Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 1 : La chute du château de Nagoya

Partie 1

7 novembre 15 h 45.

« Nagoya est la capitale provinciale du Tōkaidō... »

L’emplacement en ce moment était le donjon principal du château de Nagoya. L’homme occupant le poste de gouverneur général du fief du Tōkaidō était sur le balcon le plus élevé du château, grinçant des dents. Il s’agissait d’un vieil homme au regard flamboyant semblable à l’allure d’une grue.

Cet homme donnait une impression frappante, alors qu’il était vêtu d’un kimono avec un manteau Inverness.

« Jamais je ne m’attendais à ce que cela tombe aux mains d’un millier d’ennemis… »

Le gouverneur général Akigase Shouzan, dirigeant de Tōkaidō, avait fait cette remarque avec mépris.

Actuellement, des « soldats géants ailés » se battaient dans les cieux au-dessus de Nagoya.

L’envahisseur était l’Alliance pour la Restauration. Dix chevaliers du Kinai contrôlaient environ cinq cents Kamuys en une attaque de concert avec les six Chevaliers de Sa Majesté de l’Empire Britannique et les cinq cents Croisés sous leur commandement.

Un mélange de Légionnaires anglo-japonais avait formé une force de coalition de mille hommes.

En revanche, du côté des défenseurs, le fief du Tōkaidō comptait seize chevaliers et environ sept cents Kamuys.

Une grande bataille se déroulait dans le ciel de Nagoya entre 1700 Légionnaires, amis et ennemis confondus.

« Est-il impossible de s’opposer à l’Empire Britannique quand ils envahissent sérieusement une région ? » Akigase Shouzan murmura pour lui-même, avec sa voix remplie d’émotion.

Le matin du 7 novembre, l’Alliance pour la Restauration avait enfin lancé une offensive massive contre Nagoya et ses environs.

Il y avait cinq « forts tutélaires » dans la région.

Ces forts tutélaires étaient des forteresses modernisées créées en réparant et en transformant d’anciens châteaux et en plaçant des ifrits en tant que divinités gardiennes. Les sanctuaires des eaux construits sous terre leur avaient permis de fonctionner comme des bases à partir desquelles les Chevaliers et les Légionnaires, l’arme principale des forces armées modernes pourrait opérer.

À savoir, le château d’Okazaki, le château de Kariya, le château de Kiyosu, le château d’Inuyama et le château de Nagoya.

L’Alliance pour la Restauration avait directement attaqué le réseau défensif formé par ces cinq châteaux.

À la tête de cinq cents Kamuys, le fief du Kinai avait envahi l’ouest de Nagoya. Menant cinq cents Croisés, les six Chevaliers de Sa Majesté de l’Empire Britannique avaient attaqué depuis l’est.

Nagoya était coincé entre les deux fronts. Naturellement, la cible ultime de l’ennemi était le château de Nagoya, qui était la résidence et le centre administratif du gouverneur général du Tōkaidō, le lieu le plus vital.

L’Alliance pour la Restauration avait brisé les défenses de l’armée provinciale du Tōkaidō pour se rapprocher du château de Nagoya.

Cependant, les châteaux d’Okazaki, Kariya, Kiyosu et Inuyama avaient également envoyé des Chevaliers à la tête des armées de Kamuys en renfort pour secourir le château de Nagoya.

« Les Croisés sont vraiment puissants... Non, ce sont les Chevaliers de Sa Majesté qui sont puissants, » déclara-t-il.

Le flux de la bataille était clair à voir. Tōkaidō était évidemment désavantagé.

« Tout cela est-il dû à la différence d’expérience pratique sur les champs de bataille ? » demanda-t-il pour lui-même.

L’Alliance pour la Restauration et l’armée provinciale du Tōkaidō avaient abandonné leurs formations.

Les Légionnaires étaient dispersés, se battant de très près. Partout dans le ciel de Nagoya, les Kamuys étaient vaincus par les Croisés britanniques.

Les Croisés avaient une taille supérieure à celle des petits Kamuys.

En matière de puissance et de force de combat pure, les Croisés étaient supérieurs. De plus, les Chevaliers de Sa Majesté présents avaient tous beaucoup d’expérience sur le terrain et possédaient plus de 90 en Force de Chevalier.

Le Japon Impérial n’avait pas beaucoup de chevaliers capables de les affronter.

« Avec une infériorité en nombre et en force, une telle adversité est vraiment impossible à surmonter », avait déclaré Shouzan à voix basse.

La Charte de la chevalerie imposait également plusieurs restrictions quant au fait d’attaquer des bâtiments civils.

Lors des combats dans le ciel au-dessus d’une ville telle que Nagoya, il était interdit de détruire intentionnellement le paysage urbain situé en contrebas. Effectivement, destruction intentionnelle.

Par souci d’argumentation, considérons le cas d’un Légionnaire qui avait été touché ou poignardé.

Incapable de survivre, le Légionnaire s’écraserait au sol. Son corps et son armure gigantesques écraseraient des bâtiments. Ces cas avaient été acceptés comme exceptions par la Charte de la Chevalerie et libérés de toute responsabilité.

À l’heure actuelle, les Kamuys et les Croisés qui tombaient s’écrasaient sans pitié dans les rues de Nagoya.

Heureusement, les Légionnaires morts ou blessés n’avaient pas explosé, mais ils étaient toujours des géants de huit mètres de haut. Leurs cadavres pesaient des dizaines de tonnes.

De nombreux bâtiments avaient été détruits par la chute de Légionnaires, tuant peut-être des personnes qui ne s’étaient pas enfuies à temps dans des abris souterrains.

« Les Chevaliers de Sa Majesté ont percé nos défenses, puis les forces du Kinai ont envahi... Cette approche simple repose totalement sur les Britanniques. »

Akigase Shouzan se moqua dédaigneusement.

« Cependant, peu importe ce que dit le groupe vaincu, cela ne constituerait rien de plus que des plaintes de perdant. »

Kinai et Tōkaidō utilisaient tous deux des Kamuys, les Légionnaires bleus du Japon Impérial. Lorsque la guerre civile avait éclaté, il était courant que l’agresseur ajoute des bandes de tissu ou des vêtements supplémentaires pour se distinguer.

Dans ce cas, les Kamuys du Kinai portaient une écharpe rouge.

« Quelle honte ! Je n’ai pas réussi à concevoir une seule mesure efficace en dépit de la connaissance de l’invasion imminente de l’ennemi. Cette incompétence est inacceptable ! » déclara-t-il.

« Votre Excellence... » Le châtelain de Nagoya inclina la tête avec angoisse.

Shouzan poursuivit : « Le fief du Kinai est soutenu par l’Empire Britannique, ce qui signifie que nous avons besoin du soutien de Tōsandō ou de Kantō. Cependant, j’ai épuisé toutes sortes d’exigences et de méthodes de négociation et ils ont toujours refusé de se laisser influencer... »

« Je crois que le fief du Tōsandō se penche vers l’Alliance pour la Restauration, » déclara le châtelain.

« Ceci est actuellement invérifiable. S’il vous plaît, surveillez vos paroles. »

Shouzan avait averti le châtelain avant de procéder à une diatribe sarcastique.

« En parlant de cela, ce fief avait apparemment été mécontent parce qu’il a reçu un royaume de montagnes enclavé lorsque les terres ont été divisées entre les vassaux... Il n’est pas surprenant qu’ils collaborent en secret avec l’Alliance pour la Restauration. Pour ce qui est du fief du Kantō, il faut que ce soit leur vieille habitude qui agit de nouveau. Ils sont toujours comme les femmes du palais impérial, voulant seulement laisser toutes les affaires militaires à Rome. »

« Votre Excellence, vous devez apparemment aussi faire preuve de prudence dans vos paroles…, » déclara le châtelain.

« Oh ! En effet, revenons au sujet actuel. Bien, comme nous ne pouvons pas compter sur les fiefs voisins, le seul choix de Tōkaidō est de faire appel à Rome pour obtenir de l’aide. » Shouzan haussa les épaules. « Mais leur demander de l’aide risquerait de faire de Rome notre maître. »

« Exactement comme le fief du Kinai obéit actuellement à toutes les paroles de l’armée britannique... pas vraie ? » demanda le châtelain.

« En tant que chiens de Rome, ceux de Kantō ne sont pas meilleurs. Peu importe, nous n’avons plus le luxe d’attendre des renforts, » déclara-t-il.

« Tout ce que nous pouvons faire, c’est faire de notre mieux et voir combien de temps nous pouvons tenir. » Le châtelain exprima discrètement sa détermination, puis il déclara. « Si seulement Rikka-sama était là. »

« Même avec elle ici, elle ne peut pas renverser la bataille par elle-même... Attendez, je me souviens qu’elle a envoyé une lettre dont le contenu m’a plutôt intrigué, » déclara Akigase.

Rikka était l’aînée des enfants d’Akigase Shouzan.

Bien qu’elle fût la fille bien-aimée née de Shouzan dans ses dernières années, elle n’était certainement pas une femme protégée.

Rikka était la première chevalière du Tōkaidō et se trouvait au château de Nagoya.

Malheureusement, elle avait été piégée par l’Alliance pour la Restauration dans la Cité de Suruga, faisant office de châtelaine temporaire au fort tutélaire de la ville.

En vérité, parmi les serviteurs de Shouzan, sa fille était la plus puissante guerrière de tous.

Les deux plus jeunes frères ne faisaient pas le poids face à leur sœur aînée. Le fossé dans leur talent de généraux était aussi grand qu’entre le ciel et la terre.

En ce qui concerne le nom de « Hijikata Toshizō » mentionné par sa fille bien-aimée — .

Malheureusement, Shouzan n’avait pas eu le temps d’y réfléchir.

Une sonnerie avait été entendue sur les lieux. Un renard s’était téléporté ici.

La bête de rétention de la taille de la paume avait émis des ondes noétiques pour projeter les paroles d’un message dans les airs.

« Destruction partielle de la barrière de Noesis. Une force de Kamuys a envahi le château de Nagoya. »

« Ils sont enfin là... ! »

Comme des forts tutélaires ordinaires, le château de Nagoya possédait une divinité gardienne en poste.

Son nom était l’ifrit Nue, d’après le monstre qui était apparu à la résidence de l’empereur, Seiryō-den, dans le passé. L’équivalent occidental dans la mythologie serait la chimère.

La Nue comportait un visage de singe, un corps de tanuki, des membres de tigre et une queue en forme de serpent.

Cet ifrit avait déployé une barrière de noesis pour couvrir le château.

Cette barrière était essentiellement la dernière ligne de défense. La priorité numéro une des forces d’invasion serait de s’emparer du sanctuaire des eaux souterraines et de capturer le gouverneur général Akigase Shouzan.

« Pas besoin de me protéger. Vous devriez aller au front et vous concentrer sur la défense du château, » déclara Akigase.

« À vos ordres, » déclara le châtelain.

Contrairement à sa fille, Akigase Shouzan ne possédait pas la puissance d’un chevalier. Au lieu de cela, il avait laissé les combats à son équipe de confiance tout en assumant lui-même tous les résultats et les responsabilités.

Les deux individus, Shouzan et le châtelain étaient dans la soixantaine, de la même génération.

Se connaissant depuis si longtemps, le châtelain avait répondu de manière concise et s’était préparé à partir.

Avant de partir, le châtelain avait remarqué une armée de Légionnaires volant à grande vitesse vers le château de Nagoya depuis l’est.

Sur un champ de bataille chaotique où amis et ennemis étaient mélangés, cette armée était emballée dans une formation en coin.

L’armée d’ordonnance était particulièrement remarquable et consistait en une centaine de Légionnaires. Tous étaient les samouraïs bleus du Japon Impérial, des Kamuys. Mais étaient-ils des renforts de Kinai ou de Tōkaidō ?

« C’est l’armée de Rikka-sama ! »

La châtelaine cria avec enthousiasme. Son sens aigu du chevalier avait détecté les ondes noétiques de Rikka.

Shouzan avait sorti à la hâte ses jumelles.

À travers les lentilles, il observa l’armée qui s’approchait progressivement. Debout à la tête de la formation se trouvait sa fille bien-aimée. Elle était vêtue de l’uniforme militaire du Japon Impérial, sur une wyverne bleue.

« Est-ce qu’elle s’est précipitée de Suruga en sachant que Nagoya est en danger ? »

Malgré l’arrivée courageuse de la guerrière, Shouzan secoua la tête.

« Qu’est-ce qu’elle fait ? Des renforts de ce nombre ne changeront pas le destin de la chute de Nagoya. »

La Force de Chevalier de Rikka était de 154, pas moins que n’importe quel chevalier de Sa Majesté.

Cependant, cette quantité n’était toujours pas suffisante pour renverser la situation au combat. Le père fronça les sourcils devant l’acte de courage héroïque, mais téméraire de sa fille.

« Attention, Votre Excellence ! »

Un Croisé arriva en volant et le châtelain cria brutalement.

Le Croisé avait levé son fusil puis il avait fait feu à plusieurs reprises tout en volant vers le balcon de Shouzan. L’ennemi devait avoir été attiré par le donjon principal bien en évidence.

Des rayons de lumières frappèrent le balcon au moins dix fois par seconde.

Normalement, cette situation impliquerait une mort certaine, mais heureusement, le Châtelain avait réagi de manière appropriée.

« Au nom de Zuihou, l’appellation du guerrier — rassemblez-vous, Kamuys ! »

Le châtelain avait rapidement convoqué trois Kamuys pour qu’ils bloquent les tirs devant le balcon.

Agissant comme des boucliers, les samouraïs bleus défendaient le balcon. Blessés par balle au visage et au torse, les trois Légionnaires étaient morts, mais ils avaient également levé leurs fusils pour pouvoir riposter.

Un coup de feu transperça la gorge d’un Croisé, entraînant un anéantissement mutuel — .

Le châtelain avait évité le désastre à bref délai. Cependant, les deux personnes âgées avaient été choquées.

« Votre Excellence !? »

« Argh !? »

L’un des tirs égarés d’un Croisé avait frappé le toit du donjon principal.

Une grande quantité de bois, de tuiles et d’autres débris tombèrent du toit jusqu’au balcon où se trouvaient Shouzan et le châtelain. Les deux individus avaient été enterrés vivants sous les décombres...

Dix minutes plus tard, ils avaient finalement été sauvés par les soldats qui s’étaient précipités sur les lieux.

Le châtelain n’avait que des blessures légères et des meurtrissures partout sur lui, mais Shouzan n’était pas en état de se lever tout seul — .

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire