Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 5

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 1 : La chute du château de Nagoya

Partie 5

Au cours de cette offensive lancée par l’Alliance pour la Restauration contre Nagoya...

En surface, un chevalier du fief du Kinai occupait le poste de « commandant suprême ».

Mais en réalité, ce commandant n’avait ni l’autorité ni la capacité de diriger les forces britanniques. Et il y avait un total de six Chevaliers de Sa Majesté participant à cette opération.

Celui qui dirigeait ces six chevaliers était Sire David.

Il appartenait à la flotte extrême-orientale des forces impériales britanniques. Avant l’arrivée d’Edward le Prince Noir, Sire David était le plus grand chevalier entre tous ses pairs.

Âgé de trente-deux ans, ce jeune chevalier avait les cheveux blonds et courts.

Sa Force de Chevalier était de 167, ce qui était extrêmement remarquable pour un soldat moderne qui n’était pas un Ressuscité.

« Est-ce que les samouraïs du Tōkaidō ont l’intention de se terrer dans leur château ? » murmura David.

Conduisant une wyverne blanche britannique, il volait lentement dans la ville.

Il était actuellement sur un terrain de baseball. Le château de Nagoya était à quatre ou cinq kilomètres à l’ouest. Les Légionnaires japonais et britanniques se précipitaient vers le château, le transformant en une bataille chaotique.

« Les Kamis de Tōkaidō semblent avoir soudainement perdu une grande partie de leur effectif, » déclara David.

Grâce aux ondes noétiques, les chevaliers étaient capables de détecter instantanément le nombre total de Légionnaires.

Les fiefs du Kinai et du Tōkaidō utilisaient tous deux Kamuys, mais aucun chevalier ne confondrait l’allégeance d’un Légionnaire.

Par une pure coïncidence, Sire Cole, un compagnon Chevalier de Sa Majesté volait à proximité.

« Peut-être qu’ils conservent leurs forces, se préparant à mener une longue guerre d’usure contre nous, David ? » Ce collègue avait partagé la question dans son esprit après avoir entendu les murmures de son chef.

Cole n’avait que vingt-trois ans et était un chevalier inexpérimenté de Sa Majesté. Ces nouveaux arrivants quittaient parfois la Grande-Bretagne ou l’Europe pour se rendre dans des régions telles que l’Extrême-Orient à la recherche de champs de bataille. Cela leur avait permis de se battre librement sans harceler « les vieux ».

« La dématérialisation des Légionnaires qui ne sont pas au combat réduit le fardeau d’un chevalier. »

« Peut-être qu’ils espèrent des renforts de Tōsandō ou de Kantō », sourit Sire David avec un air de pitié. « Avec l’accord secret entre Tōsandō et nous, ils sont déjà virtuellement notre peuple. En ce qui concerne le fief du Kantō... leurs forces ne parviendront jamais à temps. Le soleil est sur le point de se coucher. »

Les rayons du soleil couchant coloraient en orange le paysage urbain de Nagoya.

David avait prononcé des mots audacieux au milieu des couleurs du crépuscule. « Le château de Nagoya tombera à tous les coups entre les mains avant le lever du soleil demain matin. Cole, j’attends tes contributions avec impatience. »

Si Masatsugu Tachibana était présent pour assister à cette scène...

Il inclinerait probablement la tête légèrement et secrètement pour célébrer le succès de « la première phase risquée ».

Dans le cas de Rikka Akigase, elle serrerait probablement le poing et exprimerait sa joie avec une pose pleine d’esprit combatif et de ferveur juvénile.

Les idées préconçues des Chevaliers de Sa Majesté avaient aidé Masatsugu et son groupe.

Ces chevaliers croyaient que les samouraïs japonais loyaux et courageux s’étaient préparés à « mourir pour leur cause ». On ne leur reprocherait pas leur complaisance. Après tout, ils n’avaient pas encore goûté à la défaite depuis leur arrivée au Japon.

Par conséquent, les chevaliers de Sa Majesté endurcis au combat étaient déjà aveuglés par leur parti pris. Ils étaient convaincus que les forces et les faiblesses des chevaliers japonais pouvaient toutes être attribuées à leur esprit de samouraï excessivement rigide.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire