait poussé un petit cri, mais avait maintenu une présence d’esprit suffisante pour ne pas se débattre.

Europa leva deux des trois bras restants, invoquant des épées de terre et d’eau dans les deux, les faisant tomber sur Thanatos.

« Ah !? »

Avec le Rideau de la fin, sa multitude de buffs avait également été réappliquée. Une attaque plus grande que celle d’un Seigneur-Démon, capable d’écraser le sol en mille morceaux, pleuvait sur lui, encore et encore. Thanatos fut réduit à une flaque de sang et de chair, avec son long manteau rouge déchiré en morceaux et s’envolant dans le vent.

Les ondes de choc restantes avaient fait que l’ancien bâtiment du campus avait commencé à s’effondrer. Les attaques d’Europa, aussi puissantes que la magie, se succédèrent rapidement. Y faire face sans aucune contre-mesure était, comme on l’avait démontré, du suicide.

Il semblait attaquer à l’épée, mais les dégâts qu’il infligeait étaient en fait une compétence d’effet. Le seul espoir était de garder ses distances avec lui.

« Vous ne pouvez pas utiliser la baguette de tout à l’heure, patron ? » demanda Horn en courant.

« Il faut une heure pour la recharger avant qu’elle ne puisse fonctionner à nouveau ! » répondit Diablo.

Elle n’avait pas de limite d’utilisation, mais il fallait donc du temps pour la recharger.

« Oh non ! Si on laisse cette chose tranquille pendant une heure, alors l’académie… Non, toute la capitale va être chamboulée ! » déclara Horn.

« Je le sais ! »

Les étudiants et les professeurs qui avaient remarqué l’agitation s’étaient précipités hors du bâtiment en briques bleues, pour trouver sur place un monstre terrifiant, capable de détruire à moitié le vieux bâtiment du campus d’un seul coup. Comme on pouvait s’y attendre, personne n’était resté pour regarder tranquillement. Ils avaient tous commencé à s’enfuir, en criant de panique.

Europa s’était alors mise en mouvement.

À quelle vitesse ?

« Trop rapide ! »

Diablo s’attendait à ce qu’elle soit lente en raison de sa taille, mais elle s’éloignait de plus en plus. Elle voyait probablement Diablo comme sa cible, peut-être influencé par la conscience de Bihyak ou peut-être parce qu’il l’avait attaquée avec la Lance de Lumière.

Diablo avait couru vers une entrée de service située de l’autre côté de la cour, à droite, alors qu’une unique calèche se précipitait dans leur direction.

†††

« Wowzers ! » Sylvie sauta du carrosse blanc. « On ne voit pas quelque chose d’aussi fou tous les jours ! »

« Comme c’est inquiétant… » déclara une femme vêtue d’une tenue blanche de clerc, avec un frisson dans la voix, en sortant de la calèche. Ses cheveux étaient d’un blond platine proche du blanc, sa peau lisse, et ses yeux d’une teinte noisette. Dans ses mains se trouvait un bâton d’évêque argenté que seule la Grande Prêtresse était autorisée à porter.

 

 

« Lumachina ! »

« Ah, Seigneur Diablo ! » dit-elle, se préparant à s’agenouiller devant lui.

« Nous en parlerons plus tard ! Sylvie t’a dit ce que tu devais savoir, non !? » demanda Diablo.

« Elle l’a fait, » répondit Lumachina.

« Alors, fais-le ! »

Avec un court retard, Horn était arrivée avec Anjieline dans les bras. Alors que Horn était sur le point de s’effondrer d’épuisement, Sylvie avait attrapé la fille.

« Bon travail ! Laissez-nous faire le reste ♪, » déclara Sylvie.

« Haah... Haah… Haah… Ouais… »

Europa leur fonçait dessus à toute vitesse. Ses six pattes se cognaient contre le sol, soulevant des nuages de poussière. Elle avait maintenant des épées dans les trois mains, qu’elle balançait dans leur direction. Même Diablo ne survivrait pas à un coup direct de l’une d’entre elles, sans parler des autres qui seraient très probablement anéanties d’un seul coup.

Lumachina se concentra. Brandissant son bâton d’évêque, elle fixa la cible.

« Si tel est votre ordre, Seigneur Diablo, je le suivrai même si cela me coûte la vie… Notre Père qui est aux cieux, faites descendre Votre puissance sur cet être malveillant qui apporte la ruine sur cette terre et sur Vos nombreux enfants. Purifiez-les, sublimez-les. Éliminez cette calamité et accorde-nous Votre bénédiction… »

Est-ce que cela fonctionnera à temps… ?

Tout ce que Diablo pouvait faire maintenant était de croire, mais une pensée lui avait traversé l’esprit.

Je me bats seul. Je n’ai pas besoin de camarades. J’ai toujours fait ça… Mais maintenant, je compte sur elle. Est-ce là ma faiblesse ? Peut-être, mais… pour une raison inconnue, ça ne me fait pas de mal…

Diablo s’était concentré sur sa propre magie. Il sortit de sa poche un anneau, non pas l’anneau de mariage qu’il avait fabriqué à Faltra, mais un autre anneau de Seigneur-Démon.

Lorsqu’il avait vaincu le Seigneur-Démon Suprême Modinaram, il avait trouvé cet objet sur le lieu de sa destruction. Dans le jeu, il aurait été un objet pour récompenser le joueur qui l’avait battu plus vite que les autres. Diablo ne l’avait jamais obtenu dans le Croisement de la Rêverie, mais s’il était basé sur Modinaram… alors c’était l’Anneau de la folie.

Il l’avait placé sur l’index de sa main gauche. Aussitôt, il avait senti une énergie magique se répandre dans tout son corps. Ses statistiques d’attaque avaient grimpé en flèche, mais ses statistiques de défense avaient été réduites à néant au cours du processus.

 

 

Mais si un seul coup d’Europa devait le vaincre de toute façon, alors la défense n’avait aucun sens dans cette situation. Quoi qu’il en soit, le style de Diablo était de toujours vaincre ses ennemis avant qu’ils n’attaquent. C’était un Sorcier de l’Annihilation qui faisait toujours le premier pas.

Il avait levé sa main droite et avait chanté « Lance de flammes sombres — Lance des Ténèbres ! »

La lance des flammes sombres qui jaillissait de sa main était si puissante qu’elle l’avait même surpris. C’était comme si quelqu’un avait déchiré l’espace, et c’était cette obscurité qui s’infiltrait de l’intérieur. L’obscurité s’était étendue, comme pour peindre le monde entier.

La main de Diablo frissonna.

« Seigneur Diablo, je suis prête ! »

« Fais-le ! »

« Flash Sacré ! »

Une lumière aveuglante s’échappa du ciel, assez puissante pour consumer l’académie. Son effet était similaire à celui de la Baguette de Disparition des Astérisques, sauf que le miracle de Lumachina visait tous ceux qui étaient en vue. Dans ce cas, cela n’avait pas d’importance puisqu’Europa était seule, mais il y avait une autre différence : on ne pouvait pas résister à l’effet de la Baguette d’Astérisque, alors que le Flash Sacré n’était pas garanti de réussir. Son temps de charge n’était pas si ridiculement long sans raison.

Le rideau de la fin enveloppant Europe avait de nouveau disparu, tout comme ses nombreux buffs. Ses mouvements devinrent sensiblement plus lents à mesure que ses trois épées descendaient lentement. L’ennemi était juste devant ses yeux, Diablo ne manquerait sûrement pas son coup.

« Vas-y, Lance des Ténèbres ! »

Diablo avait déclenché sa lance de flammes noires. Elle était reliée à la Lance brillante toujours logée dans la langue d’Europa.

Une lance de lumière et une lance de ténèbres —

Au moment où les deux masses d’énergie s’étaient entremêlées, une explosion d’énergie magique dépassant leurs forces respectives d’origine avait explosé.

Une fois auparavant, le canon noir de Diablo s’était heurté à la Frappe Lumineuse du Capitaine des Paladins Battuta, provoquant une onde de choc d’une puissance inattendue. Lorsqu’il était allé au donjon avec Sylvie, il avait également expérimenté l’idée.

« La magie composite ! Fais-toi exploser en morceaux ! »

Un torrent d’énergie pure avait réduit Europa en cendres. Ses écailles dorées et métalliques furent écrasées, sa tête de forme humaine réduite en miettes et ses trois bras dispersés. Sa moitié inférieure avait évité le coup direct, mais les ondes de choc l’avaient réduit en miettes.

Tout avait tremblé. Des fissures traversaient la cour, et le bâtiment en briques bleues vacillait de façon instable alors que les anciens murs extérieurs de l’académie s’effondraient. Seule la zone autour de la calèche était restée entière, d’une manière ou d’une autre.

Diablo avait rapidement scandé un sort de Mur d’air, formant une faille d’air qui avait renvoyé toutes sortes d’ondes de choc au loin. Pourtant, Horn et Anjieline ne purent s’empêcher de crier de peur, tandis que Lumachina fixait un regard confiant sur Diablo.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire