Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 10 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : L’inspecteur Horn ?

Partie 1

Peu avant que Diablo ne rencontre la vendeuse de fleurs, année 165 du calendrier lyférien, premier mois, sixième jour — .

La cloche de la tour de l’horloge avait sonné, informant tout le monde qu’il était midi. Le terrain de l’académie des mages de la capitale était vaste. Le campus populairement connu sous le nom de Bâtiment aux briques bleues était un nouveau bâtiment fait de piliers blancs nacrés et de briques bleues. L’une de ses nombreuses salles de classe était la salle de classe F de la première année de l’aile du collège. Le bureau au fond de la classe et à côté de la fenêtre était le siège de Horn.

Les élèves étaient répartis en fonction de leurs notes, les élèves d’honneur étant dans la classe A, tandis que la classe F était censée être celle où étaient envoyés tous les mauvais élèves. Horn était entrée au milieu de l’année scolaire et n’avait pratiquement pas étudié la magie avant de s’inscrire, de sorte que ses compétences de sorcière étaient inexistantes. Elle était en fait une voleuse de niveau 80… mais elle avait promis à sa tutrice, Lumachina, qu’elle garderait ce fait caché.

Les leçons de la journée étant terminées, l’enseignante à lunettes de Horn avait délivré un message.

« Il est devenu évident aujourd’hui que nous avons perdu le contact avec plusieurs de nos étudiants. Nous ne savons actuellement pas où ils se trouvent. »

Les élèves s’étaient agités alors que la classe se remplissait de chuchotements et de murmures. La collecte d’informations utiles dans le bruit et le tumulte était l’une des compétences de base d’un voleur, et Horn avait capté ce qu’ils disaient sans même se concentrer : une élève de la classe A de deuxième année de l’aile du lycée et deux autres élèves de la classe A de troisième année avaient disparu.

Trois autres…

Une petite fille, assez petite pour s’asseoir dans la paume des mains de Horn, s’était assise sur le bureau de Horn, croisant ses jambes sur la trousse de Horn qui lui servait de chaise improvisée.

« Il manque dix gamines maintenant, n’est-ce pas ? N’est-ce pas vraiment mauvais pour l’école ? Genre, vraiment mauvais. »

Elle s’appelait Babalon, une déesse autoproclamée de la montée de niveau d’un autre monde. Si Diablo pouvait la voir, il reconnaîtrait d’un seul coup d’œil qu’elle portait ce qui ressemble à un uniforme de lycée de son monde. Mais seul le propriétaire du Saint Graal pouvait voir et entendre Babalon, et ce propriétaire était Horn.

Horn avait fait un signe de tête aux paroles de Babalon. Il y a probablement eu un incident. Dix étudiants avaient déjà disparu, toutes des filles. Cela avait commencé à la fin de l’année dernière, et bien qu’il ait été interrompu pendant la longue pause du début de l’année, cela avait repris le premier jour d’école cette année avec trois autres disparitions. Ont-elles disparu pendant les vacances ?

« Silence ! » La maîtresse avait tapé des mains de façon bruyante et menaçante. « Tout le monde, rappelez-vous de ne jamais agir seul, même dans l’enceinte de l’académie. Compris ? »

Tout le monde avait lâché un « oui, madame » collectif, mais seule une poignée d’entre eux serait aussi obéissante. Horn faisait certainement partie du groupe qui ne le serait pas. L’enseignante avait quitté la classe, et après que tout le monde se soit dispersé, Horn s’était dirigée vers la sortie sans personne pour l’accompagner.

Dans le couloir qui reliait les bâtiments de l’école, Horn avait scruté autour d’elle. Mais à proprement parler, le sac qu’elle tenait dans ses mains contenait le Saint Graal, et Babalon s’était assise sur son épaule, de sorte qu’elle n’était pas complètement seule.

« Hé, hé, Horn, ma fille, comment penses-tu que le coupable est ? »

« … Penses-tu qu’elles ont été kidnappées ? »

Personne d’autre ne pouvait voir Babalon, alors chaque fois que Horn lui parlait, on aurait dit qu’elle se parlait à elle-même. Ne voulant pas être perçue comme une personne bizarre et lugubre, Horn parlait d’une voix faible, tout en essayant de bouger ses lèvres le moins possible. Grâce au fait que Babalon était une pipelette, Horn avait plus qu’assez de pratique pour maîtriser cette compétence particulière.

« Ce doit être un kidnapping ! Genre, réglo ! Je ne sais pas pour les trois filles aujourd’hui, mais les sept autres filles n’ont pas laissé de notes et n’ont jamais consulté leurs copines. »

« … Oui, c’est ce que disent les rumeurs. »

Il y avait beaucoup d’étudiants à l’académie, mais c’était encore une école privée. L’affaire ressemblant à un tel incident, les rumeurs s’étaient répandues comme une traînée de poudre qu’il ne s’agissait pas d’une disparition, mais d’une affaire d’enlèvement.

« Incident ♪ C’est un incident ♪ »

Pourquoi Babalon avait-elle l’air si heureuse de cela ?

« … Je veux plutôt me concentrer sur mes études de magie, » déclara Horn.

« Mais tu as une compatibilité de zéro pour ça, non ? »

« Arrête ! Nous ne le savons pas encore ! » Horn avait élevé la voix malgré elle, incitant un autre élève qui passait dans le couloir à la regarder bizarrement.

En ricanant, Horn accéléra ses pas comme si elle s’enfuyait.

« As-tu vu leur visage ? » Babalon gloussa odieusement. « Mes côtés ! »

 

 

« … Quand vais-je être à nouveau maudite ? » se demanda Horn.

« Je ne suis pas une malédiction, je suis la déesse du Saint Graal. »

« Alors ça va durer pour toujours, hein…, » Soupira Horn.

« Si tu abandonnes le Saint Graal, j’irai ailleurs, tu sais ? »

« Mais tu ne m’as pas encore fait augmenter mon niveau, » répliqua Horn.

« D’accord, d’accord. Eh bien, je m’ennuie à attendre mon prochain propriétaire. C’est une situation gagnant-gagnant, tu sais ? »

Babalon avait la possibilité de donner au propriétaire du Saint Graal une augmentation ponctuelle de son niveau, en échange de deux litres de sang de vierge. Si Horn remplissait certainement l’exigence de virginité… perdre deux litres de sang serait fatal. Cela dit, elle ne pouvait pas simplement sacrifier quelqu’un pour cela. Mais d’un autre côté, lâcher le Saint Graal lui semblait être un gaspillage. Ainsi, Horn resta hantée par Babalon sans pouvoir progresser.

Horn avait alors visité le service du personnel. L’académie de mages de la capitale n’avait pas de bureau de faculté unique où tous les professeurs étaient réunis, car les professeurs étaient tous des sorciers habiles qui menaient des recherches actives en magie, et disposaient de salles qui leur servaient de bureau. Elle avait d’abord décidé de visiter le laboratoire de son professeur principal, mais…

« Hein. Elle est sortie. »

« Pourquoi as-tu eu besoin de cette binoclarde ennuyeuse ? »

« … Je voulais lui poser des questions sur l’affaire des élèves disparus. Je ne peux pas me concentrer sur mes leçons en paix avec eux dans mon esprit, » répondit Horn.

« Whoa, c’est tellement ennuyeux. Laisse les flics s’en occuper. »

Et maintenant ?

Babalon avait l’habitude d’utiliser des mots peu familiers, en plus de sa manière de parler déjà aussi erratique qu’elle l’était.

« … Il n’y a pas d’aventuriers dans les parages, et même si les chevaliers impériaux se sont présentés pour enquêter à quelques reprises, ils n’ont rien résolu, » déclara Horn.

« Dommage. »

« Mais les rumeurs disent que l’ancien campus… Ah… »

Horn s’était traînée jusqu’au bord du couloir. Elle avait déjà rencontré la vieille dame qui marchait dans le couloir une fois auparavant, lors de son entretien avant son inscription à l’académie. C’était la directrice de l’académie, qui s’était arrêtée devant Horn.

« Vous êtes… »

« B-Bonne journée. »

« Yo, yo, yo ! » Profitant du fait que la directrice ne pouvait ni la voir ni l’entendre, Babalon lui avait adressé un salut absurde.

« Je crois que vous êtes Horn, n’est-ce pas ? » La directrice replaça son monocle. « Avez-vous besoin de demander quelque chose à votre professeur ? »

Sa voix était rauque, mais sa prononciation était impeccable. Horn avait pensé à trouver une excuse, mais elle avait ensuite décidé que c’était en fait une bonne occasion de consulter la directrice.

« Je… Hum, j’étais inquiète pour les étudiantes qui ont disparu… alors j’ai voulu vérifier le registre. Mais j’ai besoin de l’approbation d’un professeur pour ça, » déclara Horn.

« Vous examinez l’affaire ? » demanda la directrice.

« Ah… »

Elle pensait que la directrice la réprimanderait pour avoir agi ainsi alors qu’elle n’était qu’une simple étudiante. Il y avait une affaire en cours, alors elle avait voulu enquêter — c’était juste une habitude d’aventurier. Horn venait juste d’avoir treize ans et était actuellement étudiante à l’académie des mages, mais avant cela, elle était bel et bien une aventurière. Quoi qu’il en soit, une aventurière défendait les Races contre toutes sortes de menaces.

« Venez avec moi. » La directrice lui avait fait un signe de tête.

« … Hein ? »

La directrice avait fait signe à Horn de suivre, et les deux femmes entrèrent ainsi dans le bureau de la directrice.

†††

La salle était plus modeste que ce à quoi Horn s’attendait. Il n’y avait pas de meubles luxueux et, bien qu’elle soit plus grande, elle n’était pas très différente d’une chambre dans les dortoirs des étudiants. Son bureau était grand, et les murs étaient couverts d’étagères remplies de livres d’apparence compliquée.

La directrice s’était assise sur une chaise en chêne, avait posé ses mains sur le bureau et avait croisé ses doigts.

« Dans quelle mesure avez-vous fait des recherches sur cet incident jusqu’à présent ? » demanda la directrice.

« Sept étudiantes ont disparu l’année dernière, et trois autres aujourd’hui. Il s’agit probablement d’un kidnapping, et la raison pour laquelle les gens pensent cela est qu’elles n’ont pas laissé de notes ou dit à leurs amies qu’elles voulaient s’enfuir… Du moins, c’est ce que dit la rumeur. Et les gens disent qu’elles les ont vues se diriger vers le vieux bâtiment du campus, » annonça Horn.

L’ancien bâtiment du campus n’était pas utilisé actuellement. Il était verrouillé et sécurisé en permanence, et personne n’était autorisé à y entrer sans l’autorisation d’un professeur.

« Les chevaliers impériaux inspectent également le vieux bâtiment du campus, » déclara la directrice.

« Je m’en doutais, » répondit Horn.

De plus, ils avaient passé au peigne fin tout le terrain et n’avaient toujours rien trouvé.

« Mais je n’ai pas encore regardé autour de moi, » déclara Horn.

La directrice semblait surprise. « D’accord… J’ai entendu parler de vous par votre tutrice. »

« Ah… »

« Je n’ai pas l’intention de le dire à qui que ce soit, mais… vous êtes en fait une aventurière renommée, n’est-ce pas ? » demanda la directrice.

Renommée !?

Elle avait voulu le nier, mais avait pensé qu’il valait mieux éviter un malentendu pour l’instant.

« C’est vrai, » répondit Horn.

« D’après ce que j’ai entendu, vous avez contribué à sauver une ville à l’ouest de l’armée du Seigneur-Démon, ainsi qu’à dénoncer la corruption au sein de l’Église, » continua la directrice.

« Eh bien, tout ce que j’ai fait, c’est me battre contre des paladins…, » répondit Horn.

« Pffft, » Babalon avait gloussé. « Tout ce que tu as fait, c’est courir partout et te faire frapper avant d’être à deux doigts de perdre ta vie. »

Horn s’était tue et elle était devenue rouge.

« Franchement, c’est mon travail et celui des autres professeurs de résoudre ce problème pour l’académie… » La directrice avait fermé les yeux. « Mais… pourriez-vous s’il vous plaît nous aider ? »

« Laissez-moi faire ! » déclara Horn.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Cela faisait longtemps qu'on ne l'avez pas vue 😁

Laisser un commentaire