Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 1 : La chute du château de Nagoya

Partie 2

Un peu plus tôt...

« Nous devrions aussi aller à Nagoya. »

C’était le matin du 7 novembre, lorsque Masatsugu Tachibana l’avait affirmé.

Il était 9 h 13 à ce moment-là. Quelques heures plus tôt, il venait de vaincre les mille Légionnaires conduits par le roi Richard Cœur de Lion qui voulait envahir Suruga.

Aujourd’hui, Richard devait à l’origine également s’attaquer à Nagoya.

Cependant, l’équipe de Suruga avait réussi à provoquer sa passion et à lui enflammer le cœur. Moins d’une demi-journée avant l’opération de Nagoya, il s’était rendu directement à Suruga, incapable de réprimer son envie de manger à un « goûter secret »...

Les deux parties avaient mené une bataille nocturne.

En combattant bravement toute la nuit, les forces du fort tutélaire de Suruga avaient finalement gagné.

Alors que tout le monde célébrait cette victoire durement gagnée, ils avaient appris que « l’Alliance pour la Restauration commençait à marcher sur Nagoya ». Dès que Masatsugu l’avait entendu, il avait exprimé son point de vue.

La châtelaine de Suruga, Rikka Akigase, inclina la tête avec perplexité et demanda. « Voulez-vous dire que nous irons participer à la bataille de Nagoya ? »

« Précisément, » répondit Masatsugu.

« Masatsugu-dono, pour être honnête, ça ne sert à rien, n’est-ce pas ? » demanda Rikka.

Tous les chevaliers de Suruga étaient réunis ce matin pour un conseil de guerre.

Les personnes présentes étaient respectivement Masatsugu, Rikka, Tachibana Hatsune, ainsi que les deux chevaliers de Yamanashi, Habuna et Maike, avec en outre la présence d’Alexis Yang, le conseiller militaire envoyé par l’Empire romain d’Orient.

Bien sûr, la noble princesse du Japon Impérial, Shiori Fujinomiya, était également présente — .

La princesse Chevalier de la Maison Akigase s’adressa au groupe avec calme : « Hier soir, nous avons perdu un grand nombre de Légionnaires. Je n'ai plus qu'une centaine de Kamuys. Je suppose que les Kanesadas de Masatsugu-dono ne sont pas disponibles en nombre décent ? »

« Rikka-sama », déclara timidement Hatsune. « Qu’est-ce que vous voulez dire par là, y aller sera inutile ? »

« ... Quelque chose comme ça. Dans les circonstances actuelles, si l’Alliance pour la Restauration — ou plutôt les forces britanniques — devenait sérieuse, il n’y avait aucun moyen pour nous d’inverser le sort de la chute de Nagoya, peu importe la façon dont nous luttons. Si l’un de nous tombait au combat, ce serait bien pire que de perdre Nagoya. »

Nagoya était la ville natale de Rikka Akigase et le château de Nagoya était sa maison.

Cependant, elle avait parlé avec un grand détachement pour expliquer pourquoi ils ne devraient pas aller à la rescousse. C’était ses qualités extraordinaires en général qui lui avaient permis de dissiper ses sentiments à ce sujet.

Hatsune regarda tristement le principal chevalier.

Restant calme et indifférente, Rikka continua d’analyser. « Nagoya est assez loin de Suruga. Traverser une longue distance en un coup fatiguera beaucoup les Légionnaires. Masatsugu-dono, pourquoi ne pas observer la situation pour le moment ? »

Alors que Masatsugu était sur le point de répondre, Shiori s’exprima en premier : « En effet... Rikka-sama, vous défendez votre cause avec fermeté. »

La noble et intelligente Shiori connaissait bien la politique et la stratégie.

La lignée sanguine du Seigneur Tenryuu, la Bête Sacrée, lui avait donné une tête en cheveux platine et des pouvoirs exceptionnels.

En conséquence, chaque chevalier ici l’écouterait sérieusement et prendrait en compte son opinion. Cependant, Alexis Yang fixait le joli visage de Shiori avec amusement.

« Suruga manque actuellement de troupes utilisables, une expédition à Nagoya imposerait un lourd fardeau à Suruga, et nous n’avons pas assez de puissance pour inverser la tendance dans l’ensemble. Cependant…, » déclara Alexis Yang.

Les yeux clairs de Shiori fixèrent Masatsugu.

C’était un regard inébranlable avec une foi profonde dans les capacités de son subordonné.

« Masatsugu-sama, vous croyez que... cela produirait des avantages certains, n’est-ce pas ? » demanda Shiori.

« Oui, afin de tirer parti de l’opportunité qui nous est offerte, nous devons nous rendre à Nagoya, » déclara Masatsugu.

Le ton de Masatsugu était calme sans aucun zèle.

Cependant, le mot « opportunité » avait attiré l’attention de tous. Les autres chevaliers se penchèrent en avant, attendant que Masatsugu parle.

« Je comprends maintenant, » déclara Alexis Yang avec plaisir après avoir entendu l’explication de Masatsugu. « Je crois que cette excellente idée vaut la peine d’être essayée. Disons plutôt que comme une opportunité, j’appellerais cela un défi. »

Quelques heures plus tard, Rikka dirigea une armée de cent Kamuys et chargea vers Nagoya.

« Dire qu’il a imaginé quelque chose d’aussi scandaleux si rapidement après la bataille de la nuit dernière…, » déclara Rikka.

Ce matin, Masatsugu avait fourni un plan de bataille.

Rikka ne put s’empêcher de sourire avec ironie à la pensée de ce plan. L’officier d’état-major de l’armée romaine avait raison. Faire un usage efficace de cette once de chance qu’on pourrait à peine appeler une opportunité nécessiterait un défi aussi risqué que de marcher sur une glace mince.

Le premier défi avait été l’expédition à Nagoya.

Tout d’abord, Rikka devait partir en secret.

Les éclaireurs de l’Alliance pour la Restauration le remarqueraient si elle quittait ouvertement le fort tutélaire de Suruga.

Rikka avait convoqué cent Kamuys, leur avait appliqué des techniques de furtivité noétique, puis les avait envoyés sous l’eau dans la Baie de Suruga par lots de dix.

Voler dans le ciel sans couverture serait extrêmement facile à repérer pour l’ennemi.

Après cela, son armée était allée dans les montagnes de la banlieue de la ville de Suruga et était remontée le long de la rivière Abe.

Puis, volant à basse vitesse le long de la crête de la montagne des montagnes du Sud, ils s’étaient secrètement dirigés vers Nagoya. Rikka les avait accompagnés sur une wyverne.

En fait, le mouvement à travers les montagnes profondes drainait beaucoup l'énergie des Légionnaires.

Les esprits de la Terre locaux dans les montagnes essayaient d'enlever les Légionnaires afin de les assimiler pour en faire des « compagnons ». L’élimination des interférences des esprits de la Terre avait nécessité une dépense de pouvoir mystique.

Dans tous les cas, l’armée de Rikka s’était déplacée vers l’ouest en consommant du liquide ectoplasmique.

Heureusement, Rikka avait pu atteindre les faubourgs de Nagoya sans être détectée par des éclaireurs ou des reconnaissances noétiques. Cela était probablement dû au fait que l’Alliance pour la Restauration avait consacré ses ressources à une opération à grande échelle.

Il était donc environ 7 heures le 7 novembre.

Un groupe de Croisés avait franchi la barrière de noèse du château de Nagoya. Au même moment, l’armée de Rikka était également entrée sur le champ de bataille.

« Évitez les bagarres inutiles. Nous nous précipiterons directement au château ! » ordonna Rikka.

Rikka était montée sur sa wyverne et dirigea personnellement son armée.

Des combats aériens avaient lieu dans le ciel partout dans la métropole de Nagoya.

Malgré leur désavantage, l’armée de la province du Tōkaidō s’était opposée aux Kamuys et aux Croisés de l’Alliance pour la Restauration. Ni l’un ni l’autre côté n’utilisait encore des formations.

Les Légionnaires étaient en escarmouche, agissant selon leur propre jugement.

Au milieu de ce chaos, l’armée de Rikka entra dans une formation en coin et vola directement vers le château de Nagoya.

Cela se démarquerait inévitablement. La Dame Chevalière Rikka se tenait aussi vaillamment à l’avant-garde de la formation comme un moyen d’attirer encore plus d’attention.

« Chantez pour moi et faites savoir à tout le monde que moi, Rikka Akigase, je suis rentrée à Nagoya ! » ordonna Rikka.

Ses cent Kamuys avaient répondu à son ordre et avaient rugi.

— Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

— Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

C’était le Cri de Guerre, où les Légionnaires émettaient des cris et un pouvoir mystique depuis derrière leurs masques.

Dès que les forces amies des Kamuys du Tōkaidō et des Chevaliers entendirent ce chant féroce aux effets magiques, ils comprirent instantanément que la fille aînée de la Maison Akigase était revenue.

Ce que faisait Rikka, c’était pour alerter ses alliés de sa présence — .

C’était son véritable objectif.

Elle donna doucement un coup de pied dans le ventre de sa wyverne, ordonnant à sa monture d’accélérer. Ayant volé à basse vitesse le long de la crête de la montagne plus tôt, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas senti le vent.

Le sentiment rafraîchissant la fit sourire. Le fait d’avancer sans entrave était grisant.

À l’heure actuelle, les cent Kamuys de Rikka étaient dans une formation compacte, volant dans le ciel comme un coin géant. Son armée avait tranché à travers le champ de bataille et le château de Nagoya était à portée de vue.

Afin de bloquer l’armée de Rikka, l’ennemi aurait également besoin de se rassembler en une formation compacte.

Cependant, pour les Croisés dirigés par les Chevaliers de Sa Majesté, il serait très difficile de s’organiser immédiatement en formation au cours d’une bataille chaotique.

« Ma patience en valait la peine. C’est précisément la situation que j’avais espérée, » murmura Rikka.

Rikka avait souri. Elle aurait pu se précipiter plus tôt sur le champ de bataille, mais avait préféré attendre son heure. Elle était bien consciente que les renforts d’une centaine de Légionnaires ne changeraient pas le cours des choses.

Château de Nagoya — presque là.

L’acte remarquable de Rikka avait fonctionné. Le château de Nagoya avait immédiatement ouvert la barrière de défense de noesis.

« Ils me laissent passer ? Merci beaucoup ! » déclara Rikka.

Conduisant cent Kamuys, Rikka chargea dans les locaux du château de Nagoya.

Elle contempla les drapeaux dorés sur le toit du donjon central, la citadelle intérieure, la citadelle extérieure, le bureau du gouvernement, la résidence Akigase, le majestueux jardin japonais, etc. Elle était finalement « rentrée chez elle ».

 

 

La barrière de noèse s’était réactivée. Rikka ordonna alors à ses Légionnaires.

« Éparpillez-vous. Battez toutes les Croisés présents dans le château. Votre mission est de faire un dernier combat et de protéger le château de Nagoya au prix de votre vie. »

Les cent Kamuys derrière elle avaient rompu leur formation et s’étaient dispersés pour rechercher des traces des ennemis.

Il y avait une vingtaine de wyvernes dans le groupe, transportant du personnel ayant des compétences particulières, telles que des officiers noétiques, qu’elle avait fait venir de Suruga intentionnellement.

Ils avaient également été chargés d’une mission importante.

Rikka hocha la tête et émit des Noesis, donnant de nouveaux ordres à ses Kamuys.

« Appelez les camarades de l’armée de la province du Tōkaidō et faites-les se réunir ici. Invoquez toutes les Légionnaires et tous les chevaliers à revenir au château sous mon commandement. »

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh — .

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh —.

Hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh —.

Les samouraïs bleus s'étaient dispersés dans tout le château.

Le chant de leurs voix distinctives, avec une touche détendue et douce ressemblant à des ondulations à la surface de l’eau, se répandit progressivement dans la ville de Nagoya.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. La princesse veut récupérer les troupes de Nagoya pour les incorporer à celle de Suruga ? Faire retraite sous le feu ennemi est l'une des stratégies les plus risqués qui soit.

Laisser un commentaire