Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 10 – Intermède 1

***

Intermède 1

Au Château Grandiose — .

Un arôme parfumé venait de l’intérieur. Les rideaux muraux en ivoire étaient matelassés de fils d’or et la grande salle était remplie d’objets d’arts et d’autres décorations assorties. Le vieux majordome qui montrait aux invités les alentours étendit les mains, vêtu de gants blancs, et poursuivit son commentaire.

« Ce portrait du duc Reedlance a été dessiné dans la trente-cinquième année du calendrier lyférien, et se présente comme un chef-d’œuvre de réalisme. La sculpture là-bas a été réalisée avant la fondation du pays, et a été découverte dans une tour de sorcier du nord. Les œuvres présentées dans ce couloir ont toutes été soigneusement choisies par le duc Bricken, qui est connu comme un critique avisé. »

« … Vraiment ? »

« Hm. »

Rem avait donné quelques réponses agréables de temps en temps, en essayant de maintenir une certaine façade de courtoisie. Shera avait simplement donné des réponses désintéressées et distraites.

Les deux filles étaient arrivées au Château Grandiose et effectuaient maintenant la grande visite avec le vieux majordome.

« Avec la nouvelle année et ses fonctions de visite de membre de la royauté et d’autres nobles pour les festivités, Sa Majesté Delouche Xandros est extrêmement occupée. »

« … Ils voudraient célébrer la bonne santé de Sa Majesté et la nouvelle année, j’en suis sûr. » Rem avait donné le genre de réponse élogieuse que l’on attendait d’elle.

« Qui est Delouche ? » Shera pencha la tête. Comme prévu, cela lui valut un regard sévère de la part du majordome.

Rem soupira. « Shera, l’actuel roi de Lyferia est Sa Majesté, Delouche Xandros. »

« Oh, c’est vrai. Je pensais avoir entendu ce nom quelque part…, » déclara Shera.

« … Ne t’ont-ils pas appris à te comporter devant la royauté quand tu étais enfant ? » demanda Rem.

« Normalement, je ne quitterais pas le royaume après être devenue reine. Greenwood est un petit pays et nous ne recevons pas beaucoup de visiteurs de l’extérieur, » répondit Shera.

« … Comme c’est paisible, » déclara Rem.

« N’est-ce pas ? »

Il semblerait que le sarcasme ait eu raison de Shera. Au lieu de cela, la reine elfe demanda : « N’as-tu pas toujours été une aventurière, Rem ? Comment connais-tu toutes ces choses de courtoisie ? »

« … J’ai quitté la maison après le décès de mes parents, mais ma famille avait généralement des relations avec la royauté et d’autres nobles. »

Le majordome s’était alors arrêté sur place, dirigeant un regard attentif vers Rem.

« Mlle Rem Galleu… pourriez-vous être du clan Gadou… ? »

« … J’ai laissé ma ville natale derrière moi, mais… mon oncle est le professeur d’art de cette génération. »

« Incroyable… » Le majordome avait alors corrigé sa position.

« Hein !? » s’exclama Shera, les yeux ronds.

Rem était restée silencieuse.

« Qu’est-ce que le clan Gadou ? » demanda Shera.

« … C’est donc ça le problème. Je vois… Eh bien, je te le dirai un jour, » déclara Rem.

« Tu ferais mieux de me le dire avant que j’oublie que j’ai demandé, tu entends ? » déclara Shera.

« … Si tu ne t’en soucies pas plus que ça, autant ne pas te le dire, » répliqua Rem.

« Mais je veux en savoir plus sur toi ! » Shera persista avec enthousiasme dans ses demandes absurdes.

Rem soupira à nouveau. Le majordome ouvrit alors la porte au bout du couloir.

« Il s’agit d’une section du château réservée aux visiteurs. Elle est destinée à accueillir la royauté, les nobles et d’autres invités importants. Je pense que vous ne serez pas gênées ici. »

« Whoooaaa ! » s’exclama Shera à la vue de l’intérieur luxueux en entrant dans la pièce.

Une odeur apaisante emplissait l’air. Les rideaux étaient brodés et les meubles présentaient tous des motifs délicats et attrayants. Les lits à baldaquin étaient spacieux, il y avait une grande table et un canapé, et le buffet était empilé avec des verres et des bouteilles de vin.

« Si vous avez besoin d’autre chose, sonnez cette cloche… » Le majordome se dirigea vers une cloche posée sur la table.

« Vous voulez dire ça ? » Shera avait bougé la cloche, qui avait sonné avec force.

Rem avait gémi et elle s’attrapa le visage. Peu de temps après, une femme de chambre était entrée dans la pièce et s’était inclinée poliment.

« Puis-je vous être utile ? »

Shera avait donné un petit « oh wow… ». Puis elle s’était grattée l’arrière de son oreille. Le majordome toussa sèchement.

« Comme vous pouvez le constater, une femme de ménage viendra rapidement s’occuper de vous. »

Sentant qu’il serait impoli de l’appeler sans raison, Rem avait demandé à la bonne de lui donner une tasse d’eau. La bonne s’inclina et s’éloigna. Le maître d’hôtel lui avait ensuite expliqué comment utiliser les toilettes et le bain… mais il ne semblait pas aborder la question la plus urgente.

« … Je suis sûre qu’il est occupé, mais combien de temps pensez-vous qu’il faudra avant que nous recevions une audience avec Sa Majesté ? » demanda Rem.

« Je pense que vous devrez attendre une dizaine de jours, » répondit le majordome.

« … Vraiment ? » demanda Rem.

« Hein !? Dix jours, comme dans, dix jours !? Autant !? » s’exclama Shera.

Le choc de Shera n’avait pas été une surprise. Elles n’étaient venues que parce que le roi Delouche le leur avait demandé personnellement. Mais c’était tout simplement comme ça que cela se déroulait quand il s’agissait de la royauté. Rem ne se plaignait pas, toujours aussi compréhensive.

« Si vous avez besoin de quoi que ce soit, nous pouvons faire venir n’importe qui dans votre chambre, que ce soit un tailleur, une esthéticienne, un musicien, un troubadour… » Le vieux majordome s’était excusé. « Votre nourriture sera préparée à partir des meilleurs ingrédients de tout le pays, dans les mains des chefs les plus compétents du royaume, et sera à votre disposition à tout moment de la journée. Et, bien sûr, vous pourrez vous servir de notre vin de classe mondiale. En outre, notre Château Grandiose abrite plus d’œuvres d’art que vous ne pourriez espérer voir en seulement dix jours, et je serais heureux de vous en faire découvrir les alentours. »

« … Nous est-il interdit de partir ? » demanda Rem.

« Vous pouvez quitter le château, mais si vous le faites, votre audience avec le roi sera retardée, » répondit le majordome.

Elles perdraient donc essentiellement leur place dans la file d’attente.

« … Peut-on écrire des lettres ? » demanda Rem.

« Bien sûr, vous êtes libre d’envoyer des lettres. Nous vous fournirons des stylos et du papier si vous en faites la demande. Mais vous devez nous laisser le soin de les sceller, » déclara le majordome.

« … Je vois. »

Elles pourraient donc écrire des lettres, mais leur contenu serait inspecté. Cela signifiait que si elles devaient contacter quelqu’un, il serait préférable que ce soit la Grande Prêtresse Lumachina. Rem avait pensé qu’il serait sage de ne pas établir de lien entre Alicia, le chevalier impérial, ou Horn, l’étudiant, et le Seigneur-Démon autoproclamé Diablo.

Le majordome s’inclina et ferma la porte de la chambre. Shera plongea sur son lit.

« Si doux ~. »

« … Ouf… Il semble que tu aies encore besoin d’apprendre quelques manières, n’est-ce pas ? » déclara Rem.

« … Zzz… »

« … Tu dors déjà !? »

Il semblait qu’elles devraient rester à l’intérieur du château pour le moment…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire